Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

25 mai 2014

Comédie du livre à Montpellier 29ème édition -Rencontre avec les écrivains illustres du XIXème siècle ou la mémoire taraudée-

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

Comédie du livre

L'année dernière, "la Comédie du Livre" nous entraînait dans le monde de la littérature contemporaine du magrheb et l'Algérie était le pays invité. Cette année, pour la 29ème édition, les grands auteurs du siècle dernier étaient à l'honneur. Présents dans les livres, je me rendais sur les stands pour savourer cet instant unique de les découvrir.

Lamartine me salua, mais je me dépêchais d'aller voir Victor Hugo. Je tenais le livre de mon grand-père "Les Misérables" en vue d'un autographe. Les pages, à certains endroits, endommagées par le processus du temps me rappelaient qu'avant moi, ma mère, mon grand-père et quelques invités illustres de la famille avaient dû percer cette histoire au travers de cette édition.

Le marque page m'indiquait de me rendre à ce salon pour l'y rencontrer. 130 ans après, cette "Comédie du Livre" dont le programme ne citait pas Victor Hugo, me faisait rencontrer ces grands noms qui seraient célébrés au même titre que les auteurs nordiques, venus du monde entier.  Après le Sud, le Nord ! Oui, cette année la croisière est nordique si vous y participez. Vous traverserez le Danemark à destination de la Suède, puis vous vous dirigerez vers la Norvège, en vue d'atteindre la Finlande et si vous le souhaitez pourquoi pas : l'Islande. Dans le catalogue qui me fut délivré à l'entrée, les ateliers étaient notés et je cherchais le lieu de ce RDV, en vain.

Seul mon marque page m'informait de cette visite inhabituelle. Cette 29ème édition avait été programmée en 1885, l'année de la mort de Victor Hugo. Elle s'ouvrait le 22 mai, le jour de sa mort. De plus, il était membre de la "Comédie humaine" d'Honoré Balzac. Mon livre faisait partie d'une série qui avait été livrée avec une brochure de ces rencontres.

Je feuilletais les pages pour vérifier si une annotation me permettrait d'avoir plus de renseignement et je m'aperçus que cette Comédie du livre avait été créée en 1985 à Montpellier par quelques librairies indépendantes au moment du centenaire de la mort de Victor Hugo. Que de coïncidences !

J'étais entourée d'amoureux du livre et cette manifestation, unique en son genre, m'octroyait la possibilité de rencontrer l'auteur qui m'avait fait découvrir cette passion.

Le passé et le présent se mélangeaient. Au Pavillon Populaire, face à l'Esplanade, mon regard fut attiré par Herbjørg Wassmo, Romancière et auteur de sagas qui dépeignent la nature norvégienne. Nommée "la plus grande dame des lettres du Nord", je vous la recommande.

Puis, la présence de Jo Nesbo me rappelle que je suis entrain de lire "Le Bonhomme de neige" !

Et c'est à l'espace Rencontre que s'ouvrait mon aventure ! Je ne tenterai pas de répondre à vos questions, je vous décris seulement cette expérience. Victor était debout, sa canne martelait ses pas comme une minuterie qui me fit considérer que le temps était précieux. Son visage était singulièrement flétri par ses pensées et les rides avaient fixé la souffrance. Sa barbe grise cachait son menton et son nez se retroussait pour retenir ses binocles. Son habit noir boutonné, lui donne l'allure d'un orateur prêt à séduire ses admirateurs. J'entrais dans la salle Pétrarque. J'avais l'impression d'entraîner avec moi mes chères et chers blogueurs bibliophiles pour concrétiser ce souhait profond de mon grand-père.

"Ce siècle avait deux ans » quand naissait ce Grand homme prénommé Victor Hugo qui a bouleversé non seulement le monde littéraire et artistique, mais aussi la sphère politique de son époque jusqu’à aujourd’hui. Mon grand-père, né cent ans plus tard à cette même date, m'avez laissé son livre pour mémoire.  1802, 1902 que de date en souvenir. Tous les éléments de mon enfance me faisaient face. Ce n'était pas un voyage intérieur au plus profond de mon âme car je scrutais la salle. Je me retrouvais qu'avec des grands noms qu'il faut dire avaient été absents depuis plusieurs générations.

 

Victor Hugo

Leur silhouette évoluait autour d'un buffet. Le décor m'énivrait. Derrière les tentures de l'entrée, une envolée de plante, dans des vases ventrus, amenait à la discrétion. Au fond de cet office, les tables étaient garnies de petits fours qui produisaient un joli effet. Je devais faire l'apprentissage de la lenteur pour éviter de perdre cette vision. J'improvisais un itinéraire car cette aventure, aussi intense, se devait d'être conservée pour vous la rapporter. Mon esprit vagabondait à la vue. Leur engagement sur les fondements mêmes de la liberté était ancré dans mes pensées. Comme Emile Zola, il avait écrit sur l'intime et le singulier de la nature humaine. C'étaient les Maîtres du livre qui avaient fasciné mon enfance.

Je salue Honoré Balzac qui vient retrouver son ami. Alphonse Lamartine discute avec Alphred de Musset qui est au stand des "Poètes" où j'aperçois "Les Orientales" de Hugo.  En ce lieu, des vitrines sont présentes et la lumière immacule l'objet. Je m'attarde autour des oeuvres de Victor Hugo et je suis interpelée par le titre "L'homme qui rit". Une oeuvre finalement peu connue qui semble retracer sa destinée et qui me rappelle le calembour "Je pense et je panse". Ces oeuvres sont magistrales et donnent à philosopher sur la conscience humaine qui a bouleversé le XIXème siècle.

A côté, Théophile Gautier lit un extrait de "Hernani", sa pièce de théâtre.

Je rejoins le stand "Pièce de Théâtre" pour chercher "Le Roi s'amuse", pièce jouée pour la première fois à la Comédie-Française qui n'est plus censurée à notre époque.

Soudain, j'entends que l'on débat et me retourne pour apercevoir Alexandre Dumas en pleine discussion politique avec Chateaubriand, au sujet de Napoléon Bonaparte. Je m'éloigne car les romans historiques ne m'intéressent pas.

Georges Sand est là, elle a quitté son Berry pour présenter son dernier ouvrage. Je suis contente de la voir, j'ai visité sa maison de Nohant l'année dernière. Mon service de table est à son effigie.

Rien de plus troublant et énigmatique que ce lieu, j'étais fascinée d'être face au Chef du Romantisme qui a connu le succès de son vivant. Ces épigones qui présidaient cette 29ème édition.

Ils exaltaient leur oeuvre, leur fonction universelle, leur valeur était le seuil des nouvelles générations d'écrivains. Je ne voulais pas briser cette harmonie. Leur génie littéraire transcende toute la complexité de leur vie.

Heureux qui comme nous autres viendront voir ces débats nourris comme le café d'une pointe de force, d'arôme et d'acidité. L'on pense déjà au générique du film "La liste de mes envies" dont le livre est un best seller.

Bonne Comédie !

 

Notes

Après le "Salon du livre" de Paris, la "Comédie du livre" est la deuxième manifestation du genre la plus importante en France. C'est une grande fête sur la culture littéraire qui permet les rencontres entre les auteurs et le public. Une idée qui a été mise en place par trois librairies indépendantes de Montpellier en 1985. Plus de 110 000 visiteurs parcourent les stands dans l'Ecusson et la fameuse place de la Comédie.

Trente cinq auteurs du Nord seront rassemblés dans des stands pour clamer la littérature nordique en vogue. 300 écrivains participent à l'évènement.

A quoi pensez-vous quand je nomme "Montpellier" ? A la mer, le soleil... et pourquoi pas à la lecture sur la plage !

2014 - 29ème édition : littérature du Nord
2013 - 28ème édition : littérature du maghreb
2012 - 27ème édition : littérature du Royaume-Uni
2011 - 26ème édition : littérature allemande
2010 - 25ème édition : littérature d' Amérique du Nord
2007 - 22ème édition : littérature italienne

2005 - 20ème édition : littérature brésilienne

 

Info pratique

Comédie du Livre du 22 au 25 mai 2014, Montpellier, Hérault
Ou ? Esplanade Charles-de-Gaulle
Tarif ? Gratuit
Accès ? Tramway Ligne 1 et 2 (arrêt Comédie) - Ligne 3 et 4 (arrêt Gare-Saint Roch)

La Comédie du Livre sur Facebook

Candidature pour être "Ambassadeur du livre" : Accueillir et accompagner les auteurs invités durant toute la manifestation

 

Bibliographie

Essai - Dimanche 25 mai

.......................

Ce reportage vous a plu et vous souhaitez être informé des prochaines publications : Abonnez-vous à "newsletter" !

 

 

Vous aimerez peut-être : 
(clic sur photo pour lien)

 

 Les_oreilles_de_Buster

La_voie_marion_de_Jean_Philippe_MEGNIN

Les_chaussures_italiennes_de_Henning_Mankell

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise


L'ombre du vent

La_vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

Les oreilles de Buster
Maria Ernestam
La voie marion
Jean-Philippe Mégnin
Les chaussures italiennes de Henning Mankell Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
Dai Sijie
L'ombre du vent 
Carlos Ruiz Zafon
La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

...................................

Traduction  : Français,  Allemand, AnglaisArabe, Hollandais 
Parution : Dimanche 25 mai 2014
Mise à jour  :  25 mai 2014
                 Répondre                        

 

 

<< Précédente |AAccueil | Suivante >>

 

Posté par PASPERDUS à 02:00 - ACTUALITES - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Commentaires sur Comédie du livre à Montpellier 29ème édition -Rencontre avec les écrivains illustres du XIXème siècle ou la mémoire taraudée-

    un magnifique voyage auprès des auteurs que j'aime... même s'ils ont rejoint un autre parallèle, ils restent présent et par ton intermédiaire, je les sens à côté. Merci.

    Posté par petitroseau, 25 mai 2014 à 11:02 | | Répondre
  • J'aime beaucoup les écrivains du XIXème s. Ils ont le lyrisme flamboyant qu'on ne retrouve plus aujourd'hui. C'est avec Zola que j'avais commencé, je l'ai dévoré, tous les Rougon-macquart et aussi les trois villes et les quatre évangiles qui ne sont que trois... Je suis ensuite passée à Hugo et puis les autres... Quel bonheur!

    Posté par christiana, 25 mai 2014 à 16:01 | | Répondre
    • Nous avons eu les mêmes choix. Mon grand-père était littéraire et quand il a senti que son mal allait l'emporter, il m'a confié ses collections de livre. J'avais le sentiment d'avoir le devoir de transmettre ces valeurs.

      Posté par PASPERDUS, 25 mai 2014 à 16:17 | | Répondre
Nouveau commentaire