Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

21 septembre 2011

Vaisseaux fantômes du cimetière des bateaux à Bono

 

<<Précédente  | AAccueil |  Suivante >>

Ce fut une mémorable journée pour moi de découvrir la rivière du Bono. Arrêtez-vous un instant, lecteur de cette page, et songez devant ces carcasses grandes ouvertes dans l'estran, à ces lointaines traversées qui jonglent dans le palmarès de chacun de ces gréements.

Cimetière de bateaux Vaisseau fantôme de Pluneret BONO

Le cimetière de bateaux de Pluneret, vers Bono, est une trace physique de l'activité humaine. Il fait partie du patrimoine marin et nous ramène à la période ostréicole de l'huître plate des années 1970, décimée durant la deuxième Guerre Mondiale par les épidémies. Devant cette scène, ma respiration souleva mes côtes et j'imaginais mon corps au plus profond démuni telles ces entrailles sur la rive du Bono. 

Cimetière de bateaux Epave Pluneret BONO

 

Auparavant, nous avions enjambés le vieux pont suspendu tout articulé et si souvent sollicité par les photographes pour sa construction demeurée et classée. 

Cimetière de bateaux Bono Carcasse bateau

Mais la rencontre n'était pas là et je fus saisie de doutes quant au sentier côtier à prendre. Les rives ne s'identifiaient pas pour autant, je devais donc faire un choix pour retrouver ce paysage partagé. Nous nous mîmes en quête de longer la rive bordée d'arbres majestueux dont le reflet m'invitait à rêver aux cales tant attendues des chalutiers.

Cimetière de bateaux Chaloupe chavirée

Nous traversions des cabanons dispersés et démunis. Chaque habitation était entourée de tuiles chaulées, souvenir de cette période ostréicole où chaque pêcheur attaché à son cabanon, attaché les larves d'huîtres aux tuiles, pour les voir croître tout au long de la saison.

Les rives me semblent toujours le partage entre l'eau et la terre comme ces carcasses éventrées dont le processus d'altération par l'eau les rend sédiment. Je découvrais l'anse.

Cimetière de bateaux Le Bono Pluneret

 

Parmi les débris de bois flottés le long du littoral, nous aperçûmes au loin des formes squelettiques bercées par un clapot qui nettoyaient les sédiments déposés dans la vase. Cette lente agonie vibre encore dans mes tempes. Je voudrais conserver ce spectacle inoubliable et le fait de le capter dans mon objectif par cette multitude de clichés me rappelle cet instant.

Cimetière de bateaux Le Bono à Pluneret

Ce lieu profond et silencieux, tamisé par l'ombre des grands arbres, l'abritait. Nous étions dans la limite "terrestre" et je contemplais l'effort du temps qui donnait ce tableau. J'avais conscience que cette palette de couleurs unique disparaissait avec le temps par les formes englouties. Je m'aclimatais à cette impression du bout du monde à la vue des épaves. Les carcasses aux teintes sourdes déployaient leur ossature teintée de rouille. Au fond de l'eau, le métal déposé par son poids s'identifiait. De ci, de là, j'apercevais un moteur dont le nom de l'inventeur rutilé sur une plaque avec son matricule, les pales, une ferrure de gouvernail... Même la végétation s'abandonnait à cette érosion et un arbre couché en guise de cénotaphe semblait imiter son confrère sculpté par la main de l'homme pour concevoir l'arête de la chaloupe vrillée.

Les coques m'interpellaient tant la couleur révélée s'identifiait dans le patrimoine marin. Je m'approchais et me hasardais accrochée à quelques broussailles à investir le lieu au milieu de la vase pour découvrir cet univers riche en couleurs, mais également en forme. Elles décelaient leur rudesse du temps par la matière, mais s'imposaient comme cétacés échoués qui agissait sur l'oeil acéré par l'imposante ossature. Chaque membrure devenait membre, chaque coque s'apparentait à une silhouette élancée par le bois du mât. Les côtes saillantes se prolongeaient sur l'arête dorsale posée à même la vase. Je découvrais cette nature, irrationnelle avec sa part d'oeuvres morte et vive. Je négligeais le temps, confondue dans le présent, devant ces vieux compagnons de marins qui parfois avaient poursuivi leur vie durant, ces animaux marins.

Derrière cette flottille d'anciens bateaux de pêches, plates, canots qui encombrait le fond marécageux dit vasière, la façade du vieux manoir de Montigny dans son bocage fait face à ce bras de rivière qui ressemble à un lac. 

Je baissais mon regard et remarquais mes sandales aspirées par la vase, à jamais imprégnées de cette substance qu'est le cimetière marin où mon rêve a pris consistance. Je n'y ai pas vu de stèle, ni de pierre... Alors je dédicace celle inscrite dans mon imaginaire.

 

Naît de la nature terrestre,
 J'ai passé ma vie sur l'océan,
 Mon âme est partagé avec celle du marin qui y habite,

Balloté par les flots,
J'attends d'être rongé petit à petit,

en rêvant à ma gloire passée... 

 

Les cimetières à bateaux

1991 fut une année charnière pour les vieux bateaux. Le plan Mellick offrait la possibilité de mettre à la casse son bateau en échange d'une prime.

Au niveau environnemental, ces épaves occupent illicitement le domaine public et face au tourisme écologique, il est mis en avant que le promeneur est menacé d'un danger.

Je ne fais pas partie de cette opinion et j'accorde au temps qui passe, tout le mérite d'avoir existait et de permettre une lecture directe du passé maritime de cette belle région avec les métiers transverses comme ceux des charpentiers, les grandes heures de la pêche et du cabotage.

Le village

Le village le Bono est l'ancienne propriété des moines de Sainte-Gildas-de Rhuys qui est devenu une commune en 1947. Son nom breton "er benew" aurait pour signification "limite", mais on le retrouve également dans le mot gallo "Bono" qui veut dire "marécage". Ce village de pêcheurs est constitué d'un port au confluent de la rivière d'Auray et de la rivière du Bono qui se jettent dans le Golfe du Morbihan. La jetée fut construite en 1882 et le port fut creusé en 1902, année de naissance de mon grand-père qui aimait se rappelait "ce siècle avec deux ans lorsque je suis né" de Victor Hugo (1802).

Village Le Bono Site Impasse des Pas Perdus

Village Le Bono Site Impasse des Pas Perdus

Le vieux manoir de Montigny

Appelé également château de Kérisper, il appartenait à la famille Jean de LESTRELIN, en 1426, qui avait les terres de Kerlois et possédait la seigneurie de Kerisper en Pluneret. Il mourrut en 1529 ; Son fils, Louis en fut l'héritier. Il possédait la seigneurie de Kerlois, de Kerisper (Pluneret) et de  Liscoët (Pluvigner).  De son mariage avec Marie de Botderu, il eut un fils Gilles Guillaume de LESTRELIN qui vécut jusqu'en 1583. Guillaume se maria en deuxième noce avec Perrinne DROUILLART. Ils eurent deux enfants Gillette et Louis de MONTIGNY qui de son mariage avec Anne LE PENNEC eurent Guillaume et Jean de MONTIGNY qui épousa Anne de CADORET*. Puis la propriété appartenut à la famille Louis CADORET (fin du XVe siècle) qui épousa Françoise de LOUENAN. De cette union, une fille naquit "Anne de Cadoret*" qui épousa Jean de Montigny. Elle y vécut de 1601 jusqu'à la révolution. à la dame Renée de Montigny, veuve de Louis, Comte de Sarrant (1811), héritière des LESTRELIN. Puis se succédèrent les MONTAIGU (XIXème siècle),  SAINT-PERN (1876), GRAND (1897), DOUAULT (1900), POMMOIS (en 1979). Autrefois, il possédait une chapelle privée, maintenant, il est le théâtre de l' "Ecume".

Le vieux pont

Il clôture sa trajectoire, le long du bois de Kerisper et surplombe le port depuis 1840. Il mesure 97 mètres et est classé Monument Historique depuis 1997 ; c'est facile à retenir 97 et 97 ! Sa construction a débuté le 25 août 1935, terminé en 1840 ; il fut remanié en 1870 et ne cesse depuis d'être restauré. Il fait partie des deux derniers ouvrages en service qui existent en France de ce type. Il est fait de bois et ne convient plus au trafic routier et il est donc devenu à usage piétonnier depuis 2006.

Pont suspendu de Bono

L'église

A quelques emcablures, se situe l'église Nôtre Dame de Béquerel, conçue en granit gris. Elle fut construite au dessus d'une source dite miraculeuse.

A savoir,

Il existe en Bretagne une douzaine de cimetières de bateaux, situés principalement sur les côtes du Finistère et du Morbihan.

. Le cimetière des vieux bateaux "Tanet" sur la Rance, à la Passagère dans la commune de Quelmer
. Le Dahouet à Locquémeau à Paimpol (Côtes d'Armor),
. Le cimetière marine de Sillon à Camaret (Finistère),
. Epaves de Douarnenez de Port-Rhu (Finistère),
. Epaves et cimetière marin du Magouër en Plouhinec (Morbihan),
. Epaves Arradon - Auray (Morbihan),
. Cimetière de bateaux de Landévennec, anse de Penforn (dans la rade de Brest), 
. Cimetière marin de Kerhervy à Lanester (Morbihan),
. Cimetière de bateaux de Pluneret,
. Cimetière de bateaux d'Audierne
. (Calvados).

et un peu plus loin,

. de Ciboure à Saint-Jean-de-Luz,
. du Petit Port à Boulogne-sur-Mer.
 

A voir également,

. Tombelles, sépultures paléolithiques proche d'un tumulus qui couvre une allée empierrée
. Le cimetière marin de Bono avec la tombe de la Comtesse de Ségur et de son fils 
. Calvaire percée de Yves Nicolazic,
. Tombe de Bernard Moitessier,
. Le sentier du littoral sur plus de 8 km,
. La Chapelle Notre-Dame de Bequerel construite sur une source miraculeuse. 
. Le jardin de Mémoire où voisinent entre arbres des urnes funéraires.

Bateaux

Cakou, Chaland, Forban, chaluttier, sardinier, sinagot, langoustier, sablier...

Accès

Bono est situé à côté de la commune d'Auray dans le golfe du Morbihan.

Depuis le port de Bono, traverser le pont suspendu et prendre la rive droite qui longe le sentier côtier qui rentre dans la forêt de Kerisper.

Vous aimerez peut-être

Voir les titres des romans de ma liste d'auteurs lus  

 (clic sur photo pour lien)

1MdB_301_1

Les_Pouilles_Trulli_01

IMG_0111

Relax

Rencontres_Internationales_de_la_Photographie___Photo_de_Impasse_des_Pas_Perdus__Photographie_de__Lisa_Ross_2

La_vie_r_v_e_des_plantes_de_Lee_Seung_U

Autour de l'étang de l'Or, les cabanes de salaison de Mauguio

Les Pouilles sur les traces e l'Empereur Frédéric II

Courtiser Venise Venezsia' Venezia'

La chaise longue ~ Curiosité à examiner de près ~

Arles cultive l'épreuve  Exposition photos 2009  La vie rêvée des plantes
Lee Seung-U

 

Bibliographie

Voyage août 2011

....................... 
Voyage
Traduction  : Français,  Allemand,   AnglaisArabe,   
Parution de l'article, mercredi 21 septembre 2011
Mise à jour  : 21 septembre 2011 

                  Répondre                           

 

 

 

<< Précédente   | AAccueil | Suivante >>


Commentaires sur Vaisseaux fantômes du cimetière des bateaux à Bono

  • Bonjour, je fais parti d'un club photos et j'envisage d'organiser une sortie sur le site du Bono, pouvez vous me préciser si l'accés est facile, baliser y a t il risque de se tromper peut t'on garer les voitures à proximité du vieux pont, faut'il tenir compte des horaires des marées...Merci de votre réponse. On a fait celui de Camaret de la Passagère mais vos photos, vos textes donnent envie de découvrir celui ci on envisage la sortie en mai ou juin...Cordialement... cpx.audit@wanadoo.fr pour la réponse merci d'avance

    Posté par cpx, 12 janvier 2019 à 10:53 | | Répondre
« Premier   1  2 
Nouveau commentaire