Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

11 septembre 2015

Maman a tort de Michel Bussi

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

tous les livres sur Babelio.com

 

Notation

 

 culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

 

"Ma mère n'est pas ma mère" se termine ainsi le premier chapitre de "Maman à tort" de Michel Bussi.

Le deuxième commence sur le doute qui s'installe quand le psychologue scolaire comprend que Malone dialogue avec son doudou nommé Gouti. De quoi se souvient'il vraiment ? Est-ce des récits qu'il se raconte en boucle.

Dès lors, un compte à rebours commence pour éviter que sa mémoire s'efface. Vasile, le psychologue est intrigué par ces mots qui décrivent sa vie d'avant. Il lui faut vite trouver la vérité. Mu par l'envie d'avancer, il se rend au commissariat et confie à la commandante Marianne cette histoire invraisemblable. Mais pour gagner du terrain, il mène son enquête en parallèle de Marianne qui se heurte au fondemental que Malone a une mère.

 

Résumé

Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit.
Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide.
Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple.
Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent.
Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche.
Le compte à rebours a commencé.
Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent.

Qui est Malone ?

 

Autres romans

Code Lupin  (2006)
Omaha crime (2007)
Mourir sur Seine  (2008)
Sang famille (2009)
T'en souviens-tu mon Anaïs ? (2010)
Nymphéas noirs  (2011)  lu
Un avion sans elle (2012)   lu
Ne lache pas ma main (2013)
N'oublier jamais (2014)  lu

Gravé dans le sable (2014), réédition de son premier roman "Omaha crime"
Maman a tort (2015) lu

 

Après "Les Nymphéas noirs", chaque livre actionne le défi et je n'ai de cesse de trouver le fin mot.

Remerciements à Babelio pour la participation à Masse Critique et l'octroi d'un exemplaire par les Editions "Les Presses de la Cité".

 

ExpressionOn ne dit pas : j"avellisé", mais "j'ai lu"
Auguste Derrière

 

Michel Bussi
Né le 29 avril 1965 à Louviers (Eure). Il grandit au Manoir, une petite ville au bord de la Seine. Sa mère était institutrice catholique. Elle élevait seule ses trois enfants dont deux filles Marie-Claude (59) et Isabelle (66) Bussi. Son père travaillait à l'acierie de Manoir-sur-Seine. A sa mort, la famille s'installe à Pont-de-l'Arche.
Son grand père paternel est corse, originaire du village Castellane-di-Casinca.
Il va à l'école Albert Becquart de 70 à 77. Puis au Collège Hyacinthe Langlois. Pour le lycée, c'est le privé à Fénelon à Elbeuf. En 1983, il continue sur la faculté de géographie.
Politologue, il fit une thèse de Doctorat en géographie et fut recruté à l'Université de Rouen en 1993.
Professeur de géographie à l'Université de Rouen, après avoir été maitre de conférence,  il dirige maintenant le laboratoire IDEES au CNRS où ses recherches portent sur la géographie du politique.
Il vit à Darnétal, agglomération de Rouen.
Marié à une éducatrice, père de trois enfants (deux filles et un garçon).
Il commence à écrire dans les années 80, mais son premier roman n'est pas reçu par les maisons d'éditions. Il écrit des contes pour enfant non publié à ce jour qui font penser au choix des prénoms de ses personnages tels la commandante "Augresse" et le lieutenant "Chevalier" dans "Maman a tort".
Ses romans sont conçus comme s'il montait un film d'abord, qu'il couche sur papier l'été. Puis viennent les relectures avec vigueur. Ils font ressortir un coté phylosophique et ludique.
Avec "Nymphéas noirs", il perce à la Maison d'éditions "Presses de la Cité".
Ses premiers romans ont pour cadre la Normandie, par souci de véracité. Il mêle passé et présent.
Il publie au rythme de 1 par an.
Sa première édition est le "Code Lupin" en référence à Maurice Leblanc d'Arsène Lupin.
Comme chercheur universitaire, il réalise plusieurs articles et ouvrages scientifiques.
Ses auteurs préférés pendant son enfance sont : Jules Verne et Agatha Christie ("Mort sur le Nil" & "Dix petits nègres" sont ses favoris), Boris Vian. Bien sur, il écume le "Club des cinq", puis la série "Alice".
Son lieu de prédilection pour écrire est la pièce à vivre, salon séjour de son pavillon. C'est un environnement qui bouge, voire dans les lieux publics ou le train.
Il affectionne les livres qui s'accumulent comme ses personnages !
Son environnement est fait d'un jardin et d'une rivière (mon rêve de voir l'eau coulée en continu).
Autant il est fasciné par le film "Le sixième sens", qu'il adore le coté poétique des films "Les enfants du paradis" ou "Jeux interdits". "Brazil" et récemment "La vie est belle" de Roberto Benigni font partie de ses favoris.
Pour la musique, dans les compositeurs français, Souchon et Renaud sont au palmarès.
Son premier roman, le "Code Lupin" a été interprété en feuilleton en 2010.
5ème auteur le plus lu en France en 2014 et 1er auteur français des romans policiers.
Il est traduit en 42 langues.
"Malone" un prénom choisi en hommage au fils du chanteur Renaud.

 

Bibliographie

Lecture de juin 2015

 

......................................................................................................................................................................

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : 
Abonnez-vous à "newsletter" !

 

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 Les_oreilles_de_Buster

La_voie_marion_de_Jean_Philippe_MEGNIN

Les_chaussures_italiennes_de_Henning_Mankell

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise


L'ombre du vent

La_vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

Les oreilles de Buster
Maria Ernestam
La voie marion
Jean-Philippe Mégnin
Les chaussures italiennes de Henning Mankell Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

 ...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution :  Vendredi 11 septembre 2015
Mise à jour  : Vendredi 11 septembre 2015


                 Répondre                        

 

 

<< Précédente  |AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 23:23 - Lire et reliure - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 avril 2015

Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

Un parfum d'herbe coupée

Un parfum d'herbe coupée
Nicolas Delesalle
Edtitions Préludes

Date de parution : 7 janvier 2015
285 pages
13,60 euros

 

Notation

culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

 

On pourrait se demander quel est l'intérêt de lire encore des souvenirs d'enfance. Mais le parfum n'est pas le même suivant l'étape de sa vie et chaque souvenir rappelle ceux auxquels nous nous sommes personnellement attachés.

L'idée de nous donner à lire des passages, des tranches de vie n'est pas novatrice. Mais l'auteur est adepte des réseaux sociaux et a débuté par des nouvelles très courtes, sur Twitter. Tweet story est une nouvelle forme littéraire qui se réalise sur le réseau social. "Alexander" est son Tweet story. Les messages sont en salves de 140 caractères et tiennent les lecteurs en alerte des futurs messages. Puis, il capitalise ses écrits sur un blog nommé "A peu près rien", avant d'en faire un livre numérique. Internet permet d'écrire avec plus de liberté. Relativement bien plébiscitées (6500 followers), ces nouvelles sont publiées, suite à la proposition de l'éditrice Véronique Cardi. Le texte a été remodelé pour s'intégrer sous forme papier. Le choix du vocabulaire est différent suivant le mode de transmission. C'est donc un livre "d'opportunité" comme dit l'auteur car il fut conçu au fil des messages, des échanges avec ses lecteurs. L'auteur reconnaît que certains de ses récits ont été rédigés depuis plus de dix ans. Des histoires drôles qui rendent hommage à l'enfance, d'autres sur l'adolescence qui donnent toute la puissance sensitive, jusqu'à l'âge adulte où l'on retrouve le personnage principal, kolia, père de famille. Un récit a quatre voix, celle de l'enfant, de l'adolescent, de la critique et celle du lecteur. Le lecteur pourra transposer ses souvenirs à ceux de l'écrivain.

Un premier roman qui se lit facilement et c'est plutôt bien écrit. Des instants fugaces et sans importance qui remplissent notre vie sont imagés. Les bons moments entraînent les mauvais qui obstruent le quotidien, mais toujours avec cette écriture enjouée pleine d'humour. Les thèmes s'enchaînent et s'alternent au travers de la mémoire de l'auteur.

Un livre sympathique qui n'est pas un roman mais une sorte de récréation. Il n'y a pas de chronologie, mais une multitude de réflexion sur l'éducation, les parents, l'amour. Les mots sont choisis et offrent un élixir dont la saveur embaume le parfum de l'herbe coupée.

J'ai adoré l'anecdote du cimetière du Père Lachaise à Paris. La description de chaque tombe qui accueille des personnages célèbres est un pur délice.

Le livre a remporté le prix des lecteurs du livre numérique 2013, le 28 novembre 2013.

 

 

Présentation

 

« Le jour où mon père a débarqué avec son sourire conquérant et la GTS, j’ai fait la gueule. Mais j’ai ravalé ma grimace comme on cache à ses parents l’odeur de sa première clope. J’ai dit “ouais”, j’ai dit “super”, la mort dans l’âme, même si j’avais compris que la GTS pour la GTX, c’était déjà le sixième grand renoncement, après la petite souris, les cloches de Pâques, le père Noël, Mathilde, la plus jolie fille de la maternelle, et ma carrière de footballeur professionnel. »
Par petites touches qui sont autant d’instantanés de vie, Kolia convoque les figures, les mots, les paysages qui ont compté : la route des vacances, les filles, Totor le paysan aux cèpes et la maison de famille, des livres, quelques sauterelles, Raspoutine le berger allemand… Des petits riens qui seront tout.
Un premier roman remarquable, plein d’émotion, d’humour, de poésie, de profondeur, où la petite musique singulière de l’enfance ouvre sur une partition universelle.

 

 

Extrait

 

Expression"Ces livres labourèrent la terre dure de mon esprit vide, mais rien n'était encore semé sur ces champs désolés balayés par le souffle de l'aventure"  p.93
Nicolas Delesalle


Expression"Jusque-là, je n'étais jamais entré dans une librairie. J'avais peur des librairies comme j'avais peur des livres. Á mes yeux, les librairies étaient des temples austères, les libraires, des moines érudits et effrayants ; il était évident que les libraires avaient lu absolument tous les livres qu'ils vendaient et il m'arrivait de scruter discrètement leur front que je jugeais toujours bombé, en imaginant combien d'histoires dansaient là-dessous"     

Nicolas Delesalle

 

 

 

 

Frise

Merci pour cette belle rencontre du 3 février 2015 qui a permis à une trentaine de lecteurs de connaître l'auteur. C'est au "Thé des écrivains", la librairie-salon de thé du 3e arrondissement que cette soirée fut organisée par la maison d'édition "Préludes". Une soirée agréable où Nicolas Delesalle a su prendre le temps pour échanger avec ses lecteurs. Mais aussi merci à Pierre Krause et à "Masse critique" de Babelio de m'avoir permis de découvrir cet auteur.

La "Librairie générale française", connue pour la collection "Livre de poche" s'ouvre sur une nouvelle collection "Préludes" qui publie chaque année, une dizaine de livres inédits de jeunes auteurs français ou des traductions pour la littérature étrangère. Chaque ouvrage propose à la fin de sa lecture, trois autres romans sur le même thème.

Son écriture est prometteuse et je ne doute pas que sa plume va faire éclore d'autres oeuvres.

 


Né en 1972.

Son père Jean-Charles Delesalle a occupé pendant trente ans la profession de journaliste sportif au "Journal du Sud-ouest", "La Dépêche du Midi", puis au "Journal du Dimanche". Il se spéciale dans le rugby. Auteur de plusieurs ouvrages sur le rugby et le sport.

Sa soeur Sonia Delesalle-Stolper poursuit également une carrière de journaliste. Elle est correspondante de "Libération" à Londres, Royaume-Uni. Elle a une Maîtrise de russe à l'INALCO, mais aussi une Maîtrise d'Histoire Sorbonne Paris IV. Comme son frère, elle a fait l'école supérieure de journalisme de Lille.

Son autre soeur est Tatiana Delesalle-Féat. Elle est responsable éditoriale aux Editions Fleurus Mango.

Et s'il a trois soeurs, voici la dernière : Alexandra Delesalle, chroniqueuse au journal "Metro".

Nicolas Delesalle est journaliste à l'hebdomadaire Telerama. Il s'adonne à ce métier en s'orientant vers la presse écrite. Il est également le grand Directeur de l'ouvrage "Télérama a 60 ans" (Tome 1 et 2) publié aux Editions "Arènes". Il fit l'école de journalisme ESJ de Lille.

Un livre qu'il affectionne ? Si nous vivions en1913 d'Antoine Prost, mais également "Jérôme" de Jean-Pierre Martinet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Frise

 

 

 

Petite note à l'intention de l'auteur

Oui, le travail de mémoire fait partie de mon quotidien. Comme vous l'avez largement souligné lorsque vous avez posé votre autographe sur mon livre, j'ai accompli le devoir que la lecture soit pour ma fille aussi essentielle qu'elle est pour moi. C'est pour cette raison que je vous l'ai envoyée et qu'elle a pris ma place pour cette dédicace. Merci

Je n'ai pas mis dix ans pour faire ce retour, mais quelques mois. Des mois d'échange entre ma fille, mon époux qui tour à tour furent lecteurs, acteurs et critiques.

 

Erreur d'édition

p. 206 Internet et ses vidéos peuvent aller se faire cuir(e) un boeuf

 

Biblographie

Lecture de mars 2015

Liste de mes lectures "Lire et reliure"

 

.......................

 Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 Les_oreilles_de_Buster

Les_chaussures_italiennes_de_Henning_Mankell


L'ombre du vent

Les oreilles de Buster
Maria Ernestam
Confiteor
Jaume Cabré
Les chaussures italiennes de Henning Mankell Le Cirque des Rêves
Erin Morgenstern
L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon
Au revoir là-haut
Pierre Lemaître

...................................

 

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution :  mardi 7 avril 2015
Mise à jour  : 7 avril 2015


                 Répondre                        

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 23:30 - Lire et reliure - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 mai 2014

Comédie du livre à Montpellier 29ème édition -Rencontre avec les écrivains illustres du XIXème siècle ou la mémoire taraudée-

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

Comédie du livre

L'année dernière, "la Comédie du Livre" nous entraînait dans le monde de la littérature contemporaine du magrheb et l'Algérie était le pays invité. Cette année, pour la 29ème édition, les grands auteurs du siècle dernier étaient à l'honneur. Présents dans les livres, je me rendais sur les stands pour savourer cet instant unique de les découvrir.

Lamartine me salua, mais je me dépêchais d'aller voir Victor Hugo. Je tenais le livre de mon grand-père "Les Misérables" en vue d'un autographe. Les pages, à certains endroits, endommagées par le processus du temps me rappelaient qu'avant moi, ma mère, mon grand-père et quelques invités illustres de la famille avaient dû percer cette histoire au travers de cette édition.

Le marque page m'indiquait de me rendre à ce salon pour l'y rencontrer. 130 ans après, cette "Comédie du Livre" dont le programme ne citait pas Victor Hugo, me faisait rencontrer ces grands noms qui seraient célébrés au même titre que les auteurs nordiques, venus du monde entier.  Après le Sud, le Nord ! Oui, cette année la croisière est nordique si vous y participez. Vous traverserez le Danemark à destination de la Suède, puis vous vous dirigerez vers la Norvège, en vue d'atteindre la Finlande et si vous le souhaitez pourquoi pas : l'Islande. Dans le catalogue qui me fut délivré à l'entrée, les ateliers étaient notés et je cherchais le lieu de ce RDV, en vain.

Seul mon marque page m'informait de cette visite inhabituelle. Cette 29ème édition avait été programmée en 1885, l'année de la mort de Victor Hugo. Elle s'ouvrait le 22 mai, le jour de sa mort. De plus, il était membre de la "Comédie humaine" d'Honoré Balzac. Mon livre faisait partie d'une série qui avait été livrée avec une brochure de ces rencontres.

Je feuilletais les pages pour vérifier si une annotation me permettrait d'avoir plus de renseignement et je m'aperçus que cette Comédie du livre avait été créée en 1985 à Montpellier par quelques librairies indépendantes au moment du centenaire de la mort de Victor Hugo. Que de coïncidences !

J'étais entourée d'amoureux du livre et cette manifestation, unique en son genre, m'octroyait la possibilité de rencontrer l'auteur qui m'avait fait découvrir cette passion.

Le passé et le présent se mélangeaient. Au Pavillon Populaire, face à l'Esplanade, mon regard fut attiré par Herbjørg Wassmo, Romancière et auteur de sagas qui dépeignent la nature norvégienne. Nommée "la plus grande dame des lettres du Nord", je vous la recommande.

Puis, la présence de Jo Nesbo me rappelle que je suis entrain de lire "Le Bonhomme de neige" !

Et c'est à l'espace Rencontre que s'ouvrait mon aventure ! Je ne tenterai pas de répondre à vos questions, je vous décris seulement cette expérience. Victor était debout, sa canne martelait ses pas comme une minuterie qui me fit considérer que le temps était précieux. Son visage était singulièrement flétri par ses pensées et les rides avaient fixé la souffrance. Sa barbe grise cachait son menton et son nez se retroussait pour retenir ses binocles. Son habit noir boutonné, lui donne l'allure d'un orateur prêt à séduire ses admirateurs. J'entrais dans la salle Pétrarque. J'avais l'impression d'entraîner avec moi mes chères et chers blogueurs bibliophiles pour concrétiser ce souhait profond de mon grand-père.

"Ce siècle avait deux ans » quand naissait ce Grand homme prénommé Victor Hugo qui a bouleversé non seulement le monde littéraire et artistique, mais aussi la sphère politique de son époque jusqu’à aujourd’hui. Mon grand-père, né cent ans plus tard à cette même date, m'avez laissé son livre pour mémoire.  1802, 1902 que de date en souvenir. Tous les éléments de mon enfance me faisaient face. Ce n'était pas un voyage intérieur au plus profond de mon âme car je scrutais la salle. Je me retrouvais qu'avec des grands noms qu'il faut dire avaient été absents depuis plusieurs générations.

 

Victor Hugo

Leur silhouette évoluait autour d'un buffet. Le décor m'énivrait. Derrière les tentures de l'entrée, une envolée de plante, dans des vases ventrus, amenait à la discrétion. Au fond de cet office, les tables étaient garnies de petits fours qui produisaient un joli effet. Je devais faire l'apprentissage de la lenteur pour éviter de perdre cette vision. J'improvisais un itinéraire car cette aventure, aussi intense, se devait d'être conservée pour vous la rapporter. Mon esprit vagabondait à la vue. Leur engagement sur les fondements mêmes de la liberté était ancré dans mes pensées. Comme Emile Zola, il avait écrit sur l'intime et le singulier de la nature humaine. C'étaient les Maîtres du livre qui avaient fasciné mon enfance.

Je salue Honoré Balzac qui vient retrouver son ami. Alphonse Lamartine discute avec Alphred de Musset qui est au stand des "Poètes" où j'aperçois "Les Orientales" de Hugo.  En ce lieu, des vitrines sont présentes et la lumière immacule l'objet. Je m'attarde autour des oeuvres de Victor Hugo et je suis interpelée par le titre "L'homme qui rit". Une oeuvre finalement peu connue qui semble retracer sa destinée et qui me rappelle le calembour "Je pense et je panse". Ces oeuvres sont magistrales et donnent à philosopher sur la conscience humaine qui a bouleversé le XIXème siècle.

A côté, Théophile Gautier lit un extrait de "Hernani", sa pièce de théâtre.

Je rejoins le stand "Pièce de Théâtre" pour chercher "Le Roi s'amuse", pièce jouée pour la première fois à la Comédie-Française qui n'est plus censurée à notre époque.

Soudain, j'entends que l'on débat et me retourne pour apercevoir Alexandre Dumas en pleine discussion politique avec Chateaubriand, au sujet de Napoléon Bonaparte. Je m'éloigne car les romans historiques ne m'intéressent pas.

Georges Sand est là, elle a quitté son Berry pour présenter son dernier ouvrage. Je suis contente de la voir, j'ai visité sa maison de Nohant l'année dernière. Mon service de table est à son effigie.

Rien de plus troublant et énigmatique que ce lieu, j'étais fascinée d'être face au Chef du Romantisme qui a connu le succès de son vivant. Ces épigones qui présidaient cette 29ème édition.

Ils exaltaient leur oeuvre, leur fonction universelle, leur valeur était le seuil des nouvelles générations d'écrivains. Je ne voulais pas briser cette harmonie. Leur génie littéraire transcende toute la complexité de leur vie.

Heureux qui comme nous autres viendront voir ces débats nourris comme le café d'une pointe de force, d'arôme et d'acidité. L'on pense déjà au générique du film "La liste de mes envies" dont le livre est un best seller.

Bonne Comédie !

 

Notes

Après le "Salon du livre" de Paris, la "Comédie du livre" est la deuxième manifestation du genre la plus importante en France. C'est une grande fête sur la culture littéraire qui permet les rencontres entre les auteurs et le public. Une idée qui a été mise en place par trois librairies indépendantes de Montpellier en 1985. Plus de 110 000 visiteurs parcourent les stands dans l'Ecusson et la fameuse place de la Comédie.

Trente cinq auteurs du Nord seront rassemblés dans des stands pour clamer la littérature nordique en vogue. 300 écrivains participent à l'évènement.

A quoi pensez-vous quand je nomme "Montpellier" ? A la mer, le soleil... et pourquoi pas à la lecture sur la plage !

2014 - 29ème édition : littérature du Nord
2013 - 28ème édition : littérature du maghreb
2012 - 27ème édition : littérature du Royaume-Uni
2011 - 26ème édition : littérature allemande
2010 - 25ème édition : littérature d' Amérique du Nord
2007 - 22ème édition : littérature italienne

2005 - 20ème édition : littérature brésilienne

 

Info pratique

Comédie du Livre du 22 au 25 mai 2014, Montpellier, Hérault
Ou ? Esplanade Charles-de-Gaulle
Tarif ? Gratuit
Accès ? Tramway Ligne 1 et 2 (arrêt Comédie) - Ligne 3 et 4 (arrêt Gare-Saint Roch)

La Comédie du Livre sur Facebook

Candidature pour être "Ambassadeur du livre" : Accueillir et accompagner les auteurs invités durant toute la manifestation

 

Bibliographie

Essai - Dimanche 25 mai

.......................

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

 

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 

 Les_oreilles_de_Buster

La_voie_marion_de_Jean_Philippe_MEGNIN

Les_chaussures_italiennes_de_Henning_Mankell

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise


L'ombre du vent

La_vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

Les oreilles de Buster
Maria Ernestam
La voie marion
Jean-Philippe Mégnin
Les chaussures italiennes de Henning Mankell Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : Dimanche 25 mai 2014
Mise à jour  :  25 mai 2014
                 Répondre                        

 

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

Posté par PASPERDUS à 02:00 - ACTUALITES - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,