Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

31 janvier 2009

Restinclières ~Graine & Source de folies~

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    L'eau ! "Eau, tu n'as ni goût, ni couleur, ni arôme, on ne peut pas te définir, on te goûte, sans te connaître. Tu n'es pas nécessaire à la vie tu es la vie" Antoine de St Exupéry

    Vous connaissez le château de Restinclières ? La nature offre source de plaisir et d'eau. Les sources du Lez sont le point d'orgue de Restinclières et l'eau canalisée alimente le long canal bordé de vieux magnolias qui reflètent leurs branches dans l'eau trouble et dormante.

    Bois tendre

    Mais aujourd'hui la sève de ce château se disperse en spectacles, expositions sur l'environnement. Et comme je préfère dévaler les parterres à la française en maître des lieux, je vous offre ma promenade dans son intimité.

    Restinclières .Sève de vie.
    Racines

    Il était "Folies" au XVIIIe siècle de vivre à la campagne pour bien des égards. Et pourtant, isolé de la ville, se dresse un château avec pour décor de fond le pic Saint-Loup, au pied des sources du Lez qui alimentaient cette vallée inondée de soleil.

    Les tuiles noires se mirent au soleil de la végétation alentour. Vernies de noir, de vert, elles rappellent les fruits des oliviers qui se dispersent dans les terrains de la propriété. Cette balade débute par le pont de Prades qui saute de berge en berge et nous prenons le côté droit pour suivre en sens inverse la rivière qui accroche dans cette allée les racines des platanes centenaires.

    Restinclières .Lichen.
    Lichen

    Nous parcourons du regard les paysages, espace naturel. Nous partons à la rencontre de sa végétation et faune afin de sillonner notre recherche de découvertes contées, visuelles, gourmandes et scientifiques.

    Restinclières .Cabane de vigneron.
    Cabane de vigneron ou de bouscatier

    La grille qui arrête le regard sur l'entrée de la propriété nous est ouverte. Une grande allée de cèdres de l'Atlas jalonne le chemin qui mène sur le côté Est de la demeure dans la cour d'honneur. Le cèdre est l'arbre de prestige pour toute habitation. Cette allée, côté est, plantée de cèdres centenaires nous dirige vers le domaine qui trône tel un joyau en son milieu pour nous dévoiler le pouvoir par sa situation.

    Restinclières .Allée.

    Entrée

    Restinclières .Allée de Cèdres.
    Allée de cèdres de l'Atlas

    De côté, la bâtisse nous apparaît avec ces tours carrées et son corps central allongé.  De face, la façade principale nimbée de soleil se jette en cascade dans les jardins à la française, jusqu'à ce que le regard se perde dans la garrigue aux alentours. Au fond perce le village de Montferrier-sur-Lez perché sur son piton basaltique de son ancien volcan.

    Restinclières .Façade Sud.
    Façade principale

    Cet écrin de verdure nous est offert par George Bentham, botaniste anglais, qui y planta au XIXe siècle,  la majeure partie des beaux arbres qui ornent le parc. Magnolias, catalpas, tilleuls, maronniers, cyprès chauves et cèdres de l'Atlas sont devenus le sanctuaire d'une faune si précieuse. Sa famille racheta le domaine, connu comme Seigneurie.

    Restinclières Luminaire

    Lampadaire

    Vignoble pendant 130 années à partir de 1834, culture interrompue en 1880 par le phylloxéra, mais replantée avec des pieds américains. La culture du froment dans cette vaste prairie  regorgeait d'eau est attesté par le moulin du "Mas de Prades". 1956 provoque d'autres désastres qui poussent les propriétaires à arrêter les champs d'oliviers cultivés jusqu'en 1970, pour l'arboriculture. 1992 lui offra l'ouverture au public par l'achat du Conseil Général (achat avec la TDENS) qui aménagea la propriété pour offrir un biotope exceptionnel.

    Je reviens vers la bâtisse construite vers 1630 et remaniée au XVIIIe siècle selon le modèle des Folies entourées de parterres à la française aux tracés géométriques qui s'étagent pour finir sur des escaliers soulignés par des bordures de buis.

    Restinclières Jardin à la française
    Jardin à la Française

    L'ordonnance classique de la façade est soulignée par les tracés géométriques du jardin qui accentue les perspectives et offre son étagement sur plusieurs terrasses dû à la déclivité du terrain. Le parterre est divisé en deux contours tenus par de fortes bordures de buis scandées régulièrement d'ifs. Au delà de cet espace se poursuit une allée centrale prestigieuse agrémentée de pelouse qui descend au verger. Elle est maintenue de part et d'autre par les futaies. Côté Ouest, le domaine s'étend jusqu'aux berges du Lez et l'on peut apercevoir une ancienne maison de pompage, juste avant l'allée de magnolias qui longe le canal. Cette élégante demeure est délimitée par des murs en pierres sèches et enserrée par de deux cours d'eau "Le Lez" et le "Lirou".

    De l'esplanade, le regard s'élève sur cette impressionnante bâtisse aux abords austères, mais détrompez-vous, son apparence est trompeuse.

    J'imagine les temps révoluent où sur cette esplanade se cotôyait ces rangs de courtisanes, seigneurs et marquis pour des fastes éblouissants. Je marche à travers les siècles qui ont vu Raymond Guilhem de Montferrier (XIIe), Guillaume du Caïla de Saint-Bonnet, seigneur de Restinclières (1377) et co-Seigneur de Montferrier (1337, alliance de Catherine de Montferrier). En 1748, Jacques-Josephe-Toussaint-Hercule IIème marquis de Montlaur meurt et laisse à sa nièce ses biens. Le seigneur Bertrand de Montmirat de Castries (1324), la famille de Bermond, Dominique de Cambacéres (+1656 ou 1673), puis les seigneurs de Montlaur qui marquèrent la région par leur domination tant militaire et politique que par les terres qu'ils possèdaient. Ce bien appartenait à la famille de Montlaur de Murles au moment de la révolution et  fut nationalisé. Cela mis un terme à ses héritages et le château fut vendu à la famille de George Bentham (1800-1884), fils de Samuel Bentham (1756-1831), ingénieur et inventeur du Panopticon, missionné par le gouvernement anglais en Russie qui pris retraite dans le Sud de la France en 1814. Ils s'installèrent à Restinclières mi-octobre 1820 pour cultiver le domaine agricole. Il importa d'Angleterre des machines ; Son fils, George venait juste de commencer des études de botanique et zoologie à l'âge de vingt ans qui lui donnèrent sa renommée internationale.  Ce lieu devient son laboratoire d'observations privilégié -innovations techniques-, -jardin hydraulique-, -mise en scène esthétique des eaux-, tantôt vives, tantôt dormantes, troubles ou limpides. Il y multiplia les plantations expérimentales dont beaucoup ont péri durant le rude hiver de 1956. En 1826, il décida de retourner en Angleterre suite à une mésentente avec les voisins qui s'opposent à lui pour détournement des ressources locales en eau.

    Ce territoire préservé et pourtant belvédère nous offre un point de vue qui donne sur la clairière, côté château et côté clairière, l'axe central est le château rytmé par les bordures de buis.

    A l'arrière du château, un bassin ovale distribue progressivement ses origines sur les trois niveaux de parterres ponctués de buffets d'eau. Cette mise en scène anime la montée des escaliers. Plus loin, le Lirou irrigue avec le Lez, le domaine par le biais d'ouvrages hydrauliques qui datent de 1820. Cette mise en scène est favorisée grâce à un circuit d'irrigation complexe mis en place par Samuel Bentham qui captait l'eau du Lez pour alimenter par le biais de canaux les bassins, buffets d'eau, vasques, ruisseaux, salle de fraîcheur sous le  jardin à la française et mare... jusqu'au terres agricoles.

    Restinclières Réseau hydraulique

    Des bâtiments agricoles (bergeries, caves) se dispersèrent sur la face Nord, tout autour. Tandis qu'un potager s'érigea sur la face Ouest et vint agrémenter l'enceinte du parc.

    Restinclières, la sauvage doit son nom à "Restindièra" ou pistachier lentisque qui vient de l'occitan "Restincle", arbuste sauvage que l'on rencontre dans notre garrigue. Le chêne vert y domine et est accompagné du pin d'Alep, de l'arbousier, cormier, thym, romarin... Vous pourrez y admirer les 3 espèces de chêne (appelé chasne, en ancien français) : pubescent, vert ou kermès qui était utilisé pour produire de la farine de glands.

    Restinclières Jardin la française .alignement.

    Le Lez est le plus petit fleuve de France (30 km environ) qui alimente Montpellier en eau par sa source, proche du château de Restinclières.

    Aujourd'hui, plus de 50 espèces d'arbres et 115 espèces d'oiseaux  se disputent les 215 hectares. Chaque arbre pris en isolé à une valeur symbolique. Son histoire nous apporte des connaissances qui peuvent nous interpellées car il rentre en compétition avec son environnement, les plantes et animaux alentours. Et pourtant, il mérite d'être étudié pour connaître la stratégie qui amène à le voir se développer à cet endroit. Est-ce simplement une valeur esthétique, une méthode de gestion du sol, a-t'il pour fonction d'enrichir la terre ou de protéger le sol des nuisances de l'eau, sans compter le côté odorat...

    Vent

    La combinaison eau, azote et carbone sont des facteurs essentiels pour l'homme, car le climat, la qualité de l'eau, de l'air, du sol en découle.

    Restinclières Flore indigène

    Genévrier
    Genévrier

    Larmes de laurier-thin
    Laurier-thin

    Consolida_pubescens
    Consolida pubescens -Ranunculaceae-                     Clic sur photo, pour lien

    Adonis_annua_L
    Adonis Annua L. - Renonculaceae-                      Clic sur photo de Daniel Mathieu, pour lien

    Legousia_speculum_veneris_L
    Legousia speculum-veneris L. Chaix  (Clic, photo pour lien)

    Gladiolus_italicus_Mill

    Gladiolus italicus Mill.       (Clic, photo pour lien)

    Côté faune, vous pouvez y découvrir la couleuvre de Montpellier, rollier d'Europe, scarabée, libellule, grenouille de Perez, papillon, escargot...

    Rollier d'Europe
                    Rollier d'Europe  (Coracias Garrulus)                Lien (clic sur photo)

    Cinq couples de rolliers nichent dans les vieux arbres.

    L respect de cet équilibre naturel ou aider par la main de l'homme est fragile. Il est le fruit du climat, de l'histoire et de la création de l'homme.

    Restinclières Flore : champignon

    Comment s'y rendre ?

    Maison Départementale de l'Environnement
    Domaine de Restinclières
    34730 Prades-le-Lez
    Tél. : 04 99 62 09 40

    Allez à Prades-le-Lez, prendre la RD 17 en direction de St Mathieu-de-Tréviers et sur la gauche ne pas rater le panneau de signalisation.

    Balade Restinclières

    Activités

    Activités astronomiques par Geospace Hérault dans ce domaine protégé par la pollution lumineuse.
    Iniitiation au jardinage biologique
    Découverte des plantes sauvages et légumes oubliés.

    Bibliographie

    Notes sur George Bentham
    Lecture "Point de vue sur la garrigue" de Daniel Mathieu : balade au pays de la garrigue, paysage méconnu.

    Points_de_vue_sur_la_garrigue

    Le domaine de Restinclières est devenu un musée public, lieu de culture, outil pédagogique et collections publiques.         

    Autres "Folies"

        Pissine_003  Artiste  Buffet_d_eau_002Portrait102_0239 AZULEJOS_PORTUGAL   

           

    .......................


    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
    Arabe,   
    Parution : 31 janvier 2009
    Mise à jour  : 31 janvier 2009

                       Répondre

                << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Posté par PASPERDUS à 20:37 - Commentaires [17] - Permalien [#]

    27 janvier 2009

    Le temps se dépense ~Pluie, Neige, Vent~

      << Précédente | AAccueil | Suivante >>

      Rien n'est plus sûr. La neige, la pluie, le vent. Quelle orientation prendre ?

      Pluie

      Malmenée par ces temps-ci, je m'accroche à l'idée que le ski fera fi de toutes ces intempéries. L'économie n'est pas au beau fixe, le climat est incertain de mettre les noisettes à l'écureuil et le ciel fait bravoure.  Le 9 est de sortie car après 1999, 2009, vous suivez ? Qu'adviendra-t'il de 2019. J'espère qu'il amènera fraîcheur dans notre politique économique.

      Si le réchauffement climatique arrive peut-être qu'il y aura le dégel des salaires ? Les rafales sur la bourse semblent aussi conséquentes que celles du vent. Les dégâts occasionnés seront longs à s'estomper car l'inventaire des boîtes qui plient croît chaque jour.  Après Lauthar, Martin et Klaus qui veut prendre la succession. Klaus est venu nous fouetter comme le Père Nicolas ? N'est-ce pas étonnant !

      Le monde fait peau neuve (Ah, 9 se décline au féminin).

      Faire Fi De Tout

      Faire fi de tout comme
      Si de rien n'était
      Se dire qu'un jour viendra
      Mais d'ici là : "Wait and see"
      C'est la seule issue sans fin :
      J'ai vu !

      Faire fi de tout-
      A coup se disent :
      Penser dépenser
      Car on ne s'y prend pas
      A deux fois, même l'inédit
      Cela va de soi
      Ça compte aussi

      {Refrain} :
      Oowohoow
      Oowohoow whohohooo
      Oowohoow
      Oowohoow whohohooo
      Oowohoow whohohooo

      Faire fi de tout comme
      Si on le croyait
      Qu'un jour, on ne sera plus
      D'ici là : "Wait and see"
      Il n'est pas d'issue sans fin
      Prévue…

      Faire fi de tout-
      A coup se dire :
      Oui j'erre au hasard
      Mais qui vivra verra bien
      Qui sera le dernier

      A faire fi de tout jusqu'au
      Bout…

      {Au refrain}

      Faire fi de tout-
      A coup se disent :
      Penser dépenser
      Car on ne s'y prend pas
      A deux fois, même l'inédit
      Cela va de soi
      Ça compte aussi

      {Refrain, x3}

      .......................
      Paroles de Benoît Carré

      Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
      Arabe,   
      Photo : "Pas à Pas"
      Parution : 27 janvier 2009
      Mise à jour  : 27 janvier 2009

                         Répondre

                  << Précédente | AAccueil | Suivante >>

      Posté par PASPERDUS à 21:13 - ACTUALITES - Commentaires [9] - Permalien [#]

      25 janvier 2009

      Moleskine, baptême à la Bruce Chatwin

        << Précédente | AAccueil |  Suivante>>

        J'ai un moleskine, un tout petit carnet noir.

        Ce n'est pas le premier, ni le dernier que j'ai en ce moment. C'est un calepin ou circule les mots que je trimballe partout. Mine de rien, c'est un carnet ou je note un méli-mélo de tout et de rien.

        Van Gogh
                                                          celui de Van Gogh                                                                     

        Je traverse le temps virtuellement avec le clavier lié au Net et les souvenirs apostillés sur mon Moleskine, tout de patine. D'avant en arrière, les idées fusionnent pour donner ce tirage du jour,

        "J'ai un moleskine"

        Il s'épanche sur 14 cm de long et 9 cm de large.

        Moleskine en papier

        Parfois, il se revêt d'une couverture marron pour écrire à foison. Celui-là est noir et je le sors le soir. Tout discret, toujours présent. J'aime plus particulièrement le pourpre qui témoigne de mes insomnies et du plaisir pourpre de ses écrits. Il s'y détache les particules de l'atmosphère autour de moi et en moi.

        Stefano FARAVELLI
        Cliquez sur l'image pour voir son blog

        Je flâne avec mon moleskine. Il m'habille de sa splendeur, ce "carnet légendaire des artistes" qui a la particularité de faire bien en société... (vous rigolez !) Il est "haut de gamme", c'est marqué comme une référence dans toutes les librairies. Il a la particularité d'être recouvert d'une toile de coton fin fixée par une enduit flexible et d'un vernis souple qui lui donne l'aspect et le toucher du grain du cuir. Il garde secrètement les annotations par sa bande élastique qui maintient les pages en place.

        Les pages sont faites d'annotations, de "pensées", de citations et d'embryons de notes futures. Elles veillent sur ces mots vagabonds qui nomades, deviendront récits de voyage.

        La mode ne se limite pas aux vêtements, c'est un art de vivre ! avec mon Moleskine.

        Mon Moleskine
        Mon Moleskine

        >> Le saviez-vous ?

        C'est la marque Modo & Modo, société italienne qui le fabrique mon Moleskine©. Il fut fabriqué jusqu'en 1986 par une entreprise familiale de Tours où Bruce Chatwin s'approvisionnait, rue de l'Ancienne Comédie. Il prit son nom par la plume du reporter-écrivain Bruce Chatwin qui le baptisa moleskin, mole skin, mot anglais qui désigne sa teinte qui rappelle la couleur noire de la peau d'une taupe.

        Il est conçu à la main, indémobable depuis Van Gogh et Hémingway. Mais sa production s'arrêta de 1986 à 1998. Le Moleskine fut de retour grâce à une petit éditeur milanais "Modo & Modo" qui sut le remettre à la mode du tout paris. Ces carnets de commande vinrent à se multiplier et il n'y put faire face et vendit l'entreprise à la Société Générale en 2006.

        Sur la première page explose le mot ambre et l'infini senteur qui l'auréole. Sur les pages suivantes, les mots s'associent aux idées qui se justaposent dans ma tête, pour ne rien oublier. Tout ce qui l'encombre (ma tête) finit par trouver une place dans mon Moleskine. C'est justement pour celà qu'il ne faut pas le sous estimé ! il est une part de moi.

        Moleskine
        Site d'un amateur de Moleskine "Un Moleskinear"

        Juste posés dans un coin du carnet, pour quelques jours, quelques heures, le temps de les reprendre et de m'évader avec eux. Je le truffe de petites anecdotes, d'évocations sur l'instant passé et de vers glânés çà et là. Chaque mot se prépare à la dérision une fois l'instant passé ou je l'ai marqué.

        Je me suis jurée de ne jamais outrer ce carnet, aucune rature et page qui circule. Elles sont toutes liées par ce fil indémodable qui glisse de page en page. Chaque carnet est une ébauche, un souvenir rangé comme dans un grenier, un casier à piscine dont on aurait perdu la clé.

        Moleskine de Jim Woodring

          Cliquez sur l'image pour voir son blog

        Je le trimballe mon moleskine, il a un sort car je le sors ! Je suis devenue une "moleskiner" sans le vouloir. Si vous souhaitez vous aventurer un peu plus loin, n'hésitez pas à voir l'exposition qu'offre la Boutique Printemps Désign au Centre Pompidou sur les Moleskine de 33 personnalités dont celui de Simonetta Capecchi,

        Simonetta Capecchi
                                                                 Cliquez sur l'image pour voir son blog

        Je tourne la page de mon petit carnet noir, je caresse la face. Il est beau et plein de pureté mon légendaire carnet. Si vous l'ouvrez, vous tombez en premier sur sa petite pochette intérieure où j'ai déposé la photo d'Hémingway (fan du Moleskine). Plus il est vieux, plus je l'aime. J'ai l'impression que vous ne pouvez pas comprendre cette différence !

        C'est dur d'être propriétaire d'un Moleskine car il est unique ! Il prend le titre de "Mon Moleskine" vous comprenez, c'est une part de soi. Et pourtant, je n'ai pas l'âme d'une artiste !

        Bibliographie

        . Le site de Moleskinerie, des talents à visiter comme dansmonmoleskine, moleskine.it,
          à voir celui de
        Picasso et une bonne critique de Troudair

        . Et pour les achats en ligne le site de l'importateur français, Jnf Productions

        .......................
        Evènement

        Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
        Arabe,   
        Parution : 25 janvier 2009
        Mise à jour  : 25 janvier 2009

                           Répondre

                    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

        Posté par PASPERDUS à 16:20 - Commentaires [7] - Permalien [#]

        17 janvier 2009

        "Shoe tossing" ou "Chaussures à lancer" (et par deux avec çà)

          << Précédente | AAccueil | Suivante >>

          Si vous flânez le nez en l'air dans les rues de votre ville, vous irez à la rencontre de cet art nouveau, l'art de la rue qui consiste à jeter les chaussures en hauteur et de laisser son empreinte ! Cette expression culturelle s'appelle,

          le "shoe tossing" - "Shoetoss'" - "shoe flinging" ou encore le "shoefiti".

          Shoefiti__02
                                                                    Clic sur les photos pour aller sur le lien du site

          Cet art résiste bien à la crise. C'est un secteur porteur car ce mode d'expression commence à se répandre dans de nombreux pays comme les Etats-Unis, la France, l'Espagne, l'Irlande, la Roumanie ou le Canada...

          Il se multiplie comme un rhizome et se cultive très bien. Ce réseau se développe dans tous les pays. Il est doté  de nouveauté que l'on ne peut définir exactement. Mais cela le lecteur l'a bien compris.

          La pratique est de projeter les chaussures accrochées à leur lacet... Ce phénomène a pris son envol à partir des  Etats-Unis et du Canada. Il offre à vous piétons ce musée hors du temps.

          Son nom "shoefiti" a été inventé en 1990 et vient de la concaténation du mot "chaussure" et "graffiti".

          Shoefiti__00

          Certains analystes tendent à souligner que ce jeu à l'identique du "bolas" est un signe pour les dealers ou le symbole de criminalité organisée. Il symboliserait le lien de l'emprise ou dépendance à la drogue. Certains craignent que cela soit un signe de marquage de territoire pour les gangs. Il semble que ces signaux soient plus manifeste dans les zones urbaines, alors que pour les jeunes, cela soit juste un signe de retraite ou de rencontre ou tout simplement pour combler le vide sidéral. Le genre de chaussures jetées est principalement des baskets.

          En tout cas, il me rappelle un moyen de communication utilisé en Roumanie pour annoncer qu'une fille est à marier. Il suffit d'avoir un arbre et d'y accrocher des ustensiles de cuisine. Le nombre correspond à l'âge de la jeune fille !

          Shoefiti__04

          Il est souvent appliqué sur les filins, câbles téléphoniques et les lignes électriques ; mais pourquoi pas sur les arbres ou les clôtures ! Le jeu est de les suspendre avec les lacets noués des godasses et qu'elles restent suspendues le plus longtemps possible. Pour ce lâcher de godasses, les scores atteignent pour certain 1 an, voire plus. Quelle est la meilleure performance à vos pompes ?

          Shoefiti__Las_Vegas
          Autoroute 95 de Las Vegas en direction de Fallon - Arbre séché fleurit de chaussures

          Pour les municipalités, ce nouveau mouvement est un problème de plus à gérer comme celui des graffitis, du rap graphique... nouveau moyen de communication !

          Mais, il existe un danger à ne pas négliger, l'électrocution. Les services publics recommandent la prudence et le bon sens face ce risque. Ils conseillent plutôt que de les enlever soi-même, de contacter les autorités locales pour éviter tout risque.

          Cette pratique n'est pas tolérée et les municipalités appellent au civisme des jeunes pour arrêter d'encombrer les lignes aériennes de cette nouvelle variante. Cet acte commence à être poursuivi par des mesures répressives et des campagnes publicitaires ont débuté à Los Angeles depuis 2002.

          Shoefiti__Mexique

          La signification ? pourquoi chercher à expliquer par des théories ce phénomène. N'est-ce pas tout simplement une multitude de versions plus ou moins complexes qui amènent à ce mythe. Ce mythe qui doit se produire dans l'obscurité. Ne levait pas les bras au ciel, c'est trop tard ! 

          Ce qui est étonnant, est que le résultat d'un concept sans définition concise puisse unir une multitude de personnes à en parler, à livrer des idées incroyables.

          Shoefiti__03

          C'est art qui sort du cadre, certe ;  et la liberté d'expression s'est enrichie de ce phénomène de société. Une façon de redéfinir le cadre : conceptuel contemporain de passer le message,

          "Lâches-moi les baskets !"

          Shoefiti_Espagne

          Et après ?
          Y aura-t'il une autre alternative à cet art ?
          Résjouissez-vous : la réponse est OUI !

          Sites consacrés au shoefiti

          Le site anglophone, http://www.shoefiti.com/

          En France, dans le XIVe rue Boulard, puis dans le XIIIe rue de la Butte-aux-cailles, rue Legendre, rue Truffaut et bien sûr, rue de la Pompe dans le XVIe à Paris. A Montpellier, boulevard Berthelot.

          Aux Etats-Unis à Carson City.

          Bibliographie

          • Dans le film "Big Fish" de Tim Burton, vous pouvez voir une séquence de "shoefiti" dans la ville de Spectre.

          • Dans le film "Wag the dog" (des hommes d'influence de Barry Levinson), les chaussures sont un hommage à un soldat dont le surnom est "Vieille Godasse" (Robert Deniro & Dustin Hoffman).

          • Dans le film "Magic Baskets" de John Schultz.

          • Dans le film des "Simpsons".
            shoefiti_Simpsons

          • Dans le jeu "Sock and awe", l'objectif est de lancer sur la tête du Président George Bush une paire de chaussures et de faire exploser le compteur du site.

          • Arrêt sur image, boulevard Berthelot à Montpellier d'où ce post.

          .......................
          Evènement

          Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
          Arabe,   
          Parution : 17 janvier 2009
          Mise à jour  : 18 janvier 2009

                             Répondre

                      << Précédente | AAccueil | Suivante >>

          Posté par PASPERDUS à 22:34 - A pour Arts - Commentaires [15] - Permalien [#]

          14 janvier 2009

          Rêve d'Orchidées 2009 ~8ème salon~ VERGEZE (30)

            << Précédente | AAccueil | Suivante >>

            Vous êtes passionnés, amateurs avertis, curieux et ... comment vous décrire ; venez découvrir l'orchidée, ses espèces et variétés botaniques & hybrides. Vous pourrez prendre conseil sur sa culture, profiter des expériences des amateurs présents et pourquoi pas s'en faire offrir.

            R_ve_d_orchid_es_8_me_salon__VERGEZE_30

            Ce salon apporte la quiétude tant demandée aux fleurs, comme à nous. Venez profiter de la chaleur qui envahit Vergèze et vous penchez sur celles qui se complaisent à nous séduire.

            Rendez-vous le 6, 7, 8 février 2009 pour la 8ème rencontre sur le thème de l'Asie.

            Programme

            Vendredi      6      Matinée                      Scolaire découverte des orchidées
                                                                             Animation autour des tortues
                                                                             3 ateliers pédagogiques : la protection des tortues
                                                                                                                  les orchidées de nos régions
                                                                                                                  les épices en Asie.
                                    
            14h30 à 18h00    Ouverture au public

            Samedi        7        10h00 à 19h00   avec,
                                                                                                    14h      - Pascale Sauvètre : Voyage en Irian Jaya
                                                                              
                                                                                      Orchidée et Papous
                                                                                                    16h      - Pascale Sauvètre : Les maxillaria

                                                                                                    17h30 - La canopée - culture des Dandrobium
                                                                              
            Dimanche   8
                10h00 à 18h00      avec,

                                                                              10 h    - Raphaëlle Vacherot : "Naissance d'une orchidée"
                                                                             14h30 - Rémy Souche          : Le monde des Ophrys
                                                                             16h30 - Albert Facinelli         : Culture des Paphiopedilum

            Ateliers de rempotage et de conseils seront assurés par les adhérents de l'association Orchidée Languedoc.

            dans la Salle VERGEZE ESPACE, rue Victor Hugo à VERGEZE  (30), 8ème salon. Accès : sortie A9 : Gallargues (10km Nîmes - Gard)

            Organisé par l'association Orchidée Languedoc avec les associations et exposants :

            - Club bonzai de Nîmes    04 66 02 00 63
            - Orchidée Languedoc                                                 www.orchidoc.fr
            - Siège social Mairie de Vergèze
              Contact : paul.120553@orange.fr   06 35 58 52 85
            - Jean-Jacques labat   Carnivore (32)                         www.natureetpaysage.fr
            - D. Barthelemy  La canopée (29)                                www.lacanopee.com

            - Fontaine des jardins (Hervé Robledo) (30)                hrvrobledo@gmail.com

                                                                                               niko@lajungleurbaine.com

            - Ryanne Orchidée (59)                                              www.orchideeryanne.com

            - Tropic flore
            - j Jacq (83)                                                               joel.jacq@laposte.net

            - Albert Falcinelli                                                        albert.falcinelli@wanadoo.fr

            - Daniel Leveque Tillandsia                                      www.tropicflore.com
                              
            - Vacherot
            - Graziano Marongiu (77)                                           marongiu@free.fr

            - Riboni
            - Fabréquette
            - Muriel Hugo peintre (30)                                        muriel.u@free.fr
            - Sauramps  librairie                                                www.sauramps.com

            - Tortues passion                                                       www.tortues-passion.org

            Questions/réponses                                                    orchidee.languedoc@voila.fr

            Sites qui y  font références :
            .
            Association d'amateurs d'Orchidées
            . Forum

            Entrée adulte : 4 € (gratuit jusqu'à 12 ans)      

            Note 

            Conférence d'André SOUCHE, le vendredi 23 janvier 2009 à 18 heures à Sète sur

            "Les relations insectes, orchidées"    

            Info.

            Voir également les précédents salons (7ème)  & (6ème)

            Orchid_e_01
                                                                                                                                    Clic sur la photo pour le lien

            A vous de trouver le nom ?
            ... ... ... ... ... .... ....
               

            Orchid_e_07                                     

            Orchid_e_02

            A vous de trouver le nom ? ... ... ... ... ... .... .... 

            Orchid_e_03
            A vous de trouver le nom ? ... ... ... ... ... .... .... 

            Orchid_e_08

            Orchid_e_04
            A vous de trouver le nom ? ... ... ... ... ... .... .... 

            Orchid_e_05
            A vous de trouver le nom ? ... ... ... ... ... .... .... 

            Orchid_e_09
            A vous de trouver le nom ? ... ... ... ... ... .... .... 

            FORUM 

            >> La plus belle et la plus compète exposition du sud-est. Bien devant celle de Tarascon et Jacou.

            .......................
            Evènement

            Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
            Arabe,   
            Parution : 14 janvier 2009
            Mise à jour  : 14 janvier 2009
            Crédit photographique : "Pas à Pas"

                               Répondre

                        

            << Précédente | AAccueil | Suivante >>

            Posté par PASPERDUS à 23:51 - Rêve d'Orchidées VERGEZE (30) - Commentaires [9] - Permalien [#]

            10 janvier 2009

            Coups de coeur CANALBLOG pour Impasse des Pas Perdus

            Merci pour cette parution "Coup de coeur" dans votre revue de blog en blog de ce 10 janvier 2009.

            Canalblog_COUPS_DE_COEUR__du_100109_IMPASSE_DES_PAS_PERDUS

            .......................
            Evènement

            Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
            Arabe,   
            Parution : 10 janvier 2009
            Mise à jour  : 10 janvier 2009
            Crédit photographique : "Pas à Pas"

                               Répondre

                        

            << Précédente | AAccueil | Suivante >> 

            Posté par PASPERDUS à 20:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

            08 janvier 2009

            Un village paisible ou les gens vivent en famille

            << Précédente | AAccueil | Suivante >>

            Un_village_paisible_o__les_gens_vivent_en_famille

            Ecouter les anciens, les anecdotes à pisser de rire, partager avec les curieux les derniers touin touin dès 7 heures du matin. Voilà la vrai vie du village que je vais vous évoquer.

            Dès l'entrée sur la place du village, vous verrez. Qui, que, quoi, donc, où ? Chacun à sa porte, entrain d'épier le voisin, tournant le bassin pour mieux savourer le futur potin. C'est comme celà qu'en été, vous vous baignez de toutes ces histoires du passé, assis sur le trottoir par rang hierarchique de l'âge où pour finir avec grand regret, sur le tabouret avec l'âge.

            Grâce au soleil du Midi, les soirées sont longues pour se réconforter au gré de la brise. Si vous devez chercher quelqu'un, c'est à cette place que vous le trouverez ou au cimetière.

            Meurtri_re

            Motif_001
            Liane

            Je galope avec Géraldine et Fine, amies d'enfance et de toujours. Fine n'est pas que le diminutif de Joséphine, mais à son grand regret, son pseudo car elle n'était pas fine ! Géraldine, eut le sobriquet de "retardataire" car sa mère ne put cacher sa grossesse après 40 ans. "Cette parenthèse, je vous la raconterai une autrefois, car c'est une histoire à elle seule." Sa mère qui n'avait pas de lessiveuse partait au lavoir qui rapait ses mains, elle nous apportait toute dilettante. Elle en était devenue la "Titulaire" car la machine à laver était arrivée au village.

            Le lavoir était au bout du village, là où maintenant les lotissements se sont greffés. Vous l'imaginez avec sa panière posée sur la carriole qui servait également à aller changer la bouteille de gaz. La corvée était dure, car nourrir une famille de cinq, c'est tache facile ; mais, laver au lavoir est tout un savoir. Et j'y allais m'instruire. Je me régalais de l'écouter noircir les gens tout en mettant le linge blanc à l'eau. Cette parenthèse nous prenait l'après-midi.

            Ah, je blague... au cas où Géraldine tomberait sur ce post !

            Lavoir_Moustiers_Ste_Marie

            Motif_001
            Liane

            Je m'en allais sur les chemins jusqu'au travers de la voie ferrée, là se tenait Achille. Achille tout vêtu de quenille était un ancien de la guerre, abandonné par sa famille qui n'avait pu résisté à cette putain de guerre. Ces doigts écaillés comme le poisson en avaient pris l'odeur et la consistance. Ses ongles m'arrachaient le regard par leur apparence similaire à la coquille d'une moule. Noirs, luisants et usés par le manque de temps à les récurrer, ils semblaient telle une mollusque pouvoir s'accrocher par leur courbe incarnée.  J'en faisais fi et prenais quand même le bonbon qu'il m'offrait et ceux, malgré les recommandations de ma mère de ne parler à intrus. Et pourtant, avec le temps, j'aurai du comprendre la leçon... fille d'institutrice "Tu ne dois pas parler à n'importe qui" "rappelles-toi, l'histoire du petit poucet", puis le chapelet des contes mettait distribué avec le "Chaperon rouge", "les Trois petits cochons", "Blanche Neige et les sept nains", "Pinocchio", "le Petit bonhomme de pain d'épices"...  Et, je dois en oublier. Oh combien, je les aimais, ma mère les contait si bien car elle avait la vertu d'être patiente et afin de me soustraire à la corvée du repas, pour m'en distraire devant mon assiette non entâmée à la fin du repas, elle m'en contait pour essayer de me faire incurgiter un simple aliment.

            FRANCE
            Liberté,   Egalité,    Fraternité

            Parfois, ma mère ouvrait grand sa bouche, qu'elle me donnait l'image de "Mère grand" dans son lit. Toute cette peur pour me dissuader de continuer à voir Achille. Mais vous l'avez compris ? C'était l'histoire de ma mère et elle m'émerveillait. Encore, encore, je répétais sans cesse à tous les repas.

            Vous n'imaginez pas comme être fille d'institutrice, peut vous changer toute une vie. Et, les souvenirs des vacances me submergent. En voici, un.

            Toute tentative de réfléchir au moment de la dictée du matin était souvent arrêter par le haut parleur de la Mairie qui annonçait par la musique, l'arrivée des marchands ambulants. Tonitruante et incessante, nous nous arrachions à nos occupations, pour courir sur la place du village et, deux par deux, en changeant de partenaire à chaque coup accentué, qui augmentait la cadence, nous dansions la polka jusqu'à son arrêt. Dès la fermeture du haut parleur, et sans interruption, les cris des marchands ambulants retentissaient pour attirer les ménagères avec leur costume taché non pas de lessive mais de gras. Là, nous découvrions leur installation. Leurs ébats, car tout marchand ambulant déambule des mains. Croyez-moi ! c'est tout un savoir de gesticuler et d'aspirer sa salive, pour éviter de couper la verve incessante qui le rend si achronique à notre époque.

            Achille se présentait à ce moment-là, juste avant midi, avant la fermeture. Le poissonnier le connaissait et lui réservait les restes des moules invendues. Il faisait toujours en sorte qu'il en reste...

            Chemins_de_vie
            Chemin de vie

            Motif_001
            Liane

            Vous connaissez le site de "Caniche rôse" ? Pour y faire référence, je ne peux que vous rapportez que j'avais un caniche blanc royal.

            Motif_001
            Liane

            Le père de Géraldine était mince comme un ceps de vigne, il regardait les filles debout à l'angle de l'entrée du village avec les doyens. Ces yeux criaient son agitation à leur venue. C'est curieux cette machine qui ne se rouille pas. Aujourd'hui, cet endroit est devenu un carrefour, mais pas de rencontre, car il n'y a plus personne.

            Goudron
            Sève

            A ce souvenir, s'accroche celui de la pompiste avec son cul baissé pour attacher la pompe à la carrosserie de l'automobile. Ah, elle a l'habitude de se baisser. C'est son neveu qui le dit car il l'a surprise en train de reluquer le chauffeur de la citerne ambulante. Non, ce n'est pas des blagues, car au village c'est une grande famille. Et on a des repères. Pour vous dire, que si le neveu l'a dit, nous, nous nous sommes assurés de la véracité. Tous les chemins mènent à Rome disent les anciens, mais s'il y a un endroit à ne pas manquer, c'est le bois, derrière la voie ferrée. C'est là où l'histoire continue. Car la tante, vous suivez ? Et Maxime, le neveu de la pompiste... Elle adorait se faire enflammer par le chauffeur. C'était dangereux dans le village, mais le village s'arrêtait à la voie ferrée et derrière la voie était libre. "Promenons-nous dans le bois, tant que le loup n'y est pas. Si le loup y était, il nous mangerait !". Ils n'avaient pas le temps de se déshabiller, mais qu'importe la scène était amusante. Nous n'en avions pas toujours le sens car nous étions très jeune, mais comme leur histoire dura une décade, je fus jeune fille à mon tour et compris le petit tour !

            Motif_001
            Liane

            Au café de Mathilde après un verre de la fameuse clairette, les gens parlent avec émotion de la famine qui tourne autour de leur couple. Ils n'ont plus besoin de mettre du souffre devant la porte, qu'importe si elle s'enlise à devenir moche, ils trouvent compassation auprès de leur verre.

            Motif_001
            Liane

            La mère de Géraldine n'avait pas son pareil pour les coins à asperges. Le chemin des Escoubilles était un régal. Ces coins à asperges sauvages, c'est comme ceux des champignons, cela ne se dit pas ! Il nous fallait toute l'après-midi pour profiter de son éloignement. Dans un sac de plastique qui enveloppait une serviette, nous mettions de quoi goûter et lorsque l'heure marquée par la faim arrivait, nous nous arrêtions dans notre recherche pour goûter avec l'odeur du fumé.

            Joluis, sa grand-mère apparaissait avec sa longue silhouette fine, il en était son reflet. Ses yeux d'ambre claire n'en disait guère sur sa sagesse et pourtant ils nous apportaient l'hommage de nous regarder comme des filles jeunes.

            Echelle

            C'est bucolique de vivre au village. Et le temps des cerises ravive ma mémoire. C'est sous un arbre que Vincent cueilla le fruit défendu. Dès cet instant, ils furent liés par la venue neuf mois plus tard, pas un de plus, du petit Nicolas. Sa mère n'avait pas encore mûri, mais belle et guillerette, elle aimait à raconter sa bouffonnerie. Nicolas était l'enfant du village et j'en devins plus tard, sa préférée pour le baby-sitting.

            Motif_001
            Liane

            J'aurais aimé taire toutes ces brindilles qui animent la vie du village, mais le feu c'est éteint par l'absence de brins. Pour le raviver, j'ai peut-être aiguisé ma mémoire en éveillant en vous des souvenirs similaires, mais ne pensez pas un instant que ces personnages aient pu exister, ils sont purement le fruit de mon imagination.

            J'ai quitté mon enfance sans regret. Et ces passages devenus souvenirs coulent et ne se tarissent pas dans ma mémoire.

            .......................
            Cahier à mémoire

            Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
            Arabe,   
            Parution : 8 janvier 2009
            Mise à jour  : 8 janvier 2009
            Crédit photographique : "Pas à Pas"

                               Répondre

                        << Précédente | AAccueil | Suivante >>

            Posté par PASPERDUS à 00:07 - Pêle-mêle - Commentaires [2] - Permalien [#]

            07 janvier 2009

            Montpellier sous la neige ~ Entrez sans frapper 2009 ~

              << Précédente | AAccueil | Suivante >>

              Spectacle assez rare et magique sur Montpellier de voir la neige.  La neige nous a rendu visite vers 13 heures, ce mercredi 7 janvier 2009. Elle a recouvert de son grand manteau le bord de mer. Elle a essayé d'envelopper la côte de son tapis d'un à deux centimètres, mais le manteau bleu de la Méditerranée a été préféré et le soleil nous a proposé son sourire avec ses faisceaux de lumière pour effacer toute trace.

              Montpellier sous la neige 2009

              Rien d'exceptionnel vous me direz. Mais c'était mercredi et les enfants eurent du baume au coeur de voir ce fin coton se dispersait dans le ciel. L'excitation est au comble, les yeux d'enfants -petits & grands- scintillent de bonheur à la vue des premiers flocons.

              Les passants gobent les flocons de "blanc de neige". Leur visage sème des sourires et il n'est plus de rigueur de passer sans égrener "bonjour".  L'air du temps les inspire. Montpellier a glissé sur l'An 9 en beauté. Enfin, c'est l'hiver. Mais cette vague de froid ne fait pas tomber les records du 8 et 9 janvier 1985.

              Montpellier 2009 Jardin soirée

              La conjonction de l'arrivée du froid et l'humidité du littoral méditerranéen, nous fait ce cadeau. Cet instant de quiétude ne cesse que quand mes yeux tombent de sommeil.

              A Marseille, les chutes de neige furent plus spectaculaires en milieu de matinée. Les patins étaient sortis sur cette ouate de 30 cm. La canebière s'enorgueillit de son manteau neigeux.

              Neige___Marseille
              C'est Tony qui vous offre cette photo.   
              Pour voir son site, clic sur la photo

              Clin d'oeil

              La dernière fois que Blanche Neige est venue à Montpellier, c'était au levé du jour, le 15 décembre 2007. Certains même doivent se souvenir qu'un animateur de Radio France Hérault avait improvisé une épreuve de ski de fond en plein centre ville. Cette vague de froid avait atteint le record des minimums absolus de -3,4*C.

              • Ainsi que le 6 janvier 2003 (voir les photos refardées),

              • puis vient mars 1997 et le 16 décembre 1997,

              • 13-14 janvier 1987,

              • le 8 et 9 janvier 1985 qui est classé comme la deuxième période la plus froide, 

              • 1971,

              • janvier 1964 dont les relevés permettent de classer au rang de la période la plus froide,

              • mars 1956 avec des conditions climatiques rudes avec un -17,8°C persistant et donc sans dégel qui a été la cause de la perte de nombreux oliviers dans notre région, il est noté également qu'au mois de juin (10/06/1956), il faisait au maxi 5,4° C

              • 23 janvier 1907.

              Overdose de "Blanc en neige"

              Recette facile

              4 oeufs froid
              1 pincée de sel

              Préparation : 10 minutes
              Difficulté : très facile

              Séparer le blanc des jaunes
              Mettre le sel
              Battre les blancs doucement avec un fouet à main de bas en haut (mouvement circulaire)
              et progressivement augmenter la cadence.
              Dès que les sillons se creusent, c'est que la recette est réussie !

              C'est la base de nombreuses recettes. Et de la meringue. Bon appétit.

              .......................
              Evènement

              Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
              Arabe,   
              Parution : 7 janvier 2009
              Mise à jour  : 15 mai 2010
              Crédit photographique : "Pas à Pas"

                                 Répondre

                          << Précédente | AAccueil | Suivante >>

              Posté par PASPERDUS à 11:05 - Pêle-mêle - Commentaires [3] - Permalien [#]

              01 janvier 2009

              Voeux 2009

              << Précédente | AAccueil | Suivante >>

              Illustration de ROSSI vers 1877
              Illustration de ROSSI, peintre animalier vers 1877

              Il m'est arrivé une aventure superbe en ce jour de l'An 2009. A mon réveil, mon regard s'est éclairé à la vue de ce tableau narratif. J'aurai aimé peindre de la lumière...

              Acceptez mes souhaits les meilleurs de bonne et heureuse année 2009.

              L'art animalier (peinture, gravure, aquarelle, eau-forte, sculpture... ) du XIXe siècle est un genre mineur. Il sert de support de communication avec un rôle divertisseur et instructif.  Rossi a illustré "Les femmes savantes" de Molière. Ami(e)s lecteurs, si vous en savez plus sur cet artiste, merci d'apporter vos connaissances.

              Ce thème m'a conquise et sur cette scène de chasse, mon regard s'est posé. Ce tableau d'un monde à l'envers, avec ce chat qui se conduit comme un être triomphant,  dévoile une anecdote pittoresque. Avez-vous vu son regard ? Voilà le trophée que je vous offre de ma chasse du jour.

              .......................
              Art Animalier

              Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, Arabe,   
              Parution : 1er janvier 2009
              Mise à jour  : 7 janvier 2009
              Crédit photographique : "Pas à Pas"

                                 Répondre

                          << Précédente | AAccueil | Suivante >>

              Posté par PASPERDUS à 23:31 - NOEL ~ SANTON - Commentaires [20] - Permalien [#]