Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

30 novembre 2008

Bleu Epicea... Sapin de Noël ou la Comédie à Montpellier

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Montpellier s'éveille, s'émerveille pour certains car la magie a transformé l'épicéa bleu qui trône sur la place de la Comédie.

    Montpellier__Sapin_de_No_l_2008
                                                                                                                                      Edition 2008

    Drame à l'opéra Comédie [... ] Montpellier pleure son défunt sapin pour d'autres et s'associe à la triste peine de l'association "gît un cône" [... ]. L'aire urbaine partage les avis, malgré le climat doux de Montpellier.

    Offrande & recueillement       Commémoration "A notre défunt sapin"  A_notre_defunt_sapin.

    S'offrir le plaisir de redevenir enfant devant le spectacle des lumières, s'émerveiller d'un rien... s'immerger des lumières de Noël qui éclairent le solstice d'hiver. Le sapin est le phare qui rassemble les attractions.

    Les rues s'animent à l'approche de l'évènement, bientôt le marché "Christkindlmarkt" (marché de l'enfant Christ). Les cabanes de gardians vont recouvrir la place de l'oeuf, soustrayant le jaune au blanc !

    Certains vont se laisser glisser jusqu'à la patinoire située sur l'Esplanade ou pourquoi pas skier, sur une pente unique !!!

    Le coin des délices est une étape pour déguster. Les odeurs de pain d'épices vont accompagnées le vin chaud que vous pourrez siroter pour célébrer l'avènement. Toutes les saveurs sont en exergue. Plaisir des yeux, plaisir des papilles, plaisir d'offrir...  plaisir des sens qu'est la musique des chants de Noël.

    Pour les petits, comme les grands, la lettre au Père Noël pourra être donnée en main propre au Père Noël, le mercredi & le dimanche ou au chalet de la Mairie.

    Tramway_Montpellier_Ligne_bleue
    Ligne bleue Tramway Montpellier

    ~Concours~

    Au fait, qui peut me dire qui a sculpté la lumière de ce sapin emblématique (pungens) ? L'oeuvre a un auteur ? est-ce Patrick Rimoux ou Yann Kersalé ?

    >> Yann Kersalé, créateur a le don de faire miroiter le ciel comme la mer. Sa matière première est la nuit.  Il manipule les structures dans leur moindre particule par le biais de la lumière électrique pour nous faire découvrir une autre vision de la ville. Cette lumière artificielle a donné un éclat singulier aux Arceaux et au Pérou. L'eau le fil conducteur... du château d'O

    On peut noter qu'il identifie le bleu électrique avec le lieu ou le tram, artère de vie. Il capte l'effluve jusqu'à l'épicéa, marée végétale bleue. Il insufle un nouveau courant d'art !

    >> La mise en lumière se fera durant la période du 24 novembre 2008 au 26 janvier 2009.

    Photos +

       Le jardin du petit-chose

    Les Hivernales -Edition 2008-

    du 4 au 31 décembre 2008 de 10h à 20h30 - 4 semaines - Place de la Comédie, Esplanade Charles de Gaulle,  Place du Marché aux fleurs - 170 commerçants - Nocturnes , les vendredis & samedis, jusqu'à 23 heures.

    Notes

      Le sapin fait 20 mètres de haut.

    Oiseau........................
    Parodie

    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, Arabe,   
    Crédit photogrophique "Pas à Pas" du site : Impasse des Pas Perdus
    Editée  le :  Dimanche  30  novembre 2008
    Publiée le : 30 novembre 2008

                                                       R_pondre

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Posté par PASPERDUS à 12:50 - ACTUALITES - Commentaires [12] - Permalien [#]

    26 novembre 2008

    Ma mère amère

      << Précédente | AAccueil | Suivante >>

      C'est une femme sans écaille qui un jour m'a vu naître. Elle n'a pas replié ses bras sur mon corps inondé de lumière, ses mains rongées par l'anxiété ne m'ont pas offert le berceau que j'attendais.

      Chacun le sait : mon regard se brouille par l'étrangeté que je redoute en elle.

      Elle ne sait plus quoi faire, elle ne peut plus rien dire, elle reste là, animée de sa propre terreur.

      Madame_aimable_de_Alexandre_Houllier_2005
      Toile d'Alexandre Houllier PasperdusClic sur la photo pour visiter la galerie

      Peu importe l'animal blessé que je suis. Sa pensée est complice de son anxieté, elle laisse percevoir son profil humble, dessiné. Elle se concentre à demeurer sereine. Mais le poison exsudé m'empêche de la voir comme une Joconde.

      Entre ses jambes, mon corps dilaté par la pesanteur s'est égaré. Elle ne s'est pas lamentée, certes pour me céder le passage. Elle a occulté toute panique.

      Son corps avec le temps s'est allongé pour révéler sa personne. Mais la femme a perdu son nom de mère car ses bras sans énergie n'ont pas attiré mon attention.

      Je me suis transformée avec une certaine contorsion pour opérer moi-même ma vie nouvelle, ma vie vers l'autre, ma vie sur terre.

      Assise, je suis la femme et la mère que je redoute. Ma fille est le nectar de ce rêve éveillé.

      Oiseau.....................
      Essai

      Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, Arabe,   
      Crédit photogrophique de Alexandre Houllier
      Editée  le :  mercredi 26  novembre 2008
      Publiée le : 26 novembre 2008

                                                         R_pondre

      0

      << Précédente | AAccueil | Suivante >>

      Posté par PASPERDUS à 00:20 - Pêle-mêle - Commentaires [10] - Permalien [#]

      23 novembre 2008

      Fougère royale ~secret de courmarine~

      << Précédente| AAccueil | Suivante>>

      Concentrer ces cellules qui absorbent la pollution. Depuis des millénaires la fougère aigle, à la croissance lente, s'énivre des polluants pour nous offrir un monde exotique, une planète verte.

      Fougere_Aigle_ou_Pteridium_aquilinum
      Crosse fougère aigle

      Voici une variété que j'affectionne, la fougère aigle, de la famille des Dennstaedtiaceae. Il s'agit d'un Hypolépidacées qui porte le nom de Pteridium aquilinum (Khun). Seule représentante de ce genre. Du latin Pteris qui veut dire "fougère" et de  pteron qui signifie "aile" et aquila pour "aigle".

       

      Elle se propage dans mon jardin aux apparences méditerranéennes. Loin de nous la forêt ! Cette plante sauvage, dont les frondes peuvent atteindre trois mètres, prend le surnom de "fougère impériale" car elle détrône par son aspect supérieur ! Sa particularité est sa crosse en forme de tête de violon enroulée en spirales.

      Lorsqu'on prend la coupe oblique de la feuille, on peut remarquer sur la partie brune sectionnée (tubercule), la représentation grossière d'un aigle héraldique, d'où son nom. Plutôt à deux têtes !

      Elle offre dès l'automne, ces teintes canoniques et propose son paillage aux vergers. Elle est au printemps d'un vert clair, au feuillage finement découpé mais décidu.

      Localisation C'est une espèce européenne qui préfère les hivers doux. Elle est très résistante, même à la sécheresse. Sa partie souterraine, la souche comprend le rhizome qui persiste d'année en année et peut durer jusqu'à 1000 ans.

      Soulign_

      Période de floraison

      J

      F

      M

      A

      M

      J

      J

      A

      S

      O

      N

      D

       

       

      Soulign_

      Saviez-vous que...


      Elle attire les limaces qu'elle empoisonne car elle contient un aldéhyde qui se transforme en métadéhyde après fermentation. Cet acide entraîne des lésions lors de l'intoxication.

      Elle est contient diverses substances toxiques et cancérigènes.

      Toxique
      Intoxication, animaux concernés
      Intoxication due à l'absorption du ptéridium :
      chiens, chats, petits mammifères et chevaux (avitaminose B1).
       

       

       

      Soulign_

      Senteur

      Agréable odeur de courmarine qui rappelle le foin coupé. Cette substance est contenu dans le mélilot officinal aux senteurs de miel, musquées à la cannelle.

      M_lilotus_officinalis
      Mélilotus officinalis

      Soulign_

      Recette de l'insecticide

      ~Santé des plantes~ Quand les plantes viennent au secours des plantes !

      La fougère aigle aurait des propriétés d'insecticides contre les larves de taupins qui mangent les tubercules de la pomme de terre et les pucerons, lorsque les plants sont infestés, ainsi que sur les cicadelles des vignes et la piéride du chou. Ces extraits de plantes ne portent pas atteinte à l'environnement et évitent de mettre des pesticides.

      . Prendre du purin
        (laisser fermenter une dose de fougère dans 10 doses d'eau de pluie, pendant une dizaine de jours),
      . remuer tous les deux jours.
      . Ajouter quelques marrons d'inde écrasés.
      . Laisser reposer,
      . Lorsque le mélange ne forme plus d'écume en surface, filtrer ou tamiser,

      . Diluer le résultat de la fermentation dans 10 fois son volume d'eau.
      . Stocker dans des bouteilles opaques et fermées,
      . Pulvériser sur le feuillage : 1/semaine.

      _______________

      Les résidus de la fermentation attirent et empoisonnent les chenilles.

      _______________

      Déposer fraîche sur les plants, elle éloigne la piéride du chou.

      _______________

      . Etaler des feuilles de fougères aigle permet d'augmenter la capacité du sol en potassium et oligo-éléments dopants. Cela revient à mettre de l'humus (fumier de première qualité !), à étouffer les mauvaises herbes (allélopathie), à diminuer le nombre d'arrosages.

      Soulign_

      Teinture

      Mélangée au chrome, le rizhome apporte une couleur jaune à toute laine naturelle, tandis que la crosse donne un jaune-verdâtre.

      Et avec du sulfate de fer, la soie prend la couleur grise.

      Soulign_

      Recette comestibleToxicit_

      Son rhizome cuit, une fois bouilli et séché peut être moulu. Il donne une farine.

      . Faire cuire les rhizomes dans les cendres de bois,
      . Les battre pour les nettoyer de leur peau noirâtre,
      . Pilée la partie blanchâtre interne pour produire la farine.

      ___________

      Certains utilisent les crosses comme légume pour faire une soupe, mais il est établi un niveau de toxicité. Il est préférable d'utiliser la fougère-à-l'autruche. Elle prit ce nom par sa grande taille qui ressemble a une plume d'autruche. Elle est native du Canada. Son nom latin est Matteuccia struhiopteris et en anglais "fiddlehead" qui veut dire tête de violon comme la volute au bout du manche de l'instrument de musique. Les têtes de violon (crosses) restent enroulées en spirale seulement deux semaines, avant de se déployer. C'est à cette période qu'elles sont récoltées car elles deviennent après très amères.

      Elles sont surtout utilisées par les autochtones MALECITES des forêts de l'est canadien, car c'est une plante indigène. On retrouve des récoltes également aux Etats-Unis, au Japon, en Chine, en Sibérie, dans l'ouest de la Scandinavie, en Belgique et en France. Elle a la saveur d'un mélange d'asperge, de fève verte et d'okra. La nutrition est comparable à l'asperge car elle contient des vitamines A et C.

      . Bouillir pendant 15 minutes les têtes de violon fraîches (jusqu'à ce qu'elles soient tendres)

      Soulign_

      Astuce !

      Prendre la fibre centrale et la faire sécher. Vous pouvez l'utiliser pour allumer un feu de camps, il suffit de l'allumer et la conserver en la couvrant avec deux coquilles de crustacé. Ce feu sans flamme de combustion lente (potasse ou alcali végétal) permet à la tombée de la nuit de s'éclairer.

      Soulign_

      Bibliographie

      Photo numérique (Canon Ixus 400)
      Index des plantes
      Wikipedia

      A lire, Purin d'ortie et Cie de Bernard Bertrand et Eric Petio  -Ed. du terrain- 2003

      Soulign_

      Lexique

      Fronde (feuilles des fougères)
      Sore (amas de sporanges)
      Crosse (elle se déploie en forme de spirales)

       

      Oiseau.....................
      Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
      Arabe,   
      Editée  le : dimanche 23  novembre 2008
      Publiée le : 31 mai 2011

       

       

                         R_pondre

       

       

       

       

       

       

      0

      << Précédente| AAccueil | Suivante>>

      Posté par PASPERDUS à 14:56 - Dans mon jardin, il y a... - Commentaires [7] - Permalien [#]

      16 novembre 2008

      Par petite touche... Sonate en gris majeur

        << Précédente | AAccueil | Suivante >>

        Dans mon jardin, il y a... du bleu pour que le ciel reste bleu. Du blanc pour éclairer l'horizon. Du gris pour échapper à la monotonie. Du vert, car vert espérance.

        Dans_mon_jardin_il_y_a_

        Soulign_

        Dans_mon_jardin_il_y_a
        Dianthus caryophyllus ou Oeillet des fleuristes

        Blanc, symbole de la passion que j'apporte au jardin qui me le rend bien.

        Soulign_

        Dans_mon_jardin_il_y_a

        Soulign_

        Dans_mon_jardin_il_y_a
        Cynara scolimus ou artichaut

        Artichaut qui s'épuise au soleil.

        Soulign_

        Dans_mon_jardin_il_y_a
        Astéracées

        Soulign_

        Dans_mon_jardin_il_y_a
        du vert en verreOiseau

        .....................
        Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,
        Arabe,   
        Editée  le : Dimanche 16  novembre 2008
        Publiée le : 16 novembre 2008

                           R_pondre

        0

        << Précédente | AAccueil | Suivante >>

        Posté par PASPERDUS à 17:30 - Dans mon jardin, il y a... - Commentaires [15] - Permalien [#]

        14 novembre 2008

        100 000 visiteurs, Actu ~Impasse des Pas Perdus~

          << Précédente | AAccueil | Suivante >>

          100_000_visiteurs

          ♪ Un sentiment bizarre.

          Traffic, Audience...

          100 000 visiteurs

          Mais Uniques, c’est vous.

          Vous pouvez participer à son afflux en cliquant sur,

          Impasse des Pas Perdus

          Merci à toutes & à tous, car cet instant si fragile qu'est l'audience ne demeure pas moins qu'un nombre d'heures passées à le consacrer qui peut s'effriter.

          Oui... je ne peux m'empêcher de placer les stats de,

          impasse des Pas Perdus,

          comme un résultat qui nous positionne bien au-delà de la bourse en ce moment.

          Sa croissance est 10 fois supérieure à l'année précédente(*).

          Un souhait reste. Que cet espace qui était le mien, soit à présent le nôtre, avec une "somme de commentaires" qui amène des réactions, des critiques et, des réponses souvent tardives de ma part ! mais pourquoi pas les vôtres.

          Bonne visite à tous,

          Bien à vous, "Pas à Pas"

          Publié, le 12 octobre 2008


          bqHeureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.eq
            Michel Audiard

          www.canalblog.com/     www.Google.fr/   www.pasperdus.canalblog.com/  www.blogdimension.com/   

          Tache_01R_pondreTache_02

          0
          0
          0

          .....................
          Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais
          Arabe,   Espagnol
          Editée  le : 12  novembre 2008
          Publiée le : 23 novembre 2008

          << Précédente | AAccueil | Suivante >> 0

          Posté par PASPERDUS à 00:01 - Pêle-mêle - Commentaires [5] - Permalien [#]

          06 novembre 2008

          Accord simple ... Ecrire ~ sine qua non ~

            << Précédente | AAccueil | Suivante >>

            Et, écrire est un songe qui me met à bout de souffle. Imaginez-vous que les rares moments propices sont lisibles ? non.  Rien n'est le fruit du hasard. Pourtant, c'est un passe-temps cette hypothèque de mots.

            La_Roumanie_s_ecrie

            Ecrire est un moment difficile où il faut se connecter avec soi. S'approprier l'instant et ne pas fléchir devant l'hésitation. Les ratures, l'épure du dialogue, somme toute semble facile.

            L'hypothèse est à soumettre. Quand je regarde la page, de face, les mots se troublent, s'énivrent de l'instant. Et pourtant, c'est à la forme passive que j'assouvie mon plaisir "avoir écrit".

            Heureusement dans ce ptit' monde de mots, il n'y a pas de hierarchie. Ils cohabitent, s'assemblent et déroulent l'histoire, après avoir jonglé avec les verbes.

            Je jongle avec eux et je mets l'encre à l'eau pour coucher sur la feuille le dessein de mon oeuvre. Je note les mots, je les accroche et les crochète pour qu'ils forment le dessin de la page. La trame de l'ouvrage prend de l'allure, les personnages s'animent et se couchent sur le papier qui s'irrite de la plume, leur âme est mêlée d'ancolie. Je les laisse se reposer pour parfois les corriger et les teinter de vie. Ils s'engouffrent dans l'histoire, et échaffaudent le chapître. L'effluve de mots terminés, nous passons au nouveau paragraphe. Il n'est pas anodin qu'il suive le même cours. Les mots inondent, les pages absorbent le désir de poursuivre de l'auteur son talent singulier.

            Et pourtant, je continue à écrire. La place de mon écriture est synonyme de liberté, d'extravagance pour éclairer l'obscurité du dehors. Les personnages évanescents nous déchirent de l'oubli.

            Etre son propre lecteur, se relire certe est le début d'un débat. Le lecteur interpelle l'auteur, effacer le monologue pour rentrer à la place de vous futur lecteur qui par hasard êtes tombé dessus !

            Donner un nom aux maux, comme l'enfant offre son exquisse, en donnant son âme au couteau du spectateur, naïvement et sans retour.

            Soulign_

            Bibliographie

            Essai
            Photo personnelle "La Roumanie s'écrie", août 2008

            << Précédente | AAccueil | Suivante >>

            R_pondre

            .....................
            Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais
            Arabe,   Espagnol
            Editée le : 6 novembre 2008
            Dernière mise à jour le : 6 novembre 2008

            Posté par PASPERDUS à 23:25 - Pêle-mêle - Commentaires [12] - Permalien [#]

            02 novembre 2008

            Mémoire de Saint-Gilles (Gard)

            St_Gilles_Blason<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

            J'aurais aimé le connaître Gilles, car il a aimé la Provence, et d'Athènes où il est né, pélerin il se retira, dans une grotte à l'emplacement actuel de l'abbatiale de Saint-Gilles-du-Gard, dans cette cité "provençale".

            St_Gilles_Abbatiale_03_Impasse_des_Pas_Perdus

            Issu d'une famille illustre, très jeune, il fait des miracles. Il donne son manteau à un pauvre malade. Il va au bord de la mer en furie, et par sa prière, il calme la tempête.

            Il fuit son succès et des marins reconnaissants le prennent à leur bord. Il se retrouve en Arles où il est ordonné prêtre. Il fait de nouveaux miracles et à nouveau s'enfuit, malgré la présence de son ami Césaire.

            Il établit son ermitage dans les gorges du Gardon, près d'une source.

            Là, par la prière, il fait pleuvoir en temps de sécheresse.

            La tradition dit qu'il se réfugie à Nuria en Catalogne, près de Font Romeu.

            Homme déchiré par un fauve (socle des statues des Apôtres)

            St_Gilles_Abbatiale_04_Impasse_des_Pas_Perdus

            Soulign_

            Sa vie, en l'an 700, est étoilée de miracles qu'il fuit pour devenir ermite. Il est en communion avec sa biche qui le nourrit de son lait.

            Son chemin est une étape sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Il est voué au culte en Provence et dans le Languedoc, les chrétiens le vénèrent pour l'absolution.

            Le chemin est long de Compostelle, il passe l'Aubrac, Rocamadour, Le Puy-en-Velay (GR700, voie Regordane), Conques, St-Guilhem-le-Désert pour arriver enfin à St Gilles, via les Saintes-Maries-de-la-Mer. La route est en en fonction du temps que l'on dispose et à chaque bout de route, un sanctuaire attend le pélerin.

            A cet endroit, l'eau également fait communion entre le canal du Rhône-à-Sète et le canal d'irrigation du Bas-Rhône-Languedoc qui croisent leur trajectoire. Le port apporte cette obène pour les marchands et les chrétiens.

            St Gilles est une étape en direction des deux villes saintes et les pélerins viennent s'y embarquer en direction de Rome ou Jérusalem.

            Le port de la ville eut son heure de gloire  jusqu'à la fondation d'Aigues-Mortes, en 1240. Les fûts de vin (AOC "Costières-du-Gard") de la région étaient chargés sur des péniches à destination de Sète et Lyon. Ce fut le port le plus oriental du royaume car Marseille ne devint français qu'au XVe siècle.

             

             

            St_Gilles_Abbatiale_01_Impasse_des_Pas_Perdus

            Abbatiale Saint-Gilles, façade principale

            Soulign_

            St Gilles est parti, mais l'abbatiale de style roman (XIIe siècle) continue à émouvoir par sa beauté extérieure. Elle comporte deux niveaux (crypte et église haute). Les trois portails sculptés couleur du sang séché qui ornent sa façade ne manquent pas de charme, ils furent ordonnés durant la deuxième partie du XIIe siècle (après 1116).

            Au dessus, l'élégance des sculptures sont d'influences antique et anti-hérétiques. Elle est un véritable livre de pierre qui aidait les fidèles analphabètes à retrouver la représentation. Elle a été classée au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO, le 2 décembre 1998 à Tokyo au titre d'Etape sur les Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

            St_Gilles_Abbatiale_02_Impasse_des_Pas_Perdus
            David joue de la cithare à côté de son troupeau

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_05_Impasse_des_Pas_Perdus
            Cierge ~crypte de Saint-Gilles~

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_06_de_Dominique_Pipet
            Âpôtres, Saint Jacques le Majeur et Saint-Paul
            Illustration de Dominique Pipet

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_06_Impasse_des_Pas_Perdus
            Oculus & reste de l'ancien choeur Derrière la nouvelle église

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_01_de_Renaud_CAMUS
            Illustration de Renaud Camus

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_02_farm
            Photographié par Renaud Camus

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_12
            Illustration du site

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_03_de_Dominique_Pipet
            Illustration de Dominique Pipet

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_07_de_Dominique_Pipet
            Illustration de Dominique Pipet

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_04_de_Dominique_Pipet
            Chameau et singes enchaînés
            Illustration de Dominique Pipet

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_09
            Illustration du site

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_10
            Illustration du site

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_05_de_Dominique_Pipet
            Adoration des mages, en dessous Cortège des Apôtres
            Porte latérale gauche
            Illustration de
            Dominique Pipet

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_11
            Christ en majesté, en dessous La Cène
            Porte centrale

            Illustration du site

            Soulign_

            St_Gilles_Abbatiale_08
            photo du site

            Soulign_

             

             

             

            St_Gilles_Abbatiale_13
            Illustration du site "In Francia"

            Soulign_

             

             

            St_Gilles_Abbatiale_08_Impasse_des_Pas_Perdus
            Saint-Jean l'Evangéliste  & Saint-Pierre
            Avancée du porche

            Soulign_

            Légende

            St Gilles ermite effrayait par sa popularité se résoud à quitter son pays pour vivre à l'abri dans une grotte aux abords de la ville. Là, dégagé de toute préoccupation terrestre, il ne vit que dans l'adoration et la contemplation. Aux périodes de jeûne, se succède une nourriture simple au quotidien. Eau, herbes et le lait de la biche envoyée par la providence, lui suffise.


            C'est elle qui provoqua la rencontre de saint Gilles et  de "Wamba", roi des Wisigoths ; car au cours d'une partie de chasse, poursuivie par la meute royale, elle se sentit en danger et courut aux pieds de son maître.

            C'est alors qu'une flèche transperça la paume de la main de saint Gilles qui l'avait recueillie. Cette blessure ne devait jamais guérir.

            En signe d'affection, le duc lui offrit la Vallée Flavienne où il fit bâtir un monastère.

            Plus tard, sur sa tombe, l'abbaye de Saint-Gilles-du-Gard fut construite. Gilles a toujours son tombeau dans la crypte.

            Soulign_

            Charlemagne que sa conscience tourmentait, le fit appeler. Lorsqu'il le rejoigna à Orléans, il ordonna une messe. Un ange lui apparut et lui déposa un billet lui soumettant que l'empereur était absolu de ses fautes.

            Soulign_

            Cette abbaye, après les destructions des guerres de religions, a vu son architecture sévère du 12ème se transformer aux 17ème et 18ème en un style néo-classique très équilibré. Une chose est sûre, c'est qu'elle a été érigée suite à plusieurs projets et nombreux furent les artistes qui la signèrent au niveau des bas-reliefs. Si vous levez les yeux, St Mathieu et St Barthélémy, sculpté par Brunus, vous offriront le spectacle de leur grandeur.

            St_Gilles_Abbatiale_07_Impasse_des_Pas_Perdus
            Autel crypte

            Soulign_

             

             

            Les orgues sont la production de Boisselin en 1659.

            St_Gilles_flagellation_du_Christ
            Flagellation du Christ du site Structurae

            Soulign_

            Etonnant, l'escalier à vis sur l'arrière de l'ancien choeur. Il est l'oeuvre de Fabre de la Vesly. Il permet d'accéder au grand clocher pour le service. De construction hélicoïdale, avec une voûte en forme d'anneau appareillée à neuf claveaux et date du XIIe siècle. Chaque compagnon qui est venu l'admirer a signé sa devise dessus pour marquer son passage.

             

            St_Gilles_Escalier___Vis_marque
            Escalier à vis
            Marque de passage d'un compagnon datée de 1648
            photo du site

            St_Gilles_Abbatiale_Escalier___Vis_Impasse_des_Pas_Perdus
            Escalier à vis -accès-

            Soulign_

            Son tombeau est dans la crypte qui est l'église primitive. Son corps y reposait. Le sarcophage fut redécouvert en 1865 par l'Abbé Goubier. Il porte l'inscription :

                                   INH. TML. QI. CB. AEGD.

            qui se lit :                    "In hoc tumulo quiescit corpus beati Aegidii"
            ou             "Dans ce tombeau, repose le corps du bienheureux Gilles"

            St_Gilles_Abbatiale_Sarcophage_St_Gilles__Impasse_des_Pas_Perdus
            Sarcophage de Saint-Gilles Crypte au sous-sol

            La crypte est divisée en 3 nefs. Sur la central vous apercevez  des voutes surbaissées qui possèdent 6 travées. Il en est de même pour la collatérale sud.

            Soulign_

            Noël en son choeur

            Dans cette localité, les fêtes de Noël amènent le traditionnel "Pastrage Calendal" qui est conduit par des manadiers, les gardians du coin qui accompagnent une charrette enguirlandée, tirée par le bélier de race Mérinos le plus vigoureux du troupeau, le "Floucat". Elle est chargée de l'agneau dernier-né qu'il transporte jusqu'au choeur de l'église, à l'aide de son collier, gravé en l'occurence.

            Au départ, ce cortège parcourt les rues principales de la cité, suivi par les tambourinaïres, les groupes folkloriques, les bergers et leurs troupeaux. A l'arrivée sur le parvis de l'église, Monsieur le Curé accueille le Pastrage et donne la bénédiction aux chevaux, avant que les manadiers grimpent à cheval l'escalier principal pour rentrer dans la nef centrale afin assister à la Messe de Minuit. Minuit, la voix se lève pour honorer l'Enfant Jésus.

            C'est alors que l'agneau passe dans les bras des bergères et bergers camarguais qui l'offrent symboliquement au moment de l'offertoire, après avoir baisé les pieds de l'Enfant Jésus dans la crèche.  A la fin de la cérémonie, le curé bénit les jeunes agneaux qui seront offerts à la crèche.

            Cette tradition avait disparu au XIXe siècle et fut remise à l'honneur par les félibres. Dès 1987, la crèche vivante devient une histoire de partage et d'amour qui lie les acteurs bénévoles

            St_Gilles_Floucat_01__Impasse_des_Pas_Perdus
            Photo du site

            Pastrage également à Bellegarde.

            Soulign_

            Bibilographie

            Visite 1er novembre 2008
            Photos personnelles.
            Photos prises sur le Net (lien en dessous des photos). Ne manquez d'aller visiter leur site, vous serez étonné, les photos sont magnifiques.

            Art roman
            Site Via Tolosana

            Soulign_

            A visiter

             

            A voir également à Saint-Gilles

            Porte des Maréchaux  || Le port de plaisance fluvial  ||  Château d'Espeyran

            Abbaye troglogytique de Saint-Roman à Beaucaire
            Abbaye de Sénanque
            Abbaye de St Michel de Frigolet
            Le hameau de Montcalm (entre Aigues-Mortes et les Saintes-Marie-de-la-Mer)

            St_Gilles_Ap_tres
            Saint-Jacques le Majeur et Saint-Paul
            Photo de la
            Mairie de Saint-Gilles

            Soulign_

            Sur l'Art roman

            . Ephèbe à Agde
            . Vases grecs d'Ensérune
            . Statues romaines du Biterrois
            . Sarcophages gallor-romains et wisigothiques

            .....................
            Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais,  
            Arabe,   Espagnol
            Editée le : dimanche 2 novembre 2008 
            Dernière mise à jour le : 20 juin 2011

            << Précédente | AAccueil | Suivante >>

            R_pondre

            Posté par PASPERDUS à 22:45 - CARNET DE VOYAGES >>> Voyages de rêve, rêve de voyages... - Commentaires [9] - Permalien [#]