Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

06 novembre 2008

Accord simple ... Ecrire ~ sine qua non ~

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Et, écrire est un songe qui me met à bout de souffle. Imaginez-vous que les rares moments propices sont lisibles ? non.  Rien n'est le fruit du hasard. Pourtant, c'est un passe-temps cette hypothèque de mots.

    La_Roumanie_s_ecrie

    Ecrire est un moment difficile où il faut se connecter avec soi. S'approprier l'instant et ne pas fléchir devant l'hésitation. Les ratures, l'épure du dialogue, somme toute semble facile.

    L'hypothèse est à soumettre. Quand je regarde la page, de face, les mots se troublent, s'énivrent de l'instant. Et pourtant, c'est à la forme passive que j'assouvie mon plaisir "avoir écrit".

    Heureusement dans ce ptit' monde de mots, il n'y a pas de hierarchie. Ils cohabitent, s'assemblent et déroulent l'histoire, après avoir jonglé avec les verbes.

    Je jongle avec eux et je mets l'encre à l'eau pour coucher sur la feuille le dessein de mon oeuvre. Je note les mots, je les accroche et les crochète pour qu'ils forment le dessin de la page. La trame de l'ouvrage prend de l'allure, les personnages s'animent et se couchent sur le papier qui s'irrite de la plume, leur âme est mêlée d'ancolie. Je les laisse se reposer pour parfois les corriger et les teinter de vie. Ils s'engouffrent dans l'histoire, et échaffaudent le chapître. L'effluve de mots terminés, nous passons au nouveau paragraphe. Il n'est pas anodin qu'il suive le même cours. Les mots inondent, les pages absorbent le désir de poursuivre de l'auteur son talent singulier.

    Et pourtant, je continue à écrire. La place de mon écriture est synonyme de liberté, d'extravagance pour éclairer l'obscurité du dehors. Les personnages évanescents nous déchirent de l'oubli.

    Etre son propre lecteur, se relire certe est le début d'un débat. Le lecteur interpelle l'auteur, effacer le monologue pour rentrer à la place de vous futur lecteur qui par hasard êtes tombé dessus !

    Donner un nom aux maux, comme l'enfant offre son exquisse, en donnant son âme au couteau du spectateur, naïvement et sans retour.

    Soulign_

    Bibliographie

    Essai
    Photo personnelle "La Roumanie s'écrie", août 2008

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    R_pondre

    .....................
    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais
    Arabe,   Espagnol
    Editée le : 6 novembre 2008
    Dernière mise à jour le : 6 novembre 2008

    Posté par PASPERDUS à 23:25 - Pêle-mêle - Commentaires [12] - Permalien [#]