Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

09 mai 2009

La borne, demi-lieu d'artiste ~l'Art se libère à Montpellier~

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Imaginez une borne, pour certains, un bitoniau qui vous suggère autre chose ; pourquoi pas vous dirais-je ?

    Borne Montpellier Place St Roch

    Chameau devant le bistrot assoiffé

    Les bornes charretières ont inspiré divers artistes et sont des oeuvres d'art. Oui, une borne chasse-roues au départ sert à repousser les roues des charrettes à l'entrée d'un portail. Elle est aussi appelée bouteroue car elle remettait dans "le droit chemin" le véhicule. Les grecs et les romains utilisèrent cette protection pour ramener les roues vers l'essieu et par voie de conséquence, la voiture vers le centre du chemin. Mais revisitée, l'objet devient décoration, il faut le présenter.

        Borne Montpellier Place St Roch      Borne Montpellier Place St Roch          Borne Montpellier Place St Roch

    Ici ce sont de simples bornes qui permettaient au charroi de caler les roues et d'arrêter le véhicule, afin de laisser souffler le cheval quelques instants, maintenant elles servent à empêcher les véhicules automobiles de stationner.

    Borne Montpellier Place St Roch

    Gare à vos pieds !

    C'est juste un décor public, puis privé car il est l'oeuvre de l'artiste. Parfois, il signe ou s'efface devant son oeuvre.

    Ne soyons pas borné, il en existe, découvrons-les. Elles sont de forme ovoïde et il faut jamais leur tourner le dos. Car gare, le nombre de personnes qui ont essayé de lui échapper ! Si vous vous promenez dans Montpellier, venez profiter de l'atmosphère de ce joli quartier, branché et avant-gardiste qui est l'éloge des commerçants qui ont un sens de la créative sans borne.

    Borne Montpellier Place St Roch

    Chasse-roue

    Borne Montpellier Place St RochVous pourrez admirer les boulevards haussmanniens qui s'imposent avec leurs cariatides, coupoles, guirlandes et atlantes. Mais plus bas, à vos pieds, voici les bornes à ne pas manquer ! Si vous voulez aller les voir de plus près, prenez la rue de l'ancien courrier, puis la dernière rue sur la  gauche qui vous amène sur la place Saint Roch, du nom de l'église. La place brasse un nombre d'artistes, pour découvrir ces oeuvres, vous longerez la façade ouest de l'édifice pour apercevoir ces bornes sur votre droite. Elles sont en pierre (Peyre, en occitan) d'où l'origine du Peyrou qui vient d'une ancienne carrière et leurs couleurs jaillissent dans cet univers insolite. Jetez un oeil sur la façade face à l'église, des fresques en trompe l'oeil vous surprendront, travail d'artiste propre au quartier.

    Ces bornes servaient à délimiter des secteurs. Elles sont alignées de chaque côté de la rue.

    Ces cousines, les bornes d'incendie se rapprochent du monde humain, elles ont plus d'aisance à nous ressembler. Quant aux bornes routières, elles défilent à chaque kiomètre.

    Je vous présente une gamme de bornes qui jalonnent la rue Tessier, passage étroit, devenu piéton et centre de vie. Aux formes joyeuses, Belle initiative.

    Et si cette borne devenait interactive et qu'elle formait une chaîne où chacun déposeBorne Montpellier Place St Roch son événement, accompagné d'un petit texte. Alors, n'hésitez à passer la main et nous offrir la vôtre et permettre de la localiser.

    Qu'est-ce qu'un chasse-roue ?

    Ce patrimoine est une pierre arrondie à même le sol qui déborde du mur ou de son angle pour le protéger et maintenir le chariot sur la chaussée. Elle était souvent taillée dans le même bloc de pierre que la bâtisse. Certainement du Peyrou ! Parfois le bloc est en pierre cerclé d'un arceau en fer.

    Aujourd'hui, elles sont remplacées par des glissières de sécurité ou des bacs de fleurs !

    Le saviez-vous ?

    Saint-Roch était le St Patron des pèlerins du monde entier. Il est né à Montpellier à la fin du XIIIe siècle. C'est à Maguelonne qu'il se vit remettre son bâton de pèlerin. Sa fête est le 16 août.
    Vous étiez à mille lieues de le savoir ? n'est-ce pas ?...

    Borne_Montpellier_09Synonyme

    Borne, bouteroue, boute-roue, chasse-roue

    0

    0

    0

    0

    0

    0

    0

    Dans la même série,

    Villa aux cent regards de Victor Grazzi (Montpellier)

    Bleu Epicea... Sapin de Noël ou la Comédie à Montpellier

    Montpellier sous la neige ~ Entrez sans frapper 2009 ~

    .......................

    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais
    Parution : 8 mai 2009
    Mise à jour  : 8 mai 2009

             

             Répondre

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Posté par PASPERDUS à 00:00 - A pour Arts - Commentaires [14] - Permalien [#]

    25 avril 2009

    Merveille de la nature, Diane d'Ephèse

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Paralysée, je ne sais exprimée ce que mon oeil découvre à la vue de Diane à la villa d'Este à Rome. Elle jetait sur moi le même regard du fond de l'allée où elle se cache. Son corps, découpait de mamelles fertiles, offre la vie en toute impunité. Elle est pleine d'énergie, altière, elle pose dénudée avec arrogance.

    Diane d'Ephese Villa d'Este

    Diane, mère Nature - Villa d'Este à Tivoli (Italie, près de Rome)

    Par son goût pour le voyage, nous devenons intimes. Elle demeure là, emmaillotée mais ces rêves s'échappent, c'est la Déesse des mille cités !

    Elle porte le nom d'Artémis, en grec et fait partie des douze grandes divinités olympiennes. De ces mamelles, elle nourrit la vie et symbolise la nature. De ces multiples seins (ou testicules) coulent le lait divin. Elle est sanglée dans une tunique longue (chiton) ornée d'éléments d'apparats sacerdotaux tels cette double chaîne et ce collier en forme de demi-lune (faucille) et cet autre, orné de faînes.

    Entre ces deux ornements, des femmes ailées (fées, du grec phémé : parole) en relief ornent son torse. Sa tête est coiffée d'une tour, apparemment sa cité. Une auréole l'entoure tel un soleil et de chaque côté de sa coiffe, un lion est assis sur ses épaules (constellation, signe du Zodiaque).

    Tous ces éléments retracent le ciel, les vents, les fleuves, la mer et les contrées, ainsi que les scènes pastorales. Ce sont des signes de fertilité par leur relief mamelliforme. Le lion est aussi l'emblème de la destruction par la mort.

    Les testicules représentent les attributs de la fertilité par la puissance vitale ou le phallus céleste d'Ouranos qui nomme le désir. Il passe par la castration, le dépassement de l'Oedipe pour signifier la jouissance au delà des règles soumises.

    L'auréole, les constellations (signes du Zodiaque), telle le scorpion en souvenir d'Orion. C'est la Déeesse du paganisme. Elle portait aussi les noms de Hébé, Trivia, Méni et Hécate.

    Diana Ephesia

    Elle apparaît les bras ouverts qui embrassent le monde, les mains disparues par l'usure. Sur chacun d'entre eux des lions ornent ses articulations pour figurer la puissance de ses bras. Il semble qu'auparavant, elle tenait dans ses mains des bandelettes. Ces bandelettes de laine avait un caractère sacré dans un but de consécration (Omphale de Delphes). Elles servaient à prendre possesion des aires, des territoires, pour répandre leur culte. Ce fil est le symbole du découpage de la terre et du territoire ; c'est pour cette raison que l'on retrouve des statuettes (aphidruma) à son éphigie en Gaule, en Espagne, Corse et même Italie (Cf. pièce de monnaie, au dessus).

    Sans pieds apparents dans sa tunique raide qui fait penser à une cariatide sculptée. Son nez altéré revêt le caractère du temps. L'ablation du nez fait évidemment penser à un autre type d'amputation, la castration de Ouranos par Cronos, son fils.  Et si l'on revient à son nom aux trois phonèmes  "Ar" qui nous fait penser au phonome "Art" et qui désigne ce qu'il y a de plus élevé et "Témis" qui vient de "Témo" qui veut dire "couper". Cette division créatrice rend ambigüe l'inconscient et soumet l'homme à obéir et la femme à se taire. Pour se délivrer de cette soumission et libérer toute inhibition, il faut devenir. Châtrer vient du latin castrare qui veut dire couper. Couper le temps, le devenir indivisible qui se compare à la chair et l'âme d'où la pensée du devenir et la désidéologisation. Ce temps qui passe et qui nous prend ce que nous avons à vivre, il nous tue. Les Moires homophone de "Mémoire" qui est l'infinie puissance représentée par le phallus céleste de Ouranos désigne les effets du signifié par la convergence de points, c.a.d de noeuds de l'inconscient afin de libérer la parole.

    Le bas de son corps est parsemé de différents animaux, boeufs, cerfs, abeilles et même des fées... Le boeuf qui fut immolait par un prêtre pendant que le Sabin aller se laver les mains dans l'eau courante du Tibre. L'abeille (dbr en phénicéen) est la métaphore de la parole donc proche de la fée. Chez les grecs, on nommait par abeilles les prêtresses du Temple d'Artémis.

    La faîne faisait partie de l'alimentation en Grèce antique. On la mangeait grillée.

    La cité fait partie du domaine de la conscience et donc de la parole représentée par les trois moires qui fabriquent le fil de la vie, Clotho, Lachésis et Atropos.

    La fertilité est rytmée par les saisons d'où l'abondance et la richesse au niveau sens, au niveau conscience, c'est le langage.

    La beauté lui vaut le surnom de "la belle Artémis" et son nom vient d'Artémia "bonne santé".

    _

    Le noeud entre le passé païen et le passé chrétien qui est encore son présent,

    Artémis noire

    Sept merveilles du monde - Hérédote
    Reproduction, collection Farnèse
    Musée National archéologique - Naples

    Elle est en bronze et en bronze noirci aux mains et la tête. Selon l'église Jacobite, la vierge Marie est morte à Ephèse.

    Avec la pensée chrétienne, on la voit apparaître telle la vierge noire, avec un corps noir qui lui confère l'aura des miracles. La vigueur du sexe et la force de la nature (temps/récolte) représentent l'alternance des cycles. Elle apparaît à Ephèse dans la grotte de Sainte Baume, proche de la grotte aux Oeufs. Est-ce une coinscidence ? Mais également le corps de Marie-Madeleine fut retrouvé, entouré des tombes des sept dormants. L'histoire musulmane raconte que sept jeunes gens se seraient endormis d'un sommeil divin qui les garda des années dans l'immobilité de la mort.

    Artémis d'Ephèse
    Diane d'Ephèse - Asie mineure  photo de Hervé (clic sur photo, pour lien)

    Paul vint convertir ce peuple au christianisme pour éradiquer leur culte païen dont il faisait commerce. Il souleva une émeute de la part des marchands. L'oeuvre de Paul fut continuée par Thimothée et Jean.

    Le temple fut détruit en 262.

    Soulign_

    In situ, elle fut privée de son cadre, car cette statue, objet du culte d'Artémis sur le sol latin dérangeait d'être vénérée. Si vous l'aviez vue, escortée de ses muses ou des nymphes, vous entendrez ces chants qui attirèrent bien des prétendants tel Alphée, Agamemnon... et Orion (en grec, Ouron qui veut dire urine), ainsi qu'Hippolyte qui semblent avoir été des exceptions dans ses voeux de chasteté. Sa séduction lui joua des tours, car Femme est synonyme d'érotisme et la transforma en objet infâme par le "péché de la chair".

    Elle incarne la terre et l'enfer.

    Diane d'Ephèse
    Diane d'Ephèse  (Annales du Centre Ledoux)

    Une rocaille la protège et semble la représentation des vestiges de la grotte d'Ephèse (Turquie). Ce lieu sacré antique fut bâti en 560 et 540 av. J.C.   L'hymne à Arthémis évoque les légendes et les rituels païens.

    La légende qui se transforme en histoire dit qu'Artémis (Déesse du devenir lunaire) est la fille de Zeus (Dieu de la vie) et Létô et qu'elle est la soeur jumelle d'Apollon (Dieu du devenir solaire) et l'aînée de son frère car elle serait née un peu plus tôt et aurait aidé Létô, sa mère, à accoucher, pour remplacer la Déesse de l'accouchement, Eileithia. Elle vit le jour à Délos ('ïle d'Ortigie ou île aux cailles) après 9 jours de préparation car Héra retenait Llythie, la déesse des naissances qui était sa fille. Pourtant toutes les déesses étaient à son chevet et Iris, envoyée par Athéna, eut l'idée de corrompre Llythie à l'insu d'Héra, en lui proposant en échange un collier d'ambre et d'or.

    Sa grand-mère, la mère de Létô, est la titane Phoebé. Elle est de la génération des Ouranos.

    Après sa naissance, elle ressentit une telle aversion pour le mariage qu'elle demanda à son père de lui accorder la virginité à vie, tout comme pour sa soeur Minerve. Elles furent nommées les vierges blanches.

    Dans la théologie grecque, il est rapporté que les Dieux avaient partagé le monde en différentes parties de l'Univers, tant dans le domaine de l'art que les différents travaux. C'est ainsi que Jupiter présidait le Ciel, Neptune les eaux, Pluton les enfers, Vulcain le feu, Diane la chasse, Cérès la terre et les moissons, Bacchus les vendanges, Minerve les arts et diverses fabriques.

    La femme légitime de Zeus, nommée Héra (soeur et 3ème femme de Zeus) lui voue une haine et lui inflige des peines car elle ne pouvait supporter sa vue qui l'offensait. Jupiter, le maître de l'Olympe et de la foudre créa sa divinité. C'était une des trois Déesses vierges de l'Olympe et pour la protéger son père lui offrit un arc et des flèches. Elle tua avec l'aide de son frère, le Géant Tityos qui voulait violer sa mère, Létô. Orion qui a essayé de la méprandre aurait fait les frais de sa vengeance, car elle envoya un scorpion géant pour le terrasser. Zeus les plaça dans la voute céleste.

    Ensemble, ils se vengèrent de Niobé qui se vantait d'être plus fertile que leur mère, Létô qui avait pu mettre au monde que les jumeaux. Ils tuèrent la plupart des enfants de Niobé à coup de flèches. Douze au total. A la vue de ce carnage, Niobé fut pétrifiée et, Zeus eut pitié d'elle et la transforma en un rocher d'où coulèrent ses larmes sous la forme d'une source.

    Zeus avait un frère Poséidon, Dieu de la mer et des océans.

    De sa gémellité avec Apollon, son frère, est né inconsciemment Asclépias, Dieu de la médecine et leur fils. Il a de l'un et de l'autre.

    Par contre, celle d'Ephèse était la Déesse des femmes et se voua à leur protection. Maîtresse de la vie et souvent de la mort, elle règne sur la Nature.

    L'homme cherche à oublier où le chemin conduit [Héraclite d'Ephèse]

    Artémis
    Belle Artémis - Musée archéologique d'Ephèse

    Elle apparaît des fois en "Artémis de Tauride" et s'offre aux cultes barbares dans son autel. Pour éviter la calamité, une victime était désignée pour subir la funeste immolation afin d'expier sa colère. Supplice, action infame, jeu scénique constituaient le thème. C'est pour cette raison qu'elle fut révoquée.

    Diane, la polymaste, serait la Déesse de la castration.

    Elle est souvent représentée avec un arc (en grec, bios) qui est homonyme de "vie" et dans son carquois, les flèches sont les rayons lunaires et solaires. C'est Jupiter qui l'arma et lui attribua soixante nymphes.

    Enfin, Déesse de la chasse (en grec, Kap) par le seul fait qu'elle prend plaisir à se promerner dans la forêt toute nue, elle émeue les hommes qui à sa vue y prennent plaisir, comme la légende raconte de Actéon. C'est un fait, Actéon fut inspiré du désir et espoir de la posséder et fut transformé en un bouc impur, mangé par ses propres chiens.

    Soulign_

    Diane_d_Eph_se_selon_Joan_Miro_1958
    Diane d'Ephèse selon Joan Miro - Lithographie de 1958

    Ce jardin appartenait en 1550 au Cardinal Hipollyte II d'Este, Tivoli (1509-1572), Duc de Ferrare, qui fit construire son palais sur l'emplacement de l'ancien couvent bénédictin de l'église Sainte Marie Majeure. Il était le fils de Lucrèce Borgia, petit-fils du pape Alexandre VI, mieux connu sous le nom de Pape Borgia. Il fut nommé gouverneur de Tivoli en 1550, par le pape Jules III, faute de ne pas avoir été élu pape.

    Elle fit partie des biens de la maison des Habsbourg, puis fin du XIXe siècle, elle fut la résidence d'un cardinal autrichien qui la remit en l'état. Après la 1ère guerre mondiale, la maison fut à l'abandon et subit lors de la deuxième guerre, les bombardements (1944). Un plan de restauration s'ensuivit.

    Surnommé "Jardin de l'émerveillement", il est de style maniériste à l'époque renaissance et va servir de modèle aux jardins d'Europe. Il fut conçu par l'architecte Pirro Ligorio (1513-1583). Le système hydraulique fut réalisé par Thomaso Chriruchi de Bologne qui avait également travaillait pour les fontaines de la Villa Lante. Il fut assisté pour la conception technique de Claude Venard, français.

    Les travaux ne débutent qu'en 1565 et se terminent trente années plus tard car pour créer ces terrasses, il a fallu remblayer et décaisser à certains endroits pour créer cet effet.

    Côté appartement, la décoration fut donnée à Livio Agresti de Forli et fut achevé en 1572, à la mort du Cardinal !

    Le jardin est accroché au mont Tiburtin dans la ville de Tivoli. Dans l'antiquité, les sources d'eau sulfureuse, les cascades de l'Aniene, son climat doux  et la beauté des lieux font de cet endroit une villégiature. Le système hydraulique se sert de la proximité de l'Aniene, qui descend de Subiaco, pour alimenter l'ensemble des fontaines par une dérivation et cascader au-delà dans la plaine du Latium pour se déverser dans le Tibre. Les canalisations traversent l'ensemble de la ville par le biais d'une galerie d'une longueur d'un kilomètre. A cela se rajoute les eaux de la source Rivellese qui arrivent par l'aqueduc pour se déverser dans une citerne située sous le palais. Cette technique est une reprise de l'époque romaine. Ce jardin est l'expression de la maîtrise de l'eau par l'homme.

    Elle fut le thème d'une des pièces de l'oeuvre de Franz Liszt (1811-1886) qui y fit de nombreux séjours, "Les Jeux d'eaux à la villa d'Este", ainsi que "Aux Cyprès de la villa d'Este". En 1879, il donna un de ses derniers concerts.

    Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
    De la Mer, infusé d'Astres, et lactescent,
    Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blème
    Et ravie, un noyer pensif parfois descend

    Arthur Rimbaud,   le bateau ivre

    Les peintres Fragonard et Hubert Robert firent de ce jardin leur emblème.

    Grande Artémis

    Grande Artémis - Musée archéologique d'Ephèse

    Le jardin étagé avait une surface de 3 hectares et un dénivelé de 45 mètres. Il s'ordonne sur plusieurs terrasses qui partent de l'axe de la loggia avec en premier plan "l'allée de la Perspective", suivi de cinq axes transversaux reliés par les fontaines. Chaque chambre de verdure s'anime de multiples fontaines pour créer des perspectives qui initialement ne sont pas démontrées. Mais avis à l'oeil expérimenté, rien n'est laissé au hasard comme le démontre la terrasse aux Cent Fontaines.

    La couleur qui domine est le vert des ifs, des lauriers, du buis et du lierre.

    L'eau fut ramenée par un aqueduc afin de créer ce jardin pour rivaliser avec le Cardinal Gambara Bagnaia. 500 fontaines virent le jour. Proche de la villa Adriana qui appartenait à l'Empereur Hadrien, elle s'en inspire et la rivalise par ces monuments et motifs grécisants. Par ailleurs, l'architecture du jardin s'apparente à celle du jardin de Bramante.

    Jouir de la fraîcheur par ces nombreux bassins, fontaines, pièces d'eau, cascades et même une orgue qui fonctionne avec un moulin à eau qui incarne la quiétude des chambres de verdure et permet au promeneur de s'imprégner du raffinement des murs décorés de fresques. Celles-ci évoquent paysages et allégories. Dans ce lieu, le Cardinal a essayé de recréer le monde et nous offre son approche.

    Il ne faut pas négliger aussi que Tivoli, la ville, était un lieu qui permettait de se mettre à l'abri de la canicule de Rome.

    La statue Diane d'Ephese fut faite par Diglio Della Vellita, copie de la célèbre statue Artémis d'Efes.

    Elle est maintenant inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2001 et fut rachetée par l'état en 1920-30. Cet établissement est ouvert au public.

    Le saviez-vous ?

    . Artémis vient du phonème "Ar" qui veut dire Art et de "Témis" qui vient de Témo qui veut dire castrer. La coupure la plus élevée produit le langage d'où
    . "tem" sonne comme le temps (Cronos) et prend ses origines du mot "couper" : castration, il viendrait du mot indo-européen qui par déduction expliquerait la soumission à la division universelle dans le règne d'Artémis.
    . Artémia signifie bonne santé (artémès).

    >> Artémis serait une Moire (homophone de mémoire), divinité fille de Zeus (dieu de la vie) et de Témis (déesse de la Justice)

    >> Olympe veut dire montagne d'où élevé, le sublime passe par la vie (Zeus).

    Soulign_

    Accès

    30 km de Rome
    Site officiel

    A voir

    Temple de Diane à Selcuk (Turquie) qui fut détruit 7 fois et la dernière fois par un incendie. Il fait partie des 7 merveilles du monde. Seule une colonne reste en état.

    Soulign_

    Bibliographie

    Voyage à Rome en 2005.
    Lecture "La Villa d'Este à Tivoli ou le songe d'Hippolyte" de Gérard Desnoyers.
    Psychanalyse-Paris.com
    Mémoire (Journal asiatique de janvier 1828 - Etienne Quatremère)
    La France et la Méditerranée, vingt siècles d'indépendance - Irad Malkin (Université de Tel Aviv)

    Visite guidée du jardin (à venir). Bientôt, je vous amènerai pas à pas, dans cette nouvelle pérégrination où pièce par pièce, je vous ferai visiter le jardin dans sa totalité. L'imaginaire, au fil de l'eau, nourri dans le jardin par la symbolique complexe qui amène à la pensée. Toute une dédale de symboliques en rapport avec la matière et l'esprit, exaltée par les perles d'eau qui brillent au Soleil pour nous donner cet artifice. Diane est bien la semence de la vie !

    L'eau donne le mouvement et la vie dans le jardin et démontre le triompHe de l'Esprit sur la Nature en créant un théâtre où se jouent les allégories.

    Soulign_

    Destination

    Si l'envie vous prend de visiter des trésors de jardin ?

    Voir également d'autres jardins dont Bomarzo, l' Alhambra, la Quinta de Fronteira, et continuer la visite avec l'inventaire des Parcs & Jardins.

    J'espère que cette promenade vous donnera l'émulation pour me faire découvrir vos jardins...

    .......................

    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais
    Parution : 25 avril 2009
    Mise à jour  : 25 avril 2009

             

             Répondre

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Posté par PASPERDUS à 03:00 - A pour Arts - Commentaires [16] - Permalien [#]

    17 janvier 2009

    "Shoe tossing" ou "Chaussures à lancer" (et par deux avec çà)

      << Précédente | AAccueil | Suivante >>

      Si vous flânez le nez en l'air dans les rues de votre ville, vous irez à la rencontre de cet art nouveau, l'art de la rue qui consiste à jeter les chaussures en hauteur et de laisser son empreinte ! Cette expression culturelle s'appelle,

      le "shoe tossing" - "Shoetoss'" - "shoe flinging" ou encore le "shoefiti".

      Shoefiti__02
                                                                Clic sur les photos pour aller sur le lien du site

      Cet art résiste bien à la crise. C'est un secteur porteur car ce mode d'expression commence à se répandre dans de nombreux pays comme les Etats-Unis, la France, l'Espagne, l'Irlande, la Roumanie ou le Canada...

      Il se multiplie comme un rhizome et se cultive très bien. Ce réseau se développe dans tous les pays. Il est doté  de nouveauté que l'on ne peut définir exactement. Mais cela le lecteur l'a bien compris.

      La pratique est de projeter les chaussures accrochées à leur lacet... Ce phénomène a pris son envol à partir des  Etats-Unis et du Canada. Il offre à vous piétons ce musée hors du temps.

      Son nom "shoefiti" a été inventé en 1990 et vient de la concaténation du mot "chaussure" et "graffiti".

      Shoefiti__00

      Certains analystes tendent à souligner que ce jeu à l'identique du "bolas" est un signe pour les dealers ou le symbole de criminalité organisée. Il symboliserait le lien de l'emprise ou dépendance à la drogue. Certains craignent que cela soit un signe de marquage de territoire pour les gangs. Il semble que ces signaux soient plus manifeste dans les zones urbaines, alors que pour les jeunes, cela soit juste un signe de retraite ou de rencontre ou tout simplement pour combler le vide sidéral. Le genre de chaussures jetées est principalement des baskets.

      En tout cas, il me rappelle un moyen de communication utilisé en Roumanie pour annoncer qu'une fille est à marier. Il suffit d'avoir un arbre et d'y accrocher des ustensiles de cuisine. Le nombre correspond à l'âge de la jeune fille !

      Shoefiti__04

      Il est souvent appliqué sur les filins, câbles téléphoniques et les lignes électriques ; mais pourquoi pas sur les arbres ou les clôtures ! Le jeu est de les suspendre avec les lacets noués des godasses et qu'elles restent suspendues le plus longtemps possible. Pour ce lâcher de godasses, les scores atteignent pour certain 1 an, voire plus. Quelle est la meilleure performance à vos pompes ?

      Shoefiti__Las_Vegas
      Autoroute 95 de Las Vegas en direction de Fallon - Arbre séché fleurit de chaussures

      Pour les municipalités, ce nouveau mouvement est un problème de plus à gérer comme celui des graffitis, du rap graphique... nouveau moyen de communication !

      Mais, il existe un danger à ne pas négliger, l'électrocution. Les services publics recommandent la prudence et le bon sens face ce risque. Ils conseillent plutôt que de les enlever soi-même, de contacter les autorités locales pour éviter tout risque.

      Cette pratique n'est pas tolérée et les municipalités appellent au civisme des jeunes pour arrêter d'encombrer les lignes aériennes de cette nouvelle variante. Cet acte commence à être poursuivi par des mesures répressives et des campagnes publicitaires ont débuté à Los Angeles depuis 2002.

      Shoefiti__Mexique

      La signification ? pourquoi chercher à expliquer par des théories ce phénomène. N'est-ce pas tout simplement une multitude de versions plus ou moins complexes qui amènent à ce mythe. Ce mythe qui doit se produire dans l'obscurité. Ne levait pas les bras au ciel, c'est trop tard ! 

      Ce qui est étonnant, est que le résultat d'un concept sans définition concise puisse unir une multitude de personnes à en parler, à livrer des idées incroyables.

      Shoefiti__03

      C'est art qui sort du cadre, certe ;  et la liberté d'expression s'est enrichie de ce phénomène de société. Une façon de redéfinir le cadre : conceptuel contemporain de passer le message,

      "Lâches-moi les baskets !"

      Shoefiti_Espagne

      Et après ?
      Y aura-t'il une autre alternative à cet art ?
      Résjouissez-vous : la réponse est OUI !

      Sites consacrés au shoefiti

      Le site anglophone, http://www.shoefiti.com/

      En France, dans le XIVe rue Boulard, puis dans le XIIIe rue de la Butte-aux-cailles, rue Legendre, rue Truffaut et bien sûr, rue de la Pompe dans le XVIe à Paris. A Montpellier, boulevard Berthelot.

      Aux Etats-Unis à Carson City.

      Bibliographie

      • Dans le film "Big Fish" de Tim Burton, vous pouvez voir une séquence de "shoefiti" dans la ville de Spectre.

      • Dans le film "Wag the dog" (des hommes d'influence de Barry Levinson), les chaussures sont un hommage à un soldat dont le surnom est "Vieille Godasse" (Robert Deniro & Dustin Hoffman).

      • Dans le film "Magic Baskets" de John Schultz.

      • Dans le film des "Simpsons".
        shoefiti_Simpsons

      • Dans le jeu "Sock and awe", l'objectif est de lancer sur la tête du Président George Bush une paire de chaussures et de faire exploser le compteur du site.

      • Arrêt sur image, boulevard Berthelot à Montpellier d'où ce post.

      .......................
      Evènement

      Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
      Arabe,   
      Parution : 17 janvier 2009
      Mise à jour  : 18 janvier 2009

                         Répondre

                  << Précédente | AAccueil | Suivante >>

      Posté par PASPERDUS à 22:34 - A pour Arts - Commentaires [15] - Permalien [#]

      09 avril 2008

      J'ai été taguée ! FRESQUE ou GRAFFITI

        << Précédente | AAccueil | Suivante >>

        L'oeuvre est partout, souvent dans la rue, sur les blogs, sous les toits, comme cette fresque que l'on peut admirer dans les combles du théâtre de Montpellier.

        Sans_titre_41

        C'est un graffiti pour certains. Il demande à l'artiste d'être compétent dans plusieurs domaines,  sportif bien sûr pour son acrobatie, d'évoluer dans les techniques nouvelles, au carrefour de la communication (signes, etc.) et au niveau artistique de savoir doser :

        Style
        Signature
        Sa rapidité de préparation
        Sûreté
        Imagination

        L'oeuvre est originale et séduit. Elle fait sourire et cela fait du bien, toc. Elle est à l'affiche permanente depuis 1994 à en croire sa signature. Prometteuse de durer dans le temps, car le conservateur du musée nous a présenté les combles en prenant comme décor cet endroit.

        _____________________________________________

        Art de rue + nouvelle technologie =

        Il existe des codes de bon usage chez les "taguers", "ne pas faire un toy", c.a.d. ne pas taguer sur ou au-dessus d'un autre tag. Certains taggeurs élaborent avant sur papier. Ils considèrent que cela fait partie de la culture "Hip Hop", culture dite revendicatrice, en marge de la société et qui vient de la rue. Elle est codée comme un message, comme le rapp dont les textes revendique la condition. Le plus, dans cette version de l'art, c'est le risque : l'interdit de scander son appartenance sur les biens publics. Non, ce n'est pas un gribouilli !

        Côté vandalisme, cette catégorie de personne considère le graffiti comme une "diarhée graphique". Un art imposé.

        Certains acquièrent la notoriété, d'autres restent des artistes de pacotilles. Il arrive parfois qu'ils tiennent galerie dans la rue et que leur calligraphie soit assimilée à l'avatar significatif du blog. Ses signes indéchiffrables sont pourtant des signes distinctifs, des signatures, des marques de passage.

        Nota,
        Le graffiti se dit culturel s'il se transforme en une figuration imagée qui le légitime dans le statut d'oeuvre d'art.

        C'est l'expression populaire qui est le reflet d'une société en crise, notons qu'elle dépasse les frontières et qu'elle permet de découvrir des talents, au-delà du vandalisme.

        Parents, soyez vigilants votre enfant à des dons et qu'il soit de bonne famille et/ou délinquant, parfois c'est dans la rue qu'il peut exercer sa personnalité !

        Niki de Saint-Phalle déjà s'exprimait par ce biais. Et, si on remonte à la préhistoire, les grottes en sont un bel exemple comme Lascaux pour ses dessins.

        Bon, après le mur tagué, il y a aussi le mur végétal (un autre post, bientôt en ligne).

        Jouons

        Je vous propose donc si vous avez repéré des tags, des talents malicieux, de suivre la règle du jeu :

        .N'importe qui peut participer,
        .
        de dire l'endroit,
        .de mettre le lien sur la photo,
        .et de le poster dans un commentaire, pour aller le voir,
        .le commenter
        .et pourquoi pas le mettre à l'affiche ?

        Qu'est-ce que vous en pensez ? se divertir, c'est toujours amusant ?

        Imagination ou nouvel art ? Laisses béton, si çà t'ennuie de répondre...

        Si vous êtes taggeur de dire ce qui vous attire ? Etes-vous mûr pour jouer ? j'attends vos réactions.

        Le débat est lancé. Allez, à vos com. !!!

        single

        Romans_20_avril_2008
        Ville de Romans 20 avril 2008

        Vacances
        Ville : Saint-Rémy de Provence - décembre 2008

        single

        xxx

        << Précédente | AAccueil | Suivante >>

        Ligne  Dernière mise à jour, le décembre 2008

        Posté par PASPERDUS à 00:48 - A pour Arts - Commentaires [7] - Permalien [#]

        15 novembre 2006

        Tapis fait de filaments lumineux... Mosaïque ou Moïse

        SoleilCes illustrations inspirées de textes hébreux médiévaux font référence chacune à la signification cabalistique des lettres. L'art juif des XIIe au XVIe siècles a trouvé sa meilleure expression dans les livres de prière. Ses ornements représentent la vie quotidienne peuplée de figures ayant trait au zoomorphisme, écureuils, unicornes, dragons & motifs floraux. Cet art peut être trouvé dans les textes talmudiques et                                    pentateuques exécutés en Europe entre 1173 et 1530.

        Aleph, Beth, Dalet, Zayin, Yud, Lamed, Mem, Ayin, Peth, Raish, Kuf, Shin            Lune

        001003008006005004007009011010012002

        Posté par PASPERDUS à 18:28 - A pour Arts - Commentaires [5] - Permalien [#]