Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

21 avril 2013

06h41 - Jean-Philippe BLONDEL

 

  << Précédente |AAccueil Suivante >>

 

 

06h14 - Jean-Philippe BLONDEL

Livre : 06h41 de Jean-Phlippe BLONDEL
Parution
: 3 janvier 2012 (anniversaire de mon neveu !)
Edition : Buchet Chastel, Paris, France.
Genre : romans et nouvelles - français
ISBN : 978-2-283-026052

Prix : 15 euros
Format : 11,5 x 19 cm
232 pages lus.

Liens 
Art
icle "Page des libraires"

Couverture 
Ces lignes parallèles et courbes sont ...   les parallèles ne se rencontrent pas, mais...

 culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

Je n'ai pas pris le train pour vous le raconter, je le regrette !

Elle, c'est Cécile Duffaut qui prend place au fauteuil 58 côté fenêtre. Elle s'installe avec soulagement dans ce train après avoir passé un week-end pénible chez ses parents. Son mari et sa fille n'ont pas voulu l'accompagner.

La place à côté d'elle est libre.

Lui, c'est Philippe Leduc qui grimpe dans ce même compartiment et au même moment où il s'installe sur le fauteuil N° 57, découvre Cécile.

C'est ainsi qu'ils se retrouvent côte à côte. Ils restent cois.

Le train les réunit le temps d'un trajet où va défiler à la vitesse d'un train, toute une vie avec leur rencontre vingt-sept ans auparavant, leur chemin respectif et le silence de cette séparation.

1 heure 1/2 pour se remettre sur les rails d'une aventure avortée. Une parenthèse inattendue qui suspend le temps pour réapprendre à se connaître, se confronter au passé et feindre l'indifférence... 

 

1h1/2 de cheminement qui fait écho par monologue. Le double, pour sa lecture.

Il faut que je vous dise que je ne connaissais pas Jean-Philippe Blondel avant de le découvrir comme vrai coup de coeur chez plusieurs blogueuses.

Un livre sur le pardon, les rêves d'adolescence et le bilan de son parcours quand on saute vers la cinquantaine dans un destin tracé comme les rails d'une voie ferrée ! J'ai beaucoup aimé la description des ressentiments, l'introspection sur les changements d'aptitude face à une vieille connaissance, l'ironie de Cécile sur les désillusions. Elle, elle sort de sa torpeur pour rentrer dans cette situation ambarrassante. Lui, trouve les circonstances amusantes.

L'écriture aligne un chapitre-elle et un chapitre-lui où Jean-Philippe Blondel, l'auteur dépèce le trajectoire de ces personnages au fur et à mesure que les souvenirs s'imposent.  Des vies normées faites de rencontres, de regrets, de choses imperceptibles qui nous construisent et font de ce quotidien, un voyage et un roman doux-amer.

Je suis un peu mitigée pour annoncer que dans ce livre "06h41", j'ai aimé l'écriture aux phrases courtes avec des morceaux choisis. Mais je suis restée à quai en quelque sorte car j'avais envie que l'histoire avance plus vite, même si je ne reste pas indifférente aux vécus de l'auteur car j'ai attaqué le monde d'adulte avec les mêmes aléas. J'ai donc décidé de mieux le connaître avec son roman éponyme qu'est "Et rester vivant" qui sera la rencontre avec l'auteur car Jean-Philippe Blondel s'est inspiré de son histoire personnelle pour l'écrire.

 

Auteur, décrivez-vous ?

Jean_Philippe_BLONDEL
Image de John Foley

Je m'appelle Jean-Philippe Blondel, depuis 1990, je suis professeur d'anglais au Lycée Edouard Herriot de Sainte-Savine, près de Troyes. En parallèle de l'enseignement, je mène une carrière d'écrivain. J'écris depuis l'âge de 19 ans.

Je suis né à Troyes, dans l'Aube en Champagne, (octobre 1964) et suis de nationalité française.

A 17 ans, suite à un accident de la route, je perds ma mère, ainsi que mon frère. Je commençais à le réaliser quand je fus confronté à la perte de mon père, quatre ans plus tard, dans un autre accident de la route. C'est ce faux départ qui m'amène à parcourir la Californie avec mes deux meilleurs amis, Samuel et. Une méthode pour se reconstruire.

Je suis marié et père de deux filles.

Mes préférences en lecture sont Echenoz, Modiano aussi bien qu'Auster ou Proust.

Depuis, je me suis exercé à rendre ma vie musique. J'écoute Etienne Daho et d'autres chanteurs dont le disque de Lloyd Cole. Chaque roman est écrit sur une note musicale. Ainsi ce roman fut écrit avec le groupe australien "Jet" sur la chanson "Look what you've done"

J'écris tant pour le public adultes que pour les adolescents. Certains de mes romans sont de l'ordre autobiographique et d'autres comme celui-ci font partie de la littérature imaginaire.


Ces oeuvres :

. Accès direct à la plage - 2003 (Prix Marie Claire Blais en 2005) - Editeur : Delphine Montalant - Musique choisi : Etienne Daho
. 1979 - 2004 - Editeur : Delphine Montalant - Musique choisi : Smashing Pumpkins
. Juke-box - 2004 - Editeur : Robert Laffont
. Un miniscule inventaire - 2005 - Editeur : Robert Laffont
. Passage de gué - 2006 - Editeur : Robert Laffont
. Rencontres au bout du monde - 2007 - Editeur : Le bout du monde - Recueil de nouvelles
. This is not a love song - 2007 - Editeur : Robert Laffont (Prix Charles Exrayat en 2008)
. Un endroit pour vivre - 2007 - Editeur : Actes Sud Junior
. A contretemps - 2009 - Editeur : Robert Laffont
. Au rebond - 2009 - Editeur : Actes Sud Junior
. Le Baby-sitter - 2010 - Edition Buchet Chastel
. Blog - 2010 - Actes Sud Junior
. Qui vive ? - 2010
. G229 - 2011 - Edition Buchet Chastel -  (Prix du Roman, version Femina - Virgin Megastore 2011)
                     "le titre du roman est le numéro de la salle où il enseigne".
. Replay - 2011 - Editeur : Actes Sud Junior
. Brise glace - 2011 - Editeur : Actes Sud Junior
. Et rester vivant - 2011 (c'est l'histoire de sa vie qui raconte le drame familial)
. 06h14 - 2012 - Edition Buchet Chastel (roman qui fait partie des quatre finalistes du Prix Relay des voyageurs)

Inspiration sur cette histoire ?

« Le roman est né à la poste. Il y a quinze ans à peu près. C'est marrant de voir le temps que mettent les idées avant de fleurir. J'étais à la poste à Troyes et je faisais la queue derrière un mec qui avait besoin de donner son nom, je ne sais plus pourquoi. De l'autre côté du guichet, la fille lui demande son nom. Il lui donne ; c'était un nom polonais hyper compliqué avec des « z », des « c », des « k ». Et la fille l'écrit sans faire une faute d'orthographe ! Le mec lui dit « chapeau car d'habitude les gens se plantent tout le temps ». Elle le regarde et lui dit : « Vous ne vous souvenez vraiment pas de moi ? » Il lui dit « non, je devrais ? » Elle lui répond « oui, on est sorti ensemble il y a 25 ans ! » (rires). C'était il y a quinze ans. Un tout petit truc. Mais je me suis dit que ça, ça ressortirait. » ndlr

 

Diplômes 

1982 - Baccalauréat A2 mention TB – Lycée Chrestien de Troyes 1987 Maître d’anglais
1988 - Licence Lettres modernes
1989 - CAPES anglais
1998 - Agrégation anglais 

A propos de Jean-Philippe Blondel sur facebook

 

Extraits

Pour "Elle"

« J'aime bien les trains. Les heures passées à ne rien faire de particulier. On prépare un sac pour le trajet – pareil que les enfants quand ils sont encore petits. On y fourre deux livres de poche, des chewing-gums, une bouteille d'eau – pour un peu on y mettrait aussi sa couverture fétiche. Tout pour que le temps passe agréablement. En arrivant à la gare, on traîne même du côté des magazines, et on en achète un, de préférence sur les riches et célèbres. C'est comme si on allait à la plage – et, comme à la plage, on n'ouvre ni les romans, ni le magazine, on ne mâche pas de sucreries et on oublie même de s'hydrater. On est hypnotisé par le paysage qui défile ou par le rythme des vagues. »

« Chaque fois que je reviens les voir, mes parents, j'ai l'impression de redescendre l'échelle temporelle et sociale que je grimpe avec circonspection mais ténacité. Dès que j'arrive à la gare, je retrouve mes oripeaux d'enfance - la voix qui tremblote, le geste mal assuré  et l'agacement. Cet agacement profond qui me fait me demander pourquoi, mais pourquoi grands dieux est-ce que m'inflige cette visite bimensuelle ? »

Pour "Lui"

« Depuis longtemps. C'est ce qui me trouble. Tu rencontres quelqu'un, tu l'accompagnes pendant quelque temps, puis il ou elle disparaît de ton quotidien, tu t'en remets, tu oublies. Un jour, dans un train, tu te dis : « Si ça se trouve, il ou elle est mort. » Je suis content de voyager en silence avec Cécile Duffaut parce que je sais qu'elle n'est pas morte. »

 

« Le verbe "avoir". Il est gênant, celui-là. Ce n'est pas un verbe qui m'est familier. Plus le temps passe, et plus je perds. Plus je perds et plus je suis libre. Plus je suis libre et moins j'ai envie de l'être. Qu'est-ce qui je vais faire de toute cette liberté ? »

Quatrième de couverture

Le train de 06h41, départ Troyes, arrivée Paris. Bondé, comme tous les lundis matins. Cécile Duffaut, 47 ans, revient d’un week-end épuisant chez ses parents. Elle a hâte de retrouver son mari, sa fille et sa situation de chef-d’entreprise. La place à côté d’elle est libre. S’y installe, après une légère hésitation, Philippe Leduc. Cécile et lui ont été amants vingt-sept ans auparavant, pendant quelques mois. Cela s’est très mal passé. A leur insu, cette histoire avortée et désagréable a profondément modifié leurs chemins respectifs. Tandis que le train roule vers Paris et que le silence s’installe, les images remontent. Ils ont une heure et demie pour décider de ce qui les attend.

 

"Laisser vos coups de coeur et vos coups de gueule en commentaire", merci.

 

Liste alphabétique  "LIRE & RELIURE" à consulter      par auteur  ICI

.......................

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 

 Les_oreilles_de_Buster

La_voie_marion_de_Jean_Philippe_MEGNIN

Les_chaussures_italiennes_de_Henning_Mankell

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise


L'ombre du vent

La_vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

Les oreilles de Buster
Maria Ernestam
La voie marion
Jean-Philippe Mégnin
Les chaussures italiennes de Henning Mankell Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

 ...................................

Traduction  : Français,  Allemand,   AnglaisArabe,  Hollandais 
Parution : 21 avril 2013 
Mise à jour  :  22 avril 2013
                 Répondre                        

 

 

 << Précédente |AAccueil Suivante >>

 

 


Commentaires sur 06h41 - Jean-Philippe BLONDEL

    Je peux...

    (...) comprendre que l'auteur ait pu accrocher et mettre de côté l'anecdote de la poste, c'est tellement beau et surtout tellement vrai, personnellement comme Jean-Philippe Blondel je n'aurais pas résisté à écrire...

    Merci pour le clin d'oeil

    Posté par Petitroseaunath, 21 avril 2013 à 21:54 | | Répondre
  • La rue Pierre Brossolette à Sainte-Savine !!!!! J'y ai vécu 4 ans...

    Posté par qmjd, 22 avril 2013 à 01:14 | | Répondre
  • bien intéressant...

    ...de lire la présentation de cette histoire...amusant aussi la façon dont cette histoire fut inspirée.....!

    ça me donne le goût de lire ce livre...j'aime les voyages en train.....!

    bonne journée
    ly xx

    Posté par lady, 22 avril 2013 à 03:38 | | Répondre
  • Encore un livre à rajouter à ma liste "librairie" quand on rentre en France !!

    Posté par isabelle, 22 avril 2013 à 07:42 | | Répondre
  • L'histoire est attirante. Je vais aller voir cet auteur. Merci pour la présentation et amitiés.

    Posté par danae, 22 avril 2013 à 09:39 | | Répondre
  • Bonjour
    Le scénario de ce roman ne peut que me donner envi de le lire, j'ai aimé l'anecdote du rappel après 25 ans
    Le train en train n'est pas pour moi le meilleur de mes souvenirs de jeunesse, c'était pour me rendre à mon travail plutôt difficile à 25 km
    Merci de votre visite
    Bonne journée
    Bien cordialement
    Méline

    Posté par mel-and-tof, 22 avril 2013 à 10:03 | | Répondre
  • Je découvre ... et j'aime déjà !

    Posté par asiemutée, 22 avril 2013 à 12:04 | | Répondre
  • Je ne connais pas du tout cet auteur. Je le découvre grâce à ton billet, beaucoup questionnements dans et autour de la famille. Je note. Bonne soirée. Merci d'être passée par Rouen, mon train était à l'heure

    Posté par dodovanille, 22 avril 2013 à 21:13 | | Répondre
  • Merci pour l'anecdote à l'origine de ce livre, je ne la connaissais pas ! j'ai bien aimé ce livre, moins "et rester vivant", beaucoup "le baby-sitter"...j'espère que ton lilas est fleuri et que tu as pu satisfaire ton envie de bouquet ! douce soirée...

    Posté par catherine, 23 avril 2013 à 22:19 | | Répondre
  • ça donne envie de le découvrir... hop, dans ma liste à lire (qui s'allonge, s'allonge...)

    Posté par Marie, 24 avril 2013 à 14:06 | | Répondre
  • Bonjour
    Merci de votre passage et j'espère que votre jardin donnera bien des couleurs.
    Amitiés, Michel

    Posté par Michel A, 25 avril 2013 à 10:50 | | Répondre
  • Toujours intéressant de découvrir des livres ici, en détails, en long et en large. Des idées de lecture pour les soirées jardin d'été....

    Posté par christiana, 28 avril 2013 à 23:39 | | Répondre
  • ça donne envie...

    Posté par val, 30 avril 2013 à 18:33 | | Répondre
  • auteur et livre me sont inconnues, mais je vais aller voir chez mes libraires préférées si elles ont cela en rayon...merci du partage

    Posté par mab, 10 mai 2013 à 13:26 | | Répondre
  • Comme une envie ,une belle idée de lecture .
    Bisous du mardi et à bientôt .
    Maman mule .

    Posté par mère de la mule, 14 mai 2013 à 14:11 | | Répondre
  • C'est bon l'enfance et ses souvenirs !
    Un peu trop nostalgique et introspectif peut être pour moi mais je pense que j'aimerais.
    Très sympa son expression "... rendre ma vie musique" !

    Merci pour ce message toujours aussi bien structuré et renseigné.
    Bisous et douce journée.

    Posté par JO TOURTIT, 17 mai 2013 à 12:28 | | Répondre
  • Voilà que tu me donnes envie de découvrir ce livre... Pour moi, qui prend souvent le train, ça tombe bien !

    Posté par Fée des Brumes, 11 septembre 2013 à 08:09 | | Répondre
Nouveau commentaire