Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

28 octobre 2012

L'art du jeu de Chad Harbach

 

<<Précédente |AAccueil Suivante >

Note moyenne 3,5 /5 (1 vote)

 


L'art du jeu de Chad_Harbach
Editeur : JC Lattès
ISBN 978-2-7096-3668-1
Parution : 10 juin 2012

22,50 €
664 p.

Littérature étrangère "The Art of fielding"

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Dominique Defert

Genre : romans et nouvelles

 

Facebook : Facebook.com/TheArtofFielding

 

N'avez-vous pas compris par ce titre "L'Art du jeu" que de cet appendice dépendra sa lecture ?



 

 

RESUME DU LIVRE

Le destin de quatre jeunes personnes démarrera autour du lien qui les unit, le base-ball. Et chaque étape remet en cause le destin et les propulse dans une autre voie qui complique le jeu, les aspirations de chacun, leur ambition, leur liberté tout en gardant des valeurs telle que la discipline qui fait partie des règles établies.

Henry Skrimshander est propulsé dans ce campus américain quand Mike Schwartz découvre son potentiel exceptionnel et devient son mentor. Son compagnon de chambre, Owen Dunne, est un étudiant extraverti, tandis que Pella Affenlight qui avait abandonné ses études à 18 ans, fille du Directeur, est en passe de reprendre ses études quatre ans plus tard. Chacun à ses doutes, se découvre et alimente cette amitié. La complexité est dans la quête de la perfection face au doute, voire à l'échec.

 

 

La tension ressentie mène la lecture malgré que le livre décrit dans sa première partie, au premier degré, le quotidien d'une université américaine qui tisse l'histoire. Il nous fait une belle part sur la gestion de cette pression qui d'infaillible, nous fait prendre conscience que l'on ne l'est pas ! Rassurez-vous, le sport n'est qu'une toile de fond pour narrer sur le destin, le dépassement de soi et le rapport aux autres. Le jeu est donc cérébral.

Loin d'être au panthéon des classiques comme le suggère "The New Yor Times", ce livre reste quand même un bon roman quand on découvre dans sa deuxième partie, cette fragilité cachée.

Enfin, ce roman est parsemé de références littéraires, philosophiques et culturelles telles que Thoreau, Whitman

 

Qui est Chad Harbach ?

Chad HarbachChad Harbach a 36 ans. Il est né à Racine, dans le Wisconsin, berceau du base-ball. Son père était comptable et sa mère était à la tête d'une école Montessori. A l'école secondaire, Chad, avait joué au base-ball, au golf et au basket ball. Il fait ses études à Harvard jusqu'en 1997 et a consacré sa thèse en littérature à Faulkner. Il poursuit sa maîtrise à l'Université de Virginie. A la fin de l'année 2000, il débute son livre. Il a cofondé n+1 avec quelques autres comme Mark Grief, Keith Gessen, Kunkel et Marco Roth, en 2004, une revue littéraire dont il est actuellement le rédacteur en chef. Actuellement, il vit à Brooklyn, après avoir vécu à Charlottesville en Virginie.

Ce roman "L'intelligence du jeu" est son premier roman. Il fut élaboré sur 10 ans et repris sans relâche. Une décade où l'auteur a du gagner sa vie dans le domaine de la publicité afin de poursuivre ce choix. Au départ, les éditeurs refusèrent le texte, jusqu'à ce qu'il soit confié à un agent littéraire Chris Parris-Lamb qui parvint à le vendre à Little Brown & Co à l'automne 2011 par une vente aux enchères montée à 665 000 dollars.

© Keith Allison via Flickr

 

Il fut l'un des révélations de l'année 2011, aux Etats-Unis. Il est devenu un Best-seller traduit dans 18 pays, vendu a plus de 250 000 exemplaires et en cours d'adaptation par la société de production BHO. Ce roman incarne l'âme de sa patrie, avec l'emblème de l'Amérique qu'est le base-ball, par ces personnages en quête de réussir, de se dépasser typique du rêve américain. Il a la propriété de révéler la conditon humaine. Ce roman fait référence à Moby Dick et fait allusion à Herman Melville. Il fait hommage à John Irving dans le titre "Une prière pour Owen"

Il a été récompensé du prix "Page des librairies - América".

Son auteur fétiche est David Foster Wallace. Son regret est de ne pas avoir connu Tchekhov.

Ses trois romans fétiches sont :

. End zone de Don DeLillo,
.Le rouge et le noir de Stendhal,
.Les possédés par Elif Batuman.

Le terme "Fielding" du titre original correspond à un talent particulier dans le jargon du base-ball, c'est-à-dire, couvrir le terrain (field) pour pouvoir parer au mieux à tous les scénarii et se rendre maître de la balle quand elle arrive de nulle part.

Son site : http://nplusonemag.com

Face book : Facebook.com/nplusone

 

Extrait

"De toutes les activités que deux personnes pouvaient partager en privé, la lecture comptait parmi ses préférées. Peut-être cela provenait-il de son goût pour la solitude et le repli sur soi ; une façon pour lui de se dévoiler tout en se cachant derrière les mots de quelqu'un d'autre".

 

Le jeu

Il consiste à porter une note à ce livre, bien sûr, si vous l'avez lu !

Revue de presse

 

Raphaëlle Leyris - Le Monde du 31 mai 2012

 

Cet Américain a bâti autour du base-ball un premier roman d'un classicisme roué sur l'identité virile. Captivant...
L'allusion au base-ball vous inquiète ? La maîtrise des règles de ce sport n'est pas plus nécessaire pour être emporté par L'Art du jeu que ne l'est la connaissance des cétacés et des moyens de les pêcher pour être harponné par Moby Dick, d'Herman Melville, l'une de ses références - Guert est un spécialiste de cette oeuvre et son université fait de l'écrivain sa " mascotte " officielle... Dans L'Art du jeu, le Westich College remplace le bateau le Pequod ; Henry n'est pas sans évoquer le marin Ismaël ; Mike, avec son objectif fou de faire triompher son équipe, le capitaine Achab et sa traque de la baleine blanche. Et puis les joueurs se désignent eux-mêmes comme " les Harponneurs "...
Ajoutons à cela qu'il rappelle sans doute aux écrivains leur propre art. Chad Harbach écrit ainsi, à propos du base-ball : " Les moments d'inspiration n'étaient rien, comparés à l'éradication des erreurs. " Lui-même a passé dix années à reprendre sans relâche ce premier roman - parallèlement à son travail bénévole pour la revue littéraire n + 1 - avant qu'il ne soit acheté 650 000 dollars par un éditeur et ne devienne l'événement littéraire de 2011 aux Etats-Unis. Cette masse de travail, perceptible si l'on décortique les subtilités, effets de construction et strates du livre, est tout au service de la grâce remarquable de L'Art du jeu, comme né d'un seul geste romanesque parfait. C'est, paraît-il, le propre des grands lanceurs.

 

Bernard Quiriny - EVENE

Vous ne savez pas combien de joueurs compte une équipe de baseball ? Vous ne comprenez rien aux histoires de « bases », de lanceur et d’arrêt-court ? Vous êtes prêt à entrer dans l’univers de l’Art du jeu, le premier roman qui passionne ses lecteurs pour un sport auxquels ils ne comprennent rien ! Mais rassurez-vous, le baseball n’est qu’un décor et, si le livre regorge de scènes de match passionnantes et pleines de suspense, ce sport cryptique est surtout un support pour méditer sur le destin, le dépassement de soi et le rapport aux autres. En réalité, il n’y a pas un seul héros mais cinq ou six dans ce roman d’allure classique, admirablement construit et entièrement situé sur le campus d’une petite université (fictive) du nord du pays, Westish, dans le Wisconsin. Le premier, donc, Henry, est un garçon fluet et discret qui joue au baseball dans une équipe de bouseux du Dakota du Sud, avec une grâce proche de la magie. On tombe immédiatement sous le charme de ce roman rythmé, avec ses pics de suspense, son humour et ses considérations plus profondes qu’il n’y paraît sur le baseball, métaphore de la condition humaine. La description de la vie universitaire est également très réussie et permet à Harbach de mettre en scène un petit monde « clos », comme chez Tom Wolfe par exemple. Quant aux aficionados d’une littérature plus « postmoderne », ils apprécieront les allusions à Melville et seront heureux d’apprendre que l’auteur, en écrivant la première version, avait en tête l’Infinite Jest de David Foster Wallace. Il ne reste peut-être plus grand-chose de cette influence dans le texte final mais on parierait volontiers que DFW, grand amateur de sport, aurait beaucoup aimé. Quant à vous, on n’en doute pas une seconde.

 

Thomas Mahler - Le Point du 7 juin 2012

 

Rassurons d'emblée le lecteur français pour qui les règles du base-ball paraissent aussi indéchiffrables qu'un hiéroglyphe : on peut se passionner pour L'art du jeu sans avoir jamais posé les pieds sur une troisième base, comme on peut apprécier Moby Dick sans maîtriser les subtilités de la pêche à la baleine...
L'art du jeu est une fiction nostalgique ancrée dans la tradition américaine, un beau roman métaphorique qui démontre que le sport comme la littérature ont toujours le pouvoir de "révéler quelque chose d'authentique et d'essentiel sur la condition humaine". Un de ces livres précieux qui transportent dans un monde plus innocent, généreux, drôle et intelligent. On le referme avec une mission urgente : y amener ses amis.

 

 

Libération du 28 juin 2012

 

Il faut avoir un certain courage, quand on est un jeune auteur inconnu, pour vouloir écrire un livre sur le base-ball aux Etats-Unis. Depuis Bernard Malamud et son classique The Natural, qui montrait à quel point ce sport ne serait rien sans l'Amérique et vice versa, beaucoup ont essayé sans qu'on ait même envie de retenir leur nom. Mais celui de Chad Harbach risque de s'inscrire pour quelque temps dans le cercle très fermé de ces nouveaux auteurs américains qui comptent. En un coup d'essai, un premier roman baptisé l'Art du jeu (The Art of Fielding en anglais), Harbach s'est attiré les louanges des plus grands, de Jonathan Franzen à John Irving...
Car le secret de Chad Harbach, c'est bien celui-là. Faire du base-ball une toile de fond idéale pour narrer les petites et les grandes choses de la vie. Pas besoin de jouer de la batte ou même de comprendre les règles subtiles d'un sport immensément cérébral - contrairement à ce que l'amateur non avisé pourrait penser - pour se plonger à corps perdu dans l'Art du jeu...
Aujourd'hui, Chad Harbach se trouve donc à essayer de gérer un succès qui n'en finit plus. Mais il le fait de manière paisible et tranquille, s'imposant comme le dernier en date d'une longue lignée de chroniqueurs de l'Amérique. Ceux-là même qui puisent leur inspiration dans les détails les plus intimes qui façonnent l'existence.

 

D'autres liens

Passion des livres

 

Bibliographie

Lecture d'octobre 2012

 

Vous aimerez peut-être

 

Voir les titres des romans de ma liste d'auteurs lus 

 

 (clic sur photo pour lien)

 

L'ombre du vent

La grand mère de Jade

Le_jardin_des_secrets_de_Kate_Morton

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise

Le mec de la tombe d'à côté de Katarina MAZETTI

La_vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

L'ombre du vent
Carlos Ruiz Zafon

La grand-mère de Jade
Frédérique Deghelt

Le jardin ds secrets
Kate MORTON
Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
Le mec de la tombe d'à côté
Katarina MAZETTI
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

 

 ...................................
Traduction  : Français,  Allemand,   AnglaisArabe,  Hollandais 
Parution : 28 octobre 2012 

Mise à jour  : 13 novembre 2012 
 

 

                 Répondre                         

 

<<Précédente  |AAccueil Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 22:25 - Lire et reliure - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 octobre 2012

Karuč où le génie de l'oeil

 

<<Précédente  |AAccueil Suivante >>

La destination de Karuč au Monténégro n'échappe pas aux oiseaux, car le lieu, se réserve aux espèces et aux observateurs. Karuc, la nature a façonné ce lieu qui héberge un écosystème et un village de pêcheurs. C'est aussi l'un des derniers marais d'eau douce, déclaré Parc Naturel, où nichent les pélicans "crispe" (pelecanus crispus). Karuc est une source d'inspirations pour celles ou ceux qui s'y attardent.

Nous y arrivons à la tombée de la nuit, l'heure où le soleil s'éclipse pour laisser filtrer une poussière d'étoiles sur l'étang. Le spectacle est saisissant tant la quiétude du lieu nous enveloppe. Mon oeil s'attarde sur chaque délicatesse positionnée comme dans un tableau sans aucune touche qui contrarie mon droit de rêver.

Voyage à Karuc Impasse des Pas Perdus

Arrivée à Karuc

Nous décidâmes d'y rester. Oh, combien le lieu semble être propriété de mon imagination par ces touches d'immatérialité et pourtant si réel. Les vacances sont pleines de promesses. Le temps s'écoule comme le sable entre mes doigts ; de temps en temps, je filtre un moment, pour vous le présenter.

Karuc est un trésor naturel et exige le respect.

 


Village de KARUC - Impasse des Pas Perdus

 Karuc, village de pêcheurs

Je m'imagine déjà, au petit matin, empruntant la barque qui fera tressaillir cette nymphée. Dès ce soir, je m'attellerai à boire la brume, et dès la nuit, je me lancerai dans cette masse sombre au milieu de tout. De mes mains, je creuserai le fond de l'eau à la recherche de cette vasque qui l'alimente. Je me glisserai jusqu'à sa source si pure et si fraîche, j'en oublierai ma peau qui crépite de chaleur, mes jambes approcheront la fraîcheur et là, je me délivrerai de l'été pour faire corps avec la nature. Mes pensées seront rincées.

 

Nymphée KARUC - Impasse des Pas Perdus

 Nénuphars

De là, je regarderai l'infini et la vue qui s'ouvre sur une multitude de collines qui parsèment le paysage. Je n'ai pas visité la baie d'Along en Asie du Sud-Est, mais je la définie comme sa soeur ou son oeil car cette étendue d'eau s'ourle de criques dont certaines roches karstiques forment des cavités d'où l'eau jaillit. J'imagine que de ce passage et derrière, les lacs intérieurs alimentés par les rivières souterraines font rugir la vie.

Là, devant moi, se produit le mirage sur le toit du silence. La vie semble s'arrêter, la nuit semble promesse. La nuit filtre la réalité pour laisser place à cette vision. Demain, dès l'aube, j'affronterai le pouvoir de la nuit pour rencontrer la réalité. Mais l'heure est infinie. Plus rien ne bouge sauf mon regard qui se perd dans le clair obscur. Mes yeux s'habituent et j'habite chaque méandre, chaque roche, chaque fissure. C'est dans les bas-fonds que cette nappe d'eau prend toutes ces nuances de bleu-vert qui me rappelle la Socca Slovène, le turquoise de Plitvice en Croatie.

Ici, le vent de la mer rebrousse chemin et le jour compose avec la nuit. Ici, les gens ont un esprit particulier. Ils sont le symbole du mariage de l'esprit et de l'esprit de la nature car l'architecture des maisons reflète cette poésie innée que l'homme détient pour façonner cette oeuvre. Sa connaissance rend hommage à la simple lecture des vents, les façades sont orientées suivant les vents dominants, leur emplacement est déterminé par les crues, leur dimension est à la bonne mesure, la juste mesure des êtres humains. Non pas modeste, mais suffisante, un espace qui convient et est en harmonie avec vos besoins.


Destination_KARUC___Impasse_des_Pas_PerdusEntre lentilles d'eau et nénuphars

Infini_KARUC___Impasse_des_Pas_Perdus
Nymphée

Nymph_e___KARUC___Impasse_des_Pas_Perdus

Abandon dans les rosières

Il y a une maison en pierre avec deux fenêtres qui rappellent les deux yeux, c'est la maison du garde qui mesure seulement 9 m2. De cet emplacement, elle surveille les deux yeux, là où la pêche est prolifique. Elle a été conçue en 1952 et son histoire est liée à la vie des pêcheurs, au développement durable et aux besoins actuels qui ne doivent pas compromettre l'avenir, afin de préserver et satisfaire les besoins des générations futures.

 Maison_du_garde_KARUC___Impasse_des_Pas_Perdus

Un peu plus loin, près de l'oeil Đurovoga, Caroly et Janko ont racheté une maison de pêcheur en pierre. Abandonnée, elle reprit élégance grâce aux soins qu'ils apportèrent pour rétablir son style. La maison est sculptée dans la roche. Les deux pièces principales sont devenues cuisine et salon.

Architecture_KARUC___Impasse_des_Pas_Perdus

Maison de Caroly et Janko 

Exceptionnel par sa géographie qui fait ressortir que le niveau de l'eau du lac est plus bas que celui de la mer, ce qui permet de dire qu'il est une dépression crypto.

Karuc étonne et étonnera toujours par sa situation. Ce village est blotti sur les pentes au bord de cette nappe miroitante. Isolé de la route impériale qui fut tracée par le Maréchal d'empire français Mirmont pour relier Dubrovnik, par son nombre d'habitants qui migrent l'hiver pour se retrouver uniquement au nombre de deux. Deux comme les deux yeux que dessinent ces méandres, ces fosses sous-marines appelées "oka". Elles sont répertoriées au nombre de 30, mais la plus connue s'appelle Radus pour sa profondeur de 60 mètres alors que la profondeur moyenne du lac est de 6 mètres. Celle de Karuc a 28 mètres de profondeur, Volac s'approche des 24 mètres,  à l'égalité avec celle de Krnjicko, puis viennent Djukovo, Kaludjerovo, Bazugursko, Bljaca, Vaskaund et quelques autres. Les habitants ont pris l'habitude de les baptiser des prénoms des anciens qui y résident. Et chaque prénom devint légende.

Des maisons flottantes habillent le bord tandis que frétillent carpes, ablettes (endémiques) et anguilles, dans ces eaux lacustres. L'eau abrite 50 espèces de poisson. Le lac a la particularité de fluctifier son niveau jusqu'à 5 mètres. L'eau est à température constante toute l'année.


Maison_radeau_KARUC___Impasse_des_Pas_Perdus

Maison flottante

Baignade___Karuc___Impasse_des_Pas_Perdus

Baignade à Karuc

L__t____KARUC___Impasse_des_Pas_Perdus

L'été à Karuc

Le lac abrite plus de 50 % des espèces européennes, soit 328. On estime à environ 200 000 le nombre d'oiseaux qui chaque année s'arrêtent sur le lac Skadar. Pélicans, hirondelles de rochers (Ptyonoprogne rupestris), hirondelles de mer à moustaches, le grèbe huppé, les buses, les corneilles mantelées, crabiers chevelus, guifettes moustacs, cormorans Furry en voie de disparition y résident. Sternes, hérons gris ou blanc... ne se lassent pas de quadriller le ciel, mais je ne peux pas confirmer cette assertion car à l'évidence, ils se cachent bien dans les rosières. Plus du quart de la population mondiale des cormorans pygmées y résident. 73 espèces sont migratoires et ce sanctuaire accueille l'hiver, toute une tribu d'oiseaux lacustres, ainsi que des vacanciers venant du nord de l'Europe pour échapper aux étendues gelées. Il y a même une espèce que l'on nomme "Pélican de Dalmatie". Ils sont difficiles à approcher mais vous pourrez surveiller leur décollage, voire scruter lorsqu'ils planent. Leur nid flotte sur des masses de tourbe dans les roselières. Au Monténégro, le nom local du pélican est "Panac". Si vous souhaitez connaître les espèces résidentes ou de passage, je vous invite à parcourir ce lien ou visiter la liste ornithologique du site de Avibase, partenaire BirdLife Européen.

La loutre est le seul mammifère aquatique du lac Skadar.

Couleur_Karuc___Impasse_des_Pas_Perdus

Chanson de Karuc

Du lac, sur la rive, autour de la montagne Durovo
Les garçons surveillent d'un oeil les filles, comme des faucons,
Le garçon droit avec la belle fille
sous l'oeil de Durovo.
Des gens merveilleux
Marchant dans la nature, pour se lier à elle.

 

Barque_KARUC___Impasse_des_Pas_Perdus 

Il se situe sur le lac Skadar (Skadarsko jezero en serbe) ou lac de Shkodra (en albanais), mais il est aussi connu sous son nom italien "Scutari". Le lac Skadar est une frontière naturelle entre le Monténégro et l'Albanie. C'est un des plus grands lacs des Balkans qui s'est imposé dans cette dépression karstique qui se situe à 28 mètres au-dessous du niveau de la mer. Il occupe la plus grande dépression karstique du continent. Sa profondeur moyenne est de 8 mètres avec 91 % d'eau libre et 9 % d'eau marécageuse. En fonction des saisons, sa superficie varie et peut passer de 370 km2 en été à 530 km2 au printemps. Soit 7 km de large en période d'été pour 14 km de largeur en hiver et 44 km en longueur, ces eaux rejoignent l'Adriatique par la rivière Bojana. Il est seulement à 25 km de la mer adriatique. Les eaux du lac proviennent partiellement de la rivière de Cernovic, elle est au 2/3 alimentée par la rivière Moraça qui se situe au Nord. Sa zone montagneuse (40 000 ha) est depuis 1983, classée "Parc national du Monténégro" et depuis 1995, la portion inondable qui se situe au Nord du lac, d'une superficie de 20 000 ha, fait partie de la convention de Ramsar, traité international pour la préservation des zones humides.

Karuc s'apprivoise. Le paysage s'offre à votre vue. Sa baie toute arrondie forme des yeux. Chaque oeil a son nom et chaque habitant a son oeil. D'où les prénoms des yeux de Karuc. Les habitants vivent avec la nature et la nature reste vierge, propre comme la source qui les fait vivre. Les dépressions ont permis que les eaux profondes remontent et créent un impact hydrogéologique localement. Sur ce grand plateau, les rivières entaillent la roche, les sources forment des bassins de draînage. A l'étiage, les maisons au bord de l'eau sont présentes, alors que le niveau phréatique s'accroît en hiver par les débits supérieurs durant les périodes pluvieuses. Autrefois, le poisson salé était entreposé sur les séchoirs abandonnés mais la pêche n'est plus fructueuse. Au loin, un radeau d'enfants est bercé par les mouvements d'Ana, Vania, ...

S_choirs___Karuc

Anciens séchoirs

Karuc est connu également pour ses barques légendaires dont les bergers se servent pour amener les chèvres jusqu'aux nappes de nénuphars qu'elles raffolent. Elles permettent de pénétrer dans les ilôts de nénuphars qui se referment après leur passage. Ljubica Strugar a élevé toute sa vie les chèvres, seul l'hiver à Karuc.

 

Karuc, Montenegro

BERGER sur BARQUE - Karuc, Montenegro (Rozafa, sept. 2008)

 

Le village de pêcheurs de Karuc fut la résidence d'hiver du Prince-Evêque Petar Petrović I (1830-1851) dit Saint Pierre de Cetinje qui la fit construire au 19ème siècle dans la première ou deuxième décennie. Cette forteresse est plus connue sous le nom de "La Tour de Saint Petar". Sur la façade de la tour, on aperçoit encore des meurtrières qui confirment le caractère défensif usuel de cette époque tourmentée. Après son décés, il est mentionné qu'en 1871, la tour fut utilisée en tant qu'école.


Karuc__le_village_du_MONTENEGRO___Impasse_des_Pas_Perdus

Résidence d'hiver du Prince-Evêque Petar Petrović I (1830-1851)

Au fond du lac, l'épave du navire "Skenderberg", coulé pendant la seconde guerre mondiale, attend les pirogues qui flânent à sa découverte.

 

Village_vacances_Karuc___Impasse_des_Pas_Perdus

Village vacances

Nous sommes invités par nos hôtes à déguster la "Losa", eau-de-vie locale, et un peu plus tard dans la soirée, nous nous attablerons chez nos hôtes qui accueillent leurs parents. Nous dînons dans une ambiance de fête. Ce soir là, carton rouge tant les plats et vins agrémentent cette retrouvaille. Le rituel de cette famille est de se baigner après le repas, tout le monde semble emballé. Il m'est expliqué qu'il faut rester à la surface pour profiter de la température de l'eau car en profondeur, l'eau de la source la rend bien plus fraîche. Enfants et adultes se dirigent vers le ponton et se glissent dans l'eau limpide avec leurs palmes pour dérouler le circuit habituel. Trop plombés, certains restèrent au bord du rivage.
 
Ana, la nièce, sert d'interprète car elle manie les langues par excellence. Un programme est prévu pour le lendemain matin. La visite d'une grotte s'effectue avec Ana. Après la première voute, le siphon nous invite à nous baisser, nous avançons doucement mais nous buttons sur une étroiture qui débouche sur un trou noir qui semble profond. Il faut se rendre à l'évidence, je ne verrai pas le fond aujourd'hui ! Je renonce à explorer la suite, car pour ma part, c'est impénétrable et j'opte de faire demi-tour. J'imagine les galeries, la rivière souterraine, des passages aquatiques surprenants et la rencontre de protées. Elle nous fait part que ce lieu est le centre de la vie à Karuc car au fond se trouve la source qui a suffisamment de débit. La résurgence est captée pour alimenter l'ensemble du village.
 
La source de Karuc fait partie des cinq endroits recensés pour approvisionner en eau cette région du Monténégro afin de palier au déficit de production des sources locales. A Malo Blato, la source Bolje Sestre a été sélectionné pour l'approvisionnement à long terme de la côte monténégrinne et Karuc est prévu pour seconder les déficiences de la première source alors que le lac Skadar est classé Parc National, donc zone protégée pour l'environnement tant au niveau des phytoplanton, des zooplanton que de l'habitat des oiseaux d'eau et la survie des oiseaux. Les sources les importantes de Karuc sont Volac, Karuc et Djurovo oko (oeil).
 
Karuc__sa_source___Impasse_des_Pas_Perdus
Source de Karuc 
 
C'est par la présence discrète et attentionnée de sa mère que je découvrirai la nature dans son éclat avec les émotions qui s'imposent devant cette beauté, oeuvre naturelle qu'il faut préserver. Très tôt le matin, nous embarquons sur sa barque pour une visite. Quel luxe d'être du voyage. Sa mère est très réservée et cette invitation lie notre amitié. Elle assure toute la logistique et manie bien la rame. Tandis qu'elle s'installe à l'arrière, le chien se positionne devant et donne le cap. Les rosières se referment après notre passage, nous évoluons parmi les nénuphars et j'admire les sillons de notre passage. De temps en temps, on aperçoit des bouteilles à la surface de l'eau qui indiquent les endroits où se trouvent les nasses. A cet endroit, l'eau sans être trouble, n'est pas franchement limpide, c'est le marais. Nous contournons les pièges. Elle délaisse un passage sur la gauche et nous nous dirigeons vers l'oeil, cette espèce de puits où les poissons frétillent. Le puits fait probablement une dizaine de mètres de diamètre. Une séance de photos s'impose. Chaque oeil est nommé dans la langue du pays d'après les noms des autochtones locaux, en fonction du lieu où il se trouve. Cette promenade se nourrit de tous les aspects techniques, humains et matériels, elle nous lie comme le fil d'Ariane. C'est sur cette belle exploration que j'achève nos pérégrinations sur le Lac Skadar. Nous garderons de ce séjour, le souvenir d'une excellente ambiance de camaraderie qui m'a donnée l'envie d'y trouver refuge.
 
 Promenade_en_barque_Karuc___Impasse_des_Pas_Perdus
 Tous à bord
 
Le soir de notre arrivée, nous fûmes accueillis par le fils du restaurant le plus proche qui se prêta bien volontiers à des échanges linguistiques pour nous trouver une chambre d'accueil. L'anglais est de mise quand vous ne connaissez pas la langue. Nous réservons notre table, car il nous recommande sa carpe marinée. Inspirés, le temps qu'il aye pécher notre commande, nous profitons de la vue en sirotant un vin rosé du cru. Mets délicieux qui me replonge dans une envie d'y retourner ! 

 

A l'origine, le Montenegro s'appelait "La Zeta", mais pour échapper à l'emprise Ottomane, les princes-archevêques demandèrent la protection de Venise. Dès qu'un marin approcha la terre, il la nomma "Montenegro" qui sans difficulté dénomme "le mont noir". On attribue souvent ce terme aux forêts sombres qui recouvraient autrefois les Alpes Dinariques et pourtant, il semble plus probable qu'il fasse référence à Ivan Crnojevic (Ivan le Noir), le dernier dirigeant de l'Etat médieval de la Zeta qui en 1482, fuyant les forces ottomanes, se réfugia dans les montagnes du coeur du pays où il fonda la ville de Cetinje. La plupart des pays d'Europe occidentale utilise le terme "Monte Negro" qui a le même sens et remonte probablement à l'époque de l'influence vénitienne sur la région. Son sol fut brisé par les différents tremblements de terre et des pitons rocheux prirent place.

Podgorica dite "Titograd", capitale de Tito a remplacé "Cettinje", l'ancienne "capitale du trône" monténégrin où réside le président actuel.

Le Montenegro est une république devisée en 21 municipalités.

Pour rejoindre Karuc, il faut traverser le maquis parsemé d'herbes folles et une lande de roches où s'accrochent grenadiers et genévriers. Son sol aride rend la végétation peu abondante, tandis que dans les eaux du lac, 900 espèces d'algues, ainsi qu'une importante flore marine composée notamment de nénuphars qui recouvrent une partie du lac. La route descend du plateau et nous fait découvrir au détour du chemin la vue sur le village, sans aucun doute, c'est cette vue qui me restera à jamais quand je penserai au Montenegro.

Vous l'avez compris que je me sens très attachée à ce lieu si proche dans mes souvenirs et pourtant à 2500 km de chez nous.

Accès

A 10 km Est de Rijeka Crnojevica. Suivre la route le long de la rive gauche qui repart sur Podgorica.

 

Géographie

Le Monténégro est situé dans les Balkans, bordé au Sud, par la mer adriatique, à l'Ouest par la Croatie et la Bosnie Herzégovine, au Nord par la Serbie, au Nord-Est par le Kosovo et enfin au Sud-Est par l'Albanie.

Le territoire est de type montagneux et la forêt recouvre plus de sa moitié. Il forme l'une des régions les plus accidentées de tous les Balkans.

Le plus haut sommet est le Bobotov qui culmine à 2525 mètres.

La baie de Kotor fait partie des tableaux les plus célèbres et rappelle les fjords norvégiens.

Au Sud-Est, le long du littoral s'allonge par des plaines qui enserrent le lac Skadar.

Au centre, la vallée de la Zeta creuse un axe Nord-Ouest, Sud-Est, jusqu'à la capitale Podgorica.

 

Cilmat

Le climat méditerranéen rend les étés secs et chauds, voire caniculaires. A titre d'exemple, il faisait 48° degrés, vers le 10 août 2012.

La Bora et le Jugo sont les vents qui permettent de réguler la température du littoral.

 

L'histoire à rebrousse-poil

Le Monténégro fait partie de l'Union Européenne depuis le 15 décembre 2008.

En 2006, le pays obtient l'indépendance.

Au lendemain de la deuxième Guerre Mondiale, le régime communiste dissous le royaume.

En 1918, il fait partie du royaume de la Yougoslavie.

En 1910, le pays est un royaume indépendant.

Principauté indépendante.

Duché semi-indépendant.

 

Nota

De votre comportement dépend l'accueil dans chaque pays.

 

A voir

Sarcophage de Petar Njegos Petrovic

Le massis central, Durmitor

Le monastère orthodoxe de Ostrog

Le monatère de Kom

Sveti Stefan, îlot aux criques privées

Budva, le Saint-Tropez du Montenegro

Kotor avec son pavage, sa vieille tour dite"Sveti Ivan" en dialecte iekavien, serbe montenegrin

Les bouches du Kotor avec Rose, Kskar...

Perast, petit port

Cetinje

La ville de Bar avec le plus viel olivier "Stara Maslina".

Obodska, grotte cathédrale

Rostovo, nécropole

 

BIBLIOGRAPHIE

Escapade au Montenegro août 2012

 

Notre voyage Carte
Etape

Lieu
01
Arrivée Montenegro
02
La route serpentine - Parc national de Lovcen
03 Perast "La Baroque"
04
La baie de Kotor
05
village de pêcheur Kakrc
06
Rose, la belle
07
Tombeau de Petrovic Nejgos
08
Cetinje
09
Sveti Stefan
10
Monastère d'Ostrog
11
Budva
12
Komovi
13
Parc national du Durmitor / Le sommet du Bobotov / La grotte de glace / Le lac noir
14 Canyon de la Tara / Rafting
15 Parc national de Biogradska gora / Lac Sasko
16 Monastère Moraca
17 Monastère de Piva
18 Karuc, Lac Skadar, Dodosi, Monastère de Kom
19  Godine / Murci / Ulcinj / Velika Plaza 
20  Stari Grad

 



Voir mon carnet de voyages >>Voyages_de_r_ve 

....................... 

Vous aimerez peut-être :  

Graine_de_pavot_1919_de_Kees_van_Dongen COTE SUD 2009 Année Picasso Aix-en-Provence Plitvice

Rose_Pierre_de_Ronsard

IMG_0111 Diane d'Ephese Villa d'Este

Kees van Dongen
s'EX pose en tant qu'artiste

Côté Sud
2009

Plitvice
CROATIE

Pierre de RONSARD
ou la douce vie
Courtiser VENISE
Merveille de la nature
Diane d'Ephese

...................................

Traduction  : Français,  Allemand,   AnglaisArabe,  Hollandais 
Parution : 14 octobre 2012 

Mise à jour  : 14 octobre 2012 
 

                 Répondre                         

<<Précédente  |AAccueil Suivante >>

 

Posté par PASPERDUS à 22:00 - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 avril 2012

Le Canal Blog's des résultats "La campagne caricaturée"

 

<<Précédente  |AAccueil | Suivante >>


Les résultats des élections présidentielles seront dès 18 heures dans un nouveau style. Il y a les codes des Franc-maçons qui se déclinent, de l'Opus Dei, Vandermonde... et ceux des élections qui s'observent. Interdit de divulguer au bon peuple !

Il y a des lieux de rassemblement, des rituels, des valeurs qui correspondent à une crise de la société ou d'une partie de la société puis le ralliement.

Interdire, c'est produire. De ce fait, ne vous étonnez pas que la résistance s'organise contre ces restrictions de plus en plus sévères.


Fichier:Three Wise Monkeys,Tosho-gu Shrine.JPG

"Ne vois pas" "N'entends pas"  "Ne parles pas"


Le ralliement est une expérience communautaire pour donner du sens aux enjeux sociétaux.

Le réseau social Twitter annonce qu'il va coder les résultats des élections présidentielles pour mettre en ligne des données chiffrées. Les menaces de la Loi française de 1977 ne leur font pas peur, car elle interdit en période électorale la publication de sondages et de résultats. Cette loi L.52-2 du code électoral est née au cours de la présidentielle de  Giscard d'Estaing en 1974. Les sondages sont interdits dès le samedi 0h (fin de la campagne officielle), jusqu'au dimanche 20 heures (fermeture des derniers bureaux de vote en métropole).

Ce texte est bien sûr contredit par la loi R 67 du code électoral qui dit : "dès l'établissement du procès-verbal, le résultat est proclamé en public par le président du bureau et affiché en toutes lettres par ses soins dans le bureau de vote", soit 18 heures dans la plupart des communes.

Donc la loi L.52-2 interdit de faire uniquement la publicité des sondages et résultats.

Les juridictions françaises sont compétentes pour faire reconnaître des faits commis à l'étranger par un étranger  lorsque la victime est de nationalité française.


Expression"L'histoire est un mensonge que personne ne conteste" Napoléon Bonaparte

Pour empêcher cette force de frappe de microblogging, la Commission des sondages envisage un outil anti-Twitter.

Mattias Guyomar, Secrétaire général de la Commission des sondages annonce la couleur : 75 000 euros d'amende pour ce choix dans la limite géographique. Alors tournons-nous vers les autres ?

La Radio-Télévision Belge Francophone (RTBF), celle de Suisse revendiquent leurs droits de n'être pas assujetties à nos droits.

Mais venons-en à Canalblog ? Quelle est la côte des messages diffusés sur l'opinion. Qu'adviendra t'il des internautes face à la censure politique de ce baromètre. Cet appareil politique et sa performance laissent perplexe sur nos droits.

La sérénité des électeurs passe par cette disposition de ne pas divulguer ces intentions de vote.

Facebook annonce déjà ses résultats de sondage avec les votes "J'aime" et "J'en parle" des candidats. Une ressemblance de ce que peut produire un lien sur votre blog pour en faire références et qui capitalise votre côte.

Au coeur de cette tempête, si la recherche Google nous donnait les résultats du 1er tour, ce dimanche 22 avril 2012 ? Un nouveau site t” participe à la démocratisation des résultats par un accès disponible et participatif.

La solution ne serait-elle pas de faire le dépouillement à la même heure ? soit 20 heures, l'heure des 20 heures ! Car les indécis seront à cette heure-là toujours indécis.

Gauche ou droite, cette loi perdure. Une minute de silence.


Pour ou contre ?

Interrogation de Mr Sarkozy le 19/04/2012 sur ce moyen de connaître avant 20 heures les résultats.



BIBLIOGRAPHIE

Je produis cet article le 20 à 20h20, heure locale de l'année 20.. en référence aux élections présidentielles et le comique de cette avalanche médiatique. Bref, c'est une histoire de "code" sur les résultats des élections et le code juridique !

....................... 

Vous aimerez peut-être : 

 

Graine_de_pavot_1919_de_Kees_van_Dongen COTE SUD 2009 Année Picasso Aix-en-Provence Tapis

Rose_Pierre_de_Ronsard

IMG_0111 Diane d'Ephese Villa d'Este

Kees van Dongen
s'EX pose en tant qu'artiste

Côté Sud
2009

Tapis fait de filaments lumineux

Mosaïque ou Moïse

Pierre de RONSARD
ou la douce vie
Courtiser VENISE
Merveille de la nature
Diane d'Ephese

 

..................................

Traduction  : Français,  Allemand,   AnglaisArabe,  Hollandais 
Parution : 20 avril 2012 

Mise à jour  : 20 avril 2012 

 

 

 

                 Répondre                        

 

 

<<Précédente  |AAccueil Suivante >>


25 mars 2012

Eclosion de Juana Romani, un artiste vient de naître

 

<<Précédente  |AAccueil | Suivante >>

J'ai rencontré cette artiste lors d'une vente aux puces. Je m'apprêtais à me dessaisir de son image quand je vins à réaliser que peut-être elle avait une histoire. 

Son portrait, sa pose sur cette eau forte était des plus originales. Je scrutais à mon tour ce tableau pour me l'approprier comme je venais de voir le faire les antiquaires du matin qui s'approchaient, loupe à la main, pour saisir l'authenticité de ce bien, dans le clair obscur du matin.

Eau-forte Autoportrait de Juana ROMANI Gravure de P

Eau-forte de l'autoportrait de Juana ROMANI

 


Graveur Pierre-Gustave TAVERNE d'après l'oeuvre de Joana Romani
Eau-forte
Epreuve signée par Juana Romani
Graveur à l'eau-forte, né à Bordeaux le 10 août 1859. Elève de Laguillermie. Elève de l’Ecole municipale de Bordeaux et à Paris de MM. Cormon et Teyssonnières. Collaborateur des principaux journaux illustrés de Paris. A exposé au salon de Paris en 1886 ; en 1887, Portrait de M Raynal ancien ministre. 

A mon tour, je le découvrais. Je n'avais pas perdu ma journée, ce tableau m'a rendu fanatique de l'artiste. Je vous relate cette pioche miraculeuse par cette exposition, rétrospective de chefs d'oeuvre empruntés aux galeries particulières.

La jeune femme rouse de Juana ROMANI
La jeune femme rousse
de Juana Romani

Portrait d'elle-même envoyé à Henner 
Musée national Jean-Jacques Henner 

Juana Romani débuta en 1882 comme modèle notamment pour la "Diane" du sculpteur Alexandre Falguière. Auparavant, elle fut mannequin et chanteuse à Veliterna (Italie). Les peintres Carolus-Duran, Victor Prouvé, Jean-Jacques Henner et Ferdinand Roybet (1840-)(graveur & peintre) la peindront. Elle deviendra l'égérie de ce dernier, bien avant d'être sa maîtresse. Avec son visage triangulaire, sa frange et ses grands yeux noir, elle est l'effigie d'Henner.


Juana ROMANI Photo 01  Juana ROMANI Photo 02 Photo de Juana ROMANI Collection de Félix Potin

                                                                                             Photographe Félix Potin
                                                                                             Album de 500 célébrités

Elle fait partie des modèles comme Sarad Bernardt de cette époque.

Elle habitait 56, bd de Montparnasse avec sa soeur Carolina, surnommée "L'italienne" par Henner qui l'avait fait poser durant la période de juillet à décembre 1884, de février à novembre 1886 et en janvier 1889.

Autoportrait de Juana ROMANI
Autoportrait  de Juana ROMANI - 1892

Victor Prouvé (1858-1943), peintre Art Nouveau de l'Ecole de Nancy, père de Jean Prouvé a peint également Juana Romani.

De ces années de pose, elle développe un sens artistique définit par ses longues années d'apprentissage, de formation en atelier auprès des Maîtres et par ironie elle dit qu'elle aime poser pour des peintres peu connus alors qu'elle est attirée par la présence de grands peintres. Sûreté, souplesse des traits, sens du volume et de la représentation quasi réelle du corps idéalisé (visage, coiffure, regard...), restitution des costumes avec une précision archéologique sont dans sa toile un condensé de vérité et d'humanité. Elle produit des portraits idéalisés, hors du temps, qui est le manifeste de l'idéal féminin en vogue à la fin du XIXème siècle. Elle représente la femme séductrice, sans attache, belle et parée.

C'est le début de l'image et l'art ouvert à un large public habitué aux images pieuses et jusque là antinomique dans une France libératrice qui crée l'Orient vu par l'Occident. 

Ces peintures sont dans l'art dit "Pompier" car à la fois de style ampoulé ou pompeux, fidèle à l'art antique, d'archéologie et de Pompéi, mais ces toiles présentent les détails des costumes. Cet art est dit aussi "académique".

Son talent est remarquée par Filippo Colarossi, sculpteur italien et Directeur de "l'Académie de nu ou modèle vivant" (1815) qui reprit le titre après la mort du fondateur genevois Charles Suisse. Il l'invite à produire des dessins, c'est l'école de la préparation des Beaux-Arts avec une école privée et des ateliers libres. Cette institution devient prisée par les nombreux élèves étrangers, notamment américains, scandinaves, canadiens, russes car l'Ecole des Beaux-Arts est un barrage par la langue. En 1910, l'Académie nomma sa première Professeure, l'artiste néo-zélandaise Frances Hodgkins. Une participation financière est demandée pour payer les modèles. Cette école est innovante car on paye à la séance et les artistes femmes sont les bienvenues malgré que l'accès à l'école des Beaux-Arts leurs soit interdit jusqu'en 1897 où Hélène Bertaux fut la fondatrice de l'Union des femmes peintres et sculpteurs.  Elles n'obtiendront le droit de concourir au Prix de Rome qu'en 1902. Cette école permet également de présenter ses oeuvres aux Salons. L'apprentissage du dessin se fait par la copie de gravures, puis l'étude des "plâtres" afin de se familiariser à l'Antiquité et aux effets de demi-teintes. Puis l'élève est autorisé à faire des séances de croquis ou peindre des modèles vivants en se rapprochant des canons antiques et de la perfection. Elles peuvent peindre ou sculpter des nus à partir de modèles masculins. Le tarif pratiqué pour les femmes était le double de celui des hommes, discrémination. Cette école située sur l'ïle de la Cité fut rachetée par Filippo Colarossi et prit le nom "Académie de la rose". Elle fut transplantée  en 1870 : 10, rue de la Grande Chaumière (VIème arrondissement). Elle fut surnommée "Académie Colarossi" (1870), puis "Académie de la Grande Chaumière" (1905) qui ferma en 1930 et les archives furent brûlées par Madame Colarossi en signe de représailles pour les infidélités de son époux. Elle fut reprise par l' "Académie Charpentier" (1957).

C'est à l'âge de dix-neuf ans, qu'elle décide de devenir peintre à son tour, au grand regret de ses maîtres. Elle se retire du monde de modèles. Elle devint élève de Henner et participe à "l'atelier des dames", destiné aux femmes qui n'ont pas accès à l'enseignement de l' "Ecole des Beaux-Arts" jusqu'en 1900. L'académie des Beaux-Arts en France est fondée en 1648, mais les femmes sont mises à l'écart de l'enseignement.

Son art est inspiré de Jean-Jacques Henner (1829-1905) et de Regnault. Elle est également sculptrice. Elle expose durant les années 1888 à 1904 dans les salons de la -Société des Artistes français-, situés au Palais des Champs Elysées à Paris. Peindre la nudité est une offense à la morale de cette époque.

Elle peint sur le pseudo Carolina Carlesimo di Casalvieri, mais également signe Veliterna Romains Juana.

Son prénom Juana n'est pas italien, plutôt d'origine espagnole ou mexicaine. 

La Société des Artistes français publie des fascicules bi-mensuels qui contiennent des textes avec des illustrations monochromes. 

Elle se fait connaître pour ses autoportraits et portraits dont celui de la princesse Joachim Murat, de la duchesse de Palmella, de Mlle Gibson, de Mme Prètet, de Mlle Guillemet, de Mme Hériot, de Mr Roger Gouri du Roslan, de Mme Hériot, de la Comtesse de Briche, de Mme de Lurcy, de Melle Claire Lemaître.

Portrait de femme de Juana ROMANI 01
 

 

Bella Dona de Juana ROMANI

Bella Dona de Juana Romani
 80,7 x 64,1 cm

 

Expression"...Les peintres qui resteront sont les hommes robustes : Velascquez, Rembrandt, Henner et Roybet"
Juana Romani

 

 

Angelica de Juana ROMANI

Angelica de Juana Romani - 1891
61 x 131 cm

 

 Beauté au cheveu noir de Juana ROMANI

Beauté au cheveu noir de Juana ROMANI - 1898

 

Expression"[…] Ayant envie de connaître le maître et de poser pour lui, elle vint sonner à sa porte très souvent, pendant plusieurs années, dit-elle. Longtemps ce fut sans succès, car il faut sonner trois coups chez Henner pour avoir une chance d’être reçu. Enfin, soit par hasard, soit que Falguière l’eût annoncée, elle parvint à ses fins. C’est une femme peu instruite, mais très intelligente, développée par le milieu artistique dans lequel elle a vécu. D’après Henner, elle se connaît fort bien en peinture. « Mieux que beaucoup de peintres, »

ajoute-t-il. Elle se plaint amèrement de poser devant des artistes sans talent, qui « font des croûtes d’après elle ».

 Par contre, elle adore les grands artistes : « Je voudrais rester tous les jours dans votre atelier, » répète-t-elle à Henner.

 5 juillet 1884 – Extrait de Entretiens de J.-J. Henner notes prises par Émile Durand-Gréville (1925).  

 

 

Jeune fille avec collerette de Juana ROMANI
Jeune fille avec collerette
de Juana ROMANI
Portrait de 1892
65 cm x 53,5 cm

 

Expression" Henner m’a montré une tête de face aux grands yeux, au teint blanc mat, aux cheveux d’un roux ardent (grandeur nature). Étude, ou plutôt fantaisie d’après une Italienne de dix-sept ans, très jolie, celle-là même qui a posé pour Falguière la Diane Chasseresse. Elle est devenue depuis un peintre de talent. C’est Melle Juana Romani." 

5 juillet 1884 – Extrait de Entretiens de J.-J. Henner notes prises par Émile Durand-Gréville (1925)

 

 

Une critique de Louis Gonse dans le journal "Le Monde Moderne" en 1896 fait part de :

Expression"cette jeune et sympathique artiste me pardonne de lui dire sans périphrases que je la trouve plus habile que M. Roybet lui-même".

 

Dame au costume vénitien de Juana ROMANI Musée de CourbevoieDame au costume vénitien de Juana ROMANI Musée de Courbevoie

 

Elle fait partie des peintres du Marais. Ses portraits sont délibérément hors du temps, symboles de l'idéal de cette époque et restent épurés. Souvent, les parures sont magnifiques et le travail pictural est dans les étoffes.

Mario Cianca (1876-1940), fondateur de l'Ecole Royale de l'Art "Romani Juana", décrit dans ses textes le personnage. Dans cet institut au centre de Vellore (Italie), Antonio Babille (1875-) est professeur des garçons, elle devient professeur.

 

 Fleur dans les cheveux de Juana ROMANI
Fleur dans les cheveux de Juana ROMANI
"Fior d'Alpe"

 

 

Giudetta de Juana ROMANI

 Giudetta Judith
cachée derrière le rideau rouge est sur le point de décapiter Holopherne. Tableau signé de J. Romains 89

Graziella de Juana ROMANI
Graziella de Juana ROMANI

Ses oeuvres sont mises régulièrement en vente, parfois sous le nom d'Henner, alors qu'elles sont clairement signées.

Elle expose, au salon de 1892 de la -Société des artistes français-, deux oeuvres "Capello" et "Alanuela", figures qui attirent l'attention du public. Tandis que Ferdinand Roybet expose son oeuvre "Juana Romani".

En 1901, elle participe au Salon, sous le nom "Les artistes critiqués par eux-mêmes". Dans le numéro spécial N°51 de "Cocorico" on retrouve des photos en noir et blanc de son travail et un article qu'elle a produit sur elle-même.

1901, elle participe à l'exposition Internationale d'Art qui se déroule à Venise.

Le 21 octobre 1901, elle revient de Paris à sa ville natale, accompagnée d'un des Frères Lumière. Le célèbre inventeur français a donné à la ville natale du peintre Viliterna Romains Juana une salle de cinéma équipait d'un dispositif cinématographique. La salle est inaugurée sous le nom des "Frères Lumière" Au cours de ce voyage, elle alloue la somme de 5000 livres, à l'Institut des afin que les étudiants les plus méritants bénéficient d'une bourse annuelle.

Son talent la porte, mais malheureusement elle perd l'équilibre et sombre dans la dépression. Internée, elle sombre dans l'oubli et meurt en 1924.

Les artistes qui font preuve d'audace, à la fois dans leur milieu social, carrière et vie personnelle peuvent se perdre (suicide ou folie), comme ce fut le cas pour Juana et tant d'autres : Constance Mayer, Camille Claudel.   La période était dure pour ces femmes qui aspiraient à la reconnaissance. D'autant que Juana se lance dans l'art dit "Pompier" qui ne survécut aux impressionnistes et dont les ouvrages d'histoire de l'art écrits durant la période 1920-1970 ne mentionnèrent pas cette époque qui seulement fut exposée aux Etats-Unis.

Cet art était pourtant précurseur de l'impressionnisme. Cette ignorance méprisante les fit majoritairement oubliées et revit le jour à contre-courant malgré qu'il soit le plus méconnu de France. Ce savoir faire technique met en avant la maîtrise du langage de l'image, de la culture et du sens théâtral qui fait éprouver des émotions esthétiques devant la perfection du dessin, le sens du volume, source de sentiments souvent cachés.

Cette exposition permet, à juste titre, d'acquérir la visibilité qui lui est due et de leur ouvrir grand, la porte de l'histoire officielle de l'Art.

Ces tableaux que je vous expose sont issues de fond public ou de collections privées.

Née à Villetri en Itallie (1869), près de Rome. Elle s'appelle Juana Romaine. Son père Mr Carlesimo décède quand elle est jeune et sa mère Maria Manuela Schiavi s'installe à Villetri. Elle se remarie avec l'ingénieur Romains Thémistocle, célèbre famille de Villetri.  La profession de son beau-père leur impose de vivre à Paris. Elle s'installe dans le quartier Latin à Paris en 1877 avec sa mère et son beau-père, Thémiscople Romani. Elle a une éducation classique. Elle fréquente avec sa mère, le cercle des artistes. Elle commence très jeune à poser pour les grandes écoles d'art.

Elle emprunte un pseudonyme "Joanna" qui deviendra pour les français "Joan" en souvenir de Jeanne d'Arc. Son prénom Juana est difficile à prononcer, il est d'origine espagnole ou mexicain.

La monographie de la vie du peintre Juana Romani est pour le moment introuvable.

Quelques textes d'Emile Durand-Gréville parle de Juana dans les ateliers d'Henner.

Il existe seulement un tableau d'un graveur A. BRAUER qui fait suite à une huile sur toile de la famille Romains fait par le peintre Ferdinand Victor Léon Roybet (1840-1920) qui fut exposé au salon à Paris en 1892.

Internée en hôpital psychiatrique à la suite de troubles dits dus à l'alcool, elle succombe. Son corps est donné à la recherche pour étudier son cerveau.

Elle décède en 1924 à Paris. Elle est enterré à Suresnes (1ère Division - allée D - 63ème tombe).

Dessin de Juana ROMANI

 

 

Expression"Très paresseuse pour poser quand elle n’est pas en train, et grande dévoreuse de livres. Un jour qu’Henner avait commencé une figure nue d’après elle, pendant un repos elle prit un livre, et s’obstina à lire au lieu de reprendre la pose. En vain le maître la rappelait à l’ordre ; alors elle levait légèrement la tête, regardait le peintre de ses grands yeux bruns, puis se remettait à lire ! « Ne bougez pas » lui dit-il tout à coup à un moment où elle regardait ainsi de bas en haut, le front et les yeux à moitié plongés dans l’ombre portée par ses cheveux roux en désordre"

Émile Durand-Gréville (Entretiens de J.-J. Henner) (5 juillet 1884).

 

Liseuse Etude de Henner

Esquisse sur la liseuse -  Musée national Jean-Jacques Henner

 

 

La Liseuse de Jean-Jacques Henner
La liseuse d'Henner
Modèle Juana Romani au corps d'albâtre

 


Dormeuse de Jean-Jacques Henner
Dormeuse de Jean-Jacques Henner -  1893

 

Henner aime le charme qui résulte de la peinture, la beauté qui attire le coeur et non l'esprit. L'expression est par la couleur. Il adore peindre les rousses, avec des éclairs dans les cheveux pour attraper la lumière qu'il en ressort qui incendie la toile. Le dernier des romantiques a fait école en étudiant les grands maîtres comme Le Caravage, Raphaël à Rome, puis le Corrège, le Titien.

Cet exercie a rendu sa palette plus claire sur un fond sfumato (de l'italien fumo : fumée) qui donne un effet vaporeux en superposant plusieurs couches de peinture extrêmement délicates et rend incertain les contours des formes. Cette technique  fut utilisée par les flamands, ainsi que Léonard de Vinci malgré son origine lombarde.

Henner peint les rousses, aiment les rousses. Il exploitent la lumière et sa formule dans ces compositions.

Dans le tableau ci-dessus "La dormeuse", il ressort un corps alangui qui jouit du plaisir de l'abandon. La représentation du sexe glabre a contrario de cette chevelure flamboyante étalée dont la couleur omniprésente éclaire la toile sans sécheresses et fait ressortir ce corps juvenil qui évoque une opale. La pureté des lignes, le blanc laiteux, l'évanescence de sa puberté sur le pubis sont les signes voluptueux qui nous ramènent vers la lumière de cette tache de couleur rousse, incarnant la passion, la dualité de la chair face au maître incontestable. Le champ de lumière autour de cette ronde bosse nous offre sa nudité qui se détache du fond quasiment inexistant tant il est sobre et mystérieux. Il nous invite à tourner autour de corps auréolé, chaud.

Il impose le corps par un cerne marron doré appuyé qui se noie sur un fond sombre pour renforcer l'impression de la blancheur perlée de la peau. Cette carnation de peau vient de son attirance pour la peinture de "Prud'hon". Il  nimbe tous ces corps d'un cerne marron par l'influence de Le Caravage, Holbein et Rembrandt. A l'inverse, son visage n'est qu'un simple motif figuratif.

 

Solitude de Jean-Jacques Henner
Solitude
de Jean-Jacques Henner

 


 

Quant à Roybet, il fait le portrait de Juana Romani, dans une toilette sombre qui fait ressortir admirablement sa matité de sa physionomie éveillée (présentation au salon de 1892).

 
Gravure du Portrait de Juana ROMANI par Roybet
Portrait de Juana par Roybet 1891
 
 

Portrait de Juana ROMANI par Roybet

Portrait de Juana ROMANI par Roybet
 
131 x 61 cm

Sur les traces de Juana, j'ai découvert que beaucoup de ces oeuvres se trouvaient en Russie car elle fut connu par son amant Roybet qui vendit son tableau fétiche "Le fou du roi" fut vendu au Grand-duc de Russie

 

OEUVRES

 

Portrait de Madame Jane Guillemet
fille du peintre Antoine Guillemets

In the library de Juana Romani

In the library de Juana ROMANI

Leonora_d_Este

 Leonora d'Este de Juana ROMANI

 

 

Autoportrait de Juana ROMANI Tableau 

Portrait de jeune femme de Juan ROMANA
Portrait de femme en buste

 


Primavera_de_Juana_ROMANI

Juana Primavera -1894-
présenté au salon de 1895 N° 1650 

 

 Salom__de_Juana_ROMANI_1898

Salomé, talbeau de Juana Romani
Exposition au Salon de 1898 N° 1745 

Desdemona de Juana ROMANI

Desdemona de Melle Juana ROMANI

 

 Bianca Capello de Juana Romani

Bianca Capello de Juana ROMANI

 

File:InfanteRomani.jpg

L'infante de Juana Romani paru dans la revue "La Famille" N° 800 du 3 février 1895
Pensierosa (Pensive)

Rêvere de Juana Romani
Rêverie
de Juana Romani

 

Juana ROMANI Portrait de femme en buste Huile sur panneau (légè

Portrait de femme de Juana Romani
signé en haut à droite
80 x 61,4 cm 

 

 

Le modèle de Juana ROMANI

Le Modèle de Juana ROMANI

 

Fiametta  -Exposition de Monte Carlo- en 1899

Portrait de Melle de Luynes (1903), de Juana ROMANI

Danseuse de théâtre, signé avec les initiales "J.H."

Judith signé Juana Romani

Judithe signé

La femme au noeud vert signé Juana Romani

Jeune garçon de Juana Romani - 1889

Wahrsagerin in der schenke de Juana Romani

Giomméïïa par Juana Romani

Giovanellà par Juana Romani

Portrait d'un jeune homme de Juana Romani

 

Vous pouvez poursuivre la visite sur ses sites,

BIOGRAPHIE

Un dimanche aux puces, mars 2012

.......................

 

Vous aimerez peut-être : 

 

Graine_de_pavot_1919_de_Kees_van_Dongen COTE SUD 2009 Année Picasso Aix-en-Provence Tapis

Rose_Pierre_de_Ronsard

IMG_0111 Diane d'Ephese Villa d'Este

Kees van Dongen
s'EX pose en tant qu'artiste

Côté Sud
2009

Tapis fait de filaments lumineux

Mosaïque ou Moïse

Pierre de RONSARD
ou la douce vie
Courtiser VENISE
Merveille de la nature
Diane d'Ephese

..................................

Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais 
Parution : 25 mars 2012

Mise à jour  :  19 octobre 2013

 

                 Répondre                        

 

 

 

<<Précédente  |AAccueil | Suivante >>

 

Posté par PASPERDUS à 20:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Eclosion de Juana Romani, un artiste vient de naître

 

<<Précédente  |AAccueil | Suivante >>

J'ai rencontré cette artiste lors d'une vente aux puces. Je m'apprêtais à me dessaisir de son image quand je vins à réaliser que peut-être elle avait une histoire. 

Son portrait, sa pose sur cette eau forte était des plus originales. Je scrutais à mon tour ce tableau pour me l'approprier comme je venais de voir le faire les antiquaires du matin qui s'approchaient, loupe à la main, pour saisir l'authenticité de ce bien, dans le clair obscur du matin.

Eau-forte Autoportrait de Juana ROMANI Gravure de P

Tizianella

Eau-forte de l'autoportrait de Juana ROMANI

 


Graveur Pierre-Gustave TAVERNE d'après l'oeuvre de Joana Romani
Eau-forte
Epreuve signée par Juana Romani
Graveur à l'eau-forte, né à Bordeaux le 10 août 1859. Elève de Laguillermie. Elève de l’Ecole municipale de Bordeaux et à Paris de MM. Cormon et Teyssonnières. Collaborateur des principaux journaux illustrés de Paris. A exposé au salon de Paris en 1886 ; en 1887, Portrait de M Raynal ancien ministre. 

A mon tour, je le découvrais. Je n'avais pas perdu ma journée, ce tableau m'a rendu fanatique de l'artiste. Je vous relate cette pioche miraculeuse par cette exposition, rétrospective de chefs d'oeuvre empruntés aux galeries particulières.

La jeune femme rouse de Juana ROMANILa Rossa

La jeune femme rousse de Juana Romani
Portrait d'elle-même envoyé à Henner 
Musée national Jean-Jacques Henner 

Juana Romani débuta en 1882 comme modèle notamment pour la "Diane" du sculpteur Alexandre Falguière. Auparavant, elle fut mannequin et chanteuse à Veliterna (Italie). Les peintres Carolus-Duran, Jean-Jacques Henner et Ferdinand Roybet (1840-)(graveur & peintre) la peindront. Elle deviendra l'égérie de ce dernier, bien avant d'être sa maîtresse. Avec son visage triangulaire, sa frange et ses grands yeux noir, elle est l'effigie d'Henner.


Juana ROMANI Photo 01  Juana ROMANI Photo 02 Photo de Juana ROMANI Collection de Félix Potin

                                                                                             Photographe Félix Potin
                                                                                             Album de 500 célébrités

 

Romani Juana Portrait de 1896
Portrait de Juana Romani 1896

 

Elle fait partie des modèles comme Sarah Bernardt de cette époque.

Elle habitait 56, bd de Montparnasse avec sa soeur Carolina, surnommée "L'italienne" par Henner qui l'avait fait poser durant la période de juillet à décembre 1884, de février à novembre 1886 et en janvier 1889.

Autoportrait de Juana ROMANI
Tizianella  Autoportrait  de Juana ROMANI - 1892

De ces années de pose, elle développe un sens artistique définit par ses longues années d'apprentissage, de formation en atelier auprès des Maîtres et par ironie elle dit qu'elle aime poser pour des peintres peu connus alors qu'elle est attirée par la présence de grands peintres. Sûreté, souplesse des traits, sens du volume et de la représentation quasi réelle du corps idéalisé (visage, coiffure, regard...), restitution des costumes avec une précision archéologique sont dans sa toile un condensé de vérité et d'humanité. Elle produit des portraits idéalisés, hors du temps, qui est le manifeste de l'idéal féminin en vogue à la fin du XIXème siècle. Elle représente la femme séductrice, sans attache, belle et parée.

C'est le début de l'image et l'art ouvert à un large public habitué aux images pieuses et jusque là antinomique dans une France libératrice qui crée l'Orient vu par l'Occident. 

Ces peintures sont dans l'art dit "Pompier" car à la fois de style ampoulé ou pompeux, fidèle à l'art antique, d'archéologie et de Pompéi, mais ces toiles présentent les détails des costumes. Cet art est dit aussi "académique".

Son talent est remarquée par Filippo Colarossi, sculpteur italien et Directeur de "l'Académie de nu ou modèle vivant" (1815) qui reprit le titre après la mort du fondateur genevois Charles Suisse. Il l'invite à produire des dessins, c'est l'école de la préparation des Beaux-Arts avec une école privée et des ateliers libres. Cette institution devient prisée par les nombreux élèves étrangers, notamment américains, scandinaves, canadiens, russes car l'Ecole des Beaux-Arts est un barrage par la langue. En 1910, l'Académie nomma sa première Professeure, l'artiste néo-zélandaise Frances Hodgkins. Une participation financière est demandée pour payer les modèles. Cette école est innovante car on paye à la séance et les artistes femmes sont les bienvenues malgré que l'accès à l'école des Beaux-Arts leurs soit interdit jusqu'en 1897 où Hélène Bertaux fut la fondatrice de l'Union des femmes peintres et sculpteurs.  Elles n'obtiendront le droit de concourir au Prix de Rome qu'en 1902. Cette école permet également de présenter ses oeuvres aux Salons. L'apprentissage du dessin se fait par la copie de gravures, puis l'étude des "plâtres" afin de se familiariser à l'Antiquité et aux effets de demi-teintes. Puis l'élève est autorisé à faire des séances de croquis ou peindre des modèles vivants en se rapprochant des canons antiques et de la perfection. Elles peuvent peindre ou sculpter des nus à partir de modèles masculins. Le tarif pratiqué pour les femmes était le double de celui des hommes, discrémination. Cette école située sur l'ïle de la Cité fut rachetée par Filippo Colarossi et prit le nom "Académie de la rose". Elle fut transplantée  en 1870 : 10, rue de la Grande Chaumière (VIème arrondissement). Elle fut surnommée "Académie Colarossi" (1870), puis "Académie de la Grande Chaumière" (1905) qui ferma en 1930 et les archives furent brûlées par Madame Colarossi en signe de représailles pour les infidélités de son époux. Elle fut reprise par l' "Académie Charpentier" (1957).

 

Adèle 1902 de Juana Romani

Adèle 1902 peint par Juana Romani

 

 

C'est à l'âge de dix-neuf ans, qu'elle décide de devenir peintre à son tour, au grand regret de ses maîtres. Elle se retire du monde de modèles. Elle devint élève de Henner et participe à "l'atelier des dames", destiné aux femmes qui n'ont pas accès à l'enseignement de l' "Ecole des Beaux-Arts" jusqu'en 1900. L'académie des Beaux-Arts en France est fondée en 1648, mais les femmes sont mises à l'écart de l'enseignement.

Son art est inspiré de Jean-Jacques Henner (1829-1905) pour les nuances de clair obscur et de Henri Regnault (18431871) pour les références esthétiques.

 

Regnault Henri Salomé 1870
Henri Regnault, Salomé (1870)
Metropolitain Museum à New York

 

Elle est également sculptrice. Elle expose durant les années 1888 à 1904 dans les salons de la -Société des Artistes français-, situés au Palais des Champs Elysées à Paris. Peindre la nudité est une offense à la morale de cette époque.

Elle peint sur le pseudo Carolina Carlesimo di Casalvieri, mais également signe Veliterna Romains Juana.

Son prénom Juana n'est pas italien, plutôt d'origine espagnole ou mexicaine.

La Société des Artistes français publie des fascicules bi-mensuels qui contiennent des textes avec des illustrations monochromes. 

Elle se fait connaître pour ses autoportraits et portraits dont celui de la princesse Joachim Murat, de la duchesse de Palmella, de Mlle Gibson, de Mme Prètet, de Mlle Guillemet, de Mme Hériot, de Mr Roger Gouri du Roslan, de Mme Hériot, de la Comtesse de Briche, de Mme de Lurcy, de Melle Claire Lemaître.

Portrait de femme de Juana ROMANI 01
Giovana orientale (1895/98)- Peinture de Juana Romani
Don de Angel Roverano en 1910
au Musée d'Argentine
Ce tableau incarne la séduction fatale. Une oeuvre des plus provocantes qui met en scène un des modèles favoris de la peintre. Son modèle n'est autre que une cousine lointaine d'Italie. Ce tableau est au musée des Beaux-Arts de Buenos Aires depuis 1910, suite à la donation d'Angel Rovanero.
 

 

Bella Dona de Juana ROMANI

Bella Dona de Juana Romani
 80,7 x 64,1 cm

 

Expression"...Les peintres qui resteront sont les hommes robustes : Velascquez, Rembrandt, Henner et Roybet"
Juana Romani

 

 

Angelica de Juana ROMANI

Angelica de Juana Romani - 1891
61 x 131 cm

 

 Beauté au cheveu noir de Juana ROMANI

Beauté au cheveu noir de Juana ROMANI - 1898
La fille de Théodora

 

Expression"[…] Ayant envie de connaître le maître et de poser pour lui, elle vint sonner à sa porte très souvent, pendant plusieurs années, dit-elle. Longtemps ce fut sans succès, car il faut sonner trois coups chez Henner pour avoir une chance d’être reçu. Enfin, soit par hasard, soit que Falguière l’eût annoncée, elle parvint à ses fins. C’est une femme peu instruite, mais très intelligente, développée par le milieu artistique dans lequel elle a vécu. D’après Henner, elle se connaît fort bien en peinture. « Mieux que beaucoup de peintres, »

ajoute-t-il. Elle se plaint amèrement de poser devant des artistes sans talent, qui « font des croûtes d’après elle ».

 Par contre, elle adore les grands artistes : « Je voudrais rester tous les jours dans votre atelier, » répète-t-elle à Henner.

 5 juillet 1884 – Extrait de Entretiens de J.-J. Henner notes prises par Émile Durand-Gréville (1925).  

 

 

Jeune fille avec collerette de Juana ROMANI
Jeune fille avec collerette
de Juana ROMANI
Portrait de 1892
65 cm x 53,5 cm

 

Expression" Henner m’a montré une tête de face aux grands yeux, au teint blanc mat, aux cheveux d’un roux ardent (grandeur nature). Étude, ou plutôt fantaisie d’après une Italienne de dix-sept ans, très jolie, celle-là même qui a posé pour Falguière la Diane Chasseresse. Elle est devenue depuis un peintre de talent. C’est Melle Juana Romani." 

5 juillet 1884 – Extrait de Entretiens de J.-J. Henner notes prises par Émile Durand-Gréville (1925)

 

 

Une critique de Louis Gonse dans le journal "Le Monde Moderne" en 1896 fait part de :

Expression"cette jeune et sympathique artiste me pardonne de lui dire sans périphrases que je la trouve plus habile que M. Roybet lui-même".

 

Dame au costume vénitien de Juana ROMANI Musée de CourbevoieDame au costume vénitien de Juana ROMANI Musée de Courbevoie

 

Elle fait partie des peintres du Marais. Ses portraits sont délibérément hors du temps, symboles de l'idéal de cette époque et restent épurés. Souvent, les parures sont magnifiques et le travail pictural est dans les étoffes.

Mario Cianca (1876-1940), fondateur de l'Ecole Royale de l'Art "Romani Juana", décrit dans ses textes le personnage. Dans cet institut au centre de Vellore (Italie), Antonio Babille (1875-) est professeur des garçons, elle devient professeur.

 

 Fleur dans les cheveux de Juana ROMANI
Fleur dans les cheveux de Juana ROMANI
"Fior d'Alpe"

 

 

Giudetta de Juana ROMANI

 Giudetta Judith
cachée derrière le rideau rouge est sur le point de décapiter Holopherne. Tableau signé de J. Romains 89

Graziella de Juana ROMANI
Graziella de Juana ROMANI

Ses oeuvres sont mises régulièrement en vente, parfois sous le nom d'Henner, alors qu'elles sont clairement signées.

Elle expose, au salon de 1892 de la -Société des artistes français-, deux oeuvres "Capello" et "Alanuela", figures qui attirent l'attention du public. Tandis que Ferdinand Roybet expose son oeuvre "Juana Romani".

En 1901, elle participe au Salon, sous le nom "Les artistes critiqués par eux-mêmes". Dans le numéro spécial N°51 de "Cocorico" on retrouve des photos en noir et blanc de son travail et un article qu'elle a produit sur elle-même.

1901, elle participe à l'exposition Internationale d'Art qui se déroule à Venise.

 

 

Jeanne d'Arc Juana Romani 1900

Jeanne d'Arc 1900    Juana Romani

 

Le 21 octobre 1901, elle revient de Paris à sa ville natale, accompagnée d'un des Frères Lumière. Le célèbre inventeur français a donné à la ville natale du peintre Viliterna Romains Juana une salle de cinéma équipait d'un dispositif cinématographique. La salle est inaugurée sous le nom des "Frères Lumière" Au cours de ce voyage, elle alloue la somme de 5000 livres, à l'Institut des afin que les étudiants les plus méritants bénéficient d'une bourse annuelle.

Son talent la porte, mais malheureusement elle perd l'équilibre et sombre dans la dépression. Internée, elle sombre dans l'oubli et meurt en 1924.

Les artistes qui font preuve d'audace, à la fois dans leur milieu social, carrière et vie personnelle peuvent se perdre (suicide ou folie), comme ce fut le cas pour Juana et tant d'autres : Constance Mayer, Camille Claudel.   La période était dure pour ces femmes qui aspiraient à la reconnaissance. D'autant que Juana se lance dans l'art dit "Pompier" qui ne survécut aux impressionnistes et dont les ouvrages d'histoire de l'art écrits durant la période 1920-1970 ne mentionnèrent pas cette époque qui seulement fut exposée aux Etats-Unis.

Cet art était pourtant précurseur de l'impressionnisme. Cette ignorance méprisante les fit majoritairement oubliées et revit le jour à contre-courant malgré qu'il soit le plus méconnu de France. Ce savoir faire technique met en avant la maîtrise du langage de l'image, de la culture et du sens théâtral qui fait éprouver des émotions esthétiques devant la perfection du dessin, le sens du volume, source de sentiments souvent cachés.

Cette exposition permet, à juste titre, d'acquérir la visibilité qui lui est due et de leur ouvrir grand, la porte de l'histoire officielle de l'Art.

Ces tableaux que je vous expose sont issues de fond public ou de collections privées.

Née à Villetri en Itallie (1869), près de Rome. Elle s'appelle Juana Romaine. Son père Mr Carlesimo décède quand elle est jeune et sa mère Maria Manuela Schiavi s'installe à Villetri. Elle se remarie avec l'ingénieur Romains Thémistocle, célèbre famille de Villetri.  La profession de son beau-père leur impose de vivre à Paris. Elle s'installe dans le quartier Latin à Paris en 1877 avec sa mère et son beau-père, Thémiscople Romani. Elle a une éducation classique. Elle fréquente avec sa mère, le cercle des artistes. Elle commence très jeune à poser pour les grandes écoles d'art.

Elle emprunte un pseudonyme "Joanna" qui deviendra pour les français "Joan" en souvenir de Jeanne d'Arc. Son prénom Juana est difficile à prononcer, il est d'origine espagnole ou mexicain.

La monographie de la vie du peintre Juana Romani est pour le moment introuvable.

Quelques textes d'Emile Durand-Gréville parle de Juana dans les ateliers d'Henner.

Il existe seulement un tableau d'un graveur A. BRAUER qui fait suite à une huile sur toile de la famille Romains fait par le peintre Ferdinand Victor Léon Roybet (1840-1920) qui fut exposé au salon à Paris en 1892.

Internée en hôpital psychiatrique à la suite de troubles dits dus à l'alcool, elle succombe. Son corps est donné à la recherche pour étudier son cerveau.

Elle décède en 1924 à Paris. Elle est enterrée à Paris.

Dessin de Juana ROMANI

 

 

Expression"Très paresseuse pour poser quand elle n’est pas en train, et grande dévoreuse de livres. Un jour qu’Henner avait commencé une figure nue d’après elle, pendant un repos elle prit un livre, et s’obstina à lire au lieu de reprendre la pose. En vain le maître la rappelait à l’ordre ; alors elle levait légèrement la tête, regardait le peintre de ses grands yeux bruns, puis se remettait à lire ! « Ne bougez pas » lui dit-il tout à coup à un moment où elle regardait ainsi de bas en haut, le front et les yeux à moitié plongés dans l’ombre portée par ses cheveux roux en désordre"

Émile Durand-Gréville (Entretiens de J.-J. Henner) (5 juillet 1884).

 

Liseuse Etude de Henner

Esquisse sur la liseuse -  Musée national Jean-Jacques Henner

 

 

La Liseuse de Jean-Jacques Henner
La liseuse d'Henner - 1883    (Musée d'Orsay)
Modèle Juana Romani au corps d'albâtre

 


Dormeuse de Jean-Jacques Henner
Dormeuse de Jean-Jacques Henner -  1893

 

Henner aime le charme qui résulte de la peinture, la beauté qui attire le coeur et non l'esprit. L'expression est par la couleur. Il adore peindre les rousses, avec des éclairs dans les cheveux pour attraper la lumière qu'il en ressort qui incendie la toile. Le dernier des romantiques a fait école en étudiant les grands maîtres comme Le Caravage, Raphaël à Rome, puis le Corrège, le Titien.

Cet exercie a rendu sa palette plus claire sur un fond sfumato (de l'italien fumo : fumée) qui donne un effet vaporeux en superposant plusieurs couches de peinture extrêmement délicates et rend incertain les contours des formes. Cette technique  fut utilisée par les flamands, ainsi que Léonard de Vinci malgré son origine lombarde.

Henner peint les rousses, aiment les rousses. Il exploitent la lumière et sa formule dans ces compositions.

Dans le tableau ci-dessus "La dormeuse", il ressort un corps alangui qui jouit du plaisir de l'abandon. La représentation du sexe glabre a contrario de cette chevelure flamboyante étalée dont la couleur omniprésente éclaire la toile sans sécheresses et fait ressortir ce corps juvenil qui évoque une opale. La pureté des lignes, le blanc laiteux, l'évanescence de sa puberté sur le pubis sont les signes voluptueux qui nous ramènent vers la lumière de cette tache de couleur rousse, incarnant la passion, la dualité de la chair face au maître incontestable. Le champ de lumière autour de cette ronde bosse nous offre sa nudité qui se détache du fond quasiment inexistant tant il est sobre et mystérieux. Il nous invite à tourner autour de corps auréolé, chaud.

Il impose le corps par un cerne marron doré appuyé qui se noie sur un fond sombre pour renforcer l'impression de la blancheur perlée de la peau. Cette carnation de peau vient de son attirance pour la peinture de "Prud'hon". Il  nimbe tous ces corps d'un cerne marron par l'influence de Le Caravage, Holbein et Rembrandt. A l'inverse, son visage n'est qu'un simple motif figuratif.

 

Solitude de Jean-Jacques Henner
Solitude
de Jean-Jacques Henner

Herodiade Henner Juana Romani

Hérodiade de Jean Jacques Henner (1887) Musée J.J. Henner à Paris


 

Quant à Roybet, il fait le portrait de Juana Romani, dans une toilette sombre qui fait ressortir admirablement sa matité de sa physionomie éveillée (présentation au salon de 1892).

 
 
 

Roybet Ferdinand Juana Romani 1890
Portrait de Juana par Ferdinand Victor Léon Roybet 1891

 

 

Portrait de Juana ROMANI par Roybet

Portrait de Juana ROMANI par Roybet
 
131 x 61 cm

Sur les traces de Juana, j'ai découvert que beaucoup de ces oeuvres se trouvaient en Russie car elle fut connue par son amant Roybet qui vendit son tableau fétiche "Le fou du roi" fut vendu au Grand-duc de Russie

 

OEUVRES

 

Portrait de Madame Jane Guillemet
fille du peintre Antoine Guillemets

In the library de Juana Romani

In the library de Juana ROMANI

Leonora_d_Este

 Leonora d'Este de Juana ROMANI

 

 

Autoportrait de Juana ROMANI Tableau 

Tizianella

Portrait de jeune femme de Juan ROMANA
Portrait de femme en buste

 


Primavera_de_Juana_ROMANI

Juana Primavera -1894-
présenté au salon de 1895 N° 1650 

 

 Salom__de_Juana_ROMANI_1898

Salomé, tableau de Juana Romani
Exposition au Salon de 1898 N° 1745 

Desdemona de Juana ROMANI

Desdemona de Melle Juana ROMANI

 

 Bianca Capello de Juana Romani

Bianca Capello de Juana ROMANI

 

File:InfanteRomani.jpg

L'infante de Juana Romani paru dans la revue "La Famille" N° 800 du 3 février 1895
Pensierosa (Pensive)

Rêvere de Juana Romani
Rêverie
de Juana Romani

 

Juana ROMANI Portrait de femme en buste Huile sur panneau (légè

Portrait de femme de Juana Romani
signé en haut à droite
80 x 61,4 cm 

 

 

Le modèle de Juana ROMANI

Le Modèle de Juana ROMANI

 

 

Romani Juana La belle rousse

La belle rousse

 

 

 

Fiametta  -Exposition de Monte Carlo- en 1899

Portrait de Melle de Luynes (1903), de Juana ROMANI

Danseuse de théâtre, signé avec les initiales "J.H."

Judith signé Juana Romani

Judithe signé

La femme au noeud vert signé Juana Romani

Jeune garçon de Juana Romani - 1889

Wahrsagerin in der schenke de Juana Romani

Giomméïïa par Juana Romani

Giovanellà par Juana Romani

Portrait d'un jeune homme de Juana Romani

 

Vous pouvez poursuivre la visite sur ses sites,

BIOGRAPHIE

Un dimanche aux puces, mars 2012

.......................

 

Vous aimerez peut-être : 

 

Graine_de_pavot_1919_de_Kees_van_Dongen COTE SUD 2009 Année Picasso Aix-en-Provence Tapis

Rose_Pierre_de_Ronsard

IMG_0111 Diane d'Ephese Villa d'Este

Kees van Dongen
s'EX pose en tant qu'artiste

Côté Sud
2009

Tapis fait de filaments lumineux

Mosaïque ou Moïse

Pierre de RONSARD
ou la douce vie
Courtiser VENISE
Merveille de la nature
Diane d'Ephese

..................................

Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais 
Parution : 25 mars 2012

Mise à jour  : 21 avril 2016

 

                 Répondre                        

 

 

 

<<Précédente  |AAccueil | Suivante >>

 

Posté par PASPERDUS à 20:30 - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 mars 2012

Gare de Valencia, rencontre avec l'Art

 

<<Précédente  |AAccueil | Suivante >>

Garez-vous, garez-vous ? Qui vous, pour vous égarez dans l'art environnemental.

Photo de Sekitar (clic sur photo pour lien site)

J'avance au milieu de la foule qui arrive de toute part pour vous présenter l'un des joyaux de la péninsule ibérique qui se situe à Valence en Espagne. Connaissez-vous l'Espagne ? En locomotive, l'on peut également faire des découvertes sur l'art dans la région traversée car lorsqu'on pénètre dans la gare de Valencia appelé "Estacion del Norte" l'on peut sentir entre ses murs, sur ses pavés, l'influence de plusieurs siècles d'histoire.

Quai_Estacion_del_Norte_Valencia_ESPAGNE

Vous êtes donc à bon port car nous arrivons à la gare de Valence pour admirer l'Art dans toute sa splendeur. Ce renouveau est né pour provoquer la rupture devant la paralysie dont souffrait les arts espagnols au 19ème siècle. Art : gothique, Art Déco, Art Nouveau, baroque que dis-je rococo et même contemporain.

Habillé de toute sa splendeur, il illumine par la richesse de son renouveau entre 1880 et 1920 que l'on retrouve dans beaucoup de villes de l'est de l'Espagne. Puis apparaîtra un nouveau mouvement appelé cubisme et le surréalisme avec Salvador Dali.

Chemin faisant, nous traversons cette belle ville qui distribue de part et d'autres de la plaza del Ayutamiento ses façades, joyaux de l'Art Déco. Dès l'avenue de "Marqués de Sotelo", nous pouvons admirer sa construction atypique avec ses briques ampilées en forme de tourelles qui lui donnent l'aspect d'un château.

La gare de Valence en Espagne nommée "Estación del Norte"ou "Estaciò del Nord" en valencien abrite une belle bâtisse de style Art Nouveau (dit Modernista) qui fut construite par l'architecte Demetrio Ribes au début des années 1900, plus précisément entre 1906 et 1917. Le projet des ingénieurs Beatty et Shepherd de construire une ligne vit le jour en 1847. Son emplacement fut adopté par décret le 15 mai 1905. Et les plans furent présentés en août 1906 grâce à la collaboration de Sanz et Demetrio Ribes.  Les travaux débutèrent le 2 août 1907 en vue de l'Exposition régionale de 1909 et Nationale de 1910. La superficie est de 15 476 m2, alors que la précédente mesurait seulement 5 000m2. Le fondamental est de prévoir une gare non seulement pour les marchandises mais pour les passagers. Il faut donc prévoir un hall d'accueil grand et somptueux qui s'ouvre sur la rue Xativa. L'effort graphique prévot pour lui donner l'allure d'une oeuvre d'art. La structure métallique de grande taille doit donner l'allure d'un minimum de soutien, rendu possible par l'Ingénieur Enrique Grasset en mai 1907. La guerre de 1914 retarda la fin des travaux jusqu'en 1917 par la réduction des importations de matériel ferroviaire. 1917 fut le siège de grandes grèves qui amenèrent la nationalisation des valeurs de l'entreprise. C'est dans ce climat que la gare a été inaugurée le 8 août 1917. De nos jours, 40 000 utilisateurs sont de passage et l'admirent. Depuis 1983, elle est classée monument historique et artistique et pourrait avoir le surnom de "Demetrius".

MOSAICO VALENCIANO, para mi amiga MIRTA.

 (clic sur photo pour lien site)

Elle fait partie de la tendance "Sezessionstyl" ou "Sécession viennoise" qu'elle emprunte, mais c'est grâce à l'interprétation de Demetrio Ribes qu'elle acquière sa singularité remarquable.

Son nom "Estación del Norte" ne vient pas de sa situation géographique puisqu'elle est en plein centre mais du nom de la société qui l'a créa "Ferrocarriles del Norte". Elle fut conçue sur l'emplacement des vergers du couvent de Saint François.

D_tail_salle_Estacion_del_Norte_Valencia_ESPAGNE

L'intérieur de l'édifice, également teinté de ce style, est une vraie galerie ornée de vitraux avec ces guichets en bois blond composés d'impressionnantes grilles en fer forgé. Les guichets qui sont d'origine et date de 1910 nous transportent dans le passé. On observera les murs, les plafonds, les sols couverts d'azulejos qui font appel à l'Art Nouveau par ses mosaïques de style floral et coloriste. Le hall est conçu de "Trecandis", petits morceaux de céramique assemblés, façon Gaudi ou Santiago Calatrava qui fait fureur actuellement à Valencia. Le plafond est traversé de lambris de bois qui cloisonnent les mosaïques.

Ce grand espace impressionnant contient des colonnes arborescentes prolongées de luminaires en pâte de verre, d'un raffinement extrême. La décoration florale est assez diversifiée. Quand vous entrez dans la salle d'attente vous découvrez des panneaux inspirés de Valence conçus par Joseph Benlliure où des scènes inspirées de motifs végétaux essentiellement la vigne et le raisin qui différencient ce lieu de la galerie principale plus homogène. Chaque accès par une porte, est joliment décoré d'une poignée en bois et cintré par une inscription "Bon voyage" dans différentes langues. Les grandes fenêtres ont un top rose.

Luminaires_Estacion_del_Norte__Valencia_ESPAGNE

 (clic sur photo pour lien site)

Passé ce décor, vous arriverez sur les quais où s'organisent les départs et arrivées.  La nef centrale est sous un chapiteau articulé par des supports en fer qui retiennent une verrière de plus de 45 mètres de large pour une hauteur de 24,40 mètres. Une ouverture centrale permet de laisser s'échapper la vapeur des locomotives par le biais d'ailes latérales qui incluent des fenêtres qui se soulèvent par mécanisme électronique. Ainsi née la ventilation. Et de ce fait, la possibilité de faire transiter en même temps 6 voitures. La structure a été fabriquée à Madrid par le frère de Gasset et montait à l'aide d'un pont mobile soulevé par une puissante grue. Cette charpente fit honneur aux habitants de Valence qui eurent l'honneur de dépasser les grandes capitales comme Paris, Berlin et Vienne tant par le volume que l'harmonie. L'emblème de la ville devint la gare par ces céramiques de qualité

 

 

Quant à l'horloge en bronze, elle devint l'emblème des chemins de fer du Nord entouré de son étoile à cinq branches portait par un aigle, image de la vitesse.

 

photo

  (clic sur photo pour lien site)

L'extérieur quant à lui semble plus d'Art Déco pour la symétrie de sa façade, constituée d'encadrements soulignés au décor plaqué sans aucune surcharge décorative. Elle est en forme de U et elle présente des motifs végétaux et fruitier composés de fleurs d'oranger, plante et orange en rappel aux ressources agricoles de Valence. Mais également, au blason de Valence, vous pouvez remarquer 4 bandes rouges sur fond or.

D_tail_mosa_que_Estacion_del_Norte__Valencia_ESPAGNE

De part et d'autres de l'entrée, vous pouvez admirer un panneau constitué de mosaïque, oeuvre du peintre José Mongrell.

  (clic sur photo pour lien site)

 

Le bâtiment peint en jaune est orné sur les hauteurs de céramiques vertes et de quelques panneaux dont la conception revient à "Trencadis mosaïque" et à "José Mongrell". La céramique est un secteur industriel important dans cette ville.

 (clic sur photo pour lien site)

Le corps central qui marque l'entrée est orné d'une horloge pour marquer les départs et les arrivées. Elle dénote dans sa structure bercée de rubans floraux que l'art est singulier. Au dessus, on remarque au passage qu'elle est couronné d'un aigle sculpté. Sur les façades latérales de la bâtisse émergent des donjons avec d'amusants décrochements de toiture. Chaque pignon est 

D_tail_architecture_Estacion_del_Norte_Valencia_ESPAGNE

Cet ensemble extrêmement préservé est un des chefs d'oeuvre de Valence, de style 1900, qui doit trouver son origine lors de l'exposition universelle de 1889.

Sur la gauche, les arènes à quatre niveaux trônent sur la place "Plaza de Toros"  qui sont inspirées du "Colisée de Rome".

A 200 mètres, l'Hôtel de ville sur la place "Ayuntamiento" est un édifice de 1915.

 

Vous pouvez prolonger cette visite en vous attablant dans ce joli restaurant du même style "Chez Canayar" qui se situe derrière la gare. Mais pour s'assoir, n'oubliez pas de réserver tant il est apprécié pour son décor et son menu gastronomique. 

Architecte

Demetrio Ribes Marco est né en 1875 à Valence et mourut en 1921. Il fit sa formation à Madrid. Il fut nommé l'architecte des chemins de fer de la Société du Nord (Ferrocarriles del Norte) en 1902. Il s'installe à Valence en 1912. Ses oeuvres sont à mi-chemin entre le modernisme et le prélude du rationalisme. Il construisit en autres, les bureaux pour la gare Principe Pio de Madrid, la gare Villanova de Barcelone, les Arènes Xativa, les boutiques Ernesto Ferrer, l'asile de la marquis San Joaquin et bien d'autres bâtiments ou propriétés comme les villas sur la plage de Malvarrosa. Il introduisit le béton armé à Valencia pour défendre une architecture moderne basée sur les besoins fusionnels et fonctionnels.

Mais il était également photographe amateur.

Construction  (voir site)

 

Situation

Cette ville était entouré d'un fleuve "La Turia". Suite aux inondations, il a été détourné et dans son lit asséché, un ruban de jardins est né -Les jardins de Monforte-. 

Valence est la troisième ville d'Espagne derrière Madrid et Barcelone. Elle fut fondée par les romains en l'an 138 avant J.C., puis envahie par les musulmans.

Sa démographie est important car on dénombre en 2010 : 900 000 habitants.

Valence est la symbiose entre l'Art Nouveau et les bâtiments avant-gardistes de l'architecture contemporaine.


 A voir 

Place de la Vierge
Marché Central (art nouveau catalan) -1928-
Le marché colon ou gare centrale
Eglise Santa Catalina (baroque)
Les tours de Los Serranos
Le Miguelete, tour de 50,85 mètres de haut avec 207 marches qui est le clôcher emblématique de la cathédrale
Lonja de la Seda (gothique) -Bourse du commerce et de la soie- (patrimoine UNESCO)

Musée de la céraminque ou Palais du Marquis de Dos Aguas
La banque
Les jardins de la Turia
La cité des Arts et Sciences (construction de Santiago Calatrava)
Le musée océanographique (oceanografico) avec un parc marin avec aquarium
Le Palais des Arts Reina Sofià >> Opéra de Valence (architecte : Santiago Calatrava -2004-)
L'hemisfericLe port
Le bâtiment "Veles e Vents" de David Chipperfield
La plage "Malvarrosa" 
El Cabañal, village de pêcheurs, quartier des gitans est à admirer pour ses maisons couvertes d'azulejos. 
Les jardins botaniques. 

Fête de Saint Joseph "Las Fallas", du 15 mars au 19 mars. Lors de la Saint Joseph, ils sont brûlés à minuit (appelé "Cremà")

Fête Batalla de las Flores qui se déroule le dernier dimanche de juillet avec un défilé de chars fleuris et lancer de pétales dans les rues.


Autres gares "Art Déco"

Union Station, gare de Washington - USA

Artistes

José Benlliure (1858-1937), peintre académique renommé fit aménager une demeure en 1880. Vous pouvez la visiter, elle est devenue un musée et elle abrite une exposition des oeuvres de Peppino et Mariano Benlliure, frère et fils du maître. L'atelier du peintre est au fond d'un luxuriant jardin où l'on retrouve avec nostalgie ce décor restait inchangé.

 

Recommandé

Chocolate à la taza con churros 

La horchata, un jus sucré laiteux composé d'un tubercule brun, le souchet.

L'agua de Valencia, cocktail à base de Cava (ou champagne), jus d'orange, Vodka et gin, créé en 1959 par Constante Gil au café "Madrid" de Valence

Arnadí gâteau à base de  courge, patate douce et d'amandes

Tendance

Le quartier Ruzafa investi par les artistes avec ces bars branchés est l'ancien quartier musulman

Pour s'y rendre

Calle Xátiva 24
46007 Valence, Valencia ((Valencia-València) 

Ou dormir

Casa Azul
Calle Pallafox, 1 (face au marché central)reservas@lacasaazulvinosandrooms.com
www.lacasaazulvinosandrooms.com

3 chambres atypiques dont une :

  • parmi les plumes, les chandeliers et les damas de la Borgia (hommage aux papes valenciens) 
  • une autre parmi l'exubérance asiatique de soieries et de lampions qui évoque l’escale de Valence sur la route de la soie,
  • et la dernière dans une monochromie en bleu de Klein avec la Lluna de Valencia, qui, au plus près des étoiles, surplombe les toits de la ville.

    La réception est une œnothèque qui vend le bon vin de la maison, des livres et des revues d’art.

 

BIOGRAPHIE

Voyage à Valencia ESPAGNE en novembre 2011

..................................

Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais
Parution : 7 mars 2012

Mise à jour  : 14 mars 2012

                 Répondre                         

 

 <<Précédente  |AAccueilSuivante >>

Posté par PASPERDUS à 01:00 - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

11 février 2012

La terre et les semailles

 

 <<Précédente | AAccueil | Suivante >>

Enluminure_Eve___la_pommeMes ancêtres ont caché dans la terre le mot partage. 

Et la récolte fut à son image. Les générations précédentes ont semé le désiquilibre. Chaque nouveau rang de descendants produit cette graine qui germe et éclate chaque membrane.

Ainsi chaque génération récolte le fruit défendu.

Je ne situe pas encore depuis quels aïeuls ceci perdure. Mais je comptabilise que déjà mes grands-parents gardaient cette terre profane. Ma mère a gardé cette théorie, c'est l'héritage.

J'ai observé durant ma petite enfance ce monde parallèle et de cette terre fertile, je me suis déracinée. Mes sens se sont développés, je visualise chaque partie de mon corps et j'ai la capacité à chaque saison, à chaque moisson d'arrêter les battements de mon coeur que j'identifie autres que les battements physiques.

"La vie est dans la mort, la mort est dans la vie" J. Prévert

Cette terre nourricière est l'embryon de la moisson. Elle se passe de génération en génération et fossilise les non-dits. C'est un territoire maîtrisé que j'ai arpenté durant ma tendre jeunesse. Aujourd'hui encore, il attise les convoitises.

De guerre lasse, je me suis retirée.

 


"Je vis cette faucheuse..."

Victor Hugo, Les contemplations, IV-XVI



Précédent      I   -
La veillée recomposée- (essai)
Suite à venir   III -Saint Jean d'été- (essai)

 

BIOGRAPHIE

Essai 

..................................

Traduction  : Français,  Allemand,   AnglaisArabe,  Hollandais
Parution : 11 février 2012

Mise à jour  : 11 février 2012 

 

 

 

                 Répondre                           

  <<Précédente | AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 23:19 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 février 2012

La veillée décomposée

 

<<Précédente | AAccueil | Suivante >>

 

Enluminure_Chastet____LuxureLe sommeil fuyait de mes yeux, l'atmosphère s'inondait d'inattentions, la tension baissait au risque de s'étouffer. S'endormir sans y réfléchir. Je le désire.

Devant moi, j'en suis quasiment certaine, la mort est là. Celle qui nous sépare et nous réunit.

Mes premiers pas d'adulte se faisaient en damier, comme un jeu de "d'âmes" ou d'échec. J'avais perdu l'homme, le pion indissociable de la famille, le père.

Le trouble, le supplice extrême se présentaient comme une guillotine. Sa vie s'était retirée, arrachée en débris sur le bord de la route.

Ce grand malheur de ne pouvoir être seul, vient qu'il n'a pas su rester dans sa chambre et de sa sortie, il a fait rentrer la mort, les retrouvailles et les souvenirs effacés. L'ordre des événements est l'héritage anticipé.

Je suis parmi ces devinettes, ces histoires de famille dont la trame parfois usée laisse apparaître le jour. Tandis que son âme s'élève, j'attrape froid sur mes lèvres qui tendent à extraire un dernier souvenir par ce baiser sur la tempe.

J'écoute sans entendre, sans rien attendre car il est dit qu'il ne reviendra plus. C'est la levée du corps vers le néant dans l'inclémence du ciel qui nous plombe de ses rayons et de douleurs. Le cortège s'étire emmenant au passage les voisins, les amis, les badots, le clergé jusqu'à ce pavé de terre travaillé qui exhume l'odeur "Poussière tu reviendras". 

Tristes les regards, ces masques cloisonnés le temps de la cérémonie.

Sur la tombe d'à côté, j'aperçois Marie et je me retourne, pour voir mon oncle Joseph. Ou est donc passé Jésus, cet homme itinérant qui a laissé sur la route, mon père.

 

Le soleil ce jour-là s'étalait comme un ventre
Qui saignait lentement sur le ciel
La lumière est ma mère ô lumière sanglante
Les nuages coulaient comme un flux menstruel

(...)

Merlin et la vieille Femme, §1,  in Alcools.

Guillaume Appolinaire

 

Suite -La terre & les semailles-

 

Un accident de la route mortel hier sur la route d'Agde dans l'Hérault. Vers les 5 heures du matin, une voiture a quitté la chaussée et s'est encastrée dans le rail. Le conducteur est décédé sur le coup. L'automobiliste était âgé de 42 ans.

BIOGRAPHIE

Essai 

..................................

Traduction  : Français,  Allemand,   AnglaisArabe,  Hollandais
Parution : 3 février 2012
Mise à jour  : 3 février 2012 

 

                 Répondre                           

 

 <<Précédente | AAccueil | Suivante  >>

Posté par PASPERDUS à 20:26 - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 janvier 2012

La solitude remarquée

 

 <<Précédente | AAccueil | Suivante >>

Dans le clair obscur de ce début d'année, les rues, désertées des festivités passées, laissent apparaître des passants qui, dans le quotidien passé, ne se voyaient pas. 

Ces grandes personnes dont le poids de l'âge n'équivaut pas le poids de leur solitude sont présentes et abandonnées de leur histoire, quasiment de leur vie par les proches éloignés et la société.

Expression"L'enfer est tout entier dans ce mot : solitude." Victor Hugo

Ces moments exceptionnels que sont les fêtes de Noël ne les ont pas épargnées. La "Poste" certe regorge de petits cadeaux mis en attente de leur venue. Cet élan de générosité, brèche dans le quotidien qui marque l'absence de compagnie est le paroxysme de cette époque illuminée qui donne des douleurs plus aiguës que leurs membres enchâssés dont les déplacements sont de plus en plus compliqués.

Ces veillées sont le rappel du premier Noël sans leur conjoint, de la perte d'un enfant ou de leurs absences. Noël autrefois était fondé sur l'inorité qui est le principe de la solidarité des très jeunes générations envers les générations plus anciennes pour partager leur espace et les prendre en charge. Permettre aux personnes âgées d'amorcer ce virage sans chuter est important. L'isolement affectif est une évidence et devoir affronter seul une rupture avec la trame de sa vie : départs de conjoint, des frères & soeurs, des voisins, des amis, des enfants... est très difficile et les pertes s'accumulent.

 

Expression"La solitude du vieillard, n'est que la loupe grossissante de la solitude de l'homme dans le monde contemporain." Renée Sebag Lanoë

 

Rare sont les personnes qui goûtent le bonheur des souvenirs passés et en comblent leur sentiment de solitude.

L'idéal n'existe plus, les leçons de vie sont remplacées par la télévision et autres médias. Les statistiques affichent que plus on est âgé, plus la personne souffre de solitude par le manque d'autonomie du à une santé physique chancelante et l'absence de tous contacts. Plus de la moitié des 80 ans sont seuls et au-delà de 85 ans, seul 1 contact par jour est mis à l'évidence. 17 à 20 % de la population a plus de 65 ans et est appelée "Senior". Ce phénomène s'accroît dans les grandes agglomérations, plus que dans les zones urbaines. En France, chaque année, quelques 300 personnes d'un certain âge se suicident silencieusement. Le suicide est l'une des dix causes les plus fréquentes de décès d'une personne âgée. La présence d'autrui est donc d'un grand secours face à ce chiffre.

Le rôle économique de notre société valorise la jeunesse par sa productivité et met au rebus, de la scène sociale, les inactifs inadaptés comme les personnes âgées qui les prive de ce fait du réseau social habituel et nécessaire, au même titre que les handicapés et les chômeurs. La retraite est un changement de statut où on est vite évacué du circuit, il faut laisser l'opportunité aux gens de faire le choix, de s'accepter ainsi et d'assumer et apprendre à être pleinement soi. L'âge, notre horloge biologique est là pour nous le rappeler.

De plus, la solidarité humaine est remplacée par des sociétés de services sociaux qui nécessitent des économies pour les personnes du troisième âge.

Expression Crise de l'emploi, crise du sens et crise du lien social

Souvent l'indifférence est accompagnée d'une approche infantilisante qui enlève le droit aux "vieux" de se prendre en charge. C'est l'absence de dialogue qui se charge de ce mal supplémentaire.

La solitude peut être un besoin. On peut être seul en présence de quelqu'un, du moment qu'on est en harmonie avec soi-même et les autres et capable de jauger l'équilibre de sa personnalité : force et faiblesse du MOI (donc pas angoissé du présent comme de l'avenir). Chaque individu se réalise, se sent en vie, sait se raisonner et peut organiser sa vie. Ainsi, il est apte à traverser l'expérience d'une vie en solo. Apprendre à se tourner vers les autres et avoir des contacts sociaux lui permet de puiser dans ses ressources pour surmonter les passages à vide. Les ressources ne se tarissent pas avec l'âge.

Expression "La solitude cela s'apprend"

Les liens sont distendus par le fait que la famille s'éclate, se recompose et vit dans des maisons, voire des appartements de plus en plus exigus. C'est une mutation profonde à laquelle on peut rajouter une évolution de l'espérance de vie qui fait ressortir que trois ou quatre générations sont présentes.

L'amitié reste le seul moyen de disperser la hâte de mourir elle aussi.

De nombreuses associations tendent à enrayer ce fléau des personnes isolées comme le Secours catholique, le Secours populaires, l'Armée du salut, SOS Amitié, l'Ordre de Malte, etc. 


Expression"Je vis dans une solitude qui est douloureuse dans la jeunesse,
                mais délicieuse dans les années de maturité"
 
Albert Einstein

J'ai vu dans des maisons de retraite, des personnes abandonnées à tel point qu'il fallait trouver dans l'urgence des vêtements pris sur le vif lors d'un décès d'une chambre d'à côté. J'ai entendu des grabataires ânonner le nom de leur enfant. J'ai senti la solitude peser sur leur canne par manque de soutien. Je ne suis pas allée à la rencontre de ce monde caché car je n'ai pas passé le seuil de cette villa de belle allure où à travers la fenêtre éclairée j'aperçois chaque jour cette tête blanche qui n'a de cesse de regarder les passants.  Heureusement, vous me direz, elle n'est pas isolée.

Expression "L'indifférence frôle l'insensibilité" Louis Plamondon

 

_

Tout cela pour rebondir sur une histoire culte en Allemagne "Dinner For One" (le dîner en solo) dont le film  est un plaisir que s'offrent les allemands lors de la Saint-Sylvestre.  Court métrage produit par une chaîne allemande en 1963 où une personne âgée "Miss Sophie" fête ses 90 ans avec ses amis, hélas décédés. C'est le majordome de la Lady anglaise qui est censé les incarner tous – et porter un toast, pour les quatre absents, à chaque plat, ce qui va bien entendu le conduire à une certaine ébriété.

Voici une satire du film allemand culte qui circule depuis quelques jours sur YouTube. La vieille dame est représentée par Angela MERKEL servie à table par son Majordome Nicolas SARKOZY.

Cette parodie intitulé "Euro top ou Euro pour quiconque" met en exergue Nicolas Sarkozy (France) qui incarne un valet ivre d'être commandé par "Miss Sophie" sous l'apparence de la Chancelière Angela Merkel (Allemagne). Nicolas SARKOZY se fait passer pour ces amis imaginaires. Angela MERKEL reçoit ses invités : l'ancien Premier ministre grec : Georges Papandréou, l'ancien Premier ministre espagnol : José Luis Rodriguez Zapatero, puis Sylvio Berlusconi et le Premier ministre britannique, David Cameron PM qui sont tous personnifiés par Nicolas SARKOZY. S'en vient un dialogue ou Cameron dit "Vous apparaissez plus jeune que jamais" en anglais, puis en allemand "Vous apparaissez plus riche que les Etats-Unis" et Mme MERKEL rétorque lors d'un toast "N'oubliez pas que nous parlons allemand en Europe". Mr SARKOZY tourne autour de la table de plus en plus ivre. Ils portent des toasts à la santé des chefs de gouvernement européens disparus. A la fin, il l'escorte à sa chambre qui demeure à l'étage en lui promettant de lui donner son "Triple A".

Ce "remake" est produit par un comique Udo Eling de l'émission matinale Morgenmagazin de la chaîne publique ARD. Dans ce pastiche, les personnages en Nicolas Sarkozy et Angela MERKEL ont été superposés sur les acteurs.

La version originale de l'auteur Heinz Dunkhase est traditionnellement diffusée sur plusieurs chaînes allemandes lors du réveillon du jour de l'An depuis 1972 et a gagné en popularité jusqu'en Scandinavie. Elle dure 18 minutes.

C'est la comédienne "Mai Warden" qui joue "Miss Sophie" qui reçoit ses quatre amies les plus proches à l'occasion de son 90ème anniversaire. Mais parce qu'elle a survécu à tous, "James" son Majordome joué par Freddie Frinton, usurpe l'identité de chaque invité de plus en plus ivre.

Le site de télévision NDR en Allemagne propose les recettes des mets servis.

En 1988, le sketch est inscrit dans le livre Guiness des records comme la production télévisée le plus souvent rediffusée au monde.


Clic sur l'image pour consulter la vidéoDinner_for_One

C'est sur un blog bilingue de l'Alsace qu'il a été trouvé sous-titré. 

 _

Et pour conclure cette thématique, la population en France viellit et avec l'âge les français deviennent inquiets des mots symboliques EURO =CRISE.

Classification

Le troisième âge : 65 à 89 ans

Les jeunes vieux : 65 à 75 ans

Les vieux : 75 à 85 ans

Les vieux vieux : au delà de 85 ans

Le grand âge : > à 90 ans.

Définition

Solitude : état de personne seule.

Mais on retrouve ce mot dans le manque de sentiment et d'esprit d'appartenance (Erich From).

Ne pas confondre isolement (manière d'être physiquement) et solitude (état psychologique et affectif).

Senex (mot latin) :  vieillard

Geron, Gerontos (mot grec) : vieillard

Âgisme : mot discriminatoire pour présenter des personnes âgées.

BIOGRAPHIE

Essai d'actualité sur la Société.

Reportage inédit sur la presse à scandale.

 

..................................

Actualités
Traduction  : Français,  Allemand,   AnglaisArabe,  Hollandais
Parution : 4 janvier 2012
Mise à jour  : 4 janvier 2012 

 

                 Répondre                           

 

 <<Précédente | AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 16:27 - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 décembre 2011

Les chaussures italiennes de Henning Mankell

 

<<Précédente | AAccueil | Suivante >>

Titre original : Italienska skor

Les chaussures italiennes Henning MankellQuatrième de couverture

A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l'archipel. Depuis qu'une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s'est isolé des hommes. Pour se prouver qu'il encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s'y immerge chaque matin. Au solstice d'hiver, cette routine est interrompue par l'intrusion d'Harriet, la femme qu'il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer. Le temps de deux solstices d'hiver et d'un superbe solstice d'été, dans un espace compris entre une maison, une île, une forêt, une caravane, Mankell nous révèle une facette peu connue de son talent avec ce récit sobre, intime, vibrant, sur les hommes et les femmes, la solitude et la peur, l'amour et la rédemption.


Profil

La lecture permet de suspendre le temps et dans cette particule, j'y trouve des moments essentiels avec la magie des mots. Je remercie chaque écrivain pour m'avoir fait découvrir son style.

"J'aime mieux être lu plusieurs fois par un seul qu'une seule fois par plusieurs" Paul Valery


Avis d'une lectrice

Unique ! à la découverte de Mankell qui signe là un de ses meilleurs romans.

Dissertation sur une vie, un rappel sur le passé pour rentrer dans le présent avec une autre vie. De cette ambiance sombre il porte l'espoir dans un rythme naturel de la vie privée de chaque personnage.

Un cadre de vie si brillamment décrit avec des personnages qui ponctuent son équilibre d'être seul sur son île de la Baltique à l'abri de tout contact humain. L'arrivée au solstice d'hiver d'une femme étrange brise sa solitude choisie et fait remonter à la surface de cette glace : la peur, les regrets, le malaise, la fureur pour céder progressivement à la rédemption et reprendre les rennes de sa vie (Nous sommes en Scandinavie, pour les rennes).

Mankell est inattendu car il se détache de ses romans policiers pour nous révéler un roman sur l'équilibre du personnage principal face à sa solitude et l'errance personnelle. Il émaille son récit de descriptions sur le "climat". Le personnage principal intègre son corps après avoir creusé chaque matin un trou dans les eaux glacées ou il pénètre pour recevoir la vie.

"Je vais faire aujourd’hui ce que je fais tous les jours en hiver. J’enfile un peignoir de bain et des bottes coupées, je prends la hache et je descends jusqu’au ponton. Il me faut peu de temps pour creuser mon trou, vu que la glace n’a jamais le temps de bien se reformer à cet endroit. Puis je me mets nu et je m’immerge. Ça fait mal, mais à peine suis-je ressorti de là que le froid se transforme en chaleur intense. Je descends dans mon trou noir pour sentir que je suis encore en vie. Après le bain, c’est comme si la solitude refluait un peu."

Ce roman a des effluves très nordiques avec le froid, la solitude, la forêt, des personnages atypiques souvent à la dérive, en rupture avec la société, pris dans leur solitude. Des dialogues plein d'humour malgré un thème profond sur la recherche de soi, qui peut paraître sombre mais Mankell par son écriture maîtrisée lui donne une nuance unique sur le temps, sur l'errance et l'acceptation qui font de ce roman une découverte. Il fait ressortir qu'il est plus facile de se perdre dans soi-même que dans une forêt.

"C’est difficile d’avoir pour plus proche ami quelqu’un qu’on n’aime pas."

Des passages rappellent l'approche Bergman, notamment la fête organisée à la demande d'Harriet, scène qui donne le ton au film "l'heure du loup" du film de Bergman. Son style est dépouillé avec une construction traitée comme une intrigue policière.

 "Le feu brûlait encore au crépuscule. J’ajoutais de nouvelles bûches, je remuais les cendres. Louise a apporté un plateau de nourriture. Nous avons bu ce qui restait du cognac et nous avons vite été ivres. Nous pleurions et riions de chagrin, mais aussi de soulagement parce que les tourments d’Harriet étaient enfin terminés. Louise était plus proche de moi maintenant que sa mère n’était plus là entre nous pour me rappeler mon abandon. Nous étions assis dans l’herbe, appuyés l’un contre l’autre à regarder la fumée du bûcher funéraire s’élever et disparaître dans le noir. »

Une scène mémorable est la découverte d'un vieux créateur italien qui confectionne des chaussures sur mesure "haute-couture" qui vit au fin fond de la forêt au milieu de son atelier. Il lui offre une paire pour que l'homme blessé n'offense plus ses pieds.

L'irréel avec la fourmillière qui envahit le salon, grignote l'espace et qui se juxtapose sur la vie qui prend lentement le dessus sur la mort.

On y retrouve des personnages blessés physiquement et psychologiquement décrit avec beaucoup de retenu, sans voyeurisme ou vulgarité. Le manque se décuple en force pour nous livrer des personnages atypiques et attachants.

Un livre rare et magnifique, avec une très bonne traduction de Anna Gibson.


Biographie

 Henning Mankell Portrait

Il existe deux voire trois Henning Mankell. Le premier était compositeur pour piano aux XVIIème siècle (1868-1930), d'origine suédoise, connu sous le nom d'Ivar Henning Mankell (son grand-père) et celui dont je m'attache à vous décrire a deux facettes : l'écrivain à polars et l'écrivain de romans dont j'ai parlé plus particulièrement car je n'ai jamais lu encore de ses polars.

Né à Harjedalen au centre de la Suède, le 3 février 1948, sous le nom de Henning Georg Mankell. Abandonné jeune par sa mère Ingrid Birgitta Bergström (1922-), il est élevé par son père Ivar Henningsson Mankell, juge d'instance à Sveg. Il a une soeur aînée Ingrid Helena Mankell (1945-) et un frère Gustav Ivar Mankell (1949-). Ses parents divorcent en 1950.

Son arrière arrière grand-père est Johan Herman Mankell (1763-1835) est né à Niederasphe en Allemagne. Il fait une carrière musicale au Danemark. Il s'est marié deux fois et fut le père de 13 enfants dont 1 enfant illégitime. Ils s'appelaient Georg Mankell (décédé après sa mère), Louise Amalia Mankell (1806-1806), Friedrich Ferdinand Mankell (1807-1807), de la première épouse Johanna (née Keiser) Mankell (+1839), puis vint Friederica Amalia Mankell (1814-1889)...   Entre 1780 et 1799, il voyage en Hollande. Il fait partie de l'église morave. Il s'est battu contre la France en 1792 à la bataille de Valmy. 

Ses arrières grand-parents sont Emil Theodor Mankell (1834-1899) et Sofia Amalia Häggström.

qui ont eu trois enfants Gustaf (1865-xxx), Emil Gunnar (1866-1932) et Ivar Henning Mankell (son grand-père). Les trois enfants sont pianistes. En deuxième noce, il épouse Sara et ils ont une fille Anna Mankell (1880-1926), professeur de langues.

Son grand-père, Ivar Henning Mankell (1868-1930) est également violoniste amateur, écrivain et artiste. Il a étudié au conservatoire à Stockolm de 1887 à 1893. Il écrit en 1893 "Une vie" qui raconte les luttes d'un artiste. Il peint sous l'influence de l'impressionisme français. Il est décrit comme solitaire, personnage timide se préférant seul avec son piano ou dans la nature. Il épouse en 1905 Agnès Karolina Lindblom. Ils eurent  trois enfants dont Ivar Henningsson Mankell (son père) (1906-1972), Sigrid Mankell (1908-1980) et Birgit Agnes Helena Mankell (1918-). Il est nommé en 1917 membre de l'Académie Royale de Musique.

Son nom Mankell n'est pas d'origine suédoise. Ses ancêtres ont immigré du Schleswig-Holstein en Suède au XIXème siècle.

Il grandit à Sveg (Härjedalen), puis à Boras (Västergötland).

De par l'éducation de son père athé, il ne fut pas instruit au catholicisme. De sa grand-mère, il prit le goût de l'écriture et dès l'âge de six ans, il veut devenir écrivain. A sept ans, il écrit son premier roman, une parodie de Robinson Crusoë qu'il décline sur deux pages. Ces lectures durant ces vacances à Gryt l'amènent à rêver de voyages en Afrique, décrit comme un continent lointain explorer par tant d'auteurs.

Il ne reverra sa mère qu'à l'âge de quinze ans.

Il est le gendre d'Ingmar Bergman, dont il a épousé en seconde noce, sa fille Eva. De sa vie privée, il ressort qu'il s'est marié quatre fois et donc divorcé 3 fois. De ses enfants, je ne vous conterai rien.

Il partage son temps entre la Suède et le Mozambique.

A seize ans, en 1964, il quitte son lycée et son pays. Il embarque pendant un an comme marin. Il débarque en France en janvier, gare du Nord et s'installe à Paris "la ville où l'on devient écrivain". Il trouve un emploi à Belleville dans un atelier pour réparer des clarinettes, puis dans un champ de courses où il est chargé de l'entretien des chevaux. Ces petits boulots lui permettent de payer son loyer 2 rue Cadix, près de la porte de Versailles. La nuit il confit ses écrits à son journal de bord qu'il ne publiera jamais.

Ses livres de prédilection sont d'auteurs tels qu'Albert Camus, 

A l'âge de 17 ans, il débute sa carrière comme assistant-metteur en scène au Riks Theater de Stockholm. 

1968, présent devant les barricades à Paris. Il en garde un souvenir impérissable, une cicatrice sur la tête suite à un coup de matraque donné par un policier.

A cette même période, il a milité contre la guerre du Vietnam.

En 1970, il s'installe en Norvège et devient le compagnon d'une norvégienne, membre du Parti Communiste maoïste. Il prend part à certaines activités, sans prendre la carte.

Quelques années plus tard, à la mort de son père en 1972, âgé de 24 ans, son rêve d'Afrique le poursuit. Il part dans le Zambie avec pour première destination la colonie portugaise : Guinée-Bissau. Il a l'impression d'y être familier.

Il quitte à moitié la Suède pour cette Afrique où il devient chef département du théâtre de Växjö. De ce continent qui l'isole de ses origines, il recueille avec assez de recul les observations sur son pays natal qu'il égrène dans ses histoires qui font sa célébrité dans le monde entier. Ses romans sont vecteurs de critique de la société comme d'autres auteurs qui le précédent tels que Maj Sjöwall et Per Wahlöö. Ses polars sont considérés comme la continuité de la saga de Martin Beck écrite entre 1965 et 1975 par le couple Maj Sjöwall et Per Wahlöö.  Mankell utilise toujours les mêmes règles pour pointer du doigt son inquiétude sur l'avenir de la Suède et du Monde qu'il répète à chaque nouveau roman, comme un message.

En 1985, il s'installe à Maputo dans le Mozambique.

1989, il revient en Suède après un séjour de deux ans en Afrique. Il avait pris l'habitude de vivre 6 mois dans un pays, puis 6 mois dans l'autre. Or, il découvre après deux années consécutives en Afrique, le changement opéré dans la société suédoise qu'il s'inspire pour écrire Wallander et inviter le lecteur à s'associer à son étonnement sur le changement de modèle suédois qui rejette les traditions et donc, les bannis de la société.

Passionné de théâtre, il a ensuite dirigé une scène de la province de Scanie. Cette occupation fait qu'il ne publie aucun livre entre 1984 et 1990.

Il se fait connaître pour ses polars avec la série Kurt Wallander qui met en scène un inspecteur du même nom et ses enquêtes qui débutent en 1991, série d'une douzaine de polars.

 

Il a reçu le prix "Nils Holgersson" en 1991, mais également l'Académie suédoise lui a décerné le Grand prix de la Littérature Policière - Le prix "Mystère de la Critique".

Il poursuit ses écrits avec des livres de jeunesse, des romans sur l'Afrique, sur les problèmes de société et plus tardivement des pièces de théâtre. 

Il dirige depuis 1996 une troupe professionnelle "Teatro Avenida" à Maputo (Mozambique où il vit une partie de l'année) qu'il finance par ses droits d'auteur. 

Il est fan de romans noirs latino-américains.

Il a créé sa propre maison d'édition "Léopard Förlag" en Suède et réinvestit les revenus de ses romans policiers dans la publication des talents émergents d'auteurs du tiers-monde : africains, asiatiques.

Création d'un atelier d'écriture "Memory Books" qui permet aux malades du Sida de laisser à leurs enfants un témoignage de leur existence, seulement des mots en héritage.

Il est également connu en tant qu'auteur engagé et ses opinions sur "l'Aparthied israelien" qu'il dénonce et qui le pousse à la lancer le challenge du boycott culturel et universitaire d'Israël en réfléchissant d'interdire la traduction de ses livres en hébreu pour censurer l'Etat au travers de ses lecteurs qu'il prendra de ce fait en otage. Il n'a de cesse de rappeler que les gens se réfugie dans la religion pour se protéger, de cette peur de l'avenir. Trouver refuge dans la religion c'est vivre dans l'illusion du paradis pour éviter la peur de l'autre, l'étranger, ce bouc émissaire. La haine interdit de réfléchir que l'Islam baigne notre culture européenne. Le conservatisme comme le fascisme naît de la peur.

Il sauve un journal de gauche norvégien de la faillite en achetant pour 50 000 SEK d'actions de Klassekampen.

Il a été retenu en le 31 mai 2010 sur un des six navires de la flotille humanitaire internationale en faveur de Gaza, attaquée par des soldats israéliens et qui provoqua une dizaine de victimes. Mankell avait embarqué en mai 2010 sur le HMS Sofia, avec 480 autres militants en direction de Gaza, pour transporter 10 000 tonnes de produits à destination des territoires occupés. Il publie le 5 juin 2010, un récit de cette expérience dans les plus grands journaux dont Libération (France), El Pais (Espagne), La Republica (Italie), The Toronto Star (Canada), The Guardian (Royaume Unis) et Dagbladet (Suède). Voir document

Mankelle est un ancien Maoïste.

Mankell "Top des meilleures ventes" : soit 5% des ventes annuelles de polars sur le marché, juste après Fred Vargas.

Son livre sera adapté en film en 2012 par le réalisateur Kenneth Branagh qui a jeté son dévolu sur deux comédiens de renom Judi Dench et Anthony Hopkins. Le tournage est programmé pour fin 2012.

Voir son .

 

Du même auteur

  • Le mineur de pierre (1972)
  • Bersprängaren (1973), son premier roman où il véhicule une critique de mode de vie suédois à travers l'acteur principal Oskar Johansson
  • Meurtrier sans visage (1994) ou Mördare utan ansikte (1991, son premier roman traduit par Philippe Bouquet)
  • 1. Les chiens de Riga (2003) ou Hundarna i Riga (1992)
  • 2. La lionne blanche (2004) ou Den vita lejoninnan (1993)
  • 3. L'homme qui souriait (2005) ou Mannen som log (1994)
  • 4. Le guerrier solitaire (1999) ou Villospår (1995)
  • 5. La cinquième femme (mars 2000) ou Den femte kvinnan (1996)
  • La muraille invisible (2002) ou Brandvägg (1998)
  • La Pyramide (pas encore traduit) ou Pyramiden (1999) qui comprend cinq nouvelles
  • Avant le gel (paru le 6 septembre 2005) ou Innan frosten (2002)
  • Les morts de la Saint-Jean (2001) ou Steget efter (1997)
  • Labyrinten (2000, non traduit en français)
  • Le retour du professeur de danse (2006) ou Danslärarens återkommst (2000)
  • Profondeurs (2008) ou Djup (2004) ouvrage dans lequel l'auteur médite sur le mensonge en entremêlant divers genres et passe ainsi du théâtre au roman policier,
  • Le fils du vent (2004 ) ou Vindens son (Titre original)
  • Tea bag (2007) (2001 titre original)
  • Le cerveau de Kennedy (2005) ou Kennedys hjärna (Titre original)
  • L'homme inquiet (xxxx) où le lecteur retrouve Wallander, retraité mais toujours prêt à s'investir dans une nouvelle affaire,
  • Le chinois (2008)
  • les enquêtes policières de l'inspecteur Kurt Wallander et ses collègues de la police d'Ystad
  • Le retour du professeur de danse (2000) (traduction en 2010)
  • Daniel (1er septembre 2011)
  • Le roman de Sofia (traduction d'Agnès Segol & Marianne Segol-Samoy, compilation de trois ouvrages : le Secret du feu, le Mystère du feu,  la Colère du feu qui ont été édités en France en 1998, 2003 et mai 2011) 

 Détective Wallander par_Kennet_Branagh

Kenneth Branagh dans la peau du détective Wallander

Lecture pour enfants 

  • Le secret du feu (1995),
  • La Société secrète (1998),
  • Le chat qui aime la pluie (2000),
  • Le Mystère du feu (2003).

Pièces de théâtre :

  • Apelsinträdet (1983)
  • Alskade sister (1984)

 

Vu à la télé

La grande librairie : entretien avec François Brusnel

Festival de littérature palestinienne du 23 au 28 mai 2009

Invité au Salon du livre à Paris en 2011, du 18 au 21 mars 2011, rencontre avec le public le samedi 19 mars à 15 heures.


Les éditions

Livre Les chaussures italiennes Henning Mankell

 Les chaussures italiennes traduit du suédois par Anna Gibson
 de
Mankell, Henning    Gibson, Anna (traducteur)
 Editions seuil - 2009
 
ISBN : 9782020944656
 Parution : 8 octobre 2009
 Genre : roman étranger
 Pages : 341
 Prix éditeur : 21,50 euros

 

Extraits

"Il y a une beauté spéciale qui n'appartient qu'aux femmes trés âgées. Dans leurs rides sont inscrits toutes les marques, tous les souvenirs de la vie écoulée. Je parle des femmes trés agées,celles dont la terre réclame déja le corps."

 

"Je suis sorti sur la jetée. Le vent était frais. J’ai perçu l’odeur salée de la mer malgré la glace épaisse. Des lampes disséminées éclairaient le port, où quelques bateaux de pêche solitaires flottaient contre les pneus de protection.

J’attendais la lumière du jour pour entreprendre la traversée. Comment j’allais me débrouiller avec ma vie, après tout ce qui s’était passé, je n’en avais aucune idée.

Là, tout à coup, sur la jetée, j’ai fondu en larmes. Chacune de mes portes intérieures battait au vent, et ce vent, me semblait-il, ne cessait de gagner en puissance. »



Autres auteurs nordiques

Jorn Riel, Herborg Wassmo, Lars Gustafsson (la mort d'un apiculteur)

 

Notes personnelles

  • Comment ai-je choisi ce livre ? le net est une belle approche pour trouver des genres différents et c'est sur le blog "Rose & Gris, au gré de mes envies" que j'ai découvert l'envie. Il fait partie d'une série assez noire avec Sukkwan Island de David Vann, Julius Winsome de Gérard Donovan d'auteurs différents mais qui après l'étonnement de l'histoire, m'ont fait découvrir d'autres horizons.
  • Lecture de novembre 2011
     
  • Recherche de Mankell sur le moteur de recherche Google

 

Vous aimerez peut-être

 

Voir les titres des romans de ma liste d'auteurs lus 

 

 (clic sur photo pour lien)

 

L'ombre du vent

LagrandmeredeJade

Le_jardin_des_secrets_de_Kate_Morton

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise

Le mec de la tombe d'à côté de Katarina MAZETTI

La vie rêvée des plantes de Lee Seung U

L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon

La grand-mère de Jade
Frédérique Deghelt

Le jardin ds secrets
Kate MORTON
Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
Le mec de la tombe d'à côté
Katarina MAZETTI
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

 

 


Connaissiez-vous ?

Critique & avis
Les lecteurs en parlent sur leur blog : 

Polar, noir et blanc
LIVRogne

Les lectures de Lili    
Miss Alphie, croqueuse de livres
Tu lis quoi ? Le blog avec plein de livres à l'intérieur 
Mazel

Petites madeleines, blog de lectures, de coup de coeur et de petits bonheurs... 
A propos de livres,

Dans la bibliothèque de Noukette... 
Romans et lectures (Blog de lecture) 
Les coups de coeur de Géraldine
The Buried T
alent 
Les livres du jardin d'Asphodèle
Les pages de lecture de Sandrine
Delphine's Books & more
Cuneipage 
Moi, Clara et les mots 
Audouchoc
Les livres de l'Arrajou >> La pyrénéenne

Lectures pêle-mêle de Marie
Les écri
ts d'Antigone
S
ur la route de Jostein, Voyage au fil de mes lectures...
Le blog de Dasola
 

Les fanas de livres
Littérature et chocolat
Voyager par les livres 
A sauts et à gambades
Le blog de Yv... 
Le goût des livres
Voyelle et consonne 
Les mille et une pages de Somaja
Le vent sombre

...................................

Traduction  : Français,  Allemand,   AnglaisArabe,  Hollandais
Parution : 4 décembre  2011
Mise à jour  : 4 janvier 2012

 

 

 

                 Répondre                           

 

  

 <<Précédente | AAccueil | Suivante >>