Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

02 février 2008

Anatomie de la Villa Palagonia MONSTRE DE CURIOSITE

Frise

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Si vous voulez être intrigué par la visite d'un site qui sort de l'ordinaire. Direction la Villa Palagonia à Bagheira, entre Palerme et Cefalu, en Sicile.

    IMG_0325

    Goethe dans son livre "Voyage en Italie" s'y référait. Mais la légende raconte qu'un mari épris de sa jeune épouse de 16 ans, Maria Gioachina Gaetani, et jaloux voulut forcer son épouse à rester à la maison. Pour qu'elle ait peur de sortir et que l'envie ne lui prenne de s'éprendre de liberté,  il décida d'entourer le parc de ces personnages grotesques afin de la terroriser et la dissuader de sortir. Les traits exprimés ci-dessous de son comportement sont à l'image des traits de son visage marqué par la Malaria.

    IMG_0326

    IMG_0317

    2005_Palagonia_Monstre_04

    2005_Palagonia_Monstre_05

    Photo_015

    Ligne

    Une galerie de miroirs brisés s'ouvre dès l'entrée avec des fresques en trompe-l'oeil qui représentent des oiseaux volants sur les murs, alors que le plafond n'est que miroirs.

    Villa_Palagonia_04
    Photo du site

    Bizarrerie certains dirons. J'aurai aimé être le maître de ses lieux et voir mes convives rentrés. Que de réflexion à l'image de leur étonnement !

    Monstre_10
    Photo du site "Folies Européennes"

    Ligne

    Tout d'abord, il faut gravir un grand escalier à double rampe qui tourne et se retourne dans un creux de la façade et donne un trajet tortueux pour arriver à la porte principale de l'étage noble. Il est fait de pierre calcaire, entouré du blason de la famille Gravina.

    Villa_Palagonia_01

    Photo_011

    De là, vous rentrer dans un vestibule elliptique peint des travaux d'Hercule qui vous entraîne dans la galerie des miroirs qui semble être une terrasse par ses dessins qui ornent le bas des murs et qui représentent une balustrade et en perspective un ciel où nichent des oiseaux.

    Photo_020

    Villa_Palagonia_05
    Photo du site

    IMG_0338

    IMG_0329

    Photo_019

    IMG_0331

    Villa_Palagonia_06
    Photo du site

    Palagonia_05

    Symbole

    IMG_0340

    Villa_Palagonia_03

    De chaque côté opposé de cette salle sont la chapelle et la salle de billard.

    Villa_Palagonia_02
    du site

    Ligne

    En revenant sur vos pas, du hall, vous accédez également aux appartements privés avec des salles en enfilade, des chambres.

    Palagonia_04
    Photo du site

    Ligne

    Le jardin de style baroque est rempli de plus de 60 statues monstrueuses et les murs d'enceinte en sont ornés également en leur sommet. Cette excentricité peut vous rendre hermétique à cet art qui est fondamentalement laid et vos réactions peuvent différés.

    IMG_0314

    Quant à l'énigme de sa conception, elle reste entière. Il semble que le jeu de miroirs permettait au prince de s'adonner à une étude. Celle de considérer son hôte comme spectateur et de le voir sous une autre facette au travers du miroir, comme un acteur transformé par la lumière en fantôme.

    2005_Palagonia_Monstre

    IMG_0302

    IMG_0307

    IMG_0311

    2005_Palagonia_Monstre_03

    IMG_0306

    2005_Palagonia_Monstre_02

    IMG_0303

    IMG_0304

    IMG_0315

    Ligne

    Les meubles absents, mais renseignée par les écrits de Goethe, semblent à l'image de la composition.

    Les chaises ont perdu quelques-uns de leur pied, impossible de s'y assoir. Il faut rappeler l'emblême de la Sicile, inspiré du grec et de la monnaie de l'époque "Triskèle" sur laquelle était représentée une tête de Gorgone entourée par trois jambes.

    Gorgone

    L'auteur de cette maison était hanté de l'image de la créature tentaculaire, telle la méduse qu'il a voulu immortaliser par la provocation de ces personnages.

    Sur le sybmbole de la Sicile, les jambes sont enfermées dans une roue et dans les personnages imaginaires de la Villa Palagonia, on retrouve cette interprétation par la déformation du bossu, personnage emblématique qui circulait dans les rues et qu'on retrouve de même une composante chez les nains, favoris des cirques, attraction du XVIIIe siècle.

    Sicile

    Les fauteuils aux tapisseries vous invitent, mais dès lors que vous en apercevez un de disponible, les clous apparents sur la tapisserie vous invitent à rester debout. Les tasses de porcelaine sont disposées en colonne dans une désordre total qui inexorablement ne vous invitent point à prendre salon.

    Ligne

    Quels sont les sentiments qui pouvaient se refléter ? la stupeur, bien sûr qui dévoilait l'état d'âme par l'improvisation du décor. La psychose, l'angoisse et l'anxiété sont les tableaux type d'un trauma.

    Mais quelle expérience de se sentir envahi de sensations nouvelles ou reconduites. Cette projection psychique sécrète l'envie de la traduire par une écriture  cathartique comme Niki de St Phalle et ses statues qui lui ont servies de thérapie.

    Le choc prend forme par le corps des mots qui est un autre art comme le dessin.

    Mais cette projection inclue également le regard que l'on pose sur l'énigmatique propriétaire.

    Monstre_20
    du site  "La Fotonline.net"

    Faute de dessiner, je vous l'écris et vous en témoigne ma vue par  des photos aux poses bizarres de ces personnages qui ont fait partie de notre Odyssée italienne.

    Et au dehors, les murs sont tellement présents par leur hauteur que l'impression d'étouffement peut nous arriver. Ces figures qui couronnent le mur d'enceinte sont orientées vers l'intérieur de la propriété pour nous opportuner encore plus. Cette impression poussait à l'extrême serait le but rechercher de désorienter le visiteur. Ce n'est pas la chaleur !

    Les personnages sont démesurés et difformes par leur nanisme. Seuls et uniques dans le monde architectural est ce lieu.

    Ils sont constitués dans la pierre tendre de la région qu'est le tuf "tuto d'Aspra" et représentent des formes animales, anthropomorphes ; ainsi que des statues de dames et chevaliers, mais également de musiciens. Des bustes d'homme sur des corps de femme ou de poissons et diverses malformations comme par exemple un visage humain avec une trompe d'éléphant en guise de nez plantent le décor. Certains sont caricaturés. Les sources d'inspiration sont d'époque et d'origine du Proche-Orient et d'Extrême Orient.

    IMG_0312

    Cette villa fut édifiée au XVIIIe siècle, en 1715, par un prince espagnol -Francesco Ferdinando Gravina-Crujlas, cinquième prince de Palagonia. Sa construction fut donnée à un frère dominicain Tommaso Maria Napoli, architecte.

    Son petit-fils, troisième propriétaire, remodela la villa pour la transformer en un caprice baroque excentrique. La maison a un tracé circulaire.

    Bagheria, la localité était à la mode au XVIIIe siècle. Elle fut choisie par l'aristocratie de Palerme, ville voisine, pour y construire de superbes maisons de campagne.

    Il faut rappeler que la Sicile fut  grecque, romaine, espagnole et enfin italienne ! Tout en décor, baroque, elle nous surprend par ces palais. Telle la ville de Noto et son spectacle baroque.

    Jeu

    Monstre_06
    Photo du site

    Fasciné ou pas, tout les grands artistes de l'époque la visitèrent et les auteurs ne purent s'empêcher d'aborder dans leur texte l'expression de leur étonnement ou de l'interpréter. L'Art et la psychanalyse s'y sont penchés aussi en tant qu'oeuvre.

    Palagonia_01
    du site

    Son site

    Villa Palagonia

    Monstre_12
    Photo du site "Galerie von Manlio Agrifoglio"

    Plan

    Structure_du_jardin

    Pour accéder à la villa, on passait devant deux arcs de triomphe. En voici un.

    Ancienne_structureArc_de_Bagheria

    Culte
    Saint Joseph est le patron de la commune et est fêté le 19 mars.

    Propriétaire

    Famille  Castronovo acheta ce bien en 1885.

    Situation
    A 15 km de Palerme
    Visitable toute l'année. 

    Adresse
    90011 BAGHERIA

    Information
    Villa Palagonia

    Autre représentation

    Maison Usher

    Note

    J'avoue que tout oeuvre me permet de me ressourcer et est une quête à mieux comprendre son identité par le reflet de la pensée sur le miroir opaque de notre vision.

    La folie palagonienne permet de se mesurer, de s'approcher de son émotion pour l'évaluer et trouver la clef pour sortir de ce pas.

    Biographie

    . Voyage en été 2005
    . Photos personnelles (Canon Ixus 400)
    . Photos prises sur le net avec lien sur site.

    A voir
    . Villa Cattolica

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Ligne  Dernière mise à jour, le 17 février 2008

    Posté par PASPERDUS à 19:25 - Anatomie de la Villa Palagonia MONSTRE DE CURIOSITE - Commentaires [14] - Permalien [#]

    Commentaires sur Anatomie de la Villa Palagonia MONSTRE DE CURIOSITE

      Mon amie, qui fait ses études en Italie m'a envoyé une carte sur laquelle il y a la photo de la première sculpture^^
      Et en Chine, on l'appelle "la bouche de la vérité"
      A+

      Posté par petitepomme, 03 février 2008 à 12:08 | | Répondre
    • Le titre de ce billet est bien choisi! Brrr... je ne voudrais pas y être seule une nuit de pleine Lune!
      Reste que ce curieux voyage est intéressant pour une néophyte comme moi!

      Posté par Nat et Pouchkine, 03 février 2008 à 15:50 | | Répondre
    • Super ce reportage ! comme si on y était ! on va finir par etre accroc...et superbes photos...

      Posté par PassionNature78, 03 février 2008 à 22:42 | | Répondre
    • Bonsoir,

      Merci pour la visite sur mon ou mes blogs !
      Un très joli blog que je découvre avec ce superbe reportages ! Que de belles choses à voir !
      Amitiés,
      Christian

      Posté par Christian, 03 février 2008 à 23:27 | | Répondre
    • QUELLE MERVEILLE !

      Elle est pas belle la vie ? C'est toujours un plaisir de flâner de billet en billet et de s'attarder sur tous ces petits riens qui sont beaucoup à partager; bonne semaine et de joyeuses trouvailles ! Mary-Claude

      Posté par mayeul and co, 04 février 2008 à 19:25 | | Répondre
    • wouaaaaaaaahhh

      que c'est beau!!!
      quel travail de mettre tout ça en ligne!!!
      on apprends tant de chose en te lisant!!!
      c'est super bien fait et tes photos sont géniales...
      bravo!!!!

      Posté par melusine, 05 février 2008 à 18:21 | | Répondre
    • que dire

      et ajouter , Mélu la écrit avec mes pensées !!!

      Valla

      Posté par Vallentina., 05 février 2008 à 22:11 | | Répondre
    • Bravo

      Superbe endroit et photos, Philippe.

      Posté par Philib, 05 février 2008 à 23:25 | | Répondre
    • Wow!
      Sometimes word are not even necessary!
      Beauty!
      Sandra Evertson

      Posté par sandra Evertson, 06 février 2008 à 04:25 | | Répondre
    • Cette villa me fait penser aux jardins de Bomarzo. Je n'ai pas le temps de regarder de trop près les dates mais ils doivent être contemporains. Bomarzo est aussi un parc plein de monstres et de symboles. C'est intéressant.

      Tes posts sont très intéressants PP.

      Posté par Désirée, 14 février 2008 à 13:12 | | Répondre
    • merci

      merci pour ces superbes photos: la villa palagonia n'était pas ouverte lors de mon voyage en Sicile, grâce à vous, j'ai pu enfin la découvrir un peu . C'est magique

      Posté par FLORENCE, 07 août 2008 à 08:44 | | Répondre
    • A MOI

      Trés belle ma villa

      Posté par Palagonia, 20 mars 2009 à 11:27 | | Répondre
    • PARC VIGELAND

      Bonjour

      Je suis tombée amoureuse des sculptures de Vigeland il y a deux ans. Je n'ai malheusement pas pu me rendre dans ce parc ! j'ai essayé de me procurer un livre sur ses sculptures mais en vain. Le fait de voir ton blog sur ton voyage m'a redonné envie de chercher ce livre. Pourrais-tu me dire par quel biais je pourrais me le procurer. Merci beaucoup.

      Posté par CHIPPIE, 02 mai 2010 à 15:26 | | Répondre
    • Je vais venir me promener régulièrement dans votre site.C'est tout ce que j'aime.Ici quelle villa!
      Mary

      Posté par marydeco, 10 août 2010 à 06:56 | | Répondre
    Nouveau commentaire