Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

12 janvier 2017

Grau-du-Roi, du passage à la ligne

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

Le soleil finit par plonger dans la mer, l'eau qui semble parfaite s'éprend de couleur, pour accueillir le soleil sur le chenal du Grau-du-Roi.

 

Coucher du soleil Grau du Roi

 

Il se couche sur la ligne de l'horizon et se décline dans toute sa splendeur.

 

IMG_0443

 

Le ciel s'embrase, la couleur orange se brise tel un jaune d'oeuf, s'étale sur la nappe d'eau, déborde. Le rouge règne et flamboie comme l'amour qui rayonne. Le rouge jette sa lumière sur toutes les formes jusqu'à ce qu'elles disparaissent et deviennent des éclats.

C'est un vrai spectacle que vous captive tous les hivers à la mi-décembre car le soleil s'aligne au centre du chenal dans une intensité rare. Pour y assister, il suffit de se placer sur le pont tournant.

 

IMG_0449

 

Le quai Colbert au bord du canal du Rhône à Sète se situe sur la rive droite. Il fait face au quai du Général de Gaulle où se situe le phare édifié au XIXème siècle. Il est couvert d'un lanternon en cuivre de 1828. Cet édifice est classé Monument Historique. Il est éteint depuis 1869, remplacé par le phare de l'Espiguette. Il est d'une hauteur de 19 mètres.

   Frise

La maison du Dauphin porte son nom par la sculpture qui décore le médaillon de son fronton. Elle est typique de l'architure du XXème siècle. Les dauphins sont représentatifs de la mer. De l'autre coté de la toiture, une tour est érigée.

Grau du Roi La maison du DauphinPhoto de Claude Renous

La Villa Parry doit son nom à l'architecte Ferdinand Parry qui en 1898 acheta ce terrain pour y construire la villa des "Dunes", appelée plus couramment "Parry".

 

   Frise

 

 La villa Rédarès n'est plus que le vestige des souvenirs, aujourd'hui. Elle est morte à 81 ans. Une batisse construite en 1928, de 50 mètres de large sur front de mer pour une surface au sol de 140m2. Elle est hélàs, démolie depuis mai 2011, suite au décès de Madame Rédarès en 2003.

Elle se situait en front de mer au bout du boulevard Maréchal Juin.

Mr Rédarès, important propriétaire foncier installa des vignes dans le sable en bord de mer. Il a le domaine de Terre Neuve, situé à 6 km du centre ville. Par le fait de cette plantation dans des sols sableux, il échappera à l'épidémie du phyloxera. Les vignes plantaient dans le sable résistent au parasite.

Mr Rédarès louera à Philippe et Françoise Marquet 40 ha de vigne, dont le domaine s'appellait "La Janine".

 

Grau du Roi Villa RédérèsGrau du Roi Villa Rédérès plage

Grau du Roi Villa Rédérès bord de mer

   Frise

Le chateau Leenhardt sur la plage rive droite fut construit en 1875 par le négociant Victor-Henry Leenhardt (1822-1904). Cette famille était de Montpellier, descendant d'un André-Chrétien Leenhardt qui au XVIIIème siècle était venu d'Alsace se fixer dans cette ville. Son père natif de Pologne avait émigré en Alsace, plus précisèment à Wesserling. Le dernier fils de André Chrétien Leenhardt était Paul Nicolas Leenhardt, né en 1786 et décédé en 1870. Marié à Eugénie Castelnau (1796 1853), ils eurent sept enfants dont Antonie, Charles, Henry, Abel, Inès, René et André.

En 1904, le pasteur Comte organisa les premières colonies de vacances. Cette maison était tenue par des religieuses. C'est l'une des premières résidences privées construites en béton armé, mais aussi en brique de sable qui lui conférait une tonalité grise. En 1906, la société des Bains de Mer s'y installa. Elle fut démolie en 1970, après avoir abritée une pension familiale protestante aux années 1857.

Le chateau avait des caves.

 Grau du Roi Château Leenhardt façade sud  Grau du Roi Château Leenhardt vue de loin 

Grau du Roi Château Leenhardt Parc Grau du Roi Château-Leenhardt colorée
Grau du Roi Château-Leenhardt Grau du Roi Château Leenhardt Sanatorium

   Frise

Les chalutiers au retour de pêche sont dans un nuage de mouettes et de goelands. Les casiers pleins de poisson, on ne peut plus frais que les pêcheurs vous proposent directement à la vente à leur arrivée sur le quai. Les loups, les sars, les bars, les dorades, les poissons bleus comme la sardine ou le maquereau ainsi que les coquillages tels que les tellines, sont au rendez vous, tous les matins.

Les oeufs de goelands leucophées sont stérilisés début avril. Le plumage est identique pour les males ou femelles, seule la taille des femelles permet de les distinguer. Ils ont les pattes jaunes. Cette espèce s'est installée en Camargue en 1912.

Le pont tournant à péage fut construit en 1901. Il permet de traverser le chenal en attendant l'attraction du jour qui est l'arrivée d'un bateau qui libère le pont afin de le faire tourner sur lui même, pour que l'embarcation puisse tourner.

Le boulevard Maréchéal Juin longe la plage plus à l'Est après la jetée du Quai Colbert. Une rose des vents jonche le sol. En langue d'Oc, les noms des vents sont écrits.

Le Grand Café de Paris est une institution. C'est ici que je m'installe pour regarder les touristes qui se déplacent avec leur glace, beignet et toute gourmandise qui dégouline de sucre.

L'ancien hopital "Boucanet" est abandonné, voué à la destruction.

Le Sanatorium Maritime du Grau du Roi était dirigé par le Docteur Jean Bastide. Sa construction date du 15 mai 1933 par l'architecte Henri Floutier. Sa technique de construction est le béton armé ennebique. Sur un immense terrain, un grande galerie de cure et des pavillons abritaient les tuberculeux. Les batiments ne comportaient pas d'étage pour éviter toute fatigue. La galerie était d'une largeur suffisante pour installer les lits au soleil. En 1942, cette construction est réquisitionnée par la Wehrmarcht.

Les anciennes arènes peuvent contenir 3000 personnes. A l'entrée de l'édifice, trois statues de taureaux en bronze sont l'effigie de la gloire des bovins. L'oeuvre est signée B en K, sculpteur des Saintes Maries de la Mer. Dans les rues du Grau du Roi, lors des fetes, les taureaux à la corde dits aussi "Bourgine" étaient attachés à une corde et les habitants les promenaient à travers les rues du village. Ce jeu taurin est interdit depuis 1970.

L'ancienne caserne des pompiers a une sirène qui sous un chapiteau se trouve un personnage. Cette maison est vouée à destruction, elle se situe dans la rue Rédarès, non loin du quai.

 

IMG_0451

 

Que diriez vous d'une rouille graulenne faite à base de poulpe, une cuisine de la mer, simple et appréciée.

Au XIIIème siècle, Saint Louis, Roi de France entreprit la réalisation d'un port pour les grands navires pour relier les terres d'Aigues Mortes. Le Grau du Roi (il s'agit de Saint Louis, Roi de France) fait partie du Gard et est l'unique commune maritime de ce département, dont la région est le "Languedoc Roussillon". La commune est située au Sud du département de l'Hérault et de la Grande Motte. Cette zone est en Camargue, dans la baie d'Aigues Mortes au milieu des étangs.

Le village vit le jour au XVIème siècle, à la suite de fortes intempéries (1585). Le Grau de Consac de Gagne Petits s'ouvrit naturellement car  le Rhone sortit de son lit et envahit les terres avoisinantes dont l'étang de Repausset. Cela libéra un passage entre Aigues Mortes et la Méditerranée.

Le terme "gradus" désigne le passage qui veut dire "Grau" en occitan. C'est une ouverture naturelle qui se crée à travers le cordon littoral entre les étangs et la mer. Les roselières sont les marais d'eau douce, envahis de roseaux, qui abritent une faune et une flore unique.

Henry IV en 1598 consolida les quais et donna le nom à "Grau Henry".

C'est en 1640 qu'il prit le nom de "Grau du Roi".

1725, le canal du Grau du Roi fut construit pour la prospérité des salins du "Peccaix".

En 1728, la première barque catalane entra dans le port.

 

   Frise

On cultive également la garance, plante tintoriale qui fut introduite en France aux premiers temps de la monarchie française. Cette graine ramenait par Johannès Althonian dit Jean Althen, né à Chaouc en Perse fut semée dans notre région vers 1730. Les racines étaient amenées au moulin, afin de les réduire en poudre. Cette poudre permettait de teindre les tissus en rouge écarlate. Jean Althen développa l'établissement de garancières qui alimentait les fabriques dont les indiennes d'Avignon. La garance faisait prospérer des terres alluviales jusqu'alors sablonneuses et très pauvres. En 1860, Jean Henri Fabre découvre que l'on peut se passer de cette plante pour produire de la garancine artificielle, nommée alizarine. La culture est bientôt abandonnée définitivement. Rouge, orange comme les couleurs du soleil qui se lèvent à l'Est et se couche ce jour là sur la mer.

 

 

 

Jean althen

Jean Althen

 

   Frise

 

1854, le Grau-du-Roi n'est qu'un hameau de pecheurs qui dépend d'Aigues Mortes.

1855, l'Oeuvre fut fondée pour l'usage des bains.

1869, le phare est éteint le 1er janvier à minuit.

1873, une ligne de chemin de fer fut créée.

En 1874, l'éclairage public à pétrole fut installé.

En 1879, le village acquière son indépendance et connaitra un développement touristique grace au chemin de fer.

En 1893, la communauté italienne est en difficulté par les hostilités des villageois.

1911, une conduite d'eau est installée.

1912, un bac remplace le pont tournant.

1914, une ligne décauville est mise en place avec un petit train dit "La Françoise" qui desservait les propriétés agricoles de l'Espiguette.

1928, le nouveau pont tournant est construit.

1937, le tout à l'égout est mis en place.

1939, le village est en partie détruit par les troupes ennemies présentes sur le site. Il reste des ouvrages et installations militaires dans cette zone et sur les plages des pyramides de béton, de blockhauss. Un champ de mines avait remplacé les vignes alentours.

Aout 1944, dernière année et mois de l'occupation.

1952, la vierge Marie apparait deux fois au Père Bonlun, le 2 et 3 novembre. A cet endroit fut construit une statue pour commémorer son apparition. Elle est entourée d'une grille, oeuvre de Mr Georges.

La partie rive gauche est peuplé de calabrais, tandis que la rive droite devient le quartier de villégiature de quelques familles bourgeoises,  les "tonkionois".

Le Grau-du-Roi est un village de pêcheurs qui a plusieurs atouts dont la plage de l'Espiguette dont les dunes dès les premiers beaux jours se peuplent de giroflées de mer et de marguerites de sable.

L'ile de Stel (ile de sel) appartenait aux Chevaliers Templiers dès 1173. Sur ces terres, les chevaux étaient entrainés avant de partir pour les croisades en Orient.

Sur les berges du Vidourle, les gaules attendent le poisson d'argent.

Le blason du Grau-du-Roi représente deux thons dirigés vers une grappe de raisin sur la gauche et un lion d'or sur la droite.

 

Autres lieux à proximité

 

Carnon, Saint Gilles, La Grande Motte, Beauduc, Nîmes, Avignon, Sète,

 

 

Bibliographie

Promenade hivernale décembre 2016

 

 

.......................

 

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

Vous aimerez peut-être :  

La Maison Carrée

Monument aux morts de Lodève

Roue___aube___Rue_des_Teinturiers___AVIGNON

St_Gilles_Abbatiale_04_Impasse_des_Pas_Perdus  
La Maison Carrée
-NIMES-
A l'ombre de la conscience de Paul Dardé... Rue des Teinturiers
ou le passé retrouvé -AVIGNON-

Kees Van Dongen, s'EX pose en tant qu'artiste

Mémoire de Saint-Gilles
(Gard)

 

 

...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : jeudi 12 janvier 2017
Mise à jour  : 12 janvier 2017


                 Répondre                        

 

 

 

 << Précédente |AAccueil |  Suivante >>


04 octobre 2014

Carnon, se souvenir ? Mot de passe oublié

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

Carnon n'est pas singulièrement jolie comme station balnéaire. Cette station est le produit de la civilisation urbaine. Je la préfère après les orages, quand les intempéries ont lessivé la plage, la rendant plus sauvage, soit dit avec plus de cachet.

Après le drapeau rouge et les alertes climatiques de la même couleur, aujourd'hui le temps est clément et propice à la baignade. L'eau est à 21° en ce 3 octobre 2014. Les vagues s'approchent puis s'étalent sur le sable.

Bulle de coquillage Carnon

La mer est sans routes, la mer est sans explications. (Sic Alessandro Barrico dans Océan Mer)

Carnon, c'est une vie pour certains montpelliérains car c'est le port de plaisance des montpelliérains. Ils y retrouvent leur passé et les souvenirs des premières vacances avec le camping, les bicoques en front de mer et la liberté. Les étangs, l'odeur des algues, les pontons où les barques attachées entrechoquent leurs voiles latines, c'est de cela que je vous parle.

Autrefois, Carnon était appelé Carnonville-la-Mer. Et si l'on remonte le temps, l'histoire nous rappelle la Baronnie de Carnon. Le Grau dit port de Carnon est cité dès 1303. Il est la propriété des Chevaliers de Malte qui le garderont jusqu'à la Révolution. Les anciens textes attestent que l'endroit était invivable par les moustiques, mais également par la présence de corsaires, d'odeurs pestilentielles, d'ensablement et la mauvaise qualité de l'eau. Les zones humides étaient peu peuplées car soumises au paludisme et razzias.

Cascail à Carnon

Les bons souvenirs sont des bijoux perdus, citation de Paul Valéry

A l'origine, cela se passsait dans ces petites maisons avec courette à l'arrière. Les bicoques de l'avenue Grassion-Cibrand s'entouraient de marmots. En scrutant le passé, les plus grands étaient assignés à la corvée des pains de glace qu'ils devaient aller chercher à la voiture journalière. Cela permettait de conserver les poissons du jour et les crabes pêchés dans les rochers du canal.

A l'époque, il n'y avait pas de commodités, ni d'eau courante. Le ravitaillement en eau potable se faisait à Palavas, à l'aide de bidon. L'eau usée se déversait dans le ruisseau caché par les taillis de roseaux avant de rejoindre les zones humides de cette vaste étendue.  Derrière, ce n'était que étang promis un jour à la création du nouveau port. L'étang communique avec la mer par le "Grau de Carnon". Le tout-à-l'égoût viendra qu'aux années 1980.

Sur la plage, les marchands de chouchou poussent leur inconditonnelle carriole pour tenter petits et grands. Mais, il est rapporté que déjà en 1858, Jean Jovenel de Pérols vendait des rafraîchissements sur les rives droites et gauches de Carnon.

A l'heure du pastis, point de commodité et  chacun devait ramener son siège pliant. Autour des bijus, des sardines grillées et de quelques moules, la discussion s'enmêlait.

Le soir, les dancings écumaient la jetée au même titre que les moustiques. C'était l'insouciance voire le bonheur.

Les pêcheurs se retrouvent les soirs de tempête sur la digue pour pêcher la daurade, l'unique, celle qui ne tient pas dans une main. A cette époque l'argentique ne permettait pas de ramener une photo pour donner du sens à la réalité, alors chacun racontait sa pêche et prenait des airs de Marseille ! Les noms restent ancrés comme Emile & Lucie Bruel.

Si l'on fait une plongée dans le passé, l'on découvre que jusqu'en 1288, la pêche se faisait en nacelle, c'est-à-dire la petite barque sans mât ni voile, sur l'étang. Il faisait "le globe", variante qui utilise un filet carré. Puis par la suite, ils utilisèrent un filet linéaire appelait "trémaille" long de 100 mètres tenu par deux piquets à chaque extrémité et dans lequel le poisson s'attrapait par les ouïes. L'étang s'est détérioré lors de la construction de la Grande Motte, dans les années 72 et a entraîné le changement au niveau de la vase devenue noire alors qu'elle était grise. Les maniguières et les bordigues ne sont plus entretenues. Voici les stigmates de la pollution urbaine, côté étang. Dans les années 50, 200 familles vivaient de la pêche.

Dès 1905, l'installation de meublés entraîne la présence de la bourgeoisie de Montpellier.

Le cordon dunaire appartient côté sud-est à la station de Carnon. Dans l'étang, l'on peut pêcher des jols, des dorades, des loups et lorsque arrive l'automne des petites soles. L'étang d'une profondeur de 80 cm n'était pas autrefois rattaché à la mer. C'est à travers les eaux d'un autre étang dit "étang d'Avranches" qu'il fut mis en communication avec la mer, alors qu'il en était séparé par le canal des étangs. Cet étang alimenté par 4 rivières dont le Vidourle, est peuplé d'oiseaux aquatiques tels que macreuses et canards. Il est même recensé qu'il y avait des macareux !

Le nouveau centre ville vit le jour aux années 70. Il recula de deux rangées d'habitation pour s'installer sur le nouveau port avec ses barres d'immeubles où le vent ne peut s'engouffrer. Sa situation géographique lui donna sa réputation.

Les petites boutiques regorgent de souvenirs en tout genre et il n'est pas rare de retrouver les mêmes horreurs de décor en coquillage sur chaque buffet de cuisine, au même titre que le thermomètre en forme de dauphin.

Le coin politique se trouve à la séance de billard, sur le quai qui longe bien plus tard le nouveau port. C'est là où l'on débat si Carnon doit rester rattachée à Mauguio ou enfin, être reconnue comme une ville à part entière.

Une des maisons les plus anciennes qui se situe au bord de l'eau se remarque par sa tour ronde qui dépasse le premier étage. Elle s'appelle "La fourmilière" et se trouve au bout de la rive gauche en allant vers la Grande-Motte. Pourquoi "Fourmilière", vous dirai-je ?

Les noms des villas de Carnon a un sens, ils évoquent l'architecture, le propriétaire. Ainsi l'on trouve "Villa Germaine", "Villa Mon Rêve", "Fourmilière"...

Pince retenue - Carnon

 

L'érosion de la côte est une dynamique naturelle et malgré les efforts humains, elle ne peut être empêchée. L'urbanisation exacerbe les processus naturels. Carnon est peu exposée aux tempêtes. La fréquence est une tous les trois ans et de ce fait, la mer gagne du terrain !

Connaissez-vous, la "saladelle", cette plante ancrée dans la tradition ? Elle est aussi appelée "lavande de mer". Si vous longez les roubines, le chemin est bordé de saladelle. Les roubines sont des sortes de rigoles creusées par l'homme pour draîner l'eau. Sur la rive droite des étangs, côté mer, la terre est limoneuse et la végétation est composée de salicorne. La salicorne quand elle est jeune est comestible. Elle se déguste crue ou en vinaigrette. Au milieu des roselières, vous pénétrez dans la "sansouïre", cet espace entre terre et eau. Lorsque les étangs sont écrasés par le poids du ciel, le sol se craquèle et forme une croûte qui donne à l'infini, l'aspect du désert. Le tamaris est l'arbre le plus typique car il résiste au sel et au climat méditerranéen.

Les pluviers vivent dans les vasières. Ils font partie de la famille des "charadrius" qui comprend 67 espèces. C'est un oiseau de rivage, là où la végétation est courte et parsemée. Il se reproduit au printemps et forme un nid à même le sol recouvert de débris de coquillage.

Pour les curiosités, à part la passerelle qui reliait les deux rives auparavant et la maison perdue dans l'étang de l'Or, je n'en trouve point d'autres. Les immeubles remplacent les habitations balnéaires historiques et l'aménagement du territoire n'a retenu que le mot "touriste". Pour protéger les départs en masse vers l'Espagne, la construction fut d'envergure mais sans architecture comme à la Grande-Motte.

Quand le mot "beauté" sur les moteurs de recherche n'amène que la vision de l'institut de beauté situé sur l'avenue, je ne trouve pas d'autres points de repère pour vous signifier son absence.

Abri sur la plage - Carnon

Ses plages sont en épis, le port est accueillant pour les bateaux et la grand-roue cerne les alentours, sans grand risque.

Dans la station, il existe une ancienne colonie de vacances "Enfance ouvrière au grand-air".

Carnon fait partie aussi des chemins de Compostelle. Entre l'étang, le canal et l'étang se trouve un chemin qui longe le canal du Rhône.

Etendue, non debout - Carnon

La station balnéaire de Carnon se trouve sur la commune de Mauguio (Hérault), à environ 10 km de Montpellier. Elle est séparée de sa commune voisine par l'étang de l'Or.

Les cabanes se situent à l'entrée de Carnon autour des quatres canaux surplombés par le grand pont qui enjambe le canal du Midi. Dans les années 1930, les maisons de pêcheur étaient en sagne, puis elles furent remplacées par des cabanes en roseau et plus récemment en bois. Certaines sont en pierre avec un étage qui permettait de ranger le matériel de pêche au rez-de-chaussé et de s'installer à l'étage. Les hommes disposent des matériaux sur place. Elles ont disparu avec l'urbanisation. L'aménagement du canal du Grau à Pérols a entraîné un nouveau pont.

La barque appelée "négafol" est toujours là. C'est une barque à fond plat, étroite qui permet de se diriger avec une perche, nommée "partègue", dans les étangs. Au fond de la barque, la "trabaque" attend d'être lancée. C'est un filet adapté à la pêche à l'anguille.

De l'autre côté, en direction de la Grande-Motte, la commune se termine par son château d'eau.

A la sortie de Carnon, les flamants roses nidifient dans les étangs. Ils sont les prédateurs des artémias, ces petites crevettes des marais salants. Les flamants roses, cette espèce grégaire vit au Sud de la France dans ces étendues d'eau. Les flamants roses sont libres,  par le fait qu'ils changent de partenaire, chaque année. Ils sont pourtant farouches à notre rencontre.

Il y a un vif contraste entre les flamants roses et les taureaux noirs. Pourtant les taureaux ne distinguent pas les couleurs, mais en plus, ils voient floux. Le rouge les existe, c'est leur spectre ; mais je ne sais pas si c'est l'animal en nous qui voit tout en rouge et est fasciné par cette couleur sanguine.

Recette de la tapenade

. 200 g d'olives noires dénoyautées
. 100 g de parmesan râpé
. 10 filets d'anchois
. 100 g de câpres égouttées (environ 2 cuillères à soupe)
. 15 cl d'huile d'olive
. poivre noir
. 1 gousse d'ail

Ecraser les olives, les filets d'anchois, les câpres dans un mortier tout en ajoutant un filet d'huile d'olive. Malaxer jusqu'à obtention d'une crème plus ou moins fine suivant votre convenance. Rajouter le parmesan.
Assaisonner de poivre, d'ail.
Mettre au frais 1 heure.

 

Où manger ?

"Anisette & brochettes"
37 avenue Grassion-Cibrand
34280 Mauguio

 

Les orages à Carnon ?

4 septembre 2008

 

 

Bibliographie

Plage de Carnon, le 3 octobre.

.......................

 Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)


LOULOU

  Gallician Tag des Arènes du village

La Grande Motte
La chapelle architecturale décortiquée

Beauduc...
FRANCE
Autour de l'étang de l'Or,
Les cabanes du salaison
MAUGUIO
L'été sans "chouchou" à
PALAVAS
  Taureaux, les pieds dans l'eau à Tour Carbonnière
GRAU du ROI

 

....................................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : Samedi 4 octobre 2014
Mise à jour  : 4 octobre 2014
                 Répondre                        

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 16:38 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

01 août 2010

L'été sans "chouchou" à Palavas

Une poignée de chouchous chéris, sur une plage du Midi. N'est-ce pas ce mélange de saveurs qui fait l'exotisme des vacances à Palavas ?

Chouchou praline, chouchou beaux mecs, chouchou à croquer... Le fantasme est déraisonnable, mais c'est l'été. L'été et ces chairs irriguées qui regorgent d'essences de Monoï qui donnent des reflets chocolatés aux gouttes qui roulent sur le corps pour rejoindre les flots de Palavas. Dès la sortie du bain, elles courent sur le corps, se lovent sur les seins et capitulent devant les lois de la gravité qui vous indiquent que c'est une jeune fille. Votre regard tombe sur sa poitrine fière et naturelle, puis vous craquer sur cette chevelure décolorée qui offre son panache ensoleillé. Il ne faut pas renier ce luxe. Alors vous saisissez le paquet de chouchous et vous lui faite un sort, les yeux rivés sur cette plate forme.

Grondins___Palavas

Gronde "In" Palavas

"Chouchoux, glaces, beignets... !" A Palavas, c'est familial

La municipalité de Palavas-Les-Flots (près de Montpellier -Hérault-) veut interdire la vente de chouchous sur les 8 km de plage de la commune avec pour raison les disputes âpres de secteurs par les marchands ambulants. 8 secteurs sont délimités par les postes de secours.

Fini le fond de plage "Loulou beignets", avec Mr Hervé Boyer sur le sable brûlant qui fait partie du cadre des vacances à Palavas.

Un arrêté municipal de février 2010 interdit la vente de beignets et le plaisir d'en manger. Le Maire, Mr  Christian Jeanjean fait la guerre aux beignets et fait fi de la pétition signée par 300 personnes.

LOULOU

Loulou Beignet

Biographie

L'été à Palavas 2010

________________________________________________________________________________________________________
articles similaires

Vous aimerez peut-être :

COTE SUD 2009 Année Picasso Aix-en-Provence Chemin Cérémonie religieuse Pélerinage Sarah 2010

CAGE

IMG_0111
Côté Sud
2009

Beauduc
CAMARGUE

Marie Sarah
CAMARGUE
Le grillon ~Trémolo~
MONTPELLIER
Courtiser VENISE

.............................
Actualités

Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
Arabe,   
Parution de l'article,  1er août 2010
Mise à jour  : 1er août 2010

                   Répondre

            

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 15:15 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,