Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

26 octobre 2009

L'antre d'une grotte rupestre "Dionisie Torcatorul", regard sur l'Est - Roumanie ALUNIS

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Voir aussi,   1 / 2 / 3 / 4 / 5   -  Carte

    Chère Iona,

    Au plus loin de mes pensées, je n'ai de souvenirs qui évoquent des témoignages de l'histoire humaine des temps immémoriaux.

    BUCOVINE__Grotte_rupestre_Dionisie_Torcatorul__Nucu__COLTI
    Dionisie Torcatorul

    J'allais à sa rencontre pour plonger dans la magie d'un passé.  Découvrir l'existence d'un habitat rupestre est aussi un passage dans l'histoire du culte des peuples Thraces. Je franchissais l'entrée de ce passage, taillé à même la roche qui s'effaçait pour laisser place à l'espace. A l'intérieur de son propre corps surgissait alors un habitat troglodyte. En effet, sur les hauteurs de ce lieu-dit, se répartissent de petites églises creusées et gravées du 14e au 16e siècle.

    Cette construction rupeste puise son caractère sacré par sa matière, la roche. Cette enclave prédisposait à imaginer que ce lieu de culte était une plaque tournante entre l'Orient et l'Occident. L'analyse directe des élèments qui la constituaient était le résultat de vestiges rupestres destinés soit à la prière, soit à l'habitat.

    Dionisie_Torcatorul__Image_pieuse
    Dionisie Torcatorul  -Image pieuse-

    Expression"L'homme est un animal religieux. L'homme rit, parcequ'il sait qu'il va mourrir, et parle, pour donner un sens à son bref passage"
    Umberto Ecco

    Mon oeil profitait des éclairs de lumière pour induire mes sens sur la divinité de ce lieu. La représentation des sacrifices, oracles et libations de ce peuple de chasseurs, de bergers et d'agriculteurs semblait conférée l'immortalité de cet habitat. C'était un message des Daces sur leur toute puissance en l'immortalité.

    Les bases de l'habitat étaient transmutées par l'idée de banquets où chaque convive était invité à l'immortalité par la santé de l'esprit. L'oracle prenait l'inspiration dans une grotte.

    C'est donc dans cette entrée, cette percée dans la montagne que je sortais dans l'autre monde.

    Expression"Il vaut mieux allumer une bougie que maudire l'obscurité" (proverbe chinois)

    Cette narration conte ce voyage spirituel chez les Géto-Daces. Dans ces abris-sous-roche, l'art rupestre ulisé dans ces gravures (ou art schématique), est d'un style artistique différent, motivé par ses écrits aux caractéres cyriques (alphabet des slaves orthodoxe), sur les parois (de paries, paroi) et propres aux sanctuaires. Des investigations scientifiques ont été menées pour connaître l'ancienneté de ces gravures façonnées dans le calcaire, symbôle de cette civilisation.

    Expression"Les gens ressemblent à leur époque plutôt qu'à leurs parents" (proverbe arabe)

    L'alphabet cyrillique utilisé, remonterait à l'arrivée des moines orthodoxes, frères "Cyrille" (de son vrai nom Constantin, dit "Constantin le Philosophe") (827-869) et "Méthode" (825-885) qui étaient originaires de Thessalonique et étaient venus de Constantinople (Orient) pour évangéliser les roumains d'origine slave (Occident) de l'ancienne Thrace. Leur fête est le 11 mai, jour des Saints Cyrille et Méthode, dédiés à l'éducation, l'écriture et la culture. Ces missionnaires transcrire le "slavon" en "alphabet glagolitique" (qui signifie "parler") car les slaves ne disposaient pas encore d'écriture. Cette calligraphie est tirée de l'alphabet grec, mais également de caractères hébreux qui permirent d'adapter la phonétique de certains sons absents de l'alphabet grec [comme le diacritique ӂ, pour le phonème /dʒ/ ] et de donner tout son sens à cette langue, aujourd'hui disparue (1990), mais encore utilisée dans les textes liturgiques orthodoxes slaves. Un peu plus tard, les disciples de Cyrille reprirent cette écriture et instituairent les caractères cyrilliques, en son honneur.

    Expression"L'écriture est le seul moyen de sauver le passé de l'oubli"

    Cet alphabet dont l'origine est conféré à l'église Byzantine est utilisé au IXe siècle pour traduire les textes liturgiques chrétiens afin de les convertir au christianisme.

    ALUNIS_Accompagnateur

    notre guide

    Entre mythe et passion, l'histoire de cette civilisation est renforcée par sa religion orthodoxe, symbole de ce peuple qui se diffère de l'Europe Occidentale.

    Le goût de la grotte est à ce qui paraît du Moyen-Age. Ce trou creusé par l'homme dans un bloc immense de rocher permettait de se retirer pour renoncer au monde. Cette pratique permettait de forger l'esprit et d'atteindre l'épiphanie divine. S'occulter du monde pour rentrer par la pensée dans le nouveau monde est significatif de la renaissance par la mort. C'est donc dans le subconscient que se forge la symbolique du mécanisme psychique.

    Cette parenthèse permet de comprendre l'attrait irrésistible de la grotte. Le présent, le futur et le passé s'harmonisent pour offrir le "Temps". Cette superposition de dates par l'intermédiaire de l'imagination, produit de la pensée.

    L'inconnu, le noir, l'abime sont le délice des Ténèbres. Car s'enterrer dans l'obscurité est s'offrir le plaisir de l'artifice de la lumière de la vie. C'est source de bien être.

    Pestera_Lui_Losif_BUCOVINE_Grotte_rupestre
    Pestera Lui Losif

    Pestera Lui Losif Image_pieuse_

    Dévotion Icône à Pestera Lui Losif

    Pestera_Lui_Losif_Fen_tre

    Pestera Lui Losif - Fenêtre

    Quand la solitude est apprivoisée, elle donne un sens au mécanisme de la pensée et permet de s'éveiller du naufrage pour métamorphoser la réalité, clé de la vie.

    "L'homme s'élève au-dessus de la bestialité par la vertu que lui inspire son sentiment religieux"

    Mais revenons à ce pittoresque endroit que nous avons visité avec nos hôtes, la famille "Milea" d'Alunis. J'ai le plaisir de me souvenir de leur accueil avec leurs amis Oana et Ionut car il surprend. Je leur ai demandé le chemin pour retrouver la piste qu'il m'était indiquée par ailleurs pour visiter ces grottes. Et, ils furent tellement étonnés de nous voir en ce lieu, qu'ils nous invitèrent à prendre une collation et poursuivre la soirée avec eux. Dès lors, l'organisation de l'excursion fut faite pour le lendemain car ils passaient leur week-end chez les parents pour quitter l'atmosphère de la capitale Budapest. Nous fûmes donc invités à dormir chez eux et profiter allègrement de leur gentillesse. Ces journées passées en leur compagnie ont forgé un lien indestructible qui ne cessera d'être rappelé au souvenir de la Roumanie : le partage.

    Chemin_Grottes_ruspestes___NUCU
    Le chemin,  Oana et Alexandra

    Dionisie_Torcatorul_rocher

    1ère étape - Eperon de pierre de Dionisie Torcatorul (grotte)

    On dénombre une trentaine de cavités sur le col Crucea Spătarului que l'ont peut atteindre après 1 à 2 heures de marche. En partant de Alunis, prendre le chemin de droite avant l'église et après les potagers descendre dans un verger de pommiers. La pente est raide pour se diriger en direction de la falaise d'en face où se situe la première grotte. Les habitants de ce village sont appelés les "Mosnenii", les gardiens des "caché". Ces colonnes colossales n'étaient accessibles que par les habitués de cette forêt voilée par les brouillards.

    Tous ces sites sont à une altitude relativement élevée et il est probable qu'ils servaient de refuge ou de retraite lors des cérémonies. La majorité de ces sites sont orientés vers le soleil levant. Les peintures rouges que l'ont aperçoit dans certains lieux ont vraisemblablement été faites par des peuples de chasseurs-cueilleurs. L'endroit n'est pas bien signalé et il est préférable de se faire accompagner par un villageois. Car à part, celle dans le village d'Alunis qui est la plus accessible, les autres nécessitent de repérage. Alexander Odobescu est allé à leur rencontre en 1981.

    • l''ermitage (schitul) rupestre d'Alunis, mi-roche, mi-bois fut selon la légende sculpté par deux bergers "Vlad" et "Simon" qui faisait paître leur troupeau. Un des bergers pendant son sommeil entendit une voix qui lui demanda instamment de creuser dans la roche pour retrouver l'icône de la bienheureuse vierge Marie. Il s'executa et la trouva en effet. A la suite de cela, il construisit avec l'aide des villageois une annexe en bois. Les noms des berges sont annotés dans la pierre de l'autel, sur la gauche. Trois autres cellules furent creusés pour les moines.

      L'église daterait de 1274 et serait mentionnés dans des documents de 1351. Elle est dédiée à Saint Jean Baptiste dont la fête est le  29 août. Jusqu'en 1871, elle fut un ermitage, puis devint l'église du village.

      La salle forme de navire et a un plafond vouté. Elle mesure 8 m de long sur 4 m de large, pour 2.80 m de plafond. Le porche en bois situé devant aurait été conçu entre 1840 et 1850. Les annexes ont été réalisées par le prêtre Ciolaneanu Anthony. En 1870, des icônes sont rajoutés sur les murs, sur un support de chêne en étain et zinc, conception du moine Eftimie.

      Des inscriptions cyrilliques qui proviennent de ses origines en tant que temple ne sont pas encore déchiffrées.

      Sur la colline, au dessus, se trouve Alunis Zboiu. Grande galerie creusée également dans la pierre avec un puits dont les autochtones se servent depuis les invasions barbares.

    >> Le saviez-vous ? Alunis veut dire noisette, en roumain.
                                          Tataricum signifie "Etablissement habité par des géants"

    Une légende dit qu'une jeune fille "Luana" devenue une divinité car elle vint du ciel dans un char de feu pour garder les portes de la ville.

    Cette ville était occupée par des soldats courageux, épuisés par les différents combats. Afin de les protéger, elle leur indiqua une source pour laver leurs plaies.

    Ils prirent abri dans les grottes pour se remettre des assauts. Cette défense naturelle était formidable pour se protéger des envahisseurs.

    Et depuis, les grottes de cette région sont le symbôle de la protection.

    Eglise_Saint_Joseph_Vue_d_ensemble

    Vue d'ensemble de l' Eglise Saint Joseph à Alunis - Roumanie

    Eglise_Saint_Joseph_Alunis

    Entrée Eglise Saint Joseph à Alunis - Roumanie

    Cellules_d_Alunis

    Cellule d'Alunis

    • la Croix d'Agaton (inscription gravé dans l'un des pièces et qui serait le nom d'un moine) ou Croix de "spatar",

    • "Fundatura" (signifie  "l'impasse") ou "Torcatorul", logé un ermite, le vénérable père "Denys Torcatorul" qui filait de la laine pour payer ses minces besoins. Afin de s'abriter, il creusa une grotte dans la roche à 4 pieds au dessus du sol. Il en fit sa cellule où il y vécu 30 années de sa vie en dépassant les problèmes des humains, de la faim, du froid...

      Le jeûne l'amenait à méditer mais les gens des alentours lui demandèrent de dispenser une messe en l'église  de Sihastria Fundatura. Puis, il s'isolait en retirant l'échelle de sa cellule.

      La Roumanie est le deuxième pays orthodoxe.

    • l'ermitage de Fundul Pesterii (qui veut dire fond de la grotte) ; il porte sur sa façade des caractères cyrillique.

      Fundul_Pesterii_Grotte_rupestre_Monts_de_Buzau_01

      Fundul Pesterii

    • la grotte de Dionisie était habitée par le vénérable Denys. Pour accéder à la bouche d'entrée, il faut monter sur une échelle qui se trouve sur le versant Sud des falaises. Elle se situe dans les montagnes "Penteleu".

      BUCOVINE__Grotte_rupestre_Dionisie_Torcatorul__Nucu__COLTI__Inscriptions

      Inscriptions  Dionisie Torcatorul

    • la grotte de losif, dite "Pestera Lui Losif",

    • la grotte de Pietra Ingaurita (La pierre trouée)

    • la grotte de Joseph

    • Casoaia,

    • "Viel Agaton" (dite la "Ruine")

      Agotonul_vechi_04

      Photo de   xxx du site xxxx

    • "Nouveau Agathon" (dite Pestera Agatonu Nou)

      Agotonul_nou_ou_nouvelle_Agathon

      Photo de   xxx du site xxxx

    aux Monts de Buzau sont décrits depuis le 13 juillet 1587.

    Croix_Spatarului

    PHOTO SOURCE DE ZAMOLXIS

    Accès

    A 150 km au Nord de Bucarest, en direction de Colti, sur la route de Brasov à Budapest

    Après Patarlage, la route est très mauvaise.
    Village de Nucu, commune de Bozoriu - Judée de Buzau

    Carte

    Si vous voulez connaître le lieu, c'est ici.

    Europe > Roumanie > Moldavie > Buzau > région : Munténie > Alunis > Catunul Nucu - Fisica - Bozioru

    Autres ermitages

    • Pahomie, situé dans le village de baile Olanesti, commune de Barbatesti.
    • Eglise rupestre de Putna
    • Grotte de Cuciulat

    Lectures associées

    • Dace préhistorique de Nicolae Densusianu

    Comment s'héberger autrement,

    www.hospitalityclub.org

    Liens

    Blog de Lucien
    Géoforum

    Remerciements

    à  Alexandra et son époux et leurs amis Oana et Ionut pour m'avoir fait découvrir ce lieu, tant recherché. Nous avons passé d'agréables moments en votre compagnie. Votre hospitalité, votre générosité, votre dévouement, votre présence joyeuse resteront présents et sans pareil.

    ALUNIS_ROUMANIE Copains d'abord Alexandra et son époux, Iosif et Ionut

    Autres sites troglodytes décrits,

    Bibliographie

    Voyage en Roumanie en juillet & août 2008.

    Poienile Izei Portrait Iona SAPANTA Laitier et laitière Train vapeur de Viseu de Sus TRANSYLVANIE Volcan de boue à BUZAU BUCOVINE Grotte rupestre Dionisie Torcatorul Nucu COLTI Maïs
    Courrier à Iona Cimetière de Sapanta Mocăniţa , le petit train de la vallée de Vaser Volcans de boue - Buzau Grotte rupestre
    ALUNIS
    Maïs

    ...................................

    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais
    Parution : 26 ocotobre 2009
    Mise à jour  : 28 ocotobree 2009

             

             

    Répondre

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>


    26 septembre 2009

    Volcans de boue - Buzău --Râvie de te connaître ROUMANIE-- Transylvaniees-

      manie

      << Précédente | AAccueil | Suivante >>

      Voir aussi,   1 / 2 / 3 / 4 / 5   -  Carte

      Chère Iona,

      C'est aux environs de Buzau, dans les contreforts subcarpathiques, province de "Muntenia" que je t'emmène découvrir ces curiosités géologiques "Vulcanii Noroioşi". Ces monuments de la nature proviennent d'un phénomène très rare au monde car il est formé de nombreux volcans de boue qui sont toujours en éruption.

      TRANSYLVANIE Volcan de boue à Buzau

      C'est donc, sous un soleil écrasant, 40° Celsius à l'ombre que nous avons affronté ce nouveau monde.

      Miniatures certes, mais ces cratères "bullent" de l'eau froide et entraînent à la surface de la boue dont les projections peuvent mesurées de moins d'un mètre jusqu'à presque dix mètres. Leur apparition est annoncée par un gargouillement qui laisse échapper à divers intervalles des gaz qui provoquent des bulles, voire des coulées.

      TRANSYLVANIE Volcan de boue à BUZAU

      Spectaculaire dans ce site de la région de Berca dont la nature aride bouillonne en profondeur et offre un paysage lunaire et désert à l'extérieur. Cette composition est due au taux de salinité de l'eau.

      Terre craquelée qui se déforme, s'élève en dômes qui se dilatent en forme de cônes (bolborocii, en roumain) d'où émanent un gaz naturel. Ce phénomène provoque des cheminées qui laissent échapper des coulées d'argile et d'eau. A l'origine, à 3000 mètres en profondeur de la terrre, les gaz (principalement du méthane, du dioxide de carbone et de l'azote) se glissent dans les failles et propulsent l'eau salée qui lessive les marnes et les grès qui générent cette boue.

      On peut donc appeler ce phénomène un volcan car il comprend un cône et un cratère.

      TRANSYLVANIE Volcan de boue à BUZAU

      De ces cordées, l'argile séche pour laisser place à un tableau de polygones de dessication (mud cracks). Chaque visite est différente tant la terre palpite en temps réel et s'habille ou se découvre au gré de son humeur. De la qualité de la boue dépendra l'apparence du volcan qui varie en fonction des projections plus ou moins épaisses. Si c'est liquide, le cône s'affaiblit et si c'est compact, le cône se reforme.

      Cette réserve géologique et naturelle est à une altitude de 450 à 550 mètres et s'étend sur 30 hectares. Ces miniatures de volcan sont déclarées monuments de la nature depuis 1924. Elles sont uniques en Europe, bien que les plus connues soient celles "Lusi" en Indonésie et celles du "Parc de Yellowstone" aux Etats-Unis. Ce ne sont pas les seules en Roumanie, mais elles restent les plus spectaculaires ; si vous désirez partir à la rencontre des autres lieux, c'est à "Bazna Homorod Ocna" près de Sibiu... , pour vous situer.

      TRANSYLVANIE Volcan de boue à BUZAU

      A proximité, des réservoirs géologiques de pétrole sont présents. Première exploitation pétrolière de l'Europe de l'Est.

      TRANSYLVANIE Volcan de boue à BUZAU

      TRANSYLVANIE Volcan de boue à BUZAU

      Dans cet espace, la "Nitratia Scoberi L.", plante indigène hermaphrodite, de la famille des halophiles arrive à survivre. Elle se présente avec des grappes de fruits noirs comestibles au goût agréable. La plante porte le nom roumain "garduraritsa". C'est une plante asiatique. Parfois, apparaît également "l'Obione" (faux pourprier) avec ses fleurs jaunâtres, le "Limonium" (lavande) et "l'Armoise" (Artemesia).

      TRANSYLVANIE Volcan de boue à BUZAU

      Un peu plus loin, l'environnement se diversifie pour laisser place à une herbe verte qui laisse s'échapper un air d'Irlande. Puis sur la route du retour, votre regard peut admirer des roseaux.

      Parlons maintenant de l'asphalte. Parfois elle s'interrompt, pour laisser place à des sillons, des trous. Ne vous étonnez pas, c'est bien la route qui amène au centre de notre visite.

      Ecouter, se réjouir à la vue de ces vallées creusées par les écoulements de boues et d'eau. Entendre le glougloutement orchestré par ce mélange de méthane et glaise qui postillonne.

      TRANSYLVANIE Volcan de boue à BUZAU

      Cet environnement a été le décor du film "les aventures du Baron de Muchausen sur la lune". Mais également, un haut lieu de photographie. C'est donc à cet endroit que le clip pour l'Eurovision 2005" de la chanson "Let me try" fut réalisé.

      Au niveau économique, cet environnement permettrait de profiter de ces matériaux d'origine volcanique (zéolithes naturelles) qui ont une grande faculté d'absorption pour palier aux déchets agronomiques, tels les élevages de porcins. Ce traitement permettrait de réduire les nuisances olfactives et accélèrerait le processus de dépollution pour le respect de l'environnement.

      "Multumesc" (merci), de votre visite.
      "La revedere" (A bientôt)

      Pas à Pas

      Relevé

      Les volcans de boue ont été découverts par le français H. Cognand en 1867 lors d'une exploitation pétrolière. Grégory Cobalcescu les décrivit en 1883, puis en 1890 par Gregory et en 1965 par Mircea Stefanescu Peaha.

      Accès

      Prendre la route DN 10, Buzau-Brasov. Après avoir traversé la rivière de Buzau, au niveau de la commune de Satuc, tourner à droite en direction de Berca. Après la commune, traverser "Joseni", puis "Policiori" (au Nord), parter sur la gauche après avoir traversé un pont pour se diriger vers "Chiliile", faire 5 km pour parvenir au lieu "Pâclecle Mici" (Petits brouillards) de 16.5 ha, altitude 341 m. Cette zone s'étend jusqu'à "Pâclele Mari" *** ou "Piclele Mari"(Grands brouillards) de 22 ha, altitude 322 m. Et également, il y a Pâclele Beciu, 20 x40 m, altitude 280 m.

      Transylvanie
      100 km de Bucarest

      Pour l'accès au parc, il faut compter 4 RON par adulte, 2 RON pour les étudiants et 1 RON par enfant.

      Adresse GPS

      Latitude 45 19 39 12 N
      Longitude 26 42 16 34 E

      Aux environs

      Sel de Buzau (Sarea Lui Buzau), réserve géologique à Lopatari
      Eglise épiscopale de Buzau
      Eglise monastère à Ramniscul Sarat (1671-1697), se distingue par les peintures intérieures et ornements
      Musée de l'ambre à Colti

      Bibliographie

      Voyage en 2008

      Commodité

      Un hôtel est construit face à l'entrée du site. Il offre un service de pensions qui n'offre par le charme et le confort des étapes chez l'habitant rural.

      Carte

      Si vous voulez connaître le lieu, c'est ici.

      Europe > Roumanie > Moldavie > Buzau > Volcans de boue de Buzău

      Liens

      Blog de Lucien
      Géoforum

      Bibliographie

      Voyage en Roumanie en juillet & août 2008.

      Poienile Izei Portrait Iona SAPANTA Laitier et laitière Train vapeur de Viseu de Sus TRANSYLVANIE Volcan de boue à BUZAU Maïs
      Courrier à Iona Cimetière de Sapanta Mocăniţa , le petit train de la vallée de Vaser Volcans de boue - Buzau Maïs

      ...................................

      Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais
      Parution : 26 septembre 2009
      Mise à jour  : 26  septembre 2009

               

               

      Répondre

      << Précédente | AAccueil | Suivante >>

      Posté par PASPERDUS à 16:50 - Carnets de voyage - Roumanie - Commentaires [25] - Permalien [#]
      Tags : , ,

      26 juillet 2009

      Mocăniţa , le petit train de la vallée de Vaser -Râvie de te connaître ROUMANIE -Les Maramures-

        << Précédente | AAccueil | Suivante >>

        Voir aussi, 1 / 2 / 3 / 4  / 5    -  Carte

        Chère Iona,

        Je fais suite à mon précédent courrier et je t'invite à faire ce voyage un court instant dans cette locomotive à vapeur, témoignage des années glorieuses sur un réseau à voie unique dont les rails serpentent la vallée de la Vaser pour suivre, toute une journée, la rivière, pour un aller-retour magique en Moldavie, aujourd'hui séparée en deux parties Nord et Sud qui appartiennent respectivement à l'Ukraine et à la Roumanie.

        Train vapeur de Viseu de Sus

        C'est le dernier train à vapeur de marque, la "Mocanita". L'unique moyen de transport encore en service pour exploiter la forêt en Roumanie, dans les "Maramures" et comme tu le dis si bien avec ton accent "Maramourech".

        Train vapeur Viseu de Sus

        Ta langue m'interpelle tant elle est similaire à la nôtre et permet de la déchiffrer aisément. Votre culture est si proche des pays méditerranéens que beaucoup de roumains parlent encore le français qui jouit là-bas d'un prestige culturel. Toi, Iona ma soeur de coeur, tu sembles être l'emblême de la fraternité Franco-Roumaine qui naquit de votre révolution en 1989. Votre peuple "Magyar" dont la culture, la langue et le mode de vie semble similaire à ceux du bassin méditerranéen semble sortir lentement d'un autre temps. On vous découvre avec des coutumes ancestrales, parfois archaïques, mais votre hospitalité reste caractéristique et la barrière du langage n'a eu raison de notre complicité.

        Cette ligne traverse le défilé de Vaser à l'aspect d'un canyon car il longe la rivière Vaser, longue de 62 km. La voie qui a été créée entre 1924-1932, a un écartement étroit de 0.76 mètres qui permet de tracter par l'intermédiaire de la locomotive, les wagons vieux de plus de cent ans. Ce petit train passe par Novat (13 km), Novicior, Bardiu, Cozia, Botizu, Suligu, Faina (32 km), Marcalau, Lostun, Ivascoa et Comuna. Il s'arrête à 3 gares, avant de se faufiler jusqu'à Comuna. La ligne est de 43 km.

        Train vapeur Viseu de Sus ROUMANIE

        La première compagnie qui gérait cette ligne forestière est CFF (Cale Ferate Forestiere) qui la vendit à la Compagnie "Viseu Forest". En 2005, elle fut rachetée par la R.G. Holz Company.

        Il offre la possibilité de s'imprégner de l'ambiance qu'il y règne avec les exploitants forestiers et se retrouver hors du temps toute une journée.

        Nous nous levons au lever du jour, vers 6 heures, car le départ est prévu pour 7h30 à Viseu de Sus, autrefois appelé "Intre Rauri" (entre les montagnes des "Maramurech"). Le train ne circule qu'une fois par jour, été comme hiver. A la vue des voitures qui s'entassent prés des entrepots, les touristes affluent. L'attente est un peu longue pour obtenir un ticket. Au fur et à mesure de l'attente, des wagons se rajoutent. Une heure plus tard, nous nous dirigeons vers les cabines qui sont entrain d'être attachées par les mécaniciens.

        Les premiers installés sont les bucherons qui montent dans le train et parlent l'allemand. Cette communauté était constituée autrefois d'allemands, roumains, ukrainiens, hongrois et "Juifs". L'usage de la bouteille de Fanta pour trimballer la "Tuilca" est courant. Cà picole !

        Derrière, l'auto-rail, de conception locale, est unique. Cet engin, hybride entre le train et la voiture, est monté sur un chassis de draisine. Il est utilisé par les gardes des frontières.

        Train vapeur Viseu de Sus Convoi

        Mais la locomotive "La Cozia 1" (7646408R), modèle de 1955 des ateliers de Resita nous laisse perplexe devant sa boulimie en charbon. Plus de 3 tonnes de charbon sont nécessaires pour nous diriger vers la frontière ukrainienne et le ravitaillement en eau de rivière permet de remplir le tender afin de refroidir ce monstre en ébulition. Nous comprendrons bien plus tard pourquoi tant d'arrêts. Chaque 8 km, elle se repose 15 mn.  Cette ligne en fonction permet de conserver les métiers traditionnels de ce type de lignes, non électrifiées tel que le chauffeur, le mécanicien, les employés nécessaires pour consolider la voie, parfois...

        Il y a également d'autres locomotives à vapeur dont l'une fut construite en 1910 "O & K", l'autre en 1921 "Krauss" et les autres entre 1953-1955, du même atelier que "La Cozia", celui de "Resita".

        Nous prenons place dans le convoi. Derrière la locomotive, une voiture de voyageurs, couleur jaune, offre l'agrément de permettre de s'abriter. Elle est déjà réquisitionnée et sautons cette possibilité pour s'installer dans la dernière qui sera bientôt suivie d'un nouveau, tant le monde afflue. A l'extrémité, se rajoute un wagon dit "baignoire". Ce nom original vient qu'il ne porte pas de toit.

        Nous sommes à l'air libre et déjà l'humidité se fait ressentir. Seul un toit nous abrite des précipitations qui ne tardent pas à venir. Le départ est éminent et un nuage de vapeur se mélange à l'arrivée du conducteur. La vitesse auxille en moyenne à 5 km/h, alors qu'elle peut monter jusqu'à 30 km/h. Cette vitesse donne l'aisance d'admirer le paysage et octroie la possibilité de prendre des photos.

        Train vapeur Viseu de Sus Rudiment

        Les paysages défilent agrémentaient par le klaxon et des épais nuages de fumée qui sont offerts par cette machine généreuse. Généreuse à tel point que des "escarbilles" de charbon de bois qui s'échappent de la cheminée tombent sur les passagers derrière la locomotive. Chaque convoi transporte son lot de bûcherons, une centaine qui sont embauchés par la Société Viseuforest ; mais également, du ravitaillement en nourriture et matériels.  Ils exploitent 30 000 hectares de forêt dans une altitude comprise en 700 et 1500 mètres.

        Quitter le temps et se réveiller pincer par l'humidité de cette vallée dont la voie longe la rivière. Cette vallée coiffée de forêts est spectaculaire tant la nature est intacte et abrite ours, lynx et loups. L'air y est frais dans cette vallée encaissée et étroite et semble parfois être un canyon.  Nous apercevons l'église de Novatz. Un autre arrêt se fait devant l'église en bois de Uniate et d'autres sont nécessités pour ravitailler en bois la locomotive ou la charger en eau de la rivière. Parfois nous traversons un tunnel et apercevons des chutes d'eau. Au terminus, un arrêt s'impose pour inverser la locomotive et nous repartons avec des escales qui parfois permettent de trouver de beaux champignons.

        Train vapeur Viseu de Sus CFF

        Ma quête photographique sera arrêtée par le taux d'humidité ambiante qui bloquera mon pauvre "Canon Ixus" ! Mais cette situation est due à des précipitations si violentes que nous dûmes plusieurs fois s'arrêter pour vérifier si les berges tenaient encore pour laisser passer notre convoi. Le temps s'écoule et l'eau coule. Nous devons maintenant arrêter de dire que c'est une pluie, car il semble que nous approchons des inondations tant les pluies sont diluviennes. Nous sommes vendredi 25 juillet 2008 et sur le chemin du retour entre Faina et Viseu de Sus, peu avant la station Bardau, des éboulis bloquent la voie. La rivière que nous longeons transporte le bois et les alluvions qui s'accrochent parfois aux berges et les arrachent. Les ponts sont démolis par les troncs qui circulent.

        Nous apprendrons que le lendemain, l'état de crise fut déclaré par cette catastrophe naturelle. La voie fut bloquée, ainsi que les touristes qui durent dormir dans les abris forestiers durant deux jours. Les crues engendrées par les pluies diluviennes de la veille semblent plus importantes que celles de 2001 et 1970. Les travaux de déblaiement et de reconstruction du chemin de fer vont être onéreux afin de rendre à nouveau accessible le parc naturel de "Muntii Maramuresului". Le train est resté bloqué à Bardau dans l'attente d'être ramené au dépot de Viseu. La première phase des travaux se termina le 27 novembre 2008 et permit d'aller avec succès jusqu'à la gare de Cozia, train tiré par la locomotive "Cozia 1". La phase 3 permit d'aller jusqu'à "Valea Scradei". L'aide financière de la fondation suisse "Hilfe für die Wassertalbahn" a été un levier pour que les autorités locales prennent en main la décision de refaire la ligne. Au dernière nouvelle, la reconstruction a duré jusqu'au mois de mai 2009.

        Lors de ces inondations le premier ministre fit le déplacement de Bucarest pour constater le désastre et donner le soutien à la population locale.

        Chaque cabine tisse des liens et le temps s'agrémente d'histoires fascinantes le temps du retour.

        Sur le trajet du retour, au deux tiers, un arrêt se fait devant le tunnel de Faina qui semble avoir servi lors de la déportation... des photos éphémères, des clichés qui se mêlent à la nostalgie du retour et aux anecdotes du périple.

        Son histoire est rappelé dans l'oeuvre de Ioan Mihali d'Apasa, en 1365.

        Vous pouvez continuez la visite par cette photothèque.

        Notre voyage continue vers le col de Prislop (1416 m).

        Train vapeur Viseu de Sus Voie garage

        Notes

        Il est préférable de prendre les dispositions nécessaires avant le départ pour son casse-croûte. L'incertitude du trajet vous laisse à la merci de ne pas pouvoir s'alimenter suivant les péripéties du trajet.

        Il est nécessaire d'avoir sur soi une carte d'identité car le train passe par une zone frontalière.

        Prévoir des vêtements de pluie, voire anorak et laine polaire.

        Ou dormir

        Gabriela Hotel
        Str. Randunelelor 1

        A 1 km, sur la route de Borsa

        Réservation

        La saison touristique est de mai à fin octobre. Pour les groupes, il est préférable de réserver à info@ecotours.ro .

        Le train fonctionne tous les jours sauf dimanches et jours fériés.

        Prix 2008

        8 euros pour adulte
        5 euros (7 à 16 ans)
        gratuité (- de 7 ans)

        Recherche de fond

        Contacter cette association. Vos dons permettront que le dernier chemin de fer forestier de Roumanie survive !

        Reportage sur les inondations.

        Carte

        Si vous voulez connaître le lieu, c'est ici.

        Bibliographie

        Voyage en Roumanie en juillet & août 2008.

        Poienile Izei Portrait Iona SAPANTA Laitier etlaitière Maïs
        Courrier à Iona Cimetière de Sapanta Maïs

        ...................................

        Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais
        Parution : 26 juillet 2009
        Mise à jour  : 26  juillet 2009

                 

                 

        Répondre

        << Précédente | AAccueil | Suivante >>

        Posté par PASPERDUS à 15:47 - Carnets de voyage - Roumanie - Commentaires [16] - Permalien [#]
        Tags : , , ,

        18 juillet 2009

        Cimetière de Sapanta, cortège de représentation -Râvie de te connaître ROUMANIE -Les Maramures-

          << Précédente | AAccueil | Suivante >>

          Cortège de représentation -Cimetière "Gai" de Sapanta-

          Voir aussi, 1 / 2 / 3 / 4 / 5   -     Carte

          SAPANTA Laitier et laitière

          "Chère Iona, je fais suite à mon premier courrier, pour te présenter Sapânta "cimiterul vesel", tu te rappeleras quel fut mon étonnement de découvrir que tu ne le connaissais pas lorque je t'en ai parlé  . Chaque étape de ce voyage réunira une journée qui m'a ébloui par son caractère hors du commun. Je t'offre ce premier jour avant notre rencontre."

          SAPANTA Cimetière, partie ancienne

          ___________

          ETAPE 1
          1er jour

          Après avoir traversé le col de Huta, nous arrivons au petit matin dans le village de Sapanta dont l'originalité est le cimetière "Vesel".  C'est à 19 km de Sighetu Marmatei pas loin de la frontière ukrainienne dans le Judet des Maramures, au Nord. Cette ancienne ethnie de Transylvanie de la "contrée de Oas" conserve ses traits caractéristiques des montagnards des Carpathes Orientales qui vivait des ressources agricoles et pratiquait le commerce. Leur culture religieuse est différente par la divination qui dévoile l'avenir comme le passé (le caché) et l'initiation avec un calendrier basé sur l'observation du temps.

          SAPANTA Femme à la prière

          Nous nous dirigeons tout de suite au camping nommé "Poieni" qui est desservi par la même route qui va au cimetière et qui remonte la rivière "Tisa", affluent du Danube qui prend sa source en Ukraine et fait le tour des Carpathes par l'Ouest.

          SAPANTA Homme au baluchon des Maramures

          Sapinta, le "cimetière joyeux" aux couleurs éclatantes est un véritable musée ethnographique.  Cet "art naïf" ou "art populaire" est un véritable livre d'images qui immortalisent le défunt avec un trait de caractère sculpté sur une croix de bois ciselée, surmontée d'un auvent comme les portails typiques de la région de la vallée d'Iza. Sur chaque stèle, est dépeint la vie du défunt par une scène de vie qui le représente en mouvement avec au-dessus son portrait. Elle est accompagnée d'une anecdote narrée, placée en épitaphe. Ces vers sous forme de poème racontent avec l'humour roumain quelques anecdotes. Le tout agrémenté de frises colorées, de colombes et petits coeurs. Sur certaines d'entre elles, une face raconte sa vie et l'autre sa mort.

          SAPANTA Musicien

          Son nom de "Cimetière joyeux" vient d'un touriste français qui trouva la lecture joyeuse des passions enterrées et offre une autre vision de la vie à la mort, la vie qui triomphe pour nous accorder cet instant de lecture pleine d'esprit. Cette impression ne peut prendre effet que quand les circonstances de la souffrance sont consumée par le temps. Car la mort est le voyage suprême qui apporte le bonheur car il enlève le temps et l'ennui. L'heure de notre mort ne nous est pas dîtes à l'avance, alors profitons de cette transition avec le dernier voyage qui sera rédemption.

          _

          SAPANTA Pop Grigore

          Ici, c'est moi qui repose
          Pop Grigore est mon nom
          J'ai aimé le tracteur
          Et me consolais avec l'alcool
          Triste, j'ai toujours vécu
          Car mon père m'a quitté petit
          Ce fut peut-être mon destin
          J'ai vite quitté la vie
          La mort me prit jeune,
          A 33 ans.

            " Aci eu ma odihnesc
          Pop Grigore ma numesc
          Mie mia placut tractoru
          Cu sticla samstimpar doru
          Am trait tot suparat
          Ca tata mic mau lasat
          Poate asau fost soartea mea
          Tinar sam lasat viata
          Moarte iute ma luai
          L'a 33 de ani "



          _

          SAPANTA L'histoire de la petite fille et du taxiteur

          Sur cette stèle, il est décrit l'accident mortel survenu à cet enfant renversée par une voiture.

          "Que tu brûles en enfer taxi qui venait de Sibiu. Aussi grand que soit le pays, tu n'as pas trouvé place pour t'arrêter ailleurs qu'à côté de notre maison, pour me renverser moi et pour faire de la peine à mes parents. Il n'y pas de plus grand malheur que de perdre son petit. Mes parents vont me pleurer pendant toute leur vie. Tu seras dans nos pensées pour toujours. Morte à 3 ans, en 1978. (2001)

          _

          SAPANTA_Costume_des_Maramures

          "Ici repose Dumitru Holdis
          Il a vécu 45 ans et il est
          mort de mort forcée en 1958"

          "Aci odihneste dumitru holdis
          Atrait 45 de ani mort de
          Moarte fortata la 1958"

          _

          La Tuica (alcool très fort) est un venin propre qui apporte souffrance et pleurs, comme à moi. La mort sous les pieds, elle m'a conduite...
          Si vous aimez la Tuica comme moi, il vous arrivera la même chose qu'à moi.
          J'ai tant aimé la Tuica que je suis mort avec elle entre les mains.
          Ici repose Dimitru Holdis - 45 ans, mort de mort forcée en 1958.

          _

          Je suis plus fort que toi, regard bien chrétien, parce que je la mort. En ligne je vous mets tous...

          _

          "Venez vous tous, je vous offre de l'alcool de prune, buvez ce verre afin d'oublir vos peines. Je vais vous donner de l'eau de vie au baril et vous verrez double !

          Quand j'étais en vie, j'avais l'habitude de produire la Tuica ! Maintenant, j'ai quitté tout cela. J'avais 54 ans."

          "Venit cu toti eompreuna Sa va dau tuica de pruna.
          Sa mise din acest Pahar Sa va treaca de amar Va dau tuica din din Butoi.
          Si unu ii Videa doi Pin-am trait à vecie Am avut si palincie Toate acestea le lasai La 54 de ani"

          _

          "C'est là que je reste, moi Gheorghe moldave de mon nom.
          J'ai travaillé avec les chevaux durant toute mon existence et maintenant je les attelle pour aller chercher du bois pour le vendre à ceux qui n'en ont pas.
          Ma route se termine pour enfin me reposer, mais j'aurai voulu vivre plus longtemps afin de ne pas me retrouver en poussière. J'ai quitté ce monde à l'âge de 59 ans. Décé en 1986.   
          "

          "Eu aici ma odihnesc modave Gheorghe ma numesc
          Cit dans lume mi-am trait Cu CAll
          mult am muncit Si-acum vin EH cal calare
          Aduc Iemne de vanzare La omul soins nu sont lar drumu mi-sa umbrit Ca iute eu I-am parasit Am venit la hodinit Comme fi vrut sa mai  traiesc Nu sa vin sa putrezesc Lumea asta o 59 de La lasai par intérim M. 1986"

          _

          Chaque tombe nous amène à connaître un peu de l'histoire de cette vie, de ce village des Maramures et le plaisir de déambuler dans ce lieu qui remonte le temps.

          SAPANT Noyade du petit garçon

          Nous rencontrons des bergers, des agriculteurs, soldats mort à la guerre, des musiciens... plus de 700 tombes aux significations très originales. Il est associé à la culture des Daces (pour les Romains) qui s'associe à l'immortalité car le passage de la vie à la mort était considéré comme vers une vie meilleure.

          SAPANTA Musicien en costume des Maramures

          Musicien

          La présence des morts parmi les vivants, ainsi que les souvenirs qui les maintiennent présents comme le portrait peint est plus qu'une oeuvre d'art naïf. L'image du défunt pris dans la force de l'âge rappelle aux croyants qu'ils sont parmi eux. Il en est de même pour les photographies au domicile du défunt qui au niveau spirituel peut être une image rassurante par la représentation concrète d'un mort vivant et permet de conserver le souvenir vivant par cette apparence. Cette présence peut inhiber chez l'entourage du défunt la peur de la mort qui apporte souffrance par la séparation. La période de deuil doit être considérée comme une étape dans la communion pour intérioriser cette peine à la perte d'un être cher. Faire le deuil, c'est prendre le temps d'estomper les sentiments et de les maîtriser pour que l'insupportable soit surmonté. Ce travail de deuil peut s'accompagner épisodiquement de troubles (allergies, asthme, eczéma... ) par des moments d'évocation. Si inconsciemment, il est évoqué, il rappelle le phénomène des revenants et sont alors surnommés "fantômes".

          Cette représentation culturelle permet d'intérioriser le souvenir avec une image toujours présente qui est l'invisible de la tradition des Maramures.

          SAPANTA Homme à la casquette

          Homme à la casquette

          Le rituel du décès fait que le défunt reste trois jours chez lui afin que les parents et amis puissent se recueillir. Au moment de l'enterrement, le cercueil fait un cortège dans tout le village pour un dernier "au revoir". Puis de l'église, il rejoint le cimetière et un repas est organisé chez la famille avec le Pop qui y assiste. Ce repas est appelé "Pomana" qui est constitué d'un riz pilaf à la poule, de sarmalés (feuilles de choux farcis), ... 45 jours après une nouvelle "Pomana", puis 6 mois après et chaque année, le défunt est commémoré.

          SAPANTA A table

          A vos couverts

          Nous voyons la tombe de Ioan Stan Patras (1908-1977), le menuisier qui eut l'intitiative de créer dès 1935 avec toute son énergie ce lieu culte. Il a également conçu la sienne qu'il rejoignit en 1977. Mais, l'idée fit son chemin et trouva un successeur "Dimitri Pop", dit "Tincu" qui entretient ce lieu noyé dans la verdure tachetée du même bleu profond symbole d'espoir et de liberté. Sa teinte délavée par le temps s'égaye d'un coup de pinceau par les mains de "Tincu" et prend le nom de "Bleu de Sapanta" au même titre que le "Bleu de Voronet".

          SAPANTA____Ioan_Stan_Patras__1908_1977_

          Stan Ion Pătraş créa son épitaphe avant sa mort,

          (Traduction)

          Fondateur du cimetière joyeux, Stan Ion Pătraş  (1908-1977)

          Quand j'étais petit, on m'a appelé Stan Ion Pătraş.

          A cette lecture, braves gens,

          qui sont les paroles de mon coeur que je vous confie,
          "Chaque jour de mon existence, j'ai voulu apporter de l'aide à celui qui le demandait dans la mesure de mes moyens, sans vouloir un seul instant faire du mal à quiconque,

          Ah, ce "Monde de Pauvres",

          qui il y est très difficile d'y vivre...

          Sur cette croix que j'ai commandée pour moi-même,
          à deux de mes élèves qui l'on conçue à mon goût,
          Turda Toader et Stan Vasile,
          Que Dieu les protège.

          Dès l'âge de 14 ans, j'ai dû gagner ma vie
          en coupant du bois dans la forêt avec ma hache et mon "tapin"*
          C'était un travail épuisant.
          Mon père est parti à la guerre et il n'en est point revenu.
          Nous étions trois petits enfants seuls contre tous les soucis et les méprises de la vie.

          Ah, comme j'aurais aimé vivre encore plus, pour prendre le temps d'accomplir mes rêves...

          >> Chaque épitaphe est écrit à la 1ère personne.

          Son successeur "Dimitri Pop", dit "Tincu" fut son élève à l'âge de neuf ans. Il s'installa dans sa maison à Hoteni, pour prendre la suite avec son épouse "Geta".

          _

          En 1974, Nicolae Ceaucescu y vint pour le visiter tant sa réputation dépassée les Maramures. Cette oeuvre fait partie du Patrimoine de l'UNESCO depuis 2004 (code MM-IV-s-A-04832). Ce monument funéraire fut classé en 1998 au premier rang en Europe et au deuxième niveau mondial, après la "Vallée des Rois" en Egypte.

          SAPANTA Agriculteur des Maramures

          Agriculteur des Maramures

          _

          Le cimetière s'accompagne d'un monastère en bois, nommé "Peri" d'une hauteur exeptionnelle (75m) dont la construction débuta en 1995 et semble s'achevait doucement depuis 2003. Elle s'élève sur l'emplacement d'un ancien monastère qui date de 1391 construit par la famille Dragosesti (nobles des Maramures). La tour est un belvédère accessible aux visiteurs qui offre un panorama sur la Tisa, le plateau volcanique des montagnes Ignis, Piatra Sapantei,

          SAPANTA_Homme_aux_chevaux

          Homme aux chevaux

          Certains ont une la chance de vivre jusqu'à un âge respectueux, mais d'autres ont été fauchés trop vite par la mort suite à un accident (voitures, etc.)

          SAPANTA___Homme___la_faux

          Homme à la faux

          SAPANTA Fileuse et son enfant

          Fileuse et son hommage

          Au delà le cimetière, ce petit village reste imprégné de son isolement. Les journées, en été, sont rytmées par le ramassage du foin et 18 heures, heure où les troupeaux de vaches rentrent seul chez eux. Le soir, il est d'habitude, de voir les gens prendre le frais sur le banc contre leur portail, au bord de la route. La discussion s'anime autour d'un petit verrre pour les hommes, tandis que les femmes filent la laine.

          A la sortie, les vendeurs ambulants vous attendent pour vous proposer la possibilité de ramener un souvenir de l'art. Ces objets sont accrochés aux branches des arbres et vont de la nappe brodée

          Le cimetière se visite mais n'est pas gratuit.

          SAPANTA___Homme_dans_son_verger

          Homme dans son verger

          "Moi, le seul voyage qui m'intéresse, c'est la mort. Parce qu'on ne rapporte pas de diapos" -Wolinski-

          Iona, cette page se termine, mais t'invite à retrouver d'autres nouvelles que je t'apporte au gré du temps sur ce post. Je t'embrasse bien fort, et je te remercie encore, pour cette joie que tu offres à la vue de ton regard.

          A bientôt,

          Poienile Izei Portrait de Iona

          Maïs
          Costume Courrier à Iona Maïs

          Carte

          Si vous voulez connaître le lieu, c'est ici.

          Bibiographie

          Lecture : Malmorts, revenants et vampire en Europe de Jocelyne Bonnet
                       Le cimetière joyeux Sapanta - Edition Hesse, 1991

          .......................

          Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais
          Parution : 18 juillet 2009
          Mise à jour  :18  juillet 2009

          Répondre

          << Précédente | AAccueil | Suivante >>

          Posté par PASPERDUS à 13:00 - Carnets de voyage - Roumanie - Commentaires [19] - Permalien [#]

          13 juillet 2009

          Râvie de te connaître Roumanie

            << Précédente | AAccueil | Suivante >>

            Voir aussi,    1 / 2 / 3 / 4   / 5   -    Carte

            Chère Ioana,

            IoanaJ'ai découvert la Roumanie, lorsque je t'ai aperçue. L'éclat de ton regard, tes yeux noisettes de bonté, ta disponibilité de tout instant appelaient à connaître ce pays qui te ressemble. Ce n'est pas un conte, tel celui de Dracula, ce bruit murmurait par les voyageurs de tout pays que la Roumanie est une terre hospitalière, bien vivante au décor de légendes !

            Je n'ai pu te raconter tout le voyage lorsque nous nous sommes connues et j'ai bien peur d'avoir oublié de te décrire le cimetière de Sapantia, visite faite au préalable de notre rencontre.

            Je ne sais si mes lecteurs seront perturbés par cette longue lettre émise pour te faire découvrir, toi Ioana des Maramures, ton pays. Tu sembles si heureuse de rester chez toi, alors que mes pieds trépignent de sensations lorsque je me projète dans la future escapade !

            Tu semblais perplexe devant la carte qui dénombrait avec ses taches jaunes, les futures excursions projetées qui donnaient un axe à notre itinéraire, parfois arrêté comme lors de notre rencontre. Nous devînmes familière dès notre premier regard. Je découvrais ton prénom au consonance de l'Est "Iona". Tu en fis de même avec le mien qui a la particularité de n'exister qu'en France et qu'en Provence. Ton regard cherchait un nom similaire roumain, en vain.

            Oui, nous sommes restés plus que de coutume chez vous. Nous y étions tellement bien. Une chance d'arriver à l'improviste dans votre village Poienile Izei, d'avoir comme lecture "La Roumanie au petit bonheur" qui notait l'adresse de ta cousine pour l'hébergement. Une chance que la pension "La Domnita" de ta cousine soit si connue que nous dûmes prendre logis chez toi pour compléter le couvert chez ta cousine qui offre une cuisine traditionnelle. Oh, je savoure les belles tablées qui défilent dans mes souvenirs, à cette idée !

            Oui, dès notre arrivée, nous nous sentîmes bien. Et de ce fait, cela nous rappela que l'heure du déjeuner était passée et nous mîmes la table de camping dans ton jardin contre l'étable. Tu étais gênée de nous voir ainsi installés. Etonnée même par notre table qui sortait de la malle de la voiture et dont l'appendice du couvercle servait de socle à notre repas. Tu restais perplexe et je t'invitais à boire un verre de muscat en signe d'amitié. Mais ce ne fut pas une légende de voir tes petits verres remplies de "Tuică", en français "Tsuica" [ou "Tsuika", prononcée "Tzouica"](eau-de-vie de prunes de Transylvanie) qui nous invitaient à trinquer avec toi. Tu as utilisé le mot "Palinka" pour nous proposer ta boisson...

            L'amitié se présente parfois tout simplement. Tes gestes pour nous accueillir furent simples et me rappellent encore une fois que ton pays te ressemble. En tout bonhomie, les gens dans la rue vous invitent à rentrer chez eux pour vous connaître et vous offrir leur récolte de prunes sous forme de liqueur, de fine ! La Tuică , la boisson nationale à prendre avant le repas dont les paysans font usage.

            Je ne sais par où tu préférerais commencer notre voyage et je te donne le choix de disperser ton regard au gré de tes envies. Tu pourras ainsi feuilleter, chaque région, à ta guise.

            Costume traditionnel

            0LES MARAMURES

            Cimetière de Sapanta
            Train à vapeur de Viseu de Sus
            Eglises de bois : fresques & icônes
            . Calinesti
            . Sieu
            .Ieud
            . Barsana
            . Botiza
            . Poienile Izei
            . Bogdan Voda
            . Desesti

            Portail de bois sculpté
            Les marchés
            La musique
            Villages
            .
            Botiza
            . Poienile Izei
            Col de Prislop
            Monts Rodna
            SAPANTA_Laitier_et_laiti_re. Cascade des chevaux

            LA BUCOVINE

            Monastères
            . Voronet
            . Moldovita
            . Sucevita
            . Humor
            . Arbore
            . Râsca
            . Putna
            Mines de sel
            Les villages
            . Sucevita
            . Bilca
            . Arbore
            .Râsca
            . Carlibaba
            . Ciocanesti
            . Botos

            Citadelles
            . Prejmer

            . Stejaris

            Ville
            . Suceava

            Gorges de,
            . Bucaz
            . Turda

            Lac rouge

            TRANSYLVANIE Volcan de boue à BuzauArtisanat
            . Marginea, atelier de poterie noire
            . Village de Tarpesti, sculptures bois

            LA TRANSYLVANIE

            Citadelles saxonnes
            . Viscri

            Les villes
            .
            Sibiu
            . Sighisoara
            La vieille cité
            . Brasov
            église noire, place du conseil, rue de la corde
            . Bristita

            Le conte de Dracula
            . Château de Bran ou Sighisoara, lieu de naissance

            Train vapeur de Viseu de JosLe Mont Sinaïa
            . Château de Peles

            Les grottes rupestres
            . Buzau

            Les volcans de boue
            .
            Buzau

            LES APUSENI

            Monts Apuseni
            Fagaras
            Les grottes de glace
            Sources eau minérale

            Ville
            .
            Oradea

            0

            LE DELTA DU DANUBE

            Le paradis des oiseaux
            Les plages
            Le soleil

            0

            0

            0

            0

            _

            J'accorde pour que tu puisses flâner de te donner des détails pour oganiser tes futures escapades,

            BUCOVINE Grotte rupestreBIBLIOGRAPHIE

            0

            PLANS
            .
            Roumanie
            . Maramures
            . Bucovine
            . Transylvanie
            . Apuseni
            Delta du Danube

            0

            LES COUTUMES
            Vulcanizare
            Les enterrements
            Les mariages
            Les Roms
            0

            LA TABLE
            Recette
            . Mamaliga                
            . Sarmalés                
            . Bors de Sfecla         
            . Ciorba de Hribi         

            . Gogosi (beignet)      
            . Turta dulce (bonbon)

            Le miel

            Boissons
            . Palinka
            . Afinato (brandy aux bleuets)

            0

            0

            MasqueNE PAS MANQUER

            0

            0

            ETRE RECU

            0

            0

            NOTE DE  VOYAGE

            0

            0

            0

            0

            0

            0

            0

            Les légendes sont plus bavardes que l'histoire, alors je parsèmerai mes récits de certaines glaner au cours de mon voyage.

            Textes & photos de "Pas à Pas"

            Rencontre avec la Roumanie, les regards se croisent, les paysages défilent dans l'harmonie.
            Toutes les photos ont été prises au fil du voyage, sauf la 2ème de la page :  qui est de : xxx (en cours de recherche)
            Je remercie particulièrement Iona et Petru, Milea,  Alexandra et Cristi, Oana et Ionut, Amalia,
            ainsi que les voyageurs qui ont égayés nos soirées : Florence & Vincent
            sans oublier Bernard Houliat qui grâce à son livre "La Roumanie au petit bonheur" m'a donné envie d'organiser le quotidien au jour le jour de notre voyage en Roumanie, pays du sourire. C'est de cette manière débonnaire que je vous offre ce voyage dont le parcours est jonché de plaisirs inattendus.

            .......................

            Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais
            Parution : 13 juillet 2009
            Mise à jour  :13  juillet 2009

                     

                     

            Répondre

            << Précédente | AAccueil | Suivante >>

            Posté par PASPERDUS à 03:24 - Carnets de voyage - Roumanie - Commentaires [5] - Permalien [#]
            Tags : , ,

            12 juillet 2009

            Râvie de te connaître ROUMANIE - CARTES

              << Précédente | AAccueil | Suivante >>

              Voir aussi, 1 / 2 / 3 / 4 / 5    -     Carte

              Les cartes ci-dessous permettent de situer les lieux décrits sur les pages suivantes,

              REGIONS_ROUMANIE

              Cimetière de Sapanta (voir reportage)
              Région MARAMURES

              SAPANTA_Plan_d_acc_s

              _

              Train vapeur de Viseu de Sus (voir reportage)
              Région MARAMURES

              Plan d_acc_s_de_VISEU_DE_SUS__Roumanie

              Volcan de boue - Buzau (voir reportage)
              Région MUNTENIE

              Carte_BUZAU__Roumanie

              L'antre d'une grotte rupestre "Dionisie Torcatorul", regard sur l'Est à Alunis (voir reportage)
              Région MUNTENIE

              .......................

              Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais
              Parution : 12 juillet  2009
              Mise à jour  : 26 septembre 2009

                       

                       

              Répondre

              << Précédente | AAccueil | Suivante >>

              Posté par PASPERDUS à 12:15 - Carnets de voyage - Roumanie - Commentaires [1] - Permalien [#]