Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

23 juin 2010

Fin d'année, fin d'études

<< Précédente | AAccueil | Suivante >> 

Terminus, le travail est bouclé, le tourisme scolaire vogue, le taux d'absentéisme atteint un niveau qui dépasse la moyenne des élèves.

Moyenne ? Que signifie ce mot, question insidieuse qui ramènerait cette fin d'études à être admis à 50 %, à 10 sur 20, à...

La_Roumanie_s_ecrie

Ce passage obligeait pour accéder au niveau supérieur et qui confère aux bacheliers d'aujourd'hui la possibilité d'accéder au moins à la préparation d'un BTS alors qu'il y a quarante ans, il permettait de passer le concours de l'Ecole Normale !

Le baccalauréat est donc déflationnaire. Il est dévalué et n'apporte que l'accès à l'ANPE au Pôle Emploi et la certitude d'avoir fini le secondaire pour un nombre de plus en plus croissant d'élèves. Il est la fin de l'enseignement secondaire qui comprend le lycée et le collège. La scolarité en France étant obligatoire jusqu'à 16 ans.

Il est l'appareil qui remplace la guillotine car 17 % seront recalés, 50 % seront décalés et écrasés par l'absence de motivation, 30 % continueront dont 10 % renonceront car ils ne connaîtront pas le dépassement de soi par l'absence d'objectifs et ils rejoindront le banc des échoués de la 1ère moitié. 3 % maintiennent leur altérité parce qu'ils auront surestimé leur capacité et capituleront avant la deuxième phase.

Expression "Rien n'est jamais acquis à l'homme. Ni sa force, ni sa faiblesse [... ] et quand il croit serrer son bonheur [... ] son ombre est celle d'une croix... " Louis ARAGON

70 % de d'échecs au final. Les élèves découvriront ce qu'est la dure loi de l'existence : la vérité. Ils deviendront des "Pas de côté", décalés, hors du champ. Marginalisés ou excentrés comment pourront'ils résister dans cette société ? Est-ce la faute de l'absence de projet d'orientation ? Ou l'absence de mesures par les notes qui permettent de qualifier la progression et l'évaluation des acquis ?

De ce carnage, il ressort à se poser qu'elle est la valeur marchande de ce diplôme ? car sans mention, apporte t'il des possibilités ou le devenir n'est qu'anathème.

ExpressionDiplôme : Titre, grade émané d'une université, d'une faculté, d'une société savante, d'un corps, d'une école publique, etc. pour attester les connaissances et les aptitudes de quelqu'un.

Toute cette gangraine afflige leur niveau de vie et va de pair avec une non reconnaissance qui convertit le niveau du SMIC à être donné à un niveau supérieur. Cette mesure indirecte accentue la pression vers une uniformisation des baisses de salaires européens.

Apprendre

Photo du site ainsisoije

La société mute, mais vers quoi ? RUPTURE

  • Ne plus avoir de BAC et attendre en fin d'année d'être recruté par des Universités ou des grandes écoles qui viendraient voir les dossiers des élèves pour définir les cas scolaires détenteurs du niveau nécessaire ou dont le profil semble intéressant. En d'autres termes cela reviendrait à créer une pépinière ou un "jardin botanique" où les Facultés viendraient cueillir les souches porteuses !

  • Ou rétablir la rigueur, le sens de l'effort, le besoin de concours qui est une solution impartiale. Ce choix a des vertus pédagogiques car l'objectif est d'atteindre le succès et démontre le besoin d'être performant, d'être motivé, de donner du sens à son action pour maîtriser son avenir,

  • S'orienter vers une filière plus professionnelle qui éviterait ce délitement des élèves qui encerclent les bancs des facultés les premiers trimestres 

Etre correcteur ?

Le BAC est une vérité car le correcteur ne fait pas la différence entre un élève intelligent qui s'exprime mal et une personne apte ou capable d'en profiter.  La valeur des aptitudes est jugée mais non les élèves.

Le taux d'échec à l'université est supérieur à 50 %. Alors qu'en 2009 le taux de réussite au BAC est de 86 % (en 2006 : 64 %). Ce taux record de réussite n'apporte t'il pas une fausse note à ce classement !

Il est à noter qu'une personne sur deux a aujourd'hui un emploi sans rapport avec sa formation initiale. Il est donc nécessaire de développer l'esprit d'analyse et la culture générale afin d'être capable de se remettre en question avec des repères comme garde-fou pour vivre en société dans un état en constante évolution. La crainte de l'avenir est castatrice dans nos choix et n'apporte qu'obstacles.

Il en est pas de même pour les études. Le choix est très important car si la motivation s'effondre comme les 1/3 qui se retrouvent à l'Université, l'échec est assuré et les chances s'amenuisent de trouver un emploi. Les statistiques rapportent que seulement 61 % des bacheliers généraux arrivent à la licence pour 25 % de l'ensemble des bacheliers (technologique, général et professionnel). Même si l'accès au baccalauréat se démocratise sa valeur reste liée à sa catégorie.

>> L'histoire du BAC remonte au Moyen-Age où à cette époque c'était comme une licence universitaire. 
     17 mai 1808, Napoléon créée le BAC qui est un examen oral sur l'ensemble du programme du lycée.
     1830, l'examen du baccalauréat qui se faisait à l'oral dispose d'un écrit.
      1852, l'option "Sciences" ou "Littéraire" est donnée au baccalauréat.
      Fin du XIXe siècle, il est organisé sur deux ans avec une épreuve orale en première et une épreuve écrite fin de
       terminale.
      1965, introduction de nouvelles filières,
       1969, création du BAC technologique,
       1985, création du BAC professionnel.

>>  1% passe le bacalauréat sous Jules Ferry.

      3 % au Front Populaire
     10 % à la quatrière République

Le BAC d'aujourd'hui a plusieurs titres : général, technologique, professionnel et a évolué à la demande de la société car la main-d'oeuvre non qualifiée était supérieure au besoin. Mais le surcroît de bacheliers fait qu'il y a concurrence et il faut donc l'appréhender. Souvent la nécessité est de prolonger ses études par une spécialisation. D'autres s'offrent l'originalité de construire leur parcours avec leur oeil arstitique, etc.

Il amène la possibilité à nombre d'entre vous d'yaccéder de ce fait plus facilement. Mais à partir de ce diplôme, il faut se démarquer car le BAC n'est qu'une étape ou un tremplin vers une spécialisation.

Le BAC d'hier apportait généralement en plus la considération car seule une élite y accéder et il ouvrait les portes à l'ascension sociale.

Orientation ?

Maintenant reste à choisir l'orientation pour se construire un parcours cohérent. Les solutions sont en fonction de la filière prise au BAC.

Il faut envisager une carrière qui corresponde à vos attentes et dans laquelle vous vous épanouirez tout en tenant compte du secteur choisi mais également de vos possibilités. Faites de votre CV le sésame de l'emploi.

Il est donc nécessaire de définir le type de profession vers lequel vous désirer vous diriger. Il est important d'y voir clair car de cette exigence dépendra les chances de réussite. C'est votre avenir qui se joue !

Révision ?

Il faut ajuster ses savoirs aux attentes du Jury. Il est donc conseiller de réviser sur des annales qui se réfèrent aux devoirs de l'année. Il est préférable de faire un maximum d'exercices plutôt que d'essayer d'emmagasiner des connaissances même si elles s'avèrent être imparfaites.

Pour cela, il faut positionner sur un planning le programme afin de rationaliser les temps impartis aux révisions et aux moments de détente.

Comment conjurer le stress ?

Beaucoup candidats sont anxieux subissent le désagrément de maux de ventre. Ils optent pour le "pack Exam", en terme de médicaments.

Remède : Elixir parégorique composé d'Opium qui calme les douleurs de l'appareil digestif. L'Opium est issu des capsules des pavots.

Bibliographie

Petite récréation en ce mercredi 23 juin 2010.

Lorsque j'ai écrit ce texte, je pensais qu'il pourrait être utile aux nombreux étudiants qui abordent cette étape clé. Il est là pour vous aider si vous êtes dans cette situation, afin de mieux comprendre ce qu'est l'offre et la demande. Mais garder à l'esprit qu'il fut écrit fin juin 2010.

______________________________________________________________________________________________________________
d'autres articles,

Vous aimerez peut-être :

    CRIT_dentaire__2010__Equipe_de_Marseille  Chemin Cérémonie religieuse Pélerinage Sarah 2010

    Rose_Pierre_de_Ronsard

    IMG_0111 Diane d'Ephese Villa d'Este
    Signal
    CRIT Dentaire

    Beauduc
    CAMARGUE

    Marie Sarah
    CAMARGUE
    Pierre de RONSARD
    ou la douce vie
    Courtiser VENISE
    Merveille de la nature
    Diane d'Ephese

    .............................
    Actualités

    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
    Arabe,   
    Parution de l'article,  23 juin 2010
    Mise à jour  : 25 juin 2010

                       Répondre

                

Posté par PASPERDUS à 16:29 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires sur Fin d'année, fin d'études

    Un long débat que celui-ci et il y a bien longtemps que je ne "suis" plus le monde des étudiants, mes fils étant grands ...
    Ceci dit, je suis affolée par le mauvais orthographe des jeunes d'aujourd'hui et par la désorientation qu'occasionne "l'orientation" .......
    Pour le trac, je donnais à mes enfants des pilules homéopathiques de Gelsemium et ça marchait bien !
    Bises

    Posté par JO TOURTIT, 24 juin 2010 à 07:55 | | Répondre
  • Bonjour Pasperdu
    Un article fort passionnant j'ai trouvé et une belle illustration avec ce choix de photo très graphique qui me plait beaucoup!
    L'ANPE n'existe plus aujourd'hui car c'est le pôle emploi mais bon les résultats sont les mêmes, voir pire, avec des conditions de travail particulièrement stressantes et cet afflux de nouveaux demandeurs d'emploi depuis la crise financière n'arrange rien!!!
    Bon WE à toi
    Amicalement

    Posté par Eric, 25 juin 2010 à 02:16 | | Répondre
  • c'est vrai que je me souviens du stress que nous avions tous en ces périodes, maintenant je suis bien tranquille, encore 8 ans de tranquillité après je remets ça avec mon petit fils!

    Posté par maevina, 25 juin 2010 à 14:39 | | Répondre
  • Un article très intéressant. C'est vrai que l'"aurtaugrafe" devient déplorable mais je ne suis plus autorisée à donner mon avis sur l'enseignement, il y a longtemps que je ne suis plus concernée...Les jeunes aujourd'hui ont pourtant bien des outils en main pour devenir plus intelligents que nous ne l'étions. Emissions de télé, internet...Mais encore faut-il se servir de ces outils à bon escient. Tout un débat!

    Posté par christiana, 27 juin 2010 à 21:40 | | Répondre
  • Triste, cette éducation "nationale" qui est loin d'être une priorité, et qui ne verra peut-être jamais (en tous cas perso je n'y crois plus, ce sera pour les prochaines gé&nérations ???) "la" réforme qui ferait avancer les choses, qui préparerait les suivantes qui... pffff...pas assez juteux, ce ministère...les résultats de l'engagement sont trop loin du bout des nez...

    Posté par Claire-4-7, 28 juin 2010 à 16:22 | | Répondre
  • Bravo, merci, pour ces paroles qui sont justes et que je regrette de ne pas avoir écrites, bien que formatrice pour adultes et non enseignante...j'en retrouve tant "après" des à coté du système, bien bosselés et souvent désabusés...

    Posté par mab, 28 juin 2010 à 19:40 | | Répondre
  • C'est un bien triste constat ! Quelque part, je suis heureuse d'être presque à la fin de ma carrière professionnelle ... mais je plains les jeunes qui font des études, des sacrifices (les parents aussi d'ailleurs), pour pas grand chose à la sortie et surtout de tristes perspectives d'avenir !
    Non mais, tu m'as mis le bourdon, là ... j'ai un discours de vieille réactionnaire, moi qui me veut résoluement optimiste !!

    Posté par asiemutée, 29 juin 2010 à 15:37 | | Répondre
  • Le bac, c'est comme la lessive : on mouille, on sèche... et on repasse
    Bisous du mercredi et à bientôt
    Maman Mule

    Posté par mère de la mule, 30 juin 2010 à 10:10 | | Répondre
  • BAC Français passé pour ma dernière en L... Bien vu, ta note, remarquable de réalisme...

    Posté par karine, 04 juillet 2010 à 16:14 | | Répondre
  • Une analyse guère optimiste mais tellement réaliste, hélas.

    Posté par Ciorane, 08 juillet 2010 à 17:23 | | Répondre
Nouveau commentaire