Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

30 septembre 2010

Lagune ou lacune, vestige du palais d'Oualidia de Mohammed V

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

Sur la côte Ouest, caressée par l'Atlantique, sa Majesté Mohamed V fit construire le palais de "Sidna" à Oualidia الوليدية.

Il est adossé à la colline boisée et au coeur d'une lagune protégée par une anse de sable.

Ce trésor précieux, telle une perle à l'intérieur d'une huitre est protégé des vents par un cordon rocheux. Il offre à ce lieu, la quiétude des eaux protégeaient par un goulet qui par delà s'écument en crêtes blanches sur les falaises. Elle est l'une des plus belles lagunes de la côte atlantique sur le littoral marocain cadensée par les marais. Elle offre d'immenses plages de sable fin.

OUALIDIA_Cordon_rocheux

Cordon rocheux

Cette station aux reliefs différents est rytmée par la nature. Elle devient la plage des Marrakchis, safiots et casablancais. Les murs des maisons sont peints de la couleur du sable.


Expression"Le Maroc est un pays froid où le soleil est chaud" Lyautey

Oualidia_crique

Mais je me tourne vers les souvenirs pour vous faire contempler ce grand bâtiment abandonné. Une galerie d'arcades orne l'immense terrasse qui s'alanguit sur le rivage, puis vient une enfilade de chambres habitées par la poussière qui s'ouvrent sur des patios aux mosaïques abîmées. Essayez de l'imaginer, recouverte de tapis dont le reflet se mire dans les eaux des bassins aujourd'hui asséchés, déserts dont seule la rouille pêche sur les échelles.

Cette Résidence Royale ou palais d'été de feu Sa Majesté Mohammed V comprend à l'étage une salle de réception qui s'ouvre sur les nombreuses terrasses et l'extérieur. Elle est agrémentée de deux piscines, une sur la grande terrasse qui borde la lagune et l'autre au 1er étage. Tout autour des points d'eau, on prenait salon pour la collation. Des midas (grand plateau) étaient disposés et s'agrémentaient de thé, pâtisseries et fruits pour le plaisir des yeux, sans oublier d'exalter les sens.

Oualidia_Palais_de_Mohamed_V

Palais de Sidna - Mohamed V                          Clic sur la photo pour lien

Mohammed V est né le 10 août 1909. Il fut intronisé le 18 novembre 1927 à l'âge de 17 ans, à la place de ses deux frères aînés, choisi par les autorités françaises, du temps du Protectorat.

Le Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef l'a fit construire pendant la première partie de son règne. Il aimait y séjourner l'été, dans les années 40-50, en famille, loin de l'agitation politique.

Il fut destitué puis exilé en Corse, puis à Madagascar jusqu'au 20 août 1953. Les autorités françaises ramenèrent le sultan au Maroc et l'indépendance vint le 2 mars 1956.

Mohamed_V____FES_en_1943

Mohamed V   FES 1943         Clic sur la photo pour lien DAFINA.net

Ce village de pêcheurs côtoyait sa Majesté (grand-père de l'actuel roi) qui venait goûtait aux joies des bains de mer parmi les estivants. Il était très moderne. Ses filles : Lalla Fatima, Lalla Aicha, Lalla Malika et Lalla Nuzha, en maillot de bain, deux pièces, l'accompagnaient. Il avait cinq enfants de son deuxième mariage : Lalla Aicha, Moulay Hassan II, Malika, le Prince Moulay Abdellah et Lalla Nuzha. De son troisième mariage, il avait une fille Lalla Amina. Elles étaient naturelles, les cheveux lâchées au vent, la gaieté habillée leur regard. Plongeon, nage ouvraient leur quotidien. Les gardiens (mokhaznis) surveillaient de loin.

Aujourd'hui, sur la plage les jeunes filles sont en hijab (voile de la femme mulsumane. En Islam, cette prescription divine permet de préserver sa pudeur et sa chasteté en ramenant le voile sur elle, pour ne pas présenter leurs atours devant le regard baissé des hommes afin de garder leur dignité. Seules les mains et le visage peuvent paraître).

Oualidia_Palais_de_Mohamed_V__Vue_02

Hassan II, le prince héritier se rendait aux soirées dansantes organisaient à l'hôtel l'hipoccampe qui jouxte la demeure.

Une rumeur dit que Mohamed V était un amateur de sardines grillées et qu'il trouvait dans ce lieu la qualité requise. Sur la plage d'Oualidia, on mange des araignées de mer grillées par les pêcheurs.

Voici la recette et rien de plus simple.

Araignées de mer
Verser des cendres dans un creux fait dans le sable de plage
Laisser cuire 5 min. d'un côté, retourner et attendre quelques minutes, puis déguster

Huitres gratinées
6 huitres par personne
Faire fondre 1 cuillère de beurre, puis mélanger avec une 1/2 cuillère de farine, mouillez avec 40 cl de lait. Tourner régulièrement, saler, poivrer.
Dans une poêle, faire dorer les amandes effilées. Saupoudrer en les huîtres.
Verser la béchamel sur les huîtres, mettre du fromage râpé et au four 2 min.
Servir chaud

Msemen (crêpes chaudes)
Pour 4 personnes
Mélanger 200 gr de farine, 1 c. à café de sel et 25 cl. d'eau
Laisser reposer dans un torchon humide 45 min.
Faire fondre 50 gr de beurre et 10 cl d'huile
Imprégner vos mains et diviser la pâte en quinze petites boules
Aplatir la boule en forme de rectangle
Repliez la plusieurs fois en rajoutant sur chaque pli le mélange beurre-huile
Laisser reposer les carrés 20 x 20
Aplatir le premier carré et faire cuire dans une poêle
Servir bien chaud,  c'est délicieux avec du miel

Le palais ne vit que par les souvenirs des oualidis. Hassan II, après la mort de son père, en 1961 n'y revint plus. De l'état d'abandon, les dégradations n'échappent pas à l'oeil.

L'oeil justement qui au delà de la mer, au delà de la dune, voit la tombe du Marabout Sidi Daoud qui protège les enfants, les pêcheurs.

Entre deux baignades, vous pouvez aller visiter, au bord de l'océan, six grottes qui égrénent leur nom : "La portugaise", etc.  Elles se situent à l'emplacement où Hanon débarqua de son périple. Hanon était navigateur cartaginois. Il aurait débarqué sur la lagune d'Oualidia qui constitue un port naturel. Il logea dans l'une d'entre elles, connue sous le nom de "Ghar Hammou El Gazhi".

Cette charmante station balnéaire ne vit que l'été pour ses plages. Il est parfois difficile d'y trouver logement car la population est multipliée par 10 en été. En dépit d'un plan de développement durable pour préserver la lagune et protéger le domaine ostréicole, l'urbanisation y est aussi galopante qu'irréfléchie. C'est le chaos car le progrès est sans mode d'emploi. De ce fait, les eaux usées se déversent à même les rues et forment des marécages où se prolifèrent les moustiques. Depuis le départ des français, aucune structure semble possible et ce processus est destructif et ne fait que rendre caduque le projet de tourisme et d'économie sociale avancé par la politique nationale. Du coup, au dessus du palais de Mohamed V se trouve des habitations anarchiques. Soupirs, désolation légitime, cette lagune se voit en 2010 redistribuée par un nouveau découpage administratif et quitte la province d'"El Jadida" pour celle de "Sidi Bennour". Une station d'épuration des eaux usées doit voir le jour, prise en charge par le Département de l'Eau et l'Environnement.

Septembre est là, sans touriste, la plage dorée par le soleil nous incite à faire une halte. Nous nous installons dans la baie pour profiter du spectacle de ce lieu magique avec l'océan en toile de fond. Nous nous offrons le repas tant attendu en achetant quelques oursins à un gamin habitué des lieux. Pour quelques dirhams, un plateau se présente. Le temps court, c'est les vacances. Croyez-moi ou non, je me sens heureuse durant cette parenthèse. Je me sens suspendu, à l'écart de la société, en marge de devenir bohême, à l'abri de la famille. Les vagues effacent le passé et laissent un présent serein.

Les adeptes de sports de glisse trouveront un jeu de vagues qui les charmeront sur la plage "Tomato Beach" (13 km au sud d'Oualidia) qui est fermée par deux gros rochers qui filtrent la houle et permettent de s'entraîner ou de débuter en attendant d'affronter les célèbres vagues de Ras Lafaa (Safi) classées parmi les 10 plus grosses du monde).

La nature reprend ses droits dès septembre. A l'autre bout de la baie, une autre plage sert de mouillage aux barques des pêcheurs. La pêche se pratique ancestralement. Les bateaux s'approchent de la rive suivant la cadence des vagues. Puis l'ensemble des pêcheurs sautent et aidés par les autres pêcheurs, portent la barque sur le dos à l'aide de gros rondins de bois, jusqu'au sable. La pêche ramène chaque soir une cinquantaine de pêcheurs quand la houle ne les fait pas renoncer à leur journée. Ils s'engagent dans la passe en choisissant la bonne vague. La criée est à même la plage. Chaque pêcheur marchande sa prise qui fournira les restaurants locaux ou des restaurants ambulants qui vous font grillés le poisson à même le sol pour une dégustation.

Oualidia_Retour_de_p_che

Le port, la pêche

Mustapha est pêcheur quand le temps le permet. Les autres jours, il offre ses dons de masseur-kinésithérapeute qui lui ont été légués par son grand-père. Il soigne les articulations douloureuses en massant le corps avec de l'huile d'argan. Il aussi le titre de "Mustapha, le prince des grottes" tant il les connaît. Il s'improvise alors comme votre guide pour vous les faire visiter.

OUALIDIA_Retour_de_p_che_03

Le dépassement

1_246_OUALIDIA_Retour_de_p_che

Retour de pêche

OUALIDIA_Barques_01

Plage des barques       

A marée basse, quand la mer se retire, les vaches vont paître dans les schorres situés sur des îlots et règlent leur satieté durant les six heures de reflue sur ce tapis de végétation. Les femmes dépendent également des cycles de marées et courants qui rythment leurs heures. De loin, on aperçoit leurs tâches colorées qui accompagnent les troupeaux. Ce sont les habitantes qui vont laver leur linge dans les creux des cailloux qui comportent des sources d'eau douce situées vers le palais royal et des résurgences d'eaux douces sous-marines. Elles profitent du ressac pour rincer leur vêtement.

Oualidia est réputée également pour sa chasse. Il y a des battues de sanglier durant la saison de mars-avril.

Des bassins d'ostréiculture sur les berges de la baie (production aquacole : 200 tonnes/an) se situent à l'entrée Nord. Ils comprennent 8 parcs ostréicoles ainsi qu'un parc à palourdes. Les naissais viennent du bassin d'Arcachon (France) et sont développés dans la lagune. Dans les années 80, ils provenaient du Japon.

Les marais salans sont célèbres car ils conjurent le climat, la topographie et la géologie pour leur production.

Oualidia_Marais_salans

Marais salans        Clic sur la photo pour aller sur le lien

La lagune s'étend sur 4 km. C'est le paradis de la faune. Les oiseaux viennent sur les îlots, aussi vous pourrez admirer le ballet des flamants roses, des barges, spatules, goélands, hérons cendrés, grands cormorans et échasses.

Oualidia_Marais_salans_02

Marais salans        Clic sur la photo pour aller sur le lien

L'eau est peu saline par le fait des sources. Sa température est fraîche également par l'apport d'eaux douces et l'intrusion des marées qui jouent un rôle hydrolique dominant.

La kasbah de Moulay El Oualid ben zidane, dernier sultan de la dynastie sadienne, fut construite en 1634 qui a donné son nom à la ville. La dynastie des Saoudiens a régné de 1554 à 1659. C'est à cette époque que le Maroc prit son nom qui serait la contraction de Marrakech. Auparavant, il s'appelait Maghreb el aqça ou Maghreb extrême. Oualidia a vu le passage des phéniciens, des romains et des portugais.

Les ruines de la cité portugaise date du Vè siècle. Des murailles des remparts sont flanquées de dix-huit tours. Seulement trois portes sont visibles. Elle fut ruinée une première fois en 667 et reconstruite sur les ordres du Sultan mérinide. Elle subit une seconde destruction et fut ruinée à jamais.

Cette année, le roi Mohamed VI a signé une convention pour la préservation de la lagune.

Cette commune est le refuge de nombreux artistes comme le peintre anglais Bill West.

Notes

Le palais a été fermé au public et les axes murés. Une garde a été déployée de jour comme de nuit.
Lecture "Arietta" de John Knittel écrit à Oualidia, en 1956. C'est l'histoire d'une jeune allemande mariée qui fait la connaissance d'un anglais. Le roman se déroule dans ce village de pêcheurs, qu'est Oualidia.

Ensoleillement

300 jours dans l'année. Sans vent (Essaouira) et sans brume (Agadir), mais un flot de touristes en été, à éviter.

OUALIDIA_Barque_de_plaisance

Barque de plaisance

Ou dormir

Luxe >> Riad La Sultana

OUALIDIA_Riad_La_Sultana

OUALIDIA_Riad_La_Sultana_02 OUALIDIA_Riad_La_Sultana_03

Ou manger

L'araignée gourmande

Situation

Entre El-Jadida (La nouvelle, appelée par les romains "rusibis", plus tard par les portugais "Mazagan" et du temps du protectorat, Lyautey a dit qu'elle était le "Deauville" du Maroc) et Safi
A 78 km au Sud d'El-Jadida
17
0 km de Casablance
212 km de Marrakech

 

Plan_OUALIDIA

Oualidia_vue_a_rienne

Clic sur la photo pour lien

A voir

Asilah |

El Jadida >> Les fameuses citernes à arcades. El-Jadida en hommage à Saint-Exupéry  |  Azemmour >> Ville blanche en front de mer |

Essaouira |

Marrakech  | Place Jemaa-el-fnaa | La Mamounia  | La Menara | Les jardins Majorelle  |

Le Grand Sud  | Ouarzazate  | Vallée de Dadès  | Gorges de Dadès  |  Gorges de Todra  |

Les villes Impériales  | Fès

Agadir  |  El Ghezia, la plage bleue  | Lagune de Knéfinis  | Laayoune  (lac salé)  | Amtoudi (grenier à grains et gorges)

Bibilographie

Voyages août/septembre 2010 et mai 1989

______________________________________________________________________________________________________________
d'autres articles,

Vous aimerez peut-être :

 

    CRIT_dentaire__2010__Equipe_de_Marseille  Chemin Cérémonie religieuse Pélerinage Sarah 2010

    Rose_Pierre_de_Ronsard

    IMG_0111 Diane d'Ephese Villa d'Este
    Signal
    CRIT Dentaire

    Beauduc
    CAMARGUE

    Marie Sarah
    CAMARGUE
    Pierre de RONSARD
    ou la douce vie
    Courtiser VENISE
    Merveille de la nature
    Diane d'Ephese

     

........................
Carnet de voyages
Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
Arabe,   
Parution de l'article,  30 septembre 2010
Mise à jour  : 30 septembre 2010

 

 

                   Répondre

            

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>


Commentaires sur Lagune ou lacune, vestige du palais d'Oualidia de Mohammed V

  • Le maroc on ne s'en lasse pas

    Posté par Gondolfo, 02 octobre 2010 à 11:00 | | Répondre
  • Très joli voyage, qui m'a fait oublier un temps la météo pluvieuse d'Alsace...
    A bientôt.

    Posté par Nat et Pouchkine, 02 octobre 2010 à 17:24 | | Répondre
  • Holalala ... quel bonheur que tu sois allée au Maroc !Et en plus trois semaines ..... et surtout à la lagune de Oualidia, endroit magique où j'ai campé dans ma jeunesse. Nous y sommes retournés en 2005 et je te jure que j'ai pleuré tant j'étais émue !
    (VOIR MON POST ICI =

    http://laurejo.canalblog.com/archives/2006/10/04/2826442.html

    Et quelques photos ICI =

    http://laurejo.canalblog.com/albums/la_lagune_de_oualidia/index.html

    Ce pays où j'ai vécu tant d'années où j'ai tant de merveilleux souvenirs ... J'y ai fait mes études, m'y suis mariée, notre fils aîné est né au Maroc tout comme son grand père et son papa d'ailleurs.

    Je vais revenir lire tout ça à tête reposée car c'est l'heure d'aller faire griller les sardines au kanoun (comme là bas) !

    Merci pour ton gentil com et à demain matin (si j'ai le temps car nous allons faire un concours de boules ... lol !).

    Gros bisous et bon dimanche.
    PS = hâte que tu nous livres tout tout tout .....

    Posté par JO TOURTIT, 02 octobre 2010 à 19:34 | | Répondre
  • superbe ton reportage, tu as pensé à tout!! yaplu k!!! j'ai bien aimé les photos des pêcheurs !

    Posté par maevina, 04 octobre 2010 à 11:30 | | Répondre
  • Tu as un don certain pour partager tes découvertes et tes sentiments devant cet endroit aussi splendide que fragile. Merci pour ce beau voyage !

    Posté par Ciorane, 05 octobre 2010 à 16:45 | | Répondre
  • Je suis allée deux fois à Essaouira mais je ne suis pas montée Oualidia,alors une prochaine fois,peut-être.
    Bisous du soir et à bientôt
    Maman mule

    Posté par mère de la mule, 05 octobre 2010 à 22:25 | | Répondre
  • Très joli billet.
    Superbe Maroc, superbes souvenirs que je n'oublierai pas...
    Les parfums du petit matin, les parfums des marchés, des épices.
    C'est bien triste que ce Palais ait été abandonné...
    Patricia - La Table de Pénélope

    Posté par Diane-plop, 06 octobre 2010 à 16:47 | | Répondre
  • J'ignorais que S.M. Mohammed V aimait autant les sardines que moi ... lol !

    J'ai relu avec plaisir ton article et revu tes photos. Un coup de coeur pour le "retour de pêche" ...

    Je suis étonnée qu'on ne t'ait pas parlé de l'Hippocampe ?! C'est un hôtel avec des bungalows et les propriétaires ont créé un jardin charmant en ce lieu. On y mange divinement bien également. Il est idéalement situé juste devant la passe et au bord de la plage. Il possède une piscine, petite certes mais suffisante. Je l'ai toujours connu et son ancien propriétaire a connu bien des déboires ....

    As-tu goûté les tomates de Oualidia ? Elles sont naturellement salées (of course) puisqu'elles sont "nourries" par l'Atlantique ...

    A bientôt donc pour la suite de ton voyage et bonne journée.

    Posté par JO TOURTIT, 07 octobre 2010 à 07:37 | | Répondre
  • J'ai un très joli souvenir d'Essaouira et Marrackech, dépaysant.

    Posté par christiana, 07 octobre 2010 à 16:13 | | Répondre
  • Grâce à toi aujourd'hui où le ciel est si noir,
    le soleil est rentré dans la maison, un petit voyage éclair, dans un pays inconnu pour moi, mais c'est sûr tu donnes envie d'aller y faire un tour. Merci;
    belle journée.

    Posté par Kristine, 10 octobre 2010 à 10:14 | | Répondre
Nouveau commentaire