Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

29 mars 2015

Confiteor de Jaume Cabré

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

Confiteor de Jaume Cabré

Confiteor

Traduit du catalan par Edmond Raillard (Jo Confesso - 2011)
Actes-Sud
Parution : Septembre 2013
782 p. 26

Site de Jaume Cabré

Prix du Courrier International du meilleur livre 2013

Notation


Il n'y a pas de résumé exact de cet ouvrage. Seule ma capacité à s'adapter à la matrice de lecture me semble intéressante à présenter.

La fin du récit vaut le début, il faut donc l'avoir lu pour découvrir ce chef d'oeuvre. Il n'a pas de repère, c'est un roman rare, complexe dans sa lecture et qui exige beaucoup de concentration. Comme un chapelet, sa vie est confessée par bribes, plus ou moins longues et surtout inachevées, au gré de la mémoire et de l'oubli. La trame est l'histoire d'une famille érudite, passionnée d'antiquités qui s'enchevêtre avec l'Histoire européenne de l'Espagne dans les années cinquante dont les éléments font références à plusieurs époques : inquisition, nazisme, dictature franquiste. Le Vibrato d'un violon avec ses notes pures qui insuffle la douleur et exhale les sanglots. Le violon est la métaphore qui tisse le fil conducteur durant l'épopée de cinq siècles d'histoire et pas moins de six pays. Fabriqué à Crémone, aux XVIIIème siècle par Storioni, il symbolise les passions marquées par sa possession et les tourments qui amènent à l'obsession. Il rythme les 800 pages qui n'ont aucune chronologie.

Confiteor est l'histoire d'Adrià, un authentique surdoué, qui confesse ses pensées et ses connaissances érudites. Une réflexion sur l'amour trahi, l'amitié fidèle et l'être humain et ses mensonges. Nous cheminons au fil des situations dans les méandres de chaque personnage qui s'articule sur leur époque. Les personnages interviennent dans le roman, rentrent en relation avec Adrià, le héros qui prend une dimension essentielle avec son identité hors du commun.

Au final, un chef d'oeuvre absolu. A lire.

 

 

Résumé

Barcelone années cinquante, le jeune Adrià grandit dans un vaste appartement ombreux, entre un père qui veut faire de lui un humaniste polyglotte et une mère qui le destine à une carrière de violoniste virtuose. Brillant, solitaire et docile, le garçon essaie de satisfaire au mieux les ambitions démesurées dont il est dépositaire, jusqu'au jour où il entrevoit la provenance douteuse de la fortune familiale, issue d'un magasin d'antiquités extorquées sans vergogne. Un demi-siècle plus tard, juste avant que sa mémoire ne l'abandonne, Adrià tente de mettre en forme l'histoire familiale dont un violon d'exception, une médaille et un linge de table souillé constituent les tragiques emblèmes. De fait, la révélation progressive ressaisit la funeste histoire européenne et plonge ses racines aux sources du mal. De l'Inquisition à la dictature espagnole et à l'Allemagne nazie, d'Anvers à la Cité du Vatican, vies et destins se répondent pour converger vers Auschwitz-Birkenau, épicentre de l'abjection totale.

Confiteor défie les lois de la narration pour ordonner un chaos magistral et emplir de musique une cathédrale profane. Sara, la femme tant aimée, est la destinataire de cet immense récit relayé par Bernat, l'amie envié et envieux dont la présence éclaire jusqu'à l'instant où s'anéantit toute conscience. Alors le lecteur peut embrasser l'itinéraire d'un enfant sans amour, puis l'affliction d'un adulte sans dieu, aux prises avec le Mal souverain qui, à travers les siècles, dépose en chacun la possibilité de l'inhumain - à quoi répond ici la soif de beauté, de connaissance et de pardon, seuls viatiques, peut-être, pour récuser si peu que ce soit l'enfer sur la terre.


L'auteur Jame Cabré i Fabré a une écriture simple et met en exergue l'Art, la conscience qui confesse le mal jusqu'au pardon. Son oeuvre est dense comme une partition. Elle s'écoute et laisse une musique à l'histoire. Jame Cabré a inventé un nouveau style qui fait revivre et vivre l'histoire. Il expérimente une figure de style dans le narratif qui entraîne le lecteur par le biais du tutoiement ou du vouvoiement. Une oeuvre profonde qui raconte l'histoire humaine avec des scènes réfléchies qui nous donnent une analyse de la société.  Un livre riche qui gagne à êre lu lentement, parfois avec des pauses afin d'ancrer les personnages et leur profondeur.

 

Jame Cabré est catalan. Huit ans de travail, une centaine d'intrigues, 800 pages et un seul genre littéraire à la "Cabré" !

 

Né le 30 avril 1947 à Barcelone. Il est licencié en philologie catalane à l'Université de Barcelone. Il a enseigné d'abord à Valence, puis à Terrassa. Il enseigne par la suite à l'Université de Llieda, dans le secondaire, mais se met en disponibilité. Membre de la section philologique de l'Institut d'Estudis Catalans. Membre du collectif Ofèlia Dracs (en 2007). Pendant de nombreuses années, il rédige des scenarii pour la télévision et le cinéma. Ses débuts en tant qu'écrivain l'amènent à composer des recueils de nouvelles tels que "Faules de mal desar" (1974) et "Toquen a morts" (1977), puis un premier roman "Galceran l'heroi de la guerra negra" (1978). Il donne des cours d'écriture audiovisuelle à l'Université de Llieda. Il collabore avec la presse écrite et notamment avec le journal Avui.

 

Les thèmes récurrents de son oeuvre sont la mémoire historique, l'impossibilité du pardon et la peur de l'oubli. Jaume Cabré aime se servir de l'histoire comme écrin à la littérature.

 

Prix d'honneur des Lettres catalanes en 2010.
Prix Jean-Morer en 2014
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Frise

 

Jo confesso" a été publié en 2011 en catalan.  Il fut rédigé entre 2003 et 2011. Il fut traduit en français par Edmond Raillard, en 2013. Il est le dixième roman de l'auteur.

 

Traduit en français

La toile d'araignée (1984) - Editions du Chiendent (Perpignan)
Voyage d'hiver (2001) - Recueil de 14 nouvelles
Sa seigneurie (2004) (publié en Espagne en 1991)- Editions Christian Bourgois
L'ombre de l'eunuque (2006) - Editions Christian Bourgois
Les voix du Pamano (2009) - Editions Christian Bourgois - Traduit par Bernard Lesfargues

 

Extrait

Rome n'était pas une fête ; c'était un chaos automobile dans une ville immense, sous la coupe de chauffeurs de taxi suicidaires, comme celui qui nous conduisit en un temps record de l'hôtel à la via del Corso, crucifiée par la circulation. (p. 372)

Le Mal se sert de la Peur et la Cruauté absolue. Sans doute pour être certains que nous nous emplissons de rage, les gradés nous racontent des choses épouvantables sur l'ennemi et nous avons tous envie de l'avoir en face de nous. (p. 431)

Au dix-huitième, si on n'était pas emperruqué, maquillé, avec des talons et des bas, on ne vous laissait pas entrer dans les salons. Aujourd'hui, un homme maquillé, avec une perruque, des talons et des bas, on l'enferme en prison sans lui poser la moindre question. (p. 594)

 

Chefs d'oeuvre à lire également

2666 de Roberto Balaño
Dolorès Claiborne de Stephen King
Bienveillantes de Jonathan Littell
La fête au bouc de Vargas Llosa

 

Biblographie

Lecture de mars 2015

 

Liste de mes lectures "Lire et reliure"

.......................

 Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 

 Les_oreilles_de_Buster

La_voie_marion_de_Jean_Philippe_MEGNIN

Les_chaussures_italiennes_de_Henning_Mankell

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise


L'ombre du vent

La_vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

Les oreilles de Buster
Maria Ernestam
La voie marion
Jean-Philippe Mégnin
Les chaussures italiennes de Henning Mankell Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U
...................................

 

 

 

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution :  dimanche 29 mars 2015
Mise à jour  : 29 mars 2015

                 Répondre                        

 

 

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

Posté par PASPERDUS à 17:00 - Lire et reliure - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,