Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

13 janvier 2015

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

Au revoir là-haut
Pierre Lemaitre
Editeur : Albin Michel, Paris, France
Parution : 21 août 2013
568 p., 22,50 euros

 

Notation

 

Il aura fallu cent ans pour que je découvre la guerre. Je l'ai refusée cette guerre qui était arrivée avant moi. Au revoir là-haut ? Vous l'avez lu ? un texte incandescent sur les survivants de la Grande Guerre. Un livre absolument unique pour décrire ce qui ne n'a jamais été décrit avec autant d'emphase.

 

La mort et les masques de James Ensor

 

Ce livre s'écrète la gaieté par sa forme, sa manière d'être avec le lecteur. Le contact se fait dès la première page, cette liberté dans le récit est plus une fresque sur la nature humaine, un rien fantaisiste qui amène du plaisir. On a envie de se lier d'amitié avec l'auteur car à travers la relation fusionnelle de ces deux rescapés de la guerre de 14, Albert Maillard et Edouard Pericourt, il nous fait découvrir que la France succombe à glorifier les morts et délaisse les vétérans. Ils sont épargnés, sans raison d'être.

L'histoire offre un transfert d'émotions, une gamme de chagrins plus ou moins profonds comme les trous d'obus qui asphyxient la tête des Poilus qui survivent. Nous sommes spectateurs de cette tragédie qu'est cette guerre sans équivalent.  Une grande boucherie, la Grande Guerre, pour ces nombreux jeunes qui ont servis de chair à canons et qui parfois, sont rendus à la vie civile avec l'horreur dans leurs yeux d'enfants perdus.

Mais le thème central se situe juste après la Pemière Guerre mondiale, c'est le scandale des exhumations militaires, étouffé par le gouvernement en 1922. Les imposteurs triomphent et les puissants s'organisent à amenuiser encore plus la France. Le fil conducteur est l'amité indéfectible décrite avec finesse.

Ce livre aurait pu s'appeler "Eclat de mots" car il nous surprend dans la description de cette guerre infâme où tant de jeunes ont laissé leur peau. Ils furents condamnés au sacrifice. Une vraie guerre de taupes car s'ils sortaient des tranchées, c'était pour sentir sur eux l'odeur de la poudre.

La succession d'épreuves nous amène de la tragédie au comique.

Chaque mise en scène est cocasse et les retournements de situation sont une suite logique, présentés avec des phrases ciselées.

« Il agrippe la tête de cheval, parvient à saisir les grasses babines dont la chair se dérobe sous ses doigts, il attrape les grandes dents jaunes et, dans un effort surhumain, écarte la bouche qui exhale un souffle putride qu’Albert respire à pleins poumons. Il gagne ainsi quelques secondes de survie, son estomac se révulse, il vomit, son corps tout entier est de nouveau secoué de tremblements, mais tente de se retourner sur lui-même à la recherche d’une once d’oxygène, c’est sans espoir.»

"Au revoir là-haut", les derniers mots de la lettre du soldat Jean Blanchard à sa bien-aimée, la veille de son exécution ont fourni à l'auteur le titre de son roman. Fusillé pour traîtrise le 4 décembre 1914 et réhabilité le 29 janvier 1921. Il faisait partie des six fusillés de Vingré. Ils s'appellaient Caporal Henri Foch, Claude Pettelet, Jean Quinault, Jean Blanchard, Fransque Durantet et Pierre Guy.

 

Jean Blanchard

«Il est difficile aujourd'hui de décider ce que les morts ont à nous dire» T.S. Eliot

 

Brève

Blessés dans la tranchée, Edouard sauve la vie à Albert au prix de sa propre défiguration. Les deux jeunes vétérans entâment la deuxième partie de leur vie ensemble et vont réaliser une imposture.

 

Résumé

Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu'amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts.

Fresque d'une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d'évocation, Au revoir la-haut est le grand roman de l'après-guerre de 14, de l'illusion de l'armistice, de l'Etat qui glorifie ses disparus et se débarasse de vivants trop encombrants, de l'abomination érigée en vertu.
Dans l'atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.

 

 


Lauréat du Prix Goncourt de 2013, pour son livre "Au revoir là-haut", Pierre Lemaître.

Les prix tombent pour cet homme qui se met à écrire à l'âge de cinquante ans. Prix "Sang d'encre", Prix du "Polar fracophone", Prix du "Polar européen", Prix des "Lecteurs de livre de poche"... Il débute dans les polars, pour se lancer dans la littérature populaire par des scènes picaresques dans ce nouveau style. Le bouche-à-oreille fait le reste.

Pierre Lemaitre habite Courbevoie.

Né le 19 avril 1951 à Paris. Il passe son enfance entre Aubervilliers et Drancy. Ses parents sont des employés de bureaux.

Dès 1953, à la sortie des livres de poche, sa mère installe une bibliothèque pour mettre ces petits formats écrits par des grands auteurs.

Une formation de psychologue. Mariages, enfants dont Victor (23 ans) qui est musicien à Londres et Suzanne de son deuxième mariage qui a tout juste trois ans 1/2.

Son auteur fétiche est "Proust".

Ancien pédagogue pour les agents des Collectivités locales, il l'enseigne la littérature auprès des bibliothécaires. Il commence à écrire à l'âge de 55 ans. Auteur de "Travail soigné", "Robe de mariée" (2009), "d'Alex" (2010), "Cadres noirs" (2010), "Sacrifices."

 

Plus de 500 000 ventes pour son roman qui vient de paraître en version audio. Il va être traduit dans une trentaine de langues et dont les projets fluent comme l'adapter à une bande dessinée illustrée par Christian de Metter et publiée aux Editions "Rue de Sèvre". Quant au film, le réalisateur sera Albert Dupontel.

Il est membre de la Société des gens de lettres (SGDL) et administrateur depuis 2011.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Frise

 

Bibliographie

 

Lecture de janvier 2015

Liste de mes lectures "Lire et reliure"

.......................

 Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 

 Les_oreilles_de_Buster

La_voie_marion_de_Jean_Philippe_MEGNIN

Les_chaussures_italiennes_de_Henning_Mankell

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise


L'ombre du vent

La_vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

Les oreilles de Buster
Maria Ernestam
La voie marion
Jean-Philippe Mégnin
Les chaussures italiennes de Henning Mankell Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : Mardi 13 janvier 2015
Mise à jour  : 13 janvier 2015
                 Répondre                        

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>


13 avril 2014

La voleuse de livres de Markus Zusak

 

<< Précédente  |AAccueil | Suivante >>

 

La Voleuse de livres - MARKUS ZUSAK

LA VOLEUSE DE LIVRES de Markus Zusak

Titre original
The book Thief (anglais)
Traduit par Marie-France Girod
Edition POCKET parue en 2008
Pages : 633
ISBN : 978-2266175968

C'est difficile de vous inviter à partager cette lecture par cette simple phrase "Quand la mort vous raconte une histoire, vous avez tout intérêt à l'écouter". Ici, la narratrice n'est autre que "La Mort" qui filtre les pages où défilent le destin tragique d'une petite fille accueillie dans une famille allemande pendant la deuxième guerre mondiale.

La mort collectionne les âmes et nous arrache de notre vie par la puissance qu'est la folie des hommes. Elle donne du poids à ce récit dont l'importance des mots qui ouvrent sur d'autres univers.

 

culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis 

Résumé

1939, en Allemagne nazie. Liesel Meminger et son jeune frère sont envoyés par leur mère dans une famille d'adoption en dehors de Munich. Leur père a été emporté par le souffle d'un seul et étrange mot, le communisme, et Liesel a vu la peur d'un destin semblable se dessiner dans les yeux de sa mère. En route, la Mort rend visite au frère de Liesel.

 

Markus Zusak est à Sydney, le 1er janvier 1975. Son père Helmut est autrichien et sa mère Lisa est allemande. Ils ont tous les deux connus la seconde guerre mondiale, dans leur pays d'origine. Ils ont immigrés en Australie dans les années 80.

Il est le benjamin d'une famille de quatre enfants. Il a deux soeurs et un frère.

Ses parents s'installent à Sydney (Australie) mais ne connaissent pas la langue anglaise. Très jeune, il affectionne la lecture et matérialise ce besoin, en souhaitant devenir écrivain à l'âge de 16 ans. Il a fréquenté l'école secondaire de l'Engadine.

A l'âge de 18 ans, il termine son premier manuscrit. Pendant sept années, il le publia pendant sept ans, en vain. Il essuya sept refus.

Les doutes sont très forts quand il se concentre sur ces écrits. Il explore sa solitude pour écrire. Le b.a.-ba est : travail, rejet, nouvelle tentative et échec parfois qui font de l'écriture une sorte d'oppression à laquelle il doit lutter. Le travail consiste seulement à s'installer pour écrire. Se poser est la plus grande difficulté.

Il vit actuellement à Sydney avec sa femme et sa fille.

Professeur universitaire, il enseigne l'anglais à l'Université de Sydney. Ecrivain australien, il écrit des romans pour jeunes adultes.

La Voleuse de livres est un bestseller pour enfants, inspiré par les souvenirs de ses parents. Sa mère se remémore les bombardements et lorsque les Juifs défilaient sur les chemins en direction du camps de concentration de Dachau. Elle avait 6 ans. Elle travailla comme femme de ménage.

Le père de Markus était également peintre en bâtiment comme le père de Liesel, Hans Hubermann. C'est après tous ces récits transmis par ces parents que Markus eut envie de devenir écrivain. Après la rédaction de "La voleuse de livres", il est parti en Allemagne pour valider les données.

En 1999, il publie son premier livre à l'âge de 24 ans.

Le livre est publié initialement en septembre 2005 en Australie, puis aux Etats-Unis en 2006 et traduit en quarante langues. Sorti en France, le 20 août 2008, il est adapté au cinéma le 5 février 2014.

L'histoire se passe 33, rue Himmel.  "Himmel" en allemand veut dire "Paradis" !

Il garde dans ses souvenirs de lecture ces romans : "Le vieil homme et la mer" d'Ernest Hemingway,  "Qu'est-ce que Gilbert Grape ? de Peters Hedge et "Catch-22" de Joseph Heller.

Quand il écrie pas, il essaye d'améliorer ses compétences de surf !

Le livre est cité comme les dix livres australiens qu'il faut avoir lus dans sa vie.

Il a également écrit :

. Fait à Hollywood (2005) - Série TV
. L'opprimé (The Underdog : 1999) ISBN 978-3-473-35234-0
. La Lutte contre Ruben Wolfe (Combat Ruben Wolfe : 2001) ISBN 978-0-439-24187-8
. Quand les chiens crient  (Quand les chiens cry : 2002) ISBN 978-0-330-36309-9
. Le messager (The Messager : 2002) - Edition Kero - Il obtient le prix "Printz Honor" en 2006. ISBN 978-0-375-83099-0
. La voleuse de livre (2005) ISBN 978-0-375-83100-3

. Pont de Clay (2009)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Frise

 

Mon avis

La mort m'a surprise certe, mais elle n'a pas retenue mon attention. Je l'ai lu pour son originalité car les mots sont utilisés comme Hitler a eu la capacité de les utiliser. La mort ne s'attarde pas sur les héros de la guerre, elle nous fait découvrir Liesel la première fois où elle côtoie la mort. Puis, elle la suit dans son quotidien et tourne autour. Liesel déchiffre les mots et se refugie dans la lecture qui l'aide à se construire, avant de s'accomplir dans l'écriture. La mort rode mais n'est pas brutale, elle nous amène à découvrir son phénomène.

L'histoire traite aussi du pouvoir de l'amour qui transcende l'horreur et fait émerger des personnages leur beauté intérieure. L'histoire fait disparaître une autre histoire et montre que les mots peuvent réécrire l'histoire.

La mort est parfois attendue ou alors elle se tient à distance ; alors que souvent, elle est sournoise et arrive quand l'on ne l'attend pas.

 

Le plus

Les incises dans une typographie différente amènent un nouveau chapître
Des illustrations
La "Mort" s'organise, elle annonce les noms à l'avance dans cette période lourde de l'histoire, elle nous rappelle sa présence pour nous ramener à la légèreté de l'être.

 

Extraits

«Aujourd'hui, Max, le ciel est bleu, avec un gros nuage allongé qui ressemble à une corde, et, au bout de cette corde, le soleil fait un trou jaune...»

 

Lectures proches

Seul dans Berlin de Hans Fallada

Pour l'originalité "Le cirque des Rêves" d'Erin Morgenstern

 

Question

L'avez-vous lu ?

 

Bibliographie

 

Lecture d'avril 2014

Liste de mes lectures "Lire et reliure"

.......................

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 

 Les_oreilles_de_Buster

La_voie_marion_de_Jean_Philippe_MEGNIN

Les_chaussures_italiennes_de_Henning_Mankell

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise


L'ombre du vent

La_vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

Les oreilles de Buster
Maria Ernestam
La voie marion
Jean-Philippe Mégnin
Les chaussures italiennes de Henning Mankell Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : dimanche 13 avril 2014
Mise à jour  :  13 avril 2014
                 Répondre                        

 

 

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

 

Posté par PASPERDUS à 23:26 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,