Impasse des Pas Perdus

Ecrire, avancer les mots... sur l'Art naïf, les jardins à visiter, mes carnets de voyage, les lectures, ainsi que ma passion des iris...

22 mars 2007

Baron ou Marquis... Baroncelli ? ami des Fils du vent 5/12

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    Beauduc le paradis existait | |Du sable plein les poches aux Stes-Maries-de-la-mer

    0

    Croix_de_camargue

     

                                                                

    Marquis Folco de Baroncelli

    Folco_de_Baroncelli

    0

    0

    0

    0

    0

    00
    0

    0

    0

    Résumer la vie en quelques mots est impossible, tant il a laissé de traces.

    <<< 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 >>>

    Rencontre avec le Félibrige

    De retour en Avignon, voici son côté poète. il reçoit au Palais du Roure, les Félibres (gardiens de la "foi") comme Théodore AUBANEL, Joseph ROUMANILLE (+1891) (avec qui il correspondait quand il était adolescent) et surtour le "Maître du Félibrige", le grand Frédéric MISTRAL (1830 / 25 mars1914), l'auteur de "Miréio" (Mireille, publié en 1859 ; prix Nobel de la littérature en 1904). A leur contact, il sait que sa voie est désormais toute tracée, il consacrera sa vie entière au maintien des traditions linguistiques, culturelles et taurines. Il adhère au programme politique du Félibrige et y rencontre des hommes comme Alphonse DAUDET, Charles MAURRAS, Paul ARENE, Félix GRAS, Marius ANDRE et surtout son cousin Joseph d'ARBAUD. Folco deviendra même plus tard, en 1905, "Majoral" du Félibrige ou "Lou Félibre" qui fut fondé sur les valeurs de la Langue d'Oc et sa défense.

    Son grand ami, et cousin, Joseph d'Arbaud crée sa manade en 1898, c'est le mas de "l'Esquinau".

    Son emploi à la Trésorerie Générale l'ennui, il veut écrire. Il rédige son premier livre, "Babali" qu'il publie en Avignon en 1890 sur les presses de ROUMANILLE. Sitôt l'ouvrage paru le 11 octobre, il court avec cinq amis félibres au pont Saint-Bénezet et au douzième coup de minuit, il jette l'exemplaire n°1 en offrande dans le Rhône, le fleuve nourricier de sa Patrie charnelle. La "Coupo Santo" chantée avec ferveur contribue à donner un éclat particulier à cette cérémonie païenne.

    Frédéric MISTRAL, poète et prix Nobel de littérature,  ne peut que remarquer un tel disciple et l'engage, au début de l'année 1891, comme secrétaire de rédaction du journal régionaliste "L'Aïoli". Le Palais du Roure devient le siège du journal aquel toute la famille BARONCELLI participe. Folco y écrit de fougueux poèmes en provençal, mais depuis 1895, il rêve de les vivre pleinement comme manadier en camargue. MISTRAL sent que ce jeune troubadour peut aller loin et le laisse s'éloigner du journal dont l'aventure se terminera en 1899. "Folco, je te confie la Camargue, défends-la".

    Suite >>>   6/12

    Mémoire en photos
    ou
    "Les couleurs de l'invisible"

    Tombe_Baroncelli
    Tombe à "Lou Simbeu"

    Folco (1)
    mes descendants,
    .
    Denis Colomb de Donnant "Crin blanc"
    .
    Pierre Aubanel, manadier, petit-fils.

    Mus_e_Baroncelli
    Musée Baroncelli

    Mus_e_Baroncelli_salle

    Salle du musée

    Chapelle_Baroncelli
    Chapellle Baroncelli à Florence (5)

    Baroncelli_Christophe
    Ascendant,
    Christophe de Baroncelli-Javon
    Grand prieur de Saint-Gilles de 1699 à 1714

    Eglise
    En dessous, se trouve la crypte

    Ste_Marie
    Fortification de l'église

    (2)Indiens_d_Am_rique

    Il soutient les indiens d'Amérique

    Quand le "Wild Show" de Buffalo Bill se produit à Paris en 1905, il cherche à rencontrer les Sioux en participant à ce spectacle.

    Il compose en provençal le poème "Souomi Rouge" (Ballade Rouge", sous l'air indien de la Danse des Esprits, qui sera ensuite repris (traduit) en anglais pour les indiens.

    N'est-ce pas étonnant ?


    Saintes-Maries-de-la-mer

    Musée Baroncelli
    Bâtisse édifiée en 1876 par l'architecte arlésien Véran, pour servir d'hôtel de ville et de prétoire de justice de paix, abrite actuellement les collections et documents du Marquis Folco de Baroncelli. On peut y découvrir des tableaux, du mobilier, des outils de la vie quotidienne en Camargue et des documents sur la faune et la flore de la région.

    Les deux médaillons sculptés qui ornent la façade datent du XVIIe siècle, seuls vestiges de l'ancien hôtel de ville (1655).

    Il est également intéressant d'escalader, avec prudence, le petit escalier à vis, afin d'accéder à la terrasse pour embrasser d'un seul regard l'église au coeur de la cité.


    Croix_camarguaise
    Croix de Camargue

    Lors du passage à Nîmes, dans le Gard, du spectacle de Buffalo Bill, Folco de Baroncelli propose au colonel Cody d'utiliser ses gardians dans son show.

    Ceux-ci participent à la représentation avec deux indiens du spectacle. Ces derniers viennent même assister à un lâcher de taureaux en Camargue.

    Gardian_Folco (3)
    Folco gardian

    (4)Folco_d_guis_
    Tournage

    Quelques années plus tard, sa rencontre avec Joe Hamman donne lieu au tournage de westerns en Camargue, aux abords des Saintes-Maries-de-la-Mer.

    Folco de Baroncelli, éleveur, réputé et respecté, fait office de véritable régisseur, recrutant les figurants et rassemblant les chevaux et taureaux nécessaires aux tournages.

    Son aide sera précieuse pour Joe Hamman.

    Lors de tournages de fims en Camargue, la collection d'objets indiens de Folco est mise à contribution.

    En novembre 1911, Joe Hamman lui écrit :
    "Pourriez-vous également laisser sous ma protection, la tente indienne et, si possible, votre coiffure et gilet de perles".

    (6)Tsigane

    Carte_postale_1940__LOU_MARQUES
    Le Marquis

    Carte_postale

    Par la suite, Folco continue de prêter ses chevaux et ses taureaux pour d'autres fims d'aventures, notamment grâce à son frère, le cinéaste Jacques de Baroncelli.

    Le Marquis de Baroncelli meurt en 1943, à l'âge de 74 ans, après avoir été blessé par un cheval et voit son mas réquisitionné par les allemands, ce qui l'affectera beaucoup.

    Livre

    de Jean DES VALLIERES
    "Le Chevalier de la Camargue" -
    Folco de Baroncelli, Marquis de Javon.
    Editions André Bonne, collection "par 4 Chemins", 1960, 255 pages, in-8 broché sous jaquette illustrée.

    Les_racleurs_de_vent
    auteur : Walter Starkie
    autre auteur : Jan Yoors

    Croix

    Croix languedocienne


    Crin_Blanc
    "Crin Blanc" film fait en Camargue

       

    00Haut_de_page

    << Précédente | AAccueil | Suivante >>

    00Haut_de_page

    Ligne  Dernière mise à jour, le 23 avril 2008

    Posté par PASPERDUS à 20:48 - Baron ou Marquis... Baroncelli ? ami des Fils du vent - Commentaires [0] - Permalien [#]