Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

27 mars 2009

Anémone, emblème du vent

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Le temps s'allonge pour nous laisser le temps de prendre le rythme des saisons. L'hiver s'efface, s'éclipse car le Dieu Vent s'éprend de toi, Anémone, emblème du vent.

    An_mone
    Anémone

    Merci, Anémone pour ta présence et ta gaieté. Ta mise en scène par ces touches vives et spontanées sont un ravissement pour ceux qui prennent le temps de s'abandonner aux délices des premiers rayons de soleil. Le printemps est là et nous offre ces bouquets de fleurs aux couleurs remarquables.

    Tu t'offres aux vents telle une anémophylle. Par ta pureté, tu sembles juvénile et tes feuilles si fragiles se balancent au gré du vent qui fait grâce à ta beauté en l'épargnant.

    Oh Sainte-Fleur, quel hommage à ces jours charnières qui gllissent vers le beau temps. Tes racines grecques (anemos : vent) ont passionnées bien des peuples qui t'ont rendu hommage en te portant comme nom !

    Du latin "anema", fleur du vent, tu portes bien ton surnom qui auparavant te fut donné par Pline l'Ancien.

    Sa famille

    Plante herbacée, rhizomateuse, de la famille des renonculacées (ranonculaceae), de l'ordre des Ranunculales, sous classe des Magnoliidae et de genre anémone, linné, vivace à tige robuste et rigide ramifiée à partir de l'involucre. Ces feuilles longues pétiolées en forme de collerettes sont divisées en trois à cinq parties pointues. Elle porte trois folioles (bractées) disposées ensemble sur un verticille qui est sous la fleur qui forme un involucre.  La fleur porte un périanthre (calice) de six à huit pétales, comme les sépales. En son centre se dresse le pistil vert aux étamines jaunes.

    Elle offre sa floraison printanière en grandes colonies dans les terrains humides. Elle a la particularité d'être très grégaire et de se distinguer dans la foule !

    Le plein ensoleillement la tente. Ses fleurs sont de toutes les couleurs et offrent leur splendeur au début du printemps, mais les préférences restent pour les rouges et les blanches. On t'acclame également pour ton bleu céleste.

    Tes racines s'accrochent aux tubercules ou cormes et ressemblent à des pattes ou griffes. Elles aiment les sols sableux mais riches en humus.

    Elle se plante comme les graines. Les graines s'envolent avec le vent. Chaque tubercule (cuisse) quand elle devient grande, offre une fleur. Il faut compter deux années. La fleur avant son ouverture est recouverte d'une enveloppe appelée fane. Plus la tige est basse, plus la fleur sera belle et vigoureuse ! Le support de la fleur sur la tige s'appelle le culotte qui protège le manteau. Les pétales internes sont appelées panne ou pluche ; plus, elles sont centrales, plus elles sont étroites et prennent le nom de "béquillon" car elles ressemblent à un bec d'oiseau. La partie centrale qui comprend les graines est appelée cordon de graines.

    La couleur de la fleur varie par le degré de maturité et en fonction des saisons. La fleur s'oriente en fonction du soleil et se referme par temps de pluie pour protéger son pollen.

    L'oignon se garde deux ans avant d'être planté.

    Les graines doivent être recueillies au mois d'août et préservées dans un endroit sec tout l'hiver. Lors de la plantation, il faut éviter le pourrissement. Il est même recommandé de laisser le trou ouvert jusqu'à ce que les racines soient formées, puis le couvrir.

    Il y a deux sortes de fleurs, soit à fleur simple dïte "pavot", soit double.

    Elle a la particularité ayant fleuri de produire l'année d'après, à l'aisselle de la tige-mère, une nouvelle branche. (Cf. Frère Marie-Victorin 1885-1944). La fleur s'élance au bout de la tige et ne comporte pas de calice, à l'inverse de la renoncule. Les pétales sont rondes et au nombre de 5 ou 6.

    Elle comprend une centaine d'espèces dont 11 sont indigènes au Canada (anémone canadensis).

    An_mone_nemerosa

    Floraison

    J

    F

    M

    A

    M

    J

    J

    A

    S

    O

    N

    D

    An_mone_Apennina

    Culture

    Sol frais, léger mais enrichi de fumier. Le sable de mer est un bon préventif à la moisissure.

    Pour faire des boutures, il suffit de diviser les greffes en début d'automne ou de printemps et aussi par semis.

    Toxique

    Toxique  Oui, elle est vénéneuse. Mais à doses thérapeutiques, elle a des propriétés pharmaceutiques telle l'Anémone hépatique qui guérit les maladies du foie. La forme de ses feuilles ressemble à l'organe qu'elle soigne  !

    C'est fraîche qu'elle est toxique car elle renferme de l'anémonine (200 mg provoque la mort d'un animal de 10 kg).

    Cette plante est rubéfiante.

    Elle sert également pour calmer l'hperexcitabilité nerveuse et l'éréthisme cardiaque par ses extraits aqueux qui ont la propriété narcotico-sédative, diurétique et expectorante, ainsi que sudorifique. Viennent se rajouter des résultats  sur des affections d'hydropisie, de toux spasmodiques et de coqueluche.

    Histoire

    Mr Bachelier avait ramené en France cette plante des Indes Orientales vers 1660. Il était un botaniste qui cultivait secrètement ses jeunes plants, sans vouloir partager sa passion. Sa réserve privait ces confrères de l'obtention de graines.

    Un jour, un conseiller du Parlement, Mr Saint-Aulaire eu la délicate idée d'effleurer un plant venut à maturité par le biais de sa robe dont le laquais portait la queue. Elle fut l'alliée de sa supercherie, car  il proposa à son laquais de laisser tomber par mégarde sa robe pour qu'elle effleure les têtes chargées de graines qui s'accrochèrent au vêtement et discrètement, il ramena le larcin dans le plis de la robe !

    Paris fut conquis par l'Anémone et à mon tour de vous la décrire car elle fut élue fleur de l'Année 2006.

    Language des fleurs

    Elle est réputée pour adoucir les chagrins d'amour, elle est le symbole du souvenir et de l'espoir d'un amour éphémère, mais elle s'allie à la persévérance.

    On la retrouve dans les enluminures du Moyen-Age comme le symbole de l'abandon.

    Pour les poètes, elle s'associe à la pureté, la chasteté et l'innocence.

    A la mi-carême

    "Qu'y faire ? Au temps des fleurs, le monde est un enfant ;
    C'est sa première larme et son premier sourire.

    C'est dans le mois de mars que tente de s'ouvrir
    L'anémone sauvage aux corolles tremblantes.
    Les femmes et les fleurs appellent le zéphyr ;
    Et du font des boudoirs les belles indolentes,
    Balançant mollement leurs tailles nonchalantes,
    Sous les vieux marronniers commencent à venir."

    Alfred Musset,
    Poésies nouvelles

    Note

    En 1450, Léon Battista Alberti, architecte italien, inventa l'anémomètre pour mesurer la force du vent. C'est une coupelle constituée d'un arc de cercle gradué.

    Espèce

    Anémone canadensis aux fleurs blanches, surnom : herbe aux vents, (Amérique du Nord)

    Anémone Blanda L. (Grèce), surnom : anémone attrayante ou anémone séduisante, variété première à s'ouvrir,

    Anémone Coronaria, de Constantinople (Orient) ou anémone des fleuristes, ou A. cynea Risso (fleur de Nice), ou Anémone couronnée - Fleur : bleue.  On la trouve à Montpellier, aux Plans des Quatre Seigneurs, Croix-d'Argent, Figuerolles ; Vendargues ; Fabrègues ; Mèze,

    Anémone du Japon [japonica],

    Anémone des jardins [hortensis] Linné, indigène au bord du Rhin et en Italie,

    Anémone fausse-renoncule [ranunculoïde], fleur : jaune. Elle sert à empoisonner les flèches et en France, pour ulcérer les cloques et enflures des mains.

    Anémone des bois [Anémone nemerosa L.], surnom : anémone sylvie, sénic, casse-verre, anémone sanguinaire, tourne-midi, bassinet blanc ou purpurin, fleur du vendredi Saint, Pâquerette - Propriété médicinale contre la goutte, le rhumatisme, la paralysie ou les maux de dents. On la trouve à La Sérane (Jallaguier 1812), La Salvetat et Fraisse et près de Lodève.

    Anémone de Caen, coronaria de "Caen", variété la plus ancienne,

    Anémone hépatique [hépatica nobilis], surnom : hépatique trilobée, fleur de la Trinité - autrefois, cette variété n'était pas considérée comme une anémone (A. pratensis) - propriété médicinale. Elle a des feuilles caulinaires palmatiséquées ou pinnatiséquées.

    Anémone pulsatille [pulsatilla vulgaris] - A. rubra Lam. - surnom : coquelourde, coquerelle, fleur de Pâques, des Dames ou du vent - propriété médicinale. On la trouve sur les plateaux calcaire du Larzac, au Caylar et à la Vacquerie

    Anémone Alpina (France, Italie), une fleur par tige, aux feuilles bipennées, floraison de mai à juillet.

    Anémone Altaica Fisch,
    Anémone des apennins [Apennina L.], origine : Italie - fleur bleue,

    Anémone à fleurs de narcisses [narcissiflora] Linné,

    Anémone biflara - fleur jaune, orange ou rouge,

    Anémone cernua Thunb. - origine : Asie - fleur : violette - Pharmacopée chinoise (Petéou wong) car propriétés diurétiques, sédatives, anti-diarrhéique.

    Anémone Adonis [Adonide] - calice à 5 pétales - fleur : jaune pâle.

    Bibliographie

    Encyclopédie méthodique de l'Abbé Teissier de Jean Baptiste Antoine Pierre Monnet Lamarck

    Dictionnaire universel des plantes, arbres et arbustes de France de Pierre-Joseph Buc'Hoz en 1770.


    .......................

    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, Arabe,   
    Parution : 27 mars 2009
    Mise à jour  : 27 mars 2009

             

             Répondre

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Posté par PASPERDUS à 20:05 - Dans mon jardin, il y a... - Commentaires [17] - Permalien [#]

    Commentaires sur Anémone, emblème du vent

      Une jolie corolle aérienne délicatement parsemée de pollen, une belle fille du vent!!!

      Posté par karine, 28 mars 2009 à 11:08 | | Répondre
    • Je préfère la renoncule à l'anémone,peut-être à cause des coloris.

      Je salue tout le travail que tu fais autour de la photo.

      Merci pour tes messages.

      Mamicoeur

      Posté par mamicoeur, 28 mars 2009 à 13:13 | | Répondre
    • On en apprend des choses en passant par ici!

      Posté par TJ, 28 mars 2009 à 16:35 | | Répondre
    • What a great post.
      Wish I could read French just a tiny little bit better.....

      Posté par Britt-Arnhild, 28 mars 2009 à 19:52 | | Répondre
    • Blancheur féerique...

      Elle est donc " réputée pour adoucir les chagrins d'amour, elle est le symbole du souvenir et de l'espoir d'un amour éphémère, mais elle s'allie à la persévérance.

      On la retrouve dans les enluminures du Moyen-Age comme le symbole de l'abandon. "

      J'aime beaucoup ce langage symbolique... blancheur qui n'enlève rien à sa toxicité... mais qu'est-ce qu'elle est belle... !!! Et ta première photo, en particulier, est une merveille ! Merci encore de tes visites si attentionnées à mon p'tit site-aux-Rêves... ton site est si riche, si bien documenté ! J'essaierai de te rendre la pareille... Bises & bcp d'Amitié botaniste !

      Posté par dourvac'h, 28 mars 2009 à 20:42 | | Répondre
    • Ah, me suis-je exclamée en ouvrant ton blog sur cette magnifique photo d'anémones !!!!!!!

      Ton texte va être copié ... lol ... et lu à "tête reposée" (j'ai du mal à lire sur l'écran avec fond blanc !).

      Merci pour ce bel article qui m'intéresse doublement car hier j'ai pu admirer tout plein d'anémones Blanda dans les champs ...

      Si tu veux voir des "fleurs qui scintillent", je viens de poster ma balade au jardin de la bastide de Baudouvin que j'ai effectuée jeudi dernier sous un soleil éclatant ...

      Bises et bon dimanche

      Posté par JO TOURTIT, 29 mars 2009 à 12:31 | | Répondre
    • Mine d'information sur l'anémone
      j'aurai retenu qu'il n'est pas bon de s'en faire offrir...

      Posté par Elephant Gris, 29 mars 2009 à 18:57 | | Répondre
    • mythologie

      C'est en anémone que Zeus transforma le bel Adonis dont Héra et Aphrodite se disputaient les faveurs.

      Posté par clodoweg, 29 mars 2009 à 23:07 | | Répondre
    • Une fleur que j'adore et dont je connais désormais presque tout grâce à ton bel article !!
      Il y a quelques semaines, j'ai vu de belles bleues, si ça t'intéresse, c'est par ici ...
      http://asiemut.canalblog.com/archives/2009/03/15/12982391.html

      Posté par asiemutée, 30 mars 2009 à 09:57 | | Répondre
    • merci pour ton passage sur mon blog. Du coup j'ai appris pleins de choses par ici !!! A bientôt...

      Posté par Pozzynette, 30 mars 2009 à 13:12 | | Répondre
    • J'adore les anémones qui s'étirent dans le vase ,boivent goulument, puis prennent des teintes fanées avant de s'ouvrir jusqu'à mourir.

      Posté par le banc moussu, 30 mars 2009 à 22:01 | | Répondre
    • beaujour

      et ben si aprés ça, on ne sait pas ce qu'est une anémone !
      c'est qu'on a encore les yeux en hiver !

      moi j'aime bien l'anémone, mais j'aime encore plus la pivoine !

      douce journée à toi
      bises

      Posté par rsylvie, 31 mars 2009 à 13:42 | | Répondre
    • Attention les mules adorent les fleurs!!!!....
      Bisous du soir et à bientôt
      Maman Mule

      Posté par mère de la mule, 31 mars 2009 à 21:07 | | Répondre
    • Ces fleurs sont les miennes, Pas à pas, elles sont celles que je préfère je crois ... Et nulle surprise à les trouver chez toi ...
      Tiens, j'en ai planté dimanche, au jardin .

      Posté par Sophie, 31 mars 2009 à 21:56 | | Répondre
    • c'est joli et trés instructif...
      B.

      Posté par passantepensante, 01 avril 2009 à 20:14 | | Répondre
    • Merci de ton passage chez moi ! Quelle joie de découvrir en retour un blog qui me parle si bien de l'anémone, fleur que j'aime particulièrement ! Tes photos sont remarquables ... A bientôt !

      Posté par Fée des Brumes, 06 avril 2009 à 00:16 | | Répondre
    • Adonis

      Bonjour,

      Joli, original, beaucoup de choses non dites ailleurs ! J'ajoute ma poussière de fleur !

      L’origine de l’anémone c’est le vent ET le sang d’Adonis ! Bonheur fragile et de courte durée… Oui ! Adonis est aujourd’hui un dieu de la végétation mais il a d’abord été le malheureux amant de Vénus ! J’ai trouvé toute une pièce de théâtre où rien n’est oublié :

      - L’arbre dont Adonis est né (le baumier, l’arbre à myrrhe, avatar de sa mère incestueuse Myrrha)
      - Vénus-Aphrodite l’amour
      - Mars-Arès le sanglier meurtrier (qui détruit les moissons jusque dans leur semence)
      - L’anémone, anemos

      ” Les larmes que versa Myrrha en mettant Adonis au monde sont l’origine de la myrrhe - l’or se doit aux rois, l’encens aux dieux ; la myrrhe : à l’homme.
      Du sang qu’Adonis répand sur la terre mourant naîtra l’anémone – du grec anemos : le vent. ”

      http://www.youtube.com/watch?v=yEZJAyGSDcQ

      http://www.youtube.com/watch?v=4SD-tPJuqUo

      http://www.youtube.com/watch?v=zNGDkx3BiSM

      Une histoire magnifique, et je trouve tout ça très beau !

      Posté par Françoise, 28 septembre 2011 à 19:11 | | Répondre
    Nouveau commentaire