Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

22 janvier 2017

Vision étrange de l'anatomie de la sirénomélie

 

 <<  Précédente  |AAccueil | Suivante >>

 

Visite du Musée Fragonard qui est implanté à l'école vétérinaire à Paris. Appellation qui rend hommage au premier Directeur et Professeur d'Anatomie de cet établissement, Honoré Fragonard. L'anatomie est roi.

Honoré Fragonard est né à Grasse en 1732, ce chirurgien fut un pionnier de l'anatomie des animaux dans la première école vétérinaire à Lyon. Il réalisa des pièces anatomiques qui furent installées dans le cabinet d'anatomie de cet établissement.

Le fondateur est Claude Bourgelat, écuyer du roi Louis XV. L'établissement est situé à l'extérieur de Paris, au confluent de la Marne et de la Seine.

Le Roi Louis XV créa une école vétérinaire à Paris et recruta Fragonard en 1765 qui devint Directeur. Certaines pièces furent dispersées en 1795 et se retrouvèrent au Muséum d'Histoire Naturelle. Il mourut le 5 avril 1799.

4200 pièces sont inventoriées à la Maisons-Alfort dont les fameux "Ecorchés" qui font le succès aujourd'hui de cette exposition. Ces présentations du règne animal sont en références à l'homme. L'ensemble sur 500 m2 est un patrimoine qui a pour vocation de restituer le témoignage d'une époque. Une sorte de sanctuaire, un musée d'un musée est né.

Cette école détient le titre de deuxième école vétérinaire au monde après celle de Lyon, Musée Testut-Latarjet. Ce Musée est l'un des plus anciens musées de France et est antérieur au Musée du Louvre qui date de la Révolution.

Le cabinet du Roy fut créé en 1766. Ce nom est en hommage à Louis XV. Depuis sa réouverture en 2008, il rassemble les préparations à visée éducative. Certaines pièces ont pour caractère d'impressionner les visiteurs en tant que cabinet de curiosités. Moulages, squelettes et anomalies de la nature (cyclopes, sirènes, veaux à deux têtes), ainsi que les célèbres écorchés de "Fragonard" composent l'ensemble. Le Directeur et conservateur actuel, est Christophe Degueurce, en poste depuis 1993. Le Musée est rattaché au Ministère de l'Agriculture.

Nous avons pu observer suivant un ordonnancement les vitrines. Le Musée est organisé en trois sections thématiques dispersées dans quatre grandes salles.

Pour l'heure, la raison de la visite est la collection de monstruosités dédiées à la tératologie. La mythologie des Grecs et des Romains est riche en monstres, centaures, géants, cyclopes... dont la réalité n'est pas mise en doute. Ce n'est qu'à partir du Xème siècle qu'apparaît les manuscrits qui donnent des illustrations. Un des manuscrits anglo-saxon "Marvels of the East", fut conservé grâce aux moines copistes, dans le scriptoria des monastères. Des êtres fabuleux sont également décrits dans les récits de voyages de Marco Polo (Le livre des merveilles). Les relations avec les monstres des légendes et les observations de la tératologie humaine ont été évoquées par les médecins et les biologistes. C'est en 1891 que l'on admet cette possibilité. Derrière chaque création imaginaire se cache donc une parcelle de réalité, en particulier pour la sirénomélie.

Une momie au Temple de Zuiryuji (Osaka) 1682 démontre l'existence ancienne. Une autre se trouve au Temple de Myouchi (Kashiwazaki, région de Niigata), ainsi qu'au Temple de Karukayado (Hashimoto, région de Wakayama).

La momie du Temple Shintoiste de la ville de Fujinomiya. Cette momie mesure 1.70 m et est âgée de 1400 ans, elle est la plus grande et la plus ancienne existante. Sa tête est grosse et chauve, excepté quelques touffes de cheveux entre son nez et son front. Les yeux et la bouche sont ouverts, les mains palmées sont composées des griffes. Le bas du corps ressemble à celui d'un poisson. Cette momie est hélas en assez mauvais état. C'est le plus ancien témoignage de nouveau né mal formé. Ce foetus humain fut momifié.

Un foetus sur 100 000 serait atteint de cette pathologie dite "sirénomélie" (Mermaid syndrome) ou "syndrome de sirène". Cette malformation est considérée comme sporadique. Il existe des cas de récurrence intrafamiliale.

Sirénomélie
Sirénomélie Musée Fragonard - Paris

Cette malformation congénitale induit que les membres inférieurs de l'embryon sont fusionnés et les pieds écartés, comparable à une queue de poisson. Les membres sont dans un même étui cutané et peuvent comporter un seul fémur ou double. Les pieds fusionnés (sirène sympode), unique (sirène monopode) ou inexistant (sirène electromèle) sont une des particularités.

Les lésions sur les organes abdominaux sont dues à une hypoplasie du bourgeon caudal. Cette anomalie entraîne un dysfonctionnement des vertèbres lombaires et sacrées, l'imperforation anale, des reins atrophiés, ainsi que sur le tractus urinaire.

Cette agénésie (absence de formation) des reins et sphincters clos, imperforation anale, absence d'organes génitaux externes apporte souvent des complications physiologiques. D'autres malformations peuvent se rajouter dont l'association VATER (aplasie radiale, atrésie tracheo-oesophagienne), des cardiopathies, et des spina bifida.

L'origine de cette maladie serait due à un défaut de migration des cellules épiblastiques vers le chordo-mésoblaste au 16ème jour du développement foetal qui induirait un déficit de la partie inférieure du corps.

 

Sirénomélie
Sirénomélie au Musée Testut-Latarjet à Lyon

 

Il n'y a que trois cas de survie dont la petite péruvienne Millagros Cerrón née en 2005. Shiloh Pepin qui est décédée en mai 2009 à l'age de 10 ans, vécue dans le Maine avec ses parents. Tiffany Yorks née en 1988 qui a subi des interventions suite à cette affection. Ses os toutefois sont restés fragiles et elle souffre de problèmes de mobilité. Seulement trois victimes de ce défaut congénital sont recensées.

Le  diagnostic anténal se fait par le biais de l'échographie et permet de détecter le syndrome. Si le pronostic n'est pas favorable, une interruption de grossesse pour motif médical (IMG) est réalisée.

La sirénomélie n'est pas reconnue chez d'autres mammifères que l'homme. La prédominance masculine a pour ratio 3. Une étude permet de dire que ce syndrome est souvent associé à un diabète maternel ou l'administration de vitamine A.

Un spécimen existe au Musée Testut Latarjet de Lyon et un autre au Pavillon Fragonard à Paris.

Sirène : animal fabuleux, à tête et à torse de femme et à queue de poisson, qui passait pour attirer, par la douceur de son chant, les navigateurs sur les écueils (? Inconciliable, cit. 3). Ulysse et les sirènes (l'Odyssée, xii).
Chants des sirènes. Écouter le chant des sirènes : se laisser charmer, séduire.
D'après le Grand Robert de la langue français

 

POISSONS PSAUTIER RUTLAND

 

 

En savoir plus

Musée Fragonard se visite sur le Net

 

Adresse

7 avenue du Général de Gaulle, Paris
Ligne 8

A voir également,

Palais Rohan à Strasbourg
Musée de la guerre au Vietnam (War Remnants Museum)

Musée de Bruxelles
Musée Testut-Latarjet de Lyon

Bibliographie

Visite du 13 janvier 2017

.......................

 

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

Vous aimerez peut-être :  

La Maison Carrée

Monument aux morts de Lodève

Roue___aube___Rue_des_Teinturiers___AVIGNON

St_Gilles_Abbatiale_04_Impasse_des_Pas_Perdus  
La Maison Carrée
-NIMES-
A l'ombre de la conscience de Paul Dardé... Rue des Teinturiers
ou le passé retrouvé -AVIGNON-

Kees Van Dongen, s'EX pose en tant qu'artiste

Mémoire de Saint-Gilles
(Gard)

 

 

...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : dimanche 21 janvier 2017
Mise à jour  : 21 janvier 2017


                 Répondre                        

 

 

 

 <<   Précédente |AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 19:00 - Pêle-mêle - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 janvier 2017

Grau-du-Roi, du passage à la ligne

 

 << Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

Le soleil finit par plonger dans la mer, l'eau qui semble parfaite s'éprend de couleur, pour accueillir le soleil sur le chenal du Grau-du-Roi.

 

Coucher du soleil Grau du Roi

 

Il se couche sur la ligne de l'horizon et se décline dans toute sa splendeur.

 

IMG_0443

 

Le ciel s'embrase, la couleur orange se brise tel un jaune d'oeuf, s'étale sur la nappe d'eau, déborde. Le rouge règne et flamboie comme l'amour qui rayonne. Le rouge jette sa lumière sur toutes les formes jusqu'à ce qu'elles disparaissent et deviennent des éclats.

C'est un vrai spectacle que vous captive tous les hivers à la mi-décembre car le soleil s'aligne au centre du chenal dans une intensité rare. Pour y assister, il suffit de se placer sur le pont tournant.

 

IMG_0449

 

Le quai Colbert au bord du canal du Rhône à Sète se situe sur la rive droite. Il fait face au quai du Général de Gaulle où se situe le phare édifié au XIXème siècle. Il est couvert d'un lanternon en cuivre de 1828. Cet édifice est classé Monument Historique. Il est éteint depuis 1869, remplacé par le phare de l'Espiguette. Il est d'une hauteur de 19 mètres.

   Frise

La maison du Dauphin porte son nom par la sculpture qui décore le médaillon de son fronton. Elle est typique de l'architure du XXème siècle. Les dauphins sont représentatifs de la mer. De l'autre coté de la toiture, une tour est érigée.

Grau du Roi La maison du DauphinPhoto de Claude Renous

La Villa Parry doit son nom à l'architecte Ferdinand Parry qui en 1898 acheta ce terrain pour y construire la villa des "Dunes", appelée plus couramment "Parry".

 

   Frise

 

 La villa Rédarès n'est plus que le vestige des souvenirs, aujourd'hui. Elle est morte à 81 ans. Une batisse construite en 1928, de 50 mètres de large sur front de mer pour une surface au sol de 140m2. Elle est hélàs, démolie depuis mai 2011, suite au décès de Madame Rédarès en 2003.

Elle se situait en front de mer au bout du boulevard Maréchal Juin.

Mr Rédarès, important propriétaire foncier installa des vignes dans le sable en bord de mer. Il a le domaine de Terre Neuve, situé à 6 km du centre ville. Par le fait de cette plantation dans des sols sableux, il échappera à l'épidémie du phyloxera. Les vignes plantaient dans le sable résistent au parasite.

Mr Rédarès louera à Philippe et Françoise Marquet 40 ha de vigne, dont le domaine s'appellait "La Janine".

 

Grau du Roi Villa RédérèsGrau du Roi Villa Rédérès plage

Grau du Roi Villa Rédérès bord de mer

   Frise

Le chateau Leenhardt sur la plage rive droite fut construit en 1875 par le négociant Victor-Henry Leenhardt (1822-1904). Cette famille était de Montpellier, descendant d'un André-Chrétien Leenhardt qui au XVIIIème siècle était venu d'Alsace se fixer dans cette ville. Son père natif de Pologne avait émigré en Alsace, plus précisèment à Wesserling. Le dernier fils de André Chrétien Leenhardt était Paul Nicolas Leenhardt, né en 1786 et décédé en 1870. Marié à Eugénie Castelnau (1796 1853), ils eurent sept enfants dont Antonie, Charles, Henry, Abel, Inès, René et André.

En 1904, le pasteur Comte organisa les premières colonies de vacances. Cette maison était tenue par des religieuses. C'est l'une des premières résidences privées construites en béton armé, mais aussi en brique de sable qui lui conférait une tonalité grise. En 1906, la société des Bains de Mer s'y installa. Elle fut démolie en 1970, après avoir abritée une pension familiale protestante aux années 1857.

Le chateau avait des caves.

 Grau du Roi Château Leenhardt façade sud  Grau du Roi Château Leenhardt vue de loin 

Grau du Roi Château Leenhardt Parc Grau du Roi Château-Leenhardt colorée
Grau du Roi Château-Leenhardt Grau du Roi Château Leenhardt Sanatorium

   Frise

Les chalutiers au retour de pêche sont dans un nuage de mouettes et de goelands. Les casiers pleins de poisson, on ne peut plus frais que les pêcheurs vous proposent directement à la vente à leur arrivée sur le quai. Les loups, les sars, les bars, les dorades, les poissons bleus comme la sardine ou le maquereau ainsi que les coquillages tels que les tellines, sont au rendez vous, tous les matins.

Les oeufs de goelands leucophées sont stérilisés début avril. Le plumage est identique pour les males ou femelles, seule la taille des femelles permet de les distinguer. Ils ont les pattes jaunes. Cette espèce s'est installée en Camargue en 1912.

Le pont tournant à péage fut construit en 1901. Il permet de traverser le chenal en attendant l'attraction du jour qui est l'arrivée d'un bateau qui libère le pont afin de le faire tourner sur lui même, pour que l'embarcation puisse tourner.

Le boulevard Maréchéal Juin longe la plage plus à l'Est après la jetée du Quai Colbert. Une rose des vents jonche le sol. En langue d'Oc, les noms des vents sont écrits.

Le Grand Café de Paris est une institution. C'est ici que je m'installe pour regarder les touristes qui se déplacent avec leur glace, beignet et toute gourmandise qui dégouline de sucre.

L'ancien hopital "Boucanet" est abandonné, voué à la destruction.

Le Sanatorium Maritime du Grau du Roi était dirigé par le Docteur Jean Bastide. Sa construction date du 15 mai 1933 par l'architecte Henri Floutier. Sa technique de construction est le béton armé ennebique. Sur un immense terrain, un grande galerie de cure et des pavillons abritaient les tuberculeux. Les batiments ne comportaient pas d'étage pour éviter toute fatigue. La galerie était d'une largeur suffisante pour installer les lits au soleil. En 1942, cette construction est réquisitionnée par la Wehrmarcht.

Les anciennes arènes peuvent contenir 3000 personnes. A l'entrée de l'édifice, trois statues de taureaux en bronze sont l'effigie de la gloire des bovins. L'oeuvre est signée B en K, sculpteur des Saintes Maries de la Mer. Dans les rues du Grau du Roi, lors des fetes, les taureaux à la corde dits aussi "Bourgine" étaient attachés à une corde et les habitants les promenaient à travers les rues du village. Ce jeu taurin est interdit depuis 1970.

L'ancienne caserne des pompiers a une sirène qui sous un chapiteau se trouve un personnage. Cette maison est vouée à destruction, elle se situe dans la rue Rédarès, non loin du quai.

 

IMG_0451

 

Que diriez vous d'une rouille graulenne faite à base de poulpe, une cuisine de la mer, simple et appréciée.

Au XIIIème siècle, Saint Louis, Roi de France entreprit la réalisation d'un port pour les grands navires pour relier les terres d'Aigues Mortes. Le Grau du Roi (il s'agit de Saint Louis, Roi de France) fait partie du Gard et est l'unique commune maritime de ce département, dont la région est le "Languedoc Roussillon". La commune est située au Sud du département de l'Hérault et de la Grande Motte. Cette zone est en Camargue, dans la baie d'Aigues Mortes au milieu des étangs.

Le village vit le jour au XVIème siècle, à la suite de fortes intempéries (1585). Le Grau de Consac de Gagne Petits s'ouvrit naturellement car  le Rhone sortit de son lit et envahit les terres avoisinantes dont l'étang de Repausset. Cela libéra un passage entre Aigues Mortes et la Méditerranée.

Le terme "gradus" désigne le passage qui veut dire "Grau" en occitan. C'est une ouverture naturelle qui se crée à travers le cordon littoral entre les étangs et la mer. Les roselières sont les marais d'eau douce, envahis de roseaux, qui abritent une faune et une flore unique.

Henry IV en 1598 consolida les quais et donna le nom à "Grau Henry".

C'est en 1640 qu'il prit le nom de "Grau du Roi".

1725, le canal du Grau du Roi fut construit pour la prospérité des salins du "Peccaix".

En 1728, la première barque catalane entra dans le port.

 

   Frise

On cultive également la garance, plante tintoriale qui fut introduite en France aux premiers temps de la monarchie française. Cette graine ramenait par Johannès Althonian dit Jean Althen, né à Chaouc en Perse fut semée dans notre région vers 1730. Les racines étaient amenées au moulin, afin de les réduire en poudre. Cette poudre permettait de teindre les tissus en rouge écarlate. Jean Althen développa l'établissement de garancières qui alimentait les fabriques dont les indiennes d'Avignon. La garance faisait prospérer des terres alluviales jusqu'alors sablonneuses et très pauvres. En 1860, Jean Henri Fabre découvre que l'on peut se passer de cette plante pour produire de la garancine artificielle, nommée alizarine. La culture est bientôt abandonnée définitivement. Rouge, orange comme les couleurs du soleil qui se lèvent à l'Est et se couche ce jour là sur la mer.

 

 

 

Jean althen

Jean Althen

 

   Frise

 

1854, le Grau-du-Roi n'est qu'un hameau de pecheurs qui dépend d'Aigues Mortes.

1855, l'Oeuvre fut fondée pour l'usage des bains.

1869, le phare est éteint le 1er janvier à minuit.

1873, une ligne de chemin de fer fut créée.

En 1874, l'éclairage public à pétrole fut installé.

En 1879, le village acquière son indépendance et connaitra un développement touristique grace au chemin de fer.

En 1893, la communauté italienne est en difficulté par les hostilités des villageois.

1911, une conduite d'eau est installée.

1912, un bac remplace le pont tournant.

1914, une ligne décauville est mise en place avec un petit train dit "La Françoise" qui desservait les propriétés agricoles de l'Espiguette.

1928, le nouveau pont tournant est construit.

1937, le tout à l'égout est mis en place.

1939, le village est en partie détruit par les troupes ennemies présentes sur le site. Il reste des ouvrages et installations militaires dans cette zone et sur les plages des pyramides de béton, de blockhauss. Un champ de mines avait remplacé les vignes alentours.

Aout 1944, dernière année et mois de l'occupation.

1952, la vierge Marie apparait deux fois au Père Bonlun, le 2 et 3 novembre. A cet endroit fut construit une statue pour commémorer son apparition. Elle est entourée d'une grille, oeuvre de Mr Georges.

La partie rive gauche est peuplé de calabrais, tandis que la rive droite devient le quartier de villégiature de quelques familles bourgeoises,  les "tonkionois".

Le Grau-du-Roi est un village de pêcheurs qui a plusieurs atouts dont la plage de l'Espiguette dont les dunes dès les premiers beaux jours se peuplent de giroflées de mer et de marguerites de sable.

L'ile de Stel (ile de sel) appartenait aux Chevaliers Templiers dès 1173. Sur ces terres, les chevaux étaient entrainés avant de partir pour les croisades en Orient.

Sur les berges du Vidourle, les gaules attendent le poisson d'argent.

Le blason du Grau-du-Roi représente deux thons dirigés vers une grappe de raisin sur la gauche et un lion d'or sur la droite.

 

Autres lieux à proximité

 

Carnon, Saint Gilles, La Grande Motte, Beauduc, Nîmes, Avignon, Sète,

 

 

Bibliographie

Promenade hivernale décembre 2016

 

 

.......................

 

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

Vous aimerez peut-être :  

La Maison Carrée

Monument aux morts de Lodève

Roue___aube___Rue_des_Teinturiers___AVIGNON

St_Gilles_Abbatiale_04_Impasse_des_Pas_Perdus  
La Maison Carrée
-NIMES-
A l'ombre de la conscience de Paul Dardé... Rue des Teinturiers
ou le passé retrouvé -AVIGNON-

Kees Van Dongen, s'EX pose en tant qu'artiste

Mémoire de Saint-Gilles
(Gard)

 

 

...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : jeudi 12 janvier 2017
Mise à jour  : 12 janvier 2017


                 Répondre                        

 

 

 

 << Précédente |AAccueil |  Suivante >>