Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

29 juin 2008

Jouvance à Cortegana - Eau de vie - ANDALOUSIE

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    C'est le temps des cerises,
    le temps de l'aventure,
    Car l'été ne dure qu'un temps...

        Alors l'aventure continue !    Oui, nous nous trouvons de passage dans ce beau village médieval au fin fond de l'Andalousie dont les habitants, chaque année, organisent dans la vieille cité, ces festivités. Ils perpétuent les traditions et occupent un rôle. L'interaction est fabuleuse.

    CORTEGANA_Nous_voici

    La peste amène avec elle des scènes extraordinaires, comme cette vieille qui symbolise pour les enfants la terreur et pour les adultes, le mythe du mal, le mal de l'homme.

    CORTEGANA_A_la_crois_e_des_regards

    Les fêtes médievales nous font prendre conscience avec leur charme désuet du passé, des troubles qui régnaient à cette époque, l'état de santé, les guerres et révoltes, jusqu'à la pauvreté.

    CORTEGANA__Blason

    L'action commence par la venue de cette personne, laide et ordinaire. Elle est aux abords des douves, et l'on imagine facilement les rats et les cadavres étalés dans le fossé.

    Les innocents traînent, les pouilleux cognent déjà à l'eau de vie et nous avons l'impression de se laisser entraînaient dans ce fléau. Non, dans cette farandole.

    CORTEGANA__Costume_et_armure

    L'échoppe est à tout coin de rue. Le plaisir de boire et d'oublier la semaine de travail est présent chez les viticulteurs du coin qui compensent leur fatigue par la douceur de la soirée. La peine, le mal est un instant absent pour croire à une existence meilleure. Nous sommes victime de l'ambiance. On meurt de soif et des timbales nous sont présentées. A la vôtre !!!

    CORTEGANA_Dame_m_dievale

    Du fait du déguisement et de sa représentation, le conditionnement s'étiole. On se met à la place des personnages et nous nous mettons au régime organisé ; le plaisir de faire la fête.

    CORTEGANA_Bras_de_fer

    L'influence des astres, nous fait-elle jubiler ! Il règne une atmosphère d'insouciance.

    CORTEGANA_Astrologie

    Tel -l'étranger- d'Albert Camus, nous participons aux groupes. L'épidémie est contagieuse et s'investir n'est pas difficile.

    Les échoppes prolifèrent  et je passe en revue l'ensemble des baraques. Habillés d'haillons

    CORTEGANA_F_te_m_dieval_march_

    Il est vain de tenter de passer à côté sans se laisser prendre par le plaisir des senteurs. S'attabler au milieu d'un groupe, lever le verre à l'amitié est de mise. Très prisée, elle énivre et donne de l'entrain.

    CORTEGANA_F_te_m_dievale__Jambon_ib_rique

    Les jeux barbares, entraînent aux alentours une floppée de regardants.

    Les montreurs  de rapaces sont sûrs de leur effet avec leur costume, leurs membres enmaillottés de cuir. Chacun pousse de l'épaule, pour essayer de s'en approcher. Les aigles royaux, les aigles de Bonnelli, l'aigle Jean le blanc et l'aigle botté sont les variétés du pays qui sont offertent au plaisir des curieux, ainsi que le hibou grand duc et le vautour Leonardo dont la caractéristique est son cou non pelé. Sans oublié la cigogne noire.

    CORTEGANA_Hibou

    Nom latin
    Taille
    Poids

    CORTEGANA_Rapace

    Nom latin
    Taille
    Poids

    Circaete_Jean_le_blanc

    Nom latin Circaetus gallicus  (AIGLE JEAN LE BLANC)
    Taille    63 à 69 cm - 1.60m à 1.80m d'envergure
    Poids  1500 g à 2300g

    Aigle_de_Bonelli
    Photo de Henry E.Dresser sur Oiseaux.net

    Aigle_de_Bonelli_Photo_de_Max_Gallardophoto de Max Gallardo

    Nom latin Hieraaetus fasciatus  (AIGLE DE BONELLI)
    Taille    65 à 73 cm - 1.50m à 1.80m d'envergure                                 
    Poids  1600g à 2500g

    Allons voir les troubadours !

    Les saltimbanques arrachent des larmes de joies aux adultes comme aux enfants qui s'ébaudissent devant le comique que porte leur physique. Sur la place publique plus d'un, vient nous rejoindre tant les artistes sont attractifs par leurs cabrioles. Je vous fais grâce de la démarche envers les spectateurs, il n'était pas bon de se retrouver au premier rang.

    CORTEGANA_Saltimbanques

    Bref, j'ai oublié de vous dire que la fête dure et que la ville naît le soir et dort la journée.

    Nous finissons épuisés.

    Note

    Cortegana est une petite ville  entourée de forêts et au relief escarpé. Le château trône au sommet d'une colline. Pour vous situer, c'est en Espagne, au Nord de la Province de Huelva, dans le parc naturel de la sierra de Aracena, en Andalousie qui jouxte le Portugal et la région de l'Algarve. La capitale de la contrée est Aracena.

    Cortegana est célèbre pour son château et son jambon ou porc ibérique.

    CORTEGANA_Ch_teau_puits

    CORTEGANA_Citerne_souterraine

    Le château a été construit en 1293, par le roi Sancho IV Bravo, en vue de se protéger avec les fortifications contre les intrusions portugaises (galicien Banda). On y découvre dans les salles de nombreux costumes et armures. Le coucher du soleil sur les six tours donne à la pierre une teinte dorée. Il est divisé en deux partie dont le château qui contient un réservoir souterrain encore en service et qui permet de l'alimenter. Puis, vient la forteresse qui ceinture l'ensemble. On peut circuler et faire le tour d'horizon.

    CORTEGANA_Ch_teau_Statue

    CORTEGANA_Statue_de_pierre

    Les fêtes médievales durent 4 jours à la fin du mois d'août et des spectacles sont offerts tels que tournois, joutes et reconstitutions de batailles.

    A voir dans les alentours

    Non loin, se trouve la Grotte des Merveilles avec ses lacs souterrains et ses stalactites, stalagmites aux figures capricieuses.

    Jabugo est la capitale du jambon au patte noire (Jamon Jabugo), caractéristique du porc ibérique semi-sauvage qui se nourrit exclusivement de glands dans les bosquets de chêne rouvre (quejigos) du maquis où ils paissent tranquillement dans ce climat particulier.

    A Fuenteheridos vous pourrait admirer une fontaine à douze becs et manger sa célèbre tarte aux châtaignes.

    Amonaster la Real est pourvu d'un château-mosquée fondé sur des ruines romaines et wisigothes qui est de style califale. Ses murs sont rougeâtres et il est adossé à la roche. Le village est niché dans un épais manteau végétal de châtaigniers, de chênes-lièges et de chênes-verts. Les fêtes de la Croix de Mai attirent beaucoup de monde.

    Aroche avec ses pierres du Diable (Piedras del diablo) sont des dolmens près de l'ermitage de San Mamés.

    Cortegana vit du liège et est réputé pour son saucisson dans l'eau de vie de Cortegana.

    Accès
    Prendre la N 433 et parcourir 14 km en direction du Nord-ouest.

    Carte_Cortegana

    Plan_acc_s_Cortegana

    Bibliographie

    Voyage été 2007
    Photos personnelles
    Plus de renseignements : www.medievalescortegana.es

    Signé Torrijas "Pain Perdu"

    Azulejos

    AzulejosAzulejosAzulejos

    AzulejosAzulejosAzulejosAzulejosAzulejosAzulejosAzulejos

      TOP  10   ANDALOUSIE

    AzulejosAzulejosAzulejos

    GRENADE

    Alhambra, Albaicin (quartier arabe)

    SEVILLE

    Alcazar, Couvent, Barrio de Triana (ancien quartier des gitans, céramique), Macarena, quartier juif, Les pénitents

    CORDOUE   Mezquita                 
    CADIX Villages blancs
    RONDA : Ponts, Arênes, Bains maures,
    Palais de Marqués de Salvatierra
    Maison du Roi Maure (mînes),
    Minaret de San Sebastian
    Jerez de la Frontera
    Cadiz, Tarifa
    Setenil (maisons troglodytes)
    MALAGA          

    Nerja, Grotte,
    Parc Ardales (défilé des Gaitanes : gorges), lacs, Grottes d'Ardales,
    Ermitage "Notre Dame de Villaverde"
    Costa del sol
    ,

    SIERRA NEVADA

    Alpujarra (villages sur les contreforts sud de la serra nevada) : Trevelez,
    Guadix (maisons troglodytes)

    HUELVA Romeria del Rocio,
    Parc National Donana,
    Mazagon,
    Grotte des Merveilles,
    Mînes de Riotinto
    Cortegana (fêtes médievales)
                
    ALMERIA

    Cabo de Gata
    La Isleta
    Nijar
    (poterie)
    Alméria (Serres)
    Motril et la sparterie

    0

    0

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Ligne  Dernière mise à jour, le 30 juin 2008

    Posté par PASPERDUS à 16:00 - CARNET DE VOYAGES >>> Voyages de rêve, rêve de voyages... - Commentaires [0] - Permalien [#]

    24 juin 2008

    Charles, appelez-moi. PRAGUE & son pont

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Si vous deviez commencé la visite de Prague, il est un lieu où il fait bon flâner. C'est le pont Charles (Karluv most, en tchèque) qui enjambe la Vltava entre la Vieille Ville et le quartier -Mala Strana-.

    Pont_Charles_Prague
    Naissance du pont         9 juillet 1357 à 5h31

    Ivan Klima dans la revue -Esprit de Prague- écrivit :

    « Je me suis souvent demandé quel était le centre symbolique de Prague. (…) pour moi, le centre physique et spirituel de la ville est un pont, un pont vieux de presque sept cent ans, qui relie l’ouest à l’est de la ville. Le pont Charles est l’emblème même de la place qu’occupe la ville en Europe, ce continent dont les deux moitiés se sont cherchées si longtemps (…) Il représente aussi, l’invulnérabilité propre à la ville, sa capacité à se relever de tous les désastres. Pendant des siècles il a résisté aux crues qui ont régulièrement assaillies Prague. »

    Pont_Charles_XVIIIe_siecle

    D'arches en arches, vous les parcourez les seize et ses 515 mètres de long. Pour l'apprécier, il faut le parcourir de long en large plusieurs fois.

    Une architecture à vous couper le souffle. C'est un musée à ciel ouvert, une galerie d'oeuvres par l'alignement des statues religieuses (XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle) aux allures baroques qui surplombent les balustrades. Elles sont inspirées du pont des Anges à Rôme et sont au nombre de 30 aujourd'hui.

    De style médieval, sa construction fut demandée par le roi de Bohême, Charles IV. Elle débuta en 1357 mais ne fut achevée qu'en 1402. L'ouvrage fut commencé par Maître Otto et sa  réalisation fut continué par Peter Parler, architecte de la cathédrale Saint-Guy, afin de remplacer le pont Judith, de style roman et conçu en bois (1170) qui fut détruit par les inondations de 1342, suite à la fonte des glaces. Il est construit en blocs de grès dans des proportions particulièrement belles : 9.50 mètres de large pour 515 mètres de long. Il est classé depuis 1962 comme monument culturel national.

    Certaines statues furent endommagées par les inondations et il serait naïf de croire qu'elles subsistent sur le pont car elles furent remplacées par des copies pour les conserver au Musée lapidaire national. Le choix fut fait en 1683 de l'orner de statues qui furent édifiées jusqu'en 1928 (dernière est : Saint Cyrille et Methode, du sculpteur Karel Dvorak, qui ont remplacé le Saint Ignace de Loyola qui fut balayé par la crue de 1890).

    Poudre_de_r_ve
    du site

    Elles retracent l'histoire religieuse de la cité et la première fut St Jean Népomucène (1683) du sculpteur Jean Brokoff. Elle représente un religieux tchèque qui fut brûlé et attaché à une roue, puis jeté à même le pont en 1393, pour avoir fait échoué les plans du roi pour n'avoir pas dévoiler les secrets de la reine Sophie, épouse de Venceslas IV. Une auréole dorée apparut au-dessus de l'eau qui rappelle son martyr. Une croix à quelques mètres de la statue indique l'endroit où il fut sacrifié. On raconte que si vous posez la main et que chaque doigt touche une étoile, vos voeux seront exaucés. Il fut canonisé en 1729.

    Sainte Luitgarde, oeuvre de Matyas Bernard Braun, date de 1710.

    Saint Venceslas, patron de la nation tchèque fait partie des statues à voir.

    Les originaux sont l'oeuvre de Ferdinand Brokoff et Matyas Braun. Attardez-vous sur le pont pour en observer quelques-unes.

    Saint GUY est sur la gauche du pont, sur son piton rocheux. En face, Saints Jean de Matha, Félix de Valois et Ivan.

    Au fait, le saviez-vous ? il prit son nom actuel en 1870, auparavant, il était appelé tout simplement le pont de Prague ! ou le pont de pierre.

    Gustav Janouch, Conversations avec Kafka

    « Kafka m’expliqua les statues du pont, me fit remarquer divers détails, me montra de vieilles enseignes, des porches, des encadrements de fenêtres et des ferronneries. Sur le pont Charles, Kafka tendit sa main droite pour me montrer un petit ange taillé dans le grès qui, derrière une statue de la vierge, se bouchait le nez, les doigts raides. »

    Il fut la seule liaison entre les deux rives jusqu'en 1841. Un îlot habitat son milieu -Kampa- où se trouve le moulin du Grand Prieur.

    La légende dit qu'il fut construit avec du mortier mélangé à du vin de Bohème et des oeufs crus. Il a résisté aux grandes crues de 1784 et 1890. Il fut également épargné par les inondations de 2002 qui ravagèrent Prague.

    Franz Kafka, Lettre à son ami Oskak Pollak 

    « Quoiqu’il en soit, Prague porte l’hérédité de la prêtresse légendaire en devenant, comme il avait été présagé, ‘ville d’or’, ‘ville aux cent tours’, et plus tard ‘mère des ville’ ou tout simplement ‘la petite mère’ (…) Prague ne nous lâchera pas. (…) Cette petite mère a des griffes. Il faudra se soumettre ou bien… »

    Et revenons dans la foule, pour écouter les artistes ambulants et les vendeurs à la sauvette qui se pressent sur le pont où le flux des touristes est une aubaine. Aujourd'hui, après le dégel politique et le printemps de Prague de 1968, Prague se découvre.

    Quartier_de_Prague
    A droite, la tour du pont de la Vieille Ville

    La tour du pont de la Vieille Ville est ornée de blasons qui représentent les territoires du Saint Empire romain germanique sous Charles IV. Le sommet est accessible et permet d'avoir une vue panoramique sur la ville.

    De l'autre côté, lui fait face, la tour du Pont de Petit Côté qui va vers Mala Strana (Malostranské náměstí ou "le petit côté" en tchèque) est un quartier qui regorge d'ambassades et qui est dominé par son imposante église St-Nicolas, voilà pour la présentation d'un côté de la ville. Les toits de ces palais abritent de mystérieux jardins que l'on découvre l'entrée au détour de places romantiques.

    La place de la Vieille Ville (Staroměstské náměstí) marque son poul avec sa fameuse horloge astronomique et l'Art nouveau imprégné par Mucha.

    Note

    30 000 personnes/jour est le score de visite

    A lire

    Franz_KafkaFranz Kafka -Conversations avec Kafka-

    0

    0

    0

    0
    Iva Klima -Esprit de Prague-

    Milan Kundera

    Gustave Janouv -Conversations avec Kafka-
    Ces notes ont été rassemblés par l'auteur qui à 17 ans, en 1920, rencontra Kafka et devint son ami.


    Léo Perutz -La nuit sous le pont de pierre-

    Bibliographie

    Voyage en 2004

    Vous pouvez continuer la visite,

    Zoom


    Autres articles sur la République Tchèque

    Telc

    Ciel_d_orage

                                                                               

    Les monts des Géants... Prachov IMG_0367
    De la création à la terre,
    les soupçons persistent. Nain porte quoi !

    Ceské Svycarsko, parc national
    ... "Suisse Tchèque"
     

    Ossuaire de Sedlec... 

    006


    Prague

    Pont_Charles_Prague


    Marienbad

    Photos à venir

    Cesky Krumlov Photos à venir

      Holasovice

    Photos à venir

      Brno                      Photos à venir

        Holasovice Photos à venir

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Ligne  Dernière mise à jour, le 24 juin 2008

    Posté par PASPERDUS à 23:29 - CARNET DE VOYAGES >>> Voyages de rêve, rêve de voyages... - Commentaires [6] - Permalien [#]

    23 juin 2008

    Cabinet de curiosités

      x

      T

      c1Passage obscur

      c2Art Naïf

      c3Chasse
      aux
      trésors

      c4Voyage

      c5Cinéma

      c6Lire
      et
      reliurec7

      album
      photos

      c8Musique

      Imagine


      Cabinet de CuriositéPotagers

        Orient
      00Radio_des_Pas_Perdus00000000000 Lanterne                  Jardin   

        Index_des_plantes            

      0

      0

      0Fermer 

      Ultime commentaire                              Index

      l'Impasse des Pas Perdus, présente :

                       LE CABINET DES CURIOSITES

      Vous pouvez déambuler à loisir, il n'y a pas de sens conseillé. Si des parasites sonores sont importants, vous pouvez éteindre la télévision.
      Chaque chaîne est indépendante, vous pouvez en occulter. J'espère que vous aurez le loisir d'en apprécier la teneur car j'y ai travaillé d'arrache-pieds pour sa réalisation.
      http://pasperdus.canalblog.com

      la suite >>>sC

      Création avec le soutien de Canalblog
      Régisseur : Pas à Pas
      Metteur en scène : Pas à Pas
      Chapître : art singulier

      Présentation : objets & loisirs personnels mis en scène

      © Aucune contre-indication n'a été rapportée

           

      << Précédente | AAccueil | Suivante >>

      Ligne  Dernière mise à jour, le 23 juin 2008

      Posté par PASPERDUS à 21:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]

      19 juin 2008

      Au fil de ma vie -En vers à soi-

        << Précédente | AAccueil | Suivante >>

        Figurez-vous que l'idée m'est venue de trouver des vers, pour raconter à l'envers le fil de ma vie. C'est comme une bobine que l'on tire et qui s'étale de vers, de soi que l'on fixe.

        En soi, l'idée n'est pas mauvaise. J'hésite à vous l'exposer. C'est juste une exquisse que je couve. Et, pondre un vers, c'est naître et grandir en soi.

        Soie

        J'égraine les mots, je file un très long vers. Mon cheminement mûrit et l'embryon de l'histoire prend de la consistance.

        Tissage

        C'est drôle de faire ce choix. Il y a tellement de petites boîtes rangées dans mon grenier qui engloutissent mes souvenirs. Si vous m'ôtez le fil conducteur, je boue et mes mandibules rechignent à reprendre le fil. Je scande tout l'intérêt de ne pas perdre le fil.

        Bombyx_mori

        Bombyx mori

        Je murmure doucement, dans mon cocon douillet, mes 4 vies. Et quand je mouline pour donner les attraits en vers et contre soi, je m'aperçois... Vous suivez le fil ! Je brode.

        Chrysalide

        D'une feuille, je me délecte. Je tresse la trame de mon cocon, des vers à soi sur du papier de soie.  Je brille de la trame, je mûrie sans fin tant que le verbe en soi demeure.

        Cocon

        Coque

        Je me creuse, je me dévide et mue, suave à la venue du terme. Sève de vie, ils s'entremêlent et se répètent. Je noircis la planche.

        L'oeuvre meurt ou est féconde, à vous d'en juger. Je me sens légère comme un papillon, ce soir. Je me démêle.

        Interprétation du -Bombix Mori-
        Photos personnelles prises à chaque étape de mai à juin 2008

        << Précédente | AAccueil | Suivante >>

        Ligne  Dernière mise à jour, le 19 juin 2008

        Posté par PASPERDUS à 09:47 - Pêle-mêle - Commentaires [9] - Permalien [#]

        15 juin 2008

        Faites votre marché, choisissez !

          << Précédente | AAccueil | Suivante >>

          Il y en a pour tout les goûts.

          Allez-y Mesdames & Messieurs, choisissez !

          Navet

          Navets

          0Cep_de_vigne

          T_te_de_V

          Tête de ...

          >> Pour les musulmans, la tête de mouton est réservée pour les grands jours, l'Aïd-al-Kebir (عيد الكبير ) ou fête du mouton qui commémore le sacrifice d'Abraham (Genèse, chapître 22). Ce rituel a lieu le douzième mois lunaire du calendrier musulman et symbolise le partage. Le mouton est pour les musulmans comme la dinde pour les catholiques à Noël. Il fait partie des recettes spécifiques Boulfaf (brochettes de foie et de coeur), tête de mouton, couscous, kadid (viande confite) et Kourdass.

          musli veut dire soumis

          Approchez s'il vous plaît, regardez la marchandise ! [Elle est frâiche ] Touchez si vous voulez, vous verrez...

          Cep_de_vigne

          Piment

          3    Piment de l'espelette
               "Ezpeletako bipera" en basque

          Cep_de_vigne

          Crustac_

          Crustacé - Percebes ou pousse-pied / pouce-pied
                                                 Pollicipes cornucopiae du latin pollex (pouce) et pès (pied)

          >> Percebes ou "do you undertand": pousse dans les rochers battus par les vagues et sont recueillis lors des marées en Bretagne.

          Ils sont constitués d'une cuisse (pédoncule mou) qui ressemble à un bas de soie noir et qui est mangée à peine cuit, tiede avec un vin blanc frais. La partie blanche (plaque calcaire) est la tête et une partie du corps qui est le reste. Il fait un centimètre de large.

          On en trouve en Bretagne et ailleurs, Espagne, Maroc, Portugal, Sénégal et sur les îles du Cap Vert. Il est prisé au Portugal et en Espagne pour sa chair blanche, délicieuse.

          Sur la photo, vous pouvez apercevoir une bordure rouge (cirre) qui lui permet de s'agripper au rocher et de faire un filet de soie à capturer les particules alimentaires. Son corps se couvre d'une armure pour se protéger. Il est hermaphrodite.
          Voir recette.

          Cep_de_vigne

          Figue_de_Barbarie

          5 Figue de Barbarie

          Cep_de_vigne

          Aulx

          7   Aulx

          [Bien sûr de Lézignan la Cèbe]

          Cep_de_vigne

          Canard_prestige

          8 Canette

          Cep_de_vigne

          Poivron_vert

          9 Poivron

          [Un rien des pays de l'Est] Goutez, vous reviendrez !

          Cep_de_vigne

          T_te_de_poisson

          10 Poisson

          C'est trop tard, il ne vous reste plus que la tête...

          Cep_de_vigne

          Oeufs

          11  Oeufs

          Cep_de_vigne

          Tentaculaire

          12  Tentacule

          Cep_de_vigne

          Poisson
          13 Arrivage de poissons

          Cep_de_vigne

          Fruit_de_saison

          14  Fruits de saison

          Cep_de_vigne

          Crevette

          16 Crevette

          Toute fraîche, dans son écrin de glace...

          Cep_de_vigne

          J'offrirai un prix à celle qui sera le plus vendu. Alors décidez-vous quelle vous préférez ?

          Allez allez, Mesdames et Messieurs, faites votre choix. Regardez, il n'y en aucune les mêmes !

          1   2   3   4   5 7   8   9   10
          11   12   13   14   15 16   

          En direct du marché d'Uzès
          Tous les samedis
          Place aux Herbes

          Dans un décor d'opérette, ambiance chaleureuse et colorée. Pittoresque et véritable institution. Il se déroule place aux Herbes, sous les arcades, tout le long du boulevard.

                   

          Info.

                     Arcades_Uz_s Boulangerie_Uz_s Restaurant March__UZES Porte_UZES Heurtoir_Uz_s Fa_ade_d_Uz_s Maison_d_Uz_s Tour_d_Uz_s Fenetre_UZES Arcades_Uz_s Boulangerie_Uz_s Restaurant

                   << Précédente | AAccueil | Suivante >>

          Ligne Dernière mise à jour, le 15 juin 2008

          Posté par PASPERDUS à 00:59 - Commentaires [9] - Permalien [#]

          11 juin 2008

          Bougainvillée blanche

            << Précédente | AAccueil | Suivante >>

            Dans mon jardin, il y a,

            Bougainvill_e__blanche
            Bougainvillée blanche

            Oh, quel amateur de "dame nature" n'est-il pas un jour demeuré pantois devant ces façades ornées de bractées éclatantes ? Quelles soient violettes (qui évoque l'immortalité), pourpres (pouvoir), oranges, rouges (spiritualité), fuschia, bleu (solitude) ou blanches... infini de tons aux nuances changeantes, vous craquez devant ces grappes aux vives couleurs.

                Elle prit son nom pour rendre hommage au navigateur français Louis-Antoine, Comte De Bougainville (1729-1811) qui amena au Brésil en 1767, sur sa frégate nommée "la boudeuse", le botaniste Philibert Commerson (Cf. livre "Voyage autour du monde").

            La bougainvillée (n.f.) est parfois appelée bougainvillier (n.m.).

            C'est une plante grimpante exubérante pour ces bractées colorées (feuilles modifiés) qui sont souvent prises pour des fleurs (lesquelles sont insignifiantes) aux couleurs vives. Arbuste qui forme des lianes hérissées d'épines.

            Dans leur pays d'origine, elle s'acclimate dehors car elle est originelle des forêts tropicales humides d'Amérique du Sud ; mais dans notre région, il est difficile de les tenir toute l'année à l'extérieur, sauf sous abris. Elle peut atteindre 4 à 5 mètres de hauteur.

            Elle est de la famille des Nyctaginacées, de genre bougainvillea spectabilis. Elle est originaire du Brésil.

            CoccinelleIl est conseillé de les cultiver seules. Certaines variété de couleur blanche changent de couleur au contact d'autres arbrisseaux. Si vous voulez qu'elle refleurisse l'année d'après, il est conseillé de rajouter un engrais fort en potassium, chaque quinzaine et avant le printemps, estomper les arrosages (15/20 jours) pour la faire souffrir afin qu'elle est envie de se reproduire. Il est très important qu'elle soit bénéficie d'une pleine lumière, pour une floraison importante. Les bourgeons se trouvent à la base des épines. Les feuilles sont persistantes, mais lorsque la croissance reprend, certaines tombent et les branches se couvrent d'influrescence.

            Les fleurs tubulaires sont insignifiantes de couleur blanchâtre et sont entourées de 3 grandes bractées aux coloris variés et qui ressemblent à du papier crépon.

            Son feuillage est de forme diverse suivant la variété.

            Question terre, il faut qu'elle respire. Evitez que l'eau stacne en la mettant dans un pot en terre et un mélange sableux, mais riche.

            Attention, sensible aux araignées rouges.

            Gel  Seule la variété "Glabra" résiste aux gels (-5°) avec protection de la souche. La taille se fait à la reprise de la végétation, si vous voulez lui donner une forme quand elle devient anarchique.

            Elle comprend  deux espèces (spectabilis & glabra), 18 variétés et de nombreux hybrides,

            . B. Butannia
            . B. Glabra Sandériana (rouge, violet, blanc)
                  => hybride aux fleurs plus petites
            . B. KIllie Campbeel (orange)
            .
            . B. La Jolla (rouge)
            . B. Mary Palmer (rose ou blanche)

            . B. "Mini Thaï" => aux fleurs roses et est un arbuste miniature.

            Voici des noms, "California Gold" (jaune d'or), "Vickie" (rose), "Juanitta Hatten", "Barbara Karst" (rouge vif), "Sundown" (abricot), "Jamaïque White" (blanc), "Texas Ces" (rose et petite), "Double Piink" et "Surprise" (rose clair)

            Le bouturage se fait par simple marcottage au printemps. 4 à 6 semaines plus tard, les racines sont faites. Prendre avec précaution, car elles sont fragiles.

            Bibliographie

            Photo personnelle prise en juin 2008

            << Précédente | AAccueil | Suivante >>

            Ligne Dernière mise à jour, le 11 juin 2008

            Posté par PASPERDUS à 20:00 - Dans mon jardin, il y a... - Commentaires [7] - Permalien [#]

            09 juin 2008

            Un monde de piquées -Fleur de CACTUS-

              << Précédente | AAccueil | Suivante >>

              Fleur_de_cactus
              Fleur de cactée


              Il y en a qui préfère la porcelaine au fleur. Cette fleur de cactée n'apparaît qu'un jour. Elle intrigue, fascine et se métamorphose à la tombée de la nuit pour laisser dire qu'elle est éphémère. Elle est capable de nous laisser en contemplation car son corps se protège, s'acclimate, se couvre d'un manteau gris.

              Elle préfère les climats secs (Xérophyte) et prend le surnom de "Succulente" pour sa capacité à emmagasiner des réserves d'eau. Sur ces mamelons, on aperçoit des coussinets laineux (aréoles) qui en font la différence avec sa cousine, la "plante grasse".

              Elle se nourrit d'un sable grossier mélangé à du terreau. Elle s'expose facilement au soleil et offre toute sa beauté à l'apparition de sa fleur blanche.

              Attention, pensez après l'hiver, profitez des températures clémentes pour l'habituer au soleil progressivement, sous peine de voir son épiderme taché.

              Sans_titre_de_Katy_Couprie
              de Katy Couprie 1999

              Fiche descriptive

              Origine   Amérique
              Famille   Cactacées qui comprend 2 000 espèces
              Nom commun Coussin de belle-mère
              Description De forme globulaire et qui pousse en amas de boules

              Toilette

              Il est préférable pour la nettoyer d'utiliser un papier journal, car la plante est cruelle pour les doigts d'un jardinier.

              Chanson, dans mon cahier à spirales, il y a,

              Pique et pique et colégram. Am stram gram !
              Bourre et bourre et Ratatam
              Am stram gram

              Chanson à piquer, c.à.d., à désigner.

              Avis de recherche

              Je ne lui ai pas encore donné son nom, car je ne connais pas ses origines. Si vous connaissez sa famille, merci de m'en informer. Je vous propose plusieurs suggestions :

              Neoporteria paucicostata -

              "Que te dictes ta conscience ? deviens qui tu es"   F. Nietzsche

              << Précédente | AAccueil | Suivante >>

              Ligne Dernière mise à jour, le 9 juin 2008

              Posté par PASPERDUS à 20:09 - Dans mon jardin, il y a... - Commentaires [1] - Permalien [#]

              01 juin 2008

              Cornes de gazelle -recette de tradition orale "Kaab Ghzal"

              << Précédente| AAccueil | Suivante>>

              Le goût est un art de vivre, un raffinement.

              Cornes_de_gazelle

              L'art de préparer la plus célèbre des pâtisseries marocaines "cornes de gazelle" vient des environs de Fès. Il se transmet de femme en femme, car la cuisine est le règne des femmes, là-bas.

              Il existe d'autres parfums que celui de la femme. Respirez le parfum d'une maison d'où s'échappe des brassées de fleur d'oranger, s'en approcher et s'énivrer. S'effacer et goûter à la quiétude de ce lieu.

              C'est à Bhalil (signifie en arabe البهاليل, "le charme de la nuit") que je vous amène découvrir la recette de cette douceur qui prit le nom de "Cornes de gazelle"   كعب الغزال   "K'ab al g'zal", translittéré du mot 'azàl   غزالة  , dit "gazelle" en langue française mais issu de la langue arabe, et de K'ab qui signifie "malléole" [ou l'apophyse externe de l'os de la cheville de la gazelle].

              Mémoire des saveurs, la cuisine marocaine puise sa richesse dans ses cultures très anciennes, l'influence de l'Orient et de l'Espagne.

              >> Bhalil est connue pour ses maisons appelées "Kiffane", petites cavernes qui sont perchées sur une colline. Les murs sont de teintes pastels.

              L'Alhambra est un chef d'oeuvre de l'art et les "Cornes de gazelle" en gastronomie sont la saveur la plus appréciée.

              Balhil est le berceau des Berbères, ce peuple riche en diversité qui a accueilli les juifs expulsés d'Espagne, les Andalous, les Arabes garde une tradition culinaire, mondialement réputée pour son raffinement qui emprunte à la Syrie  ses recettes de gâteaux à base d'amandes, de miel...

              L'accueil passe par un rituel, c'est offrir à l'étranger une partie de ce que l'on possède. Cela peut se traduire par un verre de thé à la menthe ou des dattes. Mais plus typiques sont les cornes de gazelle qui sont le point d'orgue de la douceur. Douceur qui se traduit par le sucre. Délice par la saveur de l'amande. Et le goût emprunté à l'amande amère qui est l'alchimie qui allie le sucré et le salé, le doux et l'acide.

              Le cortège de gâteaux est l'empreinte de cette richesse, par leur parfum, leur effluve qui ne peuvent que vous emporter dans ce voyage sensoriel.

               

              Frise

               

               

              Voici la recette des "Kaab Ghzal" 

              Pour  40 pièces

              Préparation  15 mn
              Cuisson       15 mn
              Repos           2 h + une nuit

              Ingrédients

              250 g de farine
              1 verre d'eau de fleur d'oranger
              500 g d'amandes mondées(*)
              300 g de sucre en poudre
              2 noisettes de beurre (75 g) (le même volume pour la pâte et la garniture)
              3 grains de gomme arabique pilés (ou 1/2 cuillère à café en poudre)
              3 gouttes d'extrait d'amande amère
              1 pincée de cannelle
              1 pincée de sel

              Préparation de la pâte

              Verser la farine dans une jatte, former une fontaine au centre et ajouter une pincée de sel et le beurre ramolli, coupé en petit dés.
              Travailler avec les bouts des doigts en l'émiettant pour lui donner l'aspect de la semoule. Puis malaxer en y raJoutant un peu d'eau et une fois sur trois, un peu d'eau de fleur d'oranger (il faut éviter de mettre trop de fleur d'oranger car cette saveur est réservée à la garniture), jusqu'à obtention d'une pâte homogène que vous roulez en boule. Arrêtez le pétrissage lorsque la pâte est devenue légère et souple. Laisser reposer 2 heures environ.

              Prendre la boule et l'étirer à l'aide de la paume de la main pour faire des patons.

              Préparation garniture

              Broyer les amandes avec une machine hache-viande de préférence manuelle et les mélanger au sucre. Ajouter le beurre clarifié (préalablement chauffé et écumé) et l'eau de fleurs d'oranger.
              Pétrir à la main l'ensemble. Rajouter la cannelle et la gomme arabique, puis l'extrait d'amande amère.
              Avec les mains enduites de beurre, formez des petits cigares.
              Laisser reposer, couvert d'un linge sec, au moins 4 heures si ce n'est la nuit.

              Amande

              Méthode      

              Prendre une petite boule de pâte, l'étirer très finement jusqu'à obtenir une feuille assez large d'une épaisseur 1 mm.
              Disposez une noix de farce au milieu de la pâte et enveloppez la pâte.
              Sceller les bords en appuyant avec le doigt. Enlever le surplus de pâte avec une roulette dentelée.
              Lui donner la forme d'une demi-lune

               

              Décoration

              Ces pâtisseries se dégustent d''abord avec les yeux. L'ouvrage se pare de dentelles à l'aide d'une pince dentée (Mankatch) qui produit le motif à l'infini. C'est le pinceau magique.

              Pour cela, mettez-vous à l'oeuvre en tenant l'instrument de biais et façonnait à votre guise. La blancheur reste de mise.

               

              Laisser reposer dans un endroit frais, quelques heures, pour que la pâte s'imprègne du mélange amande, sucre. Déposer sur une plaque dans le four préchauffé à 130°C (thermostat 4-5).

              Surveiller la cuisson, 15 mn au maximum. Dès que le sucre commence à buller, les retirer avant qu'elles ne dorent.

              La couleur est légèrement dorée, due à la gomme arabique pour les autres préparations, comme celles présentées aux amandes effilées. Veillez à piquer la pâte de 3 à 5 trous au dessus.

              Certain estime qu'il faut rajouter du sucre glace mais je pense que ce n'est pas la peine car il est suffisamment fin pour être apprécier comme tel.

              Définition

              monder les amandes, c'est les mettre dans de l'eau chaude, et tout de suite après leur ôter la peau, d'une simple pression sur un côté l'enveloppe se défait, les rincer et les essuyer avec un linge sec et propre.

              Frise

               

              Ces délicieux gateaux en forme de petits croissants se servent accompagnés du thé à la menthe l'après-midi où à la fin des dîners de fête.

               

              Frise

               

               

               

               

               

               

               

               

               

               

              "Pas à Pas" est le photographe de cette nouvelle rubrique culinaire qui vous proposera au travers de voyage, de goûter aux recettes, pour mieux s'énivrer.

              << Précédente| AAccueil | Suivante>>

              Ligne Dernière mise à jour, le 25 juin 2015

              Posté par PASPERDUS à 21:28 - Quoi de bon au menu ? - Commentaires [19] - Permalien [#]