Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

20 janvier 2007

LIRE ET RELIuRE

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

Lire

Liste alphabétique à consulter      par auteur  ICI

L_ombre_du_vent

18.01.07

L'OMBRE DU VENT de Carlos Ruiz ZAFON

C'est le premier livre que j'ai voulu abandonné volontairement dans un lieu pour voir son cheminement. C'était la semaine dernière. J'attends que les gens m'écrivent pour avoir leur impression. J'ai tellement voyagé avec lui qu'à mon tour j'ai voulu lui donné sa chance.

0

0

C'est la nostalgie dans une Barcelone d'après guerre ou Daniel découvre, à l'aube, un matin, amené par son père, libraire en livres anciens, un lieu, connu seulement des initiés : le Cimetière des Livres Oubliés.
La tradition veut que tout nouveau visiteur y adopte un livre afin de le sauver de l'oubli. Pour Daniel, ce sera L'ombre du vent de Julian Carax, un parfait inconnu.
Daniel va finir par s'intéresser à la vie et l'oeuvre de Carax et va vivre des aventures surprenantes et passionnantes. L'aventure nous entraîne et page par page l'on découvre des personnages, on y croise des ombres pour certaines attachantes ou d'autres qui laissent un goût d'inquiétude, mais le narrateur nous tient pendant 20 ans dans le brouillard de ses intrigues.

Dans la première partie, on s'enfonce dans le mystère ; dans la deuxième partie, on s'imprègne des personnages.

C'est un premier roman de l'auteur.

Extrait
"Les livres sont des miroirs, et l'on y voit que ce qu'on porte en soi-même."

Ligne

- Retour à la liste des chroniques

BALZAC ET LA PETITE TAILLEUSE CHINOISE

de Dai Sijie

Balzac_et_la_Petite_Tailleuse_chinoise

2004

___________________________________________20.01.2007

Roman frais et exotique. C'est un premier roman de l'auteur qui nous fait redécouvrir la puissance des mots et le pouvoir de la lecture, l'amour du livre, l'amour... la vie quoi, même loin de nous, même difficile, même insupportable.

0Le narrateur de ce livre est un des deux personnages, ami de Luo, tous deux adolescents citadins en Chine, au début des années 70. Ils sont condamnés à être "rééduquées" dans un village communiste. Leur crime : être issus de familles cultivées et être allés à l'école.
Malgré leur sort, avec l'aide d'un autre garçon, lui aussi en rééducation dans un village voisin, ils ont accès à l'interdit : des livres, traduits des plus grands auteurs occidentaux, tels que Balzac, Dumas, Baudelaire, Hugo... et grâce à eux, ils s'initient à la vie, le rêve, le désir qu'ils ont tous les deux pour la "Petite Tailleuse" qu'ils vont essayer de transformer en jeune fille cultivée.
Mais ces changements orchestrés par la lecture et l'envie qu'on a de partager la culture que l'on vient d'acquérir, transforme radicalement la petite tailleuse, jusqu'à ce que le piège des personnages de Balzac se referme sur le trio. Elle devient une femme épanouie qui veut découvrir le monde non plus grâce aux livres, mais avec ses propres yeux.
Le narrateur reste un personnage actif, mais la plus part du temps témoin des évènements qu'il rapporte. L'auteur a décidé de ne pas lui donner de nom et le rend attachant par son histoire qui nous invite à s'y identifier, par le fait qu'il est jeune, insouciant, fatigué du train de vie habituel, à la recherche d'aventure à travers ce nouveau monde totalement différent du sien.
C'est ce qui nous permet de s'évader et de se libérer tout au long de la lecture.

Extrait
« Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens, et l'ouvrîmes silencieusement. À l'intérieur, des piles de livres s'illuminèrent sous notre torche électrique ; les grands écrivains occidentaux nous accueillirent à bras ouverts : à leur tête, se tenait notre vieil ami Balzac, avec cinq ou six romans, suivi de Victor Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Baudelaire, Romain Rolland, Rousseau, Tolstoï, Gogol, Dostoïevski, et quelques Anglais : Dickens, Kipling, Emily Brontë... - Quel éblouissement ! - Il referma la valise et, posant une main dessus, comme un chrétien prêtant serment, il me déclara : Avec ces livres, je vais transformer la Petite Tailleuse. Elle ne sera plus jamais une simple montagnarde. »

Ligne

LUS

Matin_brun

___________________________________________01.02.2007

La_tache

La_joueuse_de_go

Truisme

Les_particules__l_mentaires

L_Histoire_de_PiRésumé du livre

Piscine Molitor Patel, dit Pi, est le fils du directeur du zoo de Pondichéry. Lorsque son père décide de quitter l'Inde, la famille liquide ses affaires et embarque, accompagnée d'une étonnante ménagerie, sur un cargo japonais : direction le Canada. Le navire fait naufrage, et Pi se retrouve seul survivant à bord d'un canot de sauvetage. Seul, ou presque... Richard Parker, splendide tigre du Bengale, est aussi du voyage. Comment survit-on pendant 227 jours en tête-à-tête avec un fauve de trois cents kilos ? C'est l'incroyable histoire de Pi Patel.


La_ballade_de_l_impossible

Et_apres

Résumé du livre

À huit ans, Nathan est entré dans le tunnel lumineux de la « mort imminente ». Plongeant dans un lac pour aider une fillette, l’enfant s’est noyé. Arrêt cardiaque, mort clinique. Et puis, contre toute attente, de nouveau, la vie. Vingt ans plus tard, Nathan est devenu l’un des plus brillants avocats de New York. Il a tout oublié de cet épisode traumatisant. Il a même fini par épouser la « petite fille du lac », Mallory, sa femme qu’il a passionnément aimée, puis qui l’a quitté, et qui lui manque comme au premier jour… Mais Nathan ignore que ceux qui reviennent de l’autre côté ne sont plus tout à fait les mêmes. Aujourd’hui il connaît la réussite, la notoriété et la prospérité. Il est temps pour lui de découvrir pourquoi il est revenu.

Da_Vinci_code

___________________________________________11.11.2007 

De Marquette à Véracruz de Jim Harrison

De_Marquette___V_racruz_de_Jim_Harrison


A LIRE

_____________________________________________________01.06.2007

L_elegance_du_herisson

0

0

0

0

0

0

0

0

0

0

____________________________________________24.10.2007

Cent ans de solitude
de Gabriel Garcia Marquez

Cent_ans_de_solitude_de_Gabriel_Garcia_Marquez
Après lecture de l'extrait, il fait partie des livres vers lesquels je m'orienterai  pour la composition de ses écrits à la fois mystique et passionné. J'ai l'impression que je vais chavirer à sa lecture...

Extrait :

L'air y avait une densité toute nouvelle, comme si on finissait juste de l'inventer, et les belles mulâtresses qui attendaient sans espoir entre les pétales sanglants et les disques passés de modes, connaissaient des offices de l'amour que l'homme avait oublié d'emporter du paradis terrestre. La première nuit où le groupe s'en vint rendre visite à cette serre à illusions, la splendide et taciturne doyenne, qui surveillait les entrées dans un fauteuil à bascule en rotin, sentit le temps revenir à ses sources premières quand elle découvrit parmi les cinq nouveaux arrivants un homme aux os saillants, au teint bistre, aux pommettes tartares, marqué depuis le commencement du monde et à jamais par la vérole de la solitude.

-Aïe ! soupira-t-elle. Aureliano !

Elle était en train de revoir le colonel Auréliano Buendia comme elle l'avait vu à la lumière d'une lampe bien avant toutes les guerres, bien avant la désolation de la gloire et l'exil de la désillusion, par cette aube lointaine où il s'en vint jusqu'à sa chambre donner un ordre pour la première fois de sa vie : l'ordre qu'on lui fît l'amour. C'était Pilar Ternera. Il y avait des années de cela, quand elle avait atteint ses cent quarante-cinq ans, elle avait renoncé à la pernicieuse habitude de tenir les comptes de son âge et continué à vivre dans le temps statique et marginal des souvenirs, dans un futur parfaitement révélé et en vigueur, bien au-delà des futurs perturbés par les embûches et les suppositions captieuses des cartes.

Depuis cette nuit-là, Aureliano s'était réfugié dans la tendresse et la compatissante compréhension de sa trisaïeule ignorée. Assise dans son fauteuil à bascule en rotin, elle évoquait le passé, reconstituait la grandeur et l'infortune de la famille et la splendeur de Macondo réduite à néant… (Pages 371 - 372)

____________________________________________7.02.2008

La Horde du contrevent d'Alain Damasio

La_Horde_du_Contrevent_de_Alain_Damasio

Recommandé par Sarkimi, une blogueuse du site
"Sur le fil [Les bonheurs minuscules et les jours imparfaits d'une vie sans histoires]

Ligne

La vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

Livre___LA_VIE_REVEE_DES_PLANTES_de_LEE_SEUNG_U

______________________________19.02.2008

Notes perso.

Juste commencé ce dimanche 16 février. Mes impressions viendront à la suite...

Présentation de l'éditeur
Enigmatique et pénétrante, l'atmosphère de La vie rêvée des plantes irradie d'un mélange déroutant d'infinie délicatesse et de violence extrême. Comme dans le jeune cinéma coréen, l'audace narrative
l'emporte ; on est pris à la gorge. Contraint d'espionner sa propre mère pour un mystérieux commanditaire, Kihyon est confronté à d'obscurs
secrets de famille. Par tous les moyens, il tente de réparer les blessures du passé, entre une mère au comportement étrange, un père réfugié dans la culture des plantes et un grand frère adoré et haï, amputé des deux jambes à l'armée. La folle passion de Kihyon pour l'ancienne petite amie de son frère n'arrange en rien la situation. Dès lors, sa confession, lourde de silence et de résignation, de culpabilité et d'espoir insensé, nous plonge dans les formes les plus crues et les plus élevées de l'amour.

Biographie de l'auteur
Lee Seung-U est né en 1959 en Corée du Sud. Majeure et unique dans la littérature coréenne contemporaine, sa voix est celle de l'intranquillité. La vie rêvée des plantes est traduit pour la première fois en français.

...................................

Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais
Parution : 20 janvier 2007
Mise à jour  : 19 décembre 2010

Répondre

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 06:47 - Lire et reliure - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires sur LIRE ET RELIuRE

    J'arrive moi aussi sur ce site un peu par hasard, et quelle n'est pas ma surprise de voir cité "L'ombre du vent" : je suis actuellement en train de le lire et je retrouve un plaisir de lire que je n'avais pas eu depuis longtemps ...
    Bravo pour votre site... j'y reviendrai !

    Posté par sofi, 25 janvier 2008 à 16:22 | | Répondre
  • Bonjour, Pas à Pas
    Je viens de terminer l'Ombre du Vent et cette lecture fut un vrai plaisir ... C'est encore mieux quand on sait que ce plaisir a été partagé par d'autres personnes, un lien invisible se crée...
    Connais-tu un livre qui s'appelle La Horde de Contrevent ?
    A bientôt,
    Sophie

    http://minasurlaterre.canalblog.com/
    http://sofisurlefil.canalblog.com/

    Posté par Sophie, 07 février 2008 à 14:23 | | Répondre
  • Les bienveillantes

    Bonjour, Pas à Pas

    Je viens de commencer les Bienveillantes, de Jonathan Littel ... L'as-tu lu ?
    Ce livre m'interpelle et me gêne ...

    Sophie

    Posté par Sophie, 19 février 2008 à 14:00 | | Répondre
  • J'ai lu et aimé "La Part de l'autre" "Balzac et la petite Tailleuse chinoise" "La Tache" par contre déçue par "L'élégance du Hérisson" de Muriel Barbery "Gourmandise".. Je n'ai pas encore lu Murakami. Bonne semaine

    Posté par dodovanille, 22 avril 2012 à 21:26 | | Répondre
  • L'ombre du vent, je viens de l'acheter mais ne l'ai pas encore lu ! Une riche idée de le laisser sur un banc, et de le partager. Amitiés.

    Posté par danae, 09 novembre 2012 à 09:57 | | Répondre
  • L'OMBRE DU VENT de Carlos Ruiz ZAFON...j'ai pris note, je vais le lire.
    F

    Posté par L§F, 19 mars 2014 à 20:22 | | Répondre
  • Bonjour,
    "Balzac et la petite tailleuse chinoise" de Dai Sijie.j'ai pris note, je vais le lire.
    J'aime bcp le nom de votre blog.
    Merci de votre visite.
    A+

    Posté par Elisa, 12 octobre 2014 à 17:51 | | Répondre
  • L'OMBRE DU VENT :Tu en parles tellement bien que je vais me laisser tenter...j'aurais aimer le trouver sur un banc!

    Posté par L§F, 13 octobre 2014 à 08:42 | | Répondre
  • Je viens de découvrir votre site - par un lien à propos de Niki de Saint-Phalle (TB d'ailleurs ce post). Et puis d'impasse en impasse j'arrive sur votre commentaire de "L'ombre du vent" et là, je ne résiste pas à l'envie de vous laisser un message. Pour vous remercier. J'avais l'impression que personne ne connaissait ce livre. Je n'ai pas trouvé votre exemplaire, j'en ai un à moi. J'avoue ne pas l'avoir perdu exprès. Par contre, je l'ai conseillé à mon ado (14 ans). Cela m'a émue qu'il soit emballé aussi par ce livre. Il m'a dit qu'en plus, lui, il a partagé les émotions du garçon, surtout au début du livre, au moment où ils ont quasiment le même âge...
    J'aimerais bien que la magie ce livre ne reste pas seulement dans le cimetière des livres oubliés.
    Je reviendrais quant à moi, perdre mes pas dans vos impasses.

    Posté par MMT_KY, 04 septembre 2007 à 16:20 | | Répondre
Nouveau commentaire