Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

28 avril 2007

Sur la route des Hêtres authentiques à Grimentz... SUISSE

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

Ba

SAccueil >> Carnet de voyage >> Suisse >> Grimentz >> 5 août 2006

Meleze_0Meleze_01Qui n'aimerait-il pas dénicher dans les vallées où se cachent les villages authentiques, ce site incomparable : Grimentz ? Un décor à ne pas manquer, d'une splendeur qui vous surprend lorsque vous y flânez. Il semble que le temps à passer moins vite qu'ailleurs !

IMG_0120
Photo personnelle

Je vous ouvre une porte. Celle du décor. Cadre digne d'un tableau. Je vais le tisser de ma pensée.

IMG_0127
Photo personnelle

La nature est préservée, vous êtes ébloui par le panorama face au glacier de Moiry qui côtoie les 4 000 mètres et les cimes aux alentours vous tendent les bras.

IMG_0126
Photo personnelle

Quel panorama ! La beauté y demeure sauvage avec une route d'accès unique ouverte en 1863 qui vous amène à l'évasion dans une nature encore originelle, dans le "Val d'Anniviers", situé dans les alpes valaisiennes, dans la région de Sierre Anniviers, dans le canton du Valais, le tout en Suisse romande, partie occidentale.

IMG_0129
Photo personnelle

Et, si vous passez vos vacances en Suisse où si vous faites que la traverser, n'hésitez pas à y rentrer. Grimentz (1572 mètre) au débouché du vallon du Moiry est marqué sur toutes les cartes touristiques. Village fleuri de géraniums rouges en été, par sa blancheur en hiver, par son vert fluorescent au printemps et par les teintes rousses sur les alpages en automne, reflets des forêts de mélèzes dont certains sont âgés de plus de 1000 ans.

Sans_titre_3
Photo personnelle

Prenez le temps de découvrir ce village aux hautes maisons en bois, aux toits de bardeaux, imbriquées les unes dans les autres,  construites dans la tradition qui se perpétue, comme aussi leur parlé "en patois" et leur vêtement le "Schutz" qui est le costume féminin traditionnel de la vallée qui s'accompagne d'un manzon, 2 blouses et 3 foulards, 6 tabliers et 3 jaquettes noires.

ccccc
1. Costume commune de Sion 2. de Sierre 3. d'Evolène 4. de Martigny 5. de St Luc
du site Fédération valaisanne des costumes

IMG_0110

Vous arrivez sur une artère unique pavée qui traverse le village dans sa longueur, bordée de bâtisses dans le plus pur style anniviard, patrimoine suisse.

352
Photo du site >> "Photo de montagne et de nature" de Linux

Ce village garde les empreintes d'un passé fait de croyances populaires, de légendes de contrées avoisinantes avec ses catastrophes naturelles, ses mythes, ses destinées dramatiques qui rendent le spectacle de la rue au grand public. 

Sans_titre_336
Photo personnelle

Vous pourrez y admirer le vieux four dans la maison de la Bourgeoisie (1550) où les gens venaient cuire leurs pains, de vieilles fontaines. Bref rappel sur la Bourgeoisie, initialement elle contenait le four, mais également une cuisine. Elle servait à accueillir les gens de passage pour dormir. Elle fut construite pour les assemblées, les réunions, les rencontres. Elle remplissait également le rôle des administrations communales d'aujourd'hui. Dans son sous-sol, on peut admirer les vastes caves blanches qui abritent des vins de plus de cent ans d'âge dont le fameux vin du glacier. Les boiseries de la salle de réunions avec ses trois tables : celle des autorités, celle des serviteurs et celle des morts (terme qui désignait ceux qui ne servait plus à rien) sont à découvrir.

IMG_0113
Photo personnelle

L'âme de Grimentz au charme d'antan bat également au rythme de ses troupeaux de vaches, race bovine d'Hérens, à la robe noire ou châtain. Combattive et belliqueuse, elles sont de parade pour l'élection de la reine où des combats sont menés.

Vache
photo du site

350
Photo du site >> "Photo de montagne et de nature" de Linux

Chaque année, il ne cesse de charrier son lot de touristes et plus particulièrement en ce jour où c'est la fête du village qui garde un côté un peu décalé.

Sans_titre_38
Photo personnelle

Vous remarquerez que les maisons sont faites dans le bois de Mélèzes roussis par le soleil aux teintes inégales qui ravivent en été les balcons fleuris.

Sans_titre_40
Photo personnelle

On tombe sous le charme des "raccards" qui sont des greniers (du latin graniarium) traditionnels qui peuvent être vus dans les Alpes suisses, italiennes et françaises. Ces constructions sont établies au-dessus de la terre et sont soutenues par les échasses en bois. Une galette en pierre circulaire, formant un surplomb, est intercalée entre les échasses et le grenier pour empêcher les rongeurs d'accéder aux réserves de grain et de fourrage.

Sans_titre_42
Photo personnelle

Avec le recul de l'activité agricole, ils ont été réaménagé en habitation pour le bonheur des touristes qui veulent y séjournaient. Les portes sont souvent habillés de vieux chardons séchés au soleil.

Sans_titre_37
Photo personnelle

Bon, pour les français qui aiment la table, c'est inconstestablement l'endroit où il faut se poser. Les restaurants proposent diverses spécialités dont la raclette, d'origine valaisanne, est reconnue depuis 2003. Elle est produite à base de lait cru, deux fois par jour, à la fromagerie. Les meules sont affinées au moins trois mois et portent l'appellation du nom de la vallée de production sur la croute.

FendantSRECETTE DE LA RACLETTES

  Une fois la meule coupée en deux                  
   la tranche est chauffée,                  
puis raclée.                  

Les gourmets préfèrent le bois à tout autre mode de chauffe... 

   La recette est décrite pour la première fois en 1875 par Eugène Rambert. Elle est simple.         

Raclette

et l'accompagne du fameux "vin des glaciers", spécialité confidentielle qui vous domptera. Elle conserve les secrets d'une tradition oenoligique millénaire dont les cépages sont perchés sur une colline dominant la Sierre. Les fûts sont en bois de mélèzes qui se caractérisent pour leur porosité qui provoque une certaine évaporation. Le liquide disparu laisse place à de  l'air qui oxyde et le rend imbuvable. Pour palier à cet inconvénient, les  Anniviards remplacent, ce qui s'est évaporé ou a été bu, par la récolte de l'année afin que le tonneau reste toujours plein.  Ils sont conservés en altitude tout l'hiver. Alors que les habitants inalpent et redescendent dans la vallée pour passer l'hiver. Dès leur retour, ils partagent avec des privilégiés ce nectar séculaire dont le secret semble seulement avoir été conservé au Château de Ravire.

Autrefois, on les considérait comme des nomades saisonniers, appelés "coureurs de chemins" (lé vié) et devait contribuer à les entretenir une fois par an (anni) d'où leur surnom "annivié" (les anniviards).

Vin_des_glaciers

Mais également pour se mettre en bouche lors de l'apéritif, vous pouvez appréciez la saveur au goût très fruité qu'est le vin dénommé "Fendant".

IMG_0123
Pain de campagne orné de motifs suisses
Photo personnelle

Avec le vin, il y le pain, cuit dans l'ancien four communal, selon les méthodes ancestrales et au seigle (AOC du Valais et spécialité de Grimentz).

Et au dessert, rien ne vaut une belle tranche de pain et une barre de chocolat suisse.

Sans_titre_335

Photo personnelle

351
Photo du site >> "Photo de montagne et de nature" de Linux

01
Photo du site

Nous y sommes allés l'été 2006 et nous avons été accueillis par la fanfare qui faisait écho dans toute la vallée profondément rurale qui était vers 1800 désertée et qui trouva un regain à partir des années 1824.  Touristes, alpinistes s'isolent sur cette île de haute montagne.

IMG_0136
Photo personnelle

Les premiers touristes vinrent d'Angleterre entre autres à la moitié du 20ème siècle.

Sans_titre_4
Photo personnelle

Sans_titre_337
Photo personnelle

02
photo du site

Si vous y allez à la bonne saison, vous pourrez admirer la transhumance avec ses vaches, de race d'Hérens, qui partent brouter dans les alpages d'Avion et de Torrent.

Vache_01
photo du site

Cette année, la montée des vaches de race d'Hérens à l'alpage de Moiry aura lieu le 17 juin 2007. On appelle cette transhumance "inalpe" et pour fêter cette période, il y a lieu de faire un combat entre elles afin d'établir leur hierarchie. On leur peint sur le flanc leur numéro d'ordre au combat. Chaque éleveur amène sa bête en fonction de sa catégorie de poids dans le groupe qui correspond. Il y en a cinq catégories dont les jeunes, les lourdes... qui vont se battrent dans des arênes de 30 mètres de diamètre dont les limites sont représentées par un câble épais. Derrière, souvent 12 000 spectateurs se réfugient.

On compte 13000 têtes de race d'Hérens dans la vallée.

Dès la fin de l'été, lors de la désalpe du 22 septembre, il y aura une reine du troupeau. Elle est décorée et prend la tête du troupeau pour descendre. Cette deuxième étape se fait cent jours après l'inalpe.

Petit retour, lors de la montée à l'alpage, les vaches se déplacent par période sur le 1er plateau et progressivement vont vers le plus haut, cette séquentielle s'appelle le "remuage". A la fin juillet, le curé de la paroisse célébre la messe sur l'alpe et tous les passionnés de la race d'Hérens viennent partager cette journée.

Les bergers s'abritent dans des "itres", petites cabanes de pierre.

Vous noterez qu'en 2003 "Pecora", vache de Grimentz qui appartient à Gérard Genoud (éleveur), obtint le titre de "Reine".

Election_Reine

Caractéristiques

La vache de race d'Hérens vient du val d'Hérens. Elle mesure environ 1,20 m au garrot et pèse 550 kg. Ne vous effrayez pas, c'est l'une des plus petites d'Europe.

Physiquement à quoi elle ressemble ? Grand cou, front large et poitrine profonde. Ses membres sont courts, d'où le style trapu. Sa robe est unie et varie du noir au fauve (rouge brique). Elle est conçue donc par sa robustesse pour palier aux rigueurs de la montagne. Bonne marcheuse, elle peut gravir les 3000 mètres d'altitude. Réputée pour sa corpulence, elle est faite pour le combat. Son tempérament reste vif et belliqueux et la rend de ce fait incomparable pour les rituels de dominance exacerbée. Lors de la montée à l'alpage et sur cette période, rares sont les instants sans combats, elle se livre facilement à ce jeu.

On retrouve des traces de ses ancêtres 3000 ans avant Jésus-Christ. Dès 1859, des concours sont remarqués. En 1861, la vache d'Evolène prend le nom de race d'Hérens.

Une reine est nommée chaque année par le jury.

Sans_titre_338
Photo personnelle

En hiver, les chalets scintillent sous la neige, dans les ruelles pentues il n'est pas rare de voir des concours de luges

Feerie
Photo du site >> "Photo de montagne et de nature" de Linux

Accès

A 25 km de Serre

Plan
<< cliquer dessus pour l'agrandir

ChaletVoici
L'acteur américain Bruce  Willis a séjourné à Grimentz à l'hôtel "Alamarenda" chez Domique Briquet.

Faune
Des hardes de chamoix sont sur les flancs des deux moraines latérales.

S Jeune chamoix
Ruminant, de la famille des chèvres vit entre 800 et 3000 mètres d'altitude. Plus petit que le bouquetin, même pour les cornes qui ne dépassent pas 17 cm de long. Elles sont de couleur noire et partent en oblique droite.
Sa robe est brûne aux reflets roussâtre clair avec une bande dorsale brun foncé s'assombrissant en hiver, mais également qui s'épaissit et le poil devient plus long. Sa tête est bicolore, dans l'ensemble blanche séparée du museau aux oreilles par une bande noire. Il porte une queue très courte.
La crête dorsale chez les mâles est appelée "barbe".

L'hiver, il profite de l'altitude et aime le couvert de la forêt. Il est herbivore.

Il vit en harde (troupe). Il est classé espèce protégé. Sa durée de vite est de 10 à 15 ans.

chamois

photo du site >> "Faune de Grimentz" photographie Claude Tacheron

S Bouquetin
Animal de haute montagne, ses sabots sont parfaitement adaptés au rocher. On le voit souvent sur les arêtes rocheuses entre 2000 et 3500 mètres d'altitude.
L'hiver, il redescend pour éviter les nuisances de la neige. Il s'isole dans les replis de terrain sans couvert et la nuit profite des grottes pour se protéger. Il fait des bonds de 6 mètres et peut aller à 70 km/h sur terrain plat.
Les cornes pour le mâle sont incurvées. Elles peuvent mesurer entre 70 et 100 cm et atteindre un poids de 6 kg la paire. Il ne faut pas négliger que si elles sont longues, il peut se gratter le dos avec !
Celles des femelles sont plus modestes, 30 cm.
Sa robe varie du gris au beige et fonce surtout chez le mâle en hiver pour atteindre la couleur marron.
Le mâle est appelé "bouc". La femelle prend le nom de "étagne" et son petit prend le nom de "cabri".
Sa durée de vie est de vingt ans.

Bouquetin
Photo du site >> "Photo de montagne et de nature" de Linux

S Marmotte

Flore
SGéranium

     C'est l'emblème célèbre de Grimentz. Il est la note olfactive de la rue piétonne et fleurie du vieux village. Il en existe 34 variétés odorantes que vous pouvez ressentir leur essence envoûtante à Grimentz.

Il a été découvert il y a 250 ans en Afrique du Sud. Il se lie à la saveur grâce à ses nombreuses essences, telles que  : citron, gingembre, orange ou encore "chocolate Peppermint". Mais si on revient à la première essence, et c'est pour cela que l'on le trouve à Grimentz, il ne faut pas oublier que la citronnelle éloigne les moustiques, d'où la particularité de le retrouver dans toutes les balconnières.

Mais il sert également à embaumer les chambres, au coucher quand vous tendez vos bras pour tirer les volets, le simple frôlement suffit à faire ressortir ses parfums de rose, d'orange, de menthe ou de citron.

Il touche également un autre sens : le visuel

Il est fêté lors de la fête patronnale le 16 août de chaque année par la remise des prix des balcons fleuris qui récompense le plus beau balcon fleuri de l'année à Grimentz.

La dernière touche est la saveur.

Ses feuilles sont comestibles, certaines espèces peuvent être utilisées comme plantes aromatiques et/ou décoratives dans certains plats ou mets. On retrouve des recettes ancestrales, comme la confiture aux géraniums. Séchées, les feuilles sont une partie indispensable dans les pots-pourris odorants.

SGentiane

Gentiane
Photo du site de >>
"Faune  & Flore de Grimentz"

photographie Claude Tacheron

Pistes de ski

Pistes
<< cliquer dessus pour l'agrandir

Le domaine de ski est ouvert de décembre à avril et s'étend jusqu'à 3  000 mètres.

Historique
Petit village de moins de 500 habitants qui portait le nom de Sadelo auparavant mais il fut détruit de son emplacement initial par un glissement de terrain. Il est orienté sud-est.

Il est mentionné à partir de 1100, sous la forme de Grimiens, devenu Grimenchy en 1245. Une chapelle dédiée à Sainte Théodule est également citée à cette période. Des pierres à cupules et des gravures rupestres laissent entrevoir un passé préhistorique. Au moyen-Age les nobles d'Anniviers et le chapitre de Sion possèdent des droits dans la région.

En 1259, il y a le rachat de la dîme épiscopale.

En 1269, celui des droits dans la région.

1318, communauté d'alpage est fondée.

Par la suite, Grimentz devient un quartier du Val d'Anniviers avec Vissoie, Luc et Ayer qui obtinrent le droit de nommer leur propre châtelain.

1500, la maison bourgeoisiale est édifiée.

Caves_blanches
Photo du site de l'Office du tourisme
Ceux sont les caves blanches de la maison Bourgeoisiale

1825, le lieu dépendait de la paroisse de Vissoie.

1828 à 1831, une chapelle fut édifiée sur l'emplacement du sanctuaire actuel, en même temps que la cure.

Chapelle
Chapelle du site -Photographe Nicolas-
Note : toit en tavillon, petit bardeau de bois qui sert à recouvrir les toits dans certaines régions.

1892, il y a un chemin muletier raide pour économiser les pas des agriculteurs condamnaient à un nomadisme permanent depuis le XIIIe sicèle, du à l'altitude et donc au climat du village. Ils passaient de la plaine à la montagne en amenant toute leur famille. On distingue quatre segmentation de lieux de vie : la plaine, les prairies, les mayens et les alpages.

Dans la plaine, on y trouve les vignes. L'habitation principale ou les caves. Les hommes travaillent dans les vignes, les femmes cultivent et sèment le jardin tout en nettoyant les près.

Dans les prairies, certaines villages qui constituaient les habitations principales car l'on y résidait plus longtemps que dans les autres endroits. On laboure et cultive le foin, les céréales, le chanvre et le lin et la pomme de terre. On ramasse la litière. L'habitation est l'étable ou l'écurie, grange.

Dans les mayens, on trouvait les conserveries de fromage, le grain, les viandes à sécher à l'air. On habitait dans les greniers. Les hommes allaient couper le bois et les femmes filaient la laine, faisaient la tomme et s'occupaient des bêtes.

Herens
Photo du site de l'Office du tourisme

Dans les alpages, on trouvait des itres où les bergers s'abritaient la nuit durant l'inalpe.


         Le village ressemble plus à un noyau composé de constructions de petite taille.
         Il n'a pas changé depuis cette époque.

1904, Grimentz devient une communauté indépendante.

1918, une communauté d'alpage est fondée.

1934, elle devient une paroisse indépendante.

1949 à 1951, l'église actuelle est construite.

1960, activité agricole, exploitation de gisements de cuivre et d'argent.

         L'activité agricole employait un tiers de la population active.

1897, création de l'hôtel des Becs de Bosson.

1970, le tourisme afflue.

1990, création d'une agglomération autonome. La commune descend jusqu'au torrent du Marais. Les nouvelles constructions sont assez réduites et implantées en ordre dispersé pour garantir la silhouette du village. Il bénéficie de qualité paysagères exceptionnnelles.

Les transformations démographiques et économiques ont créé quelques changements mais se justaposent aux traditions paysannes pour combiner le tourisme et la société actuelle. Cela fait place a une économie qui pousse vers l'innovation artisanale.

Bouche___incendie
Chaque détail compte !
Photo du site
"Yann du bois"

Cette nouvelle structure entraîne la sédentarisation des Anniviards mais qui restent liés par le tissu relationnel qu'a entraîné leur nomadisme ancien.

____________

Les pierres à cupules sont des témoignages laissés par nos ancêtres, les Celtes qui célébraient leur culte en plein aire, sur d'énormes pierres dont les creux  sculptés servaient à arrêter le sang des sacrifices pour le présenter à la divinité. Sacrifices qui pouvaient être animal ou d'êtres humains. On en retrouve à Grimentz comme un peu partout en Europe.

____________

Sports à pratiquer

SVia Ferrata
SSki
SRandonnée

Balades à ne pas manquer
SObservatoire astronomique à St-Luc & Tignousa
SVisite de Chandolin (1934 m), plus haut village habité du Valais, mais également un des lieux les plus ensoleillés d'Europe.
(n.b. : visite de nombreuses personnalités, telles que Churchill)
SBalade à partir de Zinal pour voir une caverne de glace naturelle creusée par le torrent sous un glacier. Le spectacle change chaque année,mais l'incroyable transparence d'une pureté absolue aux nuances bleutées reste un spectacle incomparable.

SLac de Mosjesee avec le Cervin en fond

Lac_de_Mosjesee
Très belle photo du site "Yann du bois"

SLac de Stellisee

Lac_de_Stellisee
Photo du site "Yann du bois"

SLac de Lona

Lac_de_Lona
photo du site Top Rando

SBarrage de Moiry

Barrage_de_Moiry
photo du site Top Rando

SLa grotte aux fées

Grotte_aux_f_es_01
Photo du site "Yann du bois"

SLes pyramides d'Euseigne

Pyramide_d_Euseigne_01
Photo du site "Yann du bois"

Festivité
Musique_folklorique

S 1er week-end de juillet : Fête de la musique populaire
      orchestres folkloriques de toute la Suisse.
S 16 août : Fête patronnale
S mai : inalpe
S septembre : désalpe
S septembre :
      week-end de choeurs d'hommes
      (musique traditionnelle).

Accès
Par la route ou par train.

Ou dormir

Il y a un camping à Grimentz, des chambres d'hôtes, des raccards à louer, des hôtels... et pour la sieste des champs tout vert.


S Refuge "Cabane de Moiry"

Cabane_de_Moiry
Photo du site "Top Rando"

Bibliographie

Sphotos personnelles lors de notre voyage en août 2006,
SDocumentation de l'office du tourisme
SPhotos prises sur des sites formidables, (indication sous la photo)
     vous avez le lien pour y passer un bon moment.

Voir d'autres villages

SUISSE >>   Sculpture en plein air... BAD RAGAZ                        



SUISSE >>    Gorges de la Tamina... BAD RAGAZ                        

0

SUISSE >>   Gruyères ou le voyage fantastique piqué d'anecdotes



0

0

                         << Tout le Val d'Hérens >>

SLes pyramides d'Euseigne
     ou cheminées de fées, ou demoiselles coiffées,                        
SLe lac souterrain de Saint Léonard,
SLongeborgne.
SEvolène.

Haut_de_page

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

Ligne  Dernière mise à jour, le 27 août 2008

Ski

Posté par PASPERDUS à 19:10 - Sur la route des Hêtres authentiques à Grimentz... SUISSE - Commentaires [7] - Permalien [#]

24 avril 2007

Raison de lettre

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

Oh_

Puisqu'aujourd'hui, je me relève d'une attente, il faut bien avouer que si j'ai rien dit depuis quelques temps, c'était latent. Je n'avais rien à dire. Rien de rien. J'étais dans un désert débile.

C'est vos commentaires qui m'ont entraîné à nouveau à penser, à germer ce besoin de vous parler. J'ai repris le dessus, la page, la plume, le clavier et en ce moment, je vous écris, je vous rejoins, virtuellement vôtre.

Ces quelques mots sont juste là pour l'introduction, pour vous préparer à la suite. Je n'ai pas d'excuses pour ce silence. Ma pensée restait instable, flottante dans les incertitudes, dans l'attente, la prise de recul. Mes yeux embués, froissés par les nuits sans sommeil, poussièreux d'attentes indécises,  voilés par les troubles qui occultent toute pensée, se sont réveillés aux rayons de soleil.

Oh, l'infame tragédie qu'un hiver sans saison, sans raison.

Je vais m'extirper de cette impasse pour vous retrouver, me retrouver et vous honorer de ma présence. Chaque jour est un jour, un pas, une risette au passé, une page tournée jusqu'à ce que l'automne emporte mes feuilles et mette une larme sur mes écrits.  Et le présent l'emporte, pour épanouir, semer de mots, germer des phrases, assouvir la passion et la soif de l'être. Epanouie par le printemps.

Eho

Graphisme de http://deligne.over-blog.com à voir et revoir

Haut_de_page

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 22:18 - Raison de lettre - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 avril 2007

10000 visiteurs se sont perdus dans ce blog

CLIC    Rétrolien   LINKBAITING   Appatage   BACKLINK    Dragueur de LIENS    TRACKBACK   Voxonomie

19h00

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

"Pop ! que le champagne coule à flots et
              s'entrechoquent les verres !
champagne

Pas à Pas" prend de la bouteille...

Mon blog vient de passer le cap des 10 000 visiteurs et des 30 000 pages vues. Merci à tous. Ce qui laisse à penser que malgré "mon pas décallé  " il peut intéresser pas mal de monde, finalement. Ou bien je fais, comme "Monsieur Jourdain", du LinkBaiting (dragueur de liens) sans le savoir, sans le vouloir.

Je vous invite à lire son article qui est le premier écrit en français.

Soulign_

De plus en plus nombreux

Je n'en reviens pas... vraiment, je ne pensais pas que le net drainait autant de monde. Depuis quelques temps mon compteur explose.

Merci de vous intéresser à mon petit monde et à votre participation par le biais des commentaires. Car je trouve qu'il y a rien de plus triste qu'un blog sans commentaires, parce qu'implicitement cela veut dire que l'on parle tout seul !

Je vais essayer de vous tenir en haleine mais les sujets qui ont de l'attrait sont déjà commentés par ailleurs, alors que vais-je trouver dans les futurs jours pour vous invitez à me lire encore plus souvent...
avec effervescence bien sûr comme aujourd'hui car je pétille  : Ah, champagne !

Se_regarder_le_nombrilAmies lectrices, amis lecteurs, c'est avec vous que je le fête, puisque mon billet est également indexé sur Google.

Alors j'espère que je gagnerai un joli lien spontané sur votre site, à bientôt de vous lire. clics, clics, clics...

Allez...pour fêter ça, musique maestro !0

CLIC    Rétrolien   LINKBAITING   Appatage   BACKLINK    Dragueur de LIENS    TRACKBACK   Voxonomie

     Permalien Laisser un commentaire

Haut_de_page

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

Posté par PASPERDUS à 19:10 - 10000 visiteurs se sont perdus dans ce blog - Commentaires [8] - Permalien [#]

14 avril 2007

Découverte de la Féria de Pâques 2007 en Arles

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

PAQUES

5 au  9 avril 2007

Tradition
Culture
Mémoire
La Féria d'Arles
Sommaire  & Programme

...

Corrida de Toros

Féria du riz

Reine d'Arles

Costume

Bodega

Photos souvenirs

Musique

Arènes

Histoire

Marquis Folco de Baroncelli

Saintes-Marie-de-la-Mer

Liens utiles

  Le culte du taureau, les traditions taurines et tauromachiques sont enracinés autour du bassin méditerranéen depuis la nuit des temps.

Et en particulier en Arles, en Camargue, lieu où a pris naissance une race et où vivent des taureaux sauvages.

La Féria s'inscrit dans ces traditions, dans cette culture et fait partie de la vie et de la mémoire des arlésiens.

La Féria de Pâques marque l'ouverture de la Temporada, sous le signe du printemps, elle apporte joie, jeunesse & énergie. Elle est haute en couleurs, en musiques, en liesse.

Elle illustre bien les animations de cette période de fêtes, en ces jours d'alegria et d'aficion. Le pôle d'attraction reste bien sûr les arènes où se succède novilladas et corridas.

Les arènes restent encerclées par une foule toute en musique orchestrée par les groupes les Penas et les Bandas.

Haut_de_page

<< Précédente | AAccueil | Suivante >>

Ligne  Dernière mise à jour, le 17 octbore 2007

Posté par PASPERDUS à 00:01 - Corrida & bodéga "Féria du riz ou l'on rit" - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 avril 2007

Corrida & bodéga "Féria du riz où l'on rit"

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    FERIA

    Pâques 2007 - arènes Arles - 6 au 9 avril


    El Juli - Mehdi Savalli -Matias Tejela

    A_voirPremière entrée dans l'arène, premier regard sur une corrida, première impression.

    135
    0

    La corrida commence. Il y a un quart d'heure, nous nous sommes installés sur les gradins pour participer ce samedi 7 avril à la Corrida de Toros à 17 heures dans les arènes en Arles.

    Le public est installé dans les tendidos (gradins) ou les palcos (loges), où se trouve la presidencia (loge du président). En face se situent la puerta de cuadrillas, par laquelle le matador et son équipe entrent, et le arrastre de toros (sortie des taureaux). Les matadors attendent dans un corridor (callejon), derrière les barreras et burladeros. Les chevaux sont gardés dans le patio de caballos et les taureaux dans le corrales.

    FERIA_012FERIA_013FERIA_014
    FERIA_015FERIA_017FERIA_018

    >> La corrida est un sacrifice rituel au cours duquel on se mesure à un animal élevé à cette fin. Lors de cet "authentique drame religieux", le spectateur vit par procuration la peur et l'exaltation ressenties par le matador. Acte de cruauté très populaire.

    A l'heure prévue débute le défilé de tous les participants, le "Paseo". De loin, on voit le Président qui présente un mouchoir blanc. Le cortège s'ébranle aux accents de Carmen, précédé par les "Alguazil".

    Au premier rang, les trois matadors, classés par ordre d'ancienneté d'alternative : à gauche (dans le sens de la marche) le plus ancien. Aujourd'hui, c'est El Juli.

    EL JULI

    Considéré comme le numéro un incontestable, il doit quotidiennement démontrer qu'il est effectivement.
    Il conjugue ambition, prouesse et se met à l'épreuve non seulement devant les taureaux, mais également en se mesurant aux jeunes toreros aux dents longues.

    Julian Lopez

    est né le 3 octobre 1982 à Madrid.

    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0

    ALTERNATIVE

    A Nîmes le 18 septembre 1998 des mains de Manzanares et Ortega Cano.

    CONFIRMATION

    Le 17 mai 2000.

    0
    0
    0
    0

    En 2006, il a toréé 63 corridas et coupé 96 oreilles et une queue.

    0

    0

    0
    A droite, le second, Matias Tejela.

    Matias TEJELA

    Torero élégant, mais catalogué inconstant.

    Il laisse néanmoins des souvenirs d'une Féria où pour sa présentation, il était parvenu a coupé quatre oreilles. Triomphe !

    Sceau d'un toreo très personnel entre classissisme & esthétique.

    Matias
    TEJELA

    est né le 28 octobre 1982 à Madrid.

    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0

    ALTERNATIVE

    A Valence, le 15 mars 2003.

    CONFIRMATION

    Le 14 i 2004

    0
    0
    0
    0

    En 2006, il a participé à 33 corridas, a son score 29 oreilles et une queue.

    0

    0

    0
    Au milieu, celui qui a pris l'alternative le plus récemment, c'est Mehdi Savalli.

    Mehdi Savalli

    Novillero exemplaire et maintenant dans la cour des Grands.

    Toro et public sont les seuls témoins à convaincre.

    Challenge est affaire d'équilibre entre impétuosité et le calme d'un matador, il s'impose en triomphe.

    Mehdi Savalli

    est né le 1er novembre 1985.

    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0
    0

    ALTERNATIVE

    8 septembre 2006.

    NOVILLADAS

    Atteignent la somme de 42.

    0
    0
    0
    0

    En 2006, 43 orielles et une queue, ainsi que 3 corridas pour 5 oreilles.

    0

    0

    0
    Nous notons que si un torero se présente pour la première fois dans la plaza, il avance tête nue, sinon il est coiffé du chapeau traditionnel la "montera". Il porte une traje de luces (habit de lumière) en soie aux couleurs chatoyantes, brodé de paillettes dorées.

    Derrière suivent leurs "cuadrillas" respectives "banderilleros" et "picadors".

    Viennent ensuite les "areneros" ou "monosabios", employés des arènes.

    Puis, le train "Arrastre", attelage de mules chargé de traîner la dépouille du taureau hors de l'arène.

    Enfin, l'heure du combat a sonnée. Une corrida comprend en principe la "lidia", c'est-à-dire 6 taureaux. Pour chacun d'entre eux, la lidia est décomposée en trois temps, appelés "Tercio".

    >> Durant la première étape, le tercio de varas, le matador est assisté des peones (aides) et des picadores (cavaliers munis de lances). Suit le tercio de banderillas, où les banderilleros plantent des paires de banderilles dans le dos du taureau. Enfin lors du tercio de muleta, le matador réalise une série de passes avant de procéder à la mise à mort, l'estocada.

    Avant l'arrivée du taureau, il nous est signalé par une pancarte mobile sur la plaza, le poids du taureau, sa provenance et qui va le contrer.

    FERIA_026
    1ère

    FERIA_133
    3ème

    Le "Tercio de piques" commence à la sortie du taureau du "toril" qui se trouve en dessous de l'orchestre.

    FERIA_032
    1er taureau

    FERIA_081
    2ème taureau

    FERIA_151
    3ème taureau

    FERIA_238
    5ème taureau

    Le matador, et ses "péons" effectuent des passes de "Capote", pièce de toile généralement de couleur rose à l'extérieur et jaune à l'intérieur. Ces premières passes de cape permettent au matador d'évaluer le comportement du taureau. La passe essentielle est la "véronique" mais il existe de nombreuses autres passes de cape dont la demi-véronique, chicuelina, gaonera...

    >> Le matador se sert de la capa (cape rouge) pour jauger l'intelligence et la vivacité du taureau. Puis les peones orientent la bête vers les picadores.

    FERIA_036
    1ère El Juli

    FERIA_082
    2ème Matias Tejela

    FERIA_137
    3ème Mehdi Savalli

    Au son des clarines entrent enfin deux picadors. Ils se placent à la prériphérie de la piste et ne doivent pas dépasser la ligne tracée au sol. Leur tâche est de mettre à l'épreuve la bravoure du taureau et de réduire son instinct à charger la tête haute. En principe, il est appliqué deux piques minimum (il n'y a pas de maximum). Le taureau est "brave" s'il retourne plusieurs fois à la pique, sinon on dit qu'il est "manso". Les picadors sont les mals aimés du public néophyte mais il ne saurait y avoir de corrida avec des toros dignes de ce nom sans eux.

    >> Les picadors piquent l'animal avec des lances, testant sa bravoure. Les coups de lance affaiblissent les muscles de son épaule.

    FERIA_042
    1ère

    FERIA_091
    2ème

    FERIA_155
    3ème

    FERIA_245
    5ème

    181
    après les picadors, les banderillers attirent le taureau

    Le "tercio de banderille" est destiné à réveiller le toro alourdi par l'épreuve des piques. Le règlement prévoit la pose de trois paires de banderilles mais la présidence peut demander d'arrêter au bout de deux paires. Les banderilles peuvent être posées soit par un aide (le banderiller) soit par le torero lui-même. Dans les deux cas, il doit être mené rapidement. Léger et alerte, ce tercio est très apprécié du public lorsqu'il est effectué par le maestro.

    FERIA_161
    3ème, Tercio de banderille

    FERIA_256
    5ème,  "banderilleros" 

    FERIA_327
    6ème, Mehdi Savalli -Banderillos-

    >> Les Banderillas, dards acérés, se trouvent se plantent dans les muscles du dos du taureau affaibli.
         Les Banderillos viennent provoquer le taureau blessé, estimant sa réaction à la douleur
         en plantant des paires de banderilles dans son dos.

    Avant que débute le "tercio de muerte", il est obligatoire que pour son premier toro, le maestro vient saluer la présidence et demander l'autorisation de tuer son adversaire. Il peut alors s'il le désire offrir la mort de son toro soit au public tout entier, soit à une personne de son choix : c'est le "brindis". La "faena" consiste en une série de passes exécutées avec la muleta, drap de flanelle rouge qui a été substituée à la cape. C'est le point culminant de la corrida. Le travail à la muleta est très varié en raison de la diversité des passes mais il existe trois passes fondamentales : la naturelle (de la main gauche), le derechazo (de la main droite) et la passe de poitrine, petcho (ou la sortie est donnée vers le haut). Il ne suffit pas de donner un nombre important de passes, mais il faut qu'elles soient liées, qu'elles aient une influence sur le comportement du toro.

    >> Le matador effectue des passes avec la cape puis l'abaisse pour pousser le taureau à ployer la tête et lui planter l'épée dans l'encolure.

    >> La muleta est une cape écarlate qui sert à faire les passes.

    FERIA_061
    Passe la "Naturelle"

    FERIA_168
    3ème

    FERIA_170
    3ème "Moment de vérité"

    FERIA_211
    4ème, El Juli " le derechazo"


    FERIA_262
    5ème, 1ère paire de banderillas

    FERIA_274
    5ème,  Matias Tejela sur le "moment de vérité"

    FERIA_345
    6ème, Mehdi Savalli au moment de "l'estocade"

    Arrive enfin le "moment de vérité", le toro est cadré, le matador lève l'épée et se prépare à frapper. Le torero doit s'élancer vers le toro droit dans le berceau des cornes. C'est au dernier moment qu'il dévie la tête du toro avec sa muleta qu'il tient de la main gauche. Parfois, après l'estocade, le taureau tarde à s'écrouler. Le matador a alors recours au descabello. Le puntillero achèvera le toro tombé au sol.

    >> L'estocada recibiendo est une mise à mort difficile et très rare : le matador attend la charge du taureau au lieu de s'avancer vers lui.

    FERIA_071
    El Juli et Descabello

    FERIA_173

    FERIA_197
    Péon

    FERIA_076
    Puntillero

    FERIA_079
    "Arrastre"

    Si le travail du torero a été brillant, le président lui accorde une récompense : le salut de la barrière, la "vuelta", une oreille si le public la demande généralement en agitant un mouchoir, deux oreilles toujours à la demande du publi mais selon le jugement propre de la présidence, et même la queue dans le cas exceptionnels d'un triomphe majeur.

    FERIA_219
    4ème, El Juli salué par le public

    FERIA_228
    4ème, El Juli "vuelta al Ruedo"

    Les trophées sont coupés sous la surveillance de l'alguazil qui les remettra au matador après que la dépouille du taureau ait été tirée hors de la piste. Il ne reste plus au matador qu'à faire une vuelta al "Ruedo" : il fait le tour de la piste en longeant la barrière et salue le public ; les spectateurs les plus enthousiastes lui envoient des bouquets de fleurs, leur chapeau, etc. Si la prestation du matador a été fort peu appréciée, elle peut entraîner une "Bronca" : les spectateurs mécontents crient, sifflent. Parfois, la réaction est pire pour le matador que la plus forte des broncas : le silence.

    FERIA_222
    L'alguazil vient de remettre les trophées à El Juli

    Si le taureau a été exceptionnellement bon, le président pourra lui accorder à lui aussi une vuelta al ruedo en présentant un mouchoir bleu. Et s'il a été plus qu'exceptionnellement bon, le président pourra, avant "l'estocade", ordonner sa grâce en présentant un mouchoir orange. En fin de corrida, les matadors quittent l'arène l'un après l'autre, par ordre d'ancienneté. Si l'un d'entre-eux a été particulièrement brillant, il sortira a hombros, sur les épaules de ses admirateurs.

    >> Le toro bravo (taureau de combat) est élevé pour son agressivité et son courage, il bénéficie de soins attentifs.

    FERIA_371
    Sortie de El Juli, a hombros

    Parmi les éléments qui ont permis d'évaluer le spectacle on trouve traditionnellement :

    • le courage de l'homme : le matador prend des risques significatifs.

    FERIA_274

    • la bravoure de l'animal : le taureau de combat appartient à une espèce spécialement sélectionnée pour son agressivité et pour sa bravoure : sa charge et sa volonté de combattre tout adversaire sont appréciées.

    • l'autorité de l'homme sur l'animal : les afficionados apprécient la capacité du matador à dicter sa volonté au taureau en lui imposant ses charges et en l'amenant à suivre aveuglément le leurre
      HYPERLINK
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Aficonados \\o"Afficionados"

    • l'élégance : les passes de capote et de muleta sont des mouvements très codifiés.

    6ème, Mehdi Savalli (photo 342 à mettre)

    • l'efficacité : une mise à mort "approximative" peut facilement dégrader un spectacle par ailleurs bien mené. Il faut toutefois préciser que, comme dans bien d'autres domaines, la manière compte plus que le résultat. Une tentative d'estocade sincère, faite en respectant les canons, mais ratée car la pointe de l'épée a buté sur l'omoplate, sera applaudie : une épée pénétrant jusqu'à la garde à la suite d'une estocade faite en violation de tous les principes sera condamnée.

      FERIA_291
      après les passes de capote, le jeu des balais

    Du début à la fin, la lidia a donc consisté à mesurer, vérifier et au besoin corriger, la force et la bravoure du toro, le but étant de canaliser sa charge pour le rendre toréable jusqu'à la mort.

    FERIA_373

    Le mistral ne soufflait pas en ces jours de Féria Pascale 2007, tandis que nous nous hâtions vers la sortie, la reine d'Arles "Nathalie Chay" se prêta aimablement à la pose.

    194

    Elle a été intronisée 19ème reine, le 1er mai 2005, le jour de la fête du costume, parmi les sept qui concourrent pour les Félibriges. Elle est âgée de 20 ans et porte le costume depuis l'âge de 2 ans ! Elle représente durant les 3 années le Pays d'Arles. Cette tradition se perpétue depuis 1930 pour fêter le centenaire de la naissance de Frédéric Mistral.

    Elle fait partie à jamais de la mémoire des arlésiens et conjugue avec brio l'alchimie de la Féria par la douceur de ses traits, l'opale de ses yeux et l'esprit qui l'anime.

    Merci encore de vous être prêtée à la pose, sic le rédacteur.

    .......................

    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, Arabe,   
    Parution : 13 avril 2007
    Mise à jour  : 9 avril 2009

             

             Répondre

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Posté par PASPERDUS à 21:03 - Corrida & bodéga "Féria du riz ou l'on rit" - Commentaires [0] - Permalien [#]

    08 avril 2007

    Mot pour Maux... PAQUES OU PAQUE, allons voir de près

    PonteOEUF DE PAQUES | PYSANKY ...

     

    PainCl_chePâques : C'est le dimanche des passions. Alors prenez garde les amateurs de chocolat que cela ne  se transforme en crise.

    "Passion du Christ" est  le futur nom de la marque de chocolat  que  je vais  créer,  car il faut aider les  chrétiens  à nourrir leur propre foi. Et pour les disciples, une nouvelle gamme à bases d'épines, de sang séché, ...  vous aidera à vous reconstruire,  à vénérer le parfum subtil d'évanescence.

    Bon, c'est pas trop crédible, ma parabole. Je vais essayer d'être plus  sérieuse.

    "Itchus" en grec veut dire poisson. Ses initiales signifient pour les chrétens "Iesu Christos Theou Uios Sautèr" (Jésus-Christ, de Dieu le fils, Sauveur). Jésus est représenté sous forme de poisson, car les premiers chrétiens représentaient la croix par un dessin en forme de poisson.

    Pâque ou "Pasah" -épargner- en hébreu  évoque le passage, la fuite d'Egypte pour rejoindre la Terre Promise. Ils traversèrent grâce à Dieu la mer rouge, à pied sec. Cette mer rouge qui pour eux est le symbole de la mort. D'où "Pesah" -agneau pascal- qui veut dire en latin "Pascha" ou sacrifice de l'agneau.

    Les oeufs signifient la naissance toute proche de la vie après l'enfermement dans la coquille.  La couleur du papier qui les enveloppe représente le printemps, le renouveau.  Le printemps, c'est  l'échappée de la nuit vers la lumière.  Bon aujourd'hui,  ils sont remplis de chocolat !

    Les cloches sonnent et elles annoncent la joie de la résurrection car elles se sont tues pendant le carême. Elles rythment notre vie.

    Pascale est le prénom d'une amie d'enfance. Pourquoi s'appelait'elle Pascale alors que sa mère se prostituait ? Elle avait la foi, sa mère.

    Sa fête est le 17 mai et ce saint naquit le premier jour de Pâques en l'an 1540, à Torre-Hermosa, petit bourg du royaume d'Aragon.

    Pourquoi il pleut toujours à Pâques ? Parce qu'il y a toujours de la rosée qui dans les temps anciens était recueillie  avant le  lever  du soleil  et dont  les bénéfices étaient à l'identique de l'eau  de source. Elle purifiait notre corps.  Il  est rapporté que lors du bain, si le corps était lavé avec cette rosée, la peau était exempte de toute impureté, tout au long de l'année. Voilà une lotion sans prix ! d'où purification. A prescrire.

    La fête juive appelée "Pessah" (passage) commémore la libération, par Dieu, des Hébreux esclaves en Egypte.

    Une tradition chez les Juifs est de s'enduire le corps de cendre, symbole de pénitence et de désir de purification car nous passons d'un état à un autre, du péché à la vie...

    L'oeuf est symbolisé chez les Juifs comme la vie mais aussi la représentation de la mort car cette libération a pris des vies. A Pessah, les Juifs trempent un oeuf dans de l'eau salé en commémoration de toutes les larmes versées suite à la perte de leur indépendance.

    L'origine de l'Agneau pascal. C'est avec le sang de l'agneau que les maisons autres que celles des hébreux ont été marquées d'une croix rouge pour le passage de l'ange "Yahwe" qui exterminait, en sacrifice, tous les nouveaux-nés. D'où le sacrifice de l'agneau pascal au moment de la mort de Jésus et qu'après sa mort plus une goutte de sang doit coulée.

    PainLe dimanche de Pâques est une fête mobile qui a lieu le premier dimanche après la pleine lune (14ème jour après la lunaison de mars)  qui suit l'équinoxe de printemps (soit entre le 22 mars et le 25 avril).


    Pâques prend un S pour signifier un passage de plus, celui de Jésus passait de la mort à la vie.

    La Pâques de Jésus est le fondement absolu de la foi chrétienne comme l'exode celui de la foi juive. Cette fête juive est le sacrifice de printemps, mais également une fête agricole : Hag ha-Matsoth (la fête des Azymes ou le pain sans levain). Elle est fêtée le 15 Nissan (mois des épis et premier mois de l'année). Le premier jour du mois de Nissan est après l'équinoxe du printemps à la première nouvelle lune. Le jour de la pleine lune est celui de Pâque.  La fête dure 7 jours à partir de cette date.

    Une autre fête juive est Hag ha-Pessah, fête de l'agneau Pascal qui a pour origine quand le peuple hébreu était nomade d'où fête pastorale.

    La Pâque.

    >> Depuis le XVIème siècle, Pâques du latin "Pascua" est écrit au pluriel pour la religion chrétienne car au singulier, il désigne les fêtes juives.

    Comme dans un film, c'est une trilogie appelée "Triduum"  car elle est composée de  la semaine qui précède Pâques de trois temps fort :
    le jeudi Saint, le Vendredi... et le Sam...

    Le jeudi pour la purification : voir la rosée (Seder), le pain et le vin...
                                  
    Le vendredi pour la passion : voir le chocolat, atelier de peinture des oeufs, confection de gâteau, ...

    Le samedi pour le repos : car on veille tard (voir "Vigile Pascal") et on mange du chocolat le lendemain.

    0
    >> le vendredi saint est la célébration de la mort et le dimanche de Pâques, la résurrection du Christ.

    "Flash back" à la veillée de Pâques. On l'appelle aussi "Vigile pascale" car on bénit le cierge pascal et le feu nouveau qui atteste la victoire de Jésus sur la mort.

    Pourquoi il court le lapin à Pâques ?
    parce qu'il est le symbole de l'abondance, de  la  fertilité.  Et donc,  on en voit  partout dans les supermarchés. Navrée de dire cela.

    "Flash back" comme dans les films, on remonte à la dernière semaine avant Pâques. Elle est appelée semaine sainte, car il y a le dimanche des rameaux ou Carême. C'est un temps fort entre le dimanche et le mercredi avant le Triduum. Ces homonymes sont "Semaine illuminé, Semaine  des Passions, Grande Semaine".

    Je remonte encore un peu. Et là, c'est comme dans le métro. Il y a 14 stations qui séquencent le chemin de croix pour rappeler les épisodes de la condamnation de Jésus à son ensevelissement.

    Pourquoi les  pièces  en chocolat ? Elle vient de loin  cette  histoire.   Après l'abondance,  la fertilité, il  y a  la prospérité.  Et autrefois,  on tuait  un cochon à Noël  et  le  bas  morceau, était fumé, le  jambon  que  l'on mangeait  à Pâques.  Toute cette symbolique a été transformée en une tirelire en forme de cochon où les enfants mettent des pièces en chocolat.Oeuf   

    PainSonne       Ce sujet a été diffusé le dimanche 8 avril 2007

    -Tout ce qui tourne autour de l'Oeuf-

    Cartes de voeux : Quoi de n'oeuf ?

    L'Oeuf Pascal ~Arbre de vie~

    .......................

    Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, Arabe,   
    Parution : 8 avil 2007
    Mise à jour  : 23 juin 2010

             

             Répondre

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>


    Posté par PASPERDUS à 00:01 - Pâques ou Pâque - Commentaires [0] - Permalien [#]

    01 avril 2007

    Entretien sur Canalblog de Pas à Pas bloggeuse référencée pasperdus.canalblog.com

      Visiteurs

      Forum
      CANALBLOG

      [Paris][Londres]
      [Oklahoma] 
      [Annecy][Toulouse][Tarbes]

         

      Nos sélections
      Les Petites Chroniques Du Troisième Wagon ... Un blog futile est un blog utile

      Mon blog se "Peau fine"

      In Memorian

      Elle_Groggy,
      pensez-vous

      Camping-car
      en France

      Le royaume d'Hadès
      Bienvenue aux Enfers

      Chrome.canalblog

         

      Provenance des visiteurs
      Statistiques

         

      Recommandé
      ce blog

      Clic

         

      La communauté canalblog
      Déjà 267799 blogs créés

      4309979 messages publiés

         

      Musique
       

      INSCRIVEZ-VOUS
      ETUDES

      JB
      canalblog.com

         


      nous écrire

      << Précédente | AAccueil | Suivante >>

      QPas à Pas a ouvert son blog sur Canalblog en octobre  2006.
      "Impasse des Pas Perdus" référencé,  pasperdus.canalblog.com, est aujourd'hui un des blogs les plus visités de canalblog, 100 000 personnes l'ont consulté à ce jour.
      0

      Rencontre avec cet auteur qui a passé des centaines d'heures pour faire son blog.

      Canalblog : Pourquoi avez-vous décidé de faire un blog ?

      Pas à pas: Quel voyageur ne rêve de garder intactes ses impressions nomades, de les sauver d'un inexorable oubli... de fixer quelques scènes spontanées de vie.  Pour revivre et partager ses instants de bonheur avec d'autres baroudeurs.

      Aviez-vous créé auparavant un site ? une page perso ?
      Non, aucun des deux. Juste le besoin de voir et revoir les sites en forme passive.

      Quand l'avez-vous décidé ? Avant votre voyage, pendant, après ?
      C'est venue comme un déclic chez les artistes qui prennent leur pinceau et s'expriment au travers de cet art. Pour ma part, j'ai toujours eu le besoin d'écrire, de raconter, d'être "farfadet" et "Lire et Ecrire" sont une passion. Alors que j'avais ce besoin dans : les blogs, msn, forum, qu'on les gens de rechercher le dépaysement, l'insolite au travers de voyages et pour les inviter à aller plus loin dans leur recherche pour les voyages, les découvertes... je me suis lancée afin d'encourager à esquisser quelques unes de mes découvertes ou facettes.


      Qu'en attendez-vous ?
      Avant tout échanger des expériences de voyages avec les autres...et le secret espoir de s'en faire des amis.

      Pourquoi avoir choisi Canalblog ?
      Je fonctionne au coup de coeur et l'atmosphère d'humanité qui se dégage de Canablog m'a saisi instantanément. Elle m'a rappelé un endroit paisible où l'on aime retrouver les siens pour discuter avec eux de ce qui nous fait vibrer.

      Combien de temps vous a-t-il fallu pour faire votre blog ?
      Tout mon temps libre au début, des centaines d'heures, des tonnes de nuits blanches... je n'y connaissais absolument rien il y a 6 mois mais l'envie de créer me dévorait.

      Est-ce que la gestion de votre blog vous demande du temps ?
      Au début beaucoup. Maintenant, c'est un besoin, il n'y a plus de temps, c'est intemporel.

      La gestion de votre blog vous semble t-elle compliquée ?
      Non, mais l'interface d'administration doit être améliorée pour être beaucoup plus interactive. Si on trouve cela compliqué, on peut aller voir le forum de Canalblog ou envoyer un message au blogmaster pour avoir la réponse à sa question.

      Quels sont vos projets pour votre blog ?
      Mettre des mini-vidéos insolites et des podcasts audios introuvables ailleurs. Obtenir une richesse de liens, de connaissances et être entourée de commentaires qui tissent les liens d'amitié et de suivi.

      Y a t-il des fonctionnalités que vous voudriez voir développées ?
      La vidéo surtout car un blog de voyage sans vidéo, c'est comme un film sans paroles. On a du mal à s'identifier aux personnages. Augmenter la taille des fichiers qu'on peut télécharger sur le blog serait sympa, pouvoir créer des sondages aussi.

      Avez-vous des contacts avec les autres bloggueurs ?
      Oui, mon nom est significatif "Pas à Pas". Le premier pas est virtuel, le deuxième est la connaissance et j'ai franchi cette étape avec une fidèle lectrice "Annick" en se rencontrant. Bien sûr, je suis très proche de CG du FORUM de CANALBLOG qui avec sa troupe "Zaza, Chrome & Perséphone, Chtoric, Chris & Coe" sont très sympathiques. Mais également, je remercie ma première visiteuse qui a laissé un commentaire "Melle Bille" dont le blog raconte des chroniques de 3ème Wagons fulgurantes. J'ai essayé avec d'autres auteurs mais ils n'ont jamais répondu.

      Correspondez vous avec les visiteurs de votre site ?
      Oui, avec chaque visiteur qui me laisse son email en même temps que son commentaire. Je suis très heureuse de répondre à tout le monde.

      Participez-vous à des forums de discussion ?
      J'ai laissé de nombreux messages dans les différents forums de Canalblog et nous entretenons maintenant un réseau de connivence. Je fais partie des degrés inférieurs au niveau informatique, mais au niveau de la partie entraide et papotage, je tiens la route.

      Comment avez-vous fait connaître votre blog ?
      Google, Google, "GOOGLE" : sans lui, point de salut ! et grâce à CG du Forum qui a répondu à la première question piègeuse que j'ai lancé dans ce forum. Sans eux, peut-être que cette aventure se serait arrêtée là, par manque de formation sur les outils html.

      Combien de temps voyagez vous par an ?
      Dès que je peux. Bien sûr en mettant un bémol sur les possibilités financières et le temps. Car le temps c'est de l'argent, de l'oisiveté, du plaisir que l'on ne peut pas prendre à tout instant. La quasi totalité de l'argent de poche passe dans les voyages. Je n'ai pas de livret d'écureuil, car je grignote les noisettes au fur et à mesure qu'elles tombent. Si j'avais un lien avec un animal, cela serait la cigale car elle chante tout l'été et quand...  Avec mon époux, nous serions sur les routes toute l'année si nous le pouvions, à contempler la beauté de la Terre et nous laisser vivre sur des chemins remplis d'émotions, de mémoires, de trouvailles, de matières, d'arômes. Des confins de ceux-ci, je vous rapporte des souvenirs de voyage en y mettant la touche de parfum provençal qu'est mon accent, parfois épicé, mais essentiellement pris dans l'histoire tracée au présent.

      Quel est votre mode de voyage privilégié ?
      La voiture incontestablement... rien n'est plus beau que de découvrir un pays en lui gardant la distance réelle. Je veux dire par là que le top, serait de parcourir les villes, les pays, par des moyens simples pour mieux garder l'espace temps et préserver la valeur des distances. En avion, afin de regagner le temps perdu, c'est très agréable, mais on ne réalise pas le parcours qui nous sépare à la destination prévue. 

      Quelles sont vos plus belles destinations ?
      La Norvège et le cercle polaire, l'Irlande et ses champs de trèfles, la Toscane et son paysage digne d'un tableau avec ses alignements vallonnés de cyprès, l'Autriche pour ses intérieurs chaleureux, la Croatie pour la limpidité de ses plages, un peu plus près bien sûr, la Corse ; mon jardin, car il est secret.... Il y en a tellement mais les plus belles sont celles où l'on ne revient jamais.


      Rendez-vous sur pasperdus.canalblog.com
      pour découvrir le blog de Pas à Pas.

      Au sujet de "Pas à Pas"
      Pas à Pas est un pseudonyme. C'est ses premiers essais à faire des taches d'encre en écriture.

      Mon blog n'est pas moi. C'est une partie de moi que je montre sur le Web. Merci de la respecter. J'y fais ce que je veux et quand je veux. Je suis suceptible, mais je me soigne. N'hésitez donc pas à répondre, à répliquer, à protester : je suis ouverte au dialogue.

      .......................

      Traduction  : Français,  Allemand,   Anglais, Arabe,   
      Parution : 1er avil 2007
      Mise à jour  : 1er avril 2007

               

               Répondre

      << << Précédente | AAccueil | Suivante >>