Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

04 octobre 2014

Carnon, se souvenir ? Mot de passe oublié

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

Carnon n'est pas singulièrement jolie comme station balnéaire. Cette station est le produit de la civilisation urbaine. Je la préfère après les orages, quand les intempéries ont lessivé la plage, la rendant plus sauvage, soit dit avec plus de cachet.

Après le drapeau rouge et les alertes climatiques de la même couleur, aujourd'hui le temps est clément et propice à la baignade. L'eau est à 21° en ce 3 octobre 2014. Les vagues s'approchent puis s'étalent sur le sable.

Bulle de coquillage Carnon

La mer est sans routes, la mer est sans explications. (Sic Alessandro Barrico dans Océan Mer)

Carnon, c'est une vie pour certains montpelliérains car c'est le port de plaisance des montpelliérains. Ils y retrouvent leur passé et les souvenirs des premières vacances avec le camping, les bicoques en front de mer et la liberté. Les étangs, l'odeur des algues, les pontons où les barques attachées entrechoquent leurs voiles latines, c'est de cela que je vous parle.

Autrefois, Carnon était appelé Carnonville-la-Mer. Et si l'on remonte le temps, l'histoire nous rappelle la Baronnie de Carnon. Le Grau dit port de Carnon est cité dès 1303. Il est la propriété des Chevaliers de Malte qui le garderont jusqu'à la Révolution. Les anciens textes attestent que l'endroit était invivable par les moustiques, mais également par la présence de corsaires, d'odeurs pestilentielles, d'ensablement et la mauvaise qualité de l'eau. Les zones humides étaient peu peuplées car soumises au paludisme et razzias.

Cascail à Carnon

Les bons souvenirs sont des bijoux perdus, citation de Paul Valéry

A l'origine, cela se passsait dans ces petites maisons avec courette à l'arrière. Les bicoques de l'avenue Grassion-Cibrand s'entouraient de marmots. En scrutant le passé, les plus grands étaient assignés à la corvée des pains de glace qu'ils devaient aller chercher à la voiture journalière. Cela permettait de conserver les poissons du jour et les crabes pêchés dans les rochers du canal.

A l'époque, il n'y avait pas de commodités, ni d'eau courante. Le ravitaillement en eau potable se faisait à Palavas, à l'aide de bidon. L'eau usée se déversait dans le ruisseau caché par les taillis de roseaux avant de rejoindre les zones humides de cette vaste étendue.  Derrière, ce n'était que étang promis un jour à la création du nouveau port. L'étang communique avec la mer par le "Grau de Carnon". Le tout-à-l'égoût viendra qu'aux années 1980.

Sur la plage, les marchands de chouchou poussent leur inconditonnelle carriole pour tenter petits et grands. Mais, il est rapporté que déjà en 1858, Jean Jovenel de Pérols vendait des rafraîchissements sur les rives droites et gauches de Carnon.

A l'heure du pastis, point de commodité et  chacun devait ramener son siège pliant. Autour des bijus, des sardines grillées et de quelques moules, la discussion s'enmêlait.

Le soir, les dancings écumaient la jetée au même titre que les moustiques. C'était l'insouciance voire le bonheur.

Les pêcheurs se retrouvent les soirs de tempête sur la digue pour pêcher la daurade, l'unique, celle qui ne tient pas dans une main. A cette époque l'argentique ne permettait pas de ramener une photo pour donner du sens à la réalité, alors chacun racontait sa pêche et prenait des airs de Marseille ! Les noms restent ancrés comme Emile & Lucie Bruel.

Si l'on fait une plongée dans le passé, l'on découvre que jusqu'en 1288, la pêche se faisait en nacelle, c'est-à-dire la petite barque sans mât ni voile, sur l'étang. Il faisait "le globe", variante qui utilise un filet carré. Puis par la suite, ils utilisèrent un filet linéaire appelait "trémaille" long de 100 mètres tenu par deux piquets à chaque extrémité et dans lequel le poisson s'attrapait par les ouïes. L'étang s'est détérioré lors de la construction de la Grande Motte, dans les années 72 et a entraîné le changement au niveau de la vase devenue noire alors qu'elle était grise. Les maniguières et les bordigues ne sont plus entretenues. Voici les stigmates de la pollution urbaine, côté étang. Dans les années 50, 200 familles vivaient de la pêche.

Dès 1905, l'installation de meublés entraîne la présence de la bourgeoisie de Montpellier.

Le cordon dunaire appartient côté sud-est à la station de Carnon. Dans l'étang, l'on peut pêcher des jols, des dorades, des loups et lorsque arrive l'automne des petites soles. L'étang d'une profondeur de 80 cm n'était pas autrefois rattaché à la mer. C'est à travers les eaux d'un autre étang dit "étang d'Avranches" qu'il fut mis en communication avec la mer, alors qu'il en était séparé par le canal des étangs. Cet étang alimenté par 4 rivières dont le Vidourle, est peuplé d'oiseaux aquatiques tels que macreuses et canards. Il est même recensé qu'il y avait des macareux !

Le nouveau centre ville vit le jour aux années 70. Il recula de deux rangées d'habitation pour s'installer sur le nouveau port avec ses barres d'immeubles où le vent ne peut s'engouffrer. Sa situation géographique lui donna sa réputation.

Les petites boutiques regorgent de souvenirs en tout genre et il n'est pas rare de retrouver les mêmes horreurs de décor en coquillage sur chaque buffet de cuisine, au même titre que le thermomètre en forme de dauphin.

Le coin politique se trouve à la séance de billard, sur le quai qui longe bien plus tard le nouveau port. C'est là où l'on débat si Carnon doit rester rattachée à Mauguio ou enfin, être reconnue comme une ville à part entière.

Une des maisons les plus anciennes qui se situe au bord de l'eau se remarque par sa tour ronde qui dépasse le premier étage. Elle s'appelle "La fourmilière" et se trouve au bout de la rive gauche en allant vers la Grande-Motte. Pourquoi "Fourmilière", vous dirai-je ?

Les noms des villas de Carnon a un sens, ils évoquent l'architecture, le propriétaire. Ainsi l'on trouve "Villa Germaine", "Villa Mon Rêve", "Fourmilière"...

Pince retenue - Carnon

 

L'érosion de la côte est une dynamique naturelle et malgré les efforts humains, elle ne peut être empêchée. L'urbanisation exacerbe les processus naturels. Carnon est peu exposée aux tempêtes. La fréquence est une tous les trois ans et de ce fait, la mer gagne du terrain !

Connaissez-vous, la "saladelle", cette plante ancrée dans la tradition ? Elle est aussi appelée "lavande de mer". Si vous longez les roubines, le chemin est bordé de saladelle. Les roubines sont des sortes de rigoles creusées par l'homme pour draîner l'eau. Sur la rive droite des étangs, côté mer, la terre est limoneuse et la végétation est composée de salicorne. La salicorne quand elle est jeune est comestible. Elle se déguste crue ou en vinaigrette. Au milieu des roselières, vous pénétrez dans la "sansouïre", cet espace entre terre et eau. Lorsque les étangs sont écrasés par le poids du ciel, le sol se craquèle et forme une croûte qui donne à l'infini, l'aspect du désert. Le tamaris est l'arbre le plus typique car il résiste au sel et au climat méditerranéen.

Les pluviers vivent dans les vasières. Ils font partie de la famille des "charadrius" qui comprend 67 espèces. C'est un oiseau de rivage, là où la végétation est courte et parsemée. Il se reproduit au printemps et forme un nid à même le sol recouvert de débris de coquillage.

Pour les curiosités, à part la passerelle qui reliait les deux rives auparavant et la maison perdue dans l'étang de l'Or, je n'en trouve point d'autres. Les immeubles remplacent les habitations balnéaires historiques et l'aménagement du territoire n'a retenu que le mot "touriste". Pour protéger les départs en masse vers l'Espagne, la construction fut d'envergure mais sans architecture comme à la Grande-Motte.

Quand le mot "beauté" sur les moteurs de recherche n'amène que la vision de l'institut de beauté situé sur l'avenue, je ne trouve pas d'autres points de repère pour vous signifier son absence.

Abri sur la plage - Carnon

Ses plages sont en épis, le port est accueillant pour les bateaux et la grand-roue cerne les alentours, sans grand risque.

Dans la station, il existe une ancienne colonie de vacances "Enfance ouvrière au grand-air".

Carnon fait partie aussi des chemins de Compostelle. Entre l'étang, le canal et l'étang se trouve un chemin qui longe le canal du Rhône.

Etendue, non debout - Carnon

La station balnéaire de Carnon se trouve sur la commune de Mauguio (Hérault), à environ 10 km de Montpellier. Elle est séparée de sa commune voisine par l'étang de l'Or.

Les cabanes se situent à l'entrée de Carnon autour des quatres canaux surplombés par le grand pont qui enjambe le canal du Midi. Dans les années 1930, les maisons de pêcheur étaient en sagne, puis elles furent remplacées par des cabanes en roseau et plus récemment en bois. Certaines sont en pierre avec un étage qui permettait de ranger le matériel de pêche au rez-de-chaussé et de s'installer à l'étage. Les hommes disposent des matériaux sur place. Elles ont disparu avec l'urbanisation. L'aménagement du canal du Grau à Pérols a entraîné un nouveau pont.

La barque appelée "négafol" est toujours là. C'est une barque à fond plat, étroite qui permet de se diriger avec une perche, nommée "partègue", dans les étangs. Au fond de la barque, la "trabaque" attend d'être lancée. C'est un filet adapté à la pêche à l'anguille.

De l'autre côté, en direction de la Grande-Motte, la commune se termine par son château d'eau.

A la sortie de Carnon, les flamants roses nidifient dans les étangs. Ils sont les prédateurs des artémias, ces petites crevettes des marais salants. Les flamants roses, cette espèce grégaire vit au Sud de la France dans ces étendues d'eau. Les flamants roses sont libres,  par le fait qu'ils changent de partenaire, chaque année. Ils sont pourtant farouches à notre rencontre.

Il y a un vif contraste entre les flamants roses et les taureaux noirs. Pourtant les taureaux ne distinguent pas les couleurs, mais en plus, ils voient floux. Le rouge les existe, c'est leur spectre ; mais je ne sais pas si c'est l'animal en nous qui voit tout en rouge et est fasciné par cette couleur sanguine.

Recette de la tapenade

. 200 g d'olives noires dénoyautées
. 100 g de parmesan râpé
. 10 filets d'anchois
. 100 g de câpres égouttées (environ 2 cuillères à soupe)
. 15 cl d'huile d'olive
. poivre noir
. 1 gousse d'ail

Ecraser les olives, les filets d'anchois, les câpres dans un mortier tout en ajoutant un filet d'huile d'olive. Malaxer jusqu'à obtention d'une crème plus ou moins fine suivant votre convenance. Rajouter le parmesan.
Assaisonner de poivre, d'ail.
Mettre au frais 1 heure.

 

Où manger ?

"Anisette & brochettes"
37 avenue Grassion-Cibrand
34280 Mauguio

 

Les orages à Carnon ?

4 septembre 2008

 

 

Bibliographie

Plage de Carnon, le 3 octobre.

.......................

 Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)


LOULOU

  Gallician Tag des Arènes du village

La Grande Motte
La chapelle architecturale décortiquée

Beauduc...
FRANCE
Autour de l'étang de l'Or,
Les cabanes du salaison
MAUGUIO
L'été sans "chouchou" à
PALAVAS
  Taureaux, les pieds dans l'eau à Tour Carbonnière
GRAU du ROI

 

....................................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : Samedi 4 octobre 2014
Mise à jour  : 4 octobre 2014
                 Répondre                        

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 16:38 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

25 mai 2014

Comédie du livre à Montpellier 29ème édition -Rencontre avec les écrivains illustres du XIXème siècle ou la mémoire taraudée-

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

Comédie du livre

L'année dernière, "la Comédie du Livre" nous entraînait dans le monde de la littérature contemporaine du magrheb et l'Algérie était le pays invité. Cette année, pour la 29ème édition, les grands auteurs du siècle dernier étaient à l'honneur. Présents dans les livres, je me rendais sur les stands pour savourer cet instant unique de les découvrir.

Lamartine me salua, mais je me dépêchais d'aller voir Victor Hugo. Je tenais le livre de mon grand-père "Les Misérables" en vue d'un autographe. Les pages, à certains endroits, endommagées par le processus du temps me rappelaient qu'avant moi, ma mère, mon grand-père et quelques invités illustres de la famille avaient dû percer cette histoire au travers de cette édition.

Le marque page m'indiquait de me rendre à ce salon pour l'y rencontrer. 130 ans après, cette "Comédie du Livre" dont le programme ne citait pas Victor Hugo, me faisait rencontrer ces grands noms qui seraient célébrés au même titre que les auteurs nordiques, venus du monde entier.  Après le Sud, le Nord ! Oui, cette année la croisière est nordique si vous y participez. Vous traverserez le Danemark à destination de la Suède, puis vous vous dirigerez vers la Norvège, en vue d'atteindre la Finlande et si vous le souhaitez pourquoi pas : l'Islande. Dans le catalogue qui me fut délivré à l'entrée, les ateliers étaient notés et je cherchais le lieu de ce RDV, en vain.

Seul mon marque page m'informait de cette visite inhabituelle. Cette 29ème édition avait été programmée en 1885, l'année de la mort de Victor Hugo. Elle s'ouvrait le 22 mai, le jour de sa mort. De plus, il était membre de la "Comédie humaine" d'Honoré Balzac. Mon livre faisait partie d'une série qui avait été livrée avec une brochure de ces rencontres.

Je feuilletais les pages pour vérifier si une annotation me permettrait d'avoir plus de renseignement et je m'aperçus que cette Comédie du livre avait été créée en 1985 à Montpellier par quelques librairies indépendantes au moment du centenaire de la mort de Victor Hugo. Que de coïncidences !

J'étais entourée d'amoureux du livre et cette manifestation, unique en son genre, m'octroyait la possibilité de rencontrer l'auteur qui m'avait fait découvrir cette passion.

Le passé et le présent se mélangeaient. Au Pavillon Populaire, face à l'Esplanade, mon regard fut attiré par Herbjørg Wassmo, Romancière et auteur de sagas qui dépeignent la nature norvégienne. Nommée "la plus grande dame des lettres du Nord", je vous la recommande.

Puis, la présence de Jo Nesbo me rappelle que je suis entrain de lire "Le Bonhomme de neige" !

Et c'est à l'espace Rencontre que s'ouvrait mon aventure ! Je ne tenterai pas de répondre à vos questions, je vous décris seulement cette expérience. Victor était debout, sa canne martelait ses pas comme une minuterie qui me fit considérer que le temps était précieux. Son visage était singulièrement flétri par ses pensées et les rides avaient fixé la souffrance. Sa barbe grise cachait son menton et son nez se retroussait pour retenir ses binocles. Son habit noir boutonné, lui donne l'allure d'un orateur prêt à séduire ses admirateurs. J'entrais dans la salle Pétrarque. J'avais l'impression d'entraîner avec moi mes chères et chers blogueurs bibliophiles pour concrétiser ce souhait profond de mon grand-père.

"Ce siècle avait deux ans » quand naissait ce Grand homme prénommé Victor Hugo qui a bouleversé non seulement le monde littéraire et artistique, mais aussi la sphère politique de son époque jusqu’à aujourd’hui. Mon grand-père, né cent ans plus tard à cette même date, m'avez laissé son livre pour mémoire.  1802, 1902 que de date en souvenir. Tous les éléments de mon enfance me faisaient face. Ce n'était pas un voyage intérieur au plus profond de mon âme car je scrutais la salle. Je me retrouvais qu'avec des grands noms qu'il faut dire avaient été absents depuis plusieurs générations.

 

Victor Hugo

Leur silhouette évoluait autour d'un buffet. Le décor m'énivrait. Derrière les tentures de l'entrée, une envolée de plante, dans des vases ventrus, amenait à la discrétion. Au fond de cet office, les tables étaient garnies de petits fours qui produisaient un joli effet. Je devais faire l'apprentissage de la lenteur pour éviter de perdre cette vision. J'improvisais un itinéraire car cette aventure, aussi intense, se devait d'être conservée pour vous la rapporter. Mon esprit vagabondait à la vue. Leur engagement sur les fondements mêmes de la liberté était ancré dans mes pensées. Comme Emile Zola, il avait écrit sur l'intime et le singulier de la nature humaine. C'étaient les Maîtres du livre qui avaient fasciné mon enfance.

Je salue Honoré Balzac qui vient retrouver son ami. Alphonse Lamartine discute avec Alphred de Musset qui est au stand des "Poètes" où j'aperçois "Les Orientales" de Hugo.  En ce lieu, des vitrines sont présentes et la lumière immacule l'objet. Je m'attarde autour des oeuvres de Victor Hugo et je suis interpelée par le titre "L'homme qui rit". Une oeuvre finalement peu connue qui semble retracer sa destinée et qui me rappelle le calembour "Je pense et je panse". Ces oeuvres sont magistrales et donnent à philosopher sur la conscience humaine qui a bouleversé le XIXème siècle.

A côté, Théophile Gautier lit un extrait de "Hernani", sa pièce de théâtre.

Je rejoins le stand "Pièce de Théâtre" pour chercher "Le Roi s'amuse", pièce jouée pour la première fois à la Comédie-Française qui n'est plus censurée à notre époque.

Soudain, j'entends que l'on débat et me retourne pour apercevoir Alexandre Dumas en pleine discussion politique avec Chateaubriand, au sujet de Napoléon Bonaparte. Je m'éloigne car les romans historiques ne m'intéressent pas.

Georges Sand est là, elle a quitté son Berry pour présenter son dernier ouvrage. Je suis contente de la voir, j'ai visité sa maison de Nohant l'année dernière. Mon service de table est à son effigie.

Rien de plus troublant et énigmatique que ce lieu, j'étais fascinée d'être face au Chef du Romantisme qui a connu le succès de son vivant. Ces épigones qui présidaient cette 29ème édition.

Ils exaltaient leur oeuvre, leur fonction universelle, leur valeur était le seuil des nouvelles générations d'écrivains. Je ne voulais pas briser cette harmonie. Leur génie littéraire transcende toute la complexité de leur vie.

Heureux qui comme nous autres viendront voir ces débats nourris comme le café d'une pointe de force, d'arôme et d'acidité. L'on pense déjà au générique du film "La liste de mes envies" dont le livre est un best seller.

Bonne Comédie !

 

Notes

Après le "Salon du livre" de Paris, la "Comédie du livre" est la deuxième manifestation du genre la plus importante en France. C'est une grande fête sur la culture littéraire qui permet les rencontres entre les auteurs et le public. Une idée qui a été mise en place par trois librairies indépendantes de Montpellier en 1985. Plus de 110 000 visiteurs parcourent les stands dans l'Ecusson et la fameuse place de la Comédie.

Trente cinq auteurs du Nord seront rassemblés dans des stands pour clamer la littérature nordique en vogue. 300 écrivains participent à l'évènement.

A quoi pensez-vous quand je nomme "Montpellier" ? A la mer, le soleil... et pourquoi pas à la lecture sur la plage !

2014 - 29ème édition : littérature du Nord
2013 - 28ème édition : littérature du maghreb
2012 - 27ème édition : littérature du Royaume-Uni
2011 - 26ème édition : littérature allemande
2010 - 25ème édition : littérature d' Amérique du Nord
2007 - 22ème édition : littérature italienne

2005 - 20ème édition : littérature brésilienne

 

Info pratique

Comédie du Livre du 22 au 25 mai 2014, Montpellier, Hérault
Ou ? Esplanade Charles-de-Gaulle
Tarif ? Gratuit
Accès ? Tramway Ligne 1 et 2 (arrêt Comédie) - Ligne 3 et 4 (arrêt Gare-Saint Roch)

La Comédie du Livre sur Facebook

Candidature pour être "Ambassadeur du livre" : Accueillir et accompagner les auteurs invités durant toute la manifestation

 

Bibliographie

Essai - Dimanche 25 mai

.......................

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

 

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 

 Les_oreilles_de_Buster

La_voie_marion_de_Jean_Philippe_MEGNIN

Les_chaussures_italiennes_de_Henning_Mankell

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise


L'ombre du vent

La_vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

Les oreilles de Buster
Maria Ernestam
La voie marion
Jean-Philippe Mégnin
Les chaussures italiennes de Henning Mankell Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : Dimanche 25 mai 2014
Mise à jour  :  25 mai 2014
                 Répondre                        

 

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

Posté par PASPERDUS à 02:00 - ACTUALITES - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

24 avril 2011

La forêt des tristesses infinies - Ida ESCURIER

 

<< Précédente AAccueil | Suivante >>

Aujourd'hui Pâques a emporté Ida. Les cloches, ce matin, n'ont pas sonné pour me l'annoncer. Elle est partie discrètement dans son sommeil, ébranlant des souvenirs propres à son entourage.

Ida n'était pas une personne résignée. Ida, forte de sa vie aux multiples facettes malgré ses 89 ans, pouvait encore clairement vous raconter chaque particule qui composait son vécu. Les dates n'étaient pas enrayées, chaque anecdote se juxtaposait dans le film de sa vie. Ce matin, 24 avril 2011, ce fut sa dernière heure.

Elle nous dit aurevoir, nous fait traverser la Méditerranée pour y déposer son nom à jamais gravé sur cette terre qu'est l'Algérie où elle séjourna et y laissa des attaches, des amis français ou algériens. Et au détour de ses aventures, nous ramène au souvenir de Gillette VEAUTE qui l'accompagna durant les événements d'Algérie, après la perte prématurée de son époux.

Le sol qui l'a vu naître en la commune de Saint-Denis-en-Margeride (Lozère) ne la laissait pas indifférente malgré ses attaches particulières à Montpellier où elle séjourna dès la retraite. Deux frères, des neveux Armand et Marcel, des nièces sont ses sources parentales. Sa famille s'agrandit au travers des branches qu'elle épouse DOUMERGUE, DUPOUY.

Ida veuve, Ida la rapatriée, Ida femme de militaire, Ida seule, Ida ma tante.


Sa famille Doumergue de Montpellier 
Sa famille ESCURIER de Saint-Denis-en-Margeride
Sa famille Domergue de Mireval
L'ensemble de la famille, amis et proches 

ont la profonde tristesse de vous annoncer le décès de :

Ida ESCURIER
Le Clos de l'Etoile
Bât. H1
Rue de la Figairasse
34000 MONTPELLIER

 

Elle s'est éteinte ce dimanche 24 avril 2011 au matin (8H40) à l'hôpital après avoir été hospitalisée vendredi dernier pour des problèmes de tension. 

Visites au défunt : Grammont - Salon Lozère à compter du 25/04/2011 à 14h00

La cérémonie religieuse aura lieu mercredi 27 avril 2011 à 10h30
en l'église de Gramont - Montpellier (34070)

suivie de l''inhumation qui aura lieu à 11h30 au Cimetière Saint Lazare de Montpellier dans le caveau familial.  

Cimetière Saint Lazare
2 RPT du Souvenir français
340O0 Montpellier

Concession : Secteur R- du pourtour N° 59

Remerciements

Très touchés par vos témoignages de soutien et de sympathie, nous vous adressons nos sincères remerciements.


Expression

 

"Si la matière grise était plus rose,le monde aurait moins les idées noires" de Pierre DAC


 

Une vie décrite par petite touche

Naissance le 3 mars 1922 à Saint-Denis (Lozère) de Ida, Gabrielle, Marcelle ESCURIER

Fille de Pierre, Claude ESCURIER

et de Marie, Marguerite, Alix BARRANDON

ESCURIER_Ida__01  ESCURIER_Ida_02  ESCURIER_Ida__03

Elle vit 7, place Aristide Briand à Montpellier

Mariage avec Jean Roger DOUMERGUE à Montpellier, le 25 juillet 1942.  Il est le fils d'Alfred Marius Calixte Doumergue et de Flavie Léontine Gratuze, son épouse.

1945, Roger est militaire et est affecté en Algérie. Ils sont domiciliés 51, rue Luciari El Biar à Alger.

Leurs amis sont les familles Jean & Gilette VEAUTE, André & Huguette GRATUZE, Marcel & Jacqueline VALLET (aviateur), le Sergent-Major Manuel BERENGUEL, Henri GIRARD (Adj. Chef), le Lieutenant Paul TURCAN, la famille Lucien MORALES, René CARBONNE...

1955, Roger est déclaré victime de guerre et devient invalide. Il change de profession, en tant qu'ancien combattant, pour comptable.

1957, ils sont installés à Cité Brossette - Bât. A - HUSSEIN-DEY (ALGER). 

Décés prématuré de son époux, le 13 janvier 1960 à Alger à l'âge de 41 ans (né le 29 octobre 1919 à Lepuy dans la Hte Loire). Son corps est ramené à Mireval où il est enterré. Elle n'a alors que 38 ans.

Ida DOUMERGUE, veuve, reste en Algérie et travaille comme secrétaire dans une Société Algérienne du Mobilier, 9, rue Arago à Alger.

La guerre se durcit. Elle aide la famille de Jean VEAUTE dans les établissements NIAGARA & André ferrasse & Fils (12, rue Colonna d'Ornano à Alger).

Souvent, elle se retrouve chez la famille VEAUTE. Elle affectionne le petit Lucien qui grandit en sa présence.

1965, retour à Marseille chez Gilette VEAUTE qui l'accueille.

Mémé Alix vient vivre à Montpellier auprès de sa fille. La tante Dorothée habite pas très loin. 

Rencontre avec Jean DUPOUY. Ils vivent ensemble et décide de se marier le 19 mars 1983 à la mairie de Lyon, avec Jean, Edouard, Bernard DUPOUY. La cérémonie religieuse a eu lieu à l'église avec le frère Jean, ce même jour.

Jean est attaché à son village d'Augnax dans le Gers où sa soeur vit. Les vacances leurs permettent de se retrouver. Au retour, ils ne manquent pas de s'arrêter à Carnon, pour profiter de la compagnie d'Yvette. Une halte est faite chez la cousine Elisabeth, sa fille Hélène et le petit-fils Jean-Baptiste à Montpellier ; Puis à Orange, chez les cousins Dédé & Huguette GRATUZE. 

Sa nouvelle vie l'amène à arpenter toute la France auprès de son mari, Commandant, dont la carrière militaire impose des changements de domicile chaque trois ans. Elle habite donc à Avignon en 1968, Sarrebourg 1970, Epernay 1973, Paris 1974 domiciliés à Bois d'Arcy où ils achètent un logement, Nancy, Lyon en 1983, ...  et les amis rejoignent la liste des amis déjà établis. La famille PLANTAIN à Montrison (Loire), la famille MAISANT (Rennes), la famille LAYRAC, la famille BARRE ...

1967, Marseille.

1985, retraite à Montpellier.   

1985, Jean DUPOUY divorce avec Ida. 

Ida reste chère aux quinze années passées à ses côtés. Ses proches sont Yvette DE BOCK, née DOUMERGUE, son époux Adrien DE BOCK, Gilette et Jean VEAUTE, Lucette & Marc, Elisabeth et ses deux filles, Marie-Jeanne & Robert, Emilie & René, Renée FOURNOL, veuve Maurice DOUMERGUE, ses neveux côté DOUMERGUE. Ils sont nombreux Dominique, Alain, Christian, Hélène, Jean, Annie, Frédéric...

Par alliance, elle intègre la famille DE BOCK auprès de Viviane et Eliane,  soeur et belle-soeur d'Adrien, puis leurs enfants.

En Lozère, elle retrouve sa famille natale en la présence d'Alice ESCURIER (née Alice PAGES), Huguette, ses neveux côté ESCURIER. Ses deux frères Aimé et Louis sont décédés. Aimé décède à l'âge de 25 ans. Louis eut deux fils, ses neveux : Armand et Marcel qui sont malheureusement décédés.

Marcel (1931-2001) a eu deux enfants, Didier et Yves ESCURIER qui sont ses neveux au 2ème degré.

Armand épouse Alice. De cette union, trois enfants dont Marc (né en 1956), Isabelle (née en 1958) et Frédéric (né en 1966) qui sont ses neveux au 2ème degré. Marc a deux enfants dont Magali ESCURIER. Il est maintenant à la retraite. 

Du côté de sa maman Marie, Alix BARANDON, il y avait deux soeurs dont Dorothée et des frères. Robert et Serge BARANDON localisés sur Montpellier sont des cousins éloignés. Elle connaissait Jany BARRANDON, de la famille de Jean-Baptiste BARRANDON. Pierre et son fils Louis BARRANDON, natifs de Saint-Denis-en-Margeride (48700 Lozère) sont décédés. Il y avait également Marcel BARRANDON qui habitait 2 rond point d'Assas à Montpellier. René Barrandon qui avait fait sa communion en la Paroisse Ste Thérèse à Montpellier, le 17 juin 1954. Et également, Roger Barradon dont la communion solennelle eut lieu en la cathédrale St-Pierre, le 13 juin 1940.

Elle a toujours une pensée pour cette partie de sa vie qu'elle a laissée en Algérie et aime se retrouver en la présence de Lucien VEAUTE. Cet homme déjà grand qu'elle a connu durant son enfance en Algérie qui lui rappelle les bons souvenirs. Malgré l'éloignement, elle ne manque pas de nous rappeler ces bons moments.

Ida a de la famille mais elle aime les voyages. Dans son listing, le Canada avec les chutes du Niagara, les Etats-Unis en 1985, Montserrat (Espagne), le tour de France avec St Laurent du Pont chez Marie-Louise en septembre 1969, l'Ile aux moines en mai 1989 avec Vannes, Trebeurdin, les granits roses de Perros Guirec,  puis en juin chez Suzette, en septembre chez Lily en Lozère, Montbrison chez Raymonde Plantain avec visite du village fleuri de Jas en octobre, chez les PAULAIN-CADILLAC à Crémieu où elle retrouve son filleul, en novembre St Etienne d'Issensac avec Elisabeth, sa cousine. Visite en 1990 de Nice, en mars 1990 avec Lily elle visite sa région avec la Grande-Motte, Palavas, Antigone à Montpellier, St Jean du Gard en juillet, puis en août va chez Solange et Christian où elle retrouve Marius et Odette. En 1991, elle retrouve comme chaque année Lily en août, ainsi que ses deux soeurs Marilou, en septembre elle va chez Suzette à St Gély du Fesc, en octobre elle retrouve le soleil à Playa de Haro (Espagne).

Et l'année suivante en octobre 1994, elle visite la Dordogne, un petit tour à Sarlat, Rocamadour, la Roche Cazat.

En mai 1995, elle se rend au Castelet. En mars 96, à Argelès...

Elle intègre le club des "Echos d'Alger" qui lui permet de retrouver les Héraultais revenus de l'autre côté. Elle fait également des voyages avec ce groupe qui lui permet de découvrir la Tunisie en compagnie de la famille VEAUTE.

Ida est à tous les mariages. Celui de Magali & Frédéric en 1983, celui de Robert VALLET & Françoise, le 4 août 1984 à Aix-les-Bains, du fils CORNET le 29/09/1984, de Françoise & Christian en février 1988, d'Aline en juin 1990, Françoise en mai 1996, mais également celui de Thierry et Jacky GUARDIOUX-DUBUISSON en avril 1998.

Ida seule. Ida a vu partir son premier époux, Jean Veaute vers 1996, Gilette Veaute en xxx, sa belle-soeur Lily, son beau-frère Adrien, son autre beau-frère René, son autre belle-soeur Yvette en juillet 2006. 

Ida aime danser. Ida ne manquait pas un mardi au club de danses où elle entraînait tout son petit monde dans les salsas, les tangos et les pasos dobles. Sa vie était rythmée par cet engouement.

Ida et les animaux ! Ida était rangée, soigneuse. Ces adjectifs n'allaient pas avec le mot "bête". Elle semblait ne pas affectionner leur présence. Et pourtant, dans son carnet de photos nous retrouvons la présence de Betty (chienne lozérienne), de Wolf (d'Orange).

Ida fait des connaissances. Dans son quartier, elle fait vite connaissance avec Toinon, Paulette, ... et ses journées sont cadencées par l'appel du matin comme à l'armée (bien sûr, je parle de Lucette), un peu plus tard Paulette lui rendait visite. Puis avec l'âge, se rajoute la visite du kinésithérapeute, Monique et Kadija pour la seconder dans le travail quotidien. L'après-midi, des parties de cartes interminables se passent soit, chez elle, soit chez les voisines où viennent se rajouter la présence d'Yvette, Lucette... ses compagnes fidèles.

Tant que la voiture connaissait la route, les visites hebdomadaires étaient planifiées chez Elisabeth sa cousine. Un peu plus tard, elles furent espacées mais avec la compagnie des proches, elle se permettait de venir lui rendre visite à l'impromptu. Ces moments rendaient heureuse Elisabeth et Ida fidèle se sentait bien.

Ida et les pique-niques. Ida aimait organisait des piques-nique qu'elle appréciait par la présence d'Elisabeth, Lucette, les deux Yvette, Lily... De temps en temps, lors de ces manifestations, elle rencontrait son beau-frère Robert, toujours en marche vers la Sérane. 

Ida la Tata. C'était un rituel. Tout le monde connaissait quelque soit la famille, Tatie Ida. Elle n'était pas dispersée mais elle avait une grande famille. Demandez à Marc & Marie, à Lucette, à Frédéric & Magali, à Alexandre, à Dominique(e), à Hélène & Jean, à Annie... ils vous parleront de Tatie Ida.

 

Mémorandum

Sa nièce

J'ai débroussaillé les souvenirs, fouiner, affronter le passé, humer la poussière salée de l'abandon pendant des heures pour envelopper sa vie dans ce texte, refuge du temps, sans trop réfléchir...

 

1932, petite fille dont les parents tiennent un restaurant "la Barraque du Bouvier" en Lozère.

1959, en Janvier, vacances dans l'Aveyron. Visite chez Yvette et Adrien qui habite 51 D, rue Elysée Chatin à Grenoble (38100). 13 juin, départ Alger. 29 juin, retour sur Montpellier. Juillet à Paris et visite chez Marcel. Le 25 juillet, ils fêtent leur quinze ans de mariage à Montpellier. Le 27 juillet, ils se rendent à Montaux, chez les cousins côté maman Gratuze. Le 28 juillet, ils vont du côté Doumergue à la maison du Causse du Larzac, La Vernede. Le 4 août, retour à Alger. Le 13 août, c'est le retour de la famille Gratuze à Alger. 26 août, c'est l'anniversaire de Mr Veaute, ils font des brochettes. Le 21 décembre, Roger lui offre une jolie veste en daim, en cadeau de Noël. Ils fêtent le réveillon à Oran avec Huguette et Dédé Gratuze. 27 décembre, ils promènent à Ain Franin (Oran) où Roger garde ses souvenirs de 1943. 30 décembre, c'est la fête de Roger, Ida lui a tricoté un pull, il fête St Roger avec Louise. Réveillon chez eux.

 

1968, en avril, ils se rendent à Montpellier voir sa mère, puis à Augnax pour voir la belle-mère. Jacqueline est déposée à Toulouse. 19 mai 68, sa mère est hospitalisée, elle est prévenue par Marinette. 24 mai 68, journée de grève générale, Ida passe la journée au balcon à brûnir. L'essence se fait rare, gare Ida, sans essence, pas de promenade. 25 mai 68, Ida se procure un peu d'essence. 2 juin, promenade à la Ciotat. Jean travaille à Entraigues. Décés de Flavie Gratuze, épouse DOUMERGUE, le 21 juin 1968 à 9 heures à Montpellier. 2 juillet, chez Gilette, Lucien et Marie-Claude sont là. Le lendemain, Arcachon, repas est accompagné d'huîtres et moules. Le surlendemain, visite chez Anne-Marie Verbruge. Retour à Augnax. 13 juillet à Montpellier, 14 juillet à la Ciotat, 15 juillet Hyères, 22 juillet : La Capte, le lendemain : Le Lavandou, le 24 juillet : Bormes-les-Mimosas puis le lendemain retour à La Capte. Visite de l'Estagnol puis Marseille chez les BARRE Huguette, Annie... au retour. 15 août à la maison. Septembre, visite à Montpellier sur les tombes de Mireval et Montpellier, puis à la maison de retraite de Campériol, pour voir papa. Visite de l'oncle Rodier. Déménagement le 24 octobre de Marseille pour Avignon. 11 novembre, défilé à Avignon. "Tantoune" vient passer un mois à Avignon. Roger Warren ne va pas bien. Il décéde le 22/12/1968. L'enterrement eu lieu le lendemain à 15h30, le 23/12/1968. Réveillon chez les Veaute à Marseille. Jour de Noël avec Huguette Barre. Le 31/12/68, il neige. Réveillon du jour de l'An, chez les Reynaud, avec Huguette et Annie.

1969 Repas du 1er de l'An avec Huguette et Annie. Le 2, Ida est avec Robert et Marinette à Avignon. Le 3 avec les Veaute qui annoncent la naissance le 1er janvier 1969 à 0h15 de leur petit fils (Montélimar). Le 4, visite à Montélimar pour voir le petit. Le 5, à Fontaine-de-Vaucluse avec Jean et Gilette. Visite en mars de St-Michel de Frigolet. Visite à Montpellier et repas chez Lily qui lui apprennent le mariage d'Hélène pour le 17 avril. Le lunch se déroule au Ragagnou. 26 avril, départ pour Beauregard avec arrêt au Puy, chez Yvonne. Le lendemain, rencontre de Louis, son frère. 2 mai 1969, Ida travaille à AFDP à Avignon. Grillade à Gordes avec les Reynaud et les Foulquier, le 15 mai. 25 mai, visite de Monaco. Le 26, Montecarlo. 5 juin, retour, chez elles, de "Tantoune" et mère d'Ida. 8 juin 1969, c'est la communion de Robert Gratuze à Orange. 15 juin, Jean lui annonce la mutation à Sarrebourg. Robert, son beau-frère est rentré en clinique pour son oeil. Permission de Jean en Juillet. Visite à Palavas, chez Huguette et Dédé. Puis chez les Barre à Marseille avec la venue d'Annie et Fabienne. Son "Papa" sort de la clinique, le 18 juillet 1969. 25 juillet, dernier repas à la maison avec les Raynaud, Foulquier, Gratuze. 30 juillet, déménagement. Lucien Veaute et Marie-Claude sont venus les voir le 10 août 2011, cela fait plaisir à Ida qui n'a pas le moral d'avoir quitté la région. Le Sud manque. 4 octobre, ils vont chez Lucien. Départ début Novembre pour Strasbourg, puis Baden-Baden. 11 novembre, défilé. 21 décembre, Nancy. Réveillon de Noël chez les Arnould, ainsi que le lendemain.

1970, Sarrebourg. Début d'année au Sud avec visite des Goudes avec Huguette. Vacances d'été avec Nîmes, Beaucaire puis Montpellier chez les Foulquier, Grau-du-Roi, Palavas, Sète chez Bézombes Henri, La Grande-Motte... Visite des Journet, de Mr Cau. Connaissance avec Mr Lerech. Visite chez Hélène et son mari (ROUARD) à Montpellier, puis départ pour Marseille, chez les Barre Huguette, Annie... Les vacances se continuent à la Capte (Hyères) où  séjournent les Delprat, puis à Toulon, Le Lavandou avec visite chez la famille Malteo. Fin des vacances et rentrée à Sarrebourg. Visite de Mme Eliane Layrac, femme du Commandant, Mme Gleize et Mme Tanguet.  Marché avec Mme Le Gurens. Repas chez les Melard. En Octobre, achat d'une voiture, modèle Simca 1100. Novembre, Strasbourg. 10/11/1970, De Gaulle est mort, il y a eu un défilé le lendemain (femme de militaire !). 23/11/10, elle est prévenue par "Tantoune" que sa maman a des soucis de santé, elle perd la tête, dans le Midi, on dit qu'elle parle aux étoiles. Départ pour Montpellier. Visite chez Marcel et Rosa Barrandon, les cousins. Retour sur Sarrebourg. Marinette annonce le décés de papa Doumergue, le 11/12/1970. Réveillon chez les Paulin. Repas de Noël à la maison. Réveillon jour de l'An au Mess.

 

1971, 1er janvier : invitation à la maison. Les bals de garnison se succèdent. Et oui, Ida aimait bien danser ! Invitations chez les Drayon, Eliane Layrac, chez les Bailly. 28/02/71, Ida fête son anniversaire un peu à l'avance avec ses amis. Mme Drayon est revenue du ski, la jambe cassée. Le 13/04/71, Ida organise une fête pour la Sainte Ida. Ida a ramené sa mère auprès d'elle. 14/06/71, Jean ramène "Tantoune". Alix et "Tantoune" sont amenées à Baccarat (Meurthe et Moselle). Vacances début juillet, à la maison de tante Blanche, à Port Ariane (Montpellier). Plages de Maguelonne, du Grand Travers, Carnon avec Yvette. Départ après le 14 juillet pour Grenoble chez les Dapon Pigatto, puis Chambéry, Annecy, Pont de la Caille, Genève, Alsace et enfin au domicile. Retour de Alix BARRANDON, sa maman et de Dorothé BARRANDON sa tante dite "Tantoune", au domicile. Repas avec Jeannette et Philippe Richardot, puis les Grall. Visite de Nono et Monette en passant par Gerardmer. 10/09/71, Jean ramène "Tantoune" chez elle à Montpellier. 2/10/71, fête pour l'anniversaire de Jean. Novembre, route des vins avec visite de Colmar. 11 novembre, Jean défile. 4 décembre, bal de la Ste Barbe. Réveillon de Noël, chez les Paulin. Le lendemain, invitation des Paulin. Réveillon du jour de l'An avec les Paulin, leurs familles, Pierre Arnould et Massoneau...

 

1972, repas du 1er janvier au mess. Maman Alix est hospitalisé une semaine. Départ chez Dédé et Huguette à Orange le 15 janvier. Déjeuner chez les Raynaud. Puis, Marseille chez les Barre Huguette & Annie. Bonjour, Montpellier : "Tantoune", Marie-Jean & Robert, Yvette & Adrien, Elisabeth, Blanche. Rencontre avec Robert Matignon. Retour à Sarrebourg. Maman Alix sort de l'hôpital, le 31/01/72. Les Paulin sont mutés pour Versaille. 25/02/72, Ida & Jean sont invités chez les Paulin pour fêter leur départ sur Versaille. 2/05/72, maman Alix part en maison de retraite. 8/06/72 la procédure de divorce de Jean est terminée. Juin, visite chez Dédé et Huguette à Orange, puis départ pour Montpellier : Elisabeth, Hélène, Yvette & Adrien...  Hélène a un accident, le 13/06/72. Promenade au Mont Aigoual. Retour en passant par les Vosges, puis la Bresse. 11 juillet, Robert & Marie-Jeanne viennent à Sarrbourg les voir. Décés de maman Alix Barrandon, le 19/07/1972 à 8h30 à l'hôpital de Sarrebourg, sa fille Ida est à ses côtés depuis 8 heures du matin. Déchirement devant le dernier adieu. Départ le 21/07/72 pour Montpellier avec Marinette pour l'enterrement. 27 juillet, déménagement dans une maison. Août, reprise du travail. 17 août 1972, une surprise avec la venue de la famille Veaute. Novembre, promenade en Belgique à Bouillon. 11 novembre, défilé, vin d'honneur et bal à Chalon-sur-Marne. 2 décembre, St Barbe et sa soirée. 27/12/72, arrivée d'Hélène. 30/07/72, arrivée d'Huguette. 

 

1973, nous les retrouvons à Epernay où ils ont élus domicile. Rosalie est décédé le 9 janvier 1973. 13 mars 1973, ils reçoivent leur nouvelle voiture. 13 avril, elle invite pour sa fête les Formeant, Ginjouet Mermillot. 21 avril, départ à Beauregard (Lozère), chez son frère Louis pour fêter Pâques. Promenade à Volvic, le lendemain. 9 juin 1973, Pentecôte, départ pour les plages de la Normandie.  Visite de Dorman, Compiègne, Beauvais, Dieppe, Treport, Paris Plage et Boulogne, Calais, Dunkerque. En juillet, la famille de Gilette Veaute vient leur rendre visite pour les vacances. Puis, départ en congés à Montpellier au mois d'août où elle retrouve Marinette, Elisabeth, puis Yvette à Carnon. Lily l'invite à souper. Ainsi les vacances à Montpellier permettent de faire le tour de la famille. Repas chez Maurice. Promenade avec Blanche à Saint-Guilhem-le-Désert. Départ le 15 août, avec son époux, pour une quinzaine de jours en Espagne, escales à Llausa, Cadaquès, Figueras, Rosas, Barcelone, Palamos, Ampuria. Au retour, visite chez Louis à Saint-Chely-d'Apcher. Puis Epernay, pour retrouver les familles Pierre Arnould, Grière, Mermillod.

Durant cette période, elle ne manque pas de faire le tour des usines de porcelaine où elle acquière des services de porcelaine comme à Troyes, mais également les puces à Paris.

Mais malgré ces occupations, elle se rend au bureau. Elle subit une intervention en décembre, sur Montpellier. Elisabeth, sa cousine l'assiste. Visite des familles Dapon, Veaute et Hélène. Elle séjourne quelques temps à Montpellier et rencontre Annie et Patrice.

1974, retour à la maison. Son anniversaire se fait en compagnie des Pierre Arnould et de Mme Dubois. Sa vie d'épouse de militaire, la laisse seule durant la semaine. Le mot "solitude" semble pesait. Le week-end visite de Compiègne, du zoo Jean Richard. Invitations des Layrac, pique-niques avec les Mermillod à Hautvillers, bal à la caserne le samedi soir, retrouvailles avec Jean à Paris. Mutation arrêtée de Jean à Versailles avec déménagement à Bois d'Arcy (Paris). Elle retrouve la famille Albretch. Vacances en Juillet en Auvergne. Visite chez son frère Louis en Lozère avant de se rendre chez "Tantoune" à Montpellier. Baignade à Sète avec Gilette et Jean Veaute. Rencontre avec les Rouard, Verbruge, Jean-Pierre Truco, René Foulquier, Dapon, Jourdan, José Cadestin. 15 août, avec Yvette & Adrien, Alain & Michèle... Partie de pêche au Cap-d'Agde avec dégustation d'oursins. Sur l'étang de Sète, ramassage de palourdes. Retour à Epernay avant de déménager le 25 octobre 1974. Rencontre avec les familles Andreausky et Man. Visite des amis Paulin de Lyon. Départ pour Créteil pour aller voir Nicole. Fin de l'année à Marseille chez les Vauget.

 

1975, 1er jour de l'année avec Huguette et Anne. Puis apéritif chez les Barre. Visite à "Tantoune", Elisabeth et Yvette. Invitation à Sète à prendre le repas avec les Rouard. Retour à Versailles. Visite des Barre de Clamart. D'autres amis avec la famille Drayon, Labiche, Grière d'Epernay. Elle retrouve sa nièce Michèle qui lui rend visite. Promenade au Fort de St Cyr. En avril, escale d'un jour en Lozère pour les vacances à Montpellier. Elisabeth est mariée. Hélène vit à Pézenas. Retour à Paris avec la visite de Jacqueline. Elles visitent Rambouillet. Pour l'Ascension, la famille Bezombes lui rend visite. Mai, voyage à l'île de Noirmoutier. Ida retrouve du travail le 6 juin 1975 chez Honey Vell à Malakoff. De retour dans l'Hérault pour le 14 juillet, pour les vacances d'été où elle retrouve la famille de Jean Bezombes à Sète et la compagnie de Lucien Veaute et Marie-Claude. Puis, Vias chez les Verbruge. Arrêt pour le 15 août, chez Louis, son frère. En octobre, visite chez Renée, la soeur de Jean à Monthléry dans l'Essonne. Décés du père de Jean, le 5 novembre 1975 à Auch. Jean Veaute se fait opérer, fin novembre.

 

1976, 1er janvier chez les Bézombes. Décés appris par Gilette de Mr Musciani, le 11 janvier 1976. Rencontre avec les Stermam, Richardot. Yvette & Adrien sont venus à Paris le 25 mars 1975, surprise ! Promenade à Senlis, à l'étang de la Minière. En avril, visite chez les Paulin à Lyon, puis le Sud avec Sète, Montpellier et promenade aux gorges du Tarn, avant de passer voir son frère Louis, le 30/04/76. Retour sur Paris. Promenade autour de l'étang de St Quentin, au bois de Boulogne. 30/05/76, c'est la communion à Lagny. En juin, retour à Sète, puis départ pour l'Espagne à Cullera. La famille Mermillod nous rejoint. Promenade à Valence. Ils retrouvent les Pierre Arnould également. Fin juin, retour à Sète, puis retrouvaille avec Lucien et Marie-Claude. Retour su Paris pour le 14 juillet, avec arrêt la veille, chez son frère Louis, en Lozère. Enfin, il fait chaud à Paris ! Les pas l'amènent place de la Concorde, les Champs Elysées, la Madeleine, Montmartre, Pigalle, le musée Grévin, musée Victor Hugo, le cimetière du Père Lachaise, St Denis, la Ste Chapelle et Nôtre Dame, ... Elisabeth sa cousine, vient la voir à Paris pour le 15 août. Visite de Rambouillet. 19 août, Jean est appelé au chevet de sa mère malade à Auch. Visite de la cousine Jacqueline. 17/10/1976, Gisèle appelle pour faire part du décès de Robert. Visite de Gueta en Octobre. 20/11/1976 décés du père d'Huguette. Veillée de Noël à la maison et le lendemain, invitation de la famille Poulin. Jean a un filleul. Pas de réveillon.

1981

1985,1er jour de l'année avec les Bézombes. Ida se sent fatiguée. Repas chez les Fontanet, les Cornet, les Dupré, les Monnier. Le froid a envahi toute la France, les mimosas ont gelé et nous sommes le 8 janvier 1985.  Ida se prépare pour revenir sur Montpellier. Une cérémonie en l'honneur du départ de Jean. Ida reçoit une médaille de "Bon Soldat" pour l'avoir accompagné durant toute sa carrière. 29 janvier, arrivée à Montpellier. Visite de Dédé & Huguette dans leur nouveau logement. Dédé revient pour aider à refaire la tapisserie. Adrien intervient pour casser le fameux placard avec Jean. Dédé revient pour le remonter. Puis, la chambre d'amis est refaite. Il s'ensuit le salon, la salle de bains, la cuisine. Anniversaire d'Ida. Jean reçoit l'article 5 (pension militaire). 18 mars, Adrien se fait opérer de l'oeil. Le 19, installation d'une porte blindée. Mercredi 20 mars 1985, Jacquotte prévient Ida que son frère Louis est décédé. Il est enterré le 22 mars à Labruguière à 10h30. 25 avril, enfin les meubles arrivent. Les changements opérent sur le couple. Ida rejoint sa famille, ses amis. Jean se sent seul et de plus à la retraite. Visite chez les Cornet à Lyon au mois de mai. 6 mai, voyage aux Etats-Unis où ils retrouvent le cercle militaire et la famille Mougin. Le couple se sépare. Ils font un repas d'adieu avec la famille Veaute, Lucien et Chantal.

 

2010, Ida apprend le 19 janvier le décés de Marc, par son épouse Lucette. Paulette et Toinon monte jouer aux cartes tous les après-midi pour lui tenir compagnie. Dany vient le matin pour la soigner. Mme Lacombe vient le lundi. Le mercredi, le vendredi, la kinésithérapeute vient la faire marcher afin de palier au rhumatisme. Elle prend une femme de ménage Monique qui passe le mardi, le vendredi. Lucette lui offre un parfum pour son anniversaire qui lui fait très plaisir. Toinon vient avec un bouquet de fleurs. En l'absence de Paulette et Toinon qui continuent à aller au Club, Denis Caplain passe, parfois c'est Monique.


Arbre généalogique

                                                                                                    
 

Jean Baptiste ESCURIER                                             Antoine BARRANDON
épouse  Marie Rose TONDUT                                       épouse Marie MARTIN                                                            

Enfants :                                                                     4 enfants :
                                                                                 1. xxx BARRANDON
                                                                                 2. Dorothée BARRANDON
                                                                                 3. Marcel BARRANDON
                                                                                     épouse 
Rosa BONNET
                                                                                              (soeur Marie Bonnet, nièce Lucette)

                                                                                                          Enfants :
                                                                                                          André BARRANDON
                                                                                                          René BARRANDON
                                                                                                          Roger BARRANDON
                                                                                                          Ginette BARRANDON
                                                                                                          Maryse BARRANDON


Pierre-Claude ESCURIER              épouse                      4. Marie, Marguerite, Alix BARRANDON  
(21/12/1882 - 14/11/1966 à 22h)                                                   (2/07/1884 - xxx)
Mariage le 10 novembre 1906                                           St-Denis-en-Margeride
                                                                                   Barraque du bouvier
à Saint-Denis-en-Margeride                                              Cousin >> Noreux Marcel
                                                                                                  épouse Antoinette   Fille  Janine  

Enfants :                                                               V

Aimé, Jean, Marius ESCURIER     Louis, Claude ESCURIER       Ida, Gabrielle, Marcelle ESCURIER
 (15/08/1907 - 31/03/1936)                 (9/01/1911 - 20-03-1985)                 (3/03/1922 - 24/04/2011 à 8h40)
                                                 enterré à La Bruguière, le 22      
                                                             épouse                                    épouse
                                                            Jacquotte                       Roger DOUMERGUE
                                                                                            (xxx - xxx)

                                                                                       fils de DOUMERGUE marié à
                                                                                       Flavie GRATUZE (+21/06/1968 à 9h)

                                                                  V                                        épouse
                                                                  V                                    Jean DUPOUY
                                                                  V                           (divorce en 1985 sans enfant) 

                                     Armand ESCURIER  et  Marcel ESCURIER
                                           (XXX-XXX)                  (XXX-XXX)

                                             épouse                        épouse

                                        Alice PAGES                       XXX

                                                  V                               V
                                                  V                               V

                                                                              Didier ESCURIER
                                            Elisabeth ESCURIER             Yves ESCURIER
                                            Frédéric ESCURIER  
                                   
                                            Marc ESCURIER  marié
                                   qui a deux enfants dont
                                   Magali
 ESCURIER et un fils
                   

                                   

 

.......................
Actualités
Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais
Arabe,   
Parution de l'article, 24 avril 2011
Mise à jour  : 
 24 avril 2011

 

 

 

 

 

 

 

                  Répondre

 

 

 

            

 


 

<< Précédente AAccueil |  Suivante >>

20 mai 2010

Mes premiers pas vers l'ostéopathie

Le frisson m'apparaît à l'idée de vous conter cette plénitude. La main sensible s'approche de l'asymétrie pour en corriger l'espace par un effleurement.

Il règne à cette étape l'ambiguïté du contact du praticien qui sensible se réfère à plusieurs signaux. La peau se raidit à l'approche, captée par les milliers de poils qui s'érigent pour se protéger et révèlent mon appréhension. L'espace temps prend des proportions incalculables tant le temps s'efface pour laisser place au silence de la manipulation.

Oh_

Rien n'échappe à cette main qui ponctue ses mouvements de la fragance de ces huiles essentielles. Mon nez se retrouve au centre de l'image qui s'en dispense. Je relève mon cou prête à recevoir ce fluide. C'est la première étape si décisive sur la manipulation qui s'opère pour retrouver le mécanisme de mes paramètres.

Ost_opathie

Une fois diagnostiquée, je me retrouve de la position assise à une forme allongée qui tend à retrouver sa détermination en s'affirmant dans l'espace. Vide et si prenant l'espace qu'il m'immobilise pour poursuivre l'effort de capter les énergies qui se développent lors de la chute de l'appréhension.

La confiance s'installe et je me vois défiler sous l'oeil qui se pose sur mon corps tendu. Il est le signe de mes faiblesses et toi, l'ostéopathe, tu signes par tes mains, tu soignes du bout des doigts mes maux. Ta caresse efface mes tensions musculaires, comprime cette faiblesse par l'interrogation de mon corps qui se libère de ses douleurs, de ses lésions et équilibre cet instrument tant endommagé par le manque d'entretien.

Il semble que tes mains sont comme les touches d'un piano dont l'accord se modère grâce à la feutrine qui aménage son son.

Tu signes l'acte qui m'enchaînait à la douleur. Mes idées s'échappent, mon corps s'abandonne et devient spectateur de l'effort mutuel, contagieux pour soigner ma blessure. L'état de veille à ce point n'existe plus. Je ne suis plus le patient dans l'attente et mon corps se délivre, se dénoue, s'oxygène.

"TeMpo"

Le parfum m'envoute et le bien-être s'en ressent. Je suis purgée de tous ces noeuds qui aphyxient mon mouvement. Mes traits se relâchent, s'apaisent et offrent le spectacle de la sérénité.

Merci pour votre savoir faire.

Lento - Andante - Allegretto

BOITE_CRANIENNEBOITE_CRANIENNE_2BOITE_CRANIENNE_3BOITE_CRANIENNE_4BOITE_CRANIENNE_5BOITE_CRANIENNE_6

Qu'est-ce l'ostéopathie ?

L'ostéopathie est une thérapeutique manuelle. L'équilibre du corps se fait entre la structure et la fonction dans sa globalité. L'ostéopathie sert à corriger des problèmes structurels, viscérals, musculaires, craniens ou des enveloppes. Le traitement considère globalement l'individu et pas seulement la maladie car notre corps possède par lui-même les moyens de surmonter la maladie par des modèles de défense  et des systèmes d'alerte. Le praticien évalue l'état des différents systèmes du corps. Le soin est donné uniquement à base des mains par des techniques de palpations avec les bouts des doigts. Cette remise en fonction permet de réguler l'homéostasie. Le corps compense les lésions primaires jusqu'à ce que la douleur soit ressentie lors de déréglement, d'où lésions secondaires.

Les manipulations sont de l'ordre de 4 :

. fonctionnelle qui relâche les tissus,
. structurelle qui s'oppose à la lésion pour libérer par un craquement une vertèbre déplacée par exemple,
. viscérales pour soigner les troubles d'intestins, foie, rate...
. crânienne pour rétablir la motité des os du crâne. La manipulation consiste à pratiquer une pulsation circulatoire du
  liquide céphalo-rachidien qui baigne notre cerveau et la moelle épinière.

Elle est une médecine holistique, c'est-à-dire qu'elle considère le patient dans sa globalité.

Fondateur

Cette pratique fut créée en 1874 par le médecin américain Andrew Taylor Still (1828-1917) qui s'inite à cette pratique en soignant les indiens "Schawnees". Il acquiert une science du corps humain pendant la guerre de Sécession, en disséquant les cadavres. Puis, il intègre le corps médical de l'armée en tant que chirurgien. 1865, fut une plaque tournante dans sa vie avec la disparition de quatres membres de sa famille dont trois de ses enfants. Ce malheur l'entraîne dans une réflexion sur l'impuissance de la médecine face à la maladie et il entrevoit une autre manière de soigner. 1875, ces essais apportent satisfaction dans la gurérison de certains patients non médicamentés. Il se retrouve dans l'opposition des institutions médicalisées qui l'amène à s'installer à Kirksville dans le Missouri pour pratiquer en itinérant cette nouvelle médecine. Son succès grandissant, il monte un collège d'ostéopathie en 1892 à Kirksville et arrive à la reconnaissance de l'état "Le Vermont" en 1896. Il s'éteint à l'âge de 89 ans, le 12 décembre 1917.

Andrew_Taylor_Still

Andrew Taylor Still

Devenir

  • 1890, William Garner SUTHERLAND (1873-1954), disciple de Still aboutit lors de ses travaux de recherche à expérimenter sur la boîte crânienne. Cette étude lui permet d'étayer sa visionsur les emboîtements réciproques entre chaque os. Théorie sur la mobilité et la malléabilité du crâne qui sont liés aux troubles liés à sa restriction.


  • Il publie "The cranial bowl" (la boule cranienne) que vous pouvez téléchargez sur le Journal of the Américan Osteopathic Association - AJAO  qui fait état de ses recherches.

  • 1892, John-Martin LITTLEJOHN après des études universitaires en théologie, lettres et médecine, émigre aux U.S.A. et fait la connaissance de Still pour des problèmes de santé chroniques. Ce concept l'enchante et le pousse à s'inscrire au collège de Kirksville pour approfondir ses connaissances, tout en donnant des cours de physiologie.

    Leurs opinions divergent et il rentre en Europe en 1913 dans l'intention de créer une nouvelle école en Angleterre. La Première Guerre Mondiale éclate et retarde sa décision qui n'aboutit qu'en 1917 avec la création de "British School of Osteopathy" (BSO). Son approche développe le concept de Still tout en intégrant la médecine scientifique qui élève la relation de l'organisme dans son milieu pour aboutir à cet art thérapeuthique qui associe également le bien-être.

  • D'autres praticiens rejoignent ces travaux comme Harold MAGOUN, Viola FRYMANN, John UPLUEDGER...

Origine

Le mot "Ostéopathie" est formée de deux racines grecques : ostéon qui veut dire os (ostéo) et pathos qui signifie souffrance (pathie).

Aujourd'hui

La reconnaissance du droit d'exercer est certifié par l'obtention du titre de D.O. (Docteur en Ostéopathie). Cette médecine non conventionnelle sert à soulager et ne peut en aucun cas remplacer la médecine conventionnelle pour certaines pathologies. Elle se pratique sans médicament et sans ordonnance. Elle est reconnue par certaines mutuelles comme la MGEN qui applique un barême de remboursement.

"Droit des malades" du 4 mars 2002 - article qui légalise le titre d'ostéopathie et fixe les conditions.

Législation en France : décret N° 2007-435 du 25 mars 2007 (relatif aux actes et conditions d'exercice de l'ostéopathie).

Lexique

Etiopathie est la recherche de l'origine de la maladie :  analyse des causes de la pathologie.

Amphothérapie est une médecine vertébrale.

Médecin utilise des médicaments

Acupuncteur utilise des aiguilles.

ExpressionOstéopathie

« La main dont les doigts sentent, pensent et voient  »

juliecrokiss

Clic sur la photo pour accéder au site de Julie Crokis            

Dessin à l'encre, couleur brou de noix, sur papier spécial techniques humides

Eric PERRAUX,
Ostéopathe
335, rue du Triolet
Appt 9 - Bât. A
34090
Montpellier (Hérault)

04 67 52 87 23
06 87 46 11 77

Messagerie : ericodo@wanadoo.fr

Enseignant au sein de la formation continue d'Ostéopathe du Sport
Président de l'Association "Les dispensaires de l'ostéopathie"

Membre de l'Association Ostéopathique de l'Hérault
Membre de l'Association des Professionnels des soins ostéopathiques
agréé par le Conseil d'Administration
Contact : disos@orange.fr
Tél. :  06 87 46 11 77

"Les dispensaires de l'ostéopathie"
Association Loi 1901
n° W343006985
Siège social
Résidence Domitienne
335, rue du Triolet
Appt 9 - Bât. A
34090 MONTPELLIER

Eric_PERRAUXIl est le co-auteur de "Ostéopathie et Sport" - Corps, mouvement et santé
Jean-Marie Bastide et Eric Perraux
Parution : 2007
Edition : Sully

Né le, 11 juin 1958

Quatrième de couverture

Cet ouvrage s'adresse à tous ceux qui sont concernés par la santé et le sport : ostéopathes, médecins du sport et tous les professionnels de la santé ainsi qu'aux entraîneurs, préparateurs physiques, et bien sûr aux sportifs eux-mêmes.

L'ostéopathie oeuvre sur le corps et le rend libre de ses mouvements pour jouir de la santé. Un corps libre a la capacité de se mouvoir, de mobiliser ses articulations avec aisance, de contracter ses muscles avec justesse, de propager l'influx nerveux et de permettre l'échange entre tous les fluides. Ainsi, l'ostéopathie agit tant pour favoriser la récupération d'une pathologie, pour prévenir les blessures, que pour améliorer les performances.

C'est pourquoi les professionnels du sport y ont très largement recours tandis que les adeptes du sport-loisir comptent sur les ostéopathes quand survient un problème lié à leur pratique.

Les auteurs, Jean-Marie Bastide et Éric Perraux sont tous deux ostéopathes expérimentés investis dans l'ostéopathie du sport en tant que thérapeutes et formateurs. Ils ont conçu un manuel qui favorisera la compréhension mutuelle entre sportif et praticien ostéopathe, et servira de référence pour l'approche thérapeutique.

La première partie définit le mode d'exercice de l'ostéopathe sous ses différents aspects et analyse les particularités du sportif. La deuxième partie est consacrée à la description des équilibres au sein des différents systèmes du corps humain, puis à la présentation des processus pathologiques et des blessures. À partir de cas cliniques, la troisième partie développe le savoir-faire de l'ostéopathe lors de l'examen et du traitement du patient.

Éphémère footballeur professionnel, Éric Perraud bascule vite vers le soin. Masseur-Kinésithérapeute du sport, sa curiosité le conduit à Shanghai où il obtient le certificat d'acupuncture traditionnelle chinoise.

Privilégiant l'approche manuelle, il entreprend une formation d'ostéopathie, obtient le diplôme (DO) en 1999 et en fait son unique métier.

Praticiel libéral, aujourd'hui chargé de cours au sein de la formation Ostéopathe du Sport, il occupe également la fonction d'ostéopathe au sein de la commission médicale du club professionnel Montpelllier Hérault Sport Club.

Bibliographie

Consultation mai 2010
Dessins anatomie boîte cranienne du site Joe
Lecture associée : Site

.......................
Actualités

Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
Arabe,   
Parution de l'article,  20 mai 2010
Mise à jour  : 20 mai 2010

                   Répondre

            

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 00:03 - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 novembre 2009

Montpellier, mise en scène ~Noël 2009~

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    La période de l'Avent est riche en programme comme la course aux cadeaux pour ravir son entourage.

    Et bien entendu...  l'incontournable marché de Noël qui est à lui seul un circuit gourmandise. Il se situe sur l'esplanade qui loge ces 160 cabanes. Il offre la possibilité de déguster des produits du terroir provençal accompagnés d'un vin chaud. Les visiteurs gourmands et gourmets pourront déambuler de cabanon en cabanon .

    Calendrier de l'avent

    14ème jour de l'avent - samedi 12 décembre 2009

    Montpellier, passage Lonjon - Peluche de la vitrine Cartier
    Montpellier___Peluche_de_Cartier___Passage_Lonjon

    Enfin, sur les hospices de l'événementiel, les rues commerçantes du centre historique s'animent d'illuminations architecturales qui parent les monuments d'une palette de couleurs. Cette tradition est venue des pays nordiques qui fêtent Lucie, Sainte Patronne de la Lumière. Sa date est le 13 décembre car elle célèbre le premier sursaut de l'hiver avant le solstice du 21 décembre.

    Il est dit : "A partir de la Sainte-Luce, les jours augmentent d'un saut de puce".

    13ème jour de l'avent - vendredi 11 décembre 2009

    Montpellier, rue des soeurs noires
    Montpellier_Rue_des_soeurs_noires_No_l_2009

    Ce programme d'embellissement est réalisé par des créateurs tels que Stéphane Lavieille, Matali Crasset, Mourka Glogowski qui rivalisent d'ingéniosité, technologie et d'ardiesse en matière scénographique. Projection de camaïeux de couleurs qui vont de l'ambre au doré et qui rivalise avec le scintillement des  enseignes lumineuses pour que dans les yeux des enfants la lumière brille et les fasse rêver.

    Pour certains, cette frénésie de couleurs qui accompagne cette période de fêtes reste une pollution environnementale. Ils demandent d'allier économie d'énergie à la beauté de ce spectacle en proposant de remplacer progressivement les traditionnelles guirlandes ornées d'ampoules incandescentes par des fils de lumière et l'utilisation d'iodes électro luminescentes (LED).

    Partir à la découverte des images de l'ombre intriguante diffusée par ces illuminations est aussi un voyage en soi.

    12ème jour de l'avent - jeudi 10 décembre 2009

    Montpellier - Licorne, place de la Canourgue

    Montpellier___Licorne__place_de_la_Canourgue___No_l_2009

    Oeuvre du Marseillais Etienne d'Antoine
    sise à l'emplacement de l'ancienne église Sainte-Croix,
    en mémoire à la bataille de Clostercamp

    11ème jour de l'avent - mercredi 9 décembre 2009

    Montpellier, mur peint place Edouard ADAM
    Montpellier___Mur_peint_illumin___place_Edouard_Adam___No_l_2009

    Immeuble en trompe-l'oeil,
    situé au croisement du Bd de l'Observatoire et la Place Edouard Adam
    fresque de 2006,
    des artistes Olivier et Agnès COSTA de Mad'Art Concept

    10ème jour de l'avent - mardi 8 décembre 2009

    9ème jour de l'avent - lundi 7 décembre 2009

    8ème jour de l'avent - dimanche 6 décembre 2009 - 2ème dimanche de l'avent

    7ème jour de l'avent - samedi 5 décembre 2009

    6ème jour de l'avent - vendredi 4 décembre 2009

    A  Montpellier, les nuits sont bleutées pour prolonger ce phénomène éphémère.  Le tout illuminait d'un épicéa qui s'érige sur la place de la Comédie et conjure avec les temps modernes. Le dernier qui perdit les épines date de 2007. Oui, ne cherchez pas à mesurer sur son tronc son âge, vous passerez pour un illuminé. L'arbre est décoré de mille petites ampoules qui vont du blanc au bleu et qui irrigue le coeur de la cité.

    Les chants des chorales nourrissent les rues et vibrent dans cette atmosphère où toutes les barrières sociales et générationnelles s'estompent.

    5ème jour de l'avent - jeudi 3 décembre 2009

    Montpellier, Jean JAURES sur la place
    Montpellier___Jean_JAURES_sur_la_place___No_l_2009

    La ronde de l'Avent du veilleur de nuit vêtu enveloppé de sa cape sombre, coiffé de sa tricorne et muni à la main de sa lanterne et hallebarde pour nous livrer contes et légendes semble s'effacer au profit des illuminations. Il ne poussera pas la chansonnette qui entourent son passage chez les habitants pour leur promettre une nuit calme de l'extinction des feux, jusqu'à l'aube. La crécelle ne sonnera plus

    Il y a bien des spécialités que je souhaiterais trouver sur l'étal des "Hivernales", tel le "Cougnou", le pain de Jésus qui est une petite viennoiserie typique de Belgique et du Nord de la France (Hainaut : région wallonne). Sa forme rappelle l'enfant Jésus emmailloté.

    Les "Navettes" de Saint-Victor. Biscuit qui rappellent par sa forme les barques de Marseille si proche et qui furent créées pour commémorer l'arrivée de Saint-Lazare et des deux "Maries" qui mouillèrent aux Saintes-Maries-de-la-Mer, en Provence. Elles s'achètent douze par douze, une pour chaque mois de l'année. C'est la spécialité de Jean-Claude Imbert qui perpétue cette tradition de la chandeleur, vieille de plus de 200 ans.

    4ème jour de l'avent - mercredi 2 décembre 2009

    Montpellier, Place de la Canourgue - Vitrine
    Montpellier_Vitrine_magasin_No_l_2009

    La fougasse sucrée d'Aigues-Mortes mérite également de se retrouver sur l'étal. C'est une brioche au délicieux goût de fleur d'oranger mais la recette est secrète dans la boulangerie de Gaston "Barthélemy". Seuls les ingrédients sont dévoilés comme la fleur d'oranger, le sucre et le beurre. Mais allez essayer de faire la pâte ! Pour qu'elle soit fameuse, il faut voir Alain Olmeda, c'est sa spécialité à Aigues-Mortes. Elle remplace la pompe pour les Aigues-Mortais.

    Viennent se rajouter également à cette ambiance, les foires aux santons où chacun vient chercher la pièce qui lui manque peut-être encore.

    3ème jour de l'avent - mardi 1er décembre 2009

    Montpellier, Place de la Comédie - Sapin d'acier
    Montpellier_Place_de_la_Com_die_Sapin_acier_No_l_2009

    Coup d'oeil à la parade des lumières dans les vieilles rue du coeur de ville. La magie s'opère dès que la nuit tombe et offre le ballet au théâtre, endroit à ne pas manquer si vous souhaitez découvrir son habit de lumières.

    Descendre également l'esplanade "Charles-de-Gaulle" qui mène au Corum sous une pluie de lumières. Les arbres sont parés de milles cristaux qui scintillent.

    2ème jour de l'avent - lundi 30 novembre 2009

    Montpellier,OdysseumMontpellier_Odysseum_2009

    Quand la lumière environnementale touche les arbres

    Les Galeries Lafayette, antenne montpelliéraine de la célèbre ancienne parisienne qui se situe dans le Polygone (nom de l'ancien champs de tir de la Citadelle) offrira le spectacle de sa dentelle de lumières sur sa façade. Un arbre de Noël mis en scène trônera au milieu des "Escalators".

    Cet art créatif éphémère joue ave la lumière et l'origine de la nuit pour nous offrir un univers merveilleux.

    Vous pouvez aller voir des crèches d'église pour rappeler la naissance de Jésus Christ. S'attarder à admirer une crèche qui fait revivre les habitudes rurales qui nous plongent dans la Provence d'autrefois. Elles sont conçues en bois, en terre cuite, en verre, en chocolat ou même en pain d'épices !

    Apprendre à patiner ? C'est possible à Montpellier car l'attraction est majeure. Plaisir de l'hiver, la patinoire en plein air offre aux adeptes une piste qui est investi dans la journée par les enfants.

    Il est impossible de vous dire qu'au cours de cette période de l'avent et de Noël vous ne puissiez rompre avec votre solitude stérile. Devenez à votre tour, visiteur. Les habitués vous en toucheront un mot.

    Seul bémol à cette féérie. A quand la grand roue comme à Paris, place de la Concorde, dont l'ascencion  permettra de voir de haut les enluminures, bien au chaud dans les gondoles.

    1er jour de l'avent - 29 novembre 2009

    Montpellier_Gargouille_Centre_historique_2009

    Montpellier gargouille

    Et un petit regret que les vitrines du Printemps au Boulevard Hausmann à Paris ne soient pas à Montpellier. Mais aussi que la "dame de fer" qui fête ses 120 ans, "Eiffel", ne soit pas projetée sur un mur en honneur à notre capitale.  Alors, je vous attends pour m'indiquer les liens où je pourrai faire une visite virtuelle.

    Dans ce post, j'espère avoir déposé cette graine de joie qui amène l'harmonie en cette période des fêtes de Noêl. Et que parmi les multiples cadeaux déposés dans la hotte du Père Noël, se trouveront les mots générosité, partage, joie, amour qui sont les cadeaux invisibles mais si chers à nos familles pour adoucir la grisaille et apporter la lumière à l'approche de Noël.

    Programme

    . Concert Gospel et Negro spirituals avec 80 voix, samedi 12 décembre 2009 en l'Eglise Dom Bosco, rue Léon Blum à Antigone (Tarif unique de 13€)

    . Dimanche 13 décembre 2009 à 16h30, concert avec le choeur URBAIN V, EVODI et le nouveau choeur d'enfants du CDMS 34, à la Cathédrale Saint-Pierre. Avec chants de Noël traditionnels.

    . Concert de Noël, Esplanade Charles de Gaulle à Montpellier, le 23 décembre 2009

    Info

    Population de Montpellier est de 225 000 habitants.
    63 sites sont illuminés, soit 9 km de guirlandes.
    Durée de l'expositon : 31 jours.

    Bibliographie

    Visite novembre 2009

    ...................................

    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais
    Parution : 28 novembre 2009
    Mise à jour  : samedi 12 décembre 2009

    Répondre

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Posté par PASPERDUS à 16:10 - Commentaires [17] - Permalien [#]
    Tags : , , , ,