Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

25 janvier 2009

Moleskine, baptême à la Bruce Chatwin

    << Précédente | AAccueil |  Suivante>>

    J'ai un moleskine, un tout petit carnet noir.

    Ce n'est pas le premier, ni le dernier que j'ai en ce moment. C'est un calepin ou circule les mots que je trimballe partout. Mine de rien, c'est un carnet ou je note un méli-mélo de tout et de rien.

    Van Gogh
                                                      celui de Van Gogh                                                                     

    Je traverse le temps virtuellement avec le clavier lié au Net et les souvenirs apostillés sur mon Moleskine, tout de patine. D'avant en arrière, les idées fusionnent pour donner ce tirage du jour,

    "J'ai un moleskine"

    Il s'épanche sur 14 cm de long et 9 cm de large.

    Moleskine en papier

    Parfois, il se revêt d'une couverture marron pour écrire à foison. Celui-là est noir et je le sors le soir. Tout discret, toujours présent. J'aime plus particulièrement le pourpre qui témoigne de mes insomnies et du plaisir pourpre de ses écrits. Il s'y détache les particules de l'atmosphère autour de moi et en moi.

    Stefano FARAVELLI
    Cliquez sur l'image pour voir son blog

    Je flâne avec mon moleskine. Il m'habille de sa splendeur, ce "carnet légendaire des artistes" qui a la particularité de faire bien en société... (vous rigolez !) Il est "haut de gamme", c'est marqué comme une référence dans toutes les librairies. Il a la particularité d'être recouvert d'une toile de coton fin fixée par une enduit flexible et d'un vernis souple qui lui donne l'aspect et le toucher du grain du cuir. Il garde secrètement les annotations par sa bande élastique qui maintient les pages en place.

    Les pages sont faites d'annotations, de "pensées", de citations et d'embryons de notes futures. Elles veillent sur ces mots vagabonds qui nomades, deviendront récits de voyage.

    La mode ne se limite pas aux vêtements, c'est un art de vivre ! avec mon Moleskine.

    Mon Moleskine
    Mon Moleskine

    >> Le saviez-vous ?

    C'est la marque Modo & Modo, société italienne qui le fabrique mon Moleskine©. Il fut fabriqué jusqu'en 1986 par une entreprise familiale de Tours où Bruce Chatwin s'approvisionnait, rue de l'Ancienne Comédie. Il prit son nom par la plume du reporter-écrivain Bruce Chatwin qui le baptisa moleskin, mole skin, mot anglais qui désigne sa teinte qui rappelle la couleur noire de la peau d'une taupe.

    Il est conçu à la main, indémobable depuis Van Gogh et Hémingway. Mais sa production s'arrêta de 1986 à 1998. Le Moleskine fut de retour grâce à une petit éditeur milanais "Modo & Modo" qui sut le remettre à la mode du tout paris. Ces carnets de commande vinrent à se multiplier et il n'y put faire face et vendit l'entreprise à la Société Générale en 2006.

    Sur la première page explose le mot ambre et l'infini senteur qui l'auréole. Sur les pages suivantes, les mots s'associent aux idées qui se justaposent dans ma tête, pour ne rien oublier. Tout ce qui l'encombre (ma tête) finit par trouver une place dans mon Moleskine. C'est justement pour celà qu'il ne faut pas le sous estimé ! il est une part de moi.

    Moleskine
    Site d'un amateur de Moleskine "Un Moleskinear"

    Juste posés dans un coin du carnet, pour quelques jours, quelques heures, le temps de les reprendre et de m'évader avec eux. Je le truffe de petites anecdotes, d'évocations sur l'instant passé et de vers glânés çà et là. Chaque mot se prépare à la dérision une fois l'instant passé ou je l'ai marqué.

    Je me suis jurée de ne jamais outrer ce carnet, aucune rature et page qui circule. Elles sont toutes liées par ce fil indémodable qui glisse de page en page. Chaque carnet est une ébauche, un souvenir rangé comme dans un grenier, un casier à piscine dont on aurait perdu la clé.

    Moleskine de Jim Woodring

      Cliquez sur l'image pour voir son blog

    Je le trimballe mon moleskine, il a un sort car je le sors ! Je suis devenue une "moleskiner" sans le vouloir. Si vous souhaitez vous aventurer un peu plus loin, n'hésitez pas à voir l'exposition qu'offre la Boutique Printemps Désign au Centre Pompidou sur les Moleskine de 33 personnalités dont celui de Simonetta Capecchi,

    Simonetta Capecchi
                                                             Cliquez sur l'image pour voir son blog

    Je tourne la page de mon petit carnet noir, je caresse la face. Il est beau et plein de pureté mon légendaire carnet. Si vous l'ouvrez, vous tombez en premier sur sa petite pochette intérieure où j'ai déposé la photo d'Hémingway (fan du Moleskine). Plus il est vieux, plus je l'aime. J'ai l'impression que vous ne pouvez pas comprendre cette différence !

    C'est dur d'être propriétaire d'un Moleskine car il est unique ! Il prend le titre de "Mon Moleskine" vous comprenez, c'est une part de soi. Et pourtant, je n'ai pas l'âme d'une artiste !

    Bibliographie

    . Le site de Moleskinerie, des talents à visiter comme dansmonmoleskine, moleskine.it,
      à voir celui de
    Picasso et une bonne critique de Troudair

    . Et pour les achats en ligne le site de l'importateur français, Jnf Productions

    .......................
    Evènement

    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
    Arabe,   
    Parution : 25 janvier 2009
    Mise à jour  : 25 janvier 2009

                       Répondre

                << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Posté par PASPERDUS à 16:20 - Commentaires [7] - Permalien [#]