Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

26 juillet 2009

Mocăniţa , le petit train de la vallée de Vaser -Râvie de te connaître ROUMANIE -Les Maramures-

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Voir aussi, 1 / 2 / 3 / 4  / 5    -  Carte

    Chère Iona,

    Je fais suite à mon précédent courrier et je t'invite à faire ce voyage un court instant dans cette locomotive à vapeur, témoignage des années glorieuses sur un réseau à voie unique dont les rails serpentent la vallée de la Vaser pour suivre, toute une journée, la rivière, pour un aller-retour magique en Moldavie, aujourd'hui séparée en deux parties Nord et Sud qui appartiennent respectivement à l'Ukraine et à la Roumanie.

    Train vapeur de Viseu de Sus

    C'est le dernier train à vapeur de marque, la "Mocanita". L'unique moyen de transport encore en service pour exploiter la forêt en Roumanie, dans les "Maramures" et comme tu le dis si bien avec ton accent "Maramourech".

    Train vapeur Viseu de Sus

    Ta langue m'interpelle tant elle est similaire à la nôtre et permet de la déchiffrer aisément. Votre culture est si proche des pays méditerranéens que beaucoup de roumains parlent encore le français qui jouit là-bas d'un prestige culturel. Toi, Iona ma soeur de coeur, tu sembles être l'emblême de la fraternité Franco-Roumaine qui naquit de votre révolution en 1989. Votre peuple "Magyar" dont la culture, la langue et le mode de vie semble similaire à ceux du bassin méditerranéen semble sortir lentement d'un autre temps. On vous découvre avec des coutumes ancestrales, parfois archaïques, mais votre hospitalité reste caractéristique et la barrière du langage n'a eu raison de notre complicité.

    Cette ligne traverse le défilé de Vaser à l'aspect d'un canyon car il longe la rivière Vaser, longue de 62 km. La voie qui a été créée entre 1924-1932, a un écartement étroit de 0.76 mètres qui permet de tracter par l'intermédiaire de la locomotive, les wagons vieux de plus de cent ans. Ce petit train passe par Novat (13 km), Novicior, Bardiu, Cozia, Botizu, Suligu, Faina (32 km), Marcalau, Lostun, Ivascoa et Comuna. Il s'arrête à 3 gares, avant de se faufiler jusqu'à Comuna. La ligne est de 43 km.

    Train vapeur Viseu de Sus ROUMANIE

    La première compagnie qui gérait cette ligne forestière est CFF (Cale Ferate Forestiere) qui la vendit à la Compagnie "Viseu Forest". En 2005, elle fut rachetée par la R.G. Holz Company.

    Il offre la possibilité de s'imprégner de l'ambiance qu'il y règne avec les exploitants forestiers et se retrouver hors du temps toute une journée.

    Nous nous levons au lever du jour, vers 6 heures, car le départ est prévu pour 7h30 à Viseu de Sus, autrefois appelé "Intre Rauri" (entre les montagnes des "Maramurech"). Le train ne circule qu'une fois par jour, été comme hiver. A la vue des voitures qui s'entassent prés des entrepots, les touristes affluent. L'attente est un peu longue pour obtenir un ticket. Au fur et à mesure de l'attente, des wagons se rajoutent. Une heure plus tard, nous nous dirigeons vers les cabines qui sont entrain d'être attachées par les mécaniciens.

    Les premiers installés sont les bucherons qui montent dans le train et parlent l'allemand. Cette communauté était constituée autrefois d'allemands, roumains, ukrainiens, hongrois et "Juifs". L'usage de la bouteille de Fanta pour trimballer la "Tuilca" est courant. Cà picole !

    Derrière, l'auto-rail, de conception locale, est unique. Cet engin, hybride entre le train et la voiture, est monté sur un chassis de draisine. Il est utilisé par les gardes des frontières.

    Train vapeur Viseu de Sus Convoi

    Mais la locomotive "La Cozia 1" (7646408R), modèle de 1955 des ateliers de Resita nous laisse perplexe devant sa boulimie en charbon. Plus de 3 tonnes de charbon sont nécessaires pour nous diriger vers la frontière ukrainienne et le ravitaillement en eau de rivière permet de remplir le tender afin de refroidir ce monstre en ébulition. Nous comprendrons bien plus tard pourquoi tant d'arrêts. Chaque 8 km, elle se repose 15 mn.  Cette ligne en fonction permet de conserver les métiers traditionnels de ce type de lignes, non électrifiées tel que le chauffeur, le mécanicien, les employés nécessaires pour consolider la voie, parfois...

    Il y a également d'autres locomotives à vapeur dont l'une fut construite en 1910 "O & K", l'autre en 1921 "Krauss" et les autres entre 1953-1955, du même atelier que "La Cozia", celui de "Resita".

    Nous prenons place dans le convoi. Derrière la locomotive, une voiture de voyageurs, couleur jaune, offre l'agrément de permettre de s'abriter. Elle est déjà réquisitionnée et sautons cette possibilité pour s'installer dans la dernière qui sera bientôt suivie d'un nouveau, tant le monde afflue. A l'extrémité, se rajoute un wagon dit "baignoire". Ce nom original vient qu'il ne porte pas de toit.

    Nous sommes à l'air libre et déjà l'humidité se fait ressentir. Seul un toit nous abrite des précipitations qui ne tardent pas à venir. Le départ est éminent et un nuage de vapeur se mélange à l'arrivée du conducteur. La vitesse auxille en moyenne à 5 km/h, alors qu'elle peut monter jusqu'à 30 km/h. Cette vitesse donne l'aisance d'admirer le paysage et octroie la possibilité de prendre des photos.

    Train vapeur Viseu de Sus Rudiment

    Les paysages défilent agrémentaient par le klaxon et des épais nuages de fumée qui sont offerts par cette machine généreuse. Généreuse à tel point que des "escarbilles" de charbon de bois qui s'échappent de la cheminée tombent sur les passagers derrière la locomotive. Chaque convoi transporte son lot de bûcherons, une centaine qui sont embauchés par la Société Viseuforest ; mais également, du ravitaillement en nourriture et matériels.  Ils exploitent 30 000 hectares de forêt dans une altitude comprise en 700 et 1500 mètres.

    Quitter le temps et se réveiller pincer par l'humidité de cette vallée dont la voie longe la rivière. Cette vallée coiffée de forêts est spectaculaire tant la nature est intacte et abrite ours, lynx et loups. L'air y est frais dans cette vallée encaissée et étroite et semble parfois être un canyon.  Nous apercevons l'église de Novatz. Un autre arrêt se fait devant l'église en bois de Uniate et d'autres sont nécessités pour ravitailler en bois la locomotive ou la charger en eau de la rivière. Parfois nous traversons un tunnel et apercevons des chutes d'eau. Au terminus, un arrêt s'impose pour inverser la locomotive et nous repartons avec des escales qui parfois permettent de trouver de beaux champignons.

    Train vapeur Viseu de Sus CFF

    Ma quête photographique sera arrêtée par le taux d'humidité ambiante qui bloquera mon pauvre "Canon Ixus" ! Mais cette situation est due à des précipitations si violentes que nous dûmes plusieurs fois s'arrêter pour vérifier si les berges tenaient encore pour laisser passer notre convoi. Le temps s'écoule et l'eau coule. Nous devons maintenant arrêter de dire que c'est une pluie, car il semble que nous approchons des inondations tant les pluies sont diluviennes. Nous sommes vendredi 25 juillet 2008 et sur le chemin du retour entre Faina et Viseu de Sus, peu avant la station Bardau, des éboulis bloquent la voie. La rivière que nous longeons transporte le bois et les alluvions qui s'accrochent parfois aux berges et les arrachent. Les ponts sont démolis par les troncs qui circulent.

    Nous apprendrons que le lendemain, l'état de crise fut déclaré par cette catastrophe naturelle. La voie fut bloquée, ainsi que les touristes qui durent dormir dans les abris forestiers durant deux jours. Les crues engendrées par les pluies diluviennes de la veille semblent plus importantes que celles de 2001 et 1970. Les travaux de déblaiement et de reconstruction du chemin de fer vont être onéreux afin de rendre à nouveau accessible le parc naturel de "Muntii Maramuresului". Le train est resté bloqué à Bardau dans l'attente d'être ramené au dépot de Viseu. La première phase des travaux se termina le 27 novembre 2008 et permit d'aller avec succès jusqu'à la gare de Cozia, train tiré par la locomotive "Cozia 1". La phase 3 permit d'aller jusqu'à "Valea Scradei". L'aide financière de la fondation suisse "Hilfe für die Wassertalbahn" a été un levier pour que les autorités locales prennent en main la décision de refaire la ligne. Au dernière nouvelle, la reconstruction a duré jusqu'au mois de mai 2009.

    Lors de ces inondations le premier ministre fit le déplacement de Bucarest pour constater le désastre et donner le soutien à la population locale.

    Chaque cabine tisse des liens et le temps s'agrémente d'histoires fascinantes le temps du retour.

    Sur le trajet du retour, au deux tiers, un arrêt se fait devant le tunnel de Faina qui semble avoir servi lors de la déportation... des photos éphémères, des clichés qui se mêlent à la nostalgie du retour et aux anecdotes du périple.

    Son histoire est rappelé dans l'oeuvre de Ioan Mihali d'Apasa, en 1365.

    Vous pouvez continuez la visite par cette photothèque.

    Notre voyage continue vers le col de Prislop (1416 m).

    Train vapeur Viseu de Sus Voie garage

    Notes

    Il est préférable de prendre les dispositions nécessaires avant le départ pour son casse-croûte. L'incertitude du trajet vous laisse à la merci de ne pas pouvoir s'alimenter suivant les péripéties du trajet.

    Il est nécessaire d'avoir sur soi une carte d'identité car le train passe par une zone frontalière.

    Prévoir des vêtements de pluie, voire anorak et laine polaire.

    Ou dormir

    Gabriela Hotel
    Str. Randunelelor 1

    A 1 km, sur la route de Borsa

    Réservation

    La saison touristique est de mai à fin octobre. Pour les groupes, il est préférable de réserver à info@ecotours.ro .

    Le train fonctionne tous les jours sauf dimanches et jours fériés.

    Prix 2008

    8 euros pour adulte
    5 euros (7 à 16 ans)
    gratuité (- de 7 ans)

    Recherche de fond

    Contacter cette association. Vos dons permettront que le dernier chemin de fer forestier de Roumanie survive !

    Reportage sur les inondations.

    Carte

    Si vous voulez connaître le lieu, c'est ici.

    Bibliographie

    Voyage en Roumanie en juillet & août 2008.

    Poienile Izei Portrait Iona SAPANTA Laitier etlaitière Maïs
    Courrier à Iona Cimetière de Sapanta Maïs

    ...................................

    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, ArabeHollandais
    Parution : 26 juillet 2009
    Mise à jour  : 26  juillet 2009

             

             

    Répondre

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Posté par PASPERDUS à 15:47 - Carnets de voyage - Roumanie - Commentaires [16] - Permalien [#]
    Tags : , , ,

    Commentaires sur Mocăniţa , le petit train de la vallée de Vaser -Râvie de te connaître ROUMANIE -Les Maramures-

      Quel beau reportage, les photos sont poignantes de vérité !!!
      Amitiés
      Domi

      Posté par asiemutée, 27 juillet 2009 à 11:45 | | Répondre
    • Absolument superbe...
      J' adore les trains et les locos à vapeur...
      Ton reportage et ta doc... magiques de vérité
      Merci pour ce beau voyage

      Posté par mathilde, 27 juillet 2009 à 20:28 | | Répondre
    • Assez extraordinaire cette locomotive (presque la même que celle de mon enfance - La maison de ma grand mère était parallèle à la voie ferrée.).

      A te lire, j'apprends que le roumain serait proche du français ?!
      Un pays que je ne connais pas et qui semble ne pas encore être envahi par les touristes ?

      Dommage pour nous cette "enrouement" de ton Canon !

      Biz et bonne journée

      Posté par JO TOURTIT, 28 juillet 2009 à 08:33 | | Répondre
    • très chouette reportage qui effectivement donne envie de prendre ce train juste pour l'évasion !

      Posté par Annephotography, 01 août 2009 à 18:55 | | Répondre
    • Enchanté!

      Merci par avance pour votre visite et bonne semaine! Continuez! Pascal.

      Posté par Djemaa Pascal, 02 août 2009 à 22:51 | | Répondre
    • Ca me rappelle la série de reportages télévisés "des trains pas comme les autres"... tous plus intéressants les uns que les aures. Pour la qualité, tu pourrais proposer le tien! C'est vrai que le train reste l'un des meilleurs moyens de pénétrer au coeur d'un pays et de rencontrer ses habitants. Nous revenons d'un voyage sur le Danube, avec une traversée roumaine un peu superficielle, mais je reconnais certaines caractéristiques que tu évoques, comme la vie âpre, difficile et souvent imprévisible, et le plaisir manifeste d'être fort bien compris du visiteur français...
      Bises
      Paloma

      Posté par Paloma le chat, 03 août 2009 à 14:35 | | Répondre
    • Admirable

      Admirable beau reportage, les photos sont émouvantes, le texte très passionnant Super attirant !. Merci pour ce séjour extraordinaire, que la nature est magnifique !!! Merci !!!
      Tu donnes envie de s'y promener !
      Bises
      Valla – Monique De Prycker

      Posté par Vallentina, 04 août 2009 à 09:32 | | Répondre
    • Encore une fois , tu as su mettre tout ton coeur dans ce magnifique reportage ...
      Bizz

      Posté par Christelle, 04 août 2009 à 11:36 | | Répondre
    • Drôlement sympa de pouvoir suivre ton périple !

      Posté par qmjd, 15 août 2009 à 03:35 | | Répondre
    • Voilà un reportage qui nous sort de notre ordinaire!!!
      Si tu veux te prêter à un petit jeu, rendez-vous sur mon blog

      Posté par karine, 21 août 2009 à 23:27 | | Répondre
    • j'ai pris plaisir à lire ton reportage.
      tu as fait un superbe voyage, loin de tous les clichés touristiques.
      ça me donne envie de découvrir la Roumanie !

      Posté par Mamicoeur, 24 août 2009 à 21:13 | | Répondre
    • Incroyable, ce train fumant, sa chaudière au charbon qui semble surgie d'un songe... Sais-tu que j'avais écrit une nouvelle qui "balladait" ainsi un "Train sous la neige" (son titre) au début du XXème siècle... la rencontre d'une Fée en robe rouge dans un compartiment aux vitres embuées, rencontre de l'amour et de la mort dans la haute neige de l'Aubrac...

      Tes reportages toujours aussi denses, passionnants, tes photos exceptionnelles en des lieux bien insolites... qu'heureusement les agences de voyage ne connaîtront jamais...

      Bises & Amitié à toi, chère Pas Perdus !

      Posté par dourvac'h, 25 août 2009 à 20:49 | | Répondre
    • beaujour

      les amis qui sont allés, me parlaient d'humidité et de forêt touffue, tes photos en témoignent
      l'année dernière les filles devaient se rendre en roumanie à DEVA, pour un échange sportif avec les p'tites gymnastes de la-bas, mais l'organisation précaire de notre club de sport fait que nous n'avons pas voulu prendre de risque à les laissé partir avec eux.... alors ces images, elles les découvrirons une autre fois, car nous avons toujours gardé des contacts écrits avec nos correspondantes venues 2 fois en france chez nous
      bonne journée à toi
      dans le 61 c'est humide, mais pas à ce point
      quoique aujourd'hui !!!!

      Posté par rsylvie, 02 septembre 2009 à 08:39 | | Répondre
    • Quelle évasion

      Je rattrape peu à peu mon retard dans la lecture de ton blog, et c'est avec bonheur que je m'évade à travers tes voyages et tes photos.

      Merci et à toi pour ces belles images et ces beaux voyages, photographiques, littéraires et artistiques... Ils font beaucoup de bien !

      A bientôt sur la toile !

      Posté par Carine, 04 septembre 2009 à 10:15 | | Répondre
    • Superbe escapade, tes photos sont bien belles !!

      Posté par Anne, 08 septembre 2009 à 08:29 | | Répondre
    • j'adore la photo du conducteur, un homme, un vrai
      B.

      Posté par passantepensante, 11 septembre 2009 à 11:56 | | Répondre
    Nouveau commentaire