Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

09 mai 2011

Les dunes de Merzouga ~Sablier du temps~

 

<< Précédente AAccueil | Suivante >>

Vous êtes ici >> Accueil|Carnets de voyage |Maroc  | Les dunes de Merzouga 

Nous discutions du temps qui passe et mes doigts tournèrent le sablier qui ornait le cuir de son bureau. Le sable me fit rêver à ces dunes imaginaires, si lointaines et hors du temps que l'on rencontre parfois dans les déserts.

Je lui demandais s'il avait visité Merzouga. Connais-tu ces dunes de sables ?

Je fus interpellé quand il me dit : "Les heures sahariennes".

Dunes_de_Merzouga_MAROC_06

Photo "Temps de pause, tant de poses", site de ma fille 

Il me fit un bref descriptif géographique car j'ignorais sa situation.

Merzouga est réputé pour ses dunes car il est le plus grand erg du Maroc qui se trouve à 50 km d'Erfoud. Ils sont au nombre de deux avec Chigagan, pas nombreux ! Elles sont appelées aussi dunes d'Erg Chebbi et d'Erg Chigaga.

Puis, la conversation s'enrichit de son vécu avec ses souvenirs. Il avait la faculté de reconstituer sa promenade en la complétant de ses découvertes. Il reprit :

Ce sont donc les premières qui abritèrent notre bivouac dans le sahara marocain sur l'itinéraire des caravanes pour Tombouctou.

J'avais l'impression de passer une dune après l'autre, tant son visage se perlait de souvenirs qui remontaient pour ébaucher cet épisode.

 

 Dunes_de_Merzouga_MAROC_08

       Chèche

Le cordon se prolonge sur 22 km du nord au sud et sur 5 kilomètres d'ouest en est. Le sable a le pouvoir de changer de couleur au gré de l'intensité de la luminosité. Mais magie pour magie, il a également des vertus thérapeutiques. Il est dit qu'il a la vertu de soulager des rhumatismes, lorsqu'il est chaud.

 

Expression"les sables qui chantent parfois remplissent l'air avec les sons de toutes sortes d'instruments de musique, et aussi le bruit des tambours et du choc des armes" Marco Polo

Dunes_de_Merzouga_MAROC_07

Un thé au Sahara

Dunes_de_Merzouga_MAROC_09

Bivouac

Les dunes sont les portes du Sahara et sont seulement à 40 km de la frontière algérienne accessible seulement par le vent. Le lac IRIKI fait frontière avec l'Algérie.

Au fait, connais-tu le chant des dunes ?

Ce phénomène m'avait été rapporté comme une légende écoutée par certains, refusée par d'autres. J'imaginais le sable chantait lorsque le vent le pénétrait. Or, il m'a été donné une autre explication car ce son émis est déclenché lorsque l'on marche sur le côté le plus pentu de la dune qui entraîne la vibration des couches de grains de sable qui se chevauchent et dévalent la pente (congère) en émettant par leur frottement une mélodie dont la fréquence peut aller de 60 à 105 Hz, selon la taille des grains et produire un son sur la surface de la dune appelé "chant".

Cette mélopée venue des cordes vocales de la Callas du sable confère un climat envoûtant. Des notes vocales se distinguent par leur puissance lorsque le sol mugit et vibre comme un tremblement de terre. Dualité du solide et du fluide qui se synchronisent pour offrir cette résonance acoustique. Quelle métamorphose !

Seulement 31 dunes qui mugissent sont répertoriés sur terre.

Expression"Un corps est liquide lorsqu'il est divisé en plusieurs petites parties qui se meuvent séparément et il est dur lorsque tous les parties s'entretouchent" René Descartes

Dunes_de_Merzouga_MAROC_03

Mugissement

La conversation s'engageait sous une autre forme et me faisait penser à ses esprits qui rôdent dans le désert dont Guy de Maupassant décrivait dans sa nouvelle "La Peur". Mon esprit s'évadait, s'éloignait de la réalité, mais le son de sa voix me ramena à la discussion.

Dunes_de_Merzouga_MAROC_04

          Réalité ou fiction

 

Dunes_de_Merzouga_MAROC_05

       Dromadaire

Elles mesurent en moyenne 150 m, mais peuvent atteindre jusqu'à 884 mètres pour la plus haute. Elles sont alors appelées "Ghoust" car elles surplombent l'erg et permettent de voir les grands espaces plats, désolés car arides, souvent rocailleux (grès) appelés "reg". Il faut dire qu'à cet endroit, il n'y a pas âmes qui y vivent.

On dirait des collines d'où leur nom qui provient du mot néerlandais "duin".

A ce moment là, il évoqua les travaux d'un britannique Ralph Bagnold qui au début des années 1940 entreprit d'étudier les mécanismes de la formation des dunes de sable. Je n'ai retenu de ce phénomène qu'il était similaire à celui des dunes de neige ou celles présentes sur Mars car il était régi par la relation de proportionnalité. Universelle malgré des milieux si opposés.

Je ne connaîtrai pas les dunes qui chantent car rien ne semble bouger dans ce décor de sable. Je ne connaîtrai pas les tempêtes de sable qui empêchent la monotonie de figer le décor. Les vents réputés violents n'étaient pas du voyage.

Ce désert de sable est constitué de dunes transportées, toilettées par le vent et ressourcées par la pluie qui permet de créer des zones de patûrage. La végétation fixe les dunes dites mortes. Ces courbes au zone d'ombre sont comme un visage qui se gomme et estompe son maquillage pour reflèter ses nuances. Ces dunes dites vives ont l'allure de croissants et sont appelées "barkhanes". Elles se déplacent dans le sens du vent et suivant un certain seuil. La vitesse du vent diminue en fonction de l'altitude. L'érosion de la base de la dune dit socle permet le dépôt du sable, sur l'autre versant. Ce nouveau monticule est la naissance d'une future dune dont les paramètres de sa grandeur sont définis par "la loi d'échelle" qui est le rapport entre la densité des grains et l'interaction du vent sur le sable.

Le vent dit "Chergui" est redouté.  C'est un vent chaud qui vient du Sahara qui ressemble au Sirocco.

Dunes_de_Merzouga_MAROC_01

Au loin                            Photo "Temps de pause, tant de poses", site de ma fille

Autour de moi, les pieds se dénudaient pour plus de sensations. Mes pas mouvaient dans cet équilibre car le sable chaud s'efface sur la touche de nos pas. Mes talons s'enfonçaient.

Puis, il ramena le fil de la discussion à son aventure qui avait commençait en fin d'après-midi.

 

Expression"Le désert est beau, ne ment pas, il est propre" Théodore Monod

 

Le spectacle est pour bientôt. Il se déroulera en deux temps avec la promenade à dos de dromadaires pour aller admirer le coucher et le lever du soleil sur les dunes.

Auparavant, nous avons rejoins notre groupe pour préparer la traversée. Les dromadaires attelés étaient prêts. Beaucoup d'hésitation se mêlaient à l'envie du voyage car après être monté sur le dos du dromadaire, la bête semble énorme et nous positionne au coeur du problème lorsqu'on prend assise. Comment va t'on s'ériger vers le haut ? D'un coup, un sabot se projète vers l'avant et se démultiplie en deux temps pour s'élever sur ses longues échasses. Impressionnant, mais la sensation la plus forte est pour plus tard ! (vous vous doutez bien que nous venons pour les sensations).

Le départ est prévu une heure et demie avant le coucher du soleil pour profiter de la tombée de la nuit. Nous commençons donc à nous acheminer et le balancement rythmé cadence notre marche de dune en dune. Nous montons, puis descendons les dunes successives avec de temps en temps un petit crochet tout le long de la crête.

Notre guide marqua un temps d'arrêt à un point précis. Il posa ses chaussures car ces pieds élastiques s'adaptent au sable. C'est mécanique. Il est dit que le sable chaud soulage les membres. Je regardais ses pieds abîmés affronter la surface ridée par de grandes ondulations parallèles.

 

 

Expression"Parler du désert, ne serait-ce pas, d'abord, se taire, comme lui, et lui rendre hommage non de nos vains bavardages mais de notre silence" Théodore Monod

 

Sa force d'en l'observation m'entraînait à penser au temps qui s'écoule et qui marque notre âme mais pas ce lieu, dont la régulation s'accroche à un autre système.

La chaleur était toujours présente. Il faisait 45° au mois de septembre ! A l'horizon, se profile des mirages. L'étendue laisse percevoir des lignes de crêtes en arc de cercle. La mer de sable se profile sur plusieurs kilomètres, parfois du manteau de sable, des roches affleurent, comme un squelette accroché digne d'un crétacé. Quelle architecture !

Grâce à son image, nombreux sont les photographes qui essayent de surprendre son épiderme qui se nuance par son grain fin qui fréquemment passe du blond à l'ocre orangé.

Notre caravane s'enfonçait doucement dans cet état. Débarassé de mes pensées, de tous sentiments, j'allais à la rencontre du silence. Mes yeux vagabondés sur ce sable mouvant. Le jeu des ombres sur la jolie teinte rouge orangé des dunes dessinait harmonieusement le paysage.

Au loin, nous apercevons d'autres caravanes qui s'éloignent. Après avoir atteint le sommet de l'une d'entre elles, notre guide nous fait descendre sur le versant le plus abrupt. Impressionnant de dégringoler cette montagne de sable. La pente est raide vu de notre assise. Les pas du dromadaire s'enfoncent dans le sable et donnent une cadence soumise aux aléas de la stabilité.

Chaque dune a un nom.

A l'arrivée, à notre campement (jaima), le cérémnial du thé nous accueille avec des chants traditionnels accompagnés du tambourin.  Trois thés pour rester dans la tradition berbère avec leur représentation, "Le premier est amer comme la vie, le deuxième est fort comme l'amour et le dernier est doux comme la mort", notre guide nous annonce.

Notre bivouac est posé dans un creux à l'abri des vents de sable. Il est composé de tentes berbères ornés de tapis multicolores posés à même le sable.

Puis vient le repas traditionnel servi par les touaregs devenus restaurateurs le soir pour nous servir les mets représentatifs de ce lieu : chorba, tajim et salade d'orange.

Sous ces vêtements ombrent nos guides Muhammad, amicals et disponibles. Ils parlent bien le français et l'anglais.

 

Expression"On va au désert pour étancher sa soif de Liberté" "Son charme, le désert l'emprunte à l'éternité"  extrait de "Aphorismes du désert de Ibrahim al-Koni

Son épopée me fait penser à ce peuple, les Garamantes, Berbères à peau noire, nomades qui traversaient le désert et faisaient le trafic d'ivoire, de métaux précieux et d'esclaves. Ces cavaliers d'où vient une partie de mes origines effacées par ce mélange entre l'Orient et l'Occident.

Nous nous installons pour admirer la voie lactée et nous fûmes surpris de voir des étoiles filantes.

Expression"Vise toujours la lune, même si tu la rates, tu atterriras parmi les étoiles" (proverbe arabe)

Les rayons de soleil qui s'accroissent le matin, ouvre la vue sur ce paysage dunaire. L'immensité du désert à perte de vue est un panorama à savourer sans modération. Des traces de fennecs sont les seules marques de vie. Tout semble figeait. De temps en temps un scarabé s'entête à s'éloigner, vers où ?

Nous n'irons pas voir le lac asséché, car il est trop loin. J'aurai aimé voir cette étendue qui évoque un  paysage lunaire car au vu des commentaires lus, cela semble saisissant. Le sol est craquelé et fait ressortir des formes découpées qui rendent ce payage comme à nul autre pareil.

Notre bivouac prend fin pour nous ramener.

Notre marche nous amène vers la plus grande dune afin de surfer. Elle est anormalement grande, en forme d'étoile. Cette pyramide de sable est dure à gravir à en croire notre compagnon qui essaye d'atteindre le sommet avec son surf. La pénibilité semble égaler la neige, lorsqu'on veut faire de la luge. D'un moment à l'autre, il va atteindre le sommet et savourer cet instant avant de nous donner le spectacle de sa descente.

 

Malheureusement, il ne choisit pas le côté le plus ecarpé et peine à s'élancer pour nous démontrer les arabesques de son jeu. Il écume sa défaite, mais au grand dam, nos accompagnateurs prirent la situation en main et montèrent à tour de rôle dessus.

C'était irréel de voir l'homme bleu, avec sa djelaba, sur le surf. Le tissu flottait au gré du vent, la photo fut prise.

Dunes_de_Merzouga_MAROC_10

Dunes_de_Merzouga_MAROC_02

Guide au vent

Le chemin m'amène à penser à ces anciennes pistes du commerce caravanier qui ont fait l'histoire du désert. Je me sens cavalière, commerçante...

Que le mot désert est impropre à ce lieu qui a vu tant de caravanes s'élançaient. Les chameaux suivent la trace qui se perd à l'infini. La vie s'éveille au lever du jour dans le désert. Le camp est démonté, les dromadaires sont chargés, la caravane se met en route pour Tombouctou... Escale, chacun s'atèle à sa tache, le pain est mis à cuire dans le sable.   La méharée reprend la route.

Dunes_de_Merzouga_MAROC_11

Dune

Le désert et le "Ramadan"

Quand je pense au désert et si je cumule avec le mot "Ramadan", je me rappelle l'absence unique des repas, l'abstinence. Nous avons beaucoup appris, en cette période de jeûne. Le pays semble s'épuiser des dernières forces, les gens ont un rythme ralenti jusqu'à la tombée de la nuit (rupture du jeûne >> 19h10 en 2010) et là s'opère le changement, l'échange, le partage et la convivialité.

Bien sûr, il faut éviter de se présenter au regard en mangeant, en buvant, mais qu'importe cette absence devant l'immensité du vide à Merzouga. Fumer, boire de l'alcool sont des plaisirs (vices ou péchés) qui sont moins tolérer que s'alimenter en cette période la plus spirituelle de l'année. Il est recommandé de rester discret et de suivre les codes de "Bonne Pratique" afin de respecter les valeurs de ce mois sacré. La politesse est donc également de mise.

Il faut savoir que le jeûne n'est pas obligatoire pour les femmes enceintes, les personnes âgées, les malades.

Il peut également se rajouter le facteur chaleur suivant les périodes.

Vous pouvez vous faire servir un repas dans quelques endroits épargnés de la fermeture, du moment que vous n'êtes pas musulman. Il faut savoir que les marocains sont plus assidus à la prière et se rendent à la mosquée durant cette période, ce qui réduit l'activité par la fermeture des rideaux de fer des commerces à l'appel des hauts parleurs des minarets lors des offices religieux. Le tourisme est quelque peu perturber par le temps gagné par les siestes et les horaires d'ouverture sont adaptés à ce nouveau planning. Il advient donc, pour certains, de prioriser leur quotidien au détriment du tourisme qui n'est plus prioritaire. Là, il faut s'attendre, à cette étape, que le service ne soit pas fait de bonne grâce car cette pratique religieuse exacerbée a tendance à se faire ressentir dans leur comportement. Le respect est de mise.

Mais il ne faut pas oublier que le tourisme est source de revenus au Maroc et que l'échange va au-delà de la simple transaction. Le Maroc s'est enraciné de coutumes du temps du protectorat français et des communautés juives. C'est donc un pays tolérant même si l'hospitalité légendaire tend à s'évaporer dans les villes.

J'espère que ma réflexion n'est pas réductrice de cette période.

 

Expression"Trab mounek !   (Ah, le beau pays !)" Théodore Monod

 

Les tentes de bivouac sont des abris pour les nomades. Leur toit est confectionné en poils de chèvres ou de dromadaires et surélevé par deux piliers à la verticale. Lorsque le climat est torride, des pans peuvent être remontés pour créer des courants d'air. Notre campement est monté en cercle afin de bénéficier d'un centre qui abrite notre repas du soir.

La vie du désert passe par la présence d'animaux. Les animaux qui cohabitent dans le désert sont les fennecs ou renards des sables, les scorpions blancs et bien sûr les caravanes de dromadaires.

Côté flore, les palmiers sont à l'honneur. Ne manquez pas de faire une pose autour d'une palmeraie.

Le sol peut être Erg (sable) comme Reg (cailloux).

Je remonte le temps. Voici la préhistoire.

Cette vie préhistorique, ensevelie par le désert qui à l'époque était formée de savane. Que sont devenues ces coulées de verdure balayées par l'harmattan, transformées en plateaux désertiques, riches en grottes et peintures rupestres.

Je rentre dans l'austérité, le dépouillement de l'extérieur, comme de l'intérieur face à cette vue unique qui ne peut laisser insensible le voyageur à la beauté du désert. On obtient la sérénité devant cette mer de sable qui semble pour moi, simple amateur, les prémices de la méditation.

Le désert méprise les frontières si chèrement acquises. L'horizon s'offre à vous sans obstacles. Les dunes sont modelées par le bon plaisir du vent. L'imaginaire est au aguet à regarder le ciel étoilé. Telle une comète, je me sens de passage. Si l'esprit "Touareg" pouvait me diriger par le simple fait de regarder les étoiles qui défilent comme Amanar (Orion) qui signifie "guide". 

Les touaregs s'orientent la nuit en regardant deux étoiles "Tenâfelit et Tôzzert, dites "constellations du Navire" et  qui permettent de se positionner par rapport au Sud. Ils connaissent chaque parcelle du ciel.

 

Expression"Grain de sable,
grain de beauté ou de folie,
soit l'exception qui ne confirme aucun reg"

 Thami du sitePhotoeil

 

Le soir est là, nous nous retrouvons dans le bivouac. Les kaimas (tentes berbères) sont prêtes à nous recevoir. Les émotions sont fortes après cette traversée qui nous confronte à ce paysage qui nous délivre de notre quotidien et face à notre dénuement, nous nous sentons purs devant la force du lieu.

Matin, sans lendemain. Le soleil s'élève lentement. Une lueur carminée injecte notre vision. Nous sommes là, rivés sur nos lits au milieu des dunes à redresser nos corps devant l'appel de cette clarté céruléenne pour profiter de l'éphémère levé du soleil. La vue chaloupe face à la force, chaque regard, puise dans son enfance pour libérer son sourire. Tel un Fauve, le soleil surgit, nous inonde de son or aux rayons safranés qui capte notre attention. Le sable se roussit, se brode de nuances pour nourrir notre attente et réchauffer l'aurore qui s'esquive. Le pari est jeté, c'est de le saisir dans son objectif. Mille clics déclenchent pour le garder en souvenir.

C'est ici que s'achève mon anecdote. Contente de vous faire partager mon ressenti par les odeurs, les saveurs, les rituels et de prolonger ses souvenirs sur ce forum par les échanges, les avis...

Je vous avez déjà présenté "La Mamounia" à Marrakech, Oualidia, El Jadida, bientôt vous pourrez parcourir le souk de Fès, cette ville culturelle à l'accent spirituel, la Médina d'Essaouira...

 

Expression"L'homme voyage toujours en avant de lui-même" proverbe Touareg

 

Littérature

Darwin, Marco Polo, Guy de Maupassant, John Cage / Le dernier vol de Lancaster (de Sylvain Estibal chez Actes Sud, publication 2003)

Film 

"Le dernier vol" de Karim Dridi

A voir également,

Dune de Tarfaya au Maroc, Dune du Namibie, Dune de chine,

Autres lieux

Cascades d'Atiq Tissint, Désert de M'Hamid, Dunes de Chagaga, Lac asséché d'Iriqui

Accès

50 km au sud d'Erfoud. 35 km de Rissani.

2 heures de pistes de goudron de Cheggaga

Ou loger

Au pied du désert à l'hôtel, la "Kasbah Mohayut". Accueil généreux, belle chambre climatisée avec salle de bains européenne. Décoration berbère épurée. Jardin intérieur avec piscine, entouré d'un patio en circulade ou s'égrène les chambres. Calme assuré. Le personnel parle français.

Prix : 40 € qui comprend chambre, repas du soir, petit-déjeuner (nuit au choix dans le désert ou à l'hôtel) + excursion à dos de dromadaire pour arriver au campement.

Possibilité de paiement par carte bleue.

Le + >>  à notre demande, il nous a préparé pour le midi, une omelette berbère (tomates, fromage blanc... et le coup de main !)

Remerciements :

Les guides du 9 septembre 2010 ont contribué pour que cette randonnée soit marquée de souvenirs. Merci.

 

Liens

http://www.daniele-boone.com/page/23/

Bibliographie

Voyage septembre 2010

Photographies personnelles.

 

______________________________________________________________________________________________________________
d'autres articles,

 Vous aimerez peut-être : 

Mamounia__Bar_Illumination_Lampe_2010 COTE SUD 2009 Année Picasso Aix-en-Provence Cérémonie religieuse Pélerinage Sarah 2010

Rose_Pierre_de_Ronsard

IMG_0111 Diane d'Ephese Villa d'Este
La Mamounia
~Saveur du luxe~ MAROC

Côté Sud
2009

Marie Sarah
CAMARGUE
Pierre de RONSARD
ou la douce vie
Courtiser VENISE
Merveille de la nature
Diane d'Ephese

 

.......................
Carnet de voyages
Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
Arabe,   
Parution de l'article,  9 mai 2011
Mise à jour  : 22 mai 2011

 

 

                   Répondre

            

<<Précédente| AAccueilSuivante >>

 

 


10 octobre 2010

La Mamounia ~Saveur du luxe~ MAROC

<< Précédente | AAccueil | Suivante >> 

Quand vous citez le nom de la Mamounia à un étranger, il vous répond Marrakech. C'est un monde clos dans la dynastie Almoravide (1062), lové dans cette ville rouge saluée pour son coucher du soleil.

Mamounia__Bar_Illumination_Lampe_2010

La Mamounia Illumination bar

 

Expression"Qui aime le luxe est pauvre" Vinicius de Moraes

Mais passée la porte et vous rentrez dans ce jardin luxuriant ceinturé de murs qui ont su conserver leur légende et dont je vais vous raconter leur histoire.

Elle commence au XVIIIe siècle, lorsque le Sultan alaouite Sidi Mohamed Ben Abdellah offrit à son fils Moulay Mamoun cette terre en cadeau de mariage. Il était le 4ème fils du Sultan. Les jardins portaient le nom de "Arset El Mamoum". Le Sultan avait l'habitude d'offrir à chacun de ses fils, un domaine en cadeau de mariage. Abdessalam, Mamoun, Moussa et Hassan sont ses fils.

Mamounia_Lanterne_jardin

Mamounia, lanterne du jardin

Ce jardin de 13 hectares, blotti au pied de l'Atlas est enfermé dans les remparts et recèle toute sa splendeur en hiver face au sommet enneigé de l'Atlas. Il se travestit de bougainvilliers qui grimpent le long des murs de l'enceinte et développe ses effluves d'orangers à la tombée de la nuit. Il est 19 heures.

C'est dans ce cadre légendaire que l'hôtel fut construit en 1923 dans cette ville Marrakech qui vient du mot arabe " Mur(n) Akush" qui signifie "Terre de Dieu". A l'origine le Maroc était écrit en arabe "Maraksh" المملكة المغربية , ce pays attire de nombreux touristes, séduits puis captivés par son atmosphère mythique et mystique qui vous amène à ce conte oriental ou la culture africaine, arabe et européenne se croisent et éveillent nos sens. Son style et sa personnalité sont ce mélange secret à apprivoiser.

Mamounia_Tableau_danseuses

Mamounia Tableau danseuses
Aquarellistes : Harrari Tarrab, Lemsili, Lachdar, Abidou, El Aouamy, El Moustaoui

Ce palace prestigieux fut construit par les architectes Prost et Marchisio dans ce cadre luxueux magnifié par la nature. Il fut agrandi en 1946 afin d'accueillir plus de clients attirés par sa renommée et bénéficia de rénovations dont les plus grandes sont en date de 1950, 1953, 1986 (Robert Bergé) et 2009. Sa 4ème rénovation contemporaine revient au mérite du décorateur français Jacques Garcia qui a dans ses cordes le "Royal" à Deauville, "Costes" à Paris, "Danieli" à Venise. Il est passionné de mobilier XVIIe siècle et d'art moderne. Ses couleurs de prédilection sont le grenat, le pourpre et le blanc qu'il applique dans cette nouvelle remise à neuf. Il mesure la lumière par des alcôves sombres. Né en 1947, il a tout d'abord travaillé pour une clientèle privée comme Bouygues, Mauboussin... et des hôtels particuliers comme celui de Lucien Barrière. En 1996, il se lance sur des réalisations de grand ensemble comme les salons de Ladurée, Fouquet's qui lui donne le mérite d'avoir carte blanche pour la Mamounia. Il  aura fallu trois années (2006-2009) (Jacques Garcia) pour lifter cette imposante bâtisse de 40 000 mètres carrés. Sa réouverture eu lieu le 29 septembre 2009.

Propriétaire en 1992 du château du Champ de Bataille en Normandie qu'il a restauré durant une douzaine d'années. Ce lieu révèle ses collections d'objets privées et son jardin qui comporte 38 hectares de jardin à la française, dans l'esprit des créations d'André Le Nôtre.

Mamounia_Spa_et_bien__tre

Mamouni, Spa et bien-être

Il est le plus ancien de Marrakech. Il accueilli bien des célébrités comme, Winston Churchill, Colette, Charlie Chaplin, Edith Piaf, Marcello Mastroianni, Alfred Hitchcock qui y tourna "L'homme qui en savait trop", ... et son passé glorieux est imprégné dans l'atmosphère qu'il y règne. Plus tard, Elton John, Jean-Paul Gaultier, Nicole Kidman, Tom Cruise, Claude Lelouch, Sophie Marceau, Claudia Cardinal, Jean-Paul Belmondo, Catherine Deneuve, Alain Delon, Naomi Campbell ou encore Hillary Clinton viendront goûter à ce lieu si mythique. Si les stars du cinéma viennent, celles de la mode comme le créateur  Yves Saint Laurent ou Pierre Balmain y séjournèrent. Les Présidents comme le Général Charles De Gaulle, Franklin Roosevelt, Reagan mais encore le Prince Nahurito du Japon.

Mamounia_Entr_e_en_cal_che

Mamounia, entrée

Une anecdote rappelle que Winston Churchill prenait ses quartiers d'hiver afin d'y peindre la lumière à chaque instant de la journée de la terrasse de sa chambre, avec vue sur le grand jardin. Plusieurs de ses peintures représentent les jardins de la Mamounia et son exposé au Musée Churchill de Londres comme le "coucher du soleil sur les montagnes de l'Atlas" huile sur toile de 1935.

Le_coucher_du_soleil_sur_les_montagnes_de_l_Atlas__par_Winston_Chrurchill___Huile_sur_toile_de_1935

 

Expression"La Mamounia est un des plus beaux endroits du monde" Winston Churchill

Autre anecdote, la magie du lieu a inspiré le groupe "Crosby" pour sa chanson "Marrakech Express".

Le gardien nous fait signe pour garer la voiture. L'entrée mosaïque avec ces vitraux de couleurs s'efface devant l'homme "chauve-souris", surnom que je lui donne par son costume doté d'une cape et son sourire.

Dès l'entrée, je fus conquise par ses grands axes adoucis par une lumière tamisée provenant de lanternes en verre sablé qui donne du poids à l'ambiance orientale. Son style arabo-mauresque imprégné d'Art Déco, tend à s'épurer par une rénovation récente. Les sols marbrés de blanc s'ornent de fontaines de part et d'autres des couloirs transverses qui offrent des perspectives à l'infini. Sur les étages, on aperçoit les moucharabiehs qui invitent à la discrétion. Des pétales de rose accompagnent le reflet de l'eau. Le centre est donné par la présence d'un grand lustre en cristal de baccarat qui perle de sa lumière l'ensemble. Sur l'un de ses axes qui mène à un salon se trouve l'oeuvre.

Mamounia_Bar

Mamounia, salon

Les plafonds de 1923 sont de Majorelle
Les sols sont en marbre noir. 

Mamounia_tableau_chouette

Mamounia, l'Oeuvre

Je marchais sur les pas de mon grand-père, de son passé si glorieux qui était le sésame de notre famille. Ma fille devant telle une antilope s'avançait dans sa robe aux mille accents du Sud. Son image reste gravée à jamais dans ma mémoire qui parfois s'altère. Moment bref et éphémère dans tous ses sens : un rêve.

Le bleu de sa tunique se mariait si bien avec son bronzage appliqué que dès l'entrée, les hommes s'effaçaient pour lever le regard après son passage. Sa ceinture qui retombait sur les hanches, canalisée sa minceur pour faire ressortir sous les plis son vernis. Ses courbes oxygénaient son allure et donnaient l'envergure de sa jeunesse. Je goûtais le présent et sa présence.

Mon mari à ses côtés se sentait honoré de cet accueil.

Mamounia_r_ception Mamounia_HallMamounia_axes 

19 heures - 10
C'était la tombée de la nuit et nous profitions du charme de l'heure pour visiter le jardin, avant de nous installer pour la soirée. La limpidité du ciel qui sombre sous le soleil descendant donnait une tonalité à la plaine du Haouz et plus loin l'Atlas. Le chant du Muezzin vient interrompre le silence. Il se diffuse lentement et pénètre l'atmosphère des derniers jours de Ramadam par l'appel à la prière.

Nos pas nous amenèrent vers la forêt d'oliviers. Les arbres accompagnés de leur ombre soupiraient de la chaleur de la journée et leur pied baigné dans cette quiétude, profitait de la présence de l'eau. L'eau qui de part et d'autres, nous ramène à la vie, au luxe suprême du raffinement et développe une sensation de calme et sérénité.

Mamounia_Parc

Mamounia_all_e_jardin

Mamounia, jardin

Dans cet écrin de verdure où une pléiade d'orangers, citronniers, mimosas et rosiers foisonnent dans les alignements de bambous, nous apercevons des hibiscus, des yuccas, des papyrus. Sur le pourtour, des murs de verdures tels des remparts étalent des hampes de bougainvillés.

Mamounia_jardin Mamounia_cal_che

Plus loin, après l'alignement des chaises longues, la grande piscine fait face aux quatre étages des chambres. Elles sont au nombre de 207 et offrent le choix des catégories.

Il existe la suite Churchill qui était la suite personnelle de Winston Churchill et qui prit son nom après sa mort. C'est une des plus luxueuse et qui est devenue une sorte de musée car elle conserve des photographies originales qui retracent sa vie et des documents d'époque. Elle dispose de 120 m2 avec une chambre et un "living room", salle de bains, jacuzzi et douche, le tout orné d'un grand balcon panoramique qui donne sur les jardins.

Mamounia_Pavillon

Au niveau restauration, il vous est proposé quatre restaurants dont un italien avec le célèbre Chef étoilé "Don Alfonso", un restaurant français avec le Chef étoilé "Jean-Pierre Vigato", un marocain avec les traditionnelles danses et ses costumes. Assis dans les canapés "souf" la table et l'ambiance excellent avec le sublime Chef "Rachid Agouray". Les plafonds sont en "tatoui" et me font lever les yeux. Ce clayonnage est un assemblage de tige de lauriers roses qui sont ajustés dans des caissons à losange. Les tiges colorées sont de toute beauté.

Mamounia_Entr_e_restaurant_marocain

Entrée du restaurant marocain

Des salles de conférence sont également à la disposition d'organisateur.

Une cave dite la plus grande du monde est dotée de 200 000 bouteilles avec une sélection de bouteilles de rouge et de blanc du Haut Atlas. Le Spa est sous le signe de "Shiseido".

Au fond du jardin, le potager "bio" anime également une partie du jardin.

Des boutiques de luxe sont présentes comme Chopard, joaillier.

La_Mamounia_Inauguration

Inauguration de la Mamounia en novembre 2009

Auparavant, les chambres étaient tapissées de marquetterie au sol et rappelaient les paquebots transatlantiques des années 30 et portaient des noms évocateurs : Suite Orient Express qui rappelait le fameux Orient Express Istanbul-Paris. Chaque chambre porte des souvenirs et replace l'histoire avec élégance, le temps ne fait que les embellir et son rafraîchissement donne le dynamisme tant attendu par Didier Picquot, l'actuel Directeur général de la "Mamounia" et qui a, par le passé, refait le "Ritz" à Paris et le "Pierre" à New-York, le "Four Season" à Bangkok, le "Péninsula" à Hong Kong".

Les précédents décors ont été vendus aux enchères comme cette paire d'atlantes en coquillages qui entouraient l'entrée du Spa de l'hôtel.

Mamounia__piscine_int_rieure

Mamounia, piscine intérieure

Il joue la carte du sensoriel avec comme maître mots : saveurs, senteurs, couleurs car la clientèle cherche l'authentique. Les symboles mauresques et conventions sont dans ces couloirs sculptés en marbre noir d'où s'échappent des salons au velour de couleur bourgogne et une effluve discrète senteur "datte".

Les fontaines sont en terre cuite recouverte d'émail.

Les murs de plâtre (zellige) forment des mosaïques géométriques qui vont jusqu'au plafond. Certains murs décrivent l'arbre de vie par les symboles qui les ornent.

Les couloirs qui mènent aux chambres ont des plafonds en boiserie de cèdre sculpté et des parterres de tapis venant du Haut Atlas.

Les nombreuses calèches sont également remplacées par de belles voitures rutilantes de type "Jaguar".

  Mamounia_chambre  Mamounia_chambre_01

  Mamounia_Chopard   Mamounia_Salle_de_bains

Joallier Chopard

Les fauteuils tendus de velours grenats, de style "Leleu" nous accueillirent dans le mythique bar "Churchill".

Nous prîmes l'apéritif accompagnés d'un orchestre de jazz accompagné d'un piano et d'une contrebasse. Certains soirs, la voix de Margaret Bell ou autres chanteuses rajoutent une touche supplémentaire d'harmonie. Bien-être est le maître mot de ce lieu. Tous les sens s'affinent vers cette mélodie qui accompagne notre séjour.

Un moment d'égarement qui me laisse penser à la définition du mot "Luxe". Qu'il soit matériel, intellectuel ou social est une denrée rare qui amène d'autres mots : confort, qualité, liberté, minorité et qui se marie avec d'autres : dignité, sécurité

Des dédales de couloirs amènent l'oeil à s'interroger. Où se trouve le Spa si recherché ou la salle de massage recommandé pour ces vertus de dissiper les tensions ? Relaxation est le fin mot de ce lieu. 2500 mètres de bain qui reflètent douze colonnes en ogive.

80 sortes de soins peuvent être délivrés pour la peau et le corps avec les produits Shiseido dans l'espace Spa. Le bleu Majorelle est à l'honneur.

 

Mamounia_Spa_vue Mamounia_Spa_bassin

Les portiers munis de leur fez faisait une allée d'honneur à la sortie.

Je fais un flash back sur ma visite de la place Jemaa El Fnaa et du souk. En effet, leur visite a été agréablement compensé par la pose à la Mamounia. Les bruits dans la ville, le va et vient incessant des mobilités dans les ruelles du souk ne favorisent pas la découverte de la ville. Le seul endroit qui m'a fait rêver sont liés à Yves Saint Laurent par sa villa "Majorelle" et la "Mamounia" dont il était le client.

Mamounia_Employ_ Mamounia_salon

Visite

. La place "Jemaa El Fnaa" ou place du Mort avec les charmeurs de serpent, les conteurs, les sorciers, les aguadeiros (vendeurs d'eau) avec leurs timbales en cuivre, les cireurs qui font miroiter les souliers, les marchands de toutes sortes...
. La Mosqué de la Koutoubia avec son minaret de 230 mètres
. Visite de riads dans la médina avec leur patio et leur jardin coloré par les bougainvillés. Certains devenus hôtels comme "Noir d'Ivoire", "Dar Iman" à l'extérieur, Palais Mehdi, la villa des orangers, les jardins de la Koutoubia, 
. Madrassa ben Youssef,
. Jardin de la Menara est une oliveraie d'une centaine d'hectares, ornait en son coeur un grand bassin flanqué d'un pavillon qui abritait les rendez-vous galants du sultan.
. Jardin Agdal,
. Musée de Dar Si Saïd sur les arts marocains,
. Palais de Bahia,
. Le souk qui inonde les sens de couleurs, de sons et d'odeurs, surtout le soir.

Pour les achats,
. Ne pas manquer le très chic maroquinier "Place Vendôme" situé 141, avenue Mohamed V et,
. En face, le magasin de babouches "Atika"

Recettes

Quelques recettes recommandées par le Chef El Boujemaa

La Pastilla aux pigeons (4 à 6 personnes)

2 pigeons
2 oeufs
100 gr. d'oignons
100 gr. de beurre
1 demi-botte de persil plat
1/4 de botte de coriandre fraîche
100 gr. d'amandes
70 gr. de sucre semoule

Epices :poivre blanc, cannelle en poudre et en bâton, safran en filament, gingembre frais.

Préparation

Faire braiser doucement les pigeons avec un peu de beurre, de l'huile d'olive, de la cannelle en bâton, l'oignon et le gingembre,  dans une cocotte.
Sortir les volatiles lorsqu'elles sont bien cuites et laisser refroidir. Désosser et hacher grossièrement.
Dans le fond de cuisson, rajouter un peu d'eau pour développer les arômes et faire réduire. Casser deux oeufs dans ce fond de cuisson et mélanger jusqu'à obtenir une crème réduite. Ajouter la cannelle en poudre, le sucre semoule, le persil et la coriandre finement hachés, les filaments de safran détendus dans une cuillère à café d'eau.

Présentation

Superposées deux feuilles de brick humidifiées sur la table. Placer en son centre, la réduction du fond non liquide, la viande, les amandes effilées, refaire trois couches.
Replier les feuilles de brick pour faire une galette.
Au moment de servir, mettre sur une plaque huilée en ayant pris le soin de badigeonner le haut à l'aide d'un pinceau imbibé d'huile d'olive et mettre à four chaud pour faire dorer la pâte.
Saupoudrer de sucre glace et servir.

Adresse

Avenue Bad Jdid à Marrakech 40 000    MAROC

www.mamounia.com

Note

Le prix des chambres varient en fonction des prestations. Comptez entre 400 à 530 euros  (6 000 dirhams) pour les premières catégories.

La Mamounia fait partie des 10 attractions principales de Marrakech.

Marrakech_et_l_Atlas

A voir

Asilah |

Oualidia | El Jadida >> Les fameuses citernes à arcades. El-Jadida en hommage à Saint-Exupéry  |  Azemmour >> Ville blanche en front de mer |

Essaouira |

Marrakech  | Place Jemaa-el-fnaa | La Menara | Les jardins Majorelle  |

Le Grand Sud  | Ouarzazate  | Vallée de Dadès  | Gorges de Dadès  |  Gorges de Todra  |

Les villes Impériales  | Fès

Agadir  |  El Ghezia, la plage bleue  | Lagune de Knéfinis  | Laayoune  (lac salé)  | Amtoudi (grenier à grains et gorges)

Biographie

Voyages août/septembre 2010 et mai 1989

______________________________________________________________________________________________________________
d'autres articles,

Vous aimerez peut-être : 

 

     COTE SUD 2009 Année Picasso Aix-en-Provence  Chemin Cérémonie religieuse Pélerinage Sarah 2010

    Rose_Pierre_de_Ronsard

    IMG_0111 Diane d'Ephese Villa d'Este
    Côté Sud
    2009

    Beauduc
    CAMARGUE

    Marie Sarah
    CAMARGUE
    Pierre de RONSARD
    ou la douce vie
    Courtiser VENISE
    Merveille de la nature
    Diane d'Ephese

     

uot;color: #669999;">........................
Carnet de voyages
Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
Arabe,   
Parution de l'article,  10 octobre 2010
Mise à jour  : 10 octobre 2010

 

 

                   Répondre

            

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 22:22 - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 septembre 2010

Lagune ou lacune, vestige du palais d'Oualidia de Mohammed V

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

Sur la côte Ouest, caressée par l'Atlantique, sa Majesté Mohamed V fit construire le palais de "Sidna" à Oualidia الوليدية.

Il est adossé à la colline boisée et au coeur d'une lagune protégée par une anse de sable.

Ce trésor précieux, telle une perle à l'intérieur d'une huitre est protégé des vents par un cordon rocheux. Il offre à ce lieu, la quiétude des eaux protégeaient par un goulet qui par delà s'écument en crêtes blanches sur les falaises. Elle est l'une des plus belles lagunes de la côte atlantique sur le littoral marocain cadensée par les marais. Elle offre d'immenses plages de sable fin.

OUALIDIA_Cordon_rocheux

Cordon rocheux

Cette station aux reliefs différents est rytmée par la nature. Elle devient la plage des Marrakchis, safiots et casablancais. Les murs des maisons sont peints de la couleur du sable.


Expression"Le Maroc est un pays froid où le soleil est chaud" Lyautey

Oualidia_crique

Mais je me tourne vers les souvenirs pour vous faire contempler ce grand bâtiment abandonné. Une galerie d'arcades orne l'immense terrasse qui s'alanguit sur le rivage, puis vient une enfilade de chambres habitées par la poussière qui s'ouvrent sur des patios aux mosaïques abîmées. Essayez de l'imaginer, recouverte de tapis dont le reflet se mire dans les eaux des bassins aujourd'hui asséchés, déserts dont seule la rouille pêche sur les échelles.

Cette Résidence Royale ou palais d'été de feu Sa Majesté Mohammed V comprend à l'étage une salle de réception qui s'ouvre sur les nombreuses terrasses et l'extérieur. Elle est agrémentée de deux piscines, une sur la grande terrasse qui borde la lagune et l'autre au 1er étage. Tout autour des points d'eau, on prenait salon pour la collation. Des midas (grand plateau) étaient disposés et s'agrémentaient de thé, pâtisseries et fruits pour le plaisir des yeux, sans oublier d'exalter les sens.

Oualidia_Palais_de_Mohamed_V

Palais de Sidna - Mohamed V                          Clic sur la photo pour lien

Mohammed V est né le 10 août 1909. Il fut intronisé le 18 novembre 1927 à l'âge de 17 ans, à la place de ses deux frères aînés, choisi par les autorités françaises, du temps du Protectorat.

Le Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef l'a fit construire pendant la première partie de son règne. Il aimait y séjourner l'été, dans les années 40-50, en famille, loin de l'agitation politique.

Il fut destitué puis exilé en Corse, puis à Madagascar jusqu'au 20 août 1953. Les autorités françaises ramenèrent le sultan au Maroc et l'indépendance vint le 2 mars 1956.

Mohamed_V____FES_en_1943

Mohamed V   FES 1943         Clic sur la photo pour lien DAFINA.net

Ce village de pêcheurs côtoyait sa Majesté (grand-père de l'actuel roi) qui venait goûtait aux joies des bains de mer parmi les estivants. Il était très moderne. Ses filles : Lalla Fatima, Lalla Aicha, Lalla Malika et Lalla Nuzha, en maillot de bain, deux pièces, l'accompagnaient. Il avait cinq enfants de son deuxième mariage : Lalla Aicha, Moulay Hassan II, Malika, le Prince Moulay Abdellah et Lalla Nuzha. De son troisième mariage, il avait une fille Lalla Amina. Elles étaient naturelles, les cheveux lâchées au vent, la gaieté habillée leur regard. Plongeon, nage ouvraient leur quotidien. Les gardiens (mokhaznis) surveillaient de loin.

Aujourd'hui, sur la plage les jeunes filles sont en hijab (voile de la femme mulsumane. En Islam, cette prescription divine permet de préserver sa pudeur et sa chasteté en ramenant le voile sur elle, pour ne pas présenter leurs atours devant le regard baissé des hommes afin de garder leur dignité. Seules les mains et le visage peuvent paraître).

Oualidia_Palais_de_Mohamed_V__Vue_02

Hassan II, le prince héritier se rendait aux soirées dansantes organisaient à l'hôtel l'hipoccampe qui jouxte la demeure.

Une rumeur dit que Mohamed V était un amateur de sardines grillées et qu'il trouvait dans ce lieu la qualité requise. Sur la plage d'Oualidia, on mange des araignées de mer grillées par les pêcheurs.

Voici la recette et rien de plus simple.

Araignées de mer
Verser des cendres dans un creux fait dans le sable de plage
Laisser cuire 5 min. d'un côté, retourner et attendre quelques minutes, puis déguster

Huitres gratinées
6 huitres par personne
Faire fondre 1 cuillère de beurre, puis mélanger avec une 1/2 cuillère de farine, mouillez avec 40 cl de lait. Tourner régulièrement, saler, poivrer.
Dans une poêle, faire dorer les amandes effilées. Saupoudrer en les huîtres.
Verser la béchamel sur les huîtres, mettre du fromage râpé et au four 2 min.
Servir chaud

Msemen (crêpes chaudes)
Pour 4 personnes
Mélanger 200 gr de farine, 1 c. à café de sel et 25 cl. d'eau
Laisser reposer dans un torchon humide 45 min.
Faire fondre 50 gr de beurre et 10 cl d'huile
Imprégner vos mains et diviser la pâte en quinze petites boules
Aplatir la boule en forme de rectangle
Repliez la plusieurs fois en rajoutant sur chaque pli le mélange beurre-huile
Laisser reposer les carrés 20 x 20
Aplatir le premier carré et faire cuire dans une poêle
Servir bien chaud,  c'est délicieux avec du miel

Le palais ne vit que par les souvenirs des oualidis. Hassan II, après la mort de son père, en 1961 n'y revint plus. De l'état d'abandon, les dégradations n'échappent pas à l'oeil.

L'oeil justement qui au delà de la mer, au delà de la dune, voit la tombe du Marabout Sidi Daoud qui protège les enfants, les pêcheurs.

Entre deux baignades, vous pouvez aller visiter, au bord de l'océan, six grottes qui égrénent leur nom : "La portugaise", etc.  Elles se situent à l'emplacement où Hanon débarqua de son périple. Hanon était navigateur cartaginois. Il aurait débarqué sur la lagune d'Oualidia qui constitue un port naturel. Il logea dans l'une d'entre elles, connue sous le nom de "Ghar Hammou El Gazhi".

Cette charmante station balnéaire ne vit que l'été pour ses plages. Il est parfois difficile d'y trouver logement car la population est multipliée par 10 en été. En dépit d'un plan de développement durable pour préserver la lagune et protéger le domaine ostréicole, l'urbanisation y est aussi galopante qu'irréfléchie. C'est le chaos car le progrès est sans mode d'emploi. De ce fait, les eaux usées se déversent à même les rues et forment des marécages où se prolifèrent les moustiques. Depuis le départ des français, aucune structure semble possible et ce processus est destructif et ne fait que rendre caduque le projet de tourisme et d'économie sociale avancé par la politique nationale. Du coup, au dessus du palais de Mohamed V se trouve des habitations anarchiques. Soupirs, désolation légitime, cette lagune se voit en 2010 redistribuée par un nouveau découpage administratif et quitte la province d'"El Jadida" pour celle de "Sidi Bennour". Une station d'épuration des eaux usées doit voir le jour, prise en charge par le Département de l'Eau et l'Environnement.

Septembre est là, sans touriste, la plage dorée par le soleil nous incite à faire une halte. Nous nous installons dans la baie pour profiter du spectacle de ce lieu magique avec l'océan en toile de fond. Nous nous offrons le repas tant attendu en achetant quelques oursins à un gamin habitué des lieux. Pour quelques dirhams, un plateau se présente. Le temps court, c'est les vacances. Croyez-moi ou non, je me sens heureuse durant cette parenthèse. Je me sens suspendu, à l'écart de la société, en marge de devenir bohême, à l'abri de la famille. Les vagues effacent le passé et laissent un présent serein.

Les adeptes de sports de glisse trouveront un jeu de vagues qui les charmeront sur la plage "Tomato Beach" (13 km au sud d'Oualidia) qui est fermée par deux gros rochers qui filtrent la houle et permettent de s'entraîner ou de débuter en attendant d'affronter les célèbres vagues de Ras Lafaa (Safi) classées parmi les 10 plus grosses du monde).

La nature reprend ses droits dès septembre. A l'autre bout de la baie, une autre plage sert de mouillage aux barques des pêcheurs. La pêche se pratique ancestralement. Les bateaux s'approchent de la rive suivant la cadence des vagues. Puis l'ensemble des pêcheurs sautent et aidés par les autres pêcheurs, portent la barque sur le dos à l'aide de gros rondins de bois, jusqu'au sable. La pêche ramène chaque soir une cinquantaine de pêcheurs quand la houle ne les fait pas renoncer à leur journée. Ils s'engagent dans la passe en choisissant la bonne vague. La criée est à même la plage. Chaque pêcheur marchande sa prise qui fournira les restaurants locaux ou des restaurants ambulants qui vous font grillés le poisson à même le sol pour une dégustation.

Oualidia_Retour_de_p_che

Le port, la pêche

Mustapha est pêcheur quand le temps le permet. Les autres jours, il offre ses dons de masseur-kinésithérapeute qui lui ont été légués par son grand-père. Il soigne les articulations douloureuses en massant le corps avec de l'huile d'argan. Il aussi le titre de "Mustapha, le prince des grottes" tant il les connaît. Il s'improvise alors comme votre guide pour vous les faire visiter.

OUALIDIA_Retour_de_p_che_03

Le dépassement

1_246_OUALIDIA_Retour_de_p_che

Retour de pêche

OUALIDIA_Barques_01

Plage des barques       

A marée basse, quand la mer se retire, les vaches vont paître dans les schorres situés sur des îlots et règlent leur satieté durant les six heures de reflue sur ce tapis de végétation. Les femmes dépendent également des cycles de marées et courants qui rythment leurs heures. De loin, on aperçoit leurs tâches colorées qui accompagnent les troupeaux. Ce sont les habitantes qui vont laver leur linge dans les creux des cailloux qui comportent des sources d'eau douce situées vers le palais royal et des résurgences d'eaux douces sous-marines. Elles profitent du ressac pour rincer leur vêtement.

Oualidia est réputée également pour sa chasse. Il y a des battues de sanglier durant la saison de mars-avril.

Des bassins d'ostréiculture sur les berges de la baie (production aquacole : 200 tonnes/an) se situent à l'entrée Nord. Ils comprennent 8 parcs ostréicoles ainsi qu'un parc à palourdes. Les naissais viennent du bassin d'Arcachon (France) et sont développés dans la lagune. Dans les années 80, ils provenaient du Japon.

Les marais salans sont célèbres car ils conjurent le climat, la topographie et la géologie pour leur production.

Oualidia_Marais_salans

Marais salans        Clic sur la photo pour aller sur le lien

La lagune s'étend sur 4 km. C'est le paradis de la faune. Les oiseaux viennent sur les îlots, aussi vous pourrez admirer le ballet des flamants roses, des barges, spatules, goélands, hérons cendrés, grands cormorans et échasses.

Oualidia_Marais_salans_02

Marais salans        Clic sur la photo pour aller sur le lien

L'eau est peu saline par le fait des sources. Sa température est fraîche également par l'apport d'eaux douces et l'intrusion des marées qui jouent un rôle hydrolique dominant.

La kasbah de Moulay El Oualid ben zidane, dernier sultan de la dynastie sadienne, fut construite en 1634 qui a donné son nom à la ville. La dynastie des Saoudiens a régné de 1554 à 1659. C'est à cette époque que le Maroc prit son nom qui serait la contraction de Marrakech. Auparavant, il s'appelait Maghreb el aqça ou Maghreb extrême. Oualidia a vu le passage des phéniciens, des romains et des portugais.

Les ruines de la cité portugaise date du Vè siècle. Des murailles des remparts sont flanquées de dix-huit tours. Seulement trois portes sont visibles. Elle fut ruinée une première fois en 667 et reconstruite sur les ordres du Sultan mérinide. Elle subit une seconde destruction et fut ruinée à jamais.

Cette année, le roi Mohamed VI a signé une convention pour la préservation de la lagune.

Cette commune est le refuge de nombreux artistes comme le peintre anglais Bill West.

Notes

Le palais a été fermé au public et les axes murés. Une garde a été déployée de jour comme de nuit.
Lecture "Arietta" de John Knittel écrit à Oualidia, en 1956. C'est l'histoire d'une jeune allemande mariée qui fait la connaissance d'un anglais. Le roman se déroule dans ce village de pêcheurs, qu'est Oualidia.

Ensoleillement

300 jours dans l'année. Sans vent (Essaouira) et sans brume (Agadir), mais un flot de touristes en été, à éviter.

OUALIDIA_Barque_de_plaisance

Barque de plaisance

Ou dormir

Luxe >> Riad La Sultana

OUALIDIA_Riad_La_Sultana

OUALIDIA_Riad_La_Sultana_02 OUALIDIA_Riad_La_Sultana_03

Ou manger

L'araignée gourmande

Situation

Entre El-Jadida (La nouvelle, appelée par les romains "rusibis", plus tard par les portugais "Mazagan" et du temps du protectorat, Lyautey a dit qu'elle était le "Deauville" du Maroc) et Safi
A 78 km au Sud d'El-Jadida
17
0 km de Casablance
212 km de Marrakech

 

Plan_OUALIDIA

Oualidia_vue_a_rienne

Clic sur la photo pour lien

A voir

Asilah |

El Jadida >> Les fameuses citernes à arcades. El-Jadida en hommage à Saint-Exupéry  |  Azemmour >> Ville blanche en front de mer |

Essaouira |

Marrakech  | Place Jemaa-el-fnaa | La Mamounia  | La Menara | Les jardins Majorelle  |

Le Grand Sud  | Ouarzazate  | Vallée de Dadès  | Gorges de Dadès  |  Gorges de Todra  |

Les villes Impériales  | Fès

Agadir  |  El Ghezia, la plage bleue  | Lagune de Knéfinis  | Laayoune  (lac salé)  | Amtoudi (grenier à grains et gorges)

Bibilographie

Voyages août/septembre 2010 et mai 1989

______________________________________________________________________________________________________________
d'autres articles,

Vous aimerez peut-être :

 

    CRIT_dentaire__2010__Equipe_de_Marseille  Chemin Cérémonie religieuse Pélerinage Sarah 2010

    Rose_Pierre_de_Ronsard

    IMG_0111 Diane d'Ephese Villa d'Este
    Signal
    CRIT Dentaire

    Beauduc
    CAMARGUE

    Marie Sarah
    CAMARGUE
    Pierre de RONSARD
    ou la douce vie
    Courtiser VENISE
    Merveille de la nature
    Diane d'Ephese

     

........................
Carnet de voyages
Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
Arabe,   
Parution de l'article,  30 septembre 2010
Mise à jour  : 30 septembre 2010

 

 

                   Répondre

            

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>