Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

06 février 2016

Le silence du Roc de Saint-Jean-de-Buèges

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

Distance à plat de 8,2 km
Difficulté : aucune. Une petite balade de 3 heures environ
Localisation : Hérault

ITINERAIRE 

Carte de Saint Jean de Buèges

Du roc de Trécastel, vous apercevez la Buèges, cette rivière au pied du rempart. La Buèges est un affluent de l'Hérault. La Buèges donne son nom à trois hameaux : Pégairolles-de-Buèges, Saint-Jean-de-Buèges et Saint-André-de-Buèges. Sa source est située près de Pégairolles-de-Buèges. Elle se jette dans l'Hérault, au niveau du hameau d'Embougette.

La bise roule sur la pierre et nous surprend naïvement. C'est l'hiver.

 

Tour à Saint-Jean-de-Buèges

 

ExpressionUn poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves.
   Seules les traces font rêver
"
   René Char


Ce dimanche 17 janvier, la lune se mousse et vient à la rencontre du soleil. Elle est pleine de cavité et tout autour, du blanc qui contraste avec le ciel bleu. C'est beau, simple et bouleversant.

 

Saules à la Buèges

 Saules

 

Mais c'est à travers les champs dont les vestiges ne sont que restanques, oliveraies et muriers que je vous amène. Sur le sentier qui longe la Buèges, la vue s'impose sur cette barrière qu'est la Séranne. Cette roche est vieille de 145 millions d'années et fut formée sur une barrière de corail. Elle s'étend sur 25 km entre Brissac et Arboras. Une sorte de frontière qui sépare Le Larzac de la plaine de l'Hérault et de la Buèges.

Son plus haut sommet est au-dessus de Saint-Jean-de-Buèges et se nomme "Le Roc Blanc". Haut de 942 mètres, cette falaise attire les grimpeurs car elle jouie d'un bon ensoleillement et est abritée du vent. Les voies sont le "Pilier du chateau", le "Pilier W", "Face S", etc. La face W du Roc de Tras Castel  est convoitée. De nombreux itinéraires sont tracés pour maintenir l'escalade à un haut niveau.

Les calavens, mot languedocien, veut dire aven. Ces orifices sont masqués par le maquis.

 

Temps à Saint-Jean-de-Buèges

Le site est apaisant, un havre de paix en hiver et un petit coin de paradis qu'en vient les beaux jours avec ses eaux indolentes, limpides, couleur émeraude. La rivière semble immobile et les frondaisons des arbres s'y reflètent.

Les saules, les aulnes, les peupliers ont envahi les rives et leur ombre protège des ardeurs du soleil, l'été.

 

Globulaire alypon
Globularia alypum

 

La Buèges, cette veine de la terre, abreuve les terres de ses limons fertiles. Elle est domestiquée par l'homme, avant de continuer son voyage et rentrer dans le cycle sans fin de la terre et du ciel.

En 1795, Gabriel Crespin exploite les houillères. La garrigue qui n'était jusque là que le domaine des bergers se clairsème. Les charbonniers italiens élirent cette terre, après la Première guerre mondiale. Des générations de bouscatiers ont façonné la garrigue. Les reliefs deviennent blancs par le calcaire dénudé. A leur départ, le chêne "Kermès" a couvert le sol et les sangliers y sont venus pour manger les glands.

 

IMG_0997

 

Cet oasis est du à un fond calcaire qui détourne les eaux par des fissures et crevasses. L'eau est capturée et circule alors dans un réseau souterrain. Une eau de source qui surgit au pied d'un monde karstique, du sommet de Peyre Marine. L'eau est pure, fraîche et tout au long du cours se dépose du tuf qui forme des cascatelles, sorte de petits bassins naturels qui s'enchaînent tout le long du cours d'eau et invitent à la baignade.

 

Limpidité de la Buèges

 

Après le pont romain de Vareilles, derrière les saules, elle s'infiltre dans la roche calcaire qui est poreuse. Son lit asséché garde le secret de ce vallon sauvage. Ce petit pont sans âge a été conçu par l'homme et uniquement pour l'homme. Les voitures ne peuvent l'emprunter. Sur le parapet, je m'abandonne à regarder le mouvement des saules. L'hiver leur donne toute leurs splendeurs, le rouge vibre au soleil. Couleur de sang qui s'infiltre sur l'eau, dans l'eau comme des lambeaux sanglants qui flottent. Ils se mirent jusqu'à perdre leur ombre, l'ombre devise avec la lumière. L'eau est restitué au niveau de la résurgence des Cent Fonts.

Le retour s'impose et nous vous conseillons de traverser le pont de Vareilles pour longer l'autre rive, afin de revenir sur vos pas par l'autre chemin. Vous laissez donc le hameau d'Embougette qui est juste avant le pont.

 

Pont de Vareilles

 

A l'arrivée, la visite de ce village médiéval offre le repos tant mérité. Le chateau de Baulx prend des teintes, dans ce pays de soleil. Je profite de la quiétude du soir qui magnifie les lieux. Les éclats de lumière sont moins drus que l'été. La lumière du jour se retire, s'attarde sur ces murs, éteint les feux, peuple d'ombre les feuillages qui donne une présence au coeur de l'hiver. La douceur de ces murs est sur le point de s'éteindre et pourtant la couleur se révèle.

La tour de guet du XIIème siècle permettait de renforcer la surveillance et la protection du village. Le château fut restauré en 1991. Sur le rempart crénelé, on aperçoit un hourd en bois, sorte de machicoulis.

 

Chateau de Baulx à Saint Jean de Buèges

 

Le Garrel, ce petit ruisseau qui serpente dans le village est un affluent de la Buèges.

 

Ruisseau
Le platane de Saint Jean

L'été, l'ombre des platanes est bienfaitrice. Les maisons rappellent l'époque florissante des filatures qui travaillaient pour Ganges.

Un puits le long de la Buèges laissent la trace de ce passé.

Les maisons sont désertes, comme la place et les rues où vivaient les hommes aux siècles derniers. Ici, c'est la solitude, c'est le silence. Aussi aride que les rectangles de champs qui renferment quelques canaux abandonnés en leur état.

Au coeur du village, l'ancien relais de poste fait office de bistrot. Il se nomme le "Bar du chateau". Ces salles sont voutées et préservent l'ambiance, tandis que sur la place, la terrasse est érigée à l'ombre des platanes centenaires.

Un des portails se courbe, comme les maisons qui serpentent autour de la rue qui monte au chateau, aujourd'hui restauré.

Porte à Saint-Jean-de-Buèges

 

Tout proche de l'église, un bassin entre trois murs. A son centre, une colonne surmontée d'un chapeau pyramidal. Il est surnommé "Lo Grifou" peuttre à cause de la gargouille qui rejette son eau ? Mais il sert de lavoir et est classé du XIIème siècle. L'eau est d'une très grande pureté. Va savoir, si c'est parce qu'elle est contre l'église.

 

Bassin

 

L'église est à nef romane à trois travées et une travée de choeur. La pierre est grise, voire bleutée. Deux clochers la surmonte. L'un est orné d'un campanile, tandis que le second érige une flèche et est surnommé le clocher des pénitents.

 

Le terroir à Saint-Jean-de-Buèges

Deux dolmens subsistent à Saint-Jean-de-Buèges. Ils sont désignés sous le nom"Dolmen de Pioch Narras I & II".

Pour y aller

De Montpellier, prendre la D986 en direction de Ganges. Entrez dans Saint-Martin-de-Londres et prendre à gauche, la D4 vers "Causse de la Selle". Après le hameau, le Frouzet, le barrage du Moulin de Bertrand, Au niveau du carrefour, continuez tout droit vers Saint-Jean-de-Buèges.

Carte IGN au 1/25 000ème : 2642ET

 

Autre promenade
Falaise du Cayrelet, piste de la Sauvie et sentier des crêtes pour rejoindre Peyre Martine (782m)
Combe de Natges avec son puits en forme de cavité profond de 20 mètres.
Grotte de Cistéragne

 

Bibliographie

Randonnée en janvier 2016

 

.......................

 

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

 

 

 

Vous aimerez peut-être :  

La Maison Carrée

Monument aux morts de Lodève

Roue___aube___Rue_des_Teinturiers___AVIGNON

Photo_206 St_Gilles_Abbatiale_04_Impasse_des_Pas_Perdus  
La Maison Carrée
-NIMES-
A l'ombre de la conscience de Paul Dardé... Rue des Teinturiers
ou le passé retrouvé -AVIGNON-
Lamanon ou le pompon du platane Mémoire de Saint-Gilles
(Gard)

 

 

...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : Samedi 6 février 2016
Mise à jour  : 6 février 2016


                 Répondre                        

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>


08 janvier 2016

Fragments de Saint-Pétersbourg

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

Pétrograde, hier. Aujourd'hui, c'est Saint-Pétersbourg avec la Néva sans les Tsars.

Pierre Le Grand a décidé que la capitale serait sur la Néva et se nommerait par son Saint Patron : Pétersbourg (Saint Pierre). Il l'a rêvé et a créé Sankt-Petersbourg sur les rives de la Mer Baltique.

Armoiries de la Russie

Représentées par un aigle d'or bicéphale, repris de Bysance mais dont la symbolique représente la Russie de l'Europe et d'Asie. L'aigle tient le pouvoir et le sceptre entoure un écu de couleur rouge sur lequel figure l'image de Saint Georges qui terrasse un dragon.

La russie couvre 17 millions de km2 ce qui représente 31 fois la France. Sa capitale est Moscou et est la ville le plus peuplée du pays. Au niveau tourisme, l'exemple est pris sur la France qui est le pays le plus visité du monde. Si l'allègence se faisait au niveau des visas, la Russie pourrait escompter une ouverture plus fluide et donc espérer une croissance de son tourisme. La Russie recèle des trésors historiques qui font la part belle à la gastronomie, une des curiosités étonnantes à ne pas manquer !

 

Expression" En vérité, nous vivons ici dans un paradis. "
Pierre le Grand, 1706


 

C'est l'hiver, et nous entreprenons notre voyage à Noël. Cette destination m'était secrète, je l'attendais, dans le creux de ma mémoire, ce fut un cadeau enchanteresque. Le réveil du rêve, c'est ouvrir ses yeux sur cette vision qui quitte la pensée pour s'éclairer devant le somptueux, le féérique.

Je couche ces lignes, pour me souvenir de cette destination ravissante. Je songe à ma surprise devant cette ville qui représente le génie de cette nation avec sa grande avenue Nevski au goût esthétique et qui scintille de mille éclairages en cette période d'hiver. L'oeuvre de Pierre Le Grand est aussi majestueuse que les oeuvres recelées dans le Musée l'Ermitage. L'avenue est parsemée de palais dans les styles baroque ou néoclassique conçus par l'architecte Francesco Rastrelli, de cafés aux souvenirs des années folles qui rappellent la frivolité, la légereté de ce modèle romantique qui s'oppose au "puritanisme" des Moscovites.

Mais cette année, l'hiver a perdu le Nord. Les Slaves prennent le soleil sur le chemin de ronde, statufiés comme les sphinx qui ornent la jetée. Le mythe de la ville gelée, dont les eaux solidifiées ont permis de créer cet empire semble incongru avec le réchauffement climatique.

Cathédrale Saint Sauveur sur le Sang Versé
Cathédrale Saint Sauveur vers le Sang Versé

Auparavant, la Russie était un pays presque entièrement construit en bois. C'est au Règne de Pierre 1er le Grand, que Saint-Pétersbourg fut édifié en pierre, soit au XVIIIème siècle en l'an 1703. Elle fut construite au fond du golfe de Finlande, à l'emplacement d'un fortin suédois. En 1713, elle devient la capitale. Le delta est divisé en plusieurs îles de tailles différentes qui s'inondent lors de la débacle. Il a fallu draîner, abattre la forêt marécageuse, creuser des canaux, construire, avec des briques ramenées de Hollande. L'ensemble ordonné sur des pilotis quadrillé par des canaux et plus de 600 ponts.

Fenêtre OpéraFenetre de l'Opéra de Saint-Petersbourg

Une ville a plusieurs noms qui lui prévaut la définition de palimpseste.

 

 

ExpressionTout peut changer à Pétersbourg, hormis son climat.
I. Brodsky, Guide d'une ville re-nommée


 

Une ville maritime et opposée à la terrienne Moscou.

Mascotte de Noël de l'Hôtel Kempinski à Saint-Pétersbourg
Hôtel Kempinski à Saint-Pétersbourg

Tsaritsyne fut fondée au XVIème siècle à la confluence de la rivière Tsarista et du fleuve Volga, dans le sud de la Russie. Son nom veut dire "rivière jaune", dans la langue tatare.

Pouckine décrivait cette vie mondaine au mouvement lyrique dans ses poésies. Le faste des palais, des théâtres qui présentent les créations artistiques au fur et à mesure des changements de saison font la métamorphose de cette ville. Son rêve est isomorphe à la réalité de notre siècle et de mes propres rêves. Le rêve où s'endort chaque soir ma pensée, représente les pin-up du milieu sensiblement libéral qui laissent traîner derrière elles, un léger parfum de scandale du aux moeurs jugées très libres pour l'époque. Elles font partie des nombreuses campagnes menées pour l'émancipation des femmes, lesquelles ont eu des répercussions quelques années plus tard, en 1917 par des grèves qui entrainèrent la Révolution Russe.

Hôtel KempinskiHôtel Kempinski (Saint-Pétersbourg), entrée
Accueil chaleureux, personnels qualifiés, prestations à la hauteur de nos attentes.

 

L'on dit que les ouvriers bolcheviques furent des abeilles laborieuses pour la création de cet empire qu'est Saint-Pétersbourg. Dévoué, le peuple russe et sans limite, à son Tsar. Il ne faut pas oublier que cette ville est bâtie sur des pieux et qu'il y a plus de morts de la population civile dans ses fondations que de pieux. Sa relative notoriété fut donc construite au détriment de l'humain.

 

ExpressionLe communisme, disait le camarade Vladimir Ilitch,
c'est "le pouvoir des Soviets plus l'électrification de tout le pays".


 

Je rôdais parmi les tableaux de l'Ermitage, l'éducation artistique est primordiale en Russie. La musique est souvent invitée à accompagner les soirées, les cérémonies officielles de la famille impériale. Sa grande richesse vient de Catherine II qui a rassemblé autant d'oeuvres des artistes de son temps.

Nicolas II prit le titre de souverain, après le décès de son père Alexandre III, de la famille Romanov. Alexandre II sucomba en 1881, il est le père de Nicolas, son fils aîné, et d'Alexandre III. Le premier monarque fut "Ivan le Terrible" Ivan IV Vassiliévitch (1530 1584) de la dynastie des Rurikides, avant la deuxième dynastie des Romanov, en 1613. Son pouvoir était sans limites, en s'appuyant sur des groupes sociaux inférieurs. Il a traversé les siècles par son image de souverain sanguinaire. Poutine a le goût de cet état fort que symbolise "Ivan le Terrible" au XVIème siècle.

 

Tableau de l'Ermitage, Nicolas II à Paris Tableau de l'Ermitage, Visite russe à Paris

Visite de Nicolas II, tsar de Russie, le 7 octobre 1896 à Paris pour inaugurer le pont Alexandre III et cimenter l'alliance  franco-russe.

Avant Ivan le Terrible, il y avait "Vassili III" dont le père était Ivan III.

Les Russes ont conscience du devoir. Je l'ai considéré dès mon arrivée par la gratitude des gens dans la rue à vous aider à trouver une adresse, à vous diriger, à vous accompagner pour que votre voyage soit le plus réussi.

Tableau de l'ErmitageReste à déterminer le nom ?

Le palais du prince Félix Youssopov fait partie de notre visite. Le moine Grigori Lefimovitch, alias Raspoutine, était un jeune "moujik" (paysan de Sibérie). Il eut un destin tragique car il fut assassiné par les aristocrates dans le palais du prince Félix, en 1916. Ce pélerin aux cheveux hirsutes, à la longue barbe et aux yeux clairs était guérisseur. Dôté d'un grand pouvoir de séduction, il était le confident d'Alexandra Feodorovna, épouse de l'empereur Nicolas II. Il connut le couple impérial le 1er novembre 1905 car il fut convoqué pour soigner leur fils Alexis, héritier du trône, atteint d'hémophilie chronique. Sans aucune formation médicale, sa force et son emprise, servirent de méthode qui dépassait bien sur le cadre médical. Sa compréhension à la nature humaine tenait de traitement sur la famille Romanov. Raspoutine soignait Alexis par hypnose et obtint l'admiration de la tsarine, devant les médecins de la cour incrédule. Raspoutine fut considéré comme un faiseur de miracles et pour faire plaisir au tsar, changea de patronyme pour devenir "Novykh", l'homme neuf ! Il semble qu'il atteint la grâce divine par le péché qui fut dénoncé par la chrétienté. Il acquit la notoriété qui lui permit de gérer l'Eglise, et de ce fait, les ministres. Le moine fut détesté de tous. A la tête du complot se trouvait le Prince Félix Youssopov, époux de la nièce du Tsar. Youssopov invita dans la nuit du 29 au 30 décembre 1916 Raspoutine, chez lui. Dans son cellier, il présenta du vin et des gâteaux empoisonnés à son hote. Le poison n'eut aucun effet ! L'hyperacidité de Raspoutine contrecarra le cyanure. Youssopov prit conseil et présenta un crucifix à Raspoutine d'une main et de l'autre, lui tira dessus. Le mort fit un soubressaut et empoigna Youssopov qui fut pris de panique. Avec l'aide de ses complices, il enveloppa le corps et ils l'amenèrent jusqu'à la Neva qui était gelée. Trois jours plus tard, son corps fut retrouvé et l'autopsie démontra que l'eau dans les poumons prouvait qu'il était encore vivant qu'en il s'était noyée d'hypothermie. Le 3 janvier 1917, il fut enterré dans le domaine du palais royal. Le mois suivant, la Révolution éclatait en Russie et son corps fut exhumé et brûlé le 22 mars 1918.

1914 date qui sonne le glas dans tous les états. Moscou devient la capitale. La ville quitte le nom de Tsaritsyne et devient "Petrograd".

Horloge au Paon (Méacanisme au Musée de l'Ermitage)
Horloge au paon est animée par trois animaux de grandeurs naturelles (paon, coq et hibou). Le mécanisme fut conçu par James Cox vers 1775 au Royaume-Uni.

 

La famille royale est destituée du pouvoir par les Blovcheviques (Lénine), capturée et exilée par les forces révolutionnaires. Ils furent amenés dans la maison du Gouverneur, puis massacrés dans les caves de la villa Ipatiev, à Ekaterinbourg, en Sibérie, le 16 juillet 1918. Olga, Tatiana, Maria, Anastasia et leur frère Alexis Nikolaïevna Romanov ont succombés au même titre que leur parents.

Le dernier des Tsars et sa famille rentrait dans l'histoire. C'est la fin de la dynastie Romanov qui régnait de façon absolue sur la Russie depuis 300 ans.

Un des canaux, le Pont de la BanqueDroles de créatures qui couronnent la culée du pont de la Banque (Bankovski), nom donné car le bâtiment en face était la Banque des Assignats, devenue un des bâtiments de l'Université d'Etat d'Economie de Saint-Pétersbourg. Il est orné de griffons aux ailes d'or, leur tête est surmontée d'une lanterne et leur bec maintient les chaînes métalliques du pont. Ces statues sont l'oeuvre de Pavel Sokolov qui fut aussi l'auteur des Lions, du pont aux Lions et des Sphins, du pont égyptien. Le pont fut construit en 1836, par l'ingénieur Tretter, il est magnifique et donne la vue sur la Cathédrale-St-Sauveur-sur-le-Sang-Versé.  Ils se situent sur le canal Griboïedov, construit en 1826.
Les pattes des griffons ont la vertue d'apporter de l'argent aux personnes qui les touchent ! Ainsi sont'elles brillantes.

 

 


La plupart des nobles russes furent exilés en Europe. L'aristocratie était formée de princes et autres parents de la famille régnante.

1924, mort de Lénine et de Petrograd qui ressuscite en "Leningrad", la ville de "Lénine". L'URSS se termine et laisse une ville sombrée dans l'oubli jusqu'en 1991.

Epicerie fine Elisseïev, épicerie fine. Architecture de style "Art Nouveau" de 1901

1925, la prénomme "Stalingrad" (ville de Staline). Les allemands s'en emparent de 42 à 43. 900 jours de siège, les personnes meurent de froid et de famine.

La deuxième guerre mondiale la nomme martyre avec 900 000 morts. Le siège durera trois ans. La patrie des grands esprits est courageuse et s'imposera à nouveau au monde avec sa renaissance.

Colonne rostrale à Saint-Pétersbourg
Colonne rostrale sur la Néva

1961, "Stalingrad" coule au profit du fleuve "Volga" du temps de Khrouchtchev. La ville prend le nom de "Volgograd" (ville de la Volga), nom aussi donné à la forteresse du temps des Tsars. Tchernenko soumit plusieurs projets pour renommer la ville.

Avec l'arrivée de la République Poutine, l'avènement de Saint-Petersbourg s'octroie la magnifiscence. Elle se détache du présent par le génie de cette cité de pierre qui a produit un miracle par son style d'architecture. La lumière brille d'or des joyaux du patrimoine et les éclairages font fi de l'hiver et lui donne le titre d'une ville lumineuse.

Cathédrale Saint-Isaac

Il faut donc attendre 1991 pour que Leningrad reprenne son ancien nom "Sankt-Petersbourg". Valdimir Poutine est né à Leningrad et sous sa présidence, Saint Petersbourg fête son tricentenaire en 2003. Glorifiée Saint Petersbourg retrouve le faste d'antan, celui de la Russie éternelle et des Tsars.

En 1979, les corps furent découverts. En 1991, les tests ADN prouvèrent que les squelettes étaient bien de la famille Romanov. Mais c'est en 2007 que les corps d'Alexis et Maria sa soeur, furent retrouvés dans la forêt de Koptiaki, un peu plus loin de la première fosse.

Ils furent enterrés en la chapelle Sainte Catherine, de la cathédrale du fort Saint-Pierre-et-Paul, 80 ans plus tard. Leur martyre est fêté le 17 juillet.

Mammouth de + de 400 000 ansMusée Zoologique de Saint-Pétersbourg a le plus vieux mammouth de 400 000 ans

 

Bibliographie

Voyage du 21 au 28 décembre 2015

Cathédrale de Saint-Sauveur-vers-le-Sang-Versé
Cathédrale Saint-Sauveur-vers-le-Sang-Versé

 

A voir également, (à venir sur ce blog, les liens non mis à jour actuellement)

Le Musée de l'Ermitage (ancien Palais d'Hiver de Catherine II    Visite I & aile "Etat Major Carlo Rossi" Visite II)   A voir I
Place du Palais

Cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé avec le Christ Pantocrator  A voir II
Cathédrale Saint Isaac
Cathédrale Saint Nicolas des Marins (ou Nikolski)      A voir VI
Cathédrale "Notre Dame de Kazan"
Cathédrale de la Trinité
Cathédrale de la Transfiguration
Eglise "Notre Dame de Vladimir"
Eglise "Tchesmé"
Cathédrale Saint André

Le Palais Youssopov  (voir Raspoutine)   A voir III
Le palais de Peterhof
Le Palais "Tsarskoïe Selo" (de Catherine)
Le Palais Menchikov    A voir VII
Palais Mikhaïlovski (Musée russe) avec le jardin d'été
Maison de Pouchkine  A voir V
Palais d'été de Pierre Ier
Maisonnette en rondin de Pierre Le Grand
Palais de Marbre
Palais Oranienbaum (Lomonossov)
Palais Gatchina (demeure de l'Empereur Paul I)
Chateau des Ingénieurs

Musée zoologique avec le plus vieux mammouth de 400 000 ans

La statue de Pierre le Grand ou "Cavalier de Bronze" Медный всадник
Statue de Nicolas 1er (place cathédrale Isaac)
Statue de Catherine II, place Ostrovski
Statue Empereur Alexandre III
Statue de Pierre 1er (fort)
Statue d'Alexandre Pouchkine (parc Mikhaïlovsky)

Quartier Rossi
Parc zoologique

Les colonnes rostrales avec la Néva et le Dniepr
Colonne d'Alexandre
Colonne de la Gloire

Le croiseur Aurore
La Laure Saint Alexandre Nevski (monastère) et son cimetière

Pont du Lieutenant-Schmidt avec les Sphinx de Saint-Petersbourg
Les lions de Mandchourie
Fort Saint Pierre et Paul, sur l'ile aux lièvres
Pont Saint Jean
Pont aux lions sur le canal Griboïédov
Pont Anichkov
Pont Panteleïmonovsky
Pont Troïtsky
Pont Lviny
Pont Dvortsovy
Pont Petra Velikogo
Pont Lomonossov
Pont bleu
Pont rouge

Théatre Mariinsky   A voir IV
Théatre Mikhaïlovski
Théatre Moussorgsky

Jardin botanique
Batiment des douze collèges
Le Champs de Mars (cimetière)
Place du Travail
Golova dans le parc de la Résidence Serguiyevka
8 juin, journée mondiale des chats pétersbourgeois
Canal Catherine
Métro de Saint Pétersbourg
Magasin Elyseev
Souvorovtsy, jeunes élèves de l'école militaire Souvorov
Restaurant "Oudatchny vistrel" 3, Gorokhovaya oulitsa, Saint Petersbourg, RU
Restaurant "NEP" (années folles)
Restaurant "Sadko"
Salon de thé ancienne usine de machine à coudre Singer, style "Art Nouveau".
Bar "MixUp" dans l'hotel W pour les cocktails
Vodka au Caviar Bar du Grand Hotel Europe, 17 Mikhailovskaia

 

.......................

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

Vous aimerez peut-être :  

La Maison Carrée

Monument aux morts de Lodève

Roue___aube___Rue_des_Teinturiers___AVIGNON

Photo_206 St_Gilles_Abbatiale_04_Impasse_des_Pas_Perdus  
La Maison Carrée
-NIMES-
A l'ombre de la conscience de Paul Dardé... Rue des Teinturiers
ou le passé retrouvé -AVIGNON-
Lamanon ou le pompon du platane Mémoire de Saint-Gilles
(Gard)

 

 

...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : Vendredi 8 janvier 2016
Mise à jour  : 8 janvier 2016


                 Répondre                        

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

Posté par PASPERDUS à 13:13 - Carnet de voyages - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

23 novembre 2015

Esprit d'hiver de Laura Kasischke

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

Esprit d'hiver de Laura KasischkeAuteur : Laura Kasischke

Genre : Roman
Editeur : Christian Bourgeois
Date de sortie :
Pages : 276
ISBN : 2267025221
Prix : 20 euros
Langue : français

Avis :   culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

 

Esprit d'hiver démontre comment notre esprit prédomine les autres fonctions et peut affecter la mémoire, voire la réalité du moment. En la personne d'Holly, un jour de Noël, seule avec sa fille "Tatty" dans sa chambre, nous assistons à son réveil physique. L'auteur nous prépare au même titre qu'elle, à accueillir les faits. Les invités se décommandent un à un face à la tempête de neige qui s'empare de tous ses sens. Holly cherche à s'en sortir, mais ce huis-clos est sans réponse car seule elle doit affronter les évènements de cette journée. Obsédée, elle transite entre ses souvenirs qu'elle se remémore depuis sa maladie héréditaire qui l'a fragilisée émotionnellement et qui a atteint sa féminité, jusqu'à l'adoption de sa fille Tatiana dans un orphelinat russe, il y a maintenant quinze ans. Elle se culpabilise.

Son réveil sera glacial, son passé proche, lointain et présent s'entremêlent et elle se prépare à accueillir les non-dits qui se dévoilent.

 

 

ExpressionA propos de Tatiana, Théodota (une infirmière de l’orphelinat) avait dit : « Non. Ne lui donnez pas un prénom russe. Donnez-lui un prénom américain. Où bien, elle reviendra »… les infirmières l’avaient baptisée Sally. Elles avaient expliqué à Eric et Holly : "on donne un prénom américain pour que, dans sa vie et dans sa mort, elle ne soit pas agitée en Amérique, ou qu’elle n’essaie pas revenir en Russie". page 21

 

Je n'ai pas été touchée par l'histoire car la personne d'Holly est un peu trop exacerbée et certains passages manquent de rythme à mon goût ce qui casse l'atmosphère tant recherchée. L'auteur distille peu de présent et on s'enlise par des redites sur le passé, des scènes sans intéret. Ces digressions rendent l'intrigue trop décousue et ce au détriment de la révélation finale, dommage.

Il a pourtant eu de bonnes critiques qui ont relevé mon envie de le lire.

 

Résumé

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d'angoisse inexplicable. Rien n'est plus comme avant. Le blizzard s'est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel...

 

Laura Kasischke

Laura Kasischke
Ecrivaine américaine, née en 1961 à Lake Charles en Louisiane.
Son père était postier et sa mère orthophoniste. Fille unique, elle passait beaucoup de temps à lire.
Wirginia Woolf l'a fait rentrer dans la littérature et reste son auteur préférée.
Les films de David Lynch l'étonnent par son art de l'étrangeté dans l'ordinaire.
En 1990, après ses études supérieures à l'Université de Michigan, elle entame une carrière littéraire.
Sa mère décède quand elle a juste 18 ans.
Professeure de littérature et d'anglais à l'Université Ann Arbor dans le Michigan où elle est installée. Elle est mère d'un garçon, vit dans une villa de bois rouge entouré d'un parc de cinq hectares et à une poule...
Son premier roman est publié en 1996.

Bibliographie

Lecture de novembre 2015

Liste de mes lectures "Lire et reliure"

 

.......................

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 

 Les_oreilles_de_Buster

La_voie_marion_de_Jean_Philippe_MEGNIN

Les_chaussures_italiennes_de_Henning_Mankell

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise


L'ombre du vent

La_vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

Les oreilles de Buster
Maria Ernestam
La voie marion
Jean-Philippe Mégnin
Les chaussures italiennes de Henning Mankell Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : Lundi 23 novembre 2015
Mise à jour  : 23 novembre 2015


                 Répondre                        

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 08:08 - Lire et reliure - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 novembre 2015

Le Père-Lachaise, le monde d'ombres de Paris

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

De passage à Paris, je n'ai pu résister à me heurter à ces nombreux hôtes dans ce musée de culture qu'est le cimetière du Père-Lachaise. Je suis rentrée dans ce passage où le temps s'est arrêté. J'ai mélangé mes pas à ceux inconnus pour traverser ce siècle et rejoindre chaque tombe jusqu'à la nuit qui pour eux est éternelle. 


Expression"Il n'y a pas de pas perdus»
Citation d'André Breton

 

 

Madame LESOT (1822-26 janvier 1859, à l'age de 42 ans), dite "Marguerite la cressonnière" est née Marguerite Guérinière Capenneterie. Artiste dramatique qui se présenta sur scène et joua la comédie. Femme libérée, elle écuma les plaisirs de la vie.

Le monument fut érigé par ses amis.

Mme Lesot
Division 12

 

 
Expression"Se souvenir est facile pour ceux qui ont de la mémoire.
  Oublier est difficile pour ceux qui ont un coeur"

de Gabriel Garcia Marquez

 

J'aspire par ce bel après-midi à un peu de solitude pour flâner en toute liberté et lire les épitaphes. Cette mémoire des mots de ces âmes parties rejoindre l'empire des cieux. Ces mots consolateurs qui accompagnent le glas éternel me fait penser que le cimetière semble un enclos où se réunissent ceux dont la mort vint les séparer.

 

IMG_7865

 

 

Allégorie de la douleur

Madame Gourlot, femme de peintre Louis-Sébastien Gourlot. Sur la tombe est inscrit que la statue représente la douleur sous les traits de sa femme.

Louis Gourlot est né en 1778. Disparait en 1816.

La statue fut érigée en 1816.

Expression"Par sa veuve désolée dont cette statue représente les traits"
Epitaphe de la tombe de Louis
-Sébastien Gourlot

 

Tombe de Mr Courlot
Division 11

Le cimetière est protégé par tant de verdure que la lumière caresse les stèles. J'en oublie tout les drames qui gisent dans l'éternel sommeil de ces noms connus. Sur cette terre gorgée de douleurs surgit des cathédrales en miniature ou dans l'antre, la lumière n'est que vitraux. Les arbres chantent et déposent l'automne tel un tapis de feuille.

 

 

 

Frise

Le serpent Ouroboros est un symbole antique qui représente un serpent qui mange sa queue. Il représente le renouvellement cyclique perpétuel de la vie et de l'infini, d'où la mort et la renaissance conduisant à l'immortalité.

Il est aussi utilisé comme un symbole de totalité, le mercure et la vérité. C'est aussi un des éléments de l'embleme de la Société Théosophique, ordre mystique fondé en 1875, non représenté dans ce cas là.

IMG_4375

 

 Les circonvolutions d'un serpent qui a des rayons sur l'enseigne d'un médecin représente la douleur.

 

Frise

 

 

 

 

Paul Vaudrey (1873-1951), sculpteur, a conçu ce monument qui restitue d'après photographie ce magnifique portrait en pied de Suzy Latron (1904-1932), née Gazard.

Mariée, morte à 28 ans.

Elle représente par sa toilette une époque que j'aime "Les années folles". A sa main, un livre en guise d'épitaphe.

 

Expression"Et Rose elle a vécu, ce que vivent les roses, l'espace d'un matin"
Epitaphe de la tombe de
Suzy Latron

 


 

 

 

 

Suzy Latron

 

IMG_4323

Frise

 

 

Le cimetière est constellé de vitraux qui agrémentent les chapelles privées. Les sujets les plus retenus sont religieux. Ils représentent des scènes de la vie du Christ ou Marie, mère de l'humanité. Les caprices du temps rendent nécessaire de les entretenir, car à leur tour, ils disparaissent pour l'éternité alors que certains sont signés des plus grands maîtres verriers de l'époque tels que Billard, Collinet, Champigneulles, Houzé & Reigneron, Jean-Pierre Mauméjean... 

IMG_4246 IMG_4359

IMG_4361 IMG_4398

IMG_4360 IMG_4265

IMG_4286 IMG_4322

IMG_4432 IMG_4283

 

 

 

 

IMG_4248

 

Frise

 

 

Je vais me recueillir sur 1804 d'entre elles, 1804 comme sa date de création. Chapelles, mausolées, édicules ou simples stèles livrent l'histoire de l'art avec ces différents styles, ces différents matériaux qui donnent des arabesques aux mosaïques, vitraux et autres matériaux. 

 

IMG_7893

 

 

Frise

 

 

A l'origine, l'illustre François d'Aix de La Chaise (1624-1709) dit le Père La Chaise, confesseur du roi Soleil y vint souvent dès 1675 jusqu'à sa mort. Il fut le confesseur du Roi pendant 34 ans. Il résidait dans la maison des Jésuites près de St Paul (aujourd'hui Lycée Charlemagne).Ne le cherchait pas dans ce cimetière, il est inhumé en l'église Saint-Paul  Saint-Louis, située dans le Marais à Paris.

Ce terrain de 17 hectares, perché sur une des sept collines de Paris, appelée "Champs l'Evêque" car elle appartenait dès le Moyen-Age à l'Evêque de Paris. Au XIIème siècle, la colline fut rebaptisée "Mont-aux-Vignes". Régnault de Wandonne, riche commerçant acheta en 1430 ce domaine pour y construire une "Folie" qui donna le nom à la rue "Folie-Régnault" (XIème arrondissement). Deux siècles plus tard, cette résidence fut acquise par les Jésuites qui en firent un lieu de repos et de convalescence. Le Comte de La Chaise, frère du Père La Chaise donna de nombreuses fêtes et contribua à embellir le domaine. Les jésuites durent vendre cette propriété en 1762, suite à une dette du Père Jacy. Divers propriétaires se succédèrent jusqu'à la vente faite par Louis Baron-Desfontaines au Préfet de Paris, afin d'y établir un nouveau cimetière dans le 20ème arrondissement, le cimetière de l'Est. Ceci en vertu de la loi de 1765 qui interdisait les cimetières en ville et afin de palier à l'absence de lieux de sépulture.

Napoléon Bonaparte qui était alors Consul ordonna que chaque citoyen puisse avoir le droit d'être enterré qu'elle que soit sa race ou sa religion. Ne cherchez pas sa tombe car même s'il émit le souhait d'y reposer, il n'y est pas !

Le 21 mai 1804 est ouvert le cimetière de l'Est, appelé "Père Lachaise".

 

IMG_7853

 

 La tombe la plus haute s'élève à 21 mètres. C'est dit qui dit mieux dans l'art funéraire ?

Frise

 

 

J'ai cru enfin trouvé Rousseau. Bien sur, il y en a plusieurs mais la tombe la plus simple est celle de Jean-Jacques Rousseau (1797-1858). Il est décédé le 15 aout 1858, à l'age de 61 ans. Mais je me retrouve dans une impasse, disons face à son homonyme ! Celui-ci, était Membre de la faculté de médecine de Paris. Médecin de la Comédie française.

Il repose avec Louis-Gustave Rousseau Pommière, docteur à la Faculté de Paris.

Jean-Jacques Rousseau, phylosophe a marqué mon avenir, disons maintenant une partie de mon passé ! J'ai adoré lire ses textes et je m'en suis imprégnée.

Jean Jacques Rousseau, médecin
Division 26

 

 

Frise

 

Je tenais à souligner que les photos me marquent sur les tombes. Une amie "Chantal" décéda à l'age de 18 ans, après avoir été accrochée par un chauffard. Sa moto fut retrouvée un peu plus loin et sa photo reste son éloge de jeunesse.

En voici une, happée trop tôt par la mort.

IMG_4386

 On s'imagine le avant,
sa vie parmi les siens

 

 

 

 

Frise

 

 

 

 

 

Frise

 

Un buste en terre, un buste en pierre.

La famille Scapini, Georges est sur la droite. Il était avocat et parlementaire, impliqué dans la Collaboration. Il fut mobilisé durant la 1ère guerre de 14 18 qui le marquera car il y perdra la vue.

 

Famille Scapini

Division 5

`

Frise

 

 

IMG_4230

 

 

IMG_4388

 

 Frise

 

Fernand Arbelot né en 1880 est décédé en novembre 1942, à Paris pendant l'occupation. Il fut architecte, musicien et acteur, mais l'on retrouve aussi qu'il fut Directeur de la banque "Westminster Foreing". Adolphe Wansart, belge d'origine, fut le sculpteur qui le représente allongé, en position mortuaire, tenant dans ses bras le masque du visage de son épouse qui sourit. La tombe fut faite en 1946. Ces obsèques ont eu lieu en l'église de Rueil Malmaison.

L'épitaphe attire mon regard car les histoires racontent que le mari organisa sa dernière demeure pour admirer le visage de son épouse jusqu'à la nuit des temps. Malheureusement, il décéda avant la fin des travaux et fut inhumé dans le caveau de sa belle mère décédée juste avant lui en 1941 à Ruel Malmaison. Sa femme poursuivit son idée qui se concrétisa en 1946. Elle décéda en 1947 et fut inhumée avec la diminution du corps de son mari et de sa mère alors exhumés pour la rejoindre au Cimetière du Père Lachaise. La sépulture comprendrait donc trois corps.

 

Expression"Ils furent émerveillés du beau voyage qui les mena jusqu'au bout de la vie"
Epitaphe de la tombe de Fernand Arbelot

 

 

Fernand Arbelot
Division 11

 

 

 Frise

 

Il ouvra ses portes le 24 mai 1804 mais les parisiens étaient réticents sur ce lieu... loin de Paris et résidence des pauvres. Le maire de Paris entâma une propagande et fit déplacer quelques sépultures telle que celle d'Héloise & d'Abélard, celle de Molière, ainsi que celle de Jean de La Fontaine, afin d'inciter les gens à prendre sépulture.

En 1830, 33 000 tombes furent dénombrées. Le cimetière s'agrandit à 44 hectares, 6 000 arbres, une volière et une centaine de chats. Les concessions à perpétuité rendent les monuments pérennes.

 

 

 

IMG_7914

 

 Frise

 

A l'emplacement de l'ancienne "Folie" se situe la chapelle.

A son centre, le mausolée de la Princesse Strogonoff-Demidoff (19ème division) est le plus imposant monument. Sur chaque coin cardinaux, des têtes de loup sont présentes.

 

 

 Frise

 

Je me dirigeai vers Zola et la "condition humaine" afin de m'imprégner de ses écrits pour cheminer dans ces allées entrelacées.

 

 

 Frise

 

Puis en redescendant, je rencontre la tombe d'Héloïse & d'Abélard. Héloïse est née en 1101, décédée le 16 mai 1164 au Paraclet, tandis qu'Abélard dont le prénom est Pierre, est venu au monde en 1079 au Pallet, près de Nantes et mourut le 21 avril 1142, près de Chalon-sur-Saône.

Il était venu étudier la théologie à Paris, alors que son père le destinait à une carrière dans les armes. Il préféra Minerve à Mars !

Devenu moine, il enseigna la théologie et la logique, vers l'âge de 37 ans. Le chanoine Fulbert lui confie donc l'éducation de sa nièce. Son élève n'a que 17 ans, en 1117, elle se prénomme "La belle Héloïse", fille de Montmorency.

Il loge chez le chanoine. Elle est célèbre pour sa connaissance de l'hébreu, du latin et du grec et se questionne sur l'existence humaine. Leur désir spirituel se métamorphose progressivement et ils ne peuvent résister à l'acte charnel. Ils eurent un fils qui se nomme Pierre Astrolabe et ils se marièrent en secret mais se perdirent car Abéliard fit le choix de poursuivre sa vocation.

Cet abandon engendra la colère de Fulbert, l'oncle d'Héloïse, qui mesure que cette répudiation doit être puni par là où il a péché. Il engagea deux hommes, avec la complicité d'un chirurgien, pour l'émasculer. Le Roi Louis VI fit châtier ces hommes par la loi du Talion, mais il est rapporté qu'ils eurent également les yeux brûlés et l'oncle demeura sans ressources, en le privant des revenus de l'église.

Auparavant, Abéliard fit rentrer Héloïse au couvent d'Agenteuil, afin de la protéger. Les lettres qu'échangèrent Héloïse et Abéliard sont aussi passionnées qu'émouvantes.

Abéliard trouva refuge auprès des Comtes de Champagne après avoir été chassé d'Ile de France. Les comtes lui léguèrent les terres de Paraclet. Abéliard semble errait encore de monastère en monastère... Héloïse trouva sa voie et devin abesse au couvent du Paraclet, près de Nogent-sur-Seine. Le secret de ce dévouement et de cet amour exclusif semble être enterré avec eux.

1129, Abéliard fonde l'Abbaye de Paraclet dans l'Aube, près de Nogent-sur-Seine. Mais le couvent n'a pas survécu aux siècles comme l'histoire tragique de leur idylle.

Abéliard, moine de Cluny, meurt à 63 ans, fatigué et malade. Il fut enterré à Saint-Marcel-lès-Chalon, alors qu'il souhaitait être exhumé au Paraclet. A cette date, Héloïse accepta de prendre pour époux, le Christ.

Héloïse meurt au Paraclet, à l'âge de 63 ans également, soit 22 après. Ces 22 ans qui font leur différence d'âge. A la demande de Joséphine Bonaparte, elle fut enterrée dans le même cercueil qu'Abéliard, quelques temps après afin de les réunir dans la mort. La légende qui traverse les siècles dit qu'il ouvra les bras pour l'accueillir.

Les restes d'Héloïse et d'Abélard furent transférés le 16 juin 1817 au Cimetière du Père-Lachaise. Sur le tombeau, l'on peut remarquer dans le bas relief, des représentations de pots en céramique, percés de trous d'aération qui permettent de brûler de l'encens pendant la cérémonie funèbre.
Division 7

Sur le fronton, leur tête se découpe.

 

Héloise et Abélard

 

 Frise 

 

Et je repars à la recherche de Balzac qui disait en citant le cimetière : "C'est une infâme comédie ! C'est encore tout Paris avec ses rues, ses enseignes, ses industries, ses hôtels ; mais vu par le verre dégrossissant de la lorgnette, un Paris microscopique, réduit aux petites dimensions des ombres, des larves, des morts, un genre humain qui n'a plus de grand que sa vanité".

Son buste fut exécuté par David d'Angers en 1844. L'original, en marbre, se trouve dans sa dernière maison à Paris, devenue musée (47, rue Raynouard  Paris). La reproduction est en bronze.

Sur sa stèle, un livre plume qui fait référence à son talent d'auteur. Au XIXème siècle, sur les tombes il y a très souvent ce genre d'information sur les monuments funéraires. Livre plume pour les écrivains, palette pinceau pour les peintres, lyre pour les musiciens, l'invention pour les inventeurs.

 

Honoré de Balzac Buste Honoré de Balzac

Division 49

Honoré de Balzac, Gérard de Nerval (1808 1855). Son corps fut retrouvé pendu un matin d'hiver à une grille de la rue de la Vieille Lanterne, aujourd'hui disparue. Elle se situait au niveau du square de la Tour Saint Jacques.

 

 Frise

 

 

 

Victor Noir (92ème division), m'arrête tant sa tombe semble visitée. Il est là couché, à nu. Il fut assassiné par le neveu de Napoléon, Pierre de Bonaparte, à l'âge de 22 ans, ce qui le fit interrompre sa carrière de journaliste à la "Marseillaise" pour séjourner dans l'au-delà.

Des histoires se colportent qu'il exerce toujours car, il aiderait les femmes peu fertiles, par ses pouvoirs. 

 

Victor Noir

 

Victor Noir, de son vrai nom Yvan Salmon, né le 27 juillet 1848 à Attigny (Vosges) et mort à Paris, le 10 janvier 1870. Sa sépulture fut réalisé par Aimé-Jules Dalou, gisant en bronze où Noir apparaît, comme il fut trouvé suite au coup de feu. Le corps sans vie, les mains qui se détachent, la bouche ouverte sur une dernière parole, son chapeau à ses pieds, il gît le gilet défait, laissant apparaître sa force sur le pantalon lustré. On dit que Victor Noir devait faire noce le lendemain et que ce malheur lui attribue des pouvoirs secrets.

 

  Frise

 

Je redescends vers un attroupement pour découvir "L'hymne à l'amour" des français, la chanteuse la plus populaire connue sous le nom d'Edith Piaf. De son vrai nom Giovanna Gassion, née le 19 décembre 1915 à Paris, elle s'éteint le 10 octobre 1963 à Plascassier dans les Alpes-Maritimes. Artiste française, elle cumule les succès dont "La vie en rose", "Milord", "La foules", "Mon légionnaire"...

Elle repose avec son dernier époux Théo Sarapo.

Edith PiafDivision 97

 

   Frise

Henri Salvador, est non loin, juste devant Edith Piaf.

 

Expression"Je veux quelque chose de sobre, et je ne veux pas lui faire d'ombre"
Dernières volontés d'Henri Salvador


 

 

 

Frise

 

 

Pierre Desproges, humoriste français est né le 9 mai 1939 à Pantin et est mort le 18 avril 1988.

Sa tombe se situe en contrebas de celle de Chopin. Entre les deux, une stèle rapporte cette pensée.

 

 

 

 

Expression"Finalement, nous ne regrettons pas d'etre venu..."
Epitaphe d'un couple inconnu

 


Division 10

 

   Frise

 

 

Là, se trouve la sépulture de Jean-Baptiste POQUELIN, connu sous le nom de Molière. Né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry dans l'Aisne, mort le 13 avril 1695 à Paris. Son décès fit suite à la représentation du "Malade imaginaire". Il fut poète, moraliste, dramaturge... Auteur et Acteur, il est connu principalement pour les "Fables de la Fontaine" dont "Le corbeau et le renard", "La cigale et la fourmi", "Le lièvre et la tortue", ...
Sa dépouille est enterrée la nuit au cimetière Saint Joseph.
Sur le sarcophage, il y a les masques de la Comédie pour nous rappeler que l'auteur était un homme de théatre.

Jean Baptiste Poquelin, dit Molière
Division 25

La Fontaine est aussi à coté de Molière. La Fontaine vient à décéder le 13 avril 1695. Il est porté au cimetière des Saints Innocents.
Pour nous rappeler que Jean de la Fontaine était un fabuliste, on peut voir sur son sarcophage l'évocation de deux de ses fables. La plus visible est à droite, c'est "Le Loup et la Cigogne"
En 1792, tout deux furent exhumés et inhumés au Père Lachaise. Vous pourrez donc trouvez un cénotaphe  (monument élevé à la mémoire d'une personne) qui illustrera chacun des deux hommes.

   Frise

 

Gaston Vuidet en né en 1854. Compositeur et membre du groupe des Hydropathes. Il décède à l'age de 37 ans, en 1891 à Paris. Le monument représente l'artiste assis sur un fauteuil qui surmonte une allégorie composée d'une lyre et une palme, oeuvre du sculpteur Aubé.

Gaston Vuidet


   Frise

 

Je mélange les genres pour me retrouver sur la sépulture d'Yves Montand et Simone SIGNORET. Je vous rappelle qu'Ivo Livi dit Yves Montand est acteur de cinéma, mais aussi chanteur, danseur du musi-hall français. Il est né le 13 octobre 1921 à Monsummano Alto, en Toscane, Italie et il est décédé le 9 novembre 1991 à Senlis dans l'Oise en France.
Frise

 

Simone Kaminker, dite Simone Signoret, est également actrice française, née le 25 mars 1921 à Wlesbaden, Allemagne. Elle est morte le 30 septembre 1985 à Autheuil-Authouillet en Normandie, France.
A ses cotés, Yves Montand.
Trois bouleaux blancs y sont replantés pour que les rossignols puissent encore chantés au dessus de leur tete. Ils étaient dans leur jardin auparavant.
Division 44
Frise

 

Marie Trintignant et Gilbert Bécaud sont aussi des résidents, logés à proximité.
Frise

 

Je reste sur les artistes et me dirige donc sur la sépulture de Marie Trintignant. Née à Paris le 21 janvier 1962, elle est décédée le 1er août 2003 à Neuilly-sur-Seine. Tragédie d'un amour tumultueux. Elle est la fille de Nadine et Jean-Louis Trintignant.
Division 45
Frise

 

Colette qui accompagnait mes soirées de mon enfance est bien là. Elle écrivit la série des "Claudine" et décrivit tout un bestiaire dont "Le Chat".
Colette n'est pas son prénom, mais le nom de la célèbre écrivaine.

Colette

Frise

 

Le coin des chanteurs m'amène vers le chansonnier qui créa le "Temps des Cerises". C'est Jean-Baptiste Clément, né à Boulogne, le  xxx en 1836, mort à Paris, le 26 février 1903. 
Frise

 

Gilbert Bécaud est présent par le nombre de fleurs qui couronnent sa tome. Compositeur, pianiste, il est né à Toulon le 24 octobre 1927 et est décédé à Paris, le 18 décembre 2001.
Division 45
Frise

 

Frédéric CHOPIN est un compositeur, pianiste d'origine polonaise. Il est né le 1er mars 1810, mort le 17 octobre 1849 après avoir contracté la tuberculoe.

Frédéric Chopin
Division 11

 

Frise

 

Alphonse Daudet est de Nimes, né le 13 mai 1840. Son décès a pour date le 16 décembre 1897, à Paris.
Il débuta sa carrière comme Maitre d'études à Alès, dans le Gard. Ecrivain, il devint avec des romans comme "Tartarin de Tarascon", des contes et des nouvelles "Les Lettes de mon Moulin" où l'on lit "La petite chèvre de Monsieur Seguin" qui a bercé mes interminables repas, histoire de me faire passer bouchée par bouchée les aliments difficiles à ingurgiter durant mon enfance.
En 1879, il découvre qu'il a une maladie grave qui touche sa moelle épinière, complication due à la syphilis. Il décède à l'age de 57 ans.
Emile Zola, écrivain français, clamera son éloge funèbre.

Alphonse Daudet

 

Frise

 

Oscar Wilde, écrivain irlandais, a une sépulture qui détonne. Une enceinte de verre protège sa tombe des baisers.
Il épouse Constance Lloyd avec qui a deux enfants. En 1886, il découvre son homosexualité. Grand ami de Gide dès son arrivée à Paris où il s'exile avec son compagnon Alfred Bruce Douglas. Il est transféré au Cimetière du Père Lachaise en 1909.
La tombe est appelée "Flying Demon angel" et représente un sphinx taillé dans un bloc de pierre blanche. La tombe fut offerte par Helen Carew, admiratrice. Elle fut l'oeuvre de Epstein.

Oscar WildeDivision 89

 

Frise

 

Amadeo Modigliani (1884 1920) est avant Edith Piaf en descendant l'allée. C'est un peintre italien qui s'orienta vers le cubisme et l'art nègre. Il demeura à Paris dès 1906.

Amedeo ModiglianiDivision 96

 

 

Frise

 

 

Jim Morrison a la part belle dans les visites depuis 1971, année de son décès. Mort à l'age de 27 ans, ses photos posés par ses fans témoignent de sa beauté.
Frise

 

IMG_4245

Frise

 

Dans les bâtisseurs, je vous amène découvrir la tombe de Ferdinand de Lesseps. Vous savez, celui qui a construit le canal de Suez.
Né le 19 novembre 1805 à Versailles, il décéda le 7 décembre 1894 à La Chênaie en Indre. Diplomate, entrepreneur, il créa également le canal de Panama.
Division 16
Frise

 

Puis, nous ferons une halte devant Edouard Lockroy, à qui ont doit la tour Eiffel.
Frise

 

Robert BAIN (1891 1904) est donc décédé à 13 ans. Il est le fils de Auguste bain, inventeur et fabricant de coutellerie, brevetées. Ce notable vit à Bois Colombes.

Robert Bain

Frise

 

Le croquis de cette tombe fut dessiné par Georges Michel, la porte est en bronze décorée de palmes signés Thiebaut frères fondeurs. De chaque coté de la porte, des cariatides également en bronze.
Ici, git la famille Ponsat.

Famille PonsatDivision 31

Frise

 

Auguste BLANQUI fut sculpté par Dalou. Ce gisant de taille réelle représente ce jeune théoricien, homme politique français qui décéda en 1881 à Paris. Il naquit en 1805 à Puget Théniers (Alpes Maritimes). Il fit des études de droit, puis de médecine mais s'orienta vers la politique qui le mena par son esprit révolutionnaire en prison. De barricade en barricade, il conspira contre la République en faveur des ouvriers. Il s'évade en 1865, amnistié en 1879. Il rédigea un journal intitulé "Ni Dieu ni maitre" qu'il commença en prison où il séjourna 36 années.

Auguste Blanqui

 

 

Frise

 

 

Léon Théry né en 1879 est pilote automobile français. Il remporte par deux fois la coupe automobile Gordon Bennett. Il travailla pour la firme Michelin. Il décède à 30 ans d'une phtisie, en 1909.

Léon Théry

Les inventeurs sont présents comme Christian Friedrich Samuel Hahnemann, médecin qui fut l'inventeur de l'homéopathie. Il est né le 10 avril 1755 à Meissen en Saxe, Allemagne et décéda en 1843 à Paris.
Division 19
Frise

 

Mr Zénobé Gramme (1826 1901) déposa un brevet qui contient la théorie des courants continus après avoir confectionné une machine magnéto électrique dite dynamo.
Théophile Zénobe Gramme est officier de la Légion d'Honneur. Il est d'origine belge, de Liège. Il est peu porté sur les études durant sa scolarité brève car il se dirige pour devenir menuisier. A trente ans, il vient en France et après avoir épousé Hortense Nysten, tombe sous le charme de cette nouvelle énergie qu'est l'électricité.
Sa statue est en bronze et est l'oeuvre du sculpteur Mathurin Moreau.

Zénobé GrammeDivision 94

Frise

 

Antoine Augustin Parmentier qui donna son nom au "hachis parmentier" était agronome, nutritionniste. Né à Montdidier, le 17 aoüt 1737, il décède à Paris, le 17 décembre 1813. Que de 17 dans sa vie ! Il est auteur du célèbre mémoire sur la pomme de terre.
Division 39
Frise

 

Au détour d'une allée, j'aperçoie la tombe de Géricault. C'est sa statue en bronze qui fait référence en dessous à l'un de ses tableaux les plus célèbres "Le Radeau de la Méduse".
Le buste de Théodore Géricault (1791 1824) fut façonné par le sculpteur Etex sur la base du masque mortuaire du peintre.

Théodore Géricault

Frise

 

Sur la grande allée, une tombe m'intrigue et je découvre Georges Rodenbach (1855 1898). L'oeuvre revient à Charlotte Besnard, épouse du peintre Albert Besnard. Elle est la fille de Gabriel Vital Dubray (1813 1892) qui fit les bas reliefs de la chapelle Salvage de Faverolles, division 48.
Sa fille Charlotte fut son élève.

Georges Rosenbach

Georges Rodenbach, poète symboliste belge vécut à Paris de 1887. Il était correspondant du journal de Bruxelles. Il se lie d'amitié avec Alphonse Daudet, Stéphane Mallarmé, Auguste Rodin et Marcel Proust qui lui voue une grande admiration.
Frise

 

L'épouse du Maréchal Lefebvre repose également au Cimetière du Père Lachaise. Connue sous le surnom "Madame Sans-Gêne", elle porte le nom de Catherine Hubscher, Duchesse de Dantzig, née à Goldbach-Altenbach Haut-Rhin, le 2 février 1753, morte en 1835.
Division 28
Frise

 

Les hommes d'état, les ambassadeurs poursuivent leur carrière par les brides de conversation lachées par les visiteurs.
Frise

 

Au début du cimetière se trouve la tombe de Félix Faure qui fut Président sous la IIIème République (élection de janvier 1895). Il fut le 7ème Président de la République.
.
Il vit le jour le 30 janvier 1841 et prit un nouveau départ le 16 février 1899, à l'age de 58 ans. Ses jambes sont recouvertes de drapeaux français et russe pour se remémorer qu'il a oeuvré pour l'alliance des deux nations. Deux couronnes mortuaires, en bronze également, sont à ses pieds. Il porte la croix de la Légion d'Honneur. Sur l'oreiller, un extrait de la Bible est inscrit. C'est l'Evangile de Jean, 11 25 qui est souvent cité lors des messes d'enterrement.
.

 

Expression"Ego sum resurrectio et vita ; qui credit in me, etiam si mortuus fuerit, vivet"
Je suis la résurrection et la vie ; qui croit en moi, fût-il mort, vivra
Tombe de Félix Faure

.
Sa femme repose dans le meme tombeau.
.
D'autres disent que le drap recouvre un corps allongé tel qu'il fut retrouvé à l'Elysée dans le "Salon bleu" qu'il partagé avec sa maitresse Margueritte Steinheil, née Marguerite Jeanne Japy. Margueritte, dite Meg est aussi au cimetière, mais elle ne git pas ici.
.
Meg, est une célèbre salonnière et demi mondaine française. Elle fait ses débuts dans le monde en 1886. Elle éblouie de raffinement, elle a étudié le violon et le piano. Elle monte à cheval. En 1889, elle épouse le peintre Adolphe Steinheil. Toute la bonne société se bouscule dans son salon de l'impasse Ronsin, comme Lesseps, Zola, Loti... Elle est de toutes les fetes.
.
Marguerite aurait posé pour le salon de 1893. L'oeuvre en marbre nommée "La muse de la source" la représente nue, elle est du sculpteur Jean Hugues. L'état acquiert la statue polychrome et la dépose palais du Sénat, le 4 janvier 1910.
.
Sa tombe fut un modèle de Saint Marceaux (1900).
.
Félix Faure était franc maçon.
 

Félix Faure

 

Frise

 

 

Henri Chapu (1833 1891)

Il fut élève des Beaux Arts. Il fit de nombreuses sculptures pour le cimetière dont ce monument aux soldats morts lors du siège de Paris en 1870.

IMG_4242

Frise
Cette statue représente une femme qui porte un casque.
Inconnue

IMG_4271

 

Frise

 

 

IMG_4284 IMG_4411

Frise

 

Devant le monument de Vivant Denon (1747 1825), je regarde les traits de ce parfait inconnu. Sa tombe est son personnage en costume qui est représenté assis, à la main une plume (aujourd'hui disparue) en mémoire du graveur et dessinateur qui avait vive allure par son esprit et sa culture. Il avait participé à l'expédition en Egypte et  son ouvrage "Voyage dans la Haute et Basse Egypte" est également un souvenir de son vivant. Il a créé le Musée du Louvre dont un des pavillons porte son nom.
Le sculpteur est Pierre Cartellier (1757 1831) est aussi enterré au cimetière au Père Lachaise.

Vivant Denon

Frise

 

Edmond About (1828 1885). Ecrivain, journaliste et critique d'art, mais aussi poète français. Il est l'auteur "L'homme a l'oreille cassée".
Il est représenté assis sur sa tombe. Sa statue est en bronze, de grandeur nature. Oeuvre de Gustave Crauk (1827 1905), prix Rome de sculpture en 1851.

Edmond About
Division 36

Frise

 

Cette jeune fille fut sculptée par Henri Emile Allouard (né à Paris en 1844 1929)
La statue est daté de 1899.

IMG_4401

 

Frise

 

Je suis impressionnée par cette porte de caveau conçue par Lagarde Gueret. La porte en cuivre est l'oeuvre d'Eugène Bénet (1863 1942).

Trois médaillons se trouvent à l'intérieur du caveau :
Toussaint Gueret 1848 1904
Jeanne Lagarde, née Gueret 1867
Marie Ghislaine de Laubespin 1917.

C'est la sépulture de Jeanne Lagarde née Guéret en 1867.

Elle fit don en 1936 de 5 500 ouvrages, fascicules de journaux et revues à la bibliothèque de l'Arsenal.

Jeanne Lagarde

 Division 93

Frise

 

Un médaillon sur une plaque funéraire de Leilah Mahi, j'aime me promener dans le souvenir.
Leilah Mahi, avec comme date 12 aout 1932, au columbarium. Une photo qui fascine, avec ces grands yeux sombres, peints à la Kees Van Dongen. Elle est née en septembre 1894 à Beyrouth.
Française, femme de lettres, elle publia en 1929 "En marge du bonheur" et son second livre "La pretresse sans Dieu" fut édité en 1931, un an avant sa mort.
Elle habitait 13, rue Shakespeare à Nice mais est décédée 59 rue Geoffroy Saint Hillaire à Paris.
De ses amours, il est retenu qu'ils furent nombreux mais sans grand intéret. De tempérament mélancolique, elle fume l'opium.
Le destin fauché d'une artiste, son identité qui s'efface.
PARIS Père-Lachaise Division 87 Leilah MahiPhoto de Wikipedia
Un livre met en scène l'auteur qui part à la découverte de Leilah Mahi pour lui donner une identité. "Leilah Mahi" de Didier Blonde.
Frise

 

Les animaux sont présents comme Lick.

IMG_7885Division 89

 

Frise

 


Les cendres de Maria Callas sont déposées au columbarium.
Division 47
.
Achille Zavatta  (1915 1993) y séjourne, la prochaine fois, je te rendrai visite. Tu as éclairé notre première télévision.
Division 87
.
Parmentier, j'irai cueillir les belles pommes de terre qui semblent pousser sur sa tombe.
.
Alain Bashung, inhumé le 20 mars 2009. Je ne sais pourquoi, mais ta voie m'a portée.
.
La facétie du destin qui fait jouxter le caveau des "Chambon" avec celui des "Bayonne", à voir également.
.
Je ne manquerai pas de venir vous voir toi Guillaume Appolinaire, Marcel Proust, Sarah Bernhardt, d'Allan Kardec (créateur du spiritisme),
.
Les arbres du Père Lachaise fascinent par leur beauté et leur puissance. J'aime la façon dont ils épousent le minéral.
.
.
Frise

 


Cimetière du Père Lachaise,

6, rue du Repos
75020 PARIS

Ouvert tous les jours de 9h à 17h30

 

Lien

Cimetière inter actif.

 

A lire

Les femmes célèbres sont elles des grands hommes comme les autres ? ouvrage de Christel Sniter, Créaphis éditions.

 

Bibliographie

Visite novembre 2012 et 2015

 

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

.......................

 

Vous aimerez peut-être :  

La Maison Carrée

Monument aux morts de Lodève

Roue___aube___Rue_des_Teinturiers___AVIGNON

Photo_206 St_Gilles_Abbatiale_04_Impasse_des_Pas_Perdus  
La Maison Carrée
-NIMES-
A l'ombre de la conscience de Paul Dardé... Rue des Teinturiers
ou le passé retrouvé -AVIGNON-
Lamanon ou le pompon du platane Mémoire de Saint-Gilles
(Gard)

 

 


 .

 ...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution :  Vendredi 13 novembre 2015
Mise à jour  : Corrections du 28 avril 2016 (commentaire de Christiane Ranouille)

                 Répondre                        

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 18:32 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

18 octobre 2015

La ballade de Lila K de Blandine Le Callet

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

La ballade de Lila K
Blandine Le CalletAuteur : Blandine Le Callet

Genre : Roman
Editeur : Stock
Date de sortie : 1er septembre 2010
394 pages
ISBN : 2234064821
Prix : 21,50 euros
Langue : français

Avis :

 

C'est une ballade au coeur des émotions, une sorte de complainte où l'on découvre Lila K, prostrée, ancrée dans sa torpeur, à la limite de l'inconscience jusqu'à son éveil intellectuel, voire sensuel. J'ai fait connaissance avec Lila K, je l'ai apprivoisée et suivie dans sa quête du savoir par les livres pour se reconstruire dans une société normée qui ne laisse pas de place à la liberté, sauf celle d'un chat, "Pacha" son chat.

Arrachée à sa mère, elle rentre dans cette dystopie au coeur d'un système qu'est le centre éducatif. Elle affronte les interdits pour découvrir son identité et son origine.

 

Mon avis

Cette lecture m'a fascinée, voire marquée par sa capacité à se différencier. Un "Style", Blandine Le Callet. Dans ce roman, elle aborde l'eugénisme.  Mais aussi des questions d'éthique d'une société anxiogène qui par une dérive sécuritaire, nous fait perdre la liberté de pensée. Elle donne de la démesure par la transposition de l'évènement dans le temps.

Notre point commun est que la lecture fut une échappatoire dès l'adolescence.

Connaissez-vous ?

 

Expression

 "Je ne supportais pas le moindre contact. C’est écrit en page treize : Hurle dès qu’on la touche. Juste après : Sédation. Sédation, ça veut dire injections d’anxiolytiques, sangles, et musique douce pour enrober le tout d’un peu d’humanité.

Voilà comment ils sont parvenus à me faire tenir tranquille et à me trimbaler de service en service afin d’effectuer leurs batteries d’examens : ils m’ont palpée, auscultée, mesurée, pliée dans tous les sens. Ils m’ont planté des aiguilles dans le corps, ont branché sur moi des machines. Ils m’ont photographiée, aussi. Je pleurais sous les flashes. Alors ils m’ont donné des lunettes noires qui tenaient avec des élastiques, et je n’ai plus rien dit."
J
   

 

Blandine Le Callet

 

Résumé

La ballade de Lila K, c’est d’abord une voix : celle d’une jeune femme sensible et caustique, fragile et volontaire, qui raconte son histoire depuis le jour où des hommes en noir l’ont brutalement arrachée à sa mère, et conduite dans un Centre, mi-pensionnat mi-prison, où on l’a prise en charge.

Surdouée, asociale, polytraumatisée, Lila a tout oublié de sa vie antérieure. Elle n’a qu’une obsession : retrouver sa mère, et sa mémoire perdue. Commence alors pour elle un chaotique apprentissage, au sein d’un univers étrangement décalé, où la sécurité semble désormais totalement assurée, mais où les livres n’ont plus droit de cité.

Au cours d’une enquête qui la mènera en marge de la légalité, Lila découvrira peu à peu son passé, et apprendra enfin ce qu’est devenue sa mère. Sa trajectoire croisera celle de nombreux personnages, parmi lesquels un maître érudit et provocateur, un éducateur aussi conventionnel que dévoué, une violoncelliste neurasthénique en mal d’enfant, une concierge vipérine, un jeune homme défiguré, un mystérieux bibliophile, un chat multicolore...

Roman d’initiation où le suspense se mêle à une troublante histoire d’amour, La ballade de Lila K est aussi un livre qui s’interroge sur les évolutions et possibles dérives de notre société.

 

Note

Le mot "Ballade" signifie une forme fixe lyrique au Moyen Age de trois couplets (une chanson ballatée comporte plusieurs strophes et un refrain avec des rimes diverses et complexes). Du latin classique "Ballare" issu du grec dont on retrouve "Saltare", sous la forme du latin classique. Dans le mode anglo saxon, le mot "Ballad" traduit un récit ou une chanson narrative d'une partie de la vie d'une personne.

Blandine Le CalletBlandine Le Callet est née le 19 octobre 1969. De nationalité française, elle a pour parentée une autre Blandine Le Callet qui était institutrice à l'école Sainte Thérèse de Quistinic, décédée en 1975 à l'age de 63 ans. A Quistinic, on retrouve également Jean Mathurin Le Callet, né le 18/02/1881 mort pour la France, ainsi que Pierre Marie Mathurin Le Callet, né le 3/08/1893. Mais aussi Arthur Le Callet qui fit partie du convoi du 5 mai 1922, soldat au 52ème Inf. Soldats de la Grande Guerre, tous trois morts pour la France.

Sa mère l'a eu à l'age de 21 ans, elle a également un frère adopté.

Elle intègre l'Ecole normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et obtint l'agrégation de Lettres classiques. Elle enseigne comme Maitre de conférences de latin à l'Université de Paris Est Créteil. Elle prépare une thèse sur la notion de monstruosité dans l'Antiquité gréco latine et helleniste qui lui fait accéder au Doctorat 3ème cycle, sous la direction du Professeur Carlos Levy.  Elle est membre du "Centre d'études sur la philosophie et la rhétorique hellénistiques et romaines.

Elle a publié un essai : Rome et ses monstres aux éditions J. Million en 2005

Mariée à Mr Pierre-André Cuny (30/06/1965), Directeur Artistique. Mère de trois enfants dont une fille Valentine Cuny Le Callet (1997), artiste au talent prometteur qui est à l'Ecole des Arts Décoratifs à Paris. Un fils, Antoine Cuny et une autre fille, Juliette Cuny.
.
Un métier, mais aussi écrivain. Elle habite en région parisienne.
.
Petite, elle passait ses vacances à Larmor. Sa maison secondaire qu'elle acquière en 2008 est dans le Morbihan, à Port-Louis.
.
Ses modèles de lecture sont : "Les liaisons dangereuses" de Laclos, "Bouvard" & "Pécuchet" de Flaubert.
.
Petite anecdote : Le titre du livre comprend trois mots comme son nom ! BLC.
.
Elle écrit sans horaire particulier, sur n'importe quel support. Elle consacre beaucoup de son temps à l'information et de ce travail, murit le besoin d'écriture.
.
Elle s'est essayée récemment à la bande dessinée avec "Médée", tome 1 : L'Ombre d'Hécate.
.
.
.
Actualités
Son premier roman, "Une pièce montée" a été porté à l'écran par Denys Granier Deferre.
Rencontre dans le milieu carcéral de Nanterre dans le cadre d'un atelier d'écriture, autour de "La ballade de Lila K".
.
.
.
Ses oeuvres
2006 Une pièce montée
2010 La ballade de Lila K
2013 Dix rêves de pierre
.

 

Sur le même sujet,

1984 d'Orwell
La ballade de Cornebique de Mourlevat
Fahrenheit 451 de Ray Bradbury

 

Bibliographie

Lecture de juillet 2015

 

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

.......................

Vous aimerez peut-être :  

 Les_oreilles_de_Buster

La_voie_marion_de_Jean_Philippe_MEGNIN

Les_chaussures_italiennes_de_Henning_Mankell

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise


L'ombre du vent

La_vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

Les oreilles de Buster
Maria Ernestam
La voie marion
Jean-Philippe Mégnin
Les chaussures italiennes de Henning Mankell Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

 .

 ...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution :  Dimanche 18 octobre 2015
Mise à jour  : 18 octobre 2015

                 Répondre                        

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

 


20 septembre 2015

Sur les pas de Gide, aux Concluses de Lussan

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

Les Gorges de l'Aiguilllon, aussi appelées par les gens du pays "Les Concluses de Lussan" (J. Sallustien 1901, F. Mazauric 1904), sont des gorges dominées par de hautes falaises criblées de cavités. L'Aiguillon prend sa source dans la plaine de Vallérargues, à l'Est du Mont Bouquet. Le nom de "Concluses" provient des mots conques, cluses, cuves qui avec tinos désignent les marmites du lit de l'Aiguillon.  La roche calcaire est creusée par l'Aiguillon, affluent de la Cèze et le Merderis. L'aiguillon est un cours d'eau temporaire.

tinos vient de "Tinno" qui veut dire cuves, marmites de géant en patois languedocien.

André Gide

Ce site est classé comme un des plus pittoresques du Gard. Son histoire file comme l'eau qui l'a creusé au fil du temps, durant des siècles, voire des milliers d'année. Les baumes à flan de falaise témoignent de l'ancienne circulation des eaux en surface, aujourd'hui disparue. L'enfoncement du karst des gorges de Merderis et de l'Aiguillon est en relation avec les sources de Goudargues et de la Bastide. L'eau après les précipitations s'infiltre dans le sol à travers les calcaires marneux pour créer des voies souterraines. Lorsque l'eau s'achemine, elle dissout le calcaire et modèle le relief dit karstique. Il faut donc mentionner l'abondance des lapiès. Elles sont taillées dans le meme massif que les gorges de l'Ardèche.

 

Vue du Belvédère

 

Les pluies sont donc torrentielles, l'humus du sol érode et corrode la roche. Les cours d'eau ont des régimes très irréguliers (Cf. épisodes cévenols, souvent mentionnés par la météo), d'où ce modelé piqué de trous, de grottes & sources. Ce phénomène favorise l'aridité. La falaise est ponctuée de grottes où nichent les oiseaux. Au dessus, le plateau calcaire s'élève à 300 mètres. Le relief est karstique. Ce massif est constitué d'une végétation de garrigue basse dont le chene pubescent est l'essence dominante. Le genévrier, le buis, le thym sont dans la combe. La végétation est odorante. Elle bénéficie d'un climat méditerranéen avec des étés chauds et secs et des hivers doux.

Baumes sur la falaise

Sur la gauche, le lit rejoint la baume du Biou ou grotte du boeuf. Le canyon de Merderis (F. Mazauric, 1904)est moins spectaculaire et vraisemblablement, il doit son nom à la présence d'au stagnante et saumatre.

Un peu plus au Nord se trouve l'aven de Camelié. Les eaux drainées en surface s'engouffrent dans l'aven et rejoignent la source de la Marnade. L'aven a plusieurs salles, puits et galeries dites "Montagnes Russes", "Métro", "Rivière Fossile".

Marmitte de Géant

Ruisseau de l'Aiguillon

Sur la droite, en aval donc, vous passez une passerelle pour atteindre le portail qui est un resserrement des parois du canyon. Cet étranglement est du aux falaises de la rive droite et de la rive gauche qui se touchent presque jusqu'à former une ogive rustique. Elles s'élèvent à plus de 30 mètres.

Passerelle qui longe le

Le lit est creusé de marmites de géant, tandis que des baumes entaillent les falaises à différents niveaux.

Canyon de Lussan

Baumes à différents niveaux

Des gours offrent l'agrément en été de pouvoir se baigner.

6 km, de découverte à faire à pied. Il est fortement conseillé de ne pas s'y promener seul et de veiller que le climat s'y prete. C'est là où commence la pratique du canyoning au printemps et de l'aquarandonnée en été. Il est nécessaire de vérifier les arretés préfectoraux qui l'interdisent à certaines périodes, afin de préserver et sauvegarder le milieu aquatique.

Mes pieds hésitent à entreprendre le canyoning

A sec l'été, le lit du torrent permet de marcher. Au printemps, il est possible de faire du canyoning. A l'automne, il n'est pas rare que les précipitations empechent de s'y hasarder. D'octobre à mars, l'eau est présente. Certains passages sont équipés de main courante en cable ou en fil de fer. Au fur et à mesure de l'avance, on passe des "crans", sorte de cascades.

IMG_6535

Du parking, il faut compter 30 mn pour descendre les 1km 100 du sentier et atteindre le départ du circuit. Sachez que le parking n'est pas surveillé et donc très peu sur, les touristes subissent le désagrément des vols. Ne laissez RIEN dans vos véhicules.

IMG_6540

Cette zone n'est accessible qu'à pied. Un belvédère offre une vue superbe sur le défilé rocheux.

Du portail, vous pouvez continuer la promenade pour aller visiter le menhir surnommé "La pierre plantée" (dit également : Peyrefiche). C'est l'un des menhirs les plus grands de la région, il mesure 5,6 mètres de haut.  Il date de la période chalcolithique qui désigne la période où un outillage de pierre, principalement, a été assemblé avec le cuivre.  Il s'étudie au niveau des mesures d'énergie et se situe au milieu de "paliers" ou "portes énergétiques".  Si vous optez pour ce choix, le chemin est bien tracé, suivre les bandes jaunes.  Il faut compter 2 km de plus pour y arriver. Durant cette randonnée, vous pourrez aussi voir "La table du Turc".

Petite anecdote, durant la Révolution, Théophile Gide(grand-père d'André Gide) se réfugia dans une grotte pour échapper à la guillotine. En effet, il participa à la rédaction du cahier des doléances de Lussan, mais aussi celui du Gard. Réhabilité après la chute de Robespierre, il devient Président du Tribunal d'Uzès. Il se portera acquéreur après la Révolution du chateau "de Fan" à l'entrée du village près de la rivière. Le mot "Fan" vient de "Fanum" gallo romain (temple). Il fut construit sur les ruines d'un ancien temple. Il était consacré aux Nymphes, "Fanum". La petite rivière qui prend sa source au pied, s'appelle donc "Le Fan". Le chateau de Fan restera une résidence d'été de la famille jusqu'en 1920, date de son acquisition par la municipalité.

 

Itinéraire

Si vous souhaitez vous y rendre, c'est à mi chemin entre Alès et Bagnolssur Cèze.

A partir de Montpellier, prendre l'autoroute jusqu'à Nimes, puis empruntez la D 979 en direction d'Uzès. Après Uzès, prendre direction Lussan. A l'entrée de Lussan, prendre la D 406 et tourner à gauche immédiatement sur la D143 vers Verfeuil sur 4 km. Tourner à gauche sur la D643 et vous arrivez sur un premier parking que vous laissez pour accéder au deuxième où vous garez votre voiture.

Départ de Lussan (30 Gard)
Dénivelé : 150 m

A 7 km environ du village de Lussan
Carte Michelin : N° 80, pli 9.
Carte IGN 1/25000 N° 2940 Ouest

A faire dans les environs

Lussan, village de caractère où André Gide vécu durant son enfance. Ce village a prospéré grace à la filature.

Le menhir du chacolithique qui mesure plus de 5,60 mètres, lieu dit "Bois du Vallat de Nerderie".

Un peu plus loin, n'hésitez pas à vous arreter à Goudargues, la Venises provençale pour vous rafraichir tout au long des canaux.

Puis une halte s'impose aux cascades du Sautadet avant d'aller arpenter les rues de la Roque-sur-Cèze.

 

Références

 

 

Bibliographie

Canyoning du 19 septembre 2015

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

.......................

Vous aimerez peut-être :  

 

La Maison Carrée

Les Halles de Narbonne

Roue___aube___Rue_des_Teinturiers___AVIGNON

Photo_206 St_Gilles_Abbatiale_04_Impasse_des_Pas_Perdus  
La Maison Carrée
-NIMES-
Lecture de Narbonne,
-bleu, blanc, rouge-
Rue des Teinturiers
ou le passé retrouvé -AVIGNON-
Lamanon ou le pompon du platane Mémoire de Saint-Gilles
(Gard)

 

 

 ...................................

 

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution :  Dimanche 20 septembre 2015
Mise à jour  : 20 septembre 2015

                 Répondre                        

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 00:20 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

11 septembre 2015

Maman a tort de Michel Bussi

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

tous les livres sur Babelio.com

 

Notation

 

 culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

 

"Ma mère n'est pas ma mère" se termine ainsi le premier chapitre de "Maman à tort" de Michel Bussi.

Le deuxième commence sur le doute qui s'installe quand le psychologue scolaire comprend que Malone dialogue avec son doudou nommé Gouti. De quoi se souvient'il vraiment ? Est-ce des récits qu'il se raconte en boucle.

Dès lors, un compte à rebours commence pour éviter que sa mémoire s'efface. Vasile, le psychologue est intrigué par ces mots qui décrivent sa vie d'avant. Il lui faut vite trouver la vérité. Mu par l'envie d'avancer, il se rend au commissariat et confie à la commandante Marianne cette histoire invraisemblable. Mais pour gagner du terrain, il mène son enquête en parallèle de Marianne qui se heurte au fondemental que Malone a une mère.

 

Résumé

Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit.
Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide.
Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple.
Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent.
Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche.
Le compte à rebours a commencé.
Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent.

Qui est Malone ?

 

Autres romans

Code Lupin  (2006)
Omaha crime (2007)
Mourir sur Seine  (2008)
Sang famille (2009)
T'en souviens-tu mon Anaïs ? (2010)
Nymphéas noirs  (2011)  lu
Un avion sans elle (2012)   lu
Ne lache pas ma main (2013)
N'oublier jamais (2014)  lu

Gravé dans le sable (2014), réédition de son premier roman "Omaha crime"
Maman a tort (2015) lu

 

Après "Les Nymphéas noirs", chaque livre actionne le défi et je n'ai de cesse de trouver le fin mot.

Remerciements à Babelio pour la participation à Masse Critique et l'octroi d'un exemplaire par les Editions "Les Presses de la Cité".

 

ExpressionOn ne dit pas : j"avellisé", mais "j'ai lu"
Auguste Derrière

 

Michel Bussi
Né le 29 avril 1965 à Louviers (Eure). Il grandit au Manoir, une petite ville au bord de la Seine. Sa mère était institutrice catholique. Elle élevait seule ses trois enfants dont deux filles Marie-Claude (59) et Isabelle (66) Bussi. Son père travaillait à l'acierie de Manoir-sur-Seine. A sa mort, la famille s'installe à Pont-de-l'Arche.
Son grand père paternel est corse, originaire du village Castellane-di-Casinca.
Il va à l'école Albert Becquart de 70 à 77. Puis au Collège Hyacinthe Langlois. Pour le lycée, c'est le privé à Fénelon à Elbeuf. En 1983, il continue sur la faculté de géographie.
Politologue, il fit une thèse de Doctorat en géographie et fut recruté à l'Université de Rouen en 1993.
Professeur de géographie à l'Université de Rouen, après avoir été maitre de conférence,  il dirige maintenant le laboratoire IDEES au CNRS où ses recherches portent sur la géographie du politique.
Il vit à Darnétal, agglomération de Rouen.
Marié à une éducatrice, père de trois enfants (deux filles et un garçon).
Il commence à écrire dans les années 80, mais son premier roman n'est pas reçu par les maisons d'éditions. Il écrit des contes pour enfant non publié à ce jour qui font penser au choix des prénoms de ses personnages tels la commandante "Augresse" et le lieutenant "Chevalier" dans "Maman a tort".
Ses romans sont conçus comme s'il montait un film d'abord, qu'il couche sur papier l'été. Puis viennent les relectures avec vigueur. Ils font ressortir un coté phylosophique et ludique.
Avec "Nymphéas noirs", il perce à la Maison d'éditions "Presses de la Cité".
Ses premiers romans ont pour cadre la Normandie, par souci de véracité. Il mêle passé et présent.
Il publie au rythme de 1 par an.
Sa première édition est le "Code Lupin" en référence à Maurice Leblanc d'Arsène Lupin.
Comme chercheur universitaire, il réalise plusieurs articles et ouvrages scientifiques.
Ses auteurs préférés pendant son enfance sont : Jules Verne et Agatha Christie ("Mort sur le Nil" & "Dix petits nègres" sont ses favoris), Boris Vian. Bien sur, il écume le "Club des cinq", puis la série "Alice".
Son lieu de prédilection pour écrire est la pièce à vivre, salon séjour de son pavillon. C'est un environnement qui bouge, voire dans les lieux publics ou le train.
Il affectionne les livres qui s'accumulent comme ses personnages !
Son environnement est fait d'un jardin et d'une rivière (mon rêve de voir l'eau coulée en continu).
Autant il est fasciné par le film "Le sixième sens", qu'il adore le coté poétique des films "Les enfants du paradis" ou "Jeux interdits". "Brazil" et récemment "La vie est belle" de Roberto Benigni font partie de ses favoris.
Pour la musique, dans les compositeurs français, Souchon et Renaud sont au palmarès.
Son premier roman, le "Code Lupin" a été interprété en feuilleton en 2010.
5ème auteur le plus lu en France en 2014 et 1er auteur français des romans policiers.
Il est traduit en 42 langues.
"Malone" un prénom choisi en hommage au fils du chanteur Renaud.

 

Bibliographie

Lecture de juin 2015

 

......................................................................................................................................................................

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : 
Abonnez-vous à "newsletter" !

 

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 Les_oreilles_de_Buster

La_voie_marion_de_Jean_Philippe_MEGNIN

Les_chaussures_italiennes_de_Henning_Mankell

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise


L'ombre du vent

La_vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

Les oreilles de Buster
Maria Ernestam
La voie marion
Jean-Philippe Mégnin
Les chaussures italiennes de Henning Mankell Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

 ...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution :  Vendredi 11 septembre 2015
Mise à jour  : Vendredi 11 septembre 2015


                 Répondre                        

 

 

<< Précédente  |AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 23:23 - Lire et reliure - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 août 2015

A l'ombre de la conscience de Paul Dardé ou l'enterrement d'une oeuvre

 

 

<< Précédente  |AAccueil | Suivante >>

 

Il est si doux ce visage qui symbolise l'innocence. Ces yeux questionnent la vie après la perte d'un père, durant la Première Guerre Mondiale.

Lodève fut touché par ces départs qui frappèrent indifféremment toutes les classes sociales.

 

Monument aux morts de Lodève

« Je sculpterai non pas pour ce monde puant et civilisé,
mais pour les solitudes… Où ? Vous le savez : je travaillerai,
à l'avenir, pour le Larzac. » 1931

 

Le sculpteur, Paul Dardé, témoin de ce désastre, vit à Lodève. Il témoigne par cette oeuvre magistrale les deuils conjoints et la douleur de la perte.

Lors de son service militaire à Montpellier, ses supérieurs l'autorisent à suivre les cours du soir à l'école des Beaux-Arts à Montpellier. En 1912, il est admis à l'école des Beaux Arts de Paris, dans l'atelier de Jean Antoine Injalbert, qu'il abandonne rapidement, car il rejette l'acadmémisme. Boursier d'étude, il part en Italie et découvre Venise, Rome, Florence et Bologne sur une période de trois mois. A son retour, il rentre sur Paris et intègre cette meme année l'atelier d'Auguste Rodin. Son séjour ne dure que trois jours, car il lui est confié que des travaux subalternes.  Proposé à sa succession, il tourne le dos à la vie mondaine, pour revenir à Lodève, libre et indépendant.

Dès 1913, il reçoit commande par l'Eveché de Montpellier, d'un monument à l'effigie de Jeanne d'Arc. Sa réalisation sera interrompue par la guerre.

La guerre est là, il part pour le front et devient brancardier. Il déserte le front, fuit vers le Midi et est arreté à Riom. Hospitalisé à la clinique Saint Charles à Montpellier, il réalise des croquis grace au soutien d'un médecin russe Mr Bouzansky qui lui procure de quoi dessiner en lui disant : "Vous seul vous pouvez vous guérir". Il est reconnu inapte au service actif en décembre. Réformé, il a pour seul compagnon sa liberté neutralisé par le souvenir des horreurs de la guerre. Il commence la série des monuments aux morts et oeuvre pour la postérité.

Avec Alice Caubel de Lodève, il découvre la joie et s'installe à Soubès. Alors qu'il est à Paris, il envoie le 15 avril 1919, le dessin du projet pour la commande de ce monument aux morts qui sera conçu pour fin 1921 à Soubès et installé la veille de Noel à Lodève. Le croquis atteste d'une superficie de 3 m sur 2,50 m, soit un volume total de 10 m3. Le 20 aout 1919, il signe la convention avec le Maire de Lodève, Joseph Ruilhac.

Il est accueilli à Paris par Armand Dayot, du journal "L'Art et les artistes". En 1919, il expose seul dans la galerie Devambez à Paris, mais aussi au Grand Palais en 1920 : "La Grande Douleur" et "Le Grand Faune", sculptures qui le propulsent à la gloire. Durant sa carrière, il fera sept expositions parisiennes et obtint le Grand Prix National des Arts en 1920.

"Le Grand Faune" ricane et son rire est méprisant pour les hommes... Voilà comment Paul Dardé a réduit sa notoriété. Cette sculpture représente un homme chèvre de l'Antiquité.

"Le Christ aux outrages" est le symbole du calvaire de la population soumise. Cette oeuvre fut conçue pour affirmer ses opinions. D'un tempérament bien trempé, il ne se résigna pas devant les difficultés rencontrées.

L'enfant est accompagné de quatre femmes dressées au pied du gisant dont la taille est produite avec un effet de perspective, comme vue des yeux de cet orphelin tant il est grand. Les bottes au premier plan cadrent le décor, les jambes sont écartées, il git à meme la terre. Les femmes symbolisent les saisons, leur posture barre l'avenir et arrete le temps face à l'oubli. Leur costume permet de dater : 1920. Une veuve s'effondre sur la victime. L'enfant est accompagné d'un autre, ils observent la scène d'un regard pacifiste. L'un porte des vetements qui permettent de dire qu'il fait partie de favorisés, le deuxième vetu tout simplement est la représentation de Paul Dardé, enfant. Deux écoliers qui portent les branches de laurier de la Victoire, en mémoire des 150 disparus pour Lodève. Des quatre femmes, un visage n'est pas ordinaire, celui qui ne porte pas de chapeau, le plus sobre qui est à l'effigie de celle qui devint sa femme, Alice Caubel.

Le monument est inauguré le 8 juin 1921 en présence du Ministre du Budget, Louis Germain-Martin, du gouvernement de André Tardieu et Député Radical indépendant de l'Hérault de 1928 à 1936, mais l'artiste était absent.

Il perd un fils Léon à cette meme guerre. Son pacifisme s'exprime dans les monuments aux morts. L'usure du temps de cette sculpture est traitée à l'aide d'acide afin de lui donner cette teinte rouille qui frémit comme le feu de la guerre à la lumière. Lumière qui fait allusion au soleil, père de la pierre suivant Hermès. La pierre est le sujet minéral des philosophes.

En 1925, il présente à l'exposition des Arts Décoratifs, au pavillon de Marseille, la cheminée monumentale. Cinq wagons furent nécessaires pour transporter ce monument à Paris.  Elle est ornée des personnages à la gloire des Contes de Perrault.  On reconnait "Cendrillon" et "Peau d'Ane" et meme "Barbe Bleue". Il ne trouve pas d'acquéreur pour son oeuvre de grande dimension. Cette entreprise fut périlleuse pour son devenir.

A Paris, il fait de nombreux croquis qui représentent l'immédiadeté d'un moment, d'un mouvement. Souvent, il s'imprègne des clowns du cirque Fratinelli et des "Parisiennes".

Solide gaillard d'un 1m82, aux yeux clairs, avec sa longue barbe, il impose. Sa forte corpulence lui laisse l'aisance de ses gestes face à la pierre de Lens, des carrières de Fons (Gard). Les messages quant à eux prennent de l'ampleur par leur engagement et contrarient les pouvoirs publics. La dignité du peuple suit son destin à travers les 8 stèles qui s'égrènent tout au long de son parcours, tel un parcours initiatique pour prendre conscience de notre destin, face au passé. Sa liberté d'expression, ses lettres ouvertes furent corrompues par les notables et politiques qui mirent tout en route pour l'éloigner de son aura. 75 ans d'existence.

Sans ressource, le cinéaste américain Rex Ingram qui a étudié l'Art à Yale, fait appel à lui en 1926 et l'emploie dans le film "Le Magicien" qui est un film d'horreur qui relate l'histoire d'un sculpteur du quartier Latin de Paris et de son énorme créature, le Faune. Alice Terril, épouse de Rex Ingram pose devant la vraie statue de Paul Dardé, à cette occasion. Film pour la Metro Golwyn Meyer.

En 1927, il est hébergé successivement à Nice, Nimes, La Vacquerie, Chaumes-en-Brie. C'est dans cette dernière commune qu'il travaille sur le monument de René Quinton.

Il doit travailler à la Mairie pour des taches sans rapport avec son ancienne activité de sculpteur.

Au Salon de 1930, il présente l'Homme de Neanderthal. Sa tete est de dimension considérable et il n'est pas rare, qu'un visiteur puisse comparer son crane à ce sujet.

Ses succès sont éphémères, sa situation économique devient précaire et ses affaires périclitent.

En 1932, il édite un journal avec ses "Lettres ouvertes aux conseillers municipaux". Il le vend dans la rue.

En 1935, il quitte définitivement Paris couvert de dettes. Il se réfugie dans le Larzac, ses biens sont vendus aux enchères, couverts de dettes ses oeuvres sont saisies en 1936. Il s'installe à Saint Maurice de Navacelle, sa mère était originaire du petit village de Navacelles. Il aménage un atelier à la sortie de Saint Maurice de Navacelle qui comprend un ancien moulin qui capte les eaux. Les travaux durent vingt ans.

En 1940, il s'entreprend dans les caricatures souvent grotesques. Ces dessins laissent percer ses opinions, par des messages sans équivoque aux politiques et décisionnaires.

En 1946, Il apprend sa technique à Gaston-Bernard Arnal qui est son élève.

1956, la maladie lui impose une grande solitude. Il s'installe à Lodève dans la maison d'une de ses soeurs. Il cloture sa vie à l'hopital de Lodève.

Il meurt dans la misère l'année de ma naissance, alors qu'il était né cent avant ma fille, dans un village proche de Lodève, Olmet et Villecun. En 1902, à l'age de 13 ans, il quitte l'école des Frères au moment du certificat d'étude. Il fait une incursion au petit séminaire et le quitte pour aider son père à la ferme. Mais sa passion pour la lecture l'amène à fréquenter la bibliothèque du village. Il dessine à l'encre violette et son inspiration, l'amène maintes fois, à sculpter les rochers. Son père lui installe un atelier dans un ancien cellier de la ferme familiale. Il s'appuyait sur ses lectures pour trouver l'inspiration : Shakespeare, Dante, Tolstoi et bien d'autres. Son travail est remarqué par le Notaire Maitre Martin qui l'invite à rencontrer un professeur de dessin du collège, nommé Max Théron.

En 1967, le conseil municipal de Lodève refuse la requete de son épouse de percevoir une rente pour subvenir à ses besoins.

Quelques temps après, acculée, elle lègue ses oeuvres à la Municipalité contre une rente de 700 francs par mois, soit 110 euros de notre époque.

En 2005, l'ensemble est classé aux monuments historiques. En 2013, le monument fut restauré avant le centenaire de la guerre de 14 18 et le cinquantième anniversaire de la mort de Paul Daudé. Il y a des noms dans la pierre, des noms de soldats qui ont été remis à la peinture rouge.

Pour effectuer la visite, rendez vous au jardin public qui a remplacé les anciens jardins de l'Evéché et au musée de Lodève pour admirer plus de 2000 de ses oeuvres.

N.B. : Horace Diaz, son ami,  a représenté en sculpture Paul Dardé en 2006.

 

Oeuvres

Macbeth
L'homme préhistorique (La Vacquerie)
Thais aux Enfers
Christ aux Outrages (Musée de Lodève) est la statue préférée de Paul Dardé.
La femme damnée
Le Grand Faune
Eternelle douleur (Musée d'Orsay)
La Chanson de Roland
Cheminée monumentale
Homme de Néandertal
Tete aux serpents en gypse (Musée d'Orsay)
Léon Toltoi
Les pleureuses (sépulture privée du Cimetière Saint Lazare à Montpellier)
Vestale (sépulture privée du Cimetière du Père Lachaise à Paris)


Monuments aux morts :
. Bousquet d'Orb,
. Clermont l'Hérault,
. Saint Maurice de Navacelles,
. Soubès,
. Lunel,
. Limoux qui représente "Le Poilu" qui se relève pour écraser l'Aigle, symbole de l'Allemagne.
. Lodève

Stèle à la mémoire des officiers de médecine, à Béziers.

Aquarelles :
. Tete d'homme barbu, 1943

Généalogie

Troisième enfant d'une famille paysanne. Il nait le 5 juillet 1988 à 16 heures à Olmet dans la ferme familiale de Belbézet. Son vrai nom est Paul Adolphe Marie Dardé, enfant de Marie Philomène Jourdan et de Fulcran Dardé. Son grand père maternel était gardois, Palmie Paulin Jourdan (1833), marié à Marie Césarine Metze (1863), originaires tous les deux de Navacelles. Ils se seraient mariés vers 1861.

Alice Caubel a un neveu Michel Caubel.

Elie Dardé est Maire de Lunas en 1912

Ou se restaurer ?

Chateau de Lunas

Maison Baldy à Fondamente

Ou dormir ?

Chateau de Sorgues à Fondamente

 

Bibliographie

Visite de Lodève, le 17 aout 2015

......................................................................................................................................................................

 

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : 
Abonnez-vous à "newsletter" !

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 

Le_Christ_bienveillant_de_Tignes

Meg_ve_ALLARD_Illuminations

2_Alpes_07  

Kees Van Dongen, s'EX pose en tant qu'artiste

Eclosion de Juana Romani

Tignes Megève L'Alpe entre
les "2 Alpes"

 

 

 ...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution :  Jeudi 20 aout 2015
Mise à jour  : Jeudi 20 aout 2015


                 Répondre                        

 

<< Précédente  |AAccueil | Suivante >> 

06 juin 2015

Et je danse aussi de Jean-Claude Mourlevat & Anne-Laure Bondoux

 

<< Précédente  |AAccueil | Suivante >>

 

Et je dans aussi

Et Je danse aussi

d'Anne-Laure Bondoux & Jean-Claude Mourlevat

Parution : 12 mars 2015
Edition "Fleuve"
Broché, 280 pages
18,90 euros

Section : adulte

ISBN 978-2-265-09880-0
EAN  978-2-265-09880-0

 


Notation

culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

 

 

En panne d'inspiration, vous l'êtes ? Alors, retrouvez Pierre Marie Sotto qui entâme une relation hépistolaire avec Adeline Parmelan ! Lui est écrivain, en panne d'inpiration et elle, une lectrice aguerrie qui lui confie un paquet qu'il refuse d'ouvrir car il pense que c'est l'ébauche d'un manuscrit. Dès lors, ils échangent par mail sans prendre en considération le contenu du colis. Cette correspondance s'engage presque à leur insue et se fait entre badinerie, puis de plus en plus personnelle et amicale, pour devenir une nécessité entre eux.  Dans la deuxième partie, une révélation va entraînée l'ouverture du colis qui dénouera les points de suspension.

Au même titre que le livre, sa réalisation s 'est faite à deux. Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux en sont les auteurs.

Un livre sur les sentiments qui épenchent les confessions par ses dialogues. Une écriture travaillée, une profondeur dans le style avec de belles tournures de phrase, un récit qui se révèle dans la relation qui s'instaure entre les lecteurs et l'auteur. Une façon de découvrir la vie des auteurs, leur ego mais aussi leurs doutes quand ils sont confrontés à la page blanche et le besoin de vivre pour créer.

Les répliques sont légères et rafraîchissantes par leur cadence qui font valsées le lecteur dans cette mélodie à deux temps, voire quatre.

L'écriture est un moyen de faire parler ceux qui n'ont pas la parole, elle fait respirer les mots et donne du souffle à la vie. Les mots remuent notre inconscient et donnent cette force qui entoure chaque mot. La magie de cette lecture, c'est de sentir bien après avoir habité le roman.

Merci à Babelio, la maison d'éditions "Fleuve" pour cette découverte et la soirée dédicace des auteurs qui s'est déroulée le 18 mars 2015.

 

AUTEURS

A voir les portraits des deux auteurs dans la "Grande Librairie".

 

Bondoux Anne-Laure

Anne-Laure Bondoux
Née le 23 avril 1971, à Bois-Colombes dans les Hauts-de-Seine. Son enfance se déroule à Marly-le-Roy, dans les Yvelines. Après l'obtention d'un BAC littéraire et d'une licence de lettres, elle travaille à la rédaction chez Bayard Presse. Puis, elle se présente dans diverses pièces de théâtre.
Deux enfants : une fille et un garçon.
Depuis plus de quinze ans, elle a publié dix romans pour la eunesse

Du même auteur :
L'autre moitié de moi-même    2011
Les larmes de l'assassin
Le temps des miracles
Pépites
La tribu
La princetta et le capitaine
Tant que nous sommes vivants

 

 

Mourlevat Jean-Claude

Jean-Claude Mourlevat
Né le 22 mars 1952 à Ambert en Auvergne, Jean-Claude Mourlevat a fait des études à Strasbourg, Toulouse, Bonn et Paris.
Il a été professeur d'allemand pendant cinq ans, puis à changer de métier pour devenir clown, a choisi de devenir écrivain.
Il vit actuellement à St Just St Rambert avec sa famille...
Du même auteur :
La rivière à l'envers

Terrienne 2011
Silhouette  2013
Je voudrais rentrer à la maison  2002
L'enfant Océan  1999
Histoire de l'enfant et de l'oeuf   1997

 

 

Jean-Claude Mourlevat a eu l'envie de créer un dialogue, genre peu exploité, avec une autre auteure. Il connaît depuis une quinzaine d'années, Anne-Laure Bondoux, car tous deux sont issus de la littérature "Jeunesse". Ils sont débutants en roman d'adulte. Par l'échange de mail, ils ont explorés les deux personnages, de façon intuitive. Chacun endosse un personnage principal, Jean-Claude incarne Pierre-Marie, tandis que Anne-Laure Prend Adeline et les autres. Quand la trame de l'intrigue s'est nouée, ils ont pris plus de liberté dans leurs échanges. L'écriture dure six mois, puis une relecture donne du sens au choix de la conclusion. Après cinq envois dans des maisons d'éditions, le manuscrit est retenu par "Fleuve". Avant d'être retenu en France, il a été vendu dans six pays à l'étranger.

Le site de Anne-Laure Bondoux et de Jean-Claude Mourlevat.

 

RESUME

La vie nous rattrape souvent au moment où l’on s’y attend le moins.

Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, « grande, grosse, brune », pourrait devenir son cauchemar… Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre. Jusqu’au moment où le paquet révèlera son contenu, et ses secrets.

Roman espistholaire à découvrir

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles de Samantha Hayes (non lu)
Quand souffle le vent du Nord de Daniel Glattauer (non lu)
Inconnu à cette adresse de Kressman Taylor (non lu)
84, Charring Cross Road (non lu)
Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates (lu)

 

 

Lu aussi par "Clarabel"

 

Biblographie

Lecture de mars

 

......................................................................................................................................................................

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : 
Abonnez-vous à "newsletter" !

 

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

La Plagne 1250-3250 m IMG_0643 Le_Christ_bienveillant_de_Tignes

Meg_ve_ALLARD_Illuminations

2_Alpes_07  

La Plagne,
domaine de l'bondance

Peysey-nancroix

Tignes Megève L'Alpe entre
les "2 Alpes"

 

 

 ...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution :  Samedi 6 juin 2015
Mise à jour  : 6 juin 2015


                 Répondre                        

 << Précédente  |AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 22:30 - Lire et reliure - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 mai 2015

La Vallée Blanche, Temps & temps

 

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

Expression"A quoi bon soulever des montagnes quand il est si simple de passer par dessus
Boris Vian

 

 

A l'origine, cela devait se dérouler deux ans plus tôt. Le temps donc prend toute son importance ! Car si les conditions ne le permettent pas, il faut reporter dans le temps.

Le grand Jour s'annonçait par une météo super clémente. Notre groupe avait le bénéfice de deux guides exceptionnels qui nous avaient déjà donné l'envie d'y accéder. Le mystère de la Vallée Blanche, la plus célèbre des hors-pistes de la planète allait abreuver nos conversations.

 
↓ Passez le pointeur sur le bas de la photo pour connaître la légende 

Arête de l'Aiguille du Midi

 

23 km de descente autour d'un glacier, en pleine nature sur une piste qui débute de l'Aiguille du Midi et se prolonge dans la vallée glaciaire au coeur du massif du Mont-Blanc. Accessible à tous les amateurs qui ont un niveau moyen et qui supportent l'altitude car c'est à 3842 m que débute la grande descente et à cette hauteur, la pression atmosphèrique baisse et entraîne une chute du taux d'oxygène qui déséquilibre notre performance physique. Le seul bémol que je rapporterai est que la neige n'était pas damée et entraîne quelques difficultés & fatigues.

 

Aiguille du Midi - Chamonix

L'itinéraire est au choix car c'est du hors piste. Libres mais responsables et il est donc recommandé d'être accompagné d'un guide de haute montagne car en fonction du temps, le site se transforme et il est parfois difficile de s'y diriger.

2800 mètres de dénivelé avec un départ qui nécessite crampons, baudrier, A.R.V.A. (Appareil de Recherche des Victimes en Avalanches), pelles, sondes, cordes ; cet équipement est nécessaire en cas de chute dans une crevasse.

 

 

 

Aiguille du Midi -face Nord-

 

Juste avant, je jette un oeil sur le pylone où la télécabine de la Vallée Blanche est suspendue. C'est une véritable prouesse de technologie. Ce téléphérique porte le défi d'être le plus haut d'Europe. Il est conçu en deux tronçons, il y a donc une gare intermédiaire, nommée "Plan de l'Aiguille" (2317m). La deuxième partie a une portée de 2870 mètres de long sans pylône intermédiaire, avec une pente à 110 %. La nacelle est donc suspendue a plus de 1000 mètres au-dessus du glacier et semble donc plus près du ciel ! Lorsque l'on arrive à la gare, la cabine se pose sur des rails pour soulager les câbles. L'arrivée se fait sur une pointe séparée de l'Aiguille du Midi par une brèche de 20 mètres de long. Le passage d'une aiguille à l'autre s'opère par un pont métallique d'un vertigineux à-pic.

 

Passerelle de l'Aiguille du Midi

 

Après toutes ces mesures, le choix de l'itinéraire est à prendre en compte car les pistes ne sont pas balisées, ni entretenues et encore moins surveillées ! La célèbre arête de neige et de glace, suivant le climat n'est pas équipée de corde.

 

Chamonix - Vallée Blanche

 

Arrivés à l'Aiguille du Midi, nous traversons la passerelle, puis au bout du tunnel dit grotte de glace, nous découvrons des étendues de neige vierge, lissée par le vent. La dent du Géant est l'aiguille repère, c'est la sentinelle des arêtes et le symbole du massif du Mont-Blanc. Tout autour, chaque sentinelle défile sur la ligne de crête pour former ce panorama et limiter mon imagination qui avait libre cours jusqu'à présent. Ma vue caressait au fur et à mesure ces sommets décrits par nos amis qui en avaient dompté quelques uns. A portée de main, le Mont Blanc tout ventru (4810m), le Mont Blanc du Tacul et le Mont Maudit.

 

La neige, la poudreuse, la Vallée Blanche

 

Là, je ressens le besoin de lire "Premier de cordée" car le passage obligé est la corniche. Dès février, un chemin est tracé dans la glace. L'accès se fait à pied à l'aide d'une main courante et il préférable d'avoir un sac à dos qui puisse contenir bâtons et skis. Une main sur la corde installée, cramponnés et encordés les uns aux autres à l'aide du baudrier, nous posons chaque pas en silence et j'entends mes palpitations.

 

Crevasse de la Vallée Blanche

 

Arrivés sur la plate-forme, chacun prend le temps de respirer, d'éliminer les sueurs froides tout en s'assurant sur les skis. Enfin, le départ est éminent. La neige en cette saison est taffolée, c'est-à-dire, travaillée et même cartonnée (avec couche dure, cassante). J'imaginais que les sommets étaient poudreux et je perdis tout style car je trouvais la neige traître.

Le départ s'opère sur une pente raide et bosselée...

 

Glacier du Géant, Vallée Blanche

 

Nous passons au pied de la voie "Rebuffat", sur la face sud l'Aiguille du Midi.

Nous dévalons les kilomètres en direction du glacier du Géant qui est dans la partie haute de la vallée Blanche. Le chemin est semé d'embûches que mon oeil non avisé ne perçoit pas. Le passage me semble difficile par le fait que je ne maîtrise pas ce type de neige.

 

Sérac à la Vallée Blanche

 

Nous longeons le sérac du Requin.

Nous prenons la voie dite classique mais dès le début nous piquons vers les "Gros Rognons". Une autre variante s'appelle le "Petit Envers du Plan" d'un niveau plus élevé, puis il y a le "Grand Envers du Plan" pour les très bons skieurs.

La neige recouvre les crevasses qui se fondent dans le décor.

 

 

Glacier du Tacul à Vallée Blanche

 

Le passage des séracs est une succession de bosses entrelacées dans le vide. Nous le franchissons en dérapage.

Pas d'arrêt, la saison ne s'y prêtre pas et le risque qu'un bloc se détache et entraîne la chute dans un sérac est à prendre en considération. Puis, nous arrivons à la "Salle à manger". La vue est fantastique de là sur le glacier. Nous continuons pour prendre la pause de midi un peu plus loin à l'abri, face au glacier et derrière nous la "Mer de glace" s'étale et nous attend.

 

Mer de glace - Chamonix

 

 

Nous avons laissé le refuge du "Requin" (2516m) sur notre gauche. Il est merveilleusement installé sur une arête face au glacier. Mais notre descente est prévue pour une seule journée.

 

Roche & glace à Vallée Blanche

 

Puis après une pause bien méritée, nous skions sur la mer de glace. Une ballade de 7 km. Nous tournons le dos à l'amphithéâtre de la Vallée Blanche. L'univers change pour devenir plus minéral. Nous entendons des moraines qui se détachent et déclenchent des minis avalanches. Des aiguilles de granit et de gneiss entourent cette langue terminale de mer de glace. L'Aiguille du Midi est formée de roche rouge, composée de granite hercynien. Tout au long de la course, apparaîssent des mini cratères formés par les éboulements de roche.

Le glacier avance et forme des bandes de Forbes qui sont des stries qui apparaissent noires en été. Leur forme arquée au milieu montre que le glacier avance alors que sur les côtés, il est ralenti par les parois rocheuses.

 

Forbes à Mer de glace de la Vallée Blanche

 

En dessous, les blédières sont recouvertes d'une bonne couche de glace qui peut atteindre 400 mètres de profondeur où nous circulons allègrement dans la phase terminale. Les blédières sont des torrents de fonte de surface et s'écoulent dans les moulins qui sont des puisards par lesquels l'eau se dirige et creuse des galeries pour finir dans un torrent en dessous du glacier.

Le glacier a reculé de 2 km depuis 1820. Ce mouvement a entraîné que le niveau actuel ne permet pas d'accéder à la gare de plain pied et qu'il faut fournir des efforts supplémentaires.

Suivant l'enneigement, il est possible de descendre jusqu'à Chamonix (1035m d'altitude), mais nous sommes au mois d'avril et nous devons attaquer les 450 marches qui sont nécessaires pour rejoindre les télécabines (1913m), puis le petit train de la gare de Montenvers qui nous ramènera à Chamonix.

Petit train de Montenvers à Vallée blanche

Il faut compter 4 à 6 heures pour profiter du site et il est préférable de partir vers 9 heures du matin en cette période afin d'éviter d'avoir une neige fondu dans l'après-midi. Il existe 5 itinéraires à pratiquer en fonction du niveau de ski. La traversée est recommandée entre mi-décembre et début avril. Avant de prévoir cette randonnée, il faut s'assurer de ne pas avoir le mal de montagne qui touche à partir de 3300 mètres d'altitude certaines personnes.

 

Matériel

  • Piolet, crampons, casque, sangles, encordement de 50 mètres pour une cordée de 2 ou 3
  • Carte Chamonix 3630 OT au 1/25 000

En savoir plus

Biblographie

Randonnée du week-end du 18 au 20 avril

......................................................................................................................................................................

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : 
Abonnez-vous à "newsletter" !

......................................................................................................................................................................

Adresses citées dans ce reportage :

 

 

 

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 

La Plagne 1250-3250 m IMG_0643 Le_Christ_bienveillant_de_Tignes

Meg_ve_ALLARD_Illuminations

2_Alpes_07  

La Plagne,
domaine de l'bondance

Peysey-nancroix

Tignes Megève L'Alpe entre
les "2 Alpes"

 

 

 ...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution :  Dimanche 10 mai 2015
Mise à jour  : 10 mai 2015


                 Répondre                        

 

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>